Frédéric Godefroy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Godefroy.

Frédéric-Eugène Godefroy

Naissance 13 février 1826
Paris
Décès 30 septembre 1897 (à 71 ans)
Lestelle-Bétharram (Pyrénées-Atlantiques)
Nationalité Française
Pays de résidence Drapeau de la France France
Profession philologue, lexicographe, journaliste, enseignant

Frédéric-Eugène Godefroy, né le 13 février 1826 à Paris, mort le 30 septembre 1897, à Lestelle-Bétharram (Pyrénées-Atlantiques), est un philologue et lexicographe romaniste, journaliste et enseignant français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Cadet d’une famille bourgeoise parisienne, entré au petit séminaire de Saint-Nicolas-du-Chardonnet, sous la direction du futur Mgr Félix Dupanloup, après des études chez les Lasalliens, il devient professeur de littérature dans l'enseignement libre.

Passionné de recherches sur l'histoire du français, il se fait remarquer par la publication d'ouvrages à destination scolaire, dont les premiers volumes de l'Histoire de la littérature française en 1860, et, en 1862, son Lexique comparé de la langue de Corneille et de la langue du XVIIe siècle en général en deux volumes.

Par le truchement de Victor Duruy, il est ensuite chargé par le gouvernement impérial en 1870, puis par le gouvernement républicain en 1888, de faire des recherches philologiques, dans les bibliothèques françaises, italiennes, puis européennes. Son Dictionnaire de l’ancienne langue française et de tous ses dialectes du IXe au XVe siècles lui vaut une reconnaissance qui dure.

Fervent catholique, il écrit également Livre d’or français. La mission de Jeanne d’Arc en 1878 et l'Étude sur les principaux collèges chrétiens l'année suivante, et publie dans différents journaux de catholiques conservateurs tels la Patrie, l’Univers, le Correspondant, et la Revue du monde catholique. À l'écart des institutions officielles, ses prises de positions politiques empêchent, malgré le soutien du duc d’Aumale et des contacts réguliers avec Louis Veuillot, Émile Littré, Émile Egger, Prosper Mérimée, Villemain ou Sainte-Beuve, la reconnaissance de l'importance de ses travaux dans la constitution de la lexicographie moderne. Il reçoit cependant le prix de l'Académie française pour son Histoire de la littérature française, et le prix Gobert, en 1883, puis en 1898 à titre posthume.

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Histoire de la littérature française depuis le XVIe siècle jusqu’à nos jours, 1859-1863
  • Lexique comparée de la langue de Corneille et de la langue du XVIIe siècle en général, 1862
  • Morceaux choisis des prosateurs et poètes français des XVIIe, XVIIIe et XIXe siècles, 1872
  • L’Instrument de la revanche. Études sur les principaux collèges chrétiens, 3 vol., 1872
  • Morceaux choisis des prosateurs et poètes français du IXe au XVIe siècle, gradués en cinq cours
  • Histoire de la littérature française, depuis le XVIe siècle jusqu'à nos jours, 3 vol., 1859-63 ; suivis de 12 autres volumes jusqu’en 1882.
  • La Mission de Jeanne d’Arc, 1878
  • Dictionnaire de l’ancienne langue française du IXe siècle au XVe siècle

Sources[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]