Saint-Pierre (La Réunion)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Pierre.
Saint-Pierre
Vue d'une partie de Saint-Pierre et de son port.
Vue d'une partie de Saint-Pierre et de son port.
Blason de Saint-Pierre
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région La Réunion
Département La Réunion
Arrondissement Saint-Pierre
Canton Chef-lieu de 4 cantons
Intercommunalité CIVIS
Maire
Mandat
Michel Fontaine (UMP)
2014-2020
Code postal 97410, 97432
Code commune 97416
Démographie
Gentilé Saint-Pierrois
Population
municipale
80 356 hab. (2011)
Densité 837 hab./km2
Géographie
Coordonnées 21° 20′ 31″ S 55° 28′ 40″ E / -21.3419, 55.4778 ()21° 20′ 31″ Sud 55° 28′ 40″ Est / -21.3419, 55.4778 ()  
Altitude Min. 0 m – Max. 1 642 m
Superficie 95,99 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : La Réunion

Voir la carte administrative de La Réunion
City locator 14.svg
Saint-Pierre

Géolocalisation sur la carte : La Réunion

Voir la carte topographique de La Réunion
City locator 14.svg
Saint-Pierre

Saint-Pierre est une commune française, située dans le département en région (outre-mer) de La Réunion dont elle est une sous-préfecture. Elle fait désormais partie des 60 communes les plus peuplées de France. En 2010, la population de Saint-Pierre était de 79 228 habitants d’après le recensement de l’Insee, ce qui en fait la troisième commune la plus peuplée de la Réunion après Saint-Denis et Saint-Paul. Doté d'un centre ville développé et attractif, Saint-Pierre est souvent considérée comme la deuxième ville de La Réunion après Saint-Denis.

La ville, créée en 1735, présente une large façade maritime qui a été aménagée pour une fréquentation touristique balnéaire et qui abrite un port de 400 places particulièrement attractif pour les activités de plaisance et de pêche hauturière et traditionnelle. Ville animée, le front de mer et le quartier central sont les lieux de prédilection des restaurants, casino, hôtels, boîtes de nuit et piano bars…

Ses habitants sont appelés les Saint-Pierrois et les Saint-Pierroises.

Sa devise est : « Force, fortune, chance » (en latin : Fortis, Fortuna, Fortior).

Géographie[modifier | modifier le code]

Sitation[modifier | modifier le code]

Les communes limitrophes sont L'Entre-Deux, Petite-Île, Saint-Joseph, Saint-Louis et Le Tampon.

Rose des vents Saint-Louis L'Entre-Deux Le Tampon Rose des vents
Océan Indien N Petite-Île
O    Saint-Pierre    E
S
Océan Indien Océan Indien Saint-Joseph

Topographie[modifier | modifier le code]

Géologie[modifier | modifier le code]

Hydrologie[modifier | modifier le code]

Climat[modifier | modifier le code]

Transports[modifier | modifier le code]

C' est un petit aéroport ouvert au trafic commercial en 1999 et dont le code AITA est ZSE. Il dispose d'une piste capable d'accueillir des appareils court et moyen courriers (Boeing 737, Airbus A320, ATR-72...).

Il ne réalise dès lors l'essentiel de son trafic qu'avec des destinations de l'océan Indien : l'Afrique du Sud, Maurice, Mayotte et Rodrigues. Il accueille une centaine de milliers de passagers par an. En 2004, il a absorbé 17,3 % du trafic aérien total entre La Réunion et l'île Maurice : 75 346 passagers sont passés par lui pour accomplir le vol entre les deux îles.

L'unique piste a été agrandie et élargie en 2006 : elle mesure désormais 2 100 m de longueur sur 45 m de largeur, et est dotée d'un parking gros porteurs.

L'aéroport a fêté ses 10 ans en 2008 avec 135 000 passagers. Le syndicat mixte de Pierrefonds a pour projet d'augmenter la capacité d’accueil de l'aérogare, de développer le fret et d'allonger la piste à 2 800 m[1]. En 2013, l’aéroport lance donc un vaste programme d’agrandissement et de modernisation de ses infrastructures. L'objectif est de doubler la capacité de traitement de l'aéroport avec la possibilité d'accueillir jusqu'à 1 500 passagers par jour. Globalement, la surface de l'aérogare va doubler passant de 2 300 m2 à 3 400 m2, avec plus de services et plus de confort.

  • Bus :

Le transport collectif urbain est assuré par le réseau Bus fleuri, devenu Alternéo. La ville compte deux gares, une dans la ZAC Banks, appelée « gare jaune », qui dessert les villes de la Réunion, et une autre en centre-ville, qui dessert les quartiers de Saint-Pierre. Cette dernière devrait bientôt faire l'objet d'une rénovation dans le cadre de la ZAC du mail.

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste non exhaustive des maires successifs
Début du mandat Fin du mandat Identité
1860 1879 Just Félix Frappier
1879 1881 Théodore Thomas
1881 1888 Auguste Babet
1888 1900 François Isautier
1901 1902 Jules Hermann
1902 1912 Augustin Archambeaud
1912 1924 Jean-Pierre Fréjaville
1924 1926 Victor Le Vigoureux
1926 1937 Augustin Archambeaud
1945 1950 Fernand Colardeau
1950 1966 Pierre Raymond Hoarau
1966 1982 Paul-Alfred Isautier
1982 2001 Élie Hoarau
2001 En exercice Michel Fontaine Sénateur depuis 2011

Saint-Pierre est au centre d'une communauté d'agglomération, la CIVIS, qui regroupe 5 autres communes : Cilaos, L'Étang-Salé, Petite-Île, Les Avirons et Saint-Louis.

La ville est chef-lieu de quatre cantons :

  • le 1er canton compte 18 520 habitants ;
  • le 2e canton compte 14 370 habitants ;
  • le 3e canton compte 17 991 habitants ;
  • le 4e canton compte 23 599 habitants.

C'est depuis Saint-Pierre que sont administrées les Terres australes et antarctiques françaises. C'est également à Saint-Pierre qu'est basé le 2e régiment parachutiste d'infanterie de marine.

Le 18 septembre 2006, Michel Fontaine, maire de Saint-Pierre, est placé en garde à vue par les policiers de la brigade financière de Saint-Denis dans l’affaire des marchés informatiques truqués de la CIVIS, ce qui ne l'empêche pas d'être réélu en 2008, avec 53,3 % des voix exprimées, 10 % de plus que son rival Élie Hoarau[2]. Il est également réélu le 23 mars 2014 dès le premier tour avec 57,79 % des voix exprimées, ce qui en fait son troisième mandat d'affilée.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 80 356 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1961. À partir du XXIe siècle, les recensements des communes de plus de 10 000 habitants ont lieu chaque année à la suite d'une enquête par sondage, contrairement aux autres communes qui ont un recensement réel tous les cinq ans[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1961 1967 1974 1982 1990 1999 2006 2011
33 947 40 355 46 060 50 082 58 846 68 915 74 480 80 356
(Sources : Insee : Population sans doubles comptes à partir de 1961[3] puis population municipale à partir de 2006[4])
Histogramme de l'évolution démographique


Enseignement[modifier | modifier le code]

On trouve sur le territoire communal huit collèges :

  • le collège public Émilien Adam de Villiers, qui comptait 630 collégiens à la rentrée 2005 ;
  • le collège public Paul Hermann ;
  • le collège public Henri Matisse ;
  • le collège public de La Ravine des Cabris ;
  • le collège privé Saint-Charles ;
  • le collège public Les Tamarins, qui comptait 708 élèves à la rentrée 2005 ;
  • le collège public de Terre Sainte, qui comptait 736 élèves à la rentrée 2005 ;
  • le collège public de la Ligne des Bambous qui a ouvert à la rentrée 2008.

On y trouve par ailleurs quatre lycées :

L'Institut Universitaire de Technologie de Saint-Pierre.

L'université de La Réunion est présente dans cette ville :

Sports[modifier | modifier le code]

  • Le Stade Michel-Volnay, stade principal de la commune, d'une capacité de 12 000 places, où évolue le club de la ville, la Jeunesse Sportive Saint-Pierroise.
  • Presque tous les quartiers de la ville sont équipés d'un stade de football, la ville compte aussi 5 complexes sportifs, 1 gymnase polyvalent, 1 base nautique et 2 piscines communales. Une piscine olympique devrait voir le jour dans la ZAC Océan Indien dans le quartier de Terre-Sainte.


Urbanisme[modifier | modifier le code]

Logement[modifier | modifier le code]

Saint-Pierre comptait 28 054 logements en 2003, dont 25 473 résidences principales, 90,8 % des logements étaient des résidences principales. Saint-Pierre comptait 6 946 logements sociaux soit 28 % du parc en 2003, 70 % de ce parc (4 892 LLS) est représenté par du locatif collectif et 30 % par des produits en accession (1125 en diffus, 929 en groupé). Le segment intermédiaire (en locatif et en accession) est peu représenté, de l'ordre de 2 % (404 logements).

Quartiers[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Agriculture, pêche 14,1 % ; Industrie agroalimentaire 2,7 % ; Industrie 4,6 % ; BTP 8,0 % ; Commerce 30,1 % ; Activités tertiaires 40,5 %.

La ville de Saint-Pierre arrive deuxième au classement des agglomérations de France où la pauvreté est la plus forte après Roubaix, le taux de pauvreté y est de 46 % et le revenu médian des ménages de 631 euros. Les villes du Tampon et de Saint-Paul suivent à la troisième et quatrième places, devant la ville d'Aubervilliers. Ces statistiques sont issues d'une enquête publiée par le journal Les Échos le 13 août 2012.

Culture et partimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Le pays de Saint-Pierre - Saint-Louis est classé pays d'art et d'histoire.

Manifestations[modifier | modifier le code]

  • Saint Pierre accueille le festival Sakifo depuis 2008.

Personnalités[modifier | modifier le code]

Les personnages suivants sont nés ou ont vécu à Saint-Pierre :

Autres personnalités liées à Saint-Pierre :

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Saint-Pierre

Les armes de Saint-Pierre se blasonnent ainsi : Trois clefs d'or sur fond de gueules. La partie inférieure ornée d'une caravelle blanche, symbole du tricentenaire du peuplement de l'île en 1665 et la création du port de Saint-Pierre, premier pont de l'île, sur fond d'azur.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références

  1. Des rêves de grandeur, Le Quotidien de la Réunion, 10 décembre 2008
  2. Journal de l'île, Lundi 10 mars 2008, p. 11
  3. Historique de la population des communes de 1961 à 2008
  4. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]