Football Club de Nantes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

FC Nantes

Logo du FC Nantes
Généralités
Nom complet Football Club de Nantes
Surnoms La Maison jaune, Les Canaris
Noms précédents Football Club Nantes Atlantique (1992-2007)
Fondation 21 avril 1943
Statut professionnel Juillet 1945
Couleurs Jaune et vert
Stade La Beaujoire - Louis Fonteneau[1]
(37 473 places)
Siège Centre sportif José-Arribas
La Jonelière
44240 La Chapelle-sur-Erdre
Championnat actuel Ligue 1
Président Flag of Poland.svg Drapeau : France Waldemar Kita
Entraîneur Drapeau : FranceDrapeau : Arménie Michel Der Zakarian
Joueur le plus capé Drapeau : France Bertrand-Demanes (650)
Meilleur buteur Drapeau : France Bernard Blanchet (140)
Site web www.fcnantes.com
Palmarès principal
National[2] Championnat de France (8)
Coupe de France (3)
Trophée des champions (2)

Maillots

Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Domicile
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Extérieur

Actualités

Pour la saison en cours, voir :
Saison 2014-2015 du FC Nantes
0

Dernière mise à jour : 8 juillet 2014.

Voir l’image vierge
Le club est basé à Nantes.

Le Football Club de Nantes (FCN) est un club de football français, fondé à Nantes en 1943 par Marcel Saupin. Issu de la fusion de différents clubs nantais dans le but d'intégrer l'élite du football français, le FCN compte huit titres de champion de France et trois coupes de France, ce qui constitue l'un des plus beaux palmarès du football français (le 3e derrière Marseille et Saint-Étienne).

Ses équipes sont connues pour avoir développé, sous l'égide de José Arribas et de ses disciples Jean-Claude Suaudeau et Raynald Denoueix et grâce au talent de joueurs comme Philippe Gondet, Henri Michel, Maxime Bossis, José Touré ou encore Japhet N'Doram, un jeu vif et technique fondé sur le mouvement collectif et la rapidité d'exécution surnommé « jeu à la nantaise » par la presse et le public. À ce titre, les équipes du milieu des années 1960, de 1983 ou encore de 1995 sont particulièrement réputées.

Le FCN est également réputé pour son centre de formation, « La Jonelière », dont sont issus de nombreux internationaux français tels les champions du monde Didier Deschamps, Marcel Desailly, Christian Karembeu, ou encore Mickaël Landreau. Ces particularités ont permis au club de ne pas connaître de relégation jusqu'en 2007, après une série record de 44 saisons d'affilée en première division.

D'abord résident du stade Malakoff, devenu stade Marcel-Saupin en 1965, le FC Nantes utilise depuis 1984 le stade de la Beaujoire - Louis Fonteneau, le septième plus grand en France à l'heure actuelle. Le club est présidé par Waldemar Kita depuis 2007. L'équipe première évolue en championnat de Ligue 1 depuis la saison 2013-2014.

Repères historiques[modifier | modifier le code]

De la création à l'accession en Division 1 (1943-1963)[modifier | modifier le code]

Le Football Club de Nantes est fondé au printemps 1943 par la fusion de cinq clubs locaux[Note 1], avec pour ambition de rejoindre l'élite nationale[3],[4]. L'équipe première de la Saint-Pierre de Nantes, principal club amateur de la ville, sert de base à la fusion et un membre de son comité directeur, Marcel Braud, prend logiquement la présidence de ce nouveau club[5]. Le club, dont les fondateurs Le Guillou[6] et Marcel Saupin[7] sont connus pour leur collaboration avec l'occupant, a pour principes fondateurs de « développer, par la pratique du football, les forces physiques et morales des jeunes gens et pour créer entre tous les membres, des liens d’amitié et de solidarité ». Dès la Libération, le sport devient la seule raison d'être du Football Club de Nantes.

Inscrit en championnat de Division d'Honneur Ouest, premier échelon régional et troisième échelon du football français, le FC Nantes termine à la deuxième place en 1944 et ne peut pas accéder à la Division 2 pour cause de bouleversement des compétitions dû à la Libération[3],[8]. Le 9 septembre 1944, le président Jean Le Guillou est arrêté par les FFI et remplacé par Marcel Saupin[6],[9].

Sacré champion de Division d'Honneur Ouest en 1945, le club intègre finalement la deuxième division pour la saison suivante[10]. Il accède au statut professionnel deux ans plus tard, avec dans son effectif une majorité de joueurs issus de l'ancienne Saint-Pierre de Nantes, renforcée par plusieurs joueurs expérimentés. Jusqu'au début des années 1950, le club stagne en milieu de classement, avec même une saison 1949-1950 catastrophique qui voit le club finir à l'avant-dernière place du classement et être repêché au dernier moment.

À la fin de la saison 1951, la municipalité verse une subvention qui permet au club d'engager un entraîneur réputé en la personne d'Émile Veinante[11]. Le club a désormais l'ambition d'évoluer le plus rapidement possible en Division 1. Lors de la saison 1951-1952 le club rate de peu la montée en finissant 4e[11]. À la suite de résultats moyens, Émile Veinante démissionne en 1955 : il est remplacé par Antoine Raab, qui bénéficie des renforts des néerlandais Gerrit Vreken et Jan van Geen, considérés comme les premières vedettes du club[12]. Pourtant la situation empire et lors de la saison 1955-1956, le club évite de peu la relégation en terminant à la dernière place non-relégable. Raab est démis de ses fonctions à deux journées de la fin du championnat et remplacé par le Polonais Stanislas Staho, capitaine de l'équipe qui devient par conséquent entraîneur-joueur[13].

Louis Dupal est recruté la saison suivante avec pour objectif de monter enfin en première division, mais les résultats ne suivent toujours pas malgré un recrutement important[14]. Jean Clerfeuille remplace Marcel Saupin à la présidence pendant cette période, tandis que Karel Michlowski remplace Dupal au début de la saison 1959-1960 et que le club enregistre les arrivées des internationaux Daniel Carpentier et René Dereuddre. Lors de cette saison le club est champion d'automne[15] avant de plonger au classement jusqu'à la 8e place. Dans la foulée Michlowski quitte le club, estimant ne pas disposer des moyens dont il a besoin[16],[17].

Alors que les candidatures au poste d'entraîneur sont nombreuses, le président nantais choisit pour des raisons budgétaires celle de José Arribas, entraîneur du club amateur de Noyen-sur-Sarthe[18]. Dès son arrivée, il révolutionne le système de jeu de l'équipe en abandonnant un système à quatre lignes de joueurs pour le 4-2-4, et en demandant à ses joueurs d'appliquer des principes de jeu simples, tournés vers le collectif et l'offensive. Il termine sa première saison à la 11e place[19]. Pour sa deuxième saison au club, il s'occupe du recrutement et fait venir des joueurs recalés par des clubs plus prestigieux, comme Philippe Gondet, qui deviendront plus tard des vedettes. Le club termine à la 6e place. Les résultats en début de saison 1962-1963 sont décevants, de sorte que José Arribas est tout proche d'être renvoyé. Il faut que certains de ses joueurs fassent pression sur la direction pour le sauver[20],[21]. L'équipe nantaise est finalement sacrée championne d'automne 1962, quelques mois avant d'obtenir sa promotion en Division 1. Celle-ci est officialisée le 1er juin après une victoire sur le FC Sochaux-Montbéliard (3-1). Le club abandonne cependant le titre de champion à l'AS Saint-Étienne[22].

L'ère José Arribas : les premiers titres (1963-1976)[modifier | modifier le code]

Pour sa première saison dans l'élite, le FC Nantes bouleverse son effectif, avec le recrutement de nombreux jeunes joueurs comme Jacky Simon en provenance de l'AS Cherbourg. Le club joue son premier match de première division contre l'UA Sedan-Torcy le 1er septembre 1963 : malgré l'ouverture du score de Jacky Simon à la 11e minute, premier but du FC Nantes dans l'élite, la rencontre se termine sur le score de 2-2. Les Nantais terminent finalement à la 8e place au classement, assurant ainsi largement leur maintien[23].

La saison suivante est celle de l'apothéose pour la méthode Arribas. Le club remporte son premier titre de champion de France[24]. Le trophée est remporté après une victoire (2-1) sur l'AS Monaco devant 20 000 spectateurs. Jacky Simon, meilleur buteur du championnat avec vingt-quatre réalisations, devient le premier joueur du FC Nantes à porter le maillot de l'équipe de France. Le club complète son palmarès avec une victoire en Coupe de la Ligue et dans le Challenge des champions[23].

La saison suivante est celle de la confirmation pour le Football Club de Nantes qui, en plus de conserver son titre de champion de France, termine la saison avec la meilleure défense (36 buts), la meilleure attaque (84 buts) et le titre de meilleur buteur pour Philippe Gondet (avec 36 réalisations en 37 matchs de championnat). Néanmoins le club perd en finale de la coupe de France contre le RC Strasbourg (0-1) et perd au premier tour de la coupe des clubs champions européens contre les Yougoslaves du Partizan Belgrade, futur finaliste de la compétition. À l'issue de cette saison, trois Nantais (De Michèle, Gondet et Budzynski) participent à la coupe du monde 1966 en Angleterre sous les couleurs de l'équipe de France[25].

Plusieurs cadres, comme Ramon Muller, quittent le club à l'intersaison. Malgré les arrivées de futurs cadres comme Henri Michel, le club n'accroche que la deuxième place au classement et est éliminé en huitième de finale de la coupe d'Europe par les Écossais du Celtic Glasgow, futurs vainqueurs. Les saisons suivantes ne sont pas plus brillantes : les défenseurs recrutés ne s'adaptent pas au système en zone prôné par Arribas et le club voit deux cadres arrêter leur carrière sur blessure (le gardien de but Daniel Eon mi-1968, puis Budzynski quelques mois plus tard). Les Nantais terminent à la septième place, puis à deux reprises à la dixième position du championnat. Lors de la saison 1970, le FC Nantes parvient pour la deuxième fois de son histoire en finale de coupe de France contre l'AS Saint-Étienne, mais la fête se transforme en déroute (0-5) sur la pelouse du stade olympique de Colombes[26].

En parallèle, le FC Nantes se structure progressivement et met en place un "foyer de jeunes", embryon de centre de formation. Les anciens joueurs Jean-Claude Suaudeau et Robert Budzynski entrent dans l'organigramme du club, chargés par José Arribas d'inculquer aux jeunes les principes du "jeu à la nantaise"[27],[28]. En même temps, le club recrute des jeunes prometteurs comme Patrice Rio[29] et la tactique de l'équipe évolue pour devenir un 4-3-3. Ces changements permettent au club de terminer respectivement aux troisième et septième places au classement en 1971 et 1972[30]. Cet été-là, un important effort de recrutement permet les arrivées des Argentins Angel Marcos et Hugo Bargas, élu sportif argentin de l'année la saison précédente, ainsi que de l'Allemand Erich Maas en provenance du Bayern de Munich. L'effet est positif puisque le FC Nantes remporte le troisième titre de champion de France de son histoire. Une défaite en finale de la coupe de France contre l'Olympique lyonnais prive les Nantais d'un premier doublé coupe-championnat[31].

La saison suivante débute par une grosse désillusion, avec l'élimination des Nantais au premier tour de la coupe des clubs champions européens par les amateurs danois du Vejle BK. L'absence de résultats satisfaisants du club en compétition européenne est une constante lors des saisons suivantes. En France, le club occupe le haut du classement sans parvenir à mettre à mal la domination stéphanoise. En 1976, les dirigeants décident de ne proposer qu'une seule année de prolongation de contrat à l'entraîneur José Arribas, qui préfère alors quitter le club pour rejoindre l'Olympique de Marseille[32].

L'ère Vincent et Suaudeau, dans la continuité (1976-1988)[modifier | modifier le code]

Pour succéder à José Arribas, les dirigeants décident de recruter un entraîneur expérimenté en la personne de Jean Vincent. Il a notamment pour mission d'étoffer le palmarès nantais avec des victoires en coupes de France et d'Europe. Dès le début de la saison, il surprend les observateurs en écartant les deux vedettes de l'équipe (Robert Gadocha et Yves Triantafilos) qu'il juge en méforme. Il aligne à leur place en attaque Bruno Baronchelli, Eric Pécout et Loïc Amisse, joueurs de l'équipe de France olympique formés au club, puis fait confiance à plusieurs autres jeunes formés à la méthode nantaise. Le pari est gagné : le club est champion de France en 1977 pour la quatrième fois de son histoire. Cette même année, le club inaugure La Jonelière, un grand centre d'entraînement abritant notamment un centre de formation particulièrement avancé pour l'époque[33].

La saison suivante, le club termine deuxième derrière l'AS Monaco et est éliminé par l'Atletico de Madrid en coupe d'Europe. La saison 1978-1979 commence mal avec une attaque qui déçoit. Jean-Claude Suaudeau est alors promu conseiller de Jean Vincent et leur collaboration va permettre à l'équipe de remonter au classement jusqu'à la deuxième place, à deux points du champion, le RC Strasbourg. Mais surtout le club va gagner sa première Coupe de France en battant en finale l'équipe de Division 2 l'AJ Auxerre sur le score de 4-1 (a.p.)[34].

À l'été 1979, l'Argentin Enzo Trossero est recruté pour pallier le départ d'Omar Sahnoun, tandis que plusieurs jeunes intègrent l'équipe première comme José Touré et William Ayache. Le club remporte son cinquième titre de champion de France et se hisse en demi-finale de la coupe d'Europe des vainqueurs de coupe, où après avoir écarté notamment les Roumains du Steaua Bucarest et les Soviétiques du Dynamo Moscou, les Nantais sont éliminés par les Espagnols du Valence CF. Les Nantais entretiennent alors une invincibilité à domicile qu'ils portent à quatre-vingt-douze matchs, jusqu'à une défaite face à l'AJ Auxerre la saison suivante[35]. Le club, qui s'est incliné face à l'Inter Milan en coupe d'Europe, termine alors à la deuxième place.

De plus en plus contesté, Jean Vincent reste malgré tout en poste et parvient à recruter l'un des meilleurs attaquants d'Europe, le Yougoslave Vahid Halilhodžić. L'adaptation difficile de ce dernier au jeu en mouvement du FC Nantes[36] pénalise l'équipe, qui ne termine qu'à la 6e place du championnat et connaît de nouvelles désillusions en coupe d'Europe et coupe de France. Jean Vincent quitte le club en cours de saison 1981-1982, pour devenir sélectionneur du Cameroun[37].

Jean-Claude Suaudeau, ancien joueur du club, proche d'Arribas et entraîneur de l'équipe réserve depuis 1969, prend la relève en appliquant les principes de jeu qui ont fait le succès de l'équipe des années 1960. Son équipe repose en particulier sur une défense solide et vive en contre, dirigée par le capitaine Maxime Bossis, sur l'apport physique de Seth Adonkor qui préfigure les milieux récupérateurs modernes, sur Halilhodžić, entouré de Baronchelli et Amisse, ainsi que sur José Touré, auquel sa technique et son style valent le surnom du « Brésilien »[Note 2].

Le FCN est champion pour la sixième fois en 1983[38] mais manque de nouveau le doublé coupe-championnat, à l'issue d'une finale exceptionnelle qui voit José Touré marquer un but d'anthologie, finalement remportée par le Paris Saint-Germain (3-2)[39]. Ensuite le club déçoit en championnat (6e en 1984) ainsi qu'en coupe d'Europe. C'est cette saison qu'est inauguré le Stade de la Beaujoire, construit pour l'Euro 84[40],[41].

Le club, qui termine deuxième du championnat en 1985, ne peut plus lutter financièrement et voit ses meilleurs joueurs quitter le club comme Maxime Bossis qui part au Matra Racing ; le recrutement n'est pas à la hauteur malgré l'arrivée de l'Argentin Jorge Burruchaga qui devient champion du monde l'année suivante[Note 3]. Le club termine deuxième de Division 1 et fait un bon parcours en coupe de l'UEFA, seulement éliminé par l'Inter de Milan. L'année suivante des cadres comme José Touré, Halilhodžić et Ayache s'en vont.

Max Bouyer, le nouveau président du club intronisé en décembre 1986, recrute des joueurs à prix d'or comme Mo Johnston et Frankie Vercauteren qui se révèlent être des déceptions. L'arrivée de plusieurs jeunes joueurs comme Didier Deschamps ne suffisent pas à équilibrer les départs ; de plus Burruchaga se blesse gravement et est écarté des terrains. Le club chute au classement avec une 12e place en 1987 et une 10e place l'année suivante. Suaudeau est jugé responsable de ces mauvaises performances et est démis de ses fonctions par le président du club.

De la crise au renouveau (1988-2004)[modifier | modifier le code]

Le président Max Bouyer décide de changer d'entraîneur, engageant le Croate Miroslav Blažević, et finance une politique de recrutement coûteuse ; Maxime Bossis fait même son retour à 35 ans[42],[43], tandis que les jeunes joueurs sont vendus dès qu'ils représentent une valeur marchande, comme c'est le cas pour Didier Deschamps. Cette période se conclut par de graves difficultés financières. En 1992, le FC Nantes frôle la rétrogradation administrative et est finalement sauvé après une restructuration, illustrée par un changement de nom (le club devient FC Nantes Atlantique)[43].

Suaudeau retrouve le poste d'entraîneur à partir de 1991 et, compte tenu des difficultés financières du club[44], décide de faire confiance aux jeunes joueurs formés sous sa direction et celle de Raynald Denoueix, directeur du centre de formation depuis 1982. Marcel Desailly quitte le FC Nantes, mais l'équipe connaît pour le reste une certaine stabilité qui lui permet de développer de nouveau un jeu séduisant reposant sur les automatismes et l'entraînement collectif. Le « jeu à la nantaise » comme on l'appelle bientôt, est caractérisé durant cette période par son aspect direct et la rapidité de transmission, notamment grâce aux passes sans contrôle[45]. Cette équipe, particulièrement forte sur le plan athlétique, avec Patrice Loko, Christian Karembeu, Claude Makelele et Nicolas Ouédec, et éclairée par l'apport technique de Japhet N'Doram et Reynald Pedros, parvient en finale de coupe de France 1993 (de nouveau perdue contre le Paris-Saint-Germain) avant de dominer le championnat de France 1995. Elle remporte alors le septième titre du club, réalisant un record de trente-deux matches d'affilée sans défaite. L'équipe est alors célèbre pour le « tarif maison[46] », une victoire à domicile par 3 buts à 0 (le FCN marquant trois buts lors de dix de ses dix-neuf matches à domicile). Cette même équipe, hormis Karembeu et Loko vendus dès l'été, parvient en demi-finale de Ligue des champions l'année suivante, mais perd face à la Juventus (4-3 sur les deux rencontres).

Vexé par les départs successifs de ses meilleurs joueurs, Suaudeau quitte le club en 1997 et laisse la place à Raynald Denoueix[47]. Sous les ordres de ce dernier, Nantes et son équipe de jeunes joueurs en grande partie formés au club remporte successivement deux coupes de France (en 1999 et 2000) et le championnat de France 2001, son huitième et dernier titre à ce jour. Ces résultats sont obtenus grâce aux mêmes principes de jeu, appliqués dans un style proche du toque colombien[48], avec des joueurs techniques, au gabarit souvent léger (Olivier Monterrubio, Éric Carrière, Stéphane Ziani). Les résultats du club sont plus mitigés lors des saisons suivantes, mais le club atteint cependant la 6e place lors de la saison 2003-2004 et dispute la même année la finale de la Coupe de la Ligue face au FC Sochaux, perdue de justesse lors de la séance des tirs aux buts après une panenka manquée de Mickaël Landreau. Le style de jeu dit « à la nantaise » est peu à peu mis de côté par le club, voire oublié.

Entre deux divisions (2005-)[modifier | modifier le code]

Le club connait lors de la saison 2004-2005 de grosses difficultés, et les hommes de Serge Le Dizet se sauvent de façon heureuse lors de l'ultime journée, à la faveur d'une victoire sur Metz tandis que Caen s'inclinait sur le terrain du FC Istres, pourtant bon dernier. Après une nouvelle saison 2005-2006 difficile, le gardien emblématique Mickaël Landreau et le milieu de terrain Jérémy Toulalan quittent le club. La saison 2006-2007 est catastrophique : les dirigeants Serge Dassault et Rudi Roussillon ne parviennent pas à renverser la tendance et le recrutement se révèle désastreux (Christian Wilhelmsson[49], Vladimir Stojkovic[50],[51] , Nourdin Boukhari[52] qui sont trois des cinq recrues estivales repartent dès le mercato d'hiver où arrivent Fabien Barthez[53], Jaouad Zaïri [54], Luigi Pieroni[55] qui ne resteront aussi que 6 mois). Dernier, le club est relégué pour la première fois de son histoire, après 44 saisons en première division. Lors de la réception de Toulouse lors de la 37e journée, les supporters excédés par la gestion du club et la descente en Ligue 2 envahissent le terrain à quelques minutes de la fin alors que le score est de 0-0 [56],[57]. La ligue donnera le match gagné à Toulouse qui grâce à ces trois points doublera sur le fil le Stade rennais pour le gain de la 3e place[58].

Le club est revendu à l'été 2007 à l'homme d'affaires Waldemar Kita. Ce dernier ne parvient pas à rétablir la stabilité du club : l'effectif est bouleversé année après année, et alors que le club n'a connu que cinq entraîneurs entre 1960 et 2000, Gernot Rohr est à l'été 2009 le dixième de la décennie. Malgré un retour en première division à l'issue de la saison 2007-2008, les Nantais sont de nouveau relégués en 2008-2009, dans un climat de décadence souligné par les anciens du club[59],[60],[61].

La saison 2009-2010 est l'une des plus noires de l'histoire du FCN, pourtant favori à la remontée en Ligue 1 : après un bon début de saison (le club ne compte qu'une seule défaite après les douze premières journées), l'équipe encaisse une défaite (4-0) au Havre AC puis est humiliée par l'Union sportive concarnoise, club de CFA 2 (3-0) [62] dès son entrée en lice en coupe de France. L'équipe sombre progressivement et se retrouve à la huitième place à la trêve, quand Jean-Marc Furlan est nommé au poste d'entraîneur. Les résultats ne s'améliorent pas et Baptiste Gentili est nommé à son tour en février. Le club termine finalement à une piètre quinzième place, à seulement deux points du premier relégable (l'EA Guingamp). Les supporters désabusés réclament le départ du président Kita, dont la gestion du club est fortement remise en cause. Sous l'impulsion de Samuel Fenillat, un nouveau staff se met en place depuis le début de saison 2010 - 2011 avec Loic Amisse et Stéphane Ziani. Gentilli puis Anziani feront la saison avec une équipe rajeunie, entouré des Vivians et Cheyrou. Cette saison est encore une fois catastrophique et Nantes frôle là encore le National. Malgré des résultats loin des attentes de tous, le FC Nantes continue l'aventure pour 2011-2012 en Ligue 2, mais cette saison se révèle aussi mitigée.

La saison 2012-2013 voit le retour de Michel Der Zakarian au poste d'entraîneur, artisan de la dernière montée du club. Le club démarre bien la saison et s'offre même le titre honorifique de champion d'automne[63]. Lors de la deuxième partie de saison l'équipe confirme (notamment grâce à Filip Djordjevic, qui effectue sa meilleure saison avec 20 buts en championnat[64]) et le club remonte enfin en Ligue 1, l'année de ses 70 ans. Cette saison marque un regain d'intérêt pour les supporters : trois matches à la Beaujoire se jouent à guichets fermés, respectivement contre Angers, Monaco et Sedan, dernier match à domicile au cours duquel Nantes officialise sa montée, voyant le terrain envahi de manière spontanée et festive par les supporters nantais[65].

Le retour des canaris en Ligue 1 commence par une victoire 2-0 à domicile contre Bastia lors de la première journée. Le club obtient d'excellents résultats pendant la première partie de saison, conserve la 4e place pendant quatre journées consécutives et remporte des victoires de prestige à l'extérieur contre ses rivaux (0-3 à Bordeaux, 1-3 à Rennes et 0-1 à Marseille). Le club est 9e à la mi-saison[66], et atteint les demi-finales de la Coupe de la Ligue.

Palmarès et records[modifier | modifier le code]

Palmarès et statistiques[modifier | modifier le code]


Le palmarès du Football Club de Nantes est le troisième de France en nombre de titres de champion de France professionnel remportés (8), derrière l'AS Saint-Étienne avec 10 titres et l'Olympique de Marseille avec 9 titres, et devant l'AS Monaco et l'Olympique lyonnais, qui ont remporté sept titres chacun. S'y ajoutent trois coupes de France, pour cinq finales perdues. Nantes a manqué le doublé coupe-championnat à trois reprises, en perdant les finales de 1966, 1973 et 1983. Le FCN a également remporté une Coupe de la Ligue en 1965, ainsi que trois challenges ou trophées des Champions.

Les méthodes de classement historique par points ne placent cependant le FC Nantes qu'entre la dixième[67] et la treizième place[68], ce qui s'explique essentiellement par la relative jeunesse du club dans le football français. À l'inverse, une méthode par classement place Nantes en troisième position, le club n'ayant fini que quatre fois sous la quatorzième place en D1/L1[69].

Les performances du FC Nantes sont moins remarquables sur le plan européen, où le club n'a jamais dépassé les demi-finales, atteintes en coupe des vainqueurs de coupe en 1980, et en coupe des champions en 1996. Les classements historiques placent ainsi le FCN entre la cinquième[70] et la septième place des clubs français en compétitions européennes. Enfin, le classement mondial perpétuel des clubs, en fonction des résultats depuis 1991, place le FCN à la cinquante-septième place (septième club français)[71].

Palmarès de l'équipe première en compétitions officielles
Compétitions nationales Compétitions internationales
Anciennes compétitions
Anciennes compétitions
Compétitions régionales

À l'issue de la saison 2009-2010, le club du FC Nantes totalise 45 participations au championnat de France de Division 1/Ligue 1, soit la compétition au sommet de la hiérarchie du football en France, et 20 participations au championnat de deuxième division nationale.

Bilan par championnat
Championnat Saisons Titres J G N P Bp Bc Diff
D1/L1 (1963-2009) 45 8 1674 739 470 465 2433 1771 + 662
D2/L2 (1945-2010) 20 0 729 288 172 269 1162 1166 -4
Division d'Honneur (1943-1945) 2 1 32 22 7 3 112 32 +80

À l'issue de la saison 2009-2010, le club compte 24 participations à une coupe d'Europe et 67 participations en Coupe de France.

Bilan par coupe
Coupes Saisons Meilleure perf. J G N P Bp Bc Diff
Coupe d'Europe des clubs champions (1965-2002) 8 Demi-finale 40 12 14 14 52 54 -2
Coupe d'Europe des vainqueurs de coupes (1970-1980) 2 Demi-finale 12 7 0 5 28 21 +7
Coupe UEFA (1971-2001) 11 Quart de finale 48 21 14 13 78 62 +16
Coupe Intertoto (1996-2005) 3 Demi-finale 14 7 3 4 24 18 +6
Coupe de France (1943-2010) 67 Vainqueur 253 146 39 68 544 271 273
Coupe de la Ligue (1994-2010) 15 Finale 33 11 8 14 43 50 -7

Records[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Records du Football Club de Nantes.

Le record d'apparitions en championnat de D1/L1 sous le maillot nantais est établi par Henri Michel le 3 mars 1982, face à Metz, son cinq cent trente-deuxième et dernier match[72],[Note 4]. Ce record est égalé par Jean-Paul Bertrand-Demanes le 18 juillet 1987, sa seule apparition de la saison : blessé au tendon d'Achille, le gardien nantais est contraint de mettre fin à sa carrière[73]. Ils sont suivis de Loïc Amisse (cinq cent trois apparitions)[74].

Le meilleur buteur du club en championnat de D1/L1 est Bernard Blanchet, avec cent onze réalisations sous le maillot jaune et vert, son dernier but ayant été marqué le 9 avril 1974 à Nice (1-1)[75],[Note 5]. Il est suivi par Philippe Gondet (quatre-vingt-dix-huit buts), qui reste le meilleur buteur français sur une saison (trente-six buts en 1965-1966), puis par Gilles Rampillon et Vahid Halilhodžić (quatre-vingt-treize buts ex æquo)[76].

Le record d'affluence du FC Nantes à domicile est de 44 297 spectateurs, le 27 janvier 1985 contre Bordeaux (0-1)[77]. Ce record ne peut plus être battu à l'heure actuelle, le stade de la Beaujoire ayant vu sa capacité réduite depuis. Le record en coupe d'Europe s'élève à 40 259 spectateurs contre le Spartak Moscou, le 11 décembre 1985 (1-1)[77]. Le record de l'ancien stade Marcel-Saupin a été établi le 18 avril 1970 avec 29 504 spectateurs face à Angers, en coupe de France (2-0)[78].

Le FC Nantes détient également plusieurs records nationaux, en particulier le record d'invincibilité à domicile avec quatre-vingt-douze matches consécutifs sans défaite au stade Marcel-Saupin, du 4 juin 1976 (Nantes-Nice, 1-1) au 7 avril 1981 (Nantes-Auxerre, 0-1), et le record d'invincibilité en championnat avec trente-deux matches consécutifs sans défaite lors de la saison 1994-1995[79]. La deuxième place de ce classement d'invincibilité en championnat est également occupée par Nantes et sa série de trente matches consécutifs sans défaite en 1996-1997.

Image et identité[modifier | modifier le code]

Le jeu du FC Nantes[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Jeu à la nantaise.

Sous l'impulsion de José Arribas, le FC Nantes fait étalage d'un jeu offensif et collectif, que l'entraîneur préfère décrire comme un « état d'esprit » ou une « conception » plutôt qu'un système ou une organisation[80]. Ce jeu séduit les spectateurs, les médias[81] et même les adversaires témoignent de leur admiration : « Jamais nous n'avions vu ici une formation pratiquer un football d'une telle qualité cette saison » déclarent les observateurs valenciennois après un match de Nantes dans le Nord au début de la saison 1964-1965[82]. Le jeu particulier du FC Nantes est surnommé jeu « à la nantaise » au début des années 1990[83].

Le jeu nantais, tel qu'il a été défini par José Arribas, puis par Jean-Claude Suaudeau et Raynald Denoueix qui se placent dans sa filiation, met en avant le mouvement[45],[84],[48], la disponibilité des joueurs pour proposer des solutions au porteur du ballon[45], ce qui passe notamment par l'anticipation, l'usage des espaces et la multiplication des courses et des appels, ou encore la recherche de la vivacité et des changements de rythme[80]. Le jeu en passes courtes est généralement privilégié pour réduire l'engagement physique (défavorable au mouvement) et accélérer la remontée du ballon[80].

D'autres aspects correspondent plus spécifiquement aux qualités propres aux différentes équipes de l'histoire du club : attaque autour d'un pivot (Angel Marcos), en 1973[85], accélération de la transmission grâce aux passes sans contrôle (jeu à une touche de balle) à partir de 1983[45], jeu direct réduisant le nombre de passes et appuyant sur les qualités plus physiques que techniques des joueurs en 1995[45], ou encore, à l'inverse, multiplication des passes courtes et rapides pour remonter le ballon ligne après ligne sur le mode du toque sud-américain[86].

Terme souvent galvaudé, le jeu dit « à la nantaise » est considéré comme disparu depuis le début des années 2000. Alors qu'un Denoueix insiste sur le caractère intemporel de tels moyens pour assurer le succès[87], l'idée d'un style de jeu particulier et axé sur l'offensive est critiquée comme ne convenant plus au football moderne, ce qui fait abstraction du contexte dans lequel Arribas l'a imposé, le football des années 1960 où la notion de réalisme prenait le pas sur la créativité. Le FC Barcelone pratique le jeu dit « à la nantaise » depuis de nombreuses années, ce qui montre aussi la qualité et la possibilité de voir ces mouvements de jeu fluide dans le football moderne.

Couleurs et maillots[modifier | modifier le code]

Maillot du club Maillot du club Maillot du club
Maillot du club
Maillot du club
Couleurs de 1976 à 1987.
Maillot du club Maillot du club Maillot du club
Maillot du club
Maillot du club
Saison 1994-1995

Les couleurs du club sont depuis l'origine le jaune et le vert, couleur de la casaque sous laquelle court le jockey Ali Pacha sur le meilleur cheval de l'écurie du premier président du club, Jean Le Guillou[88]. Elles valent aux joueurs nantais le surnom de « Canaris », venu de Norwich City, club aux mêmes couleurs, dont le canari est l'emblème depuis le début du XXe siècle pour des raisons liées à l'histoire de la ville[89]. Plusieurs équipes utilisant des couleurs identiques ou proches partagent ce surnom, comme la Jeunesse sportive de Kabylie ou les Turcs de Fenerbahçe[90].

À partir de 1943, le maillot nantais est traditionnellement jaune à parements verts, avec diverses variantes (scapulaire, fines rayures horizontales)[91].

Le short, blanc à l'origine, devient noir de 1973 à 1976. Les parements du maillot sont bleu-blanc-rouge en 1973-1974, à la suite du troisième titre national du club. Le short devient vert à partir de 1976 (avec des chaussettes jaunes). Le maillot nantais est alors reconnaissable en raison de son principal sponsor Europe 1, dont le chiffre forme une large bande verte oblique. Le FCN est ensuite équipé par Patrick, qui fournit des tenues entièrement jaunes, à parements verts.

Après un passage chez Adidas, Diadora fournit à partir de 1992 des maillots à bandes verticales, devenus le symbole du titre de 1995[Note 6]. Les rayures sont reprises par Adidas de 1995 à 2000. Le coq sportif équipe Nantes de 2000 à 2005, et abandonne les rayures pour des tenues entièrement jaunes avec des parements verts parfois rares, ou encore une bande verticale unique au milieu du maillot (2004-2005). Airness qui fournit les équipements à partir de 2005 revient au maillot vert (avec des chaussettes vertes) à partir de 2006. Le contrat est unilatéralement rompu en 2008 par le club[92], et le club se lie à l’équipementier Kappa, qui revient à une dominante jaune. Puis, lors de la fin du contrat, c'est Errea qui devient le sponsor du club.

Les maillots extérieurs du club ont été le plus souvent blancs à parement verts ou jaunes, mais des variantes ont été expérimentées, le rouge dans les années 1970, le bleu nuit en 2000-2001 ou le gris en 2008-2009. Le FCNA a également utilisé un maillot vert bouteille pour disputer la Ligue des champions en 2001-2002.

Apparu sur le maillot nantais en 1996, Synergie est le sponsor maillot principal du FCN depuis 1998, soit depuis onze saisons consécutives. Notable par son placard rouge souvent décrié[93], Synergie a dépassé le nombre de saisons effectuées comme sponsor principal par Europe 1 (1976-1986)[94].

Blason[modifier | modifier le code]

Un premier blason, rond, représentant une goélette jaune sur vert surmontée des initiales « FCN » et de cinq hermines vertes sur une bande jaune (reprises du blason de la ville), est utilisé de la saison 1976-1977 (introduction au cours de l'hiver) à 1987. De légères variantes sont parfois utilisées (bateau vert sur fond jaune et nom du club en toutes lettres en 1980-1981, version originale aux couleurs inversées – bateau vert sur jaune – entre 1982 et 1986). Le blason est remplacé par un logo calqué sur celui de la municipalité en 1987[95], auquel sont ajoutées des étoiles symbolisant les titres de champion de France, ainsi que le A du nouveau nom en 1992. Le retour à un blason plus traditionnel, avec la goélette, cette fois verte sur fond jaune, est décidé en 1997. Ce même blason est revu par une agence de communication en 2003, pour un résultat légèrement épuré. À l'initiative de Waldemar Kita[96], un nouveau blason nettement inspiré du FC Barcelone[97], est adopté en octobre 2007 après un vote sur Internet puis utilisé depuis le 1er janvier 2008. Les cinq mouchetures d'hermines évoquant le blasonnement d'hermine plain de la Bretagne, y font leur retour, ainsi que la date de création du club, et des bandes verticales sont ajoutées pour rappeler l'équipe de 1995[98],[99].

D'autres variantes ont été utilisées pour les documents officiels du club (affiches, courriers), mais n'ont jamais été arborées sur les maillots.

Joueurs et personnalités du club[modifier | modifier le code]

Entraîneurs[modifier | modifier le code]

Le FC Nantes a connu vingt entraîneurs différents à travers vingt-deux mandats successifs. Le premier entraîneur du FC Nantes, à sa création en 1943, est Aimé Nuic, dans un rôle d'entraîneur-joueur[3]. Le premier entraîneur professionnel et à temps plein est Émile Veinante, recruté en 1951[100]. L'entraîneur resté le plus longtemps à la tête du FC Nantes est José Arribas, de 1960 à 1976 soit seize saisons complètes. Il est également le plus titré avec trois titres de champion de France (1965, 1966, 1973) sur les huit remportés par le club. Les autres entraîneurs titrés sont Jean Vincent (deux championnats, une coupe de France), Jean-Claude Suaudeau (deux championnats) et Raynald Denoueix (un championnat, deux coupes de France).

Entraîneurs du FC Nantes
Rang Nom Période
1 Drapeau : France Aimé Nuic 1943-1946
2 Drapeau : Allemagne Drapeau : France Anton Raab 1946-1949
3 Drapeau : France Antoine Gorius 1949-1951
4 Drapeau : France Émile Veinante 1951-1955
5 Drapeau : Allemagne Drapeau : France Anton Raab 1955-1956
6 Drapeau : Pologne Stanislas Staho 1956
7 Drapeau : République tchèque Louis Dupal 1956-1959
8 Drapeau : République tchèque Karel Michlowski 1959-1960
9 Drapeau : France José Arribas 1960-1976
10 Drapeau : France Jean Vincent 1976-1982
Rang Nom Période
11 Drapeau : France Jean-Claude Suaudeau 1982-1988
12 Drapeau : République fédérative socialiste de Yougoslavie Miroslav Blažević 1988-1991
13 Drapeau : France Jean-Claude Suaudeau 1991-1997
14 Drapeau : France Raynald Denoueix 1997-2001
15 Drapeau : Argentine Ángel Marcos 2001-2003
16 Drapeau : France Loïc Amisse 2003-2004
17 Drapeau : France Serge Le Dizet 2004-2006
18 Drapeau : France Georges Eo 2006-2007
19 Drapeau : Arménie Michel Der Zakarian et
Drapeau : Tchad Japhet N'Doram
2007
Rang Nom Période
20 Drapeau : Arménie Michel Der Zakarian 2007-2008
21 Drapeau : France Christian Larièpe 2008
22 Drapeau : France Élie Baup 2008-2009
23 Drapeau : Allemagne Drapeau : France Gernot Rohr 2009
24 Drapeau : France Jean-Marc Furlan 2009-2010
25 Drapeau : France Baptiste Gentili 2010-2011
26 Drapeau : France Philippe Anziani 2011
27 Drapeau : France Landry Chauvin 2011-2012
28 Drapeau : Arménie Michel Der Zakarian Depuis 2012

Historique des présidents[modifier | modifier le code]

Le premier président du Football Club de Nantes est Marcel Braud, ancien membre du comité directeur de la Saint-Pierre de Nantes, le principal club ayant fusionné au sein du FCN. Il est remplacé après un an par Marcel Saupin, l'instigateur de la création du club. Après onze années qui ont vu le club se construire, ce dernier doit quitter son poste en 1955 pour cause de maladie. Jean Le Guillou lui succède pendant trois années, avant que la mairie de Nantes n'impose un nouveau président en la personne de Charles Stephan, remplacé par Jean Clerfeuille quelques mois plus tard. Bien que sous la présidence de ce dernier, le club accède pour la première fois à la première division et remporte ses deux premiers titres de champion de France. Il doit démissionner de la présidence du club en 1968 à la suite d'attaques internes contre sa gestion.

Louis Fonteneau occupe le poste pendant dix-sept ans, pendant lesquels le club remporte quatre titres de champion et une coupe de France. Il quitte volontairement le club en 1986 et laisse sa place à Max Bouyer. Ce dernier souhaite imiter les exemples de Bernard Tapie et de Claude Bez dans la gestion du club et se lance dans le recrutement de joueurs de renommée. Cette politique se solde globalement par un échec : le FC Nantes ne remporte aucun titre et évite même de peu une relégation administrative au début des années 1990.

Bouyer cède alors sa place à Guy Scherrer, qui malgré un court passage de quatre années, parvient à redresser le club en s'appuyant de nouveau sur le centre de formation, dont les jeunes produits remportent un titre de champion de France en 1995. Son successeur Jean-René Toumelin reste en poste deux ans, tout comme Kléber Bobin, qui voit le club remporter son huitième titre de champion et deux nouvelles coupes de France.

En 2000, le club est racheté par la Socpresse, groupe de presse appartenant à l'industriel Serge Dassault. Ce dernier impose au conseil d'administration l'arrivée de Jean-Luc Gripond, qui prend ses fonctions en octobre. Le club, qui abandonne la politique de formation qui lui avait réussi jusque-là, connaît une dégradation rapide de ses résultats. L'équipe nantaise se trouve à lutter pour assurer son maintien en Ligue 1. Rudi Roussillon est nommé en 2005 pour redresser la barre, sans succès. En 2007, à la suite de la première relégation de l'histoire du club et après 44 saisons passées dans l'élite, la Socpresse fait appel à l'ancien président du Lille OSC Luc Dayan avant de revendre à l'automne le club à l'entrepreneur franco-polonais Waldemar Kita, dont le passage à la présidence du club suisse de FC Lausanne-Sport est controversé[Note 7]. De fait, la présidence de Waldemar Kita est très contestée par l'ensemble des supporters, qui voient le club nantais tourner le dos aux principes ayant assuré ses succès antérieurs et obtenir des résultats de plus en plus décevants[101].

Le FC Nantes a connu treize présidents, dont six présidents de l'association jusqu'en 1992, trois présidents de la SAOS de 1992 à 2001, et quatre présidents de la SASP depuis 2001. Quatre présidents seulement ont remporté des titres (championnat ou coupe de France), le plus titré étant Louis Fonteneau (quatre championnats, une coupe), suivi de Jean Clerfeuille (deux championnats), Kléber Bobin (un championnat, deux coupes) et Guy Scherrer (un championnat).

Présidents du FC Nantes
Rang Nom Période
1 Marcel Braud 1943-1944
2 Marcel Saupin 1944-1955
3 Jean Le Guillou 1955-1958
4 Charles Stephan 1958-1959
5 Jean Clerfeuille 1959-1968
6 Louis Fonteneau 1969-1986
7 Max Bouyer 1986-1992
Rang Nom Période
8 Guy Scherrer 1992-1996
9 Jean-René Toumelin 1996-1998
10 Kléber Bobin 1999-2001
11 Jean-Luc Gripond 2001-2005
12 Rudi Roussillon 2005-2007
13 Luc Dayan 2007
14 Waldemar Kita Depuis 2007

Joueurs emblématiques[modifier | modifier le code]

Article connexe : Liste des joueurs du FC Nantes.

Équipe de France[modifier | modifier le code]

Trente-six joueurs ont disputé au moins un match sous le maillot de l'équipe de France alors qu'ils jouaient au Footbal Club de Nantes[102],[103] pour un total de 360 sélections. Le premier d'entre eux est le milieu de terrain Jacky Simon en 1965 qui marque un but en quinze sélections et dispute la Coupe du monde 1966[104]. Le joueur totalisant le plus de sélections en étant au club est le défenseur Maxime Bossis avec 64 sélections, dont quatre en tant que capitaine, pour un but marqué lors de la Coupe du monde 1982 au premier tour contre le Koweït[105]. Après Bossis suivent dans ce classement le milieu de terrain Henri Michel avec 58 sélections entre 1967 et 1980[106] et l'ailier Reynald Pedros avec 22 sélections entre 1993 et 1996[107].

Les derniers joueurs à avoir été appelés en équipe de France alors qu'ils portaient le maillot du FC Nantes sont Nicolas Gillet[108], Éric Carrière[109] et Mickaël Landreau[110] au début des années 2000.

Le tableau suivant donne la liste actualisée au 1er septembre 2010 des joueurs du FC Nantes en équipe de France, le nombre de sélections et la période correspondante, ainsi que le nombre total de sélections en incluant les périodes où le joueur était dans un autre club de football.

Joueurs du FC Nantes en équipe de France
Joueur Sélections Période Sél. (total)
Robert Budzynski 11 1965–1967 11
Jacky Simon 13 1965-1968 15
Philippe Gondet 14 1965-1970 14
Claude Robin 4 1966–1967 4
Jean-Claude Suaudeau 4 1966–1967 4
Daniel Eon 3 1966–1967 3
Gabriel De Michèle 2 1966–1967 2
Bernard Blanchet 17 1966–1972 17
Gilbert Le Chenadec 1 1967 1
Henri Michel 58 1967-1980 58
Vincent Esteve 1 1968 1
Roger Lemerre 1 1970 6
Bernard Gardon 1 1973 1
Joueur Sélections Période Sél. (total)
Jean-Paul Bertrand-Demanes 11 1973–1978 11
Patrice Rio 17 1976–1978 17
Gilles Rampillon 3 1976–1980 3
Maxime Bossis 64 1976-1985 76
Omar Sahnoun 6 1977-1978 6
Bruno Baronchelli 6 1977-1981 6
Thierry Tusseau 9 1977–1983 22
Loïc Amisse 12 1977–1983 12
Eric Pécout 5 1979-1980 5
José Touré 10 1983-1985 16
William Ayache 13 1983–1986 20
Michel Bibard 3 1984 6
Joueur Sélections Période Sél. (total)
Yvon Le Roux 8 1985–1986 28
Philippe Anziani 1 1987 5
Didier Deschamps 5 1989 103
Christian Karembeu 8 1992–1995 53
Patrice Loko 8 1993-1995 26
Reynald Pedros 22 1993–1996 25
Jean-Michel Ferri 5 1994-1995 5
Nicolas Ouédec 5 1994-1995 7
Claude Makélélé 2 1995-1997 71
Nicolas Gillet 1 2001 1
Éric Carrière 4 2001 10
Mickaël Landreau 3 2001-2004 11
Total 360 1965-2004 -

Équipe-type de 1963 à 2003[modifier | modifier le code]

Landreau, gardien de but du « onze idéal » du FC Nantes.

En 2003, à l'occasion des quarante ans du club en première division un concours organisé par le quotidien Ouest-France et la radio locale Hit West a désigné le « onze idéal » du FC Nantes de 1963 à 2003[111]. L'entraîneur idéal en est José Arribas. Le joueur à avoir recueilli le plus de voix est Loïc Amisse (3720), devant Henri Michel (3504) et Mickaël Landreau (3401).

Le gardien de but de ce onze idéal est Mickaël Landreau, qui joue treize ans au club dont dix[112] au sein de l'équipe première et est son capitaine de 1998 à 2006. La défense est composée des Argentins Néstor Fabbri champion de France 2001 et Hugo Bargas champion de France 1973 et 1977 dans l'axe ainsi que de Maxime Bossis champion de France 1977, 1980 et 1983 et Sylvain Armand champion de France 2001 pour les postes de défenseurs latéraux. Les trois milieux de terrain élus sont Henri Michel, recordman du nombre de matchs joués pour le club en Division 1 (532), champion de France 1973, 1977 et 1980, le double champion de France 1980 et 1983 José Touré, et le Tchadien Japhet N'Doram, vainqueur du titre en 1995. L'attaque comprend comme ailier gauche Loïc Amisse, champion en 1977, 1980 et 1983, le Bosnien Vahid Halilhodžić champion de France 1983 comme avant-centre, et enfin Bernard Blanchet, champion de France 1965, 1966 et 1973 et recordman du nombre de buts marqués pour le club avec 111 buts.

Champions de France[modifier | modifier le code]

Les équipes qui remportent le championnat de France[113] marquent l'histoire du club, elles constituent pour ce faire un amalgame de talents dont les qualités permettent de dominer la saison footballistique en France. Le Football Club de Nantes remporte le titre de champion de France à huit reprises en 1965, 1966, 1973, 1977, 1980, 1983, 1995 et 2001.

Ces titres se répartissent à travers trois période de succès pour le club Nantais, le milieu des années 1960, la période de 1973 à 1983 avec quatre titres en dix ans pour le club qui s'affirme alors comme le principal rival de Saint-Étienne au niveau national. Enfin les deux derniers titres gagnés à 6 ans d'écarts mais avec des équipes aux joueurs différents.

Le milieu des années 1960, qui suit la montée du club en première division en 1963 se solde par deux titres de champion de France en 1965 et 1966. Cette période, sous la direction de José Arribas[114] est marqué par une stabilité de l'équipe qui repose sur une ossature, notamment composée des premiers internationaux Nantais, reconduite lors des deux saisons : Daniel Eon[115], Robert Budzynski[116], Gilbert Le Chenadec[117], Gabriel De Michèle[118], Ramon Muller[119], Jean-Claude Suaudeau[120], Bernard Blanchet[121] et Jacky Simon[104]. Certains changement sont toutefois à noter Georges Grabowski[122], prend en 1965-1966 la place de Robert Siatka[123] tout comme Francis Magny[124] s'impose à la place de Sadek Boukhalfa[125] et Philippe Gondet[126] remplace Rafael Santos[127].

Voir l’image vierge
L'équipe type du titre 1965[128].
Voir l’image vierge
L'équipe type du titre 1966[128].
Voir l’image vierge
L'équipe type du titre 1973[129].
Voir l’image vierge
L'équipe type du titre 1977[129].

Jean-Paul Bertrand-Demanes[130] est le seul titulaire des quatre titres gagnés entre 1973 et 1983. À ses côtés on retrouve en 1973, De Michèle et Blanchet déjà titrés. Henri Michel[106], Patrice Rio[131], Loïc Amisse[132] et Maxime Bossis[105], titulaires au cours de trois des quatre saisons couronnés par un titre de champion sont également des joueurs clefs de l'effectif Nantais sur la période. Bruno Baronchelli[133], Éric Pécout[134], Gilles Rampillon[135], Thierry Tusseau[136], Jean-Claude Osman[137], Oscar Muller[138] et Hugo Bargas[139] font partie de l'équipe type lors des années de suprématie du club, parmi ceux-ci certains joue également un rôle dans l'obtention d'un autre titre en tant que remplaçant. Ángel Marcos[140], Didier Couécou[141], Erich Maas[142], Bernard Gardon[143] et Michel Pech font partie des titulaires qui emmène le club au titre en 1973. Omar Sahnoun[144] en 1977, Victor[145] et Enzo Trossero[146] en 1980 font également partie des titulaires des équipes championne du FC Nantes. Vahid Halilhodžić[147], José Touré[148], Seth Adonkor[149] et William Ayache[150] jouent le même rôle lors du championnat 1983.

Voir l’image vierge
L'équipe type du titre 1980[129].
Voir l’image vierge
L'équipe type du titre 1983[151].
Voir l’image vierge
L'équipe type du titre 1995[152].
Voir l’image vierge
L'équipe type du titre 2001[153].

Le titre de 1995 est obtenu avec une équipe dont Dominique Casagrande[154] garde les cages, la défense est constituée de Christophe Pignol[155], Serge Le Dizet[156], Éric Decroix[157] et Christian Karembeu[158]. Le milieu de terrain est occupé par Jean-Michel Ferri[159], Claude Makelele[160], Japhet N'Doram[161] et Reynald Pedros[107]. Le duo formé par Nicolas Ouédec[162] et Patrice Loko[163] est chargé du front de l'attaque. Celui de 2001 est obtenue avec une équipe entièrement nouvelle qui comprend Mickaël Landreau[110] comme gardien, Néstor Fabbri[164] et Nicolas Gillet[108] en défense central, Sylvain Armand[165] et Nicolas Laspalles[166] comme arrières latéraux, un milieu de terrain composé de Mathieu Berson[167], Éric Carrière[109], Stéphane Ziani[168] et de Frédéric Da Rocha[169] et une attaque confiée à Olivier Monterrubio[170] et Viorel Moldovan[171].

Effectif professionnel actuel[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Saison 2014-2015 du FC Nantes.

Le premier tableau liste l'effectif professionnel du FC Nantes pour la saison 2014-2015.

Effectif de la saison 2014-2015 au 1er Août 2014[172]
Joueurs Encadrement technique
No  P. Nat.[Note 8] Nom Date de naissance Sélection[Note 9] Club précédent Contrat
1 G Drapeau de la France Riou, RémyRémy Riou 6/8/1987 (27 ans) France espoirs Toulouse FC 2012-2015
16 G Drapeau de la France Zelazny, ErwinErwin Zelazny 22/9/1991 (22 ans)
0 Formé au club 2009-2015
30 G Drapeau de la France Dupé, MaximeMaxime Dupé 4/3/1993 (21 ans) France espoirs Vannes OC 2011-2018
40 G Drapeau de la France Badri, NassimNassim Badri 8/12/1993 (20 ans)
0 Formé au club 2014-2015
2 D Drapeau du Danemark Hansen, KianKian Hansen 3/3/1989 (25 ans) Danemark Esbjerg fB 2014-2018
3 D Drapeau : Sénégal Djilobodji, PapyPapy Djilobodji 1/12/1988 (25 ans) Sénégal US Sénart-Moissy 2009-2016
4 D Drapeau du Venezuela Vizcarrondo, OswaldoOswaldo Vizcarrondo 31/5/1984 (30 ans) Venezuela Club América 2013-2016
5 D Drapeau de la France Veigneau, OlivierOlivier Veigneau Capitaine 16/7/1985 (29 ans) France espoirs MSV Duisbourg 2011-2016
15 D Drapeau de la France Dubois, LéoLéo Dubois 14/9/1994 (20 ans)
0 Formé au club 2014-2017
22 D Drapeau : Sénégal Cissokho, IssaIssa Cissokho 23/1/1985 (29 ans) Sénégal USJA Carquefou 2011-2016
24 D Drapeau des Comores Alhadhur, ChakerChaker Alhadhur 4/12/1991 (22 ans) Comores 0 Formé au club 2011-2016
26 D Drapeau de la France Djidji, KoffiKoffi Djidji 30/11/1992 (21 ans)
0 Formé au club 2011-2016
6 M Drapeau : Sénégal Gomis, RémiRémi Gomis 14/2/1984 (30 ans) Sénégal Levante UD 2014-2016
7 M Drapeau des États-Unis Bedoya, AlejandroAlejandro Bedoya 29/4/1987 (27 ans) États-Unis Helsingborgs IF 2013-2016
8 M Drapeau de la France Bessat, VincentVincent Bessat 8/11/1985 (28 ans)
USBCO Boulogne 2011-2015
12 M Drapeau du Mali Touré, BiramaBirama Touré 6/6/1992 (22 ans) Mali AS Beauvais 2012-2017
14 M Drapeau de la France Nkoudou, Georges-KévinGeorges-Kévin Nkoudou 13/2/1995 (19 ans) France U19 0 Formé au club 2013-2016
18 M Drapeau de la France Deaux, LucasLucas Deaux 26/12/1988 (25 ans)
Stade de Reims 2012-2016
19 M Drapeau de la France Touré, AbdoulayeAbdoulaye Touré 3/3/1994 (20 ans)
0 Formé au club 2014-2017
20 M Drapeau de la France Oudrhiri, AmineAmine Oudrhiri 4/11/1992 (21 ans)
Red Star 2014-2017
25 M Drapeau de la France Veretout, JordanJordan Veretout 1/3/1993 (21 ans) France espoirs 0 Formé au club 2011-2017
28 M Drapeau de la France Rongier, ValentinValentin Rongier 7/12/1994 (19 ans)
0 Formé au club 2014-2017
9 A Drapeau d’Israël Shechter, ItayItay Shechter 22/2/1987 (27 ans) Israël Hapoël Tel-Aviv 2014-2016
10 A Drapeau du Venezuela Aristeguieta, FernandoFernando Aristeguieta 9/4/1992 (22 ans) Venezuela Caracas FC 2013-2017
11 A Drapeau de la Guinée Bangoura, IsmaëlIsmaël Bangoura 2/1/1985 (29 ans) Guinée Umm Salal SC 2012-2017
13 A Drapeau du Togo Gakpé, SergeSerge Gakpé 7/5/1987 (27 ans) Togo Tours FC 2011-2015
21 A Drapeau de la France Audel, JohanJohan Audel 12/12/1983 (30 ans)
VfB Stuttgart 2014-2016
23 A Drapeau de la France Bammou, YacineYacine Bammou 11/9/1991 (23 ans)
Luçon VF 2014-2018
Entraîneur(s)
Entraîneur(s) adjoint(s)
Préparateur(s) physique(s)
  • Drapeau : France Stéphane Wiertelak
Entraîneur(s) des gardiens
Kinésithérapeute
  • Drapeau : France Philippe Daguillon
  • Drapeau : France Philippe Chantebel
Médecin(s)
  • Drapeau : France Georges Riaud
  • Drapeau : France Marc Dauty



Légende

Consultez la documentation du modèle

Direction sportive[modifier | modifier le code]

Robert Budzynski a exercé la fonction de directeur sportif de 1970 à octobre 2005[173],[174]. Si l'on y ajoute sa présence en tant que joueur à partir de 1963, Robert Budzynski est resté quarante-deux ans impliqué au sein du club, un record. En le nommant directeur sportif, Louis Fonteneau et José Arribas innovent en France où ce type de poste n'existe presque pas[27]. Son poste est proche de celui de « manager général », courant en Angleterre[173] : il effectue le lien entre les joueurs salariés et les dirigeants bénévoles[27] et supervise le recrutement, avec des feuilletons mouvementés à l'occasion de certains transferts comme pour Hugo Bargas dont les négociations menées en Argentine entraînent la démission du président de l'AFA[175]. ou Robert Gadocha qui entraîne pas moins de huit voyages à Varsovie[40]. La politique de recrutement nantaise reste tout de même traditionnellement sage, en partie par choix afin de privilégier la formation, en partie par un manque de moyens financiers qui empêche d'ailleurs l'équipe de retenir ses meilleurs éléments, notamment à partir du départ de Thierry Tusseau en 1983[40],[41].

Avant Budzynski, une fonction comparable est occupée par Antoine Raab de sa démission du poste d'entraîneur en mars 1956[14] jusqu'en 1962[176],[177].

Depuis octobre 2005, la direction sportive a d'abord été confiée à Japhet N'Doram en tant que responsable du recrutement[178]. Celui-ci est remplacé par Xavier Gravelaine à l'arrivée de Luc Dayan, en juin 2007, en tant que conseiller sportif[179], poste qu'il quitte six semaines plus tard, en août 2007[180]. Enfin, le nouveau président Waldemar Kita nomme Gilles Favard au poste de directeur technique en succession de Christian Larièpe, limogé alors qu'il occupait ce poste depuis octobre 2007[181].

Depuis juin 2010, Samuel Fenillat est directeur du centre de formation. L'équipe réserve est dirigée par Loïc Amisse.

Structures du club[modifier | modifier le code]

Infrastructures[modifier | modifier le code]

Stade Marcel-Saupin[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Stade Marcel-Saupin.
Vue extérieure du stade Marcel-Saupin

Le FC Nantes joue ses premiers matches au stade du Vivier, terrain du club de la Saint-Pierre, au stade de la Contrie, terrain de la Mellinet, et au stade du parc de Procé[182], avant d'obtenir l'autorisation de jouer au stade municipal de Malakoff (9 000 places, dont 3 000 assises). Mais la pelouse de ce dernier est utilisée comme parc automobile par la Wehrmacht, puis subit les bombardements meurtriers des 16 et 23 septembre 1943[183]. Le stade est rouvert le 15 octobre 1944[184], mais les compétitions sont suspendues : le FCN ne s'y installe donc réellement qu'en septembre 1945, pour ses débuts en D2. Le FCN y demeure au fur et à mesure de sa montée en puissance, et grâce à des agrandissements en 1951[185] et en 1955[186], puis à une rénovation complète en 1968-1969[187], le stade, devenu stade Marcel-Saupin en mars 1965[188] en hommage au fondateur du club, atteint près de 30 000 places, dont 13 000 assises. Il est en grande partie démoli courant 2007, mais après plusieurs modifications apportées, le stade peut de nouveau accueillir à partir d'octobre 2009 l'équipe réserve, qui jusque là devait évoluer au stade Michel-Lecointre.

Stade de la Beaujoire[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Stade de la Beaujoire.
Le stade de la Beaujoire, stade du FCN depuis 1984.

La situation du stade Saupin en centre-ville limite cependant tout nouvel agrandissement, et à la faveur de l'organisation française de l'Euro 1984, un stade flambant neuf à l'architecture futuriste est bâti à la périphérie nord de la ville : le stade de la Beaujoire, inauguré le 8 mai 1984 lors d'un match FCN-Roumanie et baptisé en 1989 du nom du président Louis Fonteneau. D'une capacité maximale de 52 923 places[189], il bénéficie d'une rénovation à l'occasion de la Coupe du monde 1998 : les grillages sont supprimés (une première en France), les tribunes debout sont converties en places assises (pose de 15 000 sièges), la pelouse est remise à neuf, de nouvelles loges sont installées[190]. La capacité est alors de 38 004 places[191] devenant ensuite 37 473 places[192]. Il ne subit pas de modification majeure par la suite, hormis l'installation d'une nouvelle pelouse en 2001, et l'ajout d'écrans géants à l'occasion de la Coupe du monde de rugby 2007.

Le président Waldemar Kita affirme en 2008 souhaiter un projet d'agrandissement, voire de remplacement du stade de la Beaujoire qu'il décrit comme « vétuste[193] ». Il souhaite bénéficier du projet d'organisation de l'Euro 2016 par la France pour augmenter la capacité, notamment en loges. Le projet d'accueillir l'Euro 2016 est abandonné le 16 septembre 2009, l'opération estimée à 80 millions d'euros étant jugée trop onéreuse pour la ville de Nantes[191].

Centre d'entraînement[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Centre sportif José-Arribas.

Le FC Nantes s'entraîne dans un premier temps dans les installations de la Saint-Pierre de Nantes (château du Vivier) ou de la Mellinet (stade de la Contrie, doté d'un éclairage à partir de 1953), au parc du Grand-Blottereau[194], ou encore le plus souvent au parc de Procé[195]. Les conditions s'améliorent dans les années 1970, puisque le FCN fréquente essentiellement, outre Procé, le centre sportif des Basses-Landes récemment aménagé par la municipalité, à l'écart du centre-ville[196]. Mais cela ne suffit toujours pas et sous l'impulsion du président Louis Fonteneau est lancé le projet de centre d'entraînement à la Jonelière : les travaux débutent en 1976[197] et le centre est inauguré en septembre 1978[198]. Les lieux accueillent également le siège du club et le centre de formation ; ils sont baptisés « centre sportif José Arribas » après la mort de ce dernier, en 1989.

Constamment amélioré (notamment après le titre de 2001), le centre d'entraînement de la Jonelière compte sur quatorze hectares sept terrains (trois gazonnés, deux synthétiques, un stabilisé, un synthétique sablé), la fameuse « fosse » bien connue pour les entraînements collectifs que Jean-Claude Suaudeau aimait y diriger[199] (à l'époque en dur et désormais en synthétique), une salle de musculation et une balnéothérapie[198].

Aspects juridiques, économiques et financiers[modifier | modifier le code]

Le FC Nantes est une société anonyme sportive professionnelle[200],[201] au capital de 570 375 euros. Le budget du FC Nantes pour la saison 2010-2011 de Ligue 2 est de 18 millions d'euros (M€)[202]. Il se situe parmi les plus importants de ce championnat avec ceux du Mans FC et du Grenoble Foot 38, relégués de Ligue 1[203]. Le budget prévisionnel est dépendant du championnat dans lequel joue le FC Nantes : la descente en Ligue 2 en 2009 s'accompagne d'une baisse de celui-ci de près de 60 % en deux ans par rapport au budget de 42 millions d'euros pour la saison 2008-2009[204],[205].

Waldemar Kita est depuis le 2 août 2007 le propriétaire unique du FC Nantes[206], et assume à ce titre les fonctions de président et de directeur général de la SASP[204].

Le FCN est géré exclusivement sous forme associative de sa création en 1943 jusqu'en 1992. Présidé successivement par les fondateurs Jean Le Guillou et Marcel Saupin[207] jusqu'en 1958, puis par Jean Clerfeuille de 1959 à 1968, et par Louis Fonteneau de 1969 à 1986, le club connaît une fragilité financière chronique qui le plonge dans de graves difficultés en 1992, avec un déficit de 61,5 millions de francs qui le contraint, sous peine de rétrogradation en deuxième division, à se scinder en deux parties[208]. Une SAOS (société anonyme à objet sportif) est créée pour la section professionnelle et porte le nom de « FC Nantes Atlantique », et l'association (majoritaire dans la SAOS) gère les sections amateurs et jeunes[209]. Le rétablissement financier est la cause directe de la vente de nombreux joueurs dans les années 1990[44].

En 2001, le FCNA, toujours contrôlé par la municipalité de Nantes par le biais de l'association[44],[210], est cédé à la Socpresse, qui effectue une transformation de la SAOS en SASP (société anonyme sportive professionnelle). Le rôle de l'association se réduit en quasi-totalité, le centre de formation passant sous le contrôle de la SASP[44] et la gestion de la SASP passant à un conseil d'administration, en remplacement des anciennes instances (directoire et conseil de surveillance de l'association)[211].

Culture populaire[modifier | modifier le code]

Supporters[modifier | modifier le code]

Les supporters à Geoffroy Guichard en avril 2007

Comme beaucoup de clubs de football professionnel, le FC Nantes dispose de groupes de supporters (une vingtaine de groupes selon le club[212]). Le plus ancien est le groupe « Allez Nantes Canaris », en fait résultat de la fusion en 1976[213] de deux clubs : « Allez Nantes », fondé en 1946 et longtemps le seul club de supporters, proche de la direction[214], et « Les Canaris » fondé en 1972. La tribune Loire est animée par la « Brigade Loire » (plus important groupe de supporters) apparue en 1998-1999[215], avec pour référence le mouvement ultra[216],[217]. Avant eux, d'autres groupes étaient présents dans la tribune Loire, dont le « Loire Side » créé en 1985. Après sa dissolution en 1990, les plus significatifs sont les « Urban Service » (1990-1998), les « Young Boys » (1991-1996) et à degré moindre les « Yellow Power » et « Original Fans ».

L'ambiance des matches à Nantes est souvent qualifiée de timide, déjà au stade Marcel-Saupin[218], comportement qui correspond aussi à une certaine exigence de la part de spectateurs réclamant du beau jeu[219]. Cette attitude, qui permet des matches de très haute intensité dans les tribunes dans les saisons de réussite, mène cependant une partie des spectateurs à dénigrer ses propres joueurs à d'autres périodes, parfois de manière injuste, y compris en leur temps pour des joueurs comme Jean-Claude Suaudeau, Henri Michel[219], Omar Sahnoun[220] et plus récemment pour des recrues, voire des jeunes joueurs, jugés décevants dès leurs premiers matches. La remontée du club en Ligue 1 en 2013-2014 amène un regain de ferveur du public nantais[221].

Les supporters nantais ne sont pas réputés pour leur violence, malgré quelques épisodes dans les années 1980 avec le « Loire Side »[222] dissoute en 1990, et surtout dans les années 1990, notamment du fait du groupe « Urban Service » qui se réclame du mouvement hooligan[223]. Des violences et des dégradations font leur retour, à l'encontre du club et de ses dirigeants, à l'occasion des relégations de 2007 et de 2009[224] et des actes de violence et de dégradation, pour un bilan de sept interpellations[225].

Grâce à des efforts de la direction du club, le public du FC Nantes est aujourd'hui réputé pour son bon esprit[226]. Sa fidélité est également démontrée par l'affluence moyenne de 22 771 spectateurs par match lors de la saison de Ligue 2 en 2007-2008, ce qui aurait constitué la huitième affluence de Ligue 1[227], et représente la troisième affluence saisonnière de l'histoire de la deuxième division française, derrière Saint-Étienne en 1998-1999 et Lens en 2008-2009[228],[229].

Parmi les rivalités les plus marquantes, le « derby » contre le SCO Angers a longtemps été le plus important (notamment avant la montée en première division de 1963)[230], ainsi que la rivalité sportive contre Saint-Étienne, surnommée le « derby de la Loire »[231]. La rivalité la plus forte et la plus durable est cependant le « derby de l'Atlantique » entre Bordeaux et Nantes. Le « derby » avec le Stade rennais est quant à lui relativement récent, notamment en raison d'un enjeu sportif souvent assez faible : les publics des deux clubs sont au contraire historiquement assez proches[Note 10],[232].

Relations avec les médias[modifier | modifier le code]

Le Football Club de Nantes connaît dès sa naissance l'attention de la presse locale. Le quotidien Le Phare en fait mention dès le 6 avril 1943, avant même la finalisation de la création, et L'Ouest-Éclair évoque le club et le nom de son premier entraîneur, Aimé Nuic, le 30 avril[233]. Le FC Nantes intéresse en revanche peu la presse nationale, même spécialisée. Il fait la « une » de France Football pour la première fois le 4 juin 1963 à l'occasion de la montée en première division[234],[235], et est ainsi affiché sur de nombreuses couvertures de presse dans les années 1960 à 1990 en raison de ses nombreux succès. Le jeu de l'équipe de José Arribas séduit notamment très vite la presse[Note 11], qui voit en Nantes le « printemps du football français[236] » et le successeur du Stade de Reims des grandes années[237]. Le fameux magazine britannique World Soccer affiche même Philippe Gondet en jaune et vert sur sa « une » de février 1986[238]. Dans les années 1970, la rivalité entre les Canaris et les Verts est un des thèmes récurrents du championnat[231]. Pourtant, on perçoit encore à la fin de la décennie combien le FCN intéresse peu la presse plus habituée aux transferts spectaculaires ou aux crises répétées de clubs plus médiatiques (Marseille en tête), mais aussi aux succès européens de Saint-Étienne[182]. Seuls le recrutement de quelques stars passionne les journalistes : Hugo Bargas, Robert Gadocha, Vahid Halilhodžić, Jorge Burruchaga ou plus récemment Fabien Barthez[239], ou encore le feuilleton du transfert raté de l'Israélien Mordechai Spiegler en 1970[30],[240].

Fabien Barthez sous le maillot du FC Nantes.

Du fait de ses bons résultats, le FCN connaît de nombreuses retransmissions télévisées. Le 20 février 1965, le match Nîmes-Nantes (0-3) est le premier match télévisé de l'histoire du championnat de France[241]. La rencontre commentée par Thierry Roland et suivie par les téléspectateurs grâce à trois caméras, montre l'envol des Canaris vers leur premier titre : pour Miroir Sprint, « Nantes a crevé l'écran[242] ». Nantes participe également à un autre événement lorsque le 9 novembre 1984, Canal+ diffuse son premier match de D1, Nantes-Monaco (1-0), commenté par Charles Biétry et Michel Denisot et suivi grâce à cinq caméras[243],[244].

Le recul des résultats du FCN entraîne une plus grande discrétion dans les médias nationaux, même si la majorité des matches décalés au lundi pour être retransmis sur Eurosport implique le FCN, ce qui entraîne des contestations de supporters d'autres équipes[245]. La couverture médiatique locale reste quant à elle importante. La télévision locale Nantes 7, lancée en 2004 par la Socpresse alors actionnaire du club, consacre quotidiennement son Journal des Canaris à l'actualité du FCN, qui finance lui-même l'émission[246],[247], et réserve une bonne place au FCN dans ses autres émissions sportives. Les matches sont couverts de façon détaillée par la presse locale et ses sites Internet (Presse-Océan, Ouest-France, maville.com), et les matches sont retransmis en direct commenté par deux radios locales (Hit West et France Bleu). Enfin, depuis 2004, Nantes bénéficie d'une édition locale de l'hebdomadaire But!, comme six autres clubs français. Le club édite également son magazine, distribué les soirs de matches à domicile, et titré FCNantes magazine depuis 2008, ainsi que son site internet, créé en 2000 (fcna.fr) et devenu fcnantes.com fin 2007, qui diffuse également des reportages quotidiens sous le nom « FC Nantes TV »[248].

Sondages de popularité[modifier | modifier le code]

La popularité du FC Nantes semble en recul, si l'on se fie à trois sondages successifs organisés à ce sujet pour les clubs français. Un sondage d'août 2004 place le club en quatrième position avec 6 % de réponses spontanées et 7 % chez les personnes intéressées par le football (le FCN est en revanche loin en première position chez les « habitants du grand Ouest » avec 23 % de réponses spontanées)[249]. Un sondage comparable effectué en mars 2006 montre un net recul en huitième position, avec 3 % de réponses spontanées et 4 % chez les amateurs de football[250]. Le FCN demeure en huitième place dans un sondage de février 2007 pour l'hebdomadaire France Football, mais avec un score plus réduit encore : 2 % de réponses spontanées, 2,1 % dans un échantillon large d'amateurs de football, 2,8 % dans un échantillon de plus passionnés[251]. Par ailleurs, malgré la tradition du club, le FC Nantes est placé dixième du classement des clubs ayant le plus beau jeu. Les scores sont toujours très légèrement meilleurs chez les amateurs de football. En 2013 le FC Nantes est le club du championnat de France le plus apprécié des Français d'après un sondage commandé par France Football[252].

Le FCN dans la culture[modifier | modifier le code]

Le FC Nantes est évoqué dans différents contextes culturels, notamment dans ses périodes de succès sportifs. En 1977, dans un fameux sketch sur la télévision, l'humoriste Coluche se moque du journal de 20 heures : « "En football, Nantes-Nice, match nul 6-4..." Ça veut dire que le match était sans intérêt, "Comment t'as trouvé le match ?" "Nul. bof..."[253] ».

Dans le domaine littéraire on note le roman Jouer Juste de François Bégaudeau (2003) qui imagine le discours d'un entraîneur à ses joueurs, à la mi-temps d'une finale de coupe d'Europe, et fait clairement référence au FC Nantes, dont l'auteur est un admirateur[254], notamment par le biais des prénoms (Marama, Viorel, etc.). Le roman The FC Nantes Experiment, du Britannique Simon Rance (2006) raconte son immersion parmi les supporters nantais pendant une saison complète, avec son regard d'étranger, sur un mode proche d’Une saison de Vérone de Tim Parks. Ce roman n'a pas été traduit en français pour le moment.

Le groupe de punk-rock Justin(e), d'origine nantaise, a consacré au FC Nantes un titre, du nom de l'entraîneur mythique du club, Jean-Claude Suaudeau. On peut y entendre à la fin un sample d'un commentaire d'un match du FC Nantes contre le Paris-Saint-Germain, gagné par les canaris.

Le groupe nantais Andréas & Nicolas (Nicolas Patra du groupe Ultra Vomit) rendent hommage au FC Nantes dans leur chanson "Super champions" issu de l'album "Super chansons", les faisant d'ailleurs gagner la Coupe d'Europe des Clubs Champions contre le Réal Madrid[255].

Au cinéma, la référence la plus nette est faite par Un dérangement considérable, film de Bernard Stora (2000) dans lequel Jalil Lespert incarne un jeune footballeur amateur qui signe un contrat au FC Nantes. On peut remarquer d'autres allusions plus anecdotiques, comme avec le personnage de Paul Gatineau, quincaillier nantais qui porte le maillot du FCNA, dans le film Camping de Fabien Onteniente (2006), ce dernier étant réputé amateur de football.

Autres équipes[modifier | modifier le code]

Équipe réserve et centre de formation[modifier | modifier le code]

Claudiu Keserü, formé à Nantes.

Le centre de formation, né de la volonté de José Arribas, mène à la création d'un pensionnat de jeunes en 1972[256], l'importance accordé à la formation est affermie par l'adoption au niveau national de la charte du football professionnel de 1973[257] qui exige des clubs professionnels qu'ils se dotent de centres de formation[258],[259]. Cette dynamique porte à la construction de structures intégrées dans le centre d'entraînement de la Jonelière inauguré en 1978[260].

L'objectif du centre de formation est cependant avant tout de préparer des joueurs pour l'équipe première du FC Nantes. L'équipe championne de France en 1995 est ainsi composée pour moitié de joueurs formés au club[Note 12], et celle de 2001 à 80 %[Note 13],[198]. On compte notamment parmi les titres remportés par les jeunes Canaris trois coupes Gambardella en 1974, 1975 et 2002 pour trois places de finaliste en 1986, 1996 et 2009[261].

De nombreux internationaux français et étrangers en sont issus, et le FC Nantes est le seul club à avoir formé trois des joueurs composant l'équipe de France victorieuse de la coupe du monde 1998 : le capitaine Didier Deschamps, Marcel Desailly et Christian Karembeu.

Ex-Canaris Nantais[modifier | modifier le code]

L'association « Ex-Canaris Nantais » est fondée en 1999 pour encadrer l'équipe des vétérans du FC Nantes, dont l'équipe est active depuis des années[262]. Ils sont présidés par Jean-René Toumelin, ancien président du club. Les Ex-Canaris jouent divers matches de bienfaisance, essentiellement dans la région nantaise, mais se sont également élevés en 2007 contre la politique de la direction du club, à l'époque présidé par Rudi Roussillon[263].

Compléments[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Alain Garnier, F.C. Nantes : la passe de trois, Solar,‎ 1973 Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Jean-Claude Chauvière, Allez les jaunes !, Calmann-Lévy,‎ 1977 Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Bernard Verret, Les grandes heures du Football club Nantes, Éditions PAC,‎ 1981, 159 p. Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Bernard Verret, Le chant des Canaris, Leader,‎ 1995
  • Jean-Claude Santerre, La vie en jaune : Petite histoire du FC Nantes de 1963 à 1999, Le petit véhicule,‎ 2000
  • Pierre Minier, Football Club de Nantes : Le doyen de l'élite - 1943-2003, Les cahiers intempestifs,‎ 2003
  • Yannick Batard, FC Nantes : une équipe, une légende, Cheminements,‎ 2005
  • Pierre Minier, FCNA - Football Club Nantes Atlantique : Un club, jour après jour, Calmann-Lévy,‎ 2007 Document utilisé pour la rédaction de l’article

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. La Saint-Pierre de Nantes, le Stade Nantais UC, l’AC Batignolles, l'ASO Nantaise et la Mellinet
  2. Ce surnom lui est attribué en cours de saison, avant même son but « brésilien » en finale de coupe (voir France Football no 1940, 14 juin 1983)
  3. Le premier joueur à être champion du monde en portant les couleurs d'un club français.
  4. Le total d'Henri Michel toutes compétitions confondues dépasse certainement les six cents apparitions, mais est sans doute battu par le total de Jean-Paul Bertrand-Demanes. Les données toutes compétitions sont malheureusement très incomplètes dans la bibliographie disponible.
  5. Les données disponibles sont malheureusement incomplètes pour les autres compétitions dans la bibliographie disponible. La hiérarchie est peut-être totalement différente, en comptabilisant les matches en coupes d'Europe, en coupe de France, mais aussi en coupe de la Ligue, challenge des champions et en deuxième division, avant 1963.
  6. Le FCN avait également porté des maillots à rayures verticales fournis par la fédération en coupe de France en 1965-1966.
  7. Président du FC Lausanne-Sport entre 1998 et 2001, le club suisse fait faillite un an après son départ il est alors accusé d'être à l'origine de cette faillite.
  8. Seule la nationalité sportive est indiquée. Un joueur peut avoir plusieurs nationalités mais n'a le droit de jouer que pour une seule sélection nationale.
  9. Seule la sélection la plus importante est indiquée.
  10. Les Rennais brandissent notamment une banderole « Rennes la coupe, Nantes le championnat » en 1965, les deux clubs bretons se partageant les deux principaux titres nationaux
  11. Dès la première saison en Division 1, après une défaite contre le RC Paris, Miroir Sprint (no 901, 9 septembre 1963, p. 16) note par exemple : « On ne soulignera jamais assez les mérites du FC Nantes : nouveau promu, ce club qui aurait eu droit [...] à des excuses pour jouer la prudence, a enthousiasmé par son jeu ouvert, de la première à la dernière minute. »
  12. 11 joueurs sur les 21 ayant disputé au moins un match : Loko, Karembeu, Ouédec, Ferri, Pedros, Capron, Guyot, Renou, Moreau, Loussouarn, Garcion
  13. 22 joueurs sur 27 ayant disputé au moins un match : Landreau, Carrière, Ziani, Da Rocha, Olembe, Berson, Gillet, Savinaud, Monterrubio, Vahirua, A. Touré, Ahamada, Delhommeau, Deroff, Macé, Grondin, W. Dalmat, Rubil, Devineau, Aristouy, Leroy, Piocelle

Références[modifier | modifier le code]

  1. La stade stade de La Beaujoire - Louis Fonteneau sur le site du FCNA
  2. Seuls les principaux titres en compétitions officielles sont indiqués ici.
  3. a, b et c Verret 1981, p. 13
  4. « FC Nantes : 40 ans au plus haut niveau ! », Ouest-France (consulté le 1er septembre 2010)
  5. Régis Lamy, « La Saint-Pierre de Nantes : historique et documents » (consulté le 1er septembre 2010)
  6. a et b Christophe Besler, La collaboration en Loire-Inférieure, 1940-1944, vol. 2, Geste éditions,‎ 2005 (présentation en ligne)
  7. « Saupin : un stade mythique, un homme de l'occupation », Ouest-France (consulté le 1er septembre 2010)
  8. Chauvière 1977, p. 123
  9. Minier 2007, p. 36-37
  10. Verret 1981, p. 14
  11. a et b Verret 1981, p. 25
  12. Verret 1981, p. 21
  13. Verret 1981, p. 77
  14. a et b Verret 1981, p. 33
  15. Verret 1981, p. 40
  16. Verret 1981, p. 41
  17. Garnier 1973, p. 123
  18. Minier 2007, p. 113
  19. Verret 1981, p. 47
  20. Verret 1981, p. 57
  21. Bernard Verret, « Quand les joueurs sauvaient Arribas », fcnantes.com,‎ 30 décembre 2004 (consulté le 1er septembre 2010)
  22. Verret 1981, p. 59
  23. a et b Minier 2007, p. 90
  24. ORTF, « Le football club de Nantes devient champion de France », L'Ouest en mémoire (INA),‎ 30 Mai 1965 (consulté le 28 Juin 2011)
  25. Garnier 1973, p. 142
  26. Garnier 1973, p. 212
  27. a, b et c Verret 1981, p. 111
  28. Minier 2007, p. 95
  29. Garnier 1973, p. 172
  30. a et b Verret 1981, p. 113
  31. Garnier 1973, p. 132
  32. Jean-Marie Lorant, « Arribas, le père tranquille », France Football, no 1742,‎ 28 août 1979
  33. Voir l'article sur le centre de formation du club
  34. Verret 1981, p. 145-146
  35. Verret 1981, p. 156-157
  36. « Vahid Halilhodžić », So Foot, no 27,‎ octobre 2005, p. 36
  37. Minier 2007, p. 158
  38. A2, « Nantes champion de France de football », L'Ouest en Mémoire (INA),‎ 14 Mai 1983 (consulté le 28 Juin 2011)
  39. Régis Testelin, Coupe de France. La folle épopée : Paris-SG. Le champion de l'ère moderne, L'Équipe (lire en ligne), p. 86-87
  40. a, b et c Julien Ropert, « Budzynski, toujours jaune », FCNhisto,‎ mars 2006
  41. a et b « Nantes champion de France », sur ina.fr, Stade 2,‎ 1983
  42. NumberSix, « 1986-87 - Un match, un jour : Nantes / Marseille (5-0) », fcnantes.com,‎ 24 septembre 2006 (consulté le 14 décembre 2008)
  43. a et b Eric Serres, « Les Canaris sur le fil », L'Humanité,‎ 5 octobre 1992 (consulté le 14 décembre 2008)
  44. a, b, c et d Jean-Marc Lauzanas, « L’évolution des frontières internes : le cas du Football Club Nantes Atlantique (FCNA) », Entreprises et histoire, vol. 2005/2, no 39,‎ 2005, p. 148 (lire en ligne)
  45. a, b, c, d et e « Entretien avec Jean-Claude Suaudeau », Sofoot, no 21,‎ avril 2005, p. 36-45
  46. Zil, « Le FC Nantes de 1943 à aujourd'hui : la Dream Team (1994-1995) », fcn-museum.com (consulté le 14 décembre 2008)
  47. « Coco » Suaudeau passe la main, L'Humanité,‎ 26 juillet 1997 (consulté le 14 décembre 2008)
  48. a et b (es) E. Rodrigálvarez, « Pasar y correr, pasar y correr », El País,‎ 7 décembre 2002 (consulté le 14 décembre 2008)
  49. « Wilhelmsson proche de Bolton », sur lequipe.fr,‎ 25 juillet 2007
  50. « Stojkovic au Vitesse Arnhem », sur lequipe.fr,‎ 15 janvier 2007
  51. « Stojkovic au Sporting », sur lequipe.fr,‎ 11 juillet 2007
  52. « Boukhari quitte le club », sur lequipe.fr,‎ 8 août 2007
  53. « Barthez confirme », sur lequipe.fr,‎ 30 avril 2007
  54. « Zaïri prêté à Nantes », sur www.lequipe.fr,‎ 30 janvier 2007
  55. « Pieroni officiellement à Lens », sur www.lequipe.fr,‎ 18 août 2007
  56. « Envahissement du terrain à Nantes », sur www.youtube.com,‎ 19 mai 2007
  57. « Pelouse envahie à Nantes », sur www.lequipe.fr,‎ 19 mai 2007
  58. « Nantes sanctionné, 3 points au TFC », sur www.lequipe.fr,‎ 24 mai 2007
  59. « Ils ont réussi à tuer un monument du football », Ouest-France du 25 mai 2009 (consulté le 1er juin 2008)
  60. « Jean-Claude Suaudeau : « Les papys avaient raison » (propos recueillis par Jean-Yves Queignec) », Presse-Océan (consulté le 1er juin 2008)
  61. « Da Rocha allume Kita », lequipe.fr (avec AFP) (consulté le 1er juin 2008)
  62. Stéphane Geufroi, « Coupe de France (7e tour). Concarneau réalise l'exploit en humiliant Nantes », sur http://www.ouest-france.fr/, Ouest-France,‎ 22 novembre 2009
  63. « Champion d'automne, le FC Nantes réveillonnera au chaud », sur ouest-france.fr, Ouest-France,‎ 24décembre 2012
  64. « Classement des buteurs », sur lfp.fr, lfp (consulté le 24 mars 2014)
  65. « Le FC Nantes en Ligue 1. Les photos du match et des festivités », sur ouest-france.fr, Ouest-France,‎ 18 mai 2013
  66. « Classement - 19e journée », sur lfp.fr, lfp (consulté le 24 mars 2014)
  67. (en) « France - All-Time Table (since 1932/33) », sur rsssf.com (consulté le 1er septembre 2010)
  68. (en) « Bilan des clubs de Ligue 1 », sur lfp.fr (consulté le 1er septembre 2010)
  69. (en) « France - Final Placings », sur rsssf.com (consulté le 1er septembre 2010)
  70. (en) « Champions League - All-Time Table (since 1991/92) », sur rsssf.com (consulté le 1er septembre 2010)
  71. « Classement Mondial perpétuel des Clubs », sur iffhs.de (consulté le 1er septembre 2010)
  72. Minier 2007, p. 21
  73. Olivier Paquereau, « Jean-Paul Bertrand-Demanes - L'interview », sur lequipe.fr (consulté le 1er septembre 2010)
  74. « Les équipes championnes du FC Nantes », fcnantes.com,‎ 24 juin 2001 (consulté le 14 décembre 2008)
  75. Minier 2007, p. 56
  76. « Les buteurs du FCNA en championnat », sur statsfcna.free (consulté le 1er septembre 2010)
  77. a et b « Le stade de la Beaujoire en chiffres », sur fcnantes.com (consulté le 1er septembre 2010)
  78. Minier 2007, p. 60
  79. « Lyon loin du record absolu », sur lequipe.fr,‎ 24 janvier 2005 (consulté le 1er septembre 2010)
  80. a, b et c Jacques Étienne, « Nantes restera Nantes », Football Magazine, no 80,‎ septembre 1966
  81. Voir infra
  82. George Pradels, « Nantes a marqué 2 buts de trop à Valenciennes », Miroir Sprint, no 963,‎ 16 novembre 1964, p. 10
  83. Patrick Dessault, « La tradition du beau jeu, dossier Pourquoi Nantes gagne ! », L'Équipe,‎ 27 octobre 1992
  84. « Les lois du plus fort », France Football, no 2545,‎ 17 janvier 1995
  85. Garnier 1973, p. 65
  86. Michel Ébé, « Le jeu "à la nantaise", c'est quoi ? », France Football, no 2875,‎ 15 mai 2001, p. 21
  87. « Interview de Raynald Denoueix », sur Dailymotion, Les Spécialistes, Canal+,‎ 21 février 2007
  88. Jean-Charles Cozic, Daniel Garnier, La presse à Nantes. De 1928 à nos jours, Atalante,‎ 2008, p. 165
  89. « Club history », sur canaries.co.uk,‎ 1 avril 2010 (consulté le 1er septembre 2010)
  90. « Most Popular Teams' Nicknames », sur soccerphile.com
  91. « maillots nantais », sur maillotsnantais.free.fr
  92. « Airness se retire en douceur, Kappa se prépare », Ouest-France,‎ 27 mars 2008 (lire en ligne)
  93. « Fanzine de la Brigade Loire »
  94. Au sujet des sponsors voir l'article Administration
  95. « Logo de la Mairie de Nantes » (consulté le 1er septembre 2010)
  96. Analyse de l'évolution du blason du FC Nantes
  97. « Le blason c’est du pipeau ? », sur fcnantais.com,‎ 15 octobre 2007 (consulté le 1er septembre 2010)
  98. « Blason : les Nantais ont choisi ! », sur fcna.fr,‎ 15 octobre 2007 (consulté le 1er septembre 2001)
  99. « Le FCNA tient son nouveau blason », sur nantes.maville.com, Presse-Océan,‎ 16 octobre 2007 (consulté le 1er septembre 2010)
  100. Verret 1981, p. 27
  101. « Histoire du Football Club de Nantes », sur Fcnhisto.fr (consulté le 1er septembre 2010)
  102. « Les joueurs de l'équipe de France », sur fff.fr (consulté le 9 avril 2009)
  103. « Les sélections en équipe de France », sur archifoot,‎ 21 novembre 2007 (consulté le 9 avril 2009)
  104. a et b « Fiche de Jacques Simon », sur fff.fr (consulté le 14 septembre 2010)
  105. a et b « Fiche de Maxime Bossis », sur fff.fr (consulté le 14 septembre 2010)
  106. a et b « Fiche de Henri Michel », sur fff.fr (consulté le 14 septembre 2010)
  107. a et b « Fiche de Reynald Pedros », sur fff.fr (consulté le 14 septembre 2010)
  108. a et b « Fiche de Nicolas Gillet », sur fff.fr (consulté le 14 septembre 2010)
  109. a et b « Fiche d'Eric Carrière », sur fff.fr (consulté le 14 septembre 2010)
  110. a et b « Fiche de Mickaël Landreau », sur fff.fr (consulté le 14 septembre 2010)
  111. « Le "onze idéal" que vous avez élu », Ouest-France,‎ 26 mai 2003 (lire en ligne)
  112. « la fiche de Mickaël Landreau », sur francefootball.fr (consulté le 13 septembre 2010)
  113. « Les équipes championnes du FC Nantes », sur fcnantes.com (consulté le 1re octobre 2010)
  114. « Fiche de José Arribas », sur footballdatabase.eu (consulté le 22 septembre 2010)
  115. « Fiche de Daniel Eon », sur fff.fr (consulté le 21 septembre 2010)
  116. « Fiche de Robert Budzynski », sur fff.fr (consulté le 21 septembre 2010)
  117. « Fiche de Gilbert Le Chenadec », sur fff.fr (consulté le 21 septembre 2010)
  118. « Fiche de Gabriel de Michèle », sur fff.fr (consulté le 21 septembre 2010)
  119. « Fiche de Ramon Muller », sur footballdatabase.eu (consulté le 22 septembre 2010)
  120. « Fiche de Jean-Claude Suaudeau », sur fff.fr (consulté le 21 septembre 2010)
  121. « Fiche de Bernard Blanchet », sur fff.fr (consulté le 21 septembre 2010)
  122. « Fiche de Georges Grabowski », sur footballdatabase.eu (consulté le 22 septembre 2010)
  123. « Fiche de Robert Siatka », sur fff.fr (consulté le 21 septembre 2010)
  124. « Fiche de Francis Magny », sur footballdatabase.eu (consulté le 22 septembre 2010)
  125. « Fiche de Sadek Boukhalfa », sur footballdatabase.eu (consulté le 22 septembre 2010)
  126. « Fiche de Philippe Gondet », sur fff.fr (consulté le 21 septembre 2010)
  127. « Fiche de Rafael Santos », sur footballdatabase.eu (consulté le 22 septembre 2010)
  128. a et b « Effectifs du FCNA de 1960 à 1970 », sur statsfcna.free.fr (consulté le 21 septembre 2010)
  129. a, b et c « Effectifs du FCNA de 1970 à 1980 », sur statsfcna.free.fr (consulté le 21 septembre 2010)
  130. « Fiche de Jean-Paul Bertrand-Demanes », sur fff.fr (consulté le 21 septembre 2010)
  131. « Fiche de Patrice Rio », sur fff.fr (consulté le 21 septembre 2010)
  132. « Fiche de Loïc Amisse », sur fff.fr (consulté le 21 septembre 2010)
  133. « Fiche de Bruno Baronchelli », sur fff.fr (consulté le 21 septembre 2010)
  134. « Fiche de Éric Pécout », sur fff.fr (consulté le 21 septembre 2010)
  135. « Fiche de Gilles Rampillon », sur fff.fr (consulté le 21 septembre 2010)
  136. « Fiche de Thierry Tusseau », sur fff.fr (consulté le 21 septembre 2010)
  137. « Fiche de Jean-Claude Osman », sur fff.fr (consulté le 21 septembre 2010)
  138. « Fiche d'Oscar Muller », sur footballdatabase.eu (consulté le 22 septembre 2010)
  139. « Fiche d'Hugo Bargas », sur footballdatabase.eu (consulté le 22 septembre 2010)
  140. « Fiche d'Ángel Marcos », sur footballdatabase.eu (consulté le 22 septembre 2010)
  141. « Fiche de Didier Couécou », sur fff.fr (consulté le 21 septembre 2010)
  142. « Fiche d'Erich Maas », sur footballdatabase.eu (consulté le 22 septembre 2010)
  143. « Fiche de Bernard Gardon », sur fff.fr (consulté le 21 septembre 2010)
  144. « Fiche de Omar Sahnoun », sur fff.fr (consulté le 21 septembre 2010)
  145. « Fiche de Victor Trossero », sur footballdatabase.eu (consulté le 22 septembre 2010)
  146. « Fiche d'Enzo Trossero », sur footballdatabase.eu (consulté le 22 septembre 2010)
  147. « Fiche de Vahid Halilhodžić », sur footballdatabase.eu (consulté le 22 septembre 2010)
  148. « Fiche de José Touré », sur fff.fr (consulté le 21 septembre 2010)
  149. « Fiche de Seth Adonkor », sur footballdatabase.eu (consulté le 22 septembre 2010)
  150. « Fiche de William Ayache », sur fff.fr (consulté le 21 septembre 2010)
  151. « Effectifs du FCNA de 1980 à 1990 », sur statsfcna.free.fr (consulté le 21 septembre 2010)
  152. « Effectifs du FCNA de 1990 à 2000 », sur statsfcna.free.fr (consulté le 21 septembre 2010)
  153. « Effectifs du FCNA de 2000 à 2007 », sur statsfcna.free.fr (consulté le 21 septembre 2010)
  154. « Fiche de Dominique Casagrande », sur footballdatabase.eu (consulté le 22 septembre 2010)
  155. « Fiche de Christophe Pignol », sur footballdatabase.eu (consulté le 22 septembre 2010)
  156. « Fiche de Serge Le Dizet », sur footballdatabase.eu (consulté le 22 septembre 2010)
  157. « Fiche de Éric Decroix », sur footballdatabase.eu (consulté le 22 septembre 2010)
  158. « Fiche de Christian Karembeu », sur fff.fr (consulté le 21 septembre 2010)
  159. « Fiche de Jean-Michel Ferri », sur fff.fr (consulté le 21 septembre 2010)
  160. « Fiche de Claude Makelele », sur fff.fr (consulté le 21 septembre 2010)
  161. « Fiche de Japhet N'Doram », sur footballdatabase.eu (consulté le 22 septembre 2010)
  162. « Fiche de Nicolas Ouédec », sur fff.fr (consulté le 21 septembre 2010)
  163. « Fiche de Patrice Loko », sur fff.fr (consulté le 21 septembre 2010)
  164. « Fiche de Nestor Fabbri », sur footballdatabase.eu (consulté le 22 septembre 2010)
  165. « Fiche de Sylvain Armand », sur footballdatabase.eu (consulté le 22 septembre 2010)
  166. « Fiche de Nicolas Laspalles », sur footballdatabase.eu (consulté le 22 septembre 2010)
  167. « Fiche de Mathieu Berson », sur footballdatabase.eu (consulté le 22 septembre 2010)
  168. « Fiche de Stéphane Ziani », sur footballdatabase.eu (consulté le 22 septembre 2010)
  169. « Fiche de Frédéric Da Rocha », sur footballdatabase.eu (consulté le 22 septembre 2010)
  170. « Fiche d'Olivier Monterrubio », sur footballdatabase.eu (consulté le 22 septembre 2010)
  171. « Fiche de Viorel Moldovan », sur footballdatabase.eu (consulté le 22 septembre 2010)
  172. « Effectif professionnel actuel », sur fcnantes.com (consulté le 1er août 2014)
  173. a et b « Bud à la retraite, la fin d'une histoire », sur fcna.fr,‎ 7 octobre 2005 (consulté le 1er septembre 2010)
  174. « Budzynski : 42 ans chez les "Canaris" », Le Bien public,‎ 6 octobre 2005 (Budzynski lire en ligne)
  175. Gérard Ernault, « Le Rodéo de Buenos-Aires », Football Magazine, no 170,‎ mars 1974, p. 15
  176. Minier 2007, p. 141
  177. Bernard Verret, « Quand les joueurs sauvaient Arribas », fcnantes.com, 30 décembre 2004
  178. « N'doram nouveau recruteur des Canaris », lequipe.fr,‎ 5 septembre 2005 (lire en ligne)
  179. « Gravelaine conseiller sportif », lequipe.fr,‎ 11 juin 2007 (lire en ligne)
  180. « Gravelaine quitte le club », lequipe.fr,‎ 4 août 2007 (lire en ligne)
  181. « Larièpe intronisé », lequipe.fr,‎ 2 octobre 2007 (lire en ligne)
  182. a et b Minier 2007, p. 41
  183. Minier 2007, p. 134 et 138. Voir aussi « Nantes sous les bombes », nantes.fr, 16 septembre 2008.
  184. Minier 2007, p. 146
  185. Minier 2007, p. 150
  186. Minier 2007, p. 87
  187. Minier 2007, p. 20
  188. Minier 2007, p. 48
  189. « Le stade de la Beaujoire en chiffres », fcna.fr (consulté le 1er juin 2010)
  190. « Stade de la Beaujoire », sur fcnantes.com (consulté le 1er septembre 2010)
  191. a et b Kévin Deniau et Matthieu Deprieck, « Nantes renonce à l'Euro 2016 », L'Express,‎ 7 septembre 2009 (lire en ligne)
  192. « Les tribunes du stade de la Beaujoire », sur fcnantes.com,‎ 30 mai 2010
  193. « Kita : Pourquoi pas un nouveau stade à Nantes ? », Presse-Océan,‎ 17 janvier 2008 (ISSN 1144-3596, lire en ligne)
  194. Verret 1981, p. 106
  195. Minier 2007, p. 104
  196. Minier 2007, p. 17
  197. Minier 2007, p. 13
  198. a, b et c « Centre sportif », sur fcnantes.com (consulté le 1er septembre 2010)
  199. Patrick Dessault, « Exploit de l'année - Un but très « loco », France Football, no 2541,‎ 27 décembre 1994
  200. « Fiche du club », sur lfp.fr (consulté le 1er septembre 2010)
  201. « Fiche du club », sur lequipe.fr (consulté le 1er septembre 2010)
  202. « FF budget actuel », France Football, vol. 3356,‎ 3 août 2010, p. 34
  203. « Budget des clubs de Ligue 2: classement 2010/2011 », Sportune.fr,‎ 3 août 2010 (lire en ligne)
  204. a et b « Structure », sur fcnantes.com (consulté le 1er septembre 2010)
  205. « FC Nantes », sur societe.com (consulté le 1er septembre 2010)
  206. « Kita officiellement propriétaire », lequipe.fr,‎ 2 août 2007 (lire en ligne)
  207. Voir l'article « Histoire du Football Club de Nantes »
  208. « Le FC Nantes sauvé », L'Humanité,‎ 25 juin 1992 (lire en ligne)
  209. « FC Nantes, de l'association à l'entreprise », Ouest-France,‎ 28 juillet 2007 (lire en ligne)
  210. « Qui a tué le FCNA ? », Nouvel Ouest, no 238,‎ juin 2007 (lire en ligne)
  211. « Les Canaris changent de têtes », 20 minutes,‎ 16 juin 2005 (lire en ligne)
  212. « Groupes de supporters », sur fcnantes.com (consulté le 1er septembre 2010)
  213. « Historique », alleznantescanaris.com (consulté le 1er septembre 2010)
  214. Garnier 1973, p. 255-256
  215. « Tribune Loire History (1998-1999) », sur tribune-loire.com (consulté le 1er septembre 2010)
  216. « Historique », sur brigadeloire.free.fr (consulté le 1er septembre 2010)
  217. « Esprit », sur brigadeloire.free.fr (consulté le 1er septembre 2010)
  218. Minier 2007, p. 106
  219. a et b Verret 1981, p. 107-108
  220. Verret 1981, p. 135
  221. « A la Beaujoire, bonjour l'ambiance », sur 20minutes.fr,‎ 8 octobre 2013
  222. « Tribune Loire History (années 1980) », sur tribune-loire.com (consulté le 1er septembre 2010)
  223. « Histoire de la Tribune Loire », sur brigadeloirefcna44.skyrock.com (consulté le 1er septembre 2010)
  224. « Foot/Nantes: incidents dans le stade », le Figaro,‎ 30 mai 2008 (lire en ligne)
  225. Anne-Hélène Dorison, « Les supporters crient leur colère », Presse-Océan,‎ 31 mai 2009 (lire en ligne)
  226. « Supporters : le FCNA veut éviter les débordements », Presse-Océan,‎ 2002 (lire en ligne)
  227. « Affluences L1 2007-2008 », sur lfp.fr (consulté le 1er septembre 2010)
  228. « 22 772 ! », sur fcna.fr,‎ 14 mai 2008 (consulté le 1er septembre 2010)
  229. « Affluences de Ligue 2 », sur lfp.fr (consulté le 1er septembre 2010)
  230. Minier 2007, p. 129
  231. a et b « La rivalité FC Nantes / ASSE entre 1970 à 1984 », Foot Nostalgie
  232. « Avant le derby Nantes - Rennes : un amateur regrette la belle époque - Rennes », Ouest-France,‎ 18 avril 2007 (lire en ligne)
  233. Minier 2007, p. 65
  234. Bernard Verret, « 1963 : Nantes bat Sochaux et monte en D1 », fcnantes.com, 16 décembre 2004
  235. Minier 2007, p. 88
  236. Miroir Sprint no 1019, 13 décembre 1965, p. 1 et 8
  237. Voir par exemple Football Magazine no 80, septembre 1966, p. 5 et 10
  238. Vol. 8, no 5
  239. Minier 2007, p. 22-23 et 52-53
  240. Minier 2007, p. 35
  241. Minier 2007, p. 30
  242. Miroir Sprint du 22 février 1965
  243. Claude Soula, « 9 novembre 1984: Nantes-Monaco sur Canal+ », Le Nouvel Observateur no 1834 du jeudi 30 décembre 1999
  244. Minier 2007, p. 159
  245. Pétition contre la rediffusion « excessive » du FC Nantes
  246. Le Journal des Canaris sur nantes7.fr
  247. « Droits TV à la Nantaise », fcnantes.com, 3 décembre 2004
  248. FC Nantes TV sur fcnantes.com
  249. « L'équipe de football préférée des Français », sur Ifop,‎ août 2004
  250. « L'équipe de football préférée des Français », sur Ipsos,‎ 23 mars 2006
  251. « Football : les clubs préférés des Français », sur TNS Sofres,‎ février 2007
  252. « Le FC Nantes élu club préféré des Français », sur football365.fr,‎ 28 décembre 2013
  253. « Et puis y'a la télé », sur Tête d'Humour (consulté le 1er septembre 2010)
  254. Grégoire Leménager, « Bégaudeau veut racheter le FC Nantes », sur bibliobs.com,‎ 7 octobre 2008 (consulté le 1er septembre 2010)
  255. Le clip de Super Champions
  256. Minier 2007, p. 92
  257. « Historique de l'UCPF, de 1990 à 1998... », ucpf.fr (consulté le 15 septembre 2010)
  258. Igor Martinache, « Le football au prisme des sciences sociales », laviedesidees.fr,‎ 2010 (consulté le 15 septembre 2010)
  259. Yannick Renoux, De l’analyse du métier à la formation initiale du footballeur professionnel : conséquences pour la conception des formations, INSEP,‎ 2006, 167 p. (lire en ligne), p. 26
  260. « Le Centre Sportif José Arribas », fcnantes.com (consulté le 15 septembre 2010)
  261. « Le palmarès du centre de formation », sur fcnantes.com (consulté le 1er octobre 2010)
  262. « Ex-Canaris », sur efpafootball.com (consulté le 1er septembre 2010)
  263. Jean-René Tourmelin, « Le FCNA de la permanence à la rupture », sur fcnantes.com,‎ 9 octobre 2007 (consulté le 1er septembre 2010)
Cet article est reconnu comme « article de qualité » depuis sa version du 10 octobre 2010 (comparer avec la version actuelle).
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l'ayant promu.
Bon thème
20 articles
            Championnat de France de football masculin - les clubs champions
Ligue1 trophy.svg