Matthias Sammer

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Matthias Sammer
Matthias Sammer 2722.jpg
Matthias Sammer en 2013.
Biographie
Nom Matthias Sammer
Nationalité Drapeau : Allemagne Allemand
Naissance 5 septembre 1967 (47 ans)
Lieu Dresde
Taille 1,80 m
Période pro. 1985 - 1998
Poste Milieu ou Libéro
Parcours professionnel 1
Saisons Club M. (B.)
1985-1990 Drapeau : Allemagne de l'Est Dynamo Dresde 122 (41)
1990-1992 Drapeau : Allemagne VfB Stuttgart 63 (21)
1992 Drapeau : Italie Inter Milan 11 (4)
1992-1998 Drapeau : Allemagne Borussia Dortmund 141 (21)
Sélections en équipe nationale 2
Années Équipe M. (B.)
1986-1990 Drapeau : Allemagne de l'Est Allemagne de l'Est 23 (6)
1990-1997 Drapeau : Allemagne Allemagne 51 (8)
Équipes entraînées
Années Équipe Stats
2000-2004 Drapeau : Allemagne Borussia Dortmund 1 championnat
2004-2005 Drapeau : Allemagne VfB Stuttgart Néant
1 Compétitions officielles nationales et internationales.
2 Matchs officiels.

Matthias Sammer, (né le 5 septembre 1967 à Dresde), est un footballeur allemand et entraîneur de football. Il occupe les fonctions de directeur sportif au sein du FC Bayern Munich depuis 2012.

Grand talent de RDA, il fut le premier joueur d'Allemagne de l'Est à intégrer l'équipe d'Allemagne "Unie". Il fait partie du panthéon allemand des grands footballeurs tels les Müller, Rummenigge, Matthäus ou encore Beckenbauer, joueur avec lequel il présente un grand nombre de similitude en tant que libéro.
Pièce maîtresse tant dans son club du Borussia Dortmund qu'en équipe nationale, il est élu à deux reprises "meilleur joueur allemand de l'année" après avoir remporté les championnats de 1995 et 1996. En 1997, il mène son club à la victoire en Ligue des champions face à la Juventus. Dans la foulée, il reçoit le Ballon d'or 1996 après y avoir gagné l'Euro anglais en tant que meilleur joueur du tournoi. Une grave blessure au genou l'oblige de mettre fin à sa carrière à seulement 30 ans.

Biographie[modifier | modifier le code]

Tel père tel fils[modifier | modifier le code]

Matthias Sammer est né le 5 septembre 1967 à Dresde, à l’époque encore République démocratique allemande, l’Allemagne de l’Est. Fils de Klaus Sammer, ancien joueur professionnel et ex-international de RDA, il joue essentiellement dans la rue jusqu'à l'âge de treize ans. Il prend sa première licence TSG Gröditz, puis rejoint ensuite le SC Einheit Dresde avant de filer au Dynamo Dresden, l’un des clubs phares du pays. Les débuts sont difficiles pour Matthias, 18 ans, qui doit subir l’hostilité de ses propres supporters puisque son entraineur n’est autre que son propre père !

Le 8 juin 1985 il remporte son premier trophée, la Coupe de RDA, face au Dynamo Berlin (3-2), il porte le maillot du Dynamo Dresde, avec lequel il a fait quelques apparitions en championnat en fin de saison au poste de meneur de jeu. Le 7 août de la même année il inscrit son premier but, lors de la 4e journée à Leipzig (0-1). Le 16 septembre 1985, il découvre la coupe d'Europe lors d'une rencontre opposant Dresde face Bruges, pour le compte de la Coupe des Coupes. En parallèle, il devient champion d'Europe juniors, en octobre 1986, avec la sélection est-allemande face à l'Italie (3-1) à Subotica (Yougoslavie), où il inscrit le second but allemand. Il connait sa première sélection avec l'équipe A de la RDA le 19 novembre 1986, à Leipzig face à la France de Michel Platini, lors des éliminatoires de l'Euro 88. Il joue le dernier quart d'heure.

Toujours avec la RDA, le 23 octobre 1987, à Antofogasta (Chili) il perd la demi-finale du championnat du monde juniors face à la Yougoslavie (2-1). Le 25, il remporte le match pour la troisième place, aux tirs au but face au Chili. L'année suivante, il inscrit son premier but avec l'équipe nationale A, face à la Grèce (1-0), lors d'un match amical, le 31 août 1988. Malgré les titres, Sammer se lasse, et le 24 avril 1989, la veille de la demi-finale retour de la Coupe de l'UEFA Dynamo Dresde-VFB Stuttgart, il rencontre en secret avec deux de ses partenaires est-allemands, Arie Haan, l'entraîneur du VFB Stuttgart. Le lendemain, Dresde est éliminé. Quelques jours plus tard, il est interpelé par la Stasi et dit payer 5000F d'amende. Malgré tout, Matthias sait désormais qu'il partira un jour ou l'autre à Stuttgart. Le 10 mai 1989, Dresde remporte le titre de champion de RDA à trois journées de la fin à Rostock grâce à un match nul (2-2), où Matthias Sammer inscrit le second but.

Quelques jours après la chute du Mur de Berlin (9 novembre 1989), la RDA est vaincue (3-0)à Vienne par l'Autriche, ce qui prive l'Allemagne de l'Est du Mondial 90. Sammer ne jouera jamais la Coupe du monde de football avec la R.D.A..

1er Ossi et 1er succès[modifier | modifier le code]

En 1990, bien que la réunification fût officielle après la Coupe du Monde 1990, la fédération de football allemande désire prendre le rouquin en vue du mondial italien puisque la frontière entre les deux pays n’est plus qu’artificielle. Toutefois, la question est tranchée via ses matchs de qualifications disputés pour la RDA dans l’année 1989 : il ne peut donc pas porter le maillot de l’Allemagne unifiée et c’est donc la seule RFA qui se présente à la coupe du monde, qu’elle remportera.

Une dernière saison 1990/91 est disputée dans l’ex-RDA, le temps de préparer une Bundesliga unifiée (exceptionnellement à 20 clubs) mais comme beaucoup de « Ossis », Sammer part pour le championnat de RFA et rejoint le VfB Stuttgart. Durant sa première saison, il dispute également son dernier match avec la RDA (2-0 à Bruxelles contre la Belgique) où le milieu de terrain inscrit les deux derniers but de la RDA. Ensuite, il devient le premier Allemand de l’Est d’une Nationalmannschaft unifiée lors d’une victoire 4-0 face à la Suisse. Toujours placé milieu de terrain comme meneur, Sammer termine 6e lors de sa première saison avec le club souabe puis remporte le titre l’année suivante en 1992. Sur les deux éditions, il y inscrit 20 buts. Vice-champion à l’Euro 92, il quitte dès lors le club de Christoph Daum pour le Calcio, comme la plupart des internationaux allemands de son époque.

Libéro à Dortmund[modifier | modifier le code]

Son passage à l’Inter n’est que de courte durée, après 6 mois où il ne dispute que onze matchs (pour quatre buts), il décide de retourner en Allemagne. Il signe au Borussia Dortmund entrainé par Ottmar Hitzfeld, pour 28MF. Il dispute les 17 dernières rencontres du championnat de la saison 1992/93 et inscrit 10 buts. Lors de la saison suivante, Hitzfeld change son schéma tactique en 5-3-2 et fait de Sammer le libéro du BVB, poste cher au football allemand. Idée de génie mais idée qui le privera partiellement du Mondial 94, puisque Berti Vogts lui préfère Lothar Matthäus...

Après une saison test à ce poste et deux 4e place en championnat, Sammer, 27 ans, arrive véritablement à maturité. Devenu un véritable électron libre entre l’attaque et la défense, il supplée Andreas Möller dans l’organisation du jeu à merveille et est le grand artisan du titre obtenu en 1995 où il est élu Meilleur joueur allemand de l’année. Ses infiltrations de la seconde ligne et ses nombreuses passes décisives ainsi que ses talents d'organisateur en font la nouvelle star du football allemand. Comparé à son illustre prédécesseur, Franz Beckenbauer, il est surnommé « le Kaiser de Dortmund » mais la ville de la Ruhr, l’appelle déjà depuis longtemps « der Roter Baron », le Baron Rouge (dû à sa chevelure).

Sammer über alles[modifier | modifier le code]

L’année suivante, il récidive en remportant un nouveau titre pour Dortmund ainsi qu’une Supercoupe mais au niveau européen, il est stoppé à deux reprises en ¼ de finales de Coupe de l'UEFA (Juventus) et de la ligue des Champions (Ajax).. Présent en fin de saison à l’Euro 1996 en Angleterre toujours comme libéro, il inscrit des buts décisifs en phase de groupe face à la Russie (le premier but) puis face à la Croatie en ¼. Dirigeant le jeu jusqu’à la victoire finale face à la République tchèque, il est élu Meilleur Joueur de l’Euro puis en fin de saison reçoit le Ballon d’or, qui n’avait plus été décerné à un défenseur depuis…Beckenbauer en 1976 !

À tout juste 29 ans, Sammer est à l’apogée de son talent et devient pour les supporters du Borussia Dortmund le plus grand joueur de l’histoire du club. La saison 1996/97 débute sur une nouvelle victoire en Supercoupe d’Allemagne face K’lautern mais est entachée de blessures récurrentes du Baron Rouge au genou et au mollet ce qui ne lui permet que de disputer 16 rencontres de championnat sur la saison. Toutefois, il est apte à disputer la finale de Ligue des champions et la remporte 3-1 face à la Juventus, bête noire dans les années 1990’. C’est la consécration finale pour Sammer.

La blessure…[modifier | modifier le code]

Blessé en début de saison 1997/98, Matthias fait un enième comeback fin septembre et rechute le 4 octobre, face à Biefeld. Onze jours plus tard, il est opéré pour la cinquième fois de son genou. Durant des semaines, l’Allemagne prie pour qu’il soit remis pour la Coupe du Monde 1998 en France. Le 2 février 1998, il ne figure pas sur la présélection de Berti Vogts pour le Mondial 98. Quelques jours plus tard, il annonce sa retraire (prématurée) à 30 ans. La Mannschaft souffrira défensivement durant ce tournoi et ne terminera qu’en ¼ de finale éliminée 0-3 par la Croatie…

Le retour[modifier | modifier le code]

Mais l’histoire de Matthias Sammer ne s’arrête pas. Deux ans après sa retraite, le Borussia est au plus mal après une saison catastrophique et 13e place. Il retourne dans le club de son cœur comme entraineur à seulement 33 ans ! Matthias Sammer est le plus jeune entraineur, encore à ce jour, de l’histoire de la Bundesliga et était même plus jeune que plusieurs de ses joueurs tels Stefan Reuter ou Jürgen Kohler. Il mène son équipe en 2000/01 à une honorable 3e place pour sa première saison. L’année suivante, le héros des « Schwarz-Gelb » remporte le championnat d’Allemagne 2002 et frôle la victoire en Coupe UEFA, seul titre européen manquant au club, face à Feyenoord 2-3. En 2002/03, la santé financière du club commence à déteindre sur ses résultats. Sammer perd la seconde place du championnat, synonyme de qualification directe à la C1, à la dernière journée face au modeste Cottbus (1-1).

2003/04, le Borussia s’effondre financièrement. Sa valeur boursière a chuté de 80 %, le club est surendetté et menacé de faillite. Une première pour un club membre du G14 depuis sa création et titré d’une coupe d’Europe, il y a tout juste 6 ans. La pression est lourde sur les épaules des joueurs et de l’entraineur. La catastrophe a lieu lors du double affrontement face au FC Bruges au 3e tour préliminaire de C1. Sorti aux tirs au but (3-3 au tot. 2-4 tab), ce sont les primes de droit tv qui s’envolent, plus de 8 millions d’euros de perdu… Mathias Sammer sera le premier à s'investir en réduisant volontairement son salaire : "Il est logique que je sois le premier à en supporter les conséquences, même si mon salaire n'est pas très important." [1] Solidaires avec leur entraineur, c’est l’ensemble de l’équipe qui réduit volontairement son salaire de 20 % une semaine plus tard. La suite de la saison sera néanmoins calamiteuse. Sortie ensuite d’entrée de jeu en coupe d’Allemagne (Mönchengladbach) et Coupe UEFA (Sochaux), le BVB perd ensuite sa 5e place qualificative pour la Coupe UEFA en fin de saison au profit de Bochum et ne se qualifie donc que pour l’Intertoto. Face à ce revers, Matthias Sammer et Dortmund se séparent.

D’entraineur à la DFB[modifier | modifier le code]

Pour la saison 2004/05, il entraine le club qui l’a révélé à l’Allemagne, le VfB Stuttgart. Durant toute la saison, le club souabe fait partie du trio de tête mais la défaite 1-3 en fin de saison face au Bayern lui fait perdre sa place qualificative de C1 pour la 5e place (C3) ce qui lui vaut le licenciement…

Matthias Sammer réapparait en août 2006, où il intègre la Fédération de Football allemande (DFB) en tant que directeur sportif à 39 ans. Il occupe encore cette fonction aux côtés de son ex-partenaire en équipe nationale, Oliver Bierhoff. Bien qu’à la fédération allemande, il garde toujours un œil sur le Borussia Dortmund et n’hésita pas à critiquer le coaching de Thomas Doll quand les jaunes-et-noirs se trouvaient en risque de relégation.

Carrière de joueur[modifier | modifier le code]

Palmarès de joueur[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Carrière d'entraîneur[modifier | modifier le code]

Palmarès d'entraîneur[modifier | modifier le code]

Citations à propos de Sammer[modifier | modifier le code]

  • « Berti Vogts dit que sa star, c'est l'équipe mais l'équipe, c'est Sammer » (après l'Euro 1996), le Tagesspiegel.
  • « Contre Sammer, vous n'avez aucune chance. Je n'ai jamais vu dans ma carrière un joueur jouer avec autant d'ambition » (en 1990), Dieter Hoeness manager de Stuttgart à l'époque.
  • « Matthias joue comme il parle : tout droit, avec combativité et avec passion » (en 1995), le FAZ.
  • « Matthias Sammer est tout simplement surnaturel », Jupp Heynckes ex-international allemand et entraineur.
  • « Parce qu'il prend très au sérieux sa profession et n'est pas un Showman mais blagueur et répète à l’excès avec acharnement. En plus de cela, Sammer est exigeant, répète et approfondit à l'excès. Il remplit ainsi les conditions nécessaires pour appartenir pour une durée limitée aux grands de sa nouvelle profession » (d’entraineur), le Frankfurter Allgemeine Zeitung

Divers[modifier | modifier le code]

Sammer a été sélectionné 51 fois dans l'équipe d'Allemagne (plus 23 dans l'équipe d'Allemagne de l'Est), il a marqué 8 buts (plus 6 pour l'équipe d'Allemagne de l'Est).

Il a été le premier « Ossi » (Allemand de l'Est) à avoir été sélectionné dans l'équipe d'Allemagne unifiée, c’était en décembre 1990.

Il dispute son dernier match international 1997 contre l'équipe de Ukraine.

Il a disputé quatre matches pendant la Coupe du monde de football de 1994 (l'équipe d'Allemagne a été éliminée lors des quarts de finale).

Références[modifier | modifier le code]

  1. (fr) « Sammer baisse son salaire », sur dh.be,‎ 30 août 2008 (consulté le 13 octobre 2008).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :