Dimitri Payet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Payet.
Dimitri Payet
OM - FC Porto - Valais Cup 2013 - Dimitri Payet.jpg
Payet sous le maillot de l'Olympique de Marseille en 2013.
Situation actuelle
Équipe Drapeau : France Olympique de Marseille
Numéro 17
Biographie
Nationalité Drapeau : France Français
Naissance 29 mars 1987 (27 ans)
Lieu Saint-Pierre (La Réunion)
Taille 1,75 m (5 9)[1]
Période pro. Depuis 2005
Poste Milieu offensif, Ailier
Pied fort Les deux
Parcours junior
Saisons Club
1998-1999 Drapeau : France JS Saint-Pierroise
1999-2003 Drapeau : France Le Havre AC
2003 Drapeau : France AS Excelsior
Parcours amateur
Saisons Club
2004 Drapeau : France AS Excelsior 022 (12) [2]
Parcours professionnel 1
Saisons Club M. (B.)
2005-2007 Drapeau : France FC Nantes 039 0(5)
2007-2011 Drapeau : France AS Saint-Étienne 148 (25)
2011-2013 Drapeau : France Lille OSC 095 (19)
2013- Drapeau : France Olympique de Marseille 064 (13)
Sélections en équipe nationale 2
Années Équipe M. (B.)
2007-2008 Drapeau : France France espoirs[3] 012 0(4)
2010- Drapeau : France France 010 0(0)
1 Compétitions officielles nationales et internationales.
2 Matchs officiels.
Dernière mise à jour : 23 décembre 2014

Dimitri Payet, né le 29 mars 1987 à Saint-Pierre (La Réunion, France), est un footballeur international français qui évolue au poste de milieu de terrain à l'Olympique de Marseille.

Biographie[modifier | modifier le code]

Parcours en club[modifier | modifier le code]

Les débuts[modifier | modifier le code]

Il rejoint le centre de formation du Havre alors qu'il n'a que 12 ans, mais est contraint de retourner sur son île natale quatre années plus tard en 2003 à la suite de cet essai infructueux[4].

À ses débuts, il est l'un des quatre joueurs suivis par L'Académie du Foot, une émission quotidienne diffusée pendant une semaine sur Arte en 2006[5].

FC Nantes[modifier | modifier le code]

Repéré par le FC Nantes-Atlantique, Dimitri revient en métropole lors de la saison 2004-2005. Il fait d'abord ses armes avec l'équipe réserve de Nantes. Ses efforts sont récompensés lorsque Serge Le Dizet le convoque pour un match avec l'équipe première. Le 17 décembre 2005, Dimitri fait ses débuts dans l'effectif professionnel contre les Girondins de Bordeaux (0-0). Il est de nouveau appelé par Serge Le Dizet contre le FC Metz et marque alors son premier but chez les professionnels.

À l'issue de sa formation au FC Nantes, Dimitri décroche un contrat de stagiaire. Au cours de la saison saison 2006-2007, il devient une pièce maîtresse du FCNA en disputant 33 rencontres et marquant 5 buts. Il signe un contrat professionnel lors de cette même saison.

La descente du FC Nantes en Ligue 2 le pousse à rejoindre l'AS Saint-Étienne au cours de l'été 2007. Le transfert est assorti d'un contrat de 4 ans et avoisine les 4 millions d'euros[6].

AS Saint-Étienne[modifier | modifier le code]

Pour sa première saison verte, Saint-Étienne, malgré de hautes ambitions en début de saison et un mercato intéressant, connaît une entame de championnat de France catastrophique, qui l'amène au bord de la relégation en février. Mais les verts finissent la saison en trombe accrochant ainsi la 5e place du championnat significative de qualification en Coupe UEFA[7].

Lors de la tournée des Verts à la Réunion, fin mai 2008, Payet est capitaine et marque un but lors d'un match amical contre la sélection locale de la Réunion[8].

Il inscrit son premier but pour les verts en match officiel en Coupe de l'UEFA contre l'Hapoel Tel Aviv en septembre 2008, ainsi que son premier but en championnat contre Bordeaux, le même mois. Par la suite, il prolonge son contrat avec l'AS Saint-Étienne jusqu'en 2013.

Lors de la 37e journée de Ligue 1 face à Toulouse, le 8 mai 2010, une altercation avec son coéquipier et capitaine Blaise Matuidi se produit sur le terrain. Payet, n'acceptant pas les reproches de son capitaine et de Yohan Benalouane, assène un coup de tête à Matuidi et tente de le frapper avant d'être séparé par ses coéquipiers et l'arbitre Bruno Coué[9]. Il sera par la suite mis à pied par son président Roland Romeyer[10]. Depuis entre les deux coéquipiers verts et bleus tout va bien, Payet déclarant que cela « n'avait pas lieu d'être » et qu'ils sont « repartis sur de nouvelles bases », Matuidi, lui, met ça sur le compte d'un « manque de maturité »[11].

Le samedi 28 août 2010, lors du match comptant pour la 4e journée du championnat de Ligue 1, il inscrit un triplé face au RC Lens au stade Geoffroy-Guichard[12].

Le 18 septembre 2010, lors du match face au Montpellier Hérault Sport Club comptant pour la 6e journée, il inscrit un doublé permettant à l'AS Saint-Étienne de se hisser à la première place du championnat, une première depuis 1982[13]. Il conforte aussi à cette occasion sa position de leader au classement des buteurs.

Le samedi 25 septembre 2010, lors du 100e derby Olympique lyonnais - AS Saint-Étienne au Stade de Gerland, il s'illustre en inscrivant le but victorieux d'un coup franc en pleine lucarne (0-1) à la 75e minute. Il permet ainsi à l'ASSE de battre l'OL pour la première fois depuis 1994 et de rester en tête du championnat[14].

Ce but est le septième en autant de matchs en 2010-2011[15]. Ce début de saison tonitruant lui permet de faire ses premiers pas en équipe de France[16]. Mais après, le joueur rentre dans une passe difficile, commencé par un pénalty loupé contre le SM Caen à quelques minutes du coup de sifflet final. Il ne marque plus de la mi-saison.

Le 29 janvier 2011, lors de la rencontre de Ligue 1 face à Toulouse dans le Chaudron, Dimitri Payet, pourtant disponible, n'est pas sur la feuille de match; il a en effet révélé, trois jours plus tôt, ne plus vouloir jouer pour l'ASSE et déclare de son propre chef vouloir partir pour le PSG. Le 31 janvier 2011, l'affaire se termine : les dirigeants des Verts ont refusé une offre de 10 M€ de Chelsea FC[17] et de 8 M€ du Paris Saint-Germain dirigé par Robin Leproux, et conservent le joueur pour la suite de la saison[18].

Après ce transfert avorté, Payet connaît un grand passage à vide, où il perd d'ailleurs sa place de titulaire au profit d'Alejandro Alonso la recrue hivernale. Ce n'est que cinq mois après son dernier but, contre l'OGC Nice, que Payet inscrit son neuvième but de la saison d'une frappe de 25m face au Stade brestois. Il retrouve enfin son meilleur niveau face à Nancy en inscrivant un doublé alors que les stéphanois étaient menés (1-0)[19]. Il finit ainsi la saison sur un total de 13 buts pour sa dernière année à Saint-Étienne.

Lille OSC[modifier | modifier le code]

Payet s'engage avec les champions de France en titre, le Lille OSC, le 28 juin 2011 durant le mercato estival à la suite d'un transfert de 8 millions d'euros, accompagné de bonus de 2 millions d'euros, pour les quatre prochaines saisons[20]. Cette somme fait de lui la troisième recrue estivale la plus chère de Ligue 1, derrière les parisiens Javier Pastore et Kevin Gameiro[21]. Il est engagé afin de remplacer Gervinho partant pour Arsenal.

Il effectue son premier match officiel sous les couleurs du LOSC le 22 juillet 2011 lors du Trophée des champions face à l'Olympique de Marseille, dauphin du LOSC la saison précédente, match perdu 5-4 au terme d'une fin de match palpitante. Il est à créditer d'un assez bon match[22].

Alors qu'il est convoqué par Laurent Blanc en équipe de France afin d'affronter le Chili, il se blesse face à l'AS Nancy-Lorraine lors de la 1re journée et ne peut donc honorer cette sélection[23], il est toutefois opérationnel pour la réception de Montpellier lors de la 2e journée de Ligue 1[24].

Par la suite, il se blesse à nouveau et doit être opéré au genou le 15 septembre 2011, il manquera les quatre semaines suivantes[25].

Le 15 octobre 2011, il inscrit son premier but sous les couleurs lilloise face à l'AJ Auxerre (victoire 1-3) pour le compte de la 10e journée de championnat[26]. Il inscrit son deuxième but chez les dogues face au Stade brestois 29, le 26 novembre 2011[27].

Ses débuts difficiles dans le Nord lui font toutefois subir la concurrence de l'ancien ailier de Chelsea FC Joe Cole, il ne dispute ainsi que 53 minutes lors des cinq premiers matches de Ligue des champions[28].

Malgré un début de saison 2012-2013 difficile pour le LOSC, Payet se révèle une pièce maîtresse du groupe. À la mi-saison, il est impliqué dans plus de la moitié des buts lillois. Au terme de la 26e journée de Ligue 1, il inscrit 12 buts, dont le premier de sa carrière de la tête contre le stade rennais le 15 février, et un doublé face à l'AC Ajaccio la semaine suivante, et délivré 10 passes décisives.

Olympique de Marseille[modifier | modifier le code]

Payet signe officiellement le 3 juillet 2013 avec l'Olympique de Marseille[29] pour une durée de 4 ans. Le montant du transfert avoisinerait les 10 millions d'euros, dont 1,2 de bonus. Le 29 août 2014 , face a l'OGC Nice, il marque son deuxième doublé avec le club phocéen.

Parcours en sélection[modifier | modifier le code]

Équipe de France espoirs[modifier | modifier le code]

Dimitri Payet participe à sa première rencontre espoirs officielle, le 1er juin 2007 contre la Roumanie (1-1) dans le cadre des éliminatoires de l'Euro espoirs 2009, il est titulaire [30]. Il participe également aux matchs contre le Pays de Galles (1-0)[31], Malte (2-0)[32], la Bosnie (4-0)[33], et le match retour contre le Pays de Galles (2-4) [34]. Il totalise donc 5 matchs en éliminatoires pour un but marqué contre le Pays de Galles le 20 novembre 2007.

À noter que Dimitri Payet participe au match amical contre l'Italie (1-2) le 21 août 2007 en étant titulaire[35].

Il compte 12 sélections et 4 buts avec les « Bleuets »[3].

Équipe de France[modifier | modifier le code]

Dimitri Payet est appelé pour la première fois en équipe de France le 30 septembre 2010 par Laurent Blanc pour les matchs contre la Roumanie le 9 octobre 2010 et le Luxembourg le 13 octobre 2010[16]. Il entre à cinq minutes de la fin à la place de Karim Benzema face à la Roumanie, s'enfonce profondément dans la défense roumaine puis délivre une passe décisive pour Yoann Gourcuff qui marque le deuxième but de l'équipe de France à la dernière minute du match (2 - 0)[36]. Blanc déclare qu'il a fait une « excellente rentrée contre la Roumanie » mais tempère tout de même en disant qu'il doit se montrer patient car le « niveau international c'est autre chose »[37]. Puis il refait une passe décisive à Yoann Gourcuff à l'issue d'un coup franc joué rapidement contre le Luxembourg (2 - 0)[38].

Après cette première expérience à l'échelon supérieur, il retourne en club avec le « sentiment du travail bien fait » et déclare que ça va lui « servir pour la suite de la saison »[39] et qu'il va « continuer à travailler pour revenir le plus vite possible »[40]. Dimitri Payet reçoit sa troisième sélection avec l'équipe de France le 17 novembre 2010 contre l'Angleterre à Wembley en entrant en jeu en seconde mi-temps. Les Bleus remportent ce match deux buts à un[41].

Le 4 août 2011 il est de nouveau appelé chez les Bleus pour affronter le Chili en match amical le 10 août 2011, ce qui n'était plus arrivé depuis sa sélection face à l'Angleterre à la suite de la baisse de forme qui a suivi son transfert avorté vers Paris[42]. Mais le 7 août 2011 il déclare forfait pour ce match à la suite d'une blessure au tibia contractée la veille face à Nancy lors de la 1re journée de Ligue 1. Aucun joueur n'est convoqué pour le remplacer[23]. Une année se passe avant son retour dans le groupe de l'équipe de France le 9 août 2012[43] pour le match opposant les Bleus à l'Uruguay. Il n'entrera pas en jeu, pas plus que lors de France - Italie où il est appelé le 8 novembre 2012.

Didier Deschamps, dit le considérer comme « capable d’avoir des gestes décisifs. Il faut qu’il ait plus de la continuité. Il a la possibilité d’évoluer sur les deux côtés, à gauche ou à droite. Sur le plan technique, il est capable de choses vraiment intéressantes[44] ». Le sélectionneur fait appel à lui le 14 mars 2013 [45] pour les rencontres opposant les bleus à la Géorgie puis à l'Espagne mais sans lui offrir de temps de jeu lors de ces deux rencontres. A L'occasion de la tournée Sud-Américaine des bleus (1er-10 juin), il joue ses 4ème et 5ème match sous le maillot de l’Équipe de France : tout d'abord le 5 juin 2013 dans un match amical[46] en Uruguay puis le 9 juin 2013 toujours en amical face au Brésil. il est titulaire lors des 2 rencontres, qu'il effectue dans leurs totalités. Il est titulaire pour son 6ème match face à la Belgique le 14 août 2013. Si André-Pierre Gignac est rappelé pour le match face à la Géorgie, Dimitri Payet deviendrait encore plus important puisque le trio de l' OM serait reformé : Gignac, Valbuena et Payet.

Dimitri Payet n'est cependant pas sélectionné par le sélectionneur Didier Deschamps pour disputer la coupe du monde 2014 au Brésil.

Le 2 octobre 2014, Didier Deschamps le rappelle ainsi que son coéquipier André-Pierre Gignac en vue des matchs amicaux contre le Portugal et l'Arménie. Il entre contre le Portugal(victoire 2-1) au milieu de la deuxième mi-temps à la place de Mathieu Valbuena.Il est titulaire face à l'Arménie(victoire 3-0) et est remplacé par Mathieu Valbuena vers la 65°minute de jeu.

Distinctions personnelles[modifier | modifier le code]

FC Nantes[modifier | modifier le code]

AS Saint-Étienne[modifier | modifier le code]

Statistiques[modifier | modifier le code]

En club[modifier | modifier le code]

Statistiques de Dimitri Payet au 26 septembre 2014[48]
Saison Club Championnat Coupe nationale Coupe de la Ligue Supercoupe Compétition(s)
continentale(s)
Sélection Total
Division M B Pd M B Pd M B Pd M B Pd C M B Pd Équipe M B Pd M B Pd
2005-2006 Drapeau de la France FC Nantes 1 3 1 0 1 0 0 0 0 0 - - - - - - - - - - - 4 1 0
2006-2007 Drapeau de la France FC Nantes 1 30 4 1 4 0 0 1 0 0 - - - - - - - Drapeau : France France espoirs 1 0  ? 36 4 1
2007-2008 Drapeau de la France AS Saint-Étienne 1 31 0 2 0 0 0 0 0 0 - - - - - - - Drapeau : France France espoirs 5 1  ? 36 1 2
2008-2009 Drapeau de la France AS Saint-Étienne 1 30 4 6 1 0 0 1 0 0 - - - C3 10 3 1 - - - - 42 7 7
2009-2010 Drapeau de la France AS Saint-Étienne 1 35 2 6 4 3 1 2 0 2 - - - - - - - - - - - 41 5 9
2010-2011 Drapeau de la France AS Saint-Étienne 1 33 13 4 1 0 0 0 0 0 - - - - - - - Drapeau : France France 3 0 2 37 13 6
2011-2012 Drapeau de la France LOSC Lille 1 33 6 6 3 0 0 2 0 0 1 0 0 C1 4 0 0 - - - - 43 6 6
2012-2013 Drapeau de la France LOSC Lille 1 38 12 12 3 1 2 3 0 0 - - - C1 8 0 1 Drapeau : France France 2 0 0 54 13 15
2013-2014 Drapeau de la France Olympique de Marseille 1 22 7 2 2 0 1 2 0 0 - - - C1 5 0 1 Drapeau : France France 2 0 0 33 7 4
2014-2015 Drapeau de la France Olympique de Marseille 1 16 5 2 - - - - - - - - - - - - - - - - - 16 5 2
Total sur la carrière 262 51 41 19 4 4 11 0 2 1 0 0 - 27 3 3 - 13 1 2 333 59 52

Vie personnelle[modifier | modifier le code]

Avec sa compagne Ludivine, ils ont un fils prénommé Noa né le 29 septembre 2009[49] . Le 14 juillet 2013, sa compagne Ludivine, a donné naissance à son deuxième garçon Milan.

Références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.lfp.fr/joueur/payet-dimitri
  2. Fiche de Payet sur soccerdatabase.eu
  3. a et b Payet en espoirs
  4. « Dimitri Payet, qui c'est celui-là ? », L'Express, 8 octobre 2010
  5. « L'académie du foot », Arte, 29 juin 2006
  6. « Saint-Étienne : Un point sur le mercato », Brèves de foot, 7 juin 2007
  7. « Les Verts, un destin européen », Le Figaro, 25 mai 2008
  8. « Payet-Feindouno : "On en profite au maximum" », Le Quotidien de La Réunion, 21 mai 2008
  9. « ASSE : "Il ne manquait plus que ça" », Le Progrès, 10 mai 2010
  10. « Payet va être sanctionné », Football365.fr, 12 mai 2010
  11. « Payet et Matuidi ont fait la paix », RMC, 6 octobre 2010
  12. « Payet triple la mise », L'Équipe, 28 août 2010
  13. « Saint-Étienne : Strass et Payet », Eurosport, 18 septembre 2010
  14. « Saint-Étienne remporte le derby face à Lyon », L'Alsace, 25 septembre 2010
  15. « Payet, le géant vert », Le Figaro, 26 septembre 2010
  16. a et b « Laurent Blanc appelle Payet, Gourcuff et Nasri », Le Monde, 30 septembre 2010
  17. « Chelsea offre 10 M€ pour Dimitri Payet ! », Foot Mercato, 30 janvier 2011
  18. « PSG : 8 millions d'euros pour Payet ! », Le 10 Sport, 31 janvier 2011
  19. « Revoilà Payet », Football.fr, 19 avril 2011
  20. « Payet-Rivière : le vrai prix des transferts », Le 10 Sport, 20 juillet 2011
  21. « Le top 10 des transferts les plus chers de l’été en L1 », Foot Mercato, 2 septembre 2011
  22. « Lille-OM : Les notes du match », Foot Mercato, 22 juillet 2011
  23. a et b « Payet forfait pour France-Chili », France Football, 7 août 2011
  24. « Lille - Montpellier », LFP.fr, 14 août 2011
  25. « Une blessure qui peut coûter cher », Le Figaro, 15 septembre 2011
  26. « Auxerre - Lille », LFP.fr, 15 octobre 2011
  27. « Lille - Brest », LFP.fr, 26 novembre 2011
  28. « LOSC : Payet-Enyeama, deux recrues estivales abonnées aux seconds rôles… », Foot Mercato, 26 novembre 2011
  29. « OM - Payet a signé ce mercredi », L'Équipe
  30. France-Roumanie en espoirs sur uefa.com
  31. France-Pays de galles en espoirs sur uefa.com
  32. France-malte en espoirs sur uefa.com
  33. France-Bosnie en espoirs sur uefa.com
  34. France-Pays de Galles en espoirs sur uefa.com
  35. (en) France-Italie en espoirs sur transfermarkt.de
  36. « Payet, déroulez jeunesse », Orange.fr, 10 octobre 2010
  37. « Blanc satisfait par Payet », RMC, 13 octobre 2010
  38. « Les Bleus battent le Luxembourg : Hoarau sifflé, Payet ovationné », Zinfos974, 13 octobre 2010
  39. « Payet : "Le sentiment du travail bien fait" », Goal.com, 13 octobre 2010
  40. « Payet : "Une bonne semaine" », Topmercato.com, 13 octobre 2010
  41. « Angleterre-France : les notes du match », Foot Mercato, 17 novembre 2010
  42. « Paris en force chez les Bleus », So Foot, 4 août 2011
  43. « Payet : «Ne pas être de passage» » », L'Équipe, 9 août 2012
  44. « Équipe de France - Deschamps : « Payet capable de gestes décisifs » », RMC, 8 novembre 2012
  45. « Football : les 24 Bleus contre la Géorgie et l'Espagne » », Yahoo, 14 mars 2013
  46. « Payet : «Je me suis fait plaisir» » », L'Équipe, 6 juin 2013
  47. « Trophées UNFP : Les nommés », LFP.fr, 10 mai 2007
  48. Statistiques de Dimitri Payet sur footballdatabase.eu
  49. « Dimitri Payet est papa !», Reunitoo, 30 septembre 2009