Stefan Effenberg

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Stefan Effenberg
Pas d'image ? Cliquez ici.
Biographie
Nationalité Drapeau de l'Allemagne Allemagne
Naissance 2 août 1968 (46 ans)
Lieu Hambourg
Taille 1,88 m
Poste Milieu
Parcours professionnel 1
Saisons Club M. (B.)
1987-1990 Drapeau de l'Allemagne Borussia M'gladbach 73 (10)
1990-1992 Drapeau de l'Allemagne Bayern Munich 65 (19)
1992-1994 Drapeau de l'Italie AC Fiorentina 56 (12)
1994-1998 Drapeau de l'Allemagne Borussia M'gladbach 118 (23)
1998-2002 Drapeau de l'Allemagne Bayern Munich 95 (16)
2002-2003 Drapeau de l'Allemagne VfL Wolfsburg 19 (3)
2003-2004 Drapeau du Qatar Al Arabi Doha 15 (4)
Sélections en équipe nationale 2
Années Équipe M. (B.)
1991-1998 Drapeau de l'Allemagne Allemagne 35 (5)
1 Compétitions officielles nationales et internationales.
2 Matchs officiels.

Stefan Effenberg est un ancien footballeur allemand né le 2 août 1968 à Hambourg. Il évoluait au poste de milieu de terrain (1 m 88 - 86 kg).

Joueur très caractériel mais doué d'excellentes capacités techniques, Effenberg fut surtout connu pour avoir été l'âme et le leader du Bayern Munich entre 1998 et 2002, années fastes pendant lesquelles le club bavarois a gagné 3 titres de champion d'Allemagne et une Ligue des champions.

Biographie[modifier | modifier le code]

De la même génération que ses compatriotes Andreas Möller ou Matthias Sammer, Stefan Effenberg a commencé sa carrière professionnelle au Borussia Mönchengladbach en 1987, après avoir été formé au SC Victoria Hambourg. En 1990, il rejoint le Bayern Munich où il se fait particulièrement remarquer. En deux saisons sous le maillot du club bavarois, il joue 65 matchs et inscrit 19 buts.

International allemand en 1991, comme beaucoup de ses compatriotes à l'époque, il tente l'aventure en Série A italienne. Il joue deux saisons avec la Fiorentina dont une en Série B, puisque le club a été relégué.

Cela ne l'empêche pas d'être sélectionné pour la Coupe du monde 1994. Lors de ce tournoi, il s'illustre surtout par un geste qui aura des répercussions sur le reste de sa carrière internationale. Après un match sans relief contre la Corée du Sud, il adresse un « doigt d'honneur » au public qui le siffle. Ce geste va provoquer le divorce entre le joueur et la sélection. Sanctionné par le sélectionneur Berti Vogts, il ne rejouera que quatre ans plus tard pour la Mannschaft pour seulement 2 matchs. Même après le fiasco de l'équipe d'Allemagne à l'Euro 2000, et malgré les appels des supporters qui le voient comme le seul leader possible dans l'équipe, Effenberg refusera de revenir en sélection.

En 1994, il retourne en Allemagne au Borussia Mönchengladbach, puis quatre saisons plus tard, au Bayern Munich. Entre 1998 et 2002, il va vivre les plus belles années de sa carrière avec le club bavarois. Devenu leader de l'équipe, Effenberg impose son style dans l'entrejeu. Organisateur du jeu allemand, il permet au club de remporter de prestigieux trophées: Championnat d'Allemagne en 1999, 2000 et 2001, Coupe d'Allemagne en 2000, et surtout une Ligue des champions en 2001. Par deux fois, il va atteindre la finale de la Ligue des Champions avec le Bayern. En 1999, le club munichois sera battu par Manchester United lors d'un match d'anthologie que les allemands avaient largement mené. En 2001, enfin, ils remporteront la finale contre le FC Valence au prix d'un match serré conclu aux tirs au but.

En 2002, à 34 ans, en fin de carrière et bien moins incisif, il est laissé par le Bayern, et rejoint Wolfsburg. La saison suivante, il dispute une dernière saison au Qatar au sein du club Al-Arabi, avant de raccrocher les crampons.

Style de jeu[modifier | modifier le code]

Personnage controversé en raison de son caractère et de ses frasques (il avait entretenu une liaison avec la femme de son coéquipier Thomas Strunz) Effenberg était un milieu brillant dans l'organisation du jeu du Bayern Munich. Doué d'excellentes capacités techniques et d'une grosse frappe de balle, il excellait aussi bien pour attaquer que pour défendre (il était d'ailleurs considéré comme un tacleur rugueux). Au-delà de ça, c'était surtout son caractère de compétiteur, son influence sur les joueurs et sa volonté, qui l'ont rendu si indispensable au Bayern Munich. À cette époque, il était surnommé Cheffe (patron) par ses coéquipiers.

Carrière[modifier | modifier le code]

Palmarès[modifier | modifier le code]

en club[modifier | modifier le code]

370 matchs, 71 buts en Bundesliga (dont 109 cartons jaunes)

en sélection[modifier | modifier le code]

  • Finaliste de l'Euro 1992
  • 35 sélections, 5 buts de 1991 à 1998.

Liens externes[modifier | modifier le code]