Équipe du Luxembourg de football

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Cet article traite de l'équipe masculine. Pour l'équipe féminine, voir Équipe du Luxembourg de football féminin.

Drapeau : Luxembourg Équipe du Luxembourg

Écusson de l' Équipe du Luxembourg
Généralités
Confédération UEFA
Couleurs blanc et rouge
Surnom D'Roud Léiwen (« Les Lions Rouges »)
Stade principal Stade Josy Barthel
Classement FIFA en augmentation 108e (17 juillet 2014)[1]
Personnalités
Sélectionneur Drapeau : Luxembourg Luc Holtz
Capitaine René Peters
Plus sélectionné Jeff Strasser (98 sélections)
Meilleur buteur Léon Mart (16 buts)

Rencontres officielles historiques

Premier match 29 octobre 1911 (France, 1-4)
Plus large victoire 6-0, Afghanistan (26 juillet 1948)
Plus large défaite 0-9, Angleterre (19 octobre 1960)
0-9, Angleterre (15 décembre 1982)

Palmarès

Coupe du monde Phases finales : 0
Championnat d'Europe Phases finales : 0
Jeux olympiques 1er tour en 1948 et 1952

Maillots

Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Domicile
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Extérieur

Actualités

Pour les résultats en cours, voir :
Équipe du Luxembourg de football en 2014

L'équipe du Luxembourg de football est constituée par une sélection des meilleurs joueurs luxembourgeois sous l'égide de la Fédération luxembourgeoise de football.

Elle a été créée en 1908 et est affiliée à la Fédération internationale de football association depuis 1910.

La sélection, dirigée par Luc Holtz depuis 2010, évolue en général à domicile au stade Josy Barthel, situé dans la ville de Luxembourg.

Histoire[modifier | modifier le code]

De modestes débuts malgré quelques morceaux de bravoure (1911-1938)[modifier | modifier le code]

L’équipe du Luxembourg de football pose devant l’objectif d’un photographe de l’Agence Roll
Équipe du Luxembourg, en 1913, avant un match, à Saint-Ouen.

Le Luxembourg est devenu membre de la FIFA en 1910. Le 29 octobre 1911, les Lions Rouges disputèrent leur premier match officiel contre les voisins français : la rencontre se termine sur le score de 4-1 pour les visiteurs. Les Luxembourgeois prirent néanmoins leur revanche le 8 février 1914 en battant la même équipe 5-4, Jean Massard réussissant ce jour-là un quadruplé. La participation aux Jeux Olympiques d'Anvers de 1920 se solda par une défaite 3-0 des coéquipiers de Joseph Koetz (joueur du CS Fola Esch, il participa aux trois premières campagnes olympiques du Luxembourg) contre les Pays-Bas[2]. Dans les rangs de l’équipe luxembourgeoise évoluait Émile Hamilius, futur député du Parti social-chrétien et maire de Luxembourg après la Seconde Guerre mondiale, alors milieu de terrain du CS Fola.

Équipe du Luxembourg lors des JO de 1920

En 1924, l’équipe luxembourgeoise, qui ne jouait que sporadiquement contre des équipes de forte valeur (elle disputa en revanche de nombreux matchs contre les équipes B de la France, de la Belgique, de l’Italie et de la Suisse, ainsi que contre l’équipe régionale des provinces méridionales des Pays-Bas[3]), s’inclina de nouveau lors des Jeux Olympiques, contre l'Italie, au Stade Pershing, par deux buts à rien[4]. En 1927, les Anglais défirent le Luxembourg (2-5), de même que la Belgique (3-5), lors de la compétition de football jouée dans le cadre des JO d’Anvers, que les Belges remportèrent, en 1928. En inscrivant trois buts, dans les 25 premières minutes, les Belges songeaient sans doute avoir fait le plus difficile : c'était sans compter sur la vaillance des Luxembourgeois, lesquels, grâce à Guillaume Schtuz, Jean Pierre Weisgerber et Robert Theissen inscrivirent trois buts en un quart d'heure, parvenant à arracher l'égalisation, juste avant la pause, précisément à la quarante-quatrième minute. Les Luxembourgeois tinrent le nul jusqu'à la 67e, lorsque Jacques Moeschal inscrivit le quatrième but belge, suivi d'un cinquième, six minutes plus tard[5]. Après la compétition, remportée par l'Uruguay, en deux temps, face à l'Argentine, les Luxembourgeois rencontrèrent l'Égypte, quatrième des épreuves de football lors des JO qui venaient de s'achever (ils avaient été pulvérisés lors de la petite finale par l'Italie, onze buts à trois) et première nation non européenne rencontrée par les Lions Rouges : cette rencontre se solda par un nul, 1-1, plutôt flatteur pour les Luxembourgeois, étant donné que les Égyptiens, tombeur de la Turquie et du Portugal pendant les Jeux, et qui profitaient toujours de leur venue en Europe dans le cadre de ces derniers pour disputer ensuite quelques matchs avec des équipes européennes, venaient de faire chuter les Pays-Bas (1-2)[6]. En 1932, les Luxembourgeois subirent le plus lourde défaite de leur histoire, encaissant douze buts de la part de l'équipe B d'Italie, sans en marquer aucun.

L’équipe du Luxembourg de football pose devant l’objectif d’un photographe de presse, en 1934
L’équipe du Luxembourg, en 1934

Les Luxembourgeois prirent part aux premières phases qualificatives pour la Coupe de Monde 1934, sans succès (lourdes défaites contre l’Allemagne, 1-9, et la France, 1-6). Ils ne furent pas plus heureux lors des JO de 1936, où ils subirent la loi des Allemands (0-9).

Un envol brisé (1938-1940)[modifier | modifier le code]

Toutefois les années 1938-1940 marquèrent une amélioration dans les résultats de l’équipe nationale, puisqu'en 1938, les Luxembourgeois chutèrent de peu devant les voisins belges, lors du tour préliminaire de la Coupe du monde de 1938. La même année, l’Allemagne peina, chez elle, à s’imposer, en amical, devant le Luxembourg (1-2), qui battit cette même équipe allemande, en 1939, à domicile (2-1) et s’imposa l’année suivante devant les voisins néerlandais (5-4), avec à sa pointe Léon Mart[7], du CS Fola Esch, et Gustave Kemp, goléador du FC Metz, meilleur buteur luxembourgeois de tous les temps, mais dont la carrière fut entravée par l’irruption du conflit mondial.

Le retour du Luxembourg sur la scène internationale (1945-1964)[modifier | modifier le code]

Sous la conduite de son canonnier Camille Libar, joueur de Strasbourg, le Luxembourg débuta l'après-guerre en fanfare : large victoire contre les voisins belges, le 13 mai 1945 (1-4), suivie, il est vrai, d’une sévère défaite quelques mois plus tard contre ces mêmes Diables Rouges (0-7, en Belgique cette fois-ci), victoire contre la Norvège, le 28 juillet 1946. En match non officiel, les Luxembourgeois accrochèrent les équipes B de la France (4-4 en 1946), de la Suisse (0-0 en 1946) et de la Belgique (3-3 en 1947). Enfin, le 13 mai 1947, ils vainquirent les amateurs anglais, par quatre buts à trois. Le 26 juillet 1948 constitue un jour historique pour le football luxembourgeois : dans le cadre des Jeux Olympiques, les Luxembourgeois remportèrent leur plus large victoire, contre l'Afghanistan, six buts à zéro. Cependant, le tour suivant, ils ne purent rien contre les Yougoslaves, si ce n’est sauver l’honneur (défaite 6-1). Néanmoins, en 1949 et 1950, ils tinrent en échec[8], en amical certes, mais chaque fois en déplacement, respectivement la Tchécoslovaquie et la Norvège (2-2), et battirent, en 1951, sur leur terrain la Finlande (3-0).

Les Jeux Olympiques de 1952 offrirent l'occasion aux Luxembourgeois de briller. La Nationalmannschaft dut dans un premier temps en passer par un tour préliminaire, face à l'équipe de Grande-Bretagne. Même composé d’amateurs, cette équipe britannique (en réalité uniquement composé de joueurs anglais) ne laissa pas d'impressionner ses adversaires. Y figuraient quelques éléments de grande valeur, tel Bill Slater, alors en passe de rejoindre les Wolverhampton Wanderers où il allait effectuer une longue et fructueuse carrière qui lui ouvrirait les portes de l'équipe d'Angleterre, James « Jim » Lewis, de Chelsea, sans doute le plus célèbre et le plus talentueux des joueurs amateurs de sa génération (49 sélections en sélection anglaise amateurs), George Robb, qui verrait sa carrière brisée par une blessure, non sans avoir connu la sélection anglaise (une fois) et Derek Saunders (en), vainqueur cette année de la FA Cup amateur, ce qui lui valut un pont d'or de la part de Chelsea FC, dont il devint un pilier, participant même avec la sélection londonienne à la finale de la Coupe des villes de foires (Coupe de l'UEFA) en 1960. Les Britanniques ouvrirent le score, dès la 12e minute, grâce à Robb, et tinrent ce résultat jusqu’à la 60e où « Josy » Roller égalisa. Les Luxembourgeois parvinrent à maintenir cette parité, et les deux équipes engagèrent des prolongations : Léon Letsch[9], gâchette du Club olympique Roubaix-Tourcoing, puis Roller par deux fois donnèrent un avantage décisif au Luxembourg. Mais les Britanniques ne s’avouaient pas vaincus, et Slater réduisit la marque, à la 101e minute. Julien Gales répondit du tac au tac et inscrivit dans la foulé le cinquième but luxembourgeois. Lewis eut beau tromper Fernand Lahure en toute fin de match, les Luxembourgeois sortirent vainqueur de cet affrontement, à la surprise générale[10].

Le Brésil commençait à laisser entrevoir ce qu’il allait devenir quelques années plus tard : le maître incontesté du monde du ballon rond. Figuraient dans cette équipe brésilienne olympique quelques joueurs qui ne manquèrent pas de charmer leurs contemporains par leur talent : l’attaquant, star à venir de l’Atletico Madrid, Edvaldo Izidio Neto, plus connu sous le nom de Vavá, champion du monde en 1958 et 1962, Humberto Barbosa Tozzi[11], membre de l'équipe du Brésil en 1954, qui allaient bientôt enthousiasmer les tifosi laziali, Evaristo de Macedo, futur attaquant international du Barça puis du Real Madrid CF, Larry Pinto de Faria (en), canonnier de l’Internacional, Waldyr Pereira surnommé Didi, qui participa aux Coupes du Monde 1954, 1958 et 1962 et évolua au Real Madrid, et le défenseur Zózimo Alves Calazães, un autre vainqueur des éditions 1958 et 1962 de la Coupe du Monde avec l'équipe du Brésil. Logiquement, ces vedettes en devenir, déjà reconnues dans le championnat brésilien, devaient l’emporter : mais cette tâche fut moins aisée qu'il ne leur avait semblé avant que de pénétrer sur le terrain. Larry inscrivit un but juste avant la pause, et Humberto Tozzi dès après celle-ci, Julien Gales relançant tardivement la rencontre, en trompant Carlos Alberto (gardien-phare de l'équipe olympique brésilienne, puisque le portier du Vasco da Gama participa aux épreuves de football des JO de 1952, 1956 et 1960) à la 86e minute. Face aux jeunes étoiles brésiliennes, les Luxembourgeois n’avaient pas démérité. Vic Nurenberg, buteur prolifique de l'OGC Nice et du FC Sochaux, fut l’un des artisans de cet honorable parcours[12]. Les rencontres disputées dans le cadres des JO, ainsi que celles contre des équipes réserves n'étaient pas considérées comme officielles. Il fallut attendre dix ans, depuis la victoire contre la Finlande, avant que le Luxembourg ne regagnât un tel match. Mais cette longue attente fut récompensé par un nouvel exploit : le 8 octobre 1961, mené par le métronome de l'Alliance Dudelange, Henri Cirelli, le Luxembourg connut l'un de ses plus grands succès, avec la victoire, à domicile, par 4 buts à 2, contre le Portugal d'Eusebio, en match de qualification pour la Coupe du Monde, Ady Schmit inscrivant la bagatelle de trois buts.

Entre-temps, la sélection d'Antoine « Spitz » Kohn prit l'eau comme jamais, le 19 octobre 1960, contre l'Angleterre de Bobby Charlton (0-9). Pour autant, cette période de disette, ne fut pas une période de famine : outre son louable parcours aux JO de 1952, le Luxembourg eut la satisfaction de voir son équipe battre l’équipe amateur de la Sarre, par six buts à un, en 1952, les équipes réserves de la Belgique (6-4, en 1956), de la Suisse (4-1, la même année, à Esch-sur-Alzette), ainsi que les amateurs anglais (3-1, en 1959) et l’équipe de France olympique (5-3, en 1960).

En 1958, les joueurs grands-ducaux créèrent la surprise, en s’imposant 4-1, contre l’équipe B de la RFA. Ce jour-là, un 1er mai, « la température magnifique, le renom des visiteurs et la bonne réputation des joueurs luxembourgeois avaient incité quelque six mille spectateurs à se rendre au stade municipal de Luxembourg », d’après le reporter du journal Les Sports[13]. Mené par un Dimmer survolté, passeur impeccable et tireur implacable, auteur d’un doublé, les Luxembourgeois tinrent la dragée haute aux Allemands, qui ne purent que sauver l’honneur en fin de manche, ayant buté tout au long du match sur le gardien Paul Steffen[14] et l’arrière-central, véritable vigie, Léon « Jang » Mond[15].

Comptant dans ses rangs un nouveau venu, Jean-Pierre « Jim » Hoffstetter [16], futur capitaine de la sélection et rugueux défenseur de l’Aris Bonnevoie (une fois à la retraite, il chroniqua au Républicain Lorrain et dans Le Quotidien), le Luxembourg, lors des éliminatoires pour les Jeux Olympiques de 1960 arracha deux nuls méritoires (0-0 et 2-2) à la Suisse et ne s'inclina que par 3-5 face à la France.

L’épopée de 1963 : les Luxembourgeois quart-de-finalistes de l’Euro 1964[modifier | modifier le code]

Mais ce fut lors de la deuxième édition du Championnat d’Europe que les Luxembourgeois brillèrent le plus. Dispensé de préliminaires, le Luxembourg, entraîné par Robert Heinz, fit son entrée lors des huitièmes-de-finale : le 11 septembre 1963, ils tiennent en échec les Néerlandais, au Stade Olympique d’Amsterdam, (1-1, grâce à l’égalisation de Camille Dimmer, buteur de Molenbeek). Certains observateurs pensaient que les joueurs Néerlandais s'étaient réservés, afin de garantir une affluence suffisante de spectateurs au deuxième match, qui se déroulait à Rotterdam[17]. Mais un mois plus tard, les spectateurs néerlandais en furent pour leur frais : au Feijenoord Stadion, les luxembourgeois s’imposèrent contre toute attente, encore grâce à Dimmer, qui offrit à la 67e minute la victoire à son équipe (2-1). Les Luxembourgeois, qualifiés pour les quarts-de-finale, n’étaient plus qu’à deux matchs du dernier carré ! Le Danemark, lequel s’était laissé surprendre au tour précédent par l’Albanie (défaite 1-0, lors d’un match sans enjeu, les Danois vainqueurs 4-0 à l’aller étant déjà qualifiés) et prit sans doute ce coup du sort pour une aubaine, dut s’y reprendre à trois fois, avant que d’écarter le Luxembourg, ce qui prouve que les rêves, même les plus fous, étaient à la portée de la sélection du Grand-Duché. Le 4 décembre 1963, à Luxembourg, les Lions Rouges, emmené par Louis Pilot, du Standard de Liège, et Ady Schmit, milieu de terrain du FC Sochaux, double vainqueur avec l’équipe doubiste de la Coupe Charles Drago et… international français, puisqu’il fut sélectionné dans l'équipe de France de football de deuxième division, ouvrirent le score, grâce à Paul May, dès la première minute ; il faudra tout le talent d’Ole Madsen, meilleur joueur danois de l'année en 1964, et l'un des meilleurs buteurs de tous les temps en équipe du Danemark, auteur ce soir-là d’un triplé, pour assurer le partage des points (3-3). Une semaine plus tard, le 10, à Copenhague, les Luxembourgeois arrachèrent, à la 84e minute, le match nul (2-2). Un match d’appui fut donc nécessaire, que remportèrent à Amsterdam les Danois, sur l’écart le plus petit qui soit (1-0). Le Olsen Banden dut une fière chandelle à son buteur vedette Ole Madsen, auteur des six buts contre le Luxembourg, qui quitta avec les honneurs la compétition.
Les Luxembourgeois poursuivirent leur lancée. Le 20 septembre 1964, contre la Yougoslavie, à Belgrade, l'équipe du Luxembourg força la brillante équipe yougoslave à puiser dans ses dernières ressources, pour battre les Luxembourgeois par 3 - 1, Ady Schmit ayant sauvé l'honneur pour le Luxembourg.

L'équipe du Luxembourg victorieuse des Pays-Bas, en 1963, lors des huitième-de-finales de l'Euro 64

Le 4 octobre 1964, dans le cadre des éliminatoires pour la Coupe du Monde, le Luxembourg affronta devant près de 20 000 personnes la France, au Stade municipal. Mené 1-0, le Luxembourg faillit créer la surprise, par l’intermédiaire de Jean Klein, dit « Speedy », instituteur de profession, mais surtout grand ailier de l’équipe du Luxembourg et de Dudelange où il passa toute sa carrière de footballeur : un démarrage sec et un talent de dribbleur hors de pair avaient fait de lui l’un des éléments les plus redoutés par les défenses de la première division luxembourgeoise. « Klein, il va plus vite que Gento » titrait d’ailleurs le journal Les Sports de Bruxelles, le lendemain d'un essai de Jean Klein avec le RSC Anderlecht, lors d'un match amical face à LOSC Lille. Lors de cette rencontre contre la France, Klein fut tout près d’offrir à son équipe l’exploit de tenir la France en échec : à la 75e minute, Jean Klein mystifia son adversaire direct et adressa une passe limpide au centre que Camille Dimmer transforma. Malheureusement, un juge de ligne faisait annuler le goal pour sortie de balle, quoique les caméras de télévision démontrèrent, le lendemain, la méprise de l’arbitre assistant. Finalement le Luxembourg s'inclina à la dernière minute par 2 - 0 contre la France de Nestor Combin. Jean Klein dira, près de quarante après cette injustice : « Mon meilleur souvenir est et reste la rencontre au Luxembourg contre la France (0-2) le 4 octobre 1964 […]. Mais c'est aussi mon plus mauvais souvenir. Je suis certain que si le goal que nous avions marqué avait été validé, c'était l'égalisation et la victoire au bout. Portés par les 20 000 spectateurs, nous aurions pu faire un grand résultat »[18].

Un long passage à vide (1964-1989)[modifier | modifier le code]

Après leur victoire en huitième-de-finale contre les Pays-Bas, les joueurs du Grand Duché ne firent plus guère entendre parler d’eux, si ce n’est à l’occasion de quelques matchs sans enjeu : deux victoires, à domicile, contre le Mexique en 1969, et la Norvège en 1973, toutes deux sur le même score (2-1). Ils remportèrent également un match (2-0), à Luxembourg, contre la Turquie, en 1972, dans le cadre des éliminatoires de l’Euro. Ils durent ensuite attendre 1995 pour battre à nouveau un adversaire européen en match officiel. Entre temps, si ce n’est deux victoires en 1971, contre les amateurs allemands (4-2), et contre l’équipe olympique de l’Autriche (1-0, les Autrichiens, vainqueurs au retour, 2-3, durent disputer un match de barrages, qu'ils remportèrent 2-0, ce qui leur permit de se qualifier pour les JO), ainsi que, lors d’un tournoi en Indonésie, la Mara Halim Cup, en 1980, deux victoires, contre la Thaïlande (1-0) et la Corée du Sud (3-2), les Luxembourgeois ne brillèrent guère, malgré les renforts après la campagne de 1963, et dans les années 1970, d’Erwin Kuffer, arrière latéral de l’OL, du messin Nico Braun et de Gilbert Dussier, qui fit les belles heures de Nancy et de Lille. À l’aune des années 1990, le football luxembourgeois stagnait, et la sélection nationale ne remporta plus aucune victoire de 1980 à 1995, bien que Louis Pilot menât la sélection, de 1978 à 1985.

Le mandat de Paul Philipp et les performances du Luxembourg lors des éliminatoires de l'Euro 1996[modifier | modifier le code]

L’arrivée de Paul Philipp, ancienne gloire luxembourgeoise de l’Union Saint-Gilloise, du Standard et du Royal Charleroi SC, recordman du nombre de matchs qualificatifs pour la Coupe du monde disputés par un joueur (17 matchs, quatre phases éliminatoires jouées entre 1970 et 1982[19]) fit retrouver leur sourire aux supporters luxembourgeois : un match nul en 1989 contre la Belgique, un but partout, un autre sur le même score, en 1993 contre l’Islande (1-1), et un dernier contre la Suisse, en 1996, en amical, le résultat à la fin de la partie étant identique. Surtout, les éliminatoires de l’Euro 1996 furent sans conteste l’une des campagnes les plus réussies de la sélection luxembourgeoise : les hommes de Paul Philipp battirent sur leur île les Maltais (1-0, but du stratège Guy Hellers), le 22 février 1995, avant que de les vaincre à nouveau, au Stade Josy Barthel, sur le même score. Ils s’offrirent également, le 7 juin 1995, la République tchèque (1-0), et tinrent en échec la Biélorussie (0-0), la même année. Ils manquèrent, lors des éliminatoires de la Coupe de Monde, de surprendre la Bulgarie, qui ne dut son salut qu’à Emil Kostadinov (défaite luxembourgeoise 1-2). Cette équipe du Luxembourg comptait dans ses rangs de nombreux éléments de valeur : les vétérans Guy Hellers, maître à jouer du Standard de Liège et Robby Langers (qui côtoya Zinédine Zidane lors de son passage à l’AS Cannes), le milieu du FC Aarau Jeff Saibene et un jeune défenseur, Jeff Strasser, lequel, comme bon nombre de ses compatriotes avant lui, allaient faire les beaux jours du FC Metz.

L'ère Hellers : amélioration et nouveaux exploits (2006-2010)[modifier | modifier le code]

Les Luxembourgeois, entraînés par Guy Hellers depuis 2004, allaient cependant connaître un léger mieux et enrayer leur déclin : les défaites devenaient moins cuisantes (0-1 devant les Pays-Bas, lors des éliminatoires de l’Euro, en 2006), et la sélection tint même en échec la Lettonie (0-0, en amical). En 2006 et 2007, les Luxembourgeois obtinrent de nouveau le nul devant les Éperviers du Togo puis vainquirent la Gambie, deux buts à un, près de douze ans après leur dernière victoire. L’abnégation des Luxembourgeois fut récompensée le 13 octobre 2007, lorsqu’ils battirent, chez elle, à Gomel, la Biélorussie, 1-0, première victoire contre une équipe européenne, depuis celle remportée en 1995 contre la République tchèque. Victoire surprise, puisqu'à l'orée d'une rencontre tendue, « interminable » selon Paul Philipp[20], au cours de laquelle les Luxembourgeois s'étaient débattus pour ramener un nul, Alphonse Leweck inscrivit, de la tête, un but salvateur : « j'étais cassé. Sur la dernière action, je vois Dan [Da Mota] partir et je me demande franchement si je dois y aller. Et puis je me décide en voyant qu'on reste bien en place derrière. Quand je reprends la balle de la tête et que je vois le gardien la rater, je me dis que c'est parce qu'il ne l'attendait pas là, que je l'ai pris un peu à contre-pied[20]. »
Le 10 septembre 2008, au Stade du Letzigrund de Zurich, l'équipe du Luxembourg crée l'exploit lors des éliminatoires de la Coupe du monde 2010 en battant la Suisse sur son terrain (1-2). « On a joué un super match en équipe. On a combattu à 150 % de nos possibilités. Nous sommes amateurs et nous avons joué avec nos moyens. Je vais maintenant savourer ce succès ! »[21], a déclaré le capitaine Jeff Strasser buteur et passeur lors de cette partie, qui vit également s’illustrer « Fons » Leweck, déjà bourreau des Biélorusses. La vaillance d’un Jeff Strasser et les promesses d’un Mario Mutsch, l’attachement des Luxembourgeois à leur maillot, ainsi que les investissements récemment réalisés par la Fédération dans la formation des jeunes (en 2000-2001, la FLF a ouvert un centre d'excellence, pour la formation des jeunes joueurs, à Mondercange[22]) auguraient d’un nouveau départ de la sélection luxembourgeoise, qui n’entend plus se contenter d’exploits. D'ailleurs, sur leur lancée, et pour féter dignement le centenaire de leur fédération, les Luxembourgeois, en octobre 2008, tinrent en échec les Belges (1-1)[23] et firent douter les Israéliens[24]. Le 17 novembre 2010, Le Luxembourg affronte l'équipe A' de l'Algérie. Malgré une large domination Algérienne pendant tout le match, le score final est de 0-0. Plutôt bon pour le Luxembourg, qui quitte l'année 2010 par un nul après avoir perdu l'avant dernier match contre la France en qualification pour l'Euro 2012 (2-0).

La réforme du football luxembourgeois et la difficile succession de Hellers (2010)[modifier | modifier le code]

Néanmoins, certains considèrent que la faiblesse du championnat local[25], doté d'un statut amateur, le manque d'investissement des pouvoirs publics dans la formation des jeunes[26] (le football luxembourgeois ne dispose que du Centre national de football de Mondercange) et l'inertie de la FLF et des grands clubs entravent singulièrement les chances d'évolution du football luxembourgeois. D'après le sélectionneur lui-même, les internationaux manqueraient de condition physique, d'aisance technique et de combativité. Ce débat, qui agite le monde du football luxembourgeois, n'est pas sans conséquence sur la sélection : le 2 août 2010, le sélectionneur Guy Hellers (ainsi que son adjoint) a donné sa démission, et cessé également ses fonctions au sein du CFN de Mondercange, une structure dont il était l'un des initiateurs et des piliers. Guy Hellers, favorable à l'instauration du professionnalisme[27], était en froid avec une partie des membres du conseil d'administration de la FLF et des divergences d'opinion étaient apparues avec son président Paul Philipp.

Les journalistes du Quotidien annoncent désormais qu'une nouvelle ère, non exempte de dangers et de turbulences pour la sélection, s'est ouverte avec le départ de Hellers : « En un après-midi, c'est tout l'encadrement du football qui est à reconstruire. C'est peu dire que le chantier qui attend les dirigeants est vaste »[28] Luc Holtz, ancien entraîneur des espoirs a succédé à Guy Hellers, avec lequel il n'était pas en bon terme, preuve que le football luxembourgeois, aussi modeste soit-il, est également victime de querelles de personnes[29]. Pour son premier match en tant que sélectionneur, l'équipe du Luxembourg s'est incliné en amical face au Borussia Mönchengladbach, sur le score de quatre buts à deux[30]. Cependant, cette équipe réalise l'énorme performance de s'imposer contre la Slovaquie, 2 buts à 1 grâce à un doublé de Da Mota. L'équipe du Luxembourg démarra l'année 2011 par une victoire, et entama ainsi une première série d'invincibilité. Le Luxembourg perdit ensuite le match retour face à la France lors des éliminatoires de l'Euro 2012 (0-2).

Luc Holtz impose le changement[modifier | modifier le code]

Dépuis son arrivé (fin 2010) la nationale luxembourgeoise continue à faire d'énormes progrès dans le domaine offensif car Luc Holtz décide de changer son module de jeux contre la Roumanie et l'Albanie (4-3-3) et le résultat est surprenant, même si le Luxembourg a joué nettement mieux que la Roumanie, il a perdu le match (2-0) mais il s'est repris face à l'Albanie en gagnent à domicile 2-1. Le Luxembourg termine ainsi avec 4 points les qualifications pour l'Euro 2012, pas mal vu le groupe sans doutes difficile. Les lions rouges joueront leur dernier match de l'année contre la Suisse, qui cherche une revanche face au Luxembourg (qui avait gagné 2-1 à Zurich) en match amical. Les prochains tours de qualifications seront peut être plus cléments pour le Luxembourg, (à part le Portugal et la Russie) Israël, l'Irlande du Nord et l'Azerbaïdjan sont des équipes très abordables pour les Roude Leiwen qui en 2014 auront leur nouveau stade national.

2012-2014 Les nouvelles promesses[modifier | modifier le code]

Le Luxembourg ne dispute pas son premier match amical de l'année contre l'Italie à dix jours de l'Euro 2012, faute de tremblements de terre au nord du pays.

Toutefois, une semaine avant les congés de la BGL Ligue, le Luxembourg s'incline face à Malte.

La campagne pour la Coupe du monde de 2014 commence de manière convaincante pour les Lions rouges, qui disputent le premier match à domicile le 7 septembre 2012 face au Portugal. Daniel da Mota (Dudelange) ouvre le score à la 13e minute de jeu, mais Cristiano Ronaldo et Hélder Postiga offrent finalement la victoire aux visiteurs. Quatre jours plus tard, les hommes de Luc Holtz se déplacent à Belfast, en Irlande du Nord. Les Nord-irlandais dominent pendant une période, et marquent le 1-0 en tout début de match. En forme, Da Mota égalise à quelques minutes du terme pour offrir aux Luxembourgeois leur premier point.

L'année 2013 commence avec la venue de l'Azerbaïdjan fin février. Au terme d'un match fermé, les hommes de Luc Holtz glanent leur deuxième point (0-0). Le match retour en juin ne voit également pas de vainqueur, Stefano Bensi répondant au but d'ouverture d'Abyshov (1-1). En septembre, le déplacement en Russie se solde sur une défaite (4-1), Aurélien Joachim sauvant l'honneur en fin de match. Quelques jours plus tard, le Luxembourg fête sa première victoire des qualifications en battant l'Irlande du Nord. Joachim, Bensi et Jänisch offraient les trois points aux Lions Rouges (3-2). La campagne se conclut sur deux défaites logiques contre la Russie (0-4) et au Portugal (3-0).

Le 15 août 2013, les Lions rouges gagnent 2-1 face à la Lituanie en match amical.

En novembre 2013, René Peters et Guy Blaise se voient signifier par le sélectionneur qu'ils n'entrent plus en ligne de compte pour la sélection grand-ducale. Fin décembre, le gardien Marc Oberweis décide, lui d'arrêter de jouer pour la sélection, car Anthony Moris devient le nouveau n°2 des Lions rouges.

La nouvelle année 2014 commence de la meilleures des façons pour le Luxembourg, qui dispute un match amical face à l'Italie de Cesare Prandelli (le dernier match de préparation avant le début de la Coupe du monde 2014) à Pérouse qui va se terminer par un match nul (1-1). En effet, sur un corner parfaitement tiré, Maxime Chanot place un coup de tête que Buffon ne pouvait qu'accompagner du regard. A noter que Anthony Moris, ainsi que les très jeunes Dwayn Holter (Greuther Fürth) et Christopher Martins ( U17 Olympique lyonnais) ont joué leurs première sélection ce jour la.

Palmarès[modifier | modifier le code]

Parcours en Coupe du monde[modifier | modifier le code]

Année Parcours Place en poule éliminatoire Pts J G N P BP BC Dif.
1930 Non inscrit
1934 Tour préliminaire 3e sur 3 0 2 0 0 2 2 15 -13
1938 Tour préliminaire 3e sur 3 0 2 0 0 2 2 7 -5
1950 Tour préliminaire Premier tour (0) 2 0 0 2 4 8 -4
1954 Tour préliminaire 3e sur 3 0 4 0 0 4 1 19 -18
1958 Tour préliminaire 3e sur 3 0 4 0 0 4 3 19 -16
1962 Tour préliminaire 3e sur 3 2 4 1 0 3 5 21 -16
1966 Tour préliminaire 4e sur 4 0 6 0 0 6 6 20 -14
1970 Tour préliminaire 4e sur 4 0 6 0 0 6 4 24 -20
1974 Tour préliminaire 4e sur 4 2 6 1 0 5 2 14 -12
1978 Tour préliminaire 4e sur 4 0 6 0 0 6 2 22 -20
1982 Tour préliminaire 5e sur 5 0 8 0 0 8 1 23 -22
1986 Tour préliminaire 5e sur 5 0 8 0 0 8 2 27 -25
1990 Tour préliminaire 5e sur 5 1 8 0 1 7 3 22 -19
1994 Tour préliminaire 5e sur 5 1 8 0 1 7 2 17 -15
1998 Tour préliminaire 5e sur 5 0 8 0 0 8 2 22 -20
2002 Tour préliminaire 6e sur 6 0 10 0 0 10 4 28 -24
2006 Tour préliminaire 7e sur 7 0 12 0 0 12 5 48 -43
2010 Tour préliminaire 5e sur 6 5 10 1 2 7 4 25 -21
BILAN Tour préliminaire - - 114 3 4 107 54 381 -327

En gras : meilleures performances de l'équipe du Luxembourg.

Parcours en Championnat d'Europe[modifier | modifier le code]

Si ce n'est leur exploit de 1964, les Luxembourgeois ne sont pas parvenus à s'illustrer outre-mesure lors de cette compétition, ne participant à aucune des phases finales de cette dernière.

Année Parcours Place en poule éliminatoire Pts J G N P BP BC Dif.
1960 Non inscrit
1964 Tour préliminaire Quart de finale[31] (5) 5 1 3 1 8 8 0
1968 Tour préliminaire 4e sur 4 1 6 0 1 5 1 18 -17
1972 Tour préliminaire 4e sur 4 1 6 0 1 5 1 23 -22
1976 Tour préliminaire 4e sur 4 0 6 0 0 6 7 28 -21
1980 Tour préliminaire 4e sur 4 1 6 0 1 5 2 17 -15
1984 Tour préliminaire 5e sur 5 0 8 0 0 8 5 36 -31
1988 Tour préliminaire 5e sur 5 1 8 0 1 7 2 23 -21
1992 Tour préliminaire 4e sur 4 0 6 0 0 6 2 14 -12
1996 Tour préliminaire 5e sur 6 10 10 3 1 6 3 21 -18
2000 Tour préliminaire 5e sur 5 0 8 0 0 8 2 25 -23
2004 Tour préliminaire 5e sur 5 0 8 0 0 8 0 21 -21
2008 Tour préliminaire 7e sur 7 3 12 1 0 11 2 23 -21
2012 Tour préliminaire 6e sur 6 4 10 1 1 8 3 21 -18
BILAN Tour préliminaire - - 99 6 9 84 38 278 -240

En gras : les meilleures performances de l'équipe du Luxembourg.

Parcours en Jeux Olympiques[modifier | modifier le code]

Vieille nation de football, le Luxembourg a participé, sans passer de phases éliminatoires, aux premières épreuves de football des Jeux Olympiques, à une époque où l'organisation d'un tel évènement, une compétition internationale, était encore balbutiante et rudimentaire. Il s'y est illustré en 1952, en éliminant la Grande-Bretagne lors du tour préliminaire, et en tombant avec les honneurs face au Brésil. Néanmoins, le Luxembourg n'est jamais parvenu à se hisser au-delà des huitième-de-finales, et ne réussit pas à se qualifier pour les éditions suivant celles de 1952 : le nombre des équipes augmentant, l'instauration de phases éliminatoires (à partir de 1956) devint nécessaire.

Année Parcours Pts J G N P BP BC Dif.
1908 Non inscrit
1912 Non inscrit
1920 Premier tour (1/8e) (0) 1 0 0 1 0 3 -3
1924 Premier tour (1/8e) (0) 1 0 0 1 0 2 -2
1928 Premier tour (1/8e) (0) 1 0 0 1 3 5 -2
1932 Pas de football
1936 Premier tour (1/8e) (0) 1 0 0 1 0 9 -9
1948 Premier tour (1/8e) (2) 2 1 0 1 7 6 +1
1952 Premier tour (1/8e) (2) 2 1 0 1 6 5 +1
1956 Non inscrit
1960 Tour préliminaire (4) 4 1 2 1 7 6 +1
1964 Non inscrit
1968 Non inscrit
1972 Tour préliminaire (2) 3 1 0 2 3 5 -2
1976 Tour préliminaire (0) 2 0 0 2 1 3 -2
1980 Non inscrit
1984 Non inscrit
1988 Non inscrit
1992 Non inscrit
1996 Non inscrit
2000 Non inscrit
2004 Non inscrit
2008 Non inscrit

En gras : les meilleures performances du Luxembourg.


Dates notables[modifier | modifier le code]

  • 29/10/1911 : 1re rencontre officielle (France 4 – Luxembourg 1)
  • 20/04/1913 : 1re rencontre officielle à domicile (Luxembourg 0 – France 8)
  • 08/02/1914 : 1re victoire (Luxembourg 5 – France 4)
  • 28/06/1928 : 1re rencontre avec une équipe non européenne (Luxembourg 1 - Égypte 1)
  • 10/04/1932 : Plus large défaite en match non officiel (Italie B 12 – Luxembourg 0)
  • 04/08/1936 : Plus large défaite (Allemagne 9 – Luxembourg 0, Jeux Olympiques)
  • 31/03/1940 : 1re victoire à l’extérieur (Pays-Bas 4 – Luxembourg 5)
  • 13/05/1945 : Plus large victoire à l’extérieur (Belgique 1 – Luxembourg 4)
  • 19/10/1960 : Plus large défaite à domicile (Luxembourg 0 – Angleterre 9)
  • 26/07/1948 : Plus large victoire (sur terrain neutre) et 1re rencontre avec une équipe asiatique (Afghanistan 0 – Luxembourg 6, Jeux Olympiques)
  • 04/11/1951 : Plus large victoire à domicile (Luxembourg 3 - Finlande 0)
  • 10/04/1969 : 1re rencontre avec une équipe centre-américaine (Luxembourg 2 – Mexique 1)
  • 07/10/1973 : 1re rencontre avec une équipe nord-américaine (Luxembourg 0 - Canada 2)
  • 01/05/1980 : 1er déplacement hors d'Europe et 1re rencontre avec une équipe extrême-orientale (Thaïlande 0 – Luxembourg 1)
  • 26/03/1980 : 1re rencontre avec une équipe sud-américaine (Luxembourg 0 - Uruguay 1)
  • 23/03/1994 : 1re rencontre avec une équipe maghrébine (Luxembourg 1 - 2 Maroc)
  • 31/05/1998 : 1re rencontre avec une équipe d’Afrique subsaharienne (Luxembourg 0 – Cameroun 2)
  • 30/01/2008 : 1re rencontre avec une équipe moyen-orientale (Luxembourg 1 – Arabie saoudite 2)

Tableau-bilan des rencontres (officielles ou non) du Luxembourg, par adversaire[modifier | modifier le code]

Le Luxembourg, au cours de son histoire, a rencontré toutes les nations européennes, y compris celles qui ont disparu ou sont aujourd'hui inactives (RDA, Sarre, URSS, Tchécoslovaquie, Yougoslavie, sélection olympique de Grande-Bretagne), à quelques exceptions près :Andorre, le Saint-Marin, l'Arménie, et la Croatie n'ont, pour l'instant, jamais disputé de matchs contre les Lions Rouges, de même que le Kazakhstan et le Monténégro, qui ont récemment intégré l'UEFA.
Les autres nations rencontrées par le Luxembourg se repartissent aux quatre coins du globe :

Le Luxembourg n'a jamais rencontré de nation océanienne.
Malte (qui est d'ailleurs la seule équipe que le Luxembourg a rencontré à plusieurs reprises et contre laquelle il est resté invaincu), les Pays-Bas et la Norvège sont les seules sélections contre lesquelles le Luxembourg a remporté plus d'une victoire en matchs officiels. Les réserves suisses, françaises et belges, ainsi que l'équipe provinciale des Pays-Bas du Sud furent les seules équipes que le Luxembourg a battu à plus de deux reprises.

Adversaires J G N P BP BC
Drapeau : Afghanistan Afghanistan 1 1 0 0 6 0
Drapeau : Égypte Royaume d'Égypte 1 0 1 0 1 1
Drapeau : Albanie Albanie 3 0 1 2 0 5
Drapeau : Algérie Algérie 1 0 1 0 0 0
Drapeau : Azerbaïdjan Azerbaïdjan 1 0 0 1 1 2
Drapeau : Belgique Belgique 19 1 3 15 12 61
Drapeau : Belgique Belgique B 74 7 11 56 106 241
Drapeau : Bosnie-Herzégovine Bosnie-Herzégovine 3 0 0 3 1 5
Drapeau : Brésil Brésil Olympique 1 0 0 1 1 2
Drapeau : Bulgarie Bulgarie 12 0 0 12 5 34
Drapeau : Myanmar Birmanie 1 0 0 1 0 2
Drapeau : Tchécoslovaquie Tchécoslovaquie 6 0 0 6 0 20
Drapeau : Tchécoslovaquie Tchécoslovaquie B 4 0 2 2 7 16
Drapeau : Danemark Danemark 10 0 2 8 8 29
Drapeau : Allemagne de l'Est Allemagne de l'Est 5 0 0 5 2 18
Drapeau : Allemagne Allemagne 14 1 0 13 11 62
Drapeau : Allemagne Allemagne B 6 1 0 5 4 27
Drapeau : Allemagne Allemagne Amateurs 3 1 1 1 6 5
Drapeau : Angleterre Angleterre 10 1 0 9 8 50
Drapeau : Royaume-Uni Grande-Bretagne 1 1 0 0 5 3
Drapeau : Angleterre Angleterre B 1 0 0 1 1 2
Drapeau : Angleterre Angleterre amateur 3 2 0 1 8 6
Drapeau : Estonie Estonie 3 0 1 2 1 7
Drapeau : Îles Féroé Îles Féroé 3 0 1 2 0 3
Drapeau : Finlande Finlande 4 1 0 3 4 9
Drapeau : France France 14 1 0 13 11 64
Drapeau : France France Olympique 2 1 0 1 5 4
Drapeau : France France B 34 6 5 23 51 89
Drapeau : France France Amateurs 11 1 3 7 13 30
Drapeau : Gambie Gambie 1 1 0 0 2 1
Drapeau : Géorgie Géorgie 2 0 1 1 0 3
Drapeau : Grèce Grèce 8 0 0 8 2 17
Drapeau : Irlande République d'Irlande 5 0 0 5 2 14
Drapeau : Islande Islande 7 0 3 4 5 10
Drapeau : Israël Israël 7 0 0 7 3 25
Drapeau : Italie Italie 8 0 0 8 1 24
Drapeau : Italie Italie B 7 1 0 6 5 37
Drapeau : Italie Italie Semi-professionnels 4 0 0 4 1 10
Drapeau : Japon Japon 1 0 0 1 0 1
Drapeau : République fédérative socialiste de Yougoslavie Yougoslavie 11 0 1 10 6 36
Drapeau : Cameroun Cameroun 1 0 0 1 0 2
Drapeau : Canada Canada 2 0 0 2 0 3
Drapeau : Cap-Vert Cap-Vert 2 0 2 0 1 1
Drapeau : Lettonie Lettonie 6 0 1 5 3 17
Drapeau : Liechtenstein Liechtenstein 3 0 1 2 3 10
Drapeau : Lituanie Lituanie 1 0 0 1 0 1
Drapeau : Malte Malte 4 2 2 0 4 2
Drapeau : Maroc Maroc 3 0 0 3 1 6
Drapeau : Macédoine Macédoine 1 0 0 1 1 4
Drapeau : Mexique Mexique 1 1 0 0 2 1
Drapeau : Moldavie Moldavie 3 0 2 1 1 2
Drapeau : Pays-Bas Pays-Bas 18 2 1 15 14 62
Drapeau : Pays-Bas Pays-Bas Olympique 3 0 0 3 1 4
Drapeau : Pays-Bas Pays-Bas B 8 0 1 7 6 25
Drapeau : Pays-Bas Pays-Bas Amateurs 1 0 0 1 0 1
Drapeau : Pays-Bas Zuid-Nederland 28 9 6 13 54 69
Drapeau de l'Irlande du Nord Irlande du Nord 1 0 0 1 1 3
Drapeau : Norvège Norvège 11 2 1 8 9 24
Drapeau : Norvège Norvège B 1 1 0 0 1 0
Drapeau : Autriche Autriche 5 0 0 5 4 22
Drapeau : Autriche Autriche B 4 0 0 4 6 17
Drapeau : Autriche Autriche Olympique 3 1 0 2 3 5
Drapeau : Pologne Pologne 7 0 1 6 5 26
Drapeau : Portugal Portugal 11 1 1 9 6 34
Drapeau : Portugal Portugal B 1 0 0 1 1 3
Drapeau : Roumanie Roumanie 4 0 0 4 0 16
Drapeau : URSS Union soviétique / Drapeau : Russie Russie 9 0 0 9 3 30
Flag of Saar (1947–1956).svg Sarre Amateurs 1 1 0 0 6 1
Drapeau : Arabie saoudite Arabie saoudite 1 0 0 1 1 2
Drapeau : Écosse Écosse 3 0 1 2 0 9
Drapeau : Suède Suède 4 0 1 3 1 7
Drapeau : Suisse Suisse 11 1 1 9 9 29
Drapeau : Suisse Suisse B 23 4 7 12 34 56
Drapeau : Suisse Suisse Olympique 2 0 2 0 2 2
Drapeau : Slovaquie Slovaquie 2 0 0 2 1 7
Drapeau : Slovénie Slovénie 4 0 0 4 1 9
Drapeau : Espagne Espagne 4 0 0 4 0 7
Drapeau : Espagne Espagne B 4 0 1 3 2 12
Drapeau : Espagne Espagne Espoirs 1 0 1 1 1 1
Drapeau : Corée du Sud Corée du Sud 2 1 0 1 3 5
Drapeau : Thaïlande Thaïlande 1 1 0 0 1 0
Drapeau : Togo Togo 1 0 1 0 0 0
Drapeau : République tchèque République tchèque 2 1 0 1 1 3
Drapeau : Turquie Turquie 6 1 0 5 5 11
Drapeau : Ukraine Ukraine 1 0 0 1 0 3
Drapeau : Hongrie Hongrie 8 0 0 8 8 39
Drapeau : Uruguay Uruguay 1 0 0 1 0 1
Drapeau : États-Unis États-Unis 1 0 0 1 0 2
Drapeau : Pays de Galles Pays de Galles 5 0 0 5 1 12
Drapeau : Biélorussie Biélorussie 4 1 1 2 2 4
Drapeau : Chypre Chypre 3 0 0 3 1 6
Total matchs officiels 317 21 31 265 185 925
Total non-officiels 239 36 40 168 329 691
Total ensemble des matchs 556 57 71 433 514 1616

Victoires luxembourgeoises[modifier | modifier le code]

Matchs officiels[modifier | modifier le code]

Année Jour Villes Pays Équipes Résultat Match
2012 29 février Luxembourg Drapeau du Luxembourg Luxembourg Drapeau : Macédoine Macédoine 2 - 1 Am
2011 6 septembre Luxembourg Drapeau du Luxembourg Luxembourg Drapeau : Albanie Albanie 2 - 1 ElCEN
2011 9 février Luxembourg Drapeau du Luxembourg Luxembourg Drapeau : Slovaquie Slovaquie 2 - 1 Am
2008 10 septembre Zurich Drapeau de la Suisse Suisse Drapeau : Suisse Suisse 2 - 1 ElCdM
2007 13 octobre Gomel Drapeau de la Biélorussie Biélorussie Drapeau : Biélorussie Biélorussie 1 - 0 ElCEN
2007 7 février Luxembourg Drapeau du Luxembourg Luxembourg Drapeau : Gambie Gambie 2 - 1 Am
1995 6 septembre Luxembourg Drapeau du Luxembourg Luxembourg Drapeau : Malte Malte 1 - 0 ElCdM
1995 7 juin Luxembourg Drapeau du Luxembourg Luxembourg Drapeau : République tchèque République tchèque 1 - 0 ElCdm
1995 22 février Ta'Qali Drapeau de Malte Malte Drapeau : Malte Malte 1 - 0 ElCdm
1980 9 mai Medan Drapeau de l'Indonésie Indonésie Drapeau : Corée du Sud Corée du Sud 3 - 2 MHC
1980 1er mai Medan Drapeau de l'Indonésie Indonésie Drapeau : Thaïlande Thaïlande 1 - 0 MHC
1973 4 novembre Luxembourg Drapeau du Luxembourg Luxembourg Drapeau : Norvège Norvège 2 - 1 Am
1972 22 octobre Luxembourg Drapeau du Luxembourg Luxembourg Drapeau : Turquie Turquie 2 - 0 ElCdm
1969 10 avril Luxembourg Drapeau du Luxembourg Luxembourg Drapeau : Mexique Mexique 2 - 1 Am
1963 30 octobre Rotterdam Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas Drapeau : Pays-Bas Pays-Bas 2 - 1 ElCEN
1961 8 octobre Luxembourg Drapeau du Luxembourg Luxembourg Drapeau : Portugal Portugal 4 - 2 ElCdM
1951 4 novembre Luxembourg Drapeau du Luxembourg Luxembourg Drapeau : Finlande Finlande 3 - 0 Am
1948 26 juillet Brighton Drapeau de l'Angleterre Angleterre Drapeau : Afghanistan Afghanistan 6 - 0 JO
1946 28 juillet Luxembourg Drapeau du Luxembourg Luxembourg Drapeau : Norvège Norvège 3 - 2 Am
1945 13 mai Luxembourg Drapeau du Luxembourg Luxembourg Drapeau : Belgique Belgique 4 - 1 Am
1940 31 mars Rotterdam Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas Drapeau : Pays-Bas Pays-Bas 5 - 4 Am
1939 26 mars Luxembourg Drapeau du Luxembourg Luxembourg Drapeau : Allemagne Allemagne 2 - 1 Am
1914 8 février Luxembourg Drapeau du Luxembourg Luxembourg Drapeau : France France 5 - 4 Am


  • ElCdM : Éliminatoires de la Coupe du Monde.
  • ElCEN : Éliminatoires de l’Euro.
  • MHC: Mara Halim Cup.
  • JO : Jeux Olympiques.
  • Am : rencontre amicale.

Matchs non officiels[modifier | modifier le code]

Date Pays Ville Équipe Résultat Match
15/01/1922 Drapeau du Luxembourg Luxembourg Luxembourg Drapeau : France France B 3-2 Am
05/11/1922 Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas Maastricht Drapeau : Pays-Bas Zuid-Nederland[32] 3-2 Am
11/05/1924 Drapeau du Luxembourg Luxembourg Luxembourg Drapeau : Belgique Belgique B 2-1 Am
11/04/1926 Drapeau du Luxembourg Luxembourg Differdange Drapeau : France France B 4-0 Am
10/10/1926 Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas Den Bosch Drapeau : Pays-Bas Zuid-Nederland 3-2 Am
19/10/1930 Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas Maastricht Drapeau : Pays-Bas Zuid-Nederland 2-1 Am
25/01/1931 Drapeau de la France France Belfort Drapeau : France France B 4-3 Am
20/03/1932 Drapeau du Luxembourg Luxembourg Differdange Drapeau : France France B 5-2 Am
05/06/1933 Drapeau du Luxembourg Luxembourg Luxembourg Drapeau : Belgique Belgique B 3-1 Am
25/02/1934 Drapeau de la France France Bruxelles Drapeau : Belgique Belgique B 3-2 Am
14/04/1935 Drapeau du Luxembourg Luxembourg Luxembourg Drapeau : Belgique Belgique B 5-3 Am
13/10/1935 Drapeau du Luxembourg Luxembourg Luxembourg Drapeau : Pays-Bas Zuid-Nederland 3-2 Am
08/11/1936 Drapeau du Luxembourg Luxembourg Luxembourg Drapeau : Suisse Suisse B 3-1 Am
21/02/1937 Drapeau de la France France Dijon Drapeau : France France B 1-0 Am
17/03/1937 Drapeau de la France France Nancy Drapeau : France France Amateurs 5-1 Am
25/04/1937 Drapeau du Luxembourg Luxembourg Luxembourg Drapeau : Italie Italie B 3-2 Am
18/09/1938 Drapeau du Luxembourg Luxembourg Luxembourg Drapeau : Suisse Suisse B 2-1 Am
29/01/1939 Drapeau du Luxembourg Luxembourg Dudelange Drapeau : Belgique Belgique B 5-3 Am
13/05/1947 Drapeau du Luxembourg Luxembourg Luxembourg Drapeau : Angleterre Angleterre Amateurs 4-3 Am
26/10/1947 Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas Eindhoven Drapeau : Pays-Bas Zuid-Nederland 3-2 Am
22/02/1948 Drapeau du Luxembourg Luxembourg Luxembourg Drapeau : Belgique Belgique B 2-0 Am
24/10/1948 Drapeau du Luxembourg Luxembourg Luxembourg Drapeau : Pays-Bas Zuid-Nederland 2-1 Am
22/08/1950 Drapeau de la Norvège Norvège Oslo Drapeau : Norvège Norvège B 1-0 Am
11/11/1951 Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas Den Bosch Drapeau : Pays-Bas Zuid-Nederland 3-0 Am
29/06/1952 Flag of Saar (1947–1956).svgSarre Merzig Flag of Saar (1947–1956).svg Sarre Amateurs 6-1 Am
16/07/1952 Drapeau de la Finlande Finlande Lahti Drapeau : Royaume-Uni Grande-Bretagne 5-3 JO
15/11/1953 Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas Spekholzerheide Drapeau : Pays-Bas Zuid-Nederland 3-0 Am
21/11/1954 Drapeau du Luxembourg Luxembourg Luxembourg Drapeau : Pays-Bas Zuid-Nederland 3-2 Am
14/10/1956 Drapeau du Luxembourg Luxembourg Luxembourg Drapeau : Belgique Belgique B 6-4 Am
11/11/1956 Drapeau du Luxembourg Luxembourg Esch-sur-Alzette Drapeau : Suisse Suisse B 4-1 Am
01/05/1958 Drapeau du Luxembourg Luxembourg Luxembourg Drapeau : République fédérale d'Allemagne Allemagne de l'Ouest B 4-1 Am
26/04/1959 Drapeau du Luxembourg Luxembourg Luxembourg Drapeau : Suisse Suisse B 2-0 Am
24/05/1959 Drapeau du Luxembourg Luxembourg Luxembourg Drapeau : Angleterre Angleterre Amateurs 3-1 Am
10/04/1960 Drapeau du Luxembourg Luxembourg Luxembourg Drapeau : France France Olympique 5-3 ElJO
03/03/1971 Drapeau du Luxembourg Luxembourg Luxembourg Drapeau : République fédérale d'Allemagne Allemagne de l'Ouest Amateurs 4-2 Am
04/04/1971 Drapeau du Luxembourg Luxembourg Esch-sur-Alzette Drapeau : Autriche Autriche Olympique 1-0 ElJO
10/10/1971 Drapeau du Luxembourg Luxembourg Esch-sur-Alzette Drapeau : France France B 1-0 Am
  • JO : Jeux Olympiques.
  • El JO : Eliminatoires des Jeux Olympiques.
  • Am : rencontre amicale.

Principaux joueurs[modifier | modifier le code]

Noyau actuel[modifier | modifier le code]

Liste des joueurs convoqués pour disputer un match de qualification pour la Coupe du monde 2014 contre l'Azerbaïdjan le 22 mars 2013 et un match amical contre la Finlande le 26 mars 2013.

Sélections et buts actualisés le 26 mars 2013.

Pos. Nom Date de naissance Sélections Buts Club
1 GB Jonathan Joubert 12 septembre 1979 (34 ans) 61 0 Drapeau : Luxembourg F91 Dudelange
12 GB Marc Oberweis 6 novembre 1982 (31 ans) 7 0 Drapeau : Luxembourg Jeunesse d'Esch
2 DF Billy Bernard 9 avril 1991 (23 ans) 2 0 Drapeau : Luxembourg Fola Esch
3 DF Guy Blaise 12 décembre 1980 (33 ans) 30 0 Drapeau : Belgique Royal Excelsior Virton
4 DF Eric Hoffmann 21 juin 1984 (30 ans) 86 0 Drapeau : Luxembourg Jeunesse d'Esch
5 DF Tom Schnell 8 octobre 1985 (28 ans) 36 0 Drapeau : Luxembourg Fola Esch
15 DF Kevin Malget 14 novembre 1987 (26 ans) 3 0 Drapeau : Luxembourg F91 Dudelange
16 DF Chris Philipps 8 mars 1994 (20 ans) 7 0 Drapeau : France FC Metz
17 DF Mario Mutsch 3 septembre 1984 (29 ans) 65 2 Drapeau de la Suisse FC Saint-Gall
19 DF Mathias Jänisch 27 août 1990 (23 ans) 27 0 Drapeau : Luxembourg Differdange 03
6 ML René Peters 15 juin 1981 (33 ans) 91 4 Drapeau : Luxembourg Rapid Mansfeldia Hamm Benfica
7 ML Charles Leweck 19 juillet 1983 (31 ans) 39 0 Drapeau : Luxembourg Etzella Ettelbruck
8 ML Gilles Bettmer 31 mars 1989 (25 ans) 58 1 Drapeau : Luxembourg Differdange 03
14 ML Tom Laterza 9 mai 1992 (22 ans) 21 0 Drapeau : Luxembourg Fola Esch
18 ML Laurent Jans 5 août 1992 (21 ans) 4 0 Drapeau : Luxembourg Fola Esch
22 ML Lars Gerson 5 février 1990 (24 ans) 27 2 Drapeau : Suède IFK Norrköping
9 AT Daniel da Mota 11 septembre 1988 (25 ans) 46 4 Drapeau : Luxembourg F91 Dudelange
13 AT Aurélien Joachim 18 août 1986 (27 ans) 41 3 Drapeau : Pays-Bas Willem II
20 AT David Turpel 19 octobre 1992 (21 ans) 2 0 Drapeau : Luxembourg Etzella Ettelbruck
21 AT Maurice Deville 31 juillet 1992 (21 ans) 11 2 Drapeau : Allemagne SV Elversberg
23 AT Stefano Bensi 11 août 1988 (25 ans) 13 0 Drapeau : Luxembourg CS Fola Esch

Grands joueurs du passé[modifier | modifier le code]

Les matchs qui ne sont pas considérés comme officiels par la FIFA (contre des équipes B, amateurs, olympiques) ont été comptabilisés dans le décompte des sélections et des buts[33].

Joueurs Poste Sél. B. Période Clubs fréquentés
Alija Besic G 28 0 2000-2004 Union Luxembourg, Swift Hesperange, CS Pétange
Nico Braun A 40 9 1970-1980 Union Luxembourg, FC Schalke 04, FC Metz, RSC Charleroi
Ernest Brenner 67 4 1955-1965 Aris Bonnevoie, Stade Dudelange
Manuel Cardoni M 68 5 1993-2004 Bayer Leverkusen, Jeunesse d’Esch
Camille Dimmer M 23 8 1957-1967 RSC Anderlecht, Crossing Molenbeek, Red Boys Differdange
Gilbert Dresch 64 1 1975-1987 Avenir Beggen
Gilbert Dussier A 39 9 1971-1978 Red Boys Differdange, Jeunesse d’Esch, Röchling Völklingen, AS Nancy, Lille OSC
Albert Elter [34] 1 1 1911 Racing Luxembourg
Stéphane Gillet G 20 0 2000-2006 Spora Luxembourg, SV Elversberg, Paris St-Germain, Union Luxembourg, Chester City, RFCU Luxembourg
Guy Hellers M 55 2 1982-1997 FC Metz, Standard Liège
Gusty Kemp A 21 15 1936-1945 AS Differdange, Progrès Niederkorn
Nicolas Kettel A 56 13 1946-1959 Stade Dudelange, Young Boys Diekirch
Antoine « Spitz » Kohn A 15 6 1952-1965 Jeunesse d’Esch, Karlsruhe, FC Bâle, Fortuna Geleen, FC Twente
François « Bitzi » Konter D 77 4 1955-1969 Chiers Rodange, RSC Anderlecht, Crossing Molenbeek, KAA La Gantoise
Robby Langers A 73 8 1980-1998 Union Luxembourg, Bor. M'gladbach, Ol. Marseille, FC Metz, Quimper, EA Guingamp, US Orléans, OGC Nice, AS Cannes, Yverdon, Étoile Carouge, Eintracht Trier, F91 Dudelange
Johny Léonard A 32 8 1962-1970 Union Luxembourg, FC Metz, KAA La Gantoise
Léon Letsch 53 11 1947-1961 Spora Luxembourg, CO Roubaix-Tourcoing
Camille Libar A 24 14 1937-1950 Dudelange, Girondins de Bordeaux
Léon Mart A 24 16 1933-1946 CS Fola Esch
Bernard « Benny » Michaux M 46 0 1945-1957 Stade Dudelange, Alliance Dudelange
François « Menn » Müller 29 12 1949-1955 Red Star Merl, CS Grevenmacher
Vic Nurenberg A 19 5 1950-1964 Progrès Niederkorn, OGC Nice, FC Sochaux, Olympique lyonnais, OGC Nice, CA Bastia, Spora Luxembourg
Paul Philipp M 55 4 1968-1982 Avenir Beggen, Union Saint-Gilloise, Standard Liège, Royale Union Forest, RSC Charleroi
Louis Pilot M 50 7 1959-1977 CS Fola Esch, Standard Liège, Antwerpen, Racing Jet Bruxelles
Sébastien Rémy M 51 0 2002-2008 Sporting Mertzig, F91 Dudelange
Jeff Saibene D 64 0 1986-2001 Standard Liège, FC Aarau, Old Boys Bâle, FC Montey, FC Locarno, Swift Hesperange
Carlo Weis D 88 1 1978-1998 Spora Luxembourg, FC Metz, FC Winterslag, Stade de Reims, Thionville, Avenir Beggen, Sporting Mertzig

Les Luxembourgeois en France : une longue histoire[35][modifier | modifier le code]

Toutes sélections confondues (A, B, Amateurs, Olympique), la France est, derrière le voisin belge, la sélection qu'a le plus fréquemment rencontrée le Luxembourg. Parmi les performances figurant au palmarès du Luxembourg, on notera la victoire 5-4, contre la France, en 1914. Le nombre de ces rencontres a tendance à s'espacer au fil des années.
Mais ces rencontres régulières ne sont pas le seul lien qui unissent les deux nations : la France entretient de plus profonds rapports, au niveau footballistique, avec le Luxembourg. Terre d'accueil pour de nombreuses stars du ballond rond grand-ducal, la France, et plus particulièrement la Lorraine et le FC Metz, est également une terre de formation pour les Luxembourgeois désireux de hausser leur niveau et de faire carrière dans cette discipline qui, dans leur pays, ne jouit encore que d'un statut amateur.
Le 12 octobre 2010 a eu lieu la rencontre, comptant pour les éliminatoires de l’Euro 2012[36], entre la France et le Luxembourg : cette ville n’a pas été choisie par hasard, en effet, le FC Metz occupe une place à part dans le cœur des supporters luxembourgeois, puisque ce fut, et c’est encore, dans ce club que bon nombre des vedettes des Lions Rouges se sont illustrés[37]. Le 24 février 2010, en guise d’apéritif, le FC Metz s’est rendu à Dudelange, afin d’y rencontrer l’équipe nationale du Luxembourg, qu’elle a battu 1-0[38]. Aujourd’hui encore, le centre de formation messin ne manque pas d’accueillir de jeunes pouces luxembourgeoises, qui, sans doute, rêvent de mettre leur pas dans ceux de Nico Braun, Jeff Strasser ou Mario Mutsch. Voici la liste des Luxembourgeois ayant évolué au FC Metz :

Néanmoins, tous les Luxembourgeois ayant joué en France n'ont pas évolué sous les couleurs du FC Metz, et certains, comme Robby Langers, ont beaucoup voyagé, sans forcément s'imposer dans les rangs de l'équipe messine. Parmi les autres points de chute des Luxembourgeois, on peut citer les grands clubs de l'est, comme Nancy (Eddy Dublin, Gilbert Dussier), Strasbourg (Camille Libar), Sochaux (Adolphe Schmit, Vic Nurenberg), Mulhouse (Eddy Dublin, Adoplhe Schmit), Sedan (Patrick Montero, Tom Aterza, Joël Pedro (en)), Chalon (Jeannot « Benny » Reiter) mais aussi Lyon (Erwin Kuffer, Vic Nurenberg, Jean Zuang) et Nice (Robby Langers, Vic Nuremberg[41]), entre autres[42].
Le Luxembourg ne s'est pas contenté de fournir au championnat de France certains de ses meilleurs éléments ; il a également donné aux Bleus l'un de ses meilleurs gardiens : meilleur gardien français du siècle dernier selon l'Équipe[43], Julien Darui, portier du CORT, et des Bleus de 1939 à 1951, était natif d'Oberkorn. De même, « Ady » Schmit, international luxembourgeois, a joué pour l'équipe de France de football de deuxième division, dans les années 1960.
En retour, la France a donné deux sélectionneurs au Luxembourg : Pierre Sinibaldi et Gilbert Legrand.

Records individuels[modifier | modifier le code]

Joueurs les plus capés[modifier | modifier le code]

Dernière mise à jour: 26 mars 2013

# joueur sélection
1 Jeff Strasser 98
2 René Peters 91
3 Carlo Weis 88
4 Eric Hoffmann 86
5 François Konter 77
6 Robert Langers 73
7 Manuel Cardoni 69
8 Ernest Brenner 67
9 Mario Mutsch 65
10 Gilbert Dresch 64
11 Marcel Bossi 63
Jeff Saibene 63

Sélectionneurs[44][modifier | modifier le code]

À quelques exceptions près, les sélectionneurs, depuis que ce poste existe, du Luxembourg restent longtemps en poste.

Entraîneurs Périodes J
Drapeau : Luxembourg Schröder Batty[45] 26/05/1924 1[46]
Drapeau : Luxembourg Jacquemart Gustave[47] 27/05/1928 1[48]
Drapeau : Luxembourg Paul Feierstein 04/06/1933 - 24/05/1948 63
Drapeau : Luxembourg Jean-Pierre Hoscheit/Jules Müller/Albert Reuter 18.07.1948 - 26.06.1949 10
Drapeau : Autriche Adolf Patek 18.09.1949 - 06.05.1953 31
Drapeau : Hongrie Béla Volentik 20.09.1953 - 16.01.1955 9
Drapeau : Autriche Edouard Havlicek 10.04.1955 - 08.06.1955 3
Drapeau : Hongrie Nandor Lengyel 25.09.1955 - 24.05.1959 25
Drapeau : France Pierre Sinibaldi 17.06.1959 - 13.04.1960 8
Drapeau : Allemagne Robert Heinz 02.10.1960 - 23.04.1969 64
Drapeau : Autriche Ernst Melchior 12.10.1969 - 26.04.1972 22
Drapeau : France Gilbert Legrand 07.10.1972 - 03.12.1977 34
Drapeau : Luxembourg Arthur Schoos (int.) 28.02.1978 - 22.03.1978 2
Drapeau : Luxembourg Louis Pilot 07.10.1978 - 09.06.1984 38
Drapeau : Belgique Jef Vliers 13.10.1984 - 22.12.1984 6
Drapeau : Luxembourg Josy Kirchens (int.) 27.03.1985 - 18.05.1985 4
Drapeau : Luxembourg Paul Philipp 29.09.1985 - 08.10.2001 87
Drapeau : Danemark Allan Simonsen 13.02.2002 - 17.11.2004 26
Drapeau : Luxembourg Guy Hellers 30.03.2005 - 03.08.2010 27
Drapeau : Luxembourg Luc Holtz[49],[50] 03.08.2010 27

int. : intérim.


Infrastructures[modifier | modifier le code]

C'est depuis 2007 que le président de la FLF décide que l'heure d'un nouveau stade national est arrivé, mais ce n'est que le 18 juillet 2011 que la décision et le projet sont officiels. En effet le Stade Josy Barthel ne rentre plus dans les critères de la UEFA, stade trop vieux, trop petit et qui manque de technologies.

Lors de l'Assemblée Générale de la FLF en novembre 2012, le Ministre des sports Romain Schneider a annoncé que le Stade Josy Barthel sera remodernisé[51].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Classement mondial », sur fr.fifa.com,‎ 17 juillet 2014 (consulté le 24 juillet 2014).
  2. Tournoi Olympique de Football Anvers 1920 : Pays-Bas - Luxembourg sur fr.fifa.com
  3. (en) Liste des matchs internationaux officieux du Luxembourg sur rsssf.com
  4. Tournoi Olympique de Football Paris 1924 : Italie - Luxembourg sur fr.fifa.com
  5. Tournoi Olympique de Football Amsterdam 1928 : Luxembourg - Belgique sur fr.fifa.com
  6. (en) Match internationaux de l'Égypte 1920-1939
  7. (en) Buts internationaux de Léon Mart sur rsssf.com
  8. http://www.profootball.lu/Navigation+2/Les+Anciens+Internationaux/A_B_C_D_E_F_/Henri+Cirelli-p-203.html
  9. http://www.profootball.lu/Navigation+2/Les+Anciens+Internationaux/G_H_I_J_K_L_/Leon+Letsch.html.
  10. http://www.fifa.com/tournaments/archive/tournament=512/edition=197058/matches/match=32375/report.html
  11. http://www.palmeiras.com.br/historia/idolos_detalhes.asp?id=48
  12. http://www.fifa.com/tournaments/archive/tournament=512/edition=197058/matches/match=32382/report.html
  13. http://www.profootball.lu/Navigation+2/Les+Heures+de+Gloire/LUXBG_DEUTSCHL+B+01_05_1958.html
  14. Gardien du Luxembourg, entre 1953 et 1962, et de la Jeunesse d'Esch, il compte 32 sélections, dont 5 officielles (cf.http://www.fussball-lux.lu/).
  15. Défenseur de la Jeunesse d'Esch, de l'Alliance Dudelange et de l'Avenir Beggen, il compte 11 sélections, dont 7 "officielles" en équipe du Luxembourg (cf.http://www.fussball-lux.lu/).
  16. http://www.profootball.lu/index.php?id=224&lang=fr&site=profootball
  17. http://www.profootball.lu/Navigation+2/Les+Anciens+Internationaux/G_H_I_J_K_L_/Jim+Hoffstetter.html
  18. http://www.profootball.lu/Navigation+2/Les+Anciens+Internationaux/G_H_I_J_K_L_/Jean+Klein.html
  19. http://www.fifa.com/worldfootball/statisticsandrecords/players/player=56226/index.html
  20. a et b http://www.profootball.lu/Navigation+2/DB_Fussballspiele_Sternstunden_EM_WM+mit+Berichten+und+Fotos/WEISSR_LUXBG+13_10_2007.html
  21. http://www.lessentiel.lu/news/luxembourg/story/29086267
  22. http://fr.uefa.com/memberassociations/association=LUX/profile/index.html/ (cf. dernier paragraphe).
  23. http://www.profootball.lu/Navigation+2/DB_Fussballspiele_Sternstunden_EM_WM+mit+Berichten+und+Fotos/LUXBG_BELGIEN+19_10_2008.html
  24. http://www.profootball.lu/Navigation+2/DB_Fussballspiele_Sternstunden_EM_WM+mit+Berichten+und+Fotos/LUXBG_ISRAEL+11_10_2008.html
  25. Profootball.lu (http://www.profootball.lu/Profootball+Homepage.html), association présidée par Camille Dimmer, ancien international, militant pour la création d’une Ligue nationale et l’instauration d’un statut de « semi-professionnel » (http://www.profootball.lu/profootballmm/PDF_files/profoot_ligue_nationale_16clubs.pdf)
  26. http://www.profootball.lu/Navigation+1/+A+Propos/Quid+Ecoles+de+football+dans+les+clubs_-print-1-p-285.html
  27. http://www.profootball.lu/Navigation+2/La+Professionnalisation/Guy+Hellers+et+le+Professionalisme.html
  28. http://www.lequotidien.lu/index.php/les-sports/14146-Hellers-quitte-navire-Holtz-prend-barre.html. Article de Erwan Nonet et Matthieu Pécot (03-08-2010). Consulté le 5 août 2010.
  29. http://www.profootball.lu/Navigation+2/Les+Entra%C3%AEneurs+/Le+carrousel++des+entra%C3%AEneurs/Luc+Holtz.html
  30. http://www.lefoot.lu/index.php?eventpage=sportsactu
  31. Jusqu'en 1988, les phases finales commençaient à partir des demi-finales.
  32. Sélection régionale, regroupe les provinces méridionales des Pays-Bas, comme le Brabant-septentrional et le Limbourg.
  33. http://webplaza.pt.lu/~funar58/a.html, cf."Informationen zur Nationalmannschaft".
  34. Premier buteur de l'histoire du Luxembourg.
  35. http://www.webtv-fcmetz.com/video/iLyROoafIZ0a.html
  36. http://www.tousgrenat.com/info160610-2.htm
  37. http://www.fcmetz.com/article/Vie%20du%20club/2009-09-30-16-18-08_la-longue-histoire-des-grenats-au-luxembourg.html
  38. http://tout-metz.com/match-fc-metz-luxembourg-0210-741.php
  39. http://www.fussball-lux.lu/
  40. http://www.transfermarkt.co.uk/en/jonathan-proietti/transfers/spieler_91081.html
  41. http://www.ogcn.net/ogcnice/?+Deces-de-Vic-Nuremberg,2209+
  42. http://www.fcmetz.com/article/Retro/2009-09-30-14-52-50_les-luxembourgeois-de-lhistoire-du-fc-metz.html et Marc Barreau, Dictionnaire des footballeurs étrangers du Championnat professionnel français (1932-1997), L'Harmattan, Paris, 19990
  43. http://www.allezredstar.com/fr_grjrd.htm
  44. http://webplaza.pt.lu/~funar58/Nationaltrainer.html
  45. Ancien président des Youngs Boys Diekirch (http://www.youngboys.lu/PRESENTATION.html) et résistant membre de la Brigade Piron (http://www.brigade-piron.be/Luxemburg_fr.htm)
  46. Luxembourg - Italie : 0-2 (Jeux Olympiques).
  47. Homme politique et président du Comité olympique et sportif luxembourgeois de 1925 à 1950 (http://www.sport.public.lu/fr/structure-sport/cosl/index.html)
  48. Belgique - Luxembourg : 5-3 (Jeux Olympiques).
  49. Hellers démissionne sur lequipe.fr
  50. Holtz confirmé comme sélectionneur sur lequipe.fr
  51. http://www.wort.lu/fr/view/le-stade-josy-barthel-sera-modernise-50a766cde4b023430fcba237

Liens externes[modifier | modifier le code]