Deportivo La Corogne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Deportivo La Corogne

Logo du Deportivo La Corogne
Généralités
Nom complet Real Club Deportivo de La Coruña
Surnoms Depor, Super Depor, Blanquiazules, Los Turcos, Os Turcos
Fondation 2 mars 1906
Couleurs Bleu et blanc
Stade Stade de Riazor
(34 600 places)
Siège Pza Ponteverda 19
15003 La Corogne
Championnat actuel Primera División
Président Drapeau : Espagne Tino Fernández
Entraîneur Drapeau : Espagne Víctor Fernández
Site web canaldeportivo.com
Palmarès principal
National[1] Championnat d'Espagne (1)
Coupe d'Espagne (2)
Supercoupe d'Espagne (3)

Maillots

Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Domicile
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Extérieur
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Autre
Voir l’image vierge
Le club est basé à La Corogne en Espagne.

Le Real Club Deportivo de La Coruña, connu en France comme le Deportivo La Corogne, est un club de football, basé à La Corogne, en Galice, fondé le 2 mars 1906.

Le club connaît un certain succès au début des années 2000, remportant notamment le championnat d'Espagne en 2000 pour la première fois de son histoire et la coupe d'Espagne en 2002. Sur le podium à huit reprises entre 1992 et 2004, les bleus et blancs ont disputé régulièrement les compétitions européennes à cette époque, avec en particulier cinq participations d'affilée à la Ligue des champions de 2000 à 2005.

Le Depor est résident du stade de Riazor depuis sa construction en 1944, et entretient de longue date une rivalité régionale avec le Celta de Vigo avec lequel il dispute le derby de la Galice.

L'équipe évoluait en Primera División depuis 1991, mais est reléguée en deuxième division lors de la saison 2010-2011. Elle retrouve l'élite dès la saison suivante suite à son sacre en Segunda División, mais la reperd juste à la saison suivante.

En mai 2014, le club remonte en première division.

Repères historiques[modifier | modifier le code]

La fondation[modifier | modifier le code]

En 1902, Jose María Abalo, jeune homme revenant de ses études en Angleterre, introduit la pratique du football à La Corogne. En décembre 1906, des membres du Club Deportivo Sala Calvet, fondé le 2 mars 1906, créent une section football sous le nom Deportivo de la Coruña. En mai 1907, le roi Alphonse XIII d'Espagne accepte d'en être le parrain, le club devient le Real Deportivo de la Coruña.

Rapidement, le club s'installe sur un terrain situé près de la plage de Riazor. L'équipe dispute des matchs amicaux et participe au championnat local, sans connaître de succès particulier en Copa del Rey, à part une demi-finale en 1910. En 1912, le club est renommé RC Deportivo de la Sala Calvet. Fermé deux ans plus tard, il est refondé en 1918 sous le nom de Real Club Deportivo de La Coruña, son nom définitif.

Les premières années professionnelles (1929-1948)[modifier | modifier le code]

Le championnat d'Espagne, professionnel, est créé en 1929. Le Depor échoue à s'y qualifier et intègre la seconde division, dont il termine la première saison (es) à la 8e place sur dix. Le club galicien évolue à ce niveau de nombreuses saisons, sans parvenir à se battre pour la montée, dans un environnement économique difficile. En 1932 et 1933, le club accède en quart de finale de la coupe d'Espagne, battant au passage en 1932 le Real Madrid, futur champion d'Espagne.

De 1936 à 1939, les compétitions sont suspendues du fait de la guerre civile espagnole. Pour son retour en division 2, lors de la saison 1939-1940, le Depor remporte son championnat et se qualifie au barrage de promotion, qu'il dispute aux rivaux régionaux du Celta de Vigo. Ces derniers l'emportent 1-0 et conservent ainsi leur place dans l'élite. La saison suivante est la bonne : le Depor termine 2e mais remporte son barrage de promotion face au Real Murcia (2-1).

Pour sa première saison dans l'élite, le Depor termine à une inattendue quatrième place au classement. Les années suivantes sont plus difficiles et le club est finalement relégué en 1945, après avoir terminé à la 14e et dernière place du classement. Les Galiciens font l'ascenseur entre les deux niveaux, jusqu'en 1948 où ils accèdent de façon pérenne à la première division.

Ces dernières années voient le Depor se structurer et notamment inaugurer le stade du Riazor en 1944. Le joueur emblématique de cette époque est le gardien de but Juan Acuña Naya, dit Xanetas, qui remporte le trophée Zamora à quatre reprises entre 1942 et 1951.

Le premier âge d'or (1948-1957)[modifier | modifier le code]

La saison 1949-1950 voit le Depor, dirigé par l'argentin Alejandro Scopelli réaliser son premier exploit de taille en terminant deuxième du championnat, à un petit point de l'Atlético de Madrid. Bénéficiant du renfort de joueurs sud-américains comme Julio Corcuera, Oswaldo García, Rafael Franco, Dagoberto Moll ou espagnols comme Pahiño, Arsenio Iglesias ou Luis Suárez Miramontes (futur vainqueur du Ballon d'or), le Depor se maintient dans l'élite jusqu'en 1957.

La dégringolade (1957-1988)[modifier | modifier le code]

Après cinq saisons en deuxième division, le Depor parvient à retrouver l'élite en 1962 mais ne parvient pas à s'y maintenir. Relégué en 1963, 1965, 1967, 1970, le club obtient son retour rapidement à chaque fois, grâce notamment à la qualité de son centre de formation, d'où sortent les futurs internationaux Amancio Amaro, Severino Reija, Jose Veloso et Jaime Blanco. En 1973, le club, en difficulté financière, est de nouveau relégué en deuxième division mais ne peut cette fois-ci rebondir. En 1974, il est condamné à la troisième division pour la première fois de son histoire.

De retour en deuxième division dès l'année suivante, le Depor n'a plus le prestige des années passées et ne peut se battre pour la montée. Il est même de nouveau relégué en Segunda División B en 1980, en même temps que le Celta de Vigo, qui découvre à son tour pour la première fois ce niveau. Les deux clubs en ressortent l'année suivante, Vigo remportant finalement la poule qu'ils se disputent.

Le Depor parvient tant bien que mal à sauver sa place à ce niveau pendant les années 1980, sans pouvoir se battre pour la promotion. La saison 1987-1988 est particulièrement difficile, les Galiciens ne sauvant leur place qu'à la fin du dernier match de la saison, face au Racing de Santander.

Ces trois derniers décennies sont marquées par les difficultés financières du club et l'instabilité au poste d'entraîneur, que le titulaire occupe rarement plus d'un an. À l'été 1988, une assemblée populaire est organisée, à l'issue de laquelle Augusto César Lendoiro (es) devient président. Il doit aider le club à faire face à une dette de 600 millions de pesetas, tout en bâtissant les structures professionnelles dont il ne dispose pas.

Le retour au plus haut-niveau (1988-1999)[modifier | modifier le code]

En 1988, l'entraîneur est l'ancien joueur Arsenio Iglesias, rare personne à avoir occupé le poste plus d'un an (de 1970 à 1973, de 1982 à 1985, puis depuis 1987). Lors de la saison 1988-1989, le Depor atteint les demi-finales de la coupe du Roi, éliminé par le Real Valladolid. Les deux années suivantes, il obtient de bons résultats en championnat, qui lui permettent de disputer les barrages de promotion en 1990 (perdus face au CD Tenerife) avant de finalement de retrouver directement l'élite en 1991, dix-huit ans après leur dernière saison à ce niveau.

Malgré le renfort des expérimentés Luis López Rekarte, Francisco Liaño, Claudio Barragán (es), José Luis Ribera et le talent des jeunes du centre de formation comme Fran, la saison 1991-1992 est difficile, le club n'arrachant son maintien qu'à l'issue des barrages de promotion, face au Real Betis.

Le recrutement d'Adolfo Aldana et des brésiliens Bebeto et Mauro Silva en 1992 permet au club de passer un cap. La saison 1992-1993 voit le Depor se battre en tête du classement avec le FC Barcelone et le Real Madrid et terminer finalement à la troisième place, qualificative pour la coupe UEFA, une première pour le club galicien. Menés 2-0 à la mi-temps lors de la réception du Real Madrid, ils remportent finalement le match 3-2 et initient ainsi une période de 18 années sans défaite face au club madrilène à domicile. Bebeto remporte cette année-là le trophée Pichichi du meilleur buteur, et Liaño le trophée Zamora du meilleur gardien.

Renforcés notamment par l'arrivée de Donato, les Galiciens réalisent une saison 1993-1994 encore plus inattendue : leaders du championnat la majeure partie de la saison, ils ne sont rattrapés qu'à la dernière journée par le FC Barcelone, du fait d'un match nul à domicile face au Valence CF. Bénéficiant d'une meilleure différence de buts, les catalans remportent finalement le titre à l'arrachée. En coupe d'Europe, les Espagnols sont éliminés en huitième de finale par les Allemands de l'Eintracht Francfort.

La saison 1994-1995 est annoncée comme la dernière d'Arsenio Iglesias au poste d'entraîneur. Désormais surnommé SuperDepor, le club réalise de nouveau une campagne étonnante, terminant à la deuxième place à seulement quatre points du Real Madrid. En coupe UEFA, il est de nouveau éliminé en huitième de finale, par les Allemands du Borussia Dortmund cette fois. Mais le club remporte le premier trophée de son histoire avec la Coupe d'Espagne, sur une victoire en finale (disputée sur deux jours du fait des conditions climatiques) face au Valencia CF (2-1) grâce à des buts de Javier Manjarín et Alfredo Santaelana (es).

Quelques semaines plus tard, avec John Toshack sur le banc, le Depor remporte la Supercoupe d'Espagne en battant à deux reprises le Real Madrid (3-0, 1-2)[2]. Quelque peu décevants en championnat (qu'ils finissent au neuvième rang), les Galiciens atteignent les demi-finales de la Coupe d'Europe des vainqueurs de coupe, où ils sont éliminés par le Paris SG, futur vainqueur.

Les saisons suivantes sont un peu moins brillantes et le club voit plusieurs entraîneurs se succéder sur le banc. Portée par le talent du jeune meneur de jeu brésilien Rivaldo, l'équipe termine cependant la saison 1996-1997 à la troisième place du championnat, sans pouvoir se battre avec les deux géants espagnols.

Les années 2000[modifier | modifier le code]

Au début des années 2000, le Deportivo fait partie des meilleurs clubs d'Espagne et d'Europe. Lors de la saison 1999-2000, le club devient pour la première fois de son histoire Champion d'Espagne avec 5 points d'avance sur le FC Barcelone. La saison d'après, le Deportivo est vice-champion d'Espagne et est l'un des grands favoris de la Ligue des Champions mais ils échoueront en quart de finale face aux Anglais de Leeds United. Lors de la saison 2001-2002, l'histoire se répète puisque le Deportivo est de nouveau vice-champion d'Espagne et s'incline en quart de finale de la Ligue des Champions face à un autre club anglais, Manchester United.

En 2002-2003, le Deportivo réalise une saison un peu décevante avec une 3e place en Liga et une élimination en 2e phase de groupes de la Ligue des Champions. Lors de la saison 2003-2004, le club termine de nouveau 3e du championnat mais atteint les demi-finales de la Ligue des Champions (éliminé par les futurs vainqueurs, le FC Porto) ; cette campagne européenne sera cependant marquée par une lourde défaite en phase de groupes face à l'AS Monaco 8 à 3 à Louis-II.

Équipe du Deportivo La Corogne en 2008

1999-2004 aura été la période de gloire du Deportivo avec des joueurs comme Juan Carlos Valerón, Roy Makaay, Diego Tristán, Djalminha, Fran, Mauro Silva, Donato, Noureddine Naybet ou encore José Francisco Molina. 2004-2005 marque le déclin du Deportivo avec une 8e place en Liga et une élimination dès les phases de poule de Ligue des Champions. Les saisons suivantes, le Deportivo termine dans le ventre mou de la Liga (8e en 2005-2006, et 13e en 2006-2007).

Lors de la saison 2007-2008, le Deportivo est relégable à mi-championnat et beaucoup de monde voit le club descendre, mais le Deportivo va réagir lors de la 2e moitié du championnat et termine finalement 9e de la Liga ce qui lui permet de retrouver l'Europe après deux ans d'absence mais en disputant la Coupe de l'UEFA.

Le 21 mai 2011, le Deportivo se voit relégué en Segunda après une défaite 2-0 face au Fc Valence, lors de la dernière journée de la Liga ou 6 autres équipes jouaient le maintien.

Le 27 mai 2012, le Deportivo s'assure le retour direct en Primera División en battant Huesca 2-1, remportant en même temps la Segunda División à 4 points de son rival historique : le Celta Vigo.

De retour dans l'élite après un an de purgatoire, le Deportivo peine en championnat, malgré le match contre le FC Barcelone perdu au Riazor sur le score de 4 à 5. Le champion d'Espagne 2000 retrouvera la Liga Adelante à la toute dernière journée en perdant contre la Real Sociedad (1-0), conjuguée à la victoire de Mallorca sur Valladolid, autre promu (4-2) et celle de son rival galicien, le Celta sur l'Espanyol Barcelone (1-0). Si le Deportivo chute en D2 espagnole, son pire ennemi de Vigo se maintient de justesse.

Palmarès[modifier | modifier le code]

Compétitions nationales Compétitions internationales Compétitions régionales
  • Coupe de la Ligue d'Espagne de deuxième division (0)
  • Coupe de Galice de football (0)

[modifier | modifier le code]

Drapeau de Galice

Le blason du club représente une ceinture de chevalier autour du drapeau original du Sala Calvet Gymnasium, qui a donné naissance au Depor. La couronne fait référence au décret royal du club, et la diagonale bleue au drapeau galicien.

Depuis 1912, le maillot du Deportivo conserve le même motif : des rayures verticales bleues et blanches, avec des shorts et bas bleus.

Infrastructures[modifier | modifier le code]

Stades[modifier | modifier le code]

Le stade du Riazor (34 600 places).
Article détaillé : Stade du Riazor.

Le stade du Riazor, principal stade de football de la ville de La Corogne, accueille les rencontres du club depuis son inauguration en 1944. Rénové pour la coupe du monde de football de 1982 (dont il accueille trois matchs), sa capacité est de 34 600 places à la fin des années 2000.

Il est connu pour être un stade « maudit » pour le Real Madrid, qui y connaît douze défaites (pour cinq nuls et aucune victoire) entre 1992 et 2009.

Un projet de construction d'un nouveau stade a été débattu dans les années 2000, sans qu'il ne soit donné suite pour le moment.

Installations[modifier | modifier le code]

Le club inaugure en 2003 son complexe sportif, nommé Ciudad Deportiva de Abegondo (es), situé à Abegondo. Il accueille toutes les équipes du club, depuis les professionnels jusqu'aux jeunes.

Équipe réserve[modifier | modifier le code]

Le Deportivo La Coruña B est l'équipe réserve du Deportivo La Coruña. Créée en 1953, elle a évolué pendant neuf saisons en Segunda División B et 33 autres saisons en Tercera División, ou évolué actuellement.

Personnages du club[modifier | modifier le code]

Présidents et entraîneurs emblématiques[modifier | modifier le code]

Présidents

Augusto César Lendoiro (es) devient en 1988 le président du club, alors en deuxième division, qu'il mène jusqu'à ses plus grands succès. Le 24 décembre 2013, Lendoiro annonce qu'il quitte la présidence du club après 25 ans au poste[4].

Entraîneurs

Le club a connu de très nombreux entraîneurs au cours de son histoire. On peut considérer cependant que les deux grands entraîneurs emblématiques du club sont :

Les derniers entraîneurs du Depor, qui ont remporté l'intégralité du palmarès du club, sont les suivants :

Entraîneur Années Titres
Drapeau de l'Espagne Arsenio Iglesias 1992-1995
Drapeau du Pays de Galles John B. Toshack 1995-1997
Drapeau du Brésil Carlos Alberto Silva 1996-1997
Drapeau de l'Espagne José Manuel Corral 1997-1998
Drapeau de l'Espagne Javier Irureta 1998-2005
Drapeau de l'Espagne Joaquín Caparrós 2005-2007
Drapeau de l'Espagne Miguel Ángel Lotina 2007-2011
Drapeau de l'Espagne José Luis Oltra 2011-déc. 2012
Drapeau : Portugal Domingos Paciência depuis jan. 2013-fév. 2013
Drapeau de l'Espagne Fernando Vázquez depuis mars 2013- juillet 2014
  • Promotion en Première division en 2014
Drapeau de l'Espagne Víctor Fernández depuis juillet 2014-

Joueurs emblématiques[modifier | modifier le code]

Les Brésiliens Bebeto, meilleur buteur du championnat espagnol en 1993, et Mauro Silva remportent la Coupe du monde 1994 alors qu'il portent le maillot du Deportivo.

Au cours des années 2000, les attaquants Diego Tristán et Roy Makaay, respectivement meilleur buteur du championnat en 2002 et 2003, marquent de leur empreinte le club.

Joueurs espagnols Joueurs étrangers

Effectif actuel 2014-2015[modifier | modifier le code]

Effectif du Deportivo La Corogne
Joueurs Encadrement technique
No  P. Nat.[5] Nom Date de naissance Sélection[6] Club précédent
1 G Drapeau de l’Argentine Lux, GermánGermán Lux 7/6/1982 (32 ans) Argentine RCD Majorque
2 D Drapeau de l'Espagne Pablo, ManuelManuel Pablo Capitaine 25/1/1976 (38 ans) Espagne UD Las Palmas
3 A Drapeau : Côte d'Ivoire flèche vers la droite Sissoko, IbrahimIbrahim Sissoko 29/11/1991 (22 ans)
VfL Wolfsbourg
4 M Drapeau de l'Espagne Bergantiños, ÁlexÁlex Bergantiños 7/6/1985 (29 ans)
Gimnàstic de Tarragona
5 D Drapeau de l'Espagne Marchena, CarlosCarlos Marchena 31/7/1979 (35 ans) Espagne Villarreal CF
7 M Drapeau de l'Espagne Núñez, AntonioAntonio Núñez 15/1/1979 (35 ans)
SD Huesca
9 A Drapeau de l'Espagne flèche vers la droite Bastón, BorjaBorja Bastón 25/8/1992 (21 ans) Espagne espoirs Atlético de Madrid
10 M Drapeau de l'Espagne Domínguez, JuanJuan Domínguez 8/1/1990 (24 ans)
0 Formé au club
11 M Drapeau de l'Espagne Arizmendi, JavierJavier Arizmendi 3/3/1984 (30 ans) Espagne Getafe CF
13 G Drapeau de l'Espagne , FabricioFabricio 31/12/1987 (26 ans)
Real Betis Balompié
14 M Drapeau du Chili flèche vers la droite Rabello, BryanBryan Rabello 16/5/1994 (20 ans) Chili Séville FC
15 D Drapeau de l'Espagne Laure, Laure 22/3/1985 (29 ans)
CD Leganés
16 D Drapeau du Portugal , LuisinhoLuisinho 5/5/1985 (29 ans)
Benfica Lisbonne
17 A Drapeau du Portugal flèche vers la droite Salomão, DiogoDiogo Salomão 14/9/1988 (25 ans)
Sporting CP
18 A Drapeau de l'Espagne , TochéToché 1/1/1983 (31 ans)
Panathinaïkos
19 A Drapeau de l'Uruguay flèche vers la droite Ifrán, DiegoDiego Ifrán 8/6/1987 (27 ans)
Real Sociedad
20 M Drapeau de la Pologne Wilk, CezaryCezary Wilk 12/2/1986 (28 ans) Pologne Wisła Cracovie
22 D Drapeau de l'Espagne Seoane, DiegoDiego Seoane 26/4/1988 (26 ans)
Córdoba CF
23 D Drapeau de l'Espagne Lopo, AlbertoAlberto Lopo 5/5/1980 (34 ans)
Getafe CF
24 A Drapeau de l'Espagne Fernández, LuisLuis Fernández 27/9/1993 (20 ans)
0 Formé au club
25 M Drapeau de l'Espagne , Juan CarlosJuan Carlos 15/3/1991 (23 ans)
SD Huesca
28 D Drapeau de l'Espagne Insúa, PabloPablo Insúa 9/9/1993 (20 ans) Espagne espoirs 0 Formé au club
Entraîneur(s)



Légende

Consultez la documentation du modèle

Culture populaire[modifier | modifier le code]

Supporters[modifier | modifier le code]

Deportivo-Osasuna.

Selon une enquête réalisée en 2007, le Deportivo est la neuvième équipe la plus supportée d'Espagne, comptant le soutien de 2,2 % des supporteurs du pays[7]. Le club compte officiellement 22 722 socios et 287 peñas (clubs de supporters). Le principal groupe de supporters sont les Riazor Blues, groupe ultras d'extrême-gauche fondé lors de la saison 1986-1987 ; à noter que les Riazor Blues entretiennent une forte amitié avec les Biris Norte, le grand groupe ultras du Séville FC.

Rivalités[modifier | modifier le code]

Le grand rival du Deportivo est le Celta de Vigo, dont la ville est distante d'environ 150 km. Les deux clubs, qui ont connu chacun une période faste à la fin des années 1990 et au début des années 2000, disputent le derby de la Galice.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Seuls les principaux titres en compétitions officielles sont indiqués ici.
  2. Spain - List of Super Cup Finals, RSSSF
  3. (en) Jorge Manuel Deza Rey et Carles Lozano Ferrer, « Spain - List of Champions of Galicia », sur www.rsssf.com, Rec.Sport.Soccer Statistics Foundation,‎ 30 juillet 2004 (consulté le 23 août 2010)
  4. Lendoiro annonce qu'il s'en va, mundodeportivo.com, 24 décembre 2013
  5. Seule la nationalité sportive est indiquée. Un joueur peut avoir plusieurs nationalités mais n'a le droit de jouer que pour une seule sélection nationale.
  6. Seule la sélection la plus importante est indiquée.
  7. (es) Enquête CIS sur les équipes de football, www.cis.es

Liens externes[modifier | modifier le code]