Denis Tristant

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Denis Tristant
Image illustrative de l'article Denis Tristant
Fiche d’identité
Nationalité Drapeau : France français
Naissance (53 ans)
Lieu Pacy-sur-Eure
Poste Ailier droit
Entraîneur
Situation en club
Parcours professionnel *
Saisons Club M. (B.)
 ?-1983 Drapeau : France SPN Vernon
1983-1987 Drapeau : France Paris UC
1987-? Drapeau : France US Ivry
 ?-1992 Drapeau : France US Créteil
1992-1997 Drapeau : France Massy 91 Finances
Sélections en équipe nationale **
Année(s) Équipe M. (B.)
1987-1992 Drapeau : France France 141 (?)[1]
Équipes entraînées
Année(s) Équipe Stat
1998-2003 Drapeau : France AC Boulogne-Billancourt
2003-2006 Drapeau : France Dunkerque HGL
2007-2008 Drapeau : France Le Chesnay (-18)
2008-2009 Drapeau : France SMV Porte Normande
2009-2010 Drapeau : France Angers Noyant (D2)
 ?-01/2012 Drapeau : France ES Nanterre (D2)
01/2012-? Drapeau : République démocratique du Congo RD Congo
* Matchs joués et buts marqués dans chaque club
comptant pour le championnat national
et les compétitions nationales et continentales.
** Matchs joués et buts marqués pour l'équipe
nationale en match officiel.

Denis Tristant, né le (53 ans) à Pacy-sur-Eure, est un handballeur international français reconverti entraîneur. Il est notamment médaillé de bronze aux Jeux olympiques de 1992 avec Les Barjots.

Biographie[modifier | modifier le code]

En clubs, il est formé au Saint-Marcel Vernon puis rejoint le Paris UC en 1983[2]. En 1987, il connait sa première sélection en équipe de France et signe à l'US Ivry[3].

Il continue ensuite sa carrière au club de l'US Créteil, avec comme principal fait d'armes une finale de la Coupe des coupes en 1989. Il évoluera également avec les « Barjots » qui remportent la première médaille handball français lors des Jeux olympiques de 1992 à Barcelone. Cet été 1992 est particulièrement important puisqu'il décide de mettre un terme à sa carrière internationale à l'issue de cette compétition historique et de quitter Créteil pour le Massy 91 Finances[4] où il termine sa carrière en 1997.

Après sa carrière de joueur, il effectue une carrière d'entraîneur[5]. Après être passé par l'AC Boulogne-Billancourt, il prend la direction du US Dunkerque en 2003[6] et, pour sa première saison, permet au club d'atteindre la finale de la Coupe Challenge 2004. Cette même année, il est élu meilleur entraîneur de Division 1[7]. Il est écarté de son poste d'entraîneur en 2006 et devient directeur technique de Dunkerque Handball Grand Littoral.

Il prend ensuite en main les équipes de Le Chesnay (-18), du SMV Porte Normande, d'Angers Noyant Handball en D2 ou encore de l'ES Nanterre jusqu'en janvier 2012[8].

Il s'est aujourd'hui reconverti dans la restauration[9],[10].

Palmarès[modifier | modifier le code]

Club[modifier | modifier le code]

Joueur

Entraîneur

Sélection nationale[modifier | modifier le code]

Distinction personnelle[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notice dans une base relative au sport : Sports ReferenceVoir et modifier les données sur Wikidata

  1. a et b « Liste des internationaux français (jusqu'en 2002) », sur Site de l’Eurotournoi (consulté le 20 avril 2017)
  2. « Hand-ball : bulletin fédéral N°193 : PUC Digest », Fédération française de handball, (consulté le 5 novembre 2017)
  3. « Ivry ma ville n°161 », sur fr.calameo.com, (consulté le 2 septembre 2017), p. 28
  4. « Le rouge et noir de Papy Thiebaut », sur L'Humanité.fr, (consulté le 20 avril 2017)
  5. « Quand les Barjots coachent », sur lequipe.fr, L'Équipe, (consulté le 20 avril 2017)
  6. « Dunkerque: D. Tristant remplace B. Pot », sur handzone.net, (consulté le 3 septembre 2017)
  7. a et b « 2004 - Sept d'or du handball », sur handzone.net, (consulté le 23 mars 2014)
  8. « Denis Tristant et Nanterre se séparent », sur Handzone.net, (consulté le 20 avril 2017)
  9. « Denis Tristant, du bronze de Barcelone au zinc », sur ouest-france.fr, Ouest-France, (consulté le 20 avril 2017)
  10. « Jeux olympiques : Denis Tristant, le « Barjot » de Massy devenu restaurateur », sur leparisien.fr, Le Parisien, (consulté le 20 avril 2017)