Huest

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Huest
La Mairie (XIXe) - Rue de Vernon.
La Mairie (XIXe) - Rue de Vernon.
Blason de Huest
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Eure
Arrondissement Évreux
Canton Évreux-3
Intercommunalité Évreux Portes de Normandie
Maire
Mandat
Michel Molina
2014-2020
Code postal 27930
Code commune 27347
Démographie
Gentilé Huestois
Population
municipale
749 hab. (2014)
Densité 114 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 02′ 23″ nord, 1° 12′ 25″ est
Altitude Min. 85 m – Max. 142 m
Superficie 6,57 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Eure

Voir sur la carte administrative de l'Eure
City locator 14.svg
Huest

Géolocalisation sur la carte : Eure

Voir sur la carte topographique de l'Eure
City locator 14.svg
Huest

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Huest

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Huest
Liens
Site web huest.mairie.com

Huest (prononciation traditionnelle : , API [y'e]) est l'une des 675 communes françaises du département de l'Eure rattachée à la région Normandie.

Ses habitants sont appelés les Huestois(es).

Commune rurale par ses origines, Huest est devenu, de par sa proximité de la préfecture, Évreux, située à quelques kilomètres, un village résidentiel, bénéficiant d'un accès rapide et aisé sur la ville et sur tous les axes routiers majeurs vers le nord (Louviers et Rouen), vers l'est (Pacy-sur-Eure, Vernon et Paris), et vers le sud (Dreux, Chartres et Orléans).

Dotée d'une forte volonté à vouloir garder son « âme » villageoise, la commune bénéficie aujourd'hui d'une évolution maîtrisée en matière de population, mais offre à ses habitants tout le confort digne d'une agglomération moderne. Outre la distribution du gaz de ville et le raccordement à l'assainissement collectif, elle bénéficie d'un réseau « Internet » performant et a réussi, bien avant ses voisines, à enterrer l'ensemble de son réseau électrique. Quelques investissements immobiliers locatifs ont même été réalisés par le conseil municipal en vue de satisfaire une demande croissante sur le secteur.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Une localisation cartographique précise est disponible[1], à différentes échelles, sur le site de l'IGN.

Huest est situé au nord d'un vaste plateau, dit « de Saint-André »[2], dans le sud-est du département de l'Eure[3] , entre les vallées des rivières d'Iton à l'ouest et celle d'Eure, affluent de rive gauche de la Seine, à l'est.

La commune s'étend sur 657 hectares, dont environ 176 sont boisés, ce qui lui a valu son surnom : « le Village à l'Habit Vert »[4].

La base aérienne 105 « Commandant Viot » a une emprise d'environ 250 hectares sur la commune, dans sa partie sud, soit plus d'un tiers de sa superficie. On notera également, au nord-est du village, la présence du dépôt de munitions de Sassey-Huest[5], dont l'accès et une partie des installations[Note 1] se trouvent sur la commune.

Communes limitrophes de Huest
Gravigny Sassey Sassey
Évreux Huest Gauciel
Fauville Le Vieil-Évreux Miserey

Le village se situe dans la partie est de la région Normandie, à 24 kilomètres du département d'Eure-et-Loir dans la région Centre-Val de Loire, et 19 kilomètres du département des Yvelines dans la région d'Île-de-France.

Distances et caps entre Huest et les principales villes proches
Évreux Vernon Rouen Paris
Distance routière 5 km 25 km 52 km 94 km
Distance orthodromique 4,3 km 20,8 km 45,4 km 85,3 km
Azimut 249° 17′ 20″ 73° 34′ 53″ 349° 02′ 20″ 102° 50′ 25″
Sources : Via-Michelin[6] et Lion 1906[7]

Relief[modifier | modifier le code]

Photo de la Petite Vallée de Huest.
La Petite Vallée, vue est-ouest.
Photo de la mare des peupliers à Huest.
La mare « des peupliers », rue de Fauville.

La plus grande partie de la commune présente un relief de plaine à une altitude moyenne d'environ 130 mètres.

Ce relief de plateau est rompu par deux vallées sèches, la « Vallée du Nuisement » et la « Petite Vallée », qui se rejoignent à la limite ouest de la commune, où elles drainent les eaux pluviales vers Gravigny et la vallée de l'Iton, la quasi-totalité de la commune étant située sur le bassin versant de cette vallée[8]. La « Vallée du Nuisement » sépare le hameau du Nuisement et le bois du « Grand Parc » du bois de la « Saussaye » tandis que la « Petite Vallée » sépare le bois de la « Saussaye » du « Bois des Vignes ».

Les trois bois cités plus haut sont classés « forêt de protection d'Évreux et de ses massifs périphériques » par décret du conseil d'état du 3 juillet 2007[9].

Le réseau hydrographique superficiel est inexistant, seules quelques mares viennent orner ce paysage au cœur du village[10], à l'image de la « mare des Peupliers ». Celle de « La Résilière », excentrée, en léger surplomb de la « Petite Vallée » est artificielle et s'assèche au fil des ans.

De par sa situation, la commune n'est donc pas concernée par les risques de remontée de nappes phréatiques ni de crues[11].

Géologie[modifier | modifier le code]

Lien vers la carte géologique sur le site de Géoportail (IGN).

La majeure partie du village, le plateau au sud et à l'est, ainsi que la zone résidentielle au centre, est constituée de limon des plateaux, excepté un affleurement d'argile à silex situé sur l'emprise de la base aérienne 105. Le sous-sol de la partie boisée, au nord et à l'ouest se compose de cette même argile et de cailloutis. Le tout reposant sur une épaisse couche de craie[12]. De nombreux sites d'extraction de cette roche sont recensés sur le territoire de la commune, notamment « La carrière blanche », encore visible, au début du XXIe siècle, sur le coteau en bord du chemin, à l’extrême nord-ouest du village. Il en existait un autre, de moindre importance, « Le Bec salé », comblé en 2006, en lisière ouest du bois de la Saussaie[Note 2].

Une analyse plus précise des sols silico-calcaires du village met en avant la présence importante de sables siliceux et de carbonate de chaux[13].

Quelques cavités souterraines d'origines diverses sont recensées sur la commune[14].

Huest est située dans la zone de sismicité la plus faible de France[15].

Climat[modifier | modifier le code]

Huest bénéficie d'un climat océanique tempéré allié à une influence continentale.

Les données météorologiques proviennent du poste climatologique d'Évreux-Huest, unité du réseau « Radome », installé sur la commune[16].

- Température moyenne annuelle : + 10,2 °C

- Température mensuelle moyenne minimale : + 3,2 °C

- Température mensuelle moyenne maximale : + 18,4 °C

La commune est soumise aux vents dominants d'ouest, avec dominante sud en été et nord en hiver.

Le village se trouve dans une des zones les plus touchées par la tempête de fin décembre 1999, il se situe en effet à proximité du 49e parallèle nord, trajectoire suivie par l'ouragan Lothar ce 26 décembre[17].

La pluviométrie de la commune est inférieure à la moyenne nationale (867 mm/an)[18].

Elle se répartit comme suit :

- Jours avec précipitations > 1 mm : 115

- Hauteur de précipitations annuelle : 611,6 mm

Durée d'insolation moyenne annuelle : 1 684 heures

Relevé météorologique d'Évreux-Huest (station la plus proche)
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 0,9 0,9 2,7 4,1 7,7 10,3 12,4 12,3 9,9 7,1 3,3 1,8 6,2
Température maximale moyenne (°C) 6,3 7,4 10,8 13,4 17,4 20,3 23,3 23,6 20 15,2 9,9 7,1 14,6
Record de froid (°C)
date du record
−18,6
1985
−13
1986
−10,2
1971
−4
1975
−1,8
1979
−0,6
1991
4,9
1979
2,7
1974
−0,7
1971
−4,6
1997
−7,8
1989
−14
1970
Record de chaleur (°C)
date du record
15,1
2003
19,2
1990
22,3
1989
25,7
2005
30
2005
34,8
1976
35,3
1976
38,4
2003
31,5
1982
28,3
1985
19,7
1971
16
1989
Ensoleillement (h) 69 79 119 153 198 203 216 225 163 124 79 56 145
Précipitations (mm) 49 43 46 46 59 54 53 37 56 56 53 60 611,6
Source : L'Internaute - Météo-France[19],[20]


Voies de communications et transports[modifier | modifier le code]

Réseau routier[modifier | modifier le code]

Huest est traversé par la route départementale 63, qui va d'Évreux à Vernon via Chambray, La Chapelle-Réanville et Saint-Pierre-d'Autils. Un projet de contournement est de la commune pour cet axe a été mis à l'étude en 1994, puis en 2001, sans, pour l'instant, avoir trouvé un aboutissement.

La commune est bordée au sud par la route nationale 13, axe majeur de Paris à Cherbourg via Lisieux et Caen, et à l'ouest, par le nouveau tracé de la route nationale 154 dans son contournement sud d'Évreux.

Un des risques apparaissant au Dossier d'Information Communal des Risques Majeurs (DICRiM) est relatif au passage de cette voie de circulation sur une portion minime de la commune, savoir, le transport de matières dangereuses[21].

L'accès autoroutier utilisé pour se rendre à Huest, en venant de Paris, est la sortie sortie 15 de l'autoroute A13, située à proximité de la commune de Chaufour à environ 25 kilomètres à l'est du village ; on y accède par la nationale 13. Pour rejoindre cette même autoroute en direction de Rouen puis Caen, l'échangeur sortie 19, sur la commune d'Incarville, se trouve à 30 kilomètres au nord, en empruntant la nationale 154 reliant Val-de-Reuil à Allaines-Mervilliers, via Évreux, Dreux et Chartres.

Depuis 2005, l'autoroute A28 offre une alternative pour rejoindre Le Mans et le grand ouest de la France depuis le village, à partir de la sortie sortie 14 à proximité de Bernay, située à 56 kilomètres à l'ouest.

Le chemin de grande randonnée no 26[22], dans sa première partie, de Paris à Évreux, traverse le nord-est de la commune[Note 3].

Transports en commun[modifier | modifier le code]

Le village n'est pas desservi par le réseau de bus de l'agglomération d'Évreux, le "Trans Urbain", mais la commune et le GEA[Note 4] ont mis en place un système nommé "Taxi-bus"[23]; les habitants bénéficient, sur commande préalable, des services d'un taxi pour se rendre à Évreux, leur contribution se limitant au prix d'un ticket de bus, le reliquat étant pris en charge par la communauté d'agglomération. Ce système, très apprécié des habitants, permet aux personnes plus âgées ou peu valides de profiter plus longtemps du cadre de vie du village avant de déménager vers la ville.

Le conseil général de l'Eure a mis en place un réseau départemental d'autocars qui dessert la commune, sur la place de l'église, par l'intermédiaire de la ligne numéro 200, qui va d'Évreux à Gisors, via Gaillon. La ligne est exploitée par une société privée.

La gare SNCF la plus proche est celle d'Evreux-Normandie[24], située sur la ligne Paris, via Bueil et Mantes-la-Jolie, à Cherbourg; via Bernay et Caen. L'activité ferroviaire est plus intense le matin en direction de la gare de Paris-Saint-Lazare, et inversement au soir, en raison d'un nombre important d'habitants du secteur qui ont un emploi sur Paris.

L'aéroport de Rouen - vallée de Seine[25] est le plus proche, environ 50 kilomètres au nord, mais n'est réservé qu'aux vols d'affaires et de loisirs, seules quelques compagnies desservent régulièrement un petit nombre de destinations nationales. La majeure partie des vols nationaux et internationaux des Huestois se fait via les Aéroports de Paris, Roissy-Charles de Gaulle et Orly, tous deux distants d'environ 115 kilomètres.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Logement[modifier | modifier le code]

À la sortie de la Seconde Guerre mondiale, et pour répondre au dynamisme démographique national, la commune va s'enrichir successivement de petits groupes d'habitations, pour la plupart au nord-ouest du village initial[Note 5].

En 1968, un premier lotissement de sept maisons voit le jour rue de l'Ermitage. Deux ans plus tard, ce sont les quinze maisons du « site de l'abbaye » qui sortent de terre, suivies en 1972 des douze maisons de la rue de la Moinerie.

Afin d'apporter une cohérence géographique dans l'étendue de la commune, le « village des champs » et ses vingt-neuf maisons voient le jour entre 1975 et 1979 ; les rues de l'Ermitage et de Gravigny sont ainsi regroupées. C'est à cette époque que l'architecte H. Barret construit dans les bois jouxtant le village, de part et d'autre de la Petite Vallée, cinq des nombreuses maisons en pierre de Vernon et « construites dans l'esprit du passé » qu'il a disséminées dans le département[26].

Ce n'est qu'en 1981 que le conseil municipal met en place un plan d'occupation des sols visant à maîtriser l'évolution de la croissance résidentielle. Depuis cette date, le développement du village se concentre sur le sud, chemin des Perrins et rue de l'Aubépine, ainsi qu'à l'est, rue du Petit-Clos et de la Mare-Mattiote. C'est également à cette sortie du village que la commune a investi dans un ensemble locatif de dix-huit logements, principalement proposés aux personnels de la base aérienne 105.

Entre 2005 et 2011, les 40 constructions du lotissement « de la Gâstine » prennent place entre les rues de la Gâstine et du Bergeron, suivies par la « Résidence de l'Abbaye », comprenant une douzaine de maisons, qui voit le jour dans la partie est de la petite vallée, liant ainsi le nord du village et les bois.

Évolution quantitative des logements de la commune : (Source : Insee[27])

Les données issues du recensement de 1999 confirment le statut résidentiel du village au travers des chiffres relevés pour le logement :

Comparatif des caractéristiques du logement communal, départemental et national
Résidences

principales

Résidences

secondaires

Logements

vacants

Maisons

individuelles

Appartements Propriétaires Locataires Logements

1 & 2 pièces

Logements

> 5 pièces

Huest 91,4 % 3 % 5,6 % 95,8 % 3,8 % 88,7 % 10,4 % 2,3 % 59 %
Eure 87 % 8,2 % 4,84 % 77,2 % 20 % 62,7 % 33,8 % 12,1 % 38,1 %
France 83 % 10,1 % 8 % 56,8 % 40,4 % 55,3 % 39,8 % 19,2 % 31,5 %
Sources : Insee[27] et L'Internaute[28]

Infrastructures[modifier | modifier le code]

La proximité immédiate de la préfecture et le caractère résidentiel que prenait petit à petit le village dans la seconde moitié du XXe siècle incite le conseil municipal à être précurseur en matière d'aménagement[Note 6] :

La mise en place du réseau électrique intervient en premier lieu, les premiers branchements sont réalisés en 1931. À partir de 1986, la commune mène une campagne générale d'enfouissement des réseaux électriques et téléphoniques, et d'installation de l'éclairage public qui s'achève en 2009.

Le réseau d'adduction d'eau potable ne verra le jour qu'en 1956, il sera synonyme de la destruction, quelques années plus tard, du lavoir de la mare aux peupliers et du comblement d'un grand nombre de mares sur la commune.

De 1991 à 1995, le village se met aux normes nationales par la mise en place du système d'assainissement collectif pour l'ensemble des habitations. La commune vote alors une prime pour chaque foyer en vue de financer leur raccordement. La mise en place du réseau de distribution de gaz de ville débute en 2001, et se termine l'année suivante.

En 2011, le village dépend du Grand Évreux Agglomération en matière d'adduction d'eau potable et de collecte et traitement des eaux usées[29].

À cette date, la commune ne bénéficie que du dégroupage partiel en matière de réseau téléphonique et Internet. Les connexions ADSL donnent en moyenne les résultats suivants[Note 7] :

- Débit descendant : 6 850 kb/s (856,3 ko/s) ;

- Débit montant : 834 kb/s (104,3 ko/s) ;

- Ping : 73 ms.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes West en 1030 (Fauroux 61), puis sous la forme Guest vers 1148 et vers 1215[30], puis encore Vuest en 1300 (charte de fondation de Saint-Amand), Uest en 1417 (archives de Belbeuf), Huais en 1631 (Plans et profils de Tassin), Huêt en 1828[31].

Le traitement de la consonne initiale [w] ou [g] correspond à la limite dialectale entre le normand septentrional et le normand méridional. La chute du [w] initial, commune en Haute-Normandie (cf. Incarville, anciennement Wiscarville en 1190, ou encore Elbeuf, anciennement Wellebuoth 1070 - 81, Guellebo 1021 - 25, etc.), montre que la forme septentrionale a prévalu. Le H initial est donc purement graphique.

L'origine du nom Huest est obscure et ne fait pas l'unanimité chez les spécialistes. Albert Dauzat et Charles Rostaing ont considéré ce toponyme comme une application du vieux bas francique *wösti « désert; terre aride, dévastée »[32] (cf. allemand Wüste, désert) dont on retrouve la racine *wôst- dans le verbe français « gâter », croisé avec le latin vastare. François de Beaurepaire ne retient pas cette hypothèse[33], sans toutefois proposer d'explication. Ernest Nègre penche pour un nom de personne germanique pris absolument Westar-[34], bien qu'il n'y ait aucune trace de finale -ar / -er dans les formes anciennes.

La prononciation « ué » [ye] résulte de l'évolution phonétique régulière, le groupe -st n'étant plus prononcé depuis la renaissance. L’orthographe officielle restitue une graphie archaïque qui est cependant étymologique (cf. être : il est). La lecture littérale « uest » en accentuant la finale est fautive.

Par ailleurs, quelques noms de lieux-dits ont aujourd'hui disparu de nos cartes :

  • Rabel : nom d'un bois du village cité[35] dans le cartulaire de Saint-Sauveur, en 1215. Ce nom, devant être celui d'un ensemble, d'un fief ou d'un hameau, provient de celui d'une famille, puisqu'un dénommé Robert Rabel, vassal de Gilbert de Huest[36], fit un don de terres "...in cultura rabel..." à la léproserie Saint-Nicolas de Gravigny et en 1213, Nicolas Rabel leur fit un don "...nemus Rabelli juxta les Holetes"[37](Voir ci-dessous).
  • Holetes (Les) : nom d'un hameau du village cité[38] dans le cartulaire de Saint-Nicolas d'Evreux, en 1215.
  • Croix-Freslon (La) : nom d'un ancien chemin[39], qui laisse à penser qu'un autre calvaire que celui de l'ancienne église se trouvait sur la commune en 1877.
  • Grès (Les) : nom d'une friche obtenue par la commune au lendemain de la Révolution, située autour du village[40].
  • Miens (Les) : nom d'une friche obtenue par la commune au lendemain de la Révolution, située autour du village[40].
  • Bec salé (Le) : nom d'une ancienne carrière de craie[Note 2] à ciel ouvert comblée, située en lisière sud-ouest du bois de la Saussaie.
  • Carrière Blanche (La) : nom d'une ancienne carrière de craie[Note 2] à ciel ouvert, au nord-est du village, en lisière ouest du bois des Vignes, visible depuis le chemin « de Huest à Gravigny ».

D'autre part, quelques noms de rues rappellent certains lieux aujourd'hui disparus :

  • Lombaye (rue de la mare) : Indiquant l'existence d'une mare sur le plateau sud du village. Ce nom est également celui d'une friche obtenue par la commune au lendemain de la Révolution, située autour du village[41]. L'ancien cadastre la note sous la forme long baye.
  • Mare Mattiote (rue de la) : Indiquant l'existence d'une mare.
  • Gastine ou Gâtine (rue de la) : Nommée tardivement, elle ne mène pas à l'ancienne ferme et hameau éponymes disparus lors de l'implantation de la base aérienne[Note 8].

Enfin, d'autres noms de rues se rapportent à des lieux-dits existants :

  • Couture Gaulard (rue de la) : partie de la plaine située à l'est du bourg, traversée par l'ancienne voie celtique puis romaine, aujourd'hui largement amputée par les infrastructures militaires.
  • Bergeron (Chemin du) : partie de la plaine située au sud-est du bourg, aujourd'hui largement amputée par les infrastructures militaires.
  • Sablonnière (Chemin de la) : partie de la plaine située au sud du bourg, son nom se rapporte à la nature de son sol, prouvée géologiquement[13]. Ce nom est également celui d'une friche obtenue par la commune au lendemain de la Révolution, située autour du village[41].
  • Ermitage (Rue de l') : nom donné à une propriété forestière de la fin du XIXe siècle, et, par extension, nom du lieu-dit formé par son parc. La rue part du centre du village pour mener jusqu'à cette entité, située en limite de commune. Un ermitage, lieu de vie de l'ermite, est le nom commun donné à une propriété rurale retirée.

Et d'autres lieux-dits existants n'ont pas de rues associées :

  • Saussaie ou Saussaye (Bois de la)
  • Vignes (Bois des) : nom donné à la plus grande partie boisée de la commune, occupant toute la partie nord-ouest. À sa lisière sud, dans le creux du versant nord de la Petite Vallée poussaient quelques acres de vigne (réservée aux moines du prieuré Sainte-Cécile puis aux offices de la cathédrale d’Évreux selon la légende). Au début du XXIe siècle, la végétation est toujours, à cet endroit[Note 9], très différente de tout ce qui est visible en matière de biotope sur la commune.
  • Quatre vents (Les) : Nom d'un manoir du XIXe se trouvant au cœur du village, dont une partie des terres ont été cédées pour construire le "Village des champs"[Note 10], et, par extension, nom de l'ancien lieu-dit, référencé comme tel sur la carte IGN.
  • Résilière (Mare de la) : dite également "Mare aux vipères", en vue d'en éloigner les enfants[Note 2].
  • Nuisement (Le) (Nusiment en 1060 - 1066) : nom d'un ancien hameau de la commune. Auguste Longnon voit dans cette appellation une allusion au bruit des ailes des moulins. Cependant, le terme d'ancien français nuisement, noisement a eu le sens de « querelle », d'où de possibles applications en toponymie au sens de « propriétés litigieuses »[42]. Ernest Nègre reprend cette explication en la développant « terre ayant subi un préjudice, un pillage »[34]. Jouxtant le village de Fauville, il est acquis en 1809 par Charles Gazan qui y fait construire un petit château de style anglais, en 1820, auquel son fils fit ajouter deux ailes en 1861[43]. Le nom du Nuisement correspond aujourd'hui à cette propriété. On note une homonymie avec le Nuisement, ancienne commune de l'Eure et rattachée en 1841 à Manthelon.
  • Petite vallée (La) : nom se rapportant à la petite taille et l'encaissement peu important de ce relief.
  • Grand Parc (Le) : nom donné à un lieu-dit correspondant à une partie boisée du domaine du Nuisement ayant servi de réserve de gibier.
  • Grand-vente (La)

Histoire[modifier | modifier le code]

L'Antiquité[modifier | modifier le code]

La présence humaine a pris place très tôt sur le territoire de la commune, comme en témoignent ces découvertes[44], notamment les trois suivantes :

  • Une hache néolithique en pierre découverte en 1964 par un agriculteur huestois, dans la partie nord du village (collection privée) ;
  • Un gros anneau creux en bronze[45] blanchâtre de 14 centimètres de diamètre et de 2 millimètres d'épaisseur, découvert en 1870 ;
  • Une hache à douille et anneau en bronze[46], découverte en 1879[47].

Ces deux dernières découvertes sont attribuées à l'âge du bronze et visibles au musée d'Évreux.

La proximité immédiate de l'important site de Gisacum sur la commune du Vieil-Évreux, capitale du peuple gaulois des Aulerques Eburovices, laisse supposer que la présence gallo-romaine fut conséquente sur tout le secteur. Mais l'implantation des infrastructures militaires interdit pour l'instant toutes recherches dans ce sens[pas clair].

Seul un four à chaux d'époque romaine a été découvert au hameau du Nuisement[48], en bordure ouest du bois de la Saussaie sur le versant est de la vallée.

Le village est traversé sur sa partie est par une ancienne voie celtique (entre le Ve et le IIe siècle av. J.-C.) d'axe nord-sud qui allait de la rive gauche de Rouen au Vieil-Évreux en passant par Elbeuf[49]. Ce tracé, aujourd'hui peu visible, sera repris par la voie romaine de Rouen à Bordeaux via Orléans, passant la Seine à Pont-de-l'Arche, pour qui voulait éviter Évreux. Ce chemin est encore cadastré sous la référence « Chemin rural numéro 10 dit ancien chemin de Chartres à Rouen »[Note 11].

Le Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Les premières mentions du village apparaissent en 1030 lorsque le Seigneur Gosselin, Vicomte d'Arques fait don à l'Abbaye de la Sainte-Trinité du Mont, dont il est le fondateur, de « l'Eglise et de deux manoirs sis à Wuest[Note 12] », cette donation sera confirmée par le Duc de Normandie, Robert le Magnifique, ainsi que par le Pape, Adrien IV[50].

Quelques années plus tard, en 1035, le cartulaire de l'Ordre de Thiron indique la présence sur la commune du Prieuré de Sainte-Cécile[51] et de sa Chapelle, dépendant de l'Abbaye de la Sainte-Trinité de Tiron. Confirmation est faite de cette appartenance le 30 mai 1147 dans une Bulle pontificale du pape Eugène III[31] qui cite dans les avoirs de l'Ordre de Thiron « dans le pays d'Evreux, la Chapelle Sainte-Cécile de Guest[Note 13] »[37].

Extrait de la carte de Cassini - Huest et environs

Contrairement aux noms des rues[Note 14] situées à proximité de cet ancien Prieuré, il n'y a jamais eu d'Abbaye à Huest, mais un "domaine de l'Abbaye" (de Thiron), dont la dénomination a, au fil des temps, été abrégée en "Abbaye".

Le 23 novembre 1489, Jean de Bretignolles, prieur de la chapelle Sainte-Cécile, prête serment à l'abbé de Tiron ; cet acte est inscrit dans le Livre Blanc, extrait du Cartulaire de Tiron[52].

Cette chapelle (ou le prieuré dont elle dépendait) est indiquée sur la « carte de Cassini », au XVIIIe siècle, mais le Marquis de Blosseville la cite comme « ancienne Chapelle » en 1877[53], ce qui place son abandon dans cette période de temps. De mémoire de Huestois, quelques ruines subsistaient encore[Note 15] dans la première moitié du XXe siècle, mais furent détruites en 1968 pour raisons de sécurité.

Vers 1170, les droits de présentation de l'église de Huest[54], par l'intermédiaire de Geoffroy, son prêtre, et de Gilles, l’Évêque d'Évreux, deviennent propriété[55] du Prieuré Saint-Nicolas de Gravigny, qui tient lieu de léproserie de la région[56]. Le cartulaire de cette léproserie cite la commune sous la forme latinisée Guestum[Note 16] en 1215[31]. Cette donation est confirmée par Amauri, comte d'Évreux[37].

À cette époque, les terres de Huest appartenaient déjà à la famille éponyme dont le premier membre connu, Étienne, fut qualifié de Seigneur d'Huest en 1137. Exceptés les « hameau et ferme » de la Gastine[Note 17], détachés en 1215 pour être donnés[57] au Prieuré de Saint-Nicolas de Gravigny[58] par Gilbert de Huest[37], la Seigneurie d'Huest restera dans la famille jusqu'à la fin du XIVe siècle, même si le fief du Nuisement, division due à un partage familial, (latinisé en Noci-mentum en 1079[54], Nezement en 1225 et Nuyzement en 1469)[59] devint par la suite un hameau du village, puis le nom d'un château du XIXe[Note 18].

Cette répartition verra les deux fils de Gilbert devenir respectivement, en 1225, seigneurs des deux fiefs ainsi formés, savoir : « Willelmus, dominus de West, miles, Stephanus, dominus de Nesement »[37].

Au milieu de la guerre de Cent Ans, le fief de Huest[Note 19] change de famille seigneuriale, dans des conditions peu connues, pour passer de la famille "de Huest" à celle "de Poissy", représentée en 1401 par Pierre IIIe de Poissy[60]. Ce dernier fut tué au cours de la bataille d'Azincourt[61]. Son fils, Jacques Ier de Poissy fut nommé Grand panetier de Normandie en 1419[62].

À la fin du XVe siècle, le seigneur de Huest était Thibault de Poissy, également seigneur de Houville[63]. Sa seule héritière, Marie de Poissy, prit pour époux Jacques d'Amfreville, faisant ainsi changer à nouveau de famille le titre de "Seigneur de Huest"[64].

Deux générations plus tard, par le biais de mariages, les terres de Huest deviennent propriété de la famille "de Nonant". C'est à cette époque que fut construit le magnifique pigeonnier dans la ferme principale du village, synonyme de noblesse du lieu. En 1624, Louis le comte de Nonant, seigneur de Huest[65] et autres fiefs, était déjà Chevalier[66].

L’Époque moderne[modifier | modifier le code]

Ce n'est qu'à la fin du XVIIe siècle que se terminent ces successions de transmissions familiales, lorsque le fief est vendu en 1687 au prêtre d'Ecouis, l'abbé Druel, qui le céda quelques années plus tard à un conseiller du Présidial d'Évreux, maître Charles Adrien Duval[60]; le fief resta acquis à sa descendance jusqu'à la Révolution.

C'est à cette époque que les droits et privilèges, tant des seigneurs que des habitants, furent mis en litige. On citera pour exemples le droit de ban des seigneurs de Huest sur le moulin de Gravigny ou celui des Huestois à prélever de quoi se chauffer dans les bois de la commune et d'y laisser paître leurs animaux[67].

En prévision des États généraux de mai 1789, les familles de Huest rédigèrent quelques doléances, notamment un nouveau calcul de la taille, la suppression de la corvée, des banalités et du droit d'octroi sur la ville d'Évreux ainsi que la destruction des pigeonniers, très nuisibles à leurs cultures[67].

Quelques années plus tard, en 1793, la commune de Huest fut officiellement créée[68]. Elle put alors donner un cadre légal aux différents droits d'usage en vigueur et reçut en propriété les friches communales qui avaient été cédées aux habitants par les différents Seigneurs. Elles furent estimées, en 1840, à une surface d'environ 30 hectares[69]. Ces friches, au nombre de quatre, auront un rôle déterminant dans le développement du village.

Au début du XIXe siècle, la situation géographique centrale de la commune, par rapport à ses trois voisines, Fauville, Gauciel et Sassey, lui permit d'obtenir un desservant à son église, devenant ainsi le lieu de culte des quatre villages. Un presbytère fut édifié, en 1819, à l'emplacement de l'actuel groupe scolaire du Haut-bois, grâce à un regroupement financier de villageois; il fut, en 1827, revendu à la commune[43].

Calvaire symbolisant l'emplacement de l'ancienne église

Dès 1840, l'église [Note 20] se délabrait dangereusement et les derniers travaux effectués ne purent que reculer de quelques années sa destruction. C'est durant cette période, et plus précisément en 1852 et 1853, que Pierre-François Lebeurier, ancien chartiste et archiviste en titre du département, fut curé de la paroisse[70].

C'est en 1860, grâce au fruit de la vente de la dernière friche communale, des matériaux de l'ancienne église et la participation financière des trois communes liées, de l'Évêché, du département et de l'état, que la construction de la nouvelle église Saint-Pierre[Note 21] fut entamée[71].

Ce fut un peu plus compliqué pour l'enseignement. Depuis 1825, un instituteur dispensait une instruction payante (cf Histoire de l'éducation en France) pour les enfants des communes de Fauville, Gauciel, Huest et Sassey, mais la loi Guizot de 1833 ne permit pas à ces quatre communes de s'entendre pour la mise en place d'une école commune. Ce ne fut qu'en 1853 que le maire de l'époque, Victor Doucerain, fit édifier, à ses frais, un bâtiment pouvant servir d'école et de mairie [Note 22]. Il céda le tout deux ans plus tard à la municipalité, qui finança cette acquisition en revendant trois des quatre friches citées ci-dessus[72].

Les trois communes de Fauville, Gauciel et Sassey, moyennant une participation annuelle à l'entretien des locaux, furent alors également rattachées à Huest pour l'enseignement.

La guerre de 1870 imposa à Huest, comme à toutes les communes du département, de très pesantes réquisitions, ainsi qu'une contribution de guerre[Note 23] dont le maire en fonction ne s’acquitta que d'un quinzième mais épargna ainsi le village du pillage[73].

Quelques querelles[Note 24] vinrent encore écorner l'entente entre les quatre villages voisins dans les années qui suivirent, notamment un désaccord sur l'aménagement et l'entretien du cimetière[Note 25] commun qui se trouve sur la commune et la reconstruction de la mairie-école[Note 26] à la suite d'un incendie en 1880, mais le siècle se termina sans histoires, excepté l’exode rural, tout relatif, grâce à la proximité d'Évreux.

Le seul fait d'importance, en 1882, fut la vente en adjudication, par l'Hospice d'Évreux, de la ferme de la Gâtine[Note 27], à la suite de la baisse des revenus de la terre et de l'apparition de la mécanisation[74].

De 1900 à nos jours[modifier | modifier le code]

Le XXe siècle débute sur une illustration de la loi de séparation des Églises et de l'État, lorsqu'en 1904, le presbytère est détruit par les flammes. Reconstruit par la commune[Note 28] fin 1906, la préfecture, par deux fois, demande que son loyer soit remonté, mais pour garder son desservant, la commune réussit à le conserver à un niveau très bas[75].

Le Monument aux Morts

Dès le début de la Première Guerre mondiale, la « Société charitable de Huest », créée en 1909, apporte aux familles l'aide matérielle et psychologique dont elles ont besoin lors de la perte d'un proche[76]. Les dons et les actions, y compris de la municipalité, sont très nombreux envers cette association, d'autant que la commune verse un très lourd tribut pendant ces quatre années : 18 huestois perdirent la vie[77].

La seule famille Gazan y perd quatre des siens, dont Paul Henri Marie, colonel d'infanterie promu général à titre posthume, et chevalier de la Légion d'honneur[77].

Le 18 juillet 1920, à proximité de l'église, est inauguré un monument à la mémoire des disparus des trois communes de Fauville, Huest et Sassey[Note 29]. C'est à partir de cette année, et jusqu'en 1940, que l'abbé Audrain, curé de Huest, publie mensuellement L'Écho paroissial de Huest, Gauciel, Fauville et Sassey, ayant pour but d'informer la population des villages sur les évènements communaux[76].

Ce n'est qu'en 1929 qu'est crée le syndicat intercommunal entre Huest et Fauville visant à électrifier les deux villages. Les premiers branchements sont réalisés en 1931[78].

Cette année 1929 est également celle de la création de l'Aéroclub de l'Eure[79] qui aura un grand impact sur la commune. Avant son transfert sur Fauville, en 1949, il lui est accolé une école nationale de pilotage, qui, après s'être étendue au nord de la route nationale 13, entre autres sur le territoire de la commune, a été réquisitionnée par l'armée de l'Air pour y former ses pilotes. Pendant près d'un an, entre 1939 et 1940, l'école de Huest sera réquisitionnée pour abriter ces formations[78]. En mai 1940, l'école de pilotage laisse les pistes aux unités combattantes.

Le 12 juin 1940, la commune de Huest est occupée par l'armée allemande.

La Luftwaffe reprend alors les installations aéronautiques et étend leur superficie sur environ 1 500 hectares. La commune est très impliquée à cette époque dans ces travaux, tant pour la main-d'œuvre et l'intendance, qu'humainement et structurellement. La ferme de La Gâtine, située sur le site, est alors détruite[78]. C'est également à cette époque que l'on coupe l'ancienne route de Fauville à Gauciel, obligeant ainsi la circulation à traverser Huest[Note 30].

Le 10 juin 1944, après un combat aérien entre la Luftwaffe et l'armée alliée, un avion allemand s'écrase sur la commune[80]. Les bombardements alliés, dès 1941, touchent le village, quatre de ses habitants y trouvent la mort, mais obligent les Allemands à se dissimuler dans les bois : les avions sur Fauville, le quartier général dans le château du Nuisement, et un poste de commandement à l'Ermitage[Note 31].

C'est dans ce lieu qu'est fusillé, le 21 août 1944, un jeune Ébroïcien qui faisait partie des Forces françaises de l'intérieur. Le 22, les Allemands s'effuyaient et les Américains entraient dans Huest[78].

En 1950, les installations aériennes recevaient un centre d'entraînement militaire français, mais dès 1952, elle devint une des neuf bases stratègiques de l'OTAN en Europe, pour l'USAFE, jusqu'en 1967[5]. Les quelque 9 000 militaires[Note 32] américains présents sur la base en 1962 auront une grande importance sur l'évolution sociale (et démographique) du village.

La commune passait alors d'un village rural à un village résidentiel. Pour exemples, des quinze exploitations agricoles recensées en 1955, deux seulement avaient survécu en 2003, en 1955 toujours, Huest adhère au syndicat d'eau potable intercommunal d'Évreux nord-est et l'induction d'eau est effective dès 1956[81]. En 1963, le lavoir de la mare des peupliers, obsolète, fut vendu, et l’abbé de la commune, J.-M. Audrain, décédé l'année précédente, ne fut pas remplacé, obligeant l'Église à créer une paroisse sur plusieurs villages.

Depuis cette date, quelques ensembles pavillonnaires se sont développés, toujours maîtrisés quantitativement et géographiquement par le conseil municipal, donnant à gérer tant en investissement qu'en entretien, un équipement toujours plus important, afin de conserver un cadre de vie attractif et confortable aux administrés.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
D’azur à la croix latine alésée cousue de gueules, cantonnée au premier et au quatrième de deux fleurs de lis d’or, au deuxième et au troisième de deux épis de blé posés en barre du même.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Environnement administratif[modifier | modifier le code]

Dépendant en 1793 du district d'Évreux, puis, à partir de 1801, de l'arrondissement d'Évreux, Huest a d'abord fait partie du canton d'Evreux, puis d'Evreux-sud avant d'appartenir, à sa création en 1982, à celui d'Évreux-est[68]. De code 27 37, ce canton, regroupant 12 communes, est représenté au conseil général du département par Anne Mansouret (PS) qui en est la vice-présidente et qui siège également au conseil régional.

Depuis les élections de 2001, le conseil général de l'Eure est présidé par Jean-Louis Destans (PS), à l'image du conseil régional de Haute-Normandie, présidé par Alain Le Vern (PS) depuis 1998, qui compte parmi ses membres Bruno Le Maire (UMP), ministre de l'Agriculture de juin 2009 à mai 2012, et qui a vu se succéder à sa présidence quelques personnalités politiques françaises comme Jean Lecanuet, André Bettencourt ou encore Laurent Fabius.

Le conseil régional édite un journal d'information, Ma région (ISSN 1294-8578).

Huest fait partie de la Première circonscription de l'Eure, représentée à l'assemblée nationale par son député, Guy Lefrand[82](UMP), depuis le 13 janvier 2009, en qualité de suppléant de Bruno Le Maire, élu député en juin 2007 mais nommé ministre de l'Agriculture en juin 2009 et ne pouvant cumuler les deux fonctions. De juin 1988 à juin 2007, le député de cette circonscription fut, sans interruption, Jean-Louis Debré (UMP), président de cette assemblée de juin 2002 à mars 2007, date à laquelle il devient président du conseil constitutionnel.

Le département de l'Eure compte trois sénateurs, Joël Bourdin (UMP), Hervé Maurey (NC) et Ladislas Poniatowski (UMP), renouvelables en 2014.

Depuis le 28 septembre 2011, le préfet de l'Eure en fonction est Dominique Sorain.

En 1878, état est fait de la situation économique de la commune[83], faisant apparaître un classement dans les premières du canton d'Evreux-sud pour les rapports "revenus annuels/population" ou "revenus annuels/surface".

Huest fait partie, depuis sa création en 2000, de la communauté de commune du Grand Evreux Agglomération[84].

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Avec un nombre d'habitants en 2008 compris entre 500 et 1 500, la commune se doit, conformément au code général des collectivités territoriales, d'élire une liste de 15 conseillers municipaux[85], qui, à leur tour, vont élire le maire lors de la première réunion du conseil municipal ; voici leurs noms de 1792 à 1945, puis de 1945 à nos jours :

Liste des maires successifs depuis 1945
Période Identité Étiquette Qualité
1945 1947 Pierre Lemarié    
1947 1953 Baptiste Bidard    
1953 1971 Pierre Lemarié    
1971 2008 Pierre Moisy    
2008 en cours Michel Molina DVG Retraité

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

À l'image du département, la tendance politique de la commune a doucement évolué au fil des ans, passant du radicalisme à une droite modérée, puis une division entre le socialisme et le gaullisme. Bien qu'aucune appartenance à un quelconque parti politique ne soit mis en avant lors des élections municipales au sein de la liste unique, une sensibilité de droite se dégage lors des scrutins municipaux et nationaux[86].

Le taux d'abstention de la commune est systématiquement moins élevé que celui du département ou du pays lors des élections présidentielles :

Comparatif du taux d'abstention communal, départemental et national aux élections présidentielles
1995

1er tour

1995

2e tour

2002

1er tour

2002

2e tour

2007

1er tour

2007

2e tour

2012

1er tour

2012

2e tour

Huest 17,44 % 15,89 % 21,38 % 14,05 % 10,20 % 10,96 % 16,20 % 15,85 %
Eure 19,07 % 18,99 % 25,76 % 19,26 % 15,57 % 14,93 % 18,49 % 18,56 %
France 21,62 % 20,34 % 28,40 % 20,29 % 16,23 % 16,03 % 20,52 % 19,65 %
Sources : Politiquemania[87]

Les chiffres issus des urnes de la commune, lors des élections présidentielles en 1995 et 2002, font apparaître des résultats orientés légèrement plus à droite, tout en adhérant moins à l'élan d'extrême droite, que la moyenne nationale; le deuxième tour de 1995 voit Jacques Chirac (RPR) obtenir, face à Lionel Jospin (PS), 57,34 % des suffrages[88] alors qu'il est élu avec 52,64 % au niveau national. Il en est de même en 2002 où le président sortant, Jacques Chirac, est réélu avec 84,18 % des suffrages[89] au deuxième tour, face à Jean-Marie Le Pen (FN), alors que son score national est de 82,21 %.

Cette tendance semble s'amplifier, d'après les résultats de l'élection présidentielle de 2007, où Nicolas Sarkozy (UMP) obtient 53,06 % des suffrages au niveau national, et 60,67 % des suffrages[90] dans la commune, au second tour, face à Ségolène Royal (PS).

Les résultats des élections législatives de 1997 et 2002 confirment cette tendance avec, dans la commune, un pourcentage variant au deuxième tour, entre 52,08 % et 57,99 % en faveur de Jean-Louis Debré (RPR puis UMP), puis, en 2007, Bruno Le Maire (UMP) l'emporte au deuxième tour, face à Anne Mansouret (PS), avec 57,81 % des suffrages[91]. Il est réélu à ce poste en 2012 avec 57,97 % des voix, toujours dans la première circonscription, où il est opposé à Michel Champredon, maire d'Evreux en fonction[92].

Les élections locales présentent des résultats différents, plutôt orientés à gauche, même si les scores en faveur de la droite traditionnelle sont supérieurs à ceux du département, et ceux de l’extrême droite nettement inférieurs.

Les élections régionales de 2004[93] apportent un résultat, au deuxième tour, en faveur du candidat de l'Union de la gauche et des Écologistes, Alain Le Vern, avec 43,66 % dans la commune, face à Antoine Rufenacht pour l'UDF et l'UMP avec 40,71 %. Ces deux candidats obtiennent respectivement 46,65 % et 35,50 % à l'échelle du département. Il en est de même en 2010[94], ou le candidat de l'Union de la gauche et des écologistes, Alain Le Vern, arrive en tête des votes de la commune au deuxième tour avec 48,28 %, devançant Bruno Le Maire, représentant l'union de la droite, avec 40,13 %. Le candidat du Front national, Nicolas Bay, obtient quant à lui 11,60 %. Au niveau départemental, Alain Le Vern arrive en tête avec 49,11 % des suffrages, suivi par Bruno Le Maire, 34,49 %, et Nicolas Bay avec 16,40 %.

Budget et fiscalité[modifier | modifier le code]

Justice[modifier | modifier le code]

En matière de justice, la commune dépend d'Évreux, préfecture de l'Eure, où siège un tribunal d'instance ainsi qu'un tribunal de grande instance pour les affaires civiles, tous deux dans les locaux du tribunal. C'est à cette même adresse que se trouve le tribunal pour enfants.

Pour la juridiction du second degré de droit commun, elle dépend de la cour d'appel de Rouen.

Le tribunal de commerce ainsi que le conseil des prud'hommes référents se trouvent également à Évreux.

Les dernières juridictions compétentes sont le tribunal administratif de Rouen ainsi que la cour administrative d'appel de Douai [95].

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Cadastre[modifier | modifier le code]

La commune est divisée en huit sections cadastrales[96].

Les habitations sont concentrées sur les sections AB et AC.

Il est à noter que la section sur laquelle est implantée la base aérienne 105, bien que faisant partie de commune, n'est pas référencée, interdisant ainsi toute action de la mairie sur cette partie du territoire.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Le dernier recensement, en 2009, a dénombré 670 habitants, le chiffre le plus important depuis la création de la commune, soit une densité de 102 Huestois par km2. En 2008, avec 666 habitants, cette densité de 101 habitants par km2 est légèrement supérieure à celle du canton et du département, mais identique à celle de la France[97].

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du milieu des années 2000, les populations légales des communes sont publiées annuellement. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[98]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[99],[Note 33].

En 2014, la commune comptait 749 habitants, en augmentation de 11,79 % par rapport à 2009 (Eure : 2,59 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
190 173 210 201 200 218 223 226 207
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
202 195 197 209 196 200 180 166 177
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
170 157 162 146 153 163 166 152 164
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2014
185 231 547 651 581 606 653 675 749
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[100] puis Insee à partir de 2006 [101].)
Histogramme de l'évolution démographique

L'intégralité des données et statistiques liées à la démographie pour la commune sont disponibles sur la fiche[27] éditée par l'Insee.

Le taux d'évolution annuel de la population de la commune était compris entre 0 et + 2,9 % entre 1999 et 2008[102], avec une moyenne de + 1,1 % par an, incluant un taux de natalité de 1,21 % et de mortalité de 0,49 %.

Les archives du département ont mis en ligne les registres manuscrits des recensements nominatifs de 1891 à 1968. La commune, lacunaire en la matière, ne bénéficie que des années 1891, 1896 et 1901[103].

Pyramide des âges et structure de la population[modifier | modifier le code]

L'âge moyen de la population communale, appuyé par un indice de jeunesse les plus bas de l'Eure[104], est légèrement supérieur à celui du département, confirmant le statut résidentiel du village :

Comparatif des populations communales et départementales :
Pyramide des âges de Huest en 2007 en pourcentage[27]
Hommes Classe d’âge Femmes
90  ans ou +
0,6 
5,4 
75 à 89 ans
9,7 
18 
60 à 74 ans
15,8 
19,5 
45 à 59 ans
24,6 
21,9 
30 à 44 ans
19,1 
15,3 
15 à 29 ans
11,7 
20,1 
0 à 14 ans
18,5 
Pyramide des âges du département de l'Eure en 2007 en pourcentage[105]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,3 
90  ans ou +
1,0 
5,2 
75 à 89 ans
8,1 
12,1 
60 à 74 ans
12,8 
21,5 
45 à 59 ans
20,7 
21,5 
30 à 44 ans
20,9 
18,4 
15 à 29 ans
17,1 
21,1 
0 à 14 ans
19,5 

La répartition homme (330) / femme (336) de la population huestoise est pratiquement équilibrée, avec néanmoins une concentration masculine plus importante jusqu'à 65 ans (84,7 %) que celle des femmes dans cette même tranche d'âge (78 %). La population d'âge supérieur représente à l'inverse 22 % de la population totale féminine, pour seulement 15,3 % de celle des hommes[27].

Enseignement[modifier | modifier le code]

Une note sur la commune, datant de 1840, confirme la présence, dans les locaux de la mairie, d'une école communale de 45 élèves[69]. Mais l'une des principales conséquences de l'évolution démographique de la fin du XXe siècle fut l'obligation de répondre à la demande d'enseignement des enfants.

En 1968, le chiffre d'enfants scolarisés, dans une unique classe sur ce même site, était sensiblement le même, mais les nouvelles normes imposèrent la création d'une seconde classe. Elle fut érigée provisoirement dans la cour de l'ancien presbytère. Lui succédèrent l'ouverture d'une troisième classe en 1972, puis d'une section de maternelle en 1975[106]. Une cantine est équipée en 1983 pour répondre aux attentes des habitants.

Le 9 septembre 1990, la municipalité inaugure le nouveau groupe scolaire "du Haut Bois" afin de rassembler toutes les classes du village dans un environnement de qualité. Il assure la scolarité des enfants, de l'école maternelle à la fin de l'école élémentaire, et comprend cinq classes, une cantine scolaire, qui sert une centaine de repas par jour, une bibliothèque et un service de garderie fonctionnant le matin et le soir. Dans un souci d'action environnementale, et pour pallier une réfection nécessaire de la toiture du bâtiment, la mairie fait mettre en place en 2011 un revêtement en membrane solaire amorphe, en vue de revendre la production d'électricité ainsi créée.

L'école communale dépend de l'académie de Rouen et de l'inspection académique de l'Eure. Elle fait partie de la zone B pour les vacances scolaires, mais n'a pas encore mis en place de jumelage avec une commune étrangère.

Cultes[modifier | modifier le code]

En ce qui concerne le culte catholique, la commune, située dans la province ecclésiastique de Rouen, rattachée au diocèse d'Évreux, fait partie de la paroisse Saint-Jean-Baptiste-du-Val-Iton, sous l'appellation de Communauté de Saint-Pierre de Huest[107].

Mais il n'en a pas toujours été ainsi ; la commune faisait en 1877 partie de l'archidiaconé et de l'archiprêtré d'Évreux, étant l'une des 13 paroisses du canton d'Évreux-est, dépendant de la cure de Notre-Dame d'Évreux[108].

Plus avant, en 1654, la carte du diocèse de l'évêché d'Évreux[109] montre que Huest faisait partie de la Doyenné de La Croix-Saint-Leufroy, où se tenait une très importante abbaye.

L'Évêque actuel du diocèse est Mgr Christian Nourrichard. De 1982 à 1995, cette fonction est occupée par le très controversé Jacques Gaillot.

L'église Saint-Pierre de Huest est commune aux trois villages de Sassey, Fauville et Huest, un office y est célébré le premier dimanche de chaque mois pour l'ensemble de la paroisse.

Le lieu de culte de l'église évangélique le plus proche se trouve à Évreux, rue Georges Bernard. Le pasteur en titre de ce « centre évangélique Mission de Réveil » est Jean-Pierre Perrin[110]. L'église protestante réformée d'Évreux et de l'Eure, dont le pasteur est Éric George, a son temple dans la rue du chantier à Évreux[111].

Quatre mosquées sont recensées à proximité de Huest pour la pratique du culte musulman, elles sont toutes localisées à Évreux. Un projet de mosquée plus importante a vu le jour à l’hôtel d'agglomération du GEA en 2010[112]. La synagogue la plus proche du village se trouve également à Évreux, boulevard de Chambaudoin.

Associations[modifier | modifier le code]

Trois associations sont officiellement recensées sur la commune, « l'âge d'or », le comité des fêtes, et le club sportif ; ce dernier propose trois sections : tennis, football et badminton.

Économie[modifier | modifier le code]

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Église Saint-Pierre, XIXe[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Pierre.

Église actuelle[71] de la communauté Saint-Pierre de Huest construite ente les années 1860 et 1862, d'après plans et devis réalisés par l'architecte Ebroïcien Bourguignon, elle fut érigée à quelques mètres de l'ancienne église (emplacement aujourd'hui symbolisé par un calvaire sur lequel on peut lire « Bénit le 28 août 1868 ») grâce à la volonté des quatre communes, Fauville, Sassey, Gauciel et Huest, dont elle était l'église commune.

Consacrée en 1863 (Le lundi de Pentecôte), cette église de style néo-roman se présente sous la forme d'un plan basique rectangulaire élevé par une structure de briques rouges et moellons encadrant des panneaux enduits, un haut clocher couvert en ardoise est érigé au-dessus du porche.

La piéta, dans la nef de l'église.

L'intérieur comprend une triple nef dont la centrale est éclairée par une deuxième série de fenêtres ouverte au-dessus des toitures à faible pente des deux latérales. Afin de donner à l'ensemble une ressemblance aux églises primitives, l'intérieur a vu ses décors peints dans les tons rouge et bleu.

L’église Saint-Pierre de Huest possède une statuaire importante, constituée, entre autres, d'une statue de sainte-Marthe, et une autre de sainte-Marguerite, du XVIe siècle[113] et d'une remarquable Piéta (XVIe)[114], issue de l'ancienne église.

Ces deux dernières ont été classées monument historique au titre d'objet en 1992.

Porche dit « de la Ferme de l'Abbaye Sainte-Cécile », XVIIIe[modifier | modifier le code]

Porche (XVIIIe) de la ferme du domaine seigneurial de Huest

La perspective de la RD 63, en venant d’Évreux, se termine sur cet imposant porche qui symbolise l'entrée de l'ancienne ferme dépendant, à l'origine, du Prieuré de Sainte-Cécile.

Il est attribué à Charles Adrien Duval, seigneur de Huest, voulant ainsi montrer la puissance de son pouvoir Seigneurial, après avoir acquis ce domaine, d'une valeur foncière importante, auprès de la famille "de Poissy"[115]. Il ouvrait sur la cour de ferme dans laquelle se trouve le pigeonnier du XVIIe référencé ci-après.

Anciennement situé sur la propriété de l'exploitation agricole, ce porche en a été détaché pour être entretenu et mis en valeur par la municipalité qui y a apposé une note explicative sur son pilier ouest. De par son emplacement, au cœur du village, donnant sur le carrefour principal, il est un point de repère pour beaucoup d'itinéraires, et devient petit à petit le symbole de la commune.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. - Environ la moitié de son emprise totale
  2. a, b, c et d - De mémoire de Huestois en 2011
  3. - Tracé visible sur la carte Géoportail (IGN) à l'échelle 1:64 000
  4. - Communauté de commune "Grand Évreux Agglomération"
  5. - Les dates et données proviennent des archives de la mairie de Huest, consultées en novembre 2011
  6. - Les décisions et dates proviennent des archives de la mairie, consultées le 8 novembre 2011
  7. - Testé sur le site degrouptest.com - 06/11/2011 02:34:45 - Test no 20211347
  8. - Voir chapitre "histoire"
  9. - Appelé « Les herbes sûres » par les autochtones
  10. - voir paragraphe "urbanisme" sous-titre "logement"
  11. - Voir cadasre section AD
  12. - Première forme ancienne connue du nom du village
  13. - Deuxième attestation ancienne connue du nom du village
  14. - Rue de l'Abbaye, Rue de la Moinerie
  15. - Parcelles cadastrées AB 89 & 90, AD 34
  16. - Troisième forme ancienne connue du nom du village
  17. - Voir implantation sur le lien carte de Cassini
  18. - Voir implantation sur carte Géoportail (IGN), a/c échelle: 1:32 000
  19. - Excepté les fiefs de la Gâtine, du Nuisement et le prieuré Sainte-Cécile
  20. - Située parallèlement à la rue, son emplacement est symbolisé par un calvaire
  21. - Voir paragraphe Lieux et monuments
  22. - Le bâtiment et la mairie sont toujours à cette adresse en ce début de XXIe siècle
  23. - D'un montant de 5 115 francs
  24. - Systématiquement d'ordre financier
  25. - Situé entre l'église et la mairie, cadastré section AC no 28
  26. - Considérée comme un modèle de l'architecture civile de la Troisième république
  27. - Sur plus de 80 ha
  28. - Les trois autres communes de la paroisse n'étant pas en mesure de participer à la reconstruction
  29. - Selon les inscriptions gravées sur le monument
  30. - Voir carte IGN sur le site == Géoportail
  31. - Voir chapitre toponymie
  32. - Chiffre maximum atteint sur base
  33. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Huest sur carte au 1:64 000 », sur le site Géoportail de l'IGN (consulté le 18 novembre 2011)
  2. [PDF] « Espaces agricoles du département de l'Eure », sur le site de la direction départementale des territoires de l'Eure, p. 2. Consulté le 12 novembre 2011.
  3. [PDF] « Les régions agricoles de l'Eure », sur le site de la direction départementale des territoires de l'Eure (consulté le 12 novembre 2011)
  4. P. Molkhou, Huest, des souvenirs à la mémoire, 2004, p. 1
  5. a et b A. Bergeret-Cassagne, Les bases aériennes en France: Impacts matériels et culturels, 1950 - 1967, Ed. l'Harmattan, , 276 p. (lire en ligne), p. 17
  6. « Recherche d'itinéraire, option « plus court » », sur Le site Via-Michelin, consulté le 16 novembre 2011
  7. « Huest : Données et calculs de localisation », sur le site Lion 1906 (consulté le 16 novembre 2011)
  8. [PDF] « Référentiel cours d'eau », sur le site de la préfecture de l'Eure. Consulté le 12 novembre 2011.
  9. « Extrait du J.O n°154 du 5 juillet 2007, p. 11456, texte n°16 », sur Légifrance.gouv.fr (consulté le 12 novembre 2011)
  10. [PDF] « Des mares sur les plateaux - Huest », sur Le site de l'office du tourisme du Grand Evreux. Consulté le 12 novembre 2011.
  11. « Carte des remontées de nappes », sur le site du BRGM (Bureau de recherches géologiques et minières (consulté le 12 novembre 2011)
  12. Société géologique de Normandie et des amis du muséum du Havre, Bulletin de la société géologique de Normandie, , 923 p. (lire en ligne), p. 412
  13. a et b A. Pieton et H. Lecointe, Manuel élémentaire d'agriculture et d'horticulture, à l'usage du département de l'Eure et des régions agricoles voisines, Ed. Dieu (Évreux), , 276 p. (lire en ligne), p. 233
  14. « Carte des cavités souterraines », sur le site du BRGM (Bureau de recherches géologiques et minières (consulté le 12 novembre 2011)
  15. [PDF] « Plan séisme - Carte du zonage sismique de France », sur le site du Ministère de l'écologie, du développement durable, des transports et du logement. Consulté le 12 novembre 2011
  16. « Données du poste climatique d'Évreux-Huest », sur le site de Météo-France (consulté le 12 novembre 2011)
  17. « Les tempêtes des 26 et 27 décembre 1999 en Europe », sur notre-planète.info (consulté le 12 novembre 2011)
  18. « Données des précipitations annuelles en France », sur le site de l'O.N.U pour l'alimentation et l'agriculture (consulté le 12 novembre 2011)
  19. « Climat d'Evreux », sur Internaute (consulté le 14 août 2011)
  20. « Normales mensuelles pour Evreux », sur le site de Météo-France (consulté le 14 août 2011)
  21. [PDF] « DICRiM - Commune de Huest », sur le portail du document d'information communal sur les risques majeurs. Consulté le 12 novembre 2011
  22. « Le GR 26, de Paris à Évreux », sur le site des Chemins de Grandes Randonnées (consulté le 13 novembre 2011)
  23. « Le service du « Taxi-bus » », sur le site du « transurbain » (consulté le 13 novembre 2011)
  24. « La gare d'Évreux », sur le site de la SNCF (consulté le 13 novembre 2011)
  25. Site de l'aéroport de Rouen - Vallée de Seine
  26. H. Barret et L. Rodighiero, Maisons construites dans l'esprit du passé, Ed. Ch. Massin, 78 p.
  27. a, b, c, d et e [PDF] « Huest - Évolution et structure de la population », sur Le site de l'Insee. Consulté le 17 novembre 2011. Erreur de référence : Balise <ref> non valide ; le nom « fiche_insee » est défini plusieurs fois avec des contenus différents
  28. « Huest - Fiche immobilier », sur le site de l'internaute (consulté le 17 novembre 2011)
  29. « Fiche de la commune de Huest », sur le site de l'observatoire national des services d'eau et d'assainissement (consulté le 13 novembre 2011)
  30. François de Beaurepaire (préf. Marcel Baudot), Les Noms des communes et anciennes paroisses de l'Eure, Paris, A. et J. Picard, , 221 p. (ISBN 2-7084-0067-3, OCLC 9675154), p. 130
  31. a, b et c Ernest Poret, Marquis de Blosseville, Dictionnaire topographique du département de l'Eure, , 327 p. (notice BnF no FRBNF34106131, lire en ligne), p. 162
  32. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieu en France, Paris, Librairie Guénégaud, (ISBN 2-85023-076-6)
  33. François de Beaurepaire, Les noms des communes et anciennes paroisses de la Manche, Ed. A. et J. Picard, , 253 p. (lire en ligne), p. 56
  34. a et b Ernest Nègre, Toponymie générale de la France. 2. Formations non-romanes, formations dialectales, Volume 2, Ed. Librairie Droz, , 1383 p. (lire en ligne), p. 847
  35. M. le Marquis de Blosseville, Dictionnaire topographique du département de l'Eure, 1877, p. 179
  36. A. Charpillon, Dictionnaire historique de toutes les communes du département de l'Eure (vol. 1), 1868, p. 184
  37. a, b, c, d et e Auguste Le Prevost, Mémoires et notes de pour servir à l'histoire du département de l'Eure. Tome 2,Partie 1, Ed. Impr. de A. Hérissey (Evreux), 1862-1869, 627 p. (lire en ligne), p. 274
  38. M. le Marquis de Blosseville, Dictionnaire topographique du département de l'Eure, 1877, p. 114
  39. M. le Marquis de Blosseville, Dictionnaire topographique du département de l'Eure, 1877, p. 68
  40. a et b P. Molkhou, Huest, des souvenirs à la mémoire, 2004, p. 11
  41. a et b Erreur de référence : Balise <ref> incorrecte ; aucun texte n’a été fourni pour les références nommées Molkhou_.7B.7Bp..7C11.7D.7D.
  42. François de Beaurepaire, Op. cité, p. 154.
  43. a et b P. Molkhou, Huest, des souvenirs à la mémoire, 2004, p. 12
  44. Société normande d'études préhistoriques et historiques, Bulletin de la société normande d'études préhistoriques, Ed. SNEP (Louviers), , 256 p. (lire en ligne), p. 162
  45. « Notice sur les anneaux en bronze », sur le site du groupe de recherche, d'identification et de restauration (consulté le 13 novembre 2011)
  46. Société normande d'études préhistoriques et historiques, Bulletin de la Société normande d'études préhistoriques, Ed. Société normande d'archéologie préhistorique et historique (Rouen), , 166 p. (lire en ligne), p. 113
  47. Bulletin de la Société normande d'études préhistoriques, Ed. Société normande d'études préhistoriques (Louviers), , 230 p. (lire en ligne), p. 152
  48. Auguste Leprevost, Notice historique et archéologique sur le Département de l'Eure, Ed. Ancelle fils, , 117 p. (lire en ligne), p. 42
  49. Marcel Baudot, Le problème des ruines du Vieil-Evreux (Eure), Revue Gallia, Tome 1, Facicule 2, , 191 à 206 p. (lire en ligne), p. 199 - 201
  50. Auguste Le Prevost, Mémoires pour servir à l'histoire du département de l'Eure. Tome 2,Partie 1, Ed. Impr. de A. Hérissey (Evreux), 1862-1869, 632 p. (lire en ligne), p. 205
  51. « Cartulaire des abbayes et prieurés rattachés à l'Ordre de Thiron », sur le site du canton de Thiron-Gardais (consulté le 14 novembre 2011)
  52. Cartulaire de l'abbaye de la Sainte-Trinité de Tiron. Tome 2 / publié et annoté par M. Lucien Merlet, Ed. Impr. de E. Garnier (Chartres), 1882-1883, 383 p. (lire en ligne), p. 235
  53. Ernest Poret, Marquis de Blosseville, Dictionnaire topographique du département de l'Eure, , 327 p. (notice BnF no FRBNF34106131, lire en ligne), p. 191
  54. a et b Auguste Le Prevost, Mémoires et notes pour servir à l'histoire du département de l'Eure. Tome 2, partie 1, Ed. Impr. de A. Hérissey (Evreux), 1862-1869, 645 p. (lire en ligne), p. 273
  55. Léopold Delisle, Études sur la condition de la classe agricole et l'état de l'agriculture en Normandie au moyen-âge, Ed. H. Champion (Paris), , 758 p. (lire en ligne), p. 329
  56. « La maladrerie Saint-Nicolas », sur le site de la ville de Gravigny (consulté le 14 novembre 2011)
  57. Auguste Le Prevost, Mémoires et notes pour servir à l'histoire du département de l'Eure (Tome 2), Ed. A. Herissey, , 632 p. (lire en ligne), p. 206
  58. Ernest Poret, Marquis de Blosseville, Dictionnaire topographique du département de l'Eure, , 327 p. (notice BnF no FRBNF34106131, lire en ligne), p. 96
  59. Ernest Poret, Marquis de Blosseville, Dictionnaire topographique du département de l'Eure, , 327 p. (notice BnF no FRBNF34106131, lire en ligne), p. 158
  60. a et b P. Molkhou, Huest, des souvenirs à la mémoire, 2004, p. 8
  61. Antoine Louis Pierre Godard, Marquis de Belbeuf, Histoire des grands panetiers de Normandie et du franc-fief de la grande paneterie , Ed. J.B Dumoulin, , 172 p. (lire en ligne), p. 61
  62. Antoine Louis Pierre Godard, Marquis de Belbeuf, Histoire des grands panetiers de Normandie et du franc-fief de la grande paneterie , Ed. J.B Dumoulin, , 172 p. (lire en ligne), p. 67
  63. Anatole Charpillon, Dictionnaire historique de toutes les communes du département de l'Eure (vol. 1), Ed. Delcroix, , 960 p. (lire en ligne), p. 414
  64. Anatole Charpillon, Dictionnaire historique de toutes les communes du département de l'Eure (vol. 1), Ed. Delcroix, , 960 p. (lire en ligne), p. 115
  65. Anatole Charpillon, Dictionnaire historique de toutes les communes du département de l'Eure (vol. 1), Ed. Delcroix, , 960 p. (lire en ligne), p. 959
  66. Anatole Charpillon, Dictionnaire historique de toutes les communes du département de l'Eure (vol. 1), Ed. Delcroix, , 960 p. (lire en ligne), p. 848
  67. a et b P. Molkhou, Huest, des souvenirs à la mémoire, 2004, p. 10
  68. a et b « Notice communale », sur le site de l'EHESS (consulté le 15 novembre 2011)
  69. a et b Louis-Léon Gadebled, Dictionnaire topographique statistique et historique du département de l'Eure, , 547 p. (lire en ligne), p. 272
  70. Bibliothèque de l'école des chartres, Chronique, volume 47, , 276 p. (lire en ligne), p. 333-335
  71. a et b - P. Molkhou, Huest, des souvenirs à la mémoire, 2004, p. 14-15
  72. P. Molkhou, Huest, des souvenirs à la mémoire, 2004, p. 13
  73. P. Molkhou, Huest, des souvenirs à la mémoire, 2004, p. 15
  74. P. Molkhou, Huest, des souvenirs à la mémoire, 2004, p. 18
  75. P. Molkhou, Huest, des souvenirs à la mémoire, 2004, p. 19
  76. a et b P. Molkhou, Huest, des souvenirs à la mémoire, 2004, p. 20
  77. a et b « Fiche du monument aux morts », sur FranceGenWeb (consulté le 15 novembre 2011)
  78. a, b, c et d P. Molkhou, Huest, des souvenirs à la mémoire, 2004, p. 21
  79. « Historique de l'aéroclub d'Evreux », sur le site de l'aéroclud d'Evreux - Les Authieux (consulté le 15 novembre 2011)
  80. « Le contexte du 10 juin 1944 », sur le site de l'association Forced landing (consulté le 15 novembre 2011)
  81. P. Molkhou, Huest, des souvenirs à la mémoire, 2004, p. 22
  82. « Fiche du député », sur le site de l'assemblée nationale (consulté le 11 novembre 2011)
  83. Direction de l'administration départementale et communale de France, La situation financière des communes en 1878, Imprimerie nationale(Paris), , 634 p. (ISSN 1958-6957, lire en ligne), p. 192
  84. « Création et extension du G.E.A. », sur le site du Grand Evreux Agglomération (consulté le 23 mars 2012)
  85. « Composition du conseil municipal », sur le site Légifrance (consulté le 18 novembre 2011)
  86. Emmanuel Saint-Bonnet, « Atlas électoral de l'Eure », sur le site atlaspol.com de la société Atlaspol Consultants et Solutions (consulté le 21 mars 2012)
  87. « Résultats des élections présidentielles », sur le site de Politiquemania (consulté le 21 mars 2012)
  88. « Résultats des élections présidentielles 1995, commune de Huest », sur le site de Politiquemania (consulté le 21 mars 2012)
  89. « Résultats des élections présidentielles 2002, commune de Huest », sur le site de Politiquemania (consulté le 21 mars 2012)
  90. « Résultats des élections présidentielles 2007, commune de Huest », sur le site de Politiquemania (consulté le 22 mars 2012)
  91. « Résultats détaillés des élections législatives », sur le site de Politiquemania (consulté le 22 mars 2012)
  92. « Résultats détaillés des élections législatives », sur le site de Politiquemania (consulté le 26 juin 2012)
  93. « Résultats détaillés des élections régionales de 2004 dans l'Eure », sur le site de Politiquemania (consulté le 24 mars 2012)
  94. « Résultats détaillés des élections régionales de 2010 à Huest », sur le site de Politiquemania (consulté le 24 mars 2012)
  95. « Liste des juridictions compétentes par communes », sur le site du ministère de la justice et des libertés (consulté le 7 février 2012)
  96. « Tableau d'assemblage, commune de Huest », sur le site du service de consultation du plan cadastral (consulté le 23 mars 2012)
  97. « Population et évolution démographique de l'Eure », sur le site de la direction départementale des territoires de l'Eure (consulté le 21 novembre 2011)
  98. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  99. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  100. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  101. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  102. - Les services de l'État dans l'Eure : Cartographie
  103. - Archives départementales de l'Eure - Recensements
  104. [PDF] « Carte départementale de l'indice de jeunesse », sur Le site de la direction départementale des territoires de l'Eure. Consulté le 22 novembre 2011.
  105. « Résultats du recensement de la population de l'Eure en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 20 novembre 2010)
  106. P. Molkhou, Huest, des souvenirs à la mémoire, 2004, p. 24
  107. - L'Église catholique dans l'Eure, Diocèse d'Evreux
  108. - M de Blosseville, Dictionnaire topographique de la France, 1877, p. 80-81
  109. P. du Val, Carte du diocèse de l'évêché d'Évreux
  110. Le site de l'église évangélique d'Évreux, consulté le 16 novembre 2011
  111. Le site de l'Église réformée d'Évreux, consulté le 16 novembre 2011
  112. « Une mosquée en projet à Évreux », sur le site de Paris-Normandie (consulté le 16 novembre 2011)
  113. - Fiche Base Palissy
  114. - Fiche Base Palissy
  115. - P. Molkhou, Huest, des souvenirs à la mémoire, 2004, p. 9
  116. « Charles Gazan », sur Sycomore, base de données des députés de l'Assemblée nationale

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :