Chambray

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour commune d'Indre-et-Loire, voir Chambray-lès-Tours.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Chambray (homonymie).
image illustrant une commune de l’Eure
Cet article est une ébauche concernant une commune de l’Eure.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?). Le bandeau {{ébauche}} peut être enlevé et l’article évalué comme étant au stade « Bon début » quand il comporte assez de renseignements encyclopédiques concernant la commune.
Si vous avez un doute, l’atelier de lecture du projet Communes de France est à votre disposition pour vous aider. Consultez également la page d’aide à la rédaction d’un article de commune.

Chambray
Vue depuis la vallée.
Vue depuis la vallée.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Eure
Arrondissement Évreux
Canton Pacy-sur-Eure
Intercommunalité Communauté d'agglomération des Portes de l'Eure
Maire
Mandat
Renée Matringe
2014-2020
Code postal 27120
Code commune 27140
Démographie
Population
municipale
438 hab. (2014)
Densité 52 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 04′ 33″ nord, 1° 18′ 25″ est
Altitude Min. 30 m – Max. 135 m
Superficie 8,42 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Normandie

Voir sur la carte administrative de Normandie
City locator 14.svg
Chambray

Géolocalisation sur la carte : Eure

Voir sur la carte topographique de l'Eure
City locator 14.svg
Chambray

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Chambray

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Chambray

Chambray est une commune française située dans le département de l'Eure en région Normandie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Chambray[1]
Autheuil-Authouillet Sainte-Colombe-près-Vernon Sainte-Colombe-près-Vernon
Chambray[1] Houlbec-Cocherel
Fontaine-sous-Jouy Jouy-sur-Eure Rouvray, Houlbec-Cocherel

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes Cambracus en 1011, Cammeragus vers 1025 [2].

Cammeragus est une déformation du latin Cammarus signifiant écrevisse[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2014 en cours Renée Matringe SE Fonctionnaire
mars 2001 mars 2014 Joseph Renard    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du début des années 2000, les populations légales des communes sont publiées annuellement. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[4]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[5],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 438 habitants, en diminution de -4,37 % par rapport à 2009 (Eure : 2,59 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
458 457 491 514 543 505 504 487 472
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
451 390 431 435 440 410 435 380 369
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
390 357 348 308 333 358 315 329 313
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2014
340 300 336 383 372 372 446 452 438
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2006 [7].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Monuments historiques[modifier | modifier le code]

  • église Saint-Martin
    église Saint-Martin
    Château de 1736 [8] Logo monument historique Classé MH (1973) : éléments protégés : orangerie, chapelle, communs, et toiture. Le château par lui-même [9] : façades et toitures de l'ensemble des communs ; chapelle (cad. AE 15, 18) étant classés par arrêté du 24 mai 1973.
    Château construit au XVIIe siècle par le comte de Louviers, peut-être à partir d'éléments plus anciens. Les dépendances (communs, écuries, chapelle) datent du XVIIIe siècle : les grandes écuries sont construites en 1736, la chapelle est remaniée en 1771. Le logis est très remanié au XIXe siècle ; au début du XXe siècle, l'architecte Lisch le restaure et l'agrandit par l'ajout d'un pavillon de plan carré au nord-est. Le jardin régulier visible sur le plan du XVIIIe siècle est devenu jardin irrégulier par la suite. Au XVIIe siècle, la poétesse Mme Deshoulières y séjourne († 1694). Parmi les propriétaires successifs figurent la famille de Grimouville, la famille de Hanivel, les Clermont-Tonnerre, la marquise de Kerhoent, la marquise de Tourzel († en 1832, ancienne gouvernante des enfants de Louis XVI), la duchesse de Lorges, …
    Château en brique et moellons enduits couvert de toits en pavillons en ardoise ; cour des communs formée de deux bâtiments perpendiculaires ; bâtiment avec pavillon central et ailes latérales à arcades ; aile en retour à arcade avec écuries et remises ; communs en moellons enduits avec entourage des baies, angles, frontons et cordons en brique apparente ; toit à longs pans brisés en tuile plate (partie classée) ; pavillon dit conciergerie peut-être à usage d'orangerie et église dite chapelle en moellons enduits et chaînes de brique couvertes en tuile plate ; élévation intérieure de la chapelle avec tribune fermée par une balustrade convexe ; grille en fer forgé ouvrant sur la cour des communs ; pont dit pont de Tourzel dans le parc en brique et pierre. Parc boisé (garenne) et petit parc créé au XVIIIe siècle avec parterres de jardin, bosquets et rond-points.
    Le présent édifice ne doit pas être confondu avec le "château de la famille de Chambray" historiquement situé à Gouville [10].
  • Église Saint-Martin [11] : une première église est construite au XIe siècle (charte de Richard II de Normandie en 1018), dépendant de l'abbaye Saint-Ouen de Rouen, puis du seigneur du lieu. L'église-halle actuelle est construite au XVIe siècle, sa dédicace étant opérée en 1552, par l'évêque d'Hippone Mgr Jean de la Massonnaye († 6 février 1554) suffragant du cardinal d’Amboise, archevêque de Rouen. Au XVIIe siècle est édifiée une tour-clocher carrée à l'extrémité du croisillon méridional. On note le projet non abouti de voûter les deux croisillons. En 1664, Vincent de Paul se présente à la cure comme fondé de pouvoirs de l'abbé de Saint-Ouen.
    La sacristie est postérieure (XVIIIe siècle ?).
    Le cimetière est désaffecté vers 1900.
    Quelques travaux sont réalisés aux XIXe et XXe siècles.
    Le mobilier est classé [12].

Monuments recensés et autres édifices d'intérêt local[modifier | modifier le code]

  • Moulin à blé, moulin à foulon. Moulin à blé appartenant en 1846 au duc de Lorges. Figure au cadastre de 1852 comme dépendance du château de Chambray. En 1880, la princesse de Croÿ est propriétaire de l'usine de Chambray. La statistique de 1887 cite la foulerie de draps de Chambray (4 ouvriers y étaient employés). Désaffecté en 1984. on note alors les vestiges du système d'engrenages de la roue hydraulique dans le moulin; dans une pièce de l'atelier de fabrication, une grande cuve en maçonnerie avec dépôt argileux [14].
  • Ancien manoir de Chambray datant du XVIe siècle [15]. Mention d'un colombier.
  • Château dit manoir (de Montbray) au cadastre de 1825 [16] : reconstruit dans les années 1840 à l'emplacement d'un édifice plus ancien, dans un style éclectique : corps central flanqué de deux ailes avec une avancée comprenant un porche dans-oeuvre. L'édifice est couronné d'un belvédère qui permet d'embrasser la vue sur la campagne environnante. Dans les années 1950, un projet d'aménagement du parc par André de Vilmorin semble avoir été en partie réalisé.

Liste complète [1]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]