Jeux olympiques d'été de 2024

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Jeux olympiques d'été de 2024
Logo
Localisation
Pays hôte Drapeau de la France France
Ville hôte Paris
Coordonnées 48° 51′ 24″ N, 2° 21′ 08″ E
Date Du au
Géolocalisation
Géolocalisation sur la carte : France
(Voir situation sur carte : France)
City locator 4.svg
Paris
Chronologie

Les Jeux olympiques d'été de 2024, officiellement appelés les Jeux de la XXXIIIe olympiade de l'ère moderne, seront célébrés en à Paris, en France, officiellement désignée lors de la 131e session du CIO à Lima, au Pérou, le [1],[2]. Les villes de Hambourg, Rome, et Budapest étaient également en lice jusqu'à leurs retraits, respectivement les , et [3] ; et la ville de Los Angeles est désignée pour organiser les Jeux olympiques de 2028, conformément à l'accord trouvé avec le CIO, le [4]. Après Londres (1908, 1948 et 2012), Paris devient la deuxième ville à célébrer les Jeux olympiques d'été pour la troisième fois, à cent ans d'écart (1900, 1924 et 2024), avant que ce ne soit le tour de Los Angeles (1932, 1984 et 2028).

Le projet Paris 2024 s'appuie sur 95 % de sites déjà existants ou temporaires pour un budget annoncé de 6,6 milliards d'euros[5]. Les seules réalisations nécessaires sont un centre aquatique qui doit être construit à côté du Stade de France, une arène couverte de 7 500 places pour le basketball et la lutte à la porte de la Chapelle[6], et le village olympique qui sortira de terre à cheval sur les trois communes de L'Île-Saint-Denis, Saint-Denis et Saint-Ouen-sur-Seine en Seine-Saint-Denis[5]. Tony Estanguet, qui co-dirigeait l'équipe de candidature avec Bernard Lapasset, prend la présidence du comité d'organisation des Jeux olympiques de Paris 2024[7], dont le directeur général est Étienne Thobois.

Le , un changement dans le calendrier est annoncé. Les JO, qui devaient initialement se dérouler du 2 au , sont avancés d'une semaine pour des raisons d'organisation. Ils se tiendront finalement du au [8].

Sélection de la ville hôte et double attribution des Jeux[modifier | modifier le code]

Compte tenu des défections successives de Rome, Hambourg et Budapest, et dès le , Thomas Bach, le président du Comité international olympique, avait réfléchi à une double attribution en expliquant « nous produisons trop de [dossiers] perdants »[9]. Le , il confirme et émet l'hypothèse d'une attribution simultanée des JO 2024 et 2028, afin de conserver les « deux excellentes candidatures » de Paris et Los Angeles, les deux dernières villes encore en course pour l'édition 2024. Cette solution assurant donc aux deux villes d'obtenir l'organisation des Jeux olympiques, en 2024 pour l'une, en 2028 pour l'autre[10]. Le principe de la double attribution était déjà appliqué pour les olympiades de 1896 et 1900 puis celles de 1924 et 1928[11]. Le , le maire de Los Angeles Eric Garcetti se dit favorable à cette proposition, ajoutant : « Je sais que je n'ai pas une position orthodoxe sur la question et je sais que Paris a pu dire par le passé que c'était 2024 ou rien », n'écartant pas ainsi l'idée de voir sa ville organiser les JO 2028, afin de laisser à Paris le soin d'organiser ceux de 2024[12].

Le , le bureau exécutif du Comité international olympique adopte à l'unanimité la recommandation du président Thomas Bach en faveur d'un double vote à Lima le , pour désigner les villes-hôtes des Jeux olympiques 2024 et 2028, soit Paris et Los Angeles dans un ordre qui reste à définir. Le , lors d'une session extraordinaire à Lausanne où les deux villes présentent leurs projets, la centaine de membres du CIO approuvent cette décision, sans surprise[13]. Le 31 juillet, le CIO annonce qu'il est parvenu à un accord avec la ville californienne pour qu'elle organise l'édition 2028[4], Paris restant seul en lice pour l'organisation des Jeux olympiques de 2024[14]. Le , les membres du CIO votent à l'unanimité et à main levée en faveur de l'attribution des Jeux d'été 2024 à Paris et de ceux de 2028 à Los Angeles[1].

Villes candidates[modifier | modifier le code]

Ville Pays 1er tour
Paris Drapeau de la France France
Unanimité

Candidatures abandonnées[modifier | modifier le code]

  • Drapeau : États-Unis Boston est sélectionnée le [16], mais faute de soutien populaire et après le refus de son maire, la ville renonce au projet et est remplacée par Los Angeles le [17].
  • Drapeau : Allemagne Hambourg est présentée comme candidate officiellement le [18] mais, à la suite d'un référendum auprès de la population le donnant une majorité à l'opposition à la candidature, la ville se retire[19],[20].
  • Drapeau : Italie Rome, candidate officielle du [21] au . Toutefois, le Comité national olympique italien dépose la 2e partie du dossier de candidature auprès du CIO le [22] puis la candidature est retirée le [23].
  • Drapeau : Hongrie Budapest, candidature retirée le [24], par le conseil municipal, à la suite de la campagne du mouvement de jeunes militants, « Momentum », qui revendique la collecte de 300 000 signatures contre la candidature, soit presque le double du total nécessaire pour déclencher l'organisation d'un référendum local dans la ville de 1,7 million d'habitants.
  • Drapeau : États-Unis Los Angeles, candidature retirée le , se positionnant pour les Jeux olympiques d'été de 2028[14].

Vote[modifier | modifier le code]

Le vote pour la double attribution des Jeux olympiques 2024 et 2028 à Paris et à Los Angeles a eu lieu le , lors de la 131e session du CIO à Lima. Les membres se sont exprimés à main levée et à l'unanimité[1].

Sports au programme[modifier | modifier le code]

Le rugby et le golf, ajoutés au programme des Jeux olympiques de Rio 2016 restant maintenus pour 2020 comme pour 2024, la liste des 28 sports des Jeux de Paris doit être identique à celle des deux précédentes éditions estivales[25]. Néanmoins, l'une des mesures de l'Agenda olympique 2020, approuvée fin , déjà appliquée pour les Jeux de Tokyo, laisse aux organisateurs la possibilité de proposer de nouveaux sports de leur choix, qui doivent ensuite être approuvés par le CIO. Pour Tokyo 2020, c'est le cas du karaté, du surf, du skateboard, de l'escalade sportive et du baseball/softball[26]. Par ailleurs, la présence de 28 sports ne définit pas à l'avance la nature ou le nombre des différentes épreuves, ni les éventuels ajouts proposés par le comité d'organisation, le programme devant être arrêté en , lors de la session du CIO qui aura lieu à Lausanne[25].

La procédure des sports additionnels a lieu début 2019. Il était requis des sports demandant peu d'athlètes, pas d'infrastructures supplémentaires et populaires auprès des jeunes. Les sports choisis sont le surf, le skateboard, l'escalade, le basket-ball 3x3 et le break dance[27]. Ces épreuves seraient organisées sur le même site place de la Concorde dans une arène de 35 000 places, qui devrait aussi accueillir des concerts et des animations[28]. Il n'est pas prévu d'en rajouter d'autres malgré les demandes répétées du karaté et du squash[29].

Infrastructures sportives[modifier | modifier le code]

Les sites olympiques sont dévoilés le [30],[31],[32],[33],[34] mais connurent de nombreux remaniement durant la procédure. Ils prennent en compte les 28 disciplines de base des Jeux olympiques et paralympiques et cinq disciplines additionnelles.

Stade de France
Liste des sites prévus selon la phase II de la candidature[35]
Site Commune Statut Sport olympique et
activités diverses
Capacité
Stade de France Saint-Denis Existant Cérémonies d'ouverture et de clôture 80 000
Athlétisme 78 000
Village olympique de Saint-Denis Saint-Denis, Saint-Ouen,
L'Île-Saint-Denis
À construire Village olympique
Centre nautique Saint-Denis À construire
2 bassins définitifs et 3 provisoires
Natation 15 000
Water-polo 15 000
Plongeon 5 000
Natation synchronisée 5 000
Stand de tir du Bourget Le Bourget Temporaire Tir 3 000
Parc des expositions du Bourget Le Bourget Temporaires et existant[S 1] Volley-ball indoor (pavillon I) 7 000
Centre des médias[36]
Champ-de-Mars Paris Existant
(tribunes provisoires)
Beach-volley 12 000
Tour Eiffel[S 2] Paris Existant Triathlon 10 000
Natation (épreuves en eaux libres)
Champs-Élysées Paris Existant Cyclisme sur route 4 000
Grand Palais Paris Existant
(rénovation prévue)[37]
Escrime 8 000
Taekwondo
Grand Palais éphémère
(au Champ-de-Mars)
Paris Temporaire
(Sera mis en place dès 2020 pour les rénovations du Grand Palais)[38]
Judo 9 000
Lutte libre
Lutte gréco-romaine
Esplanade des Invalides Paris Existant
(tribunes provisoires)
Tir à l'arc 8 000
Parc des expositions de la porte de Versailles Paris Rénovation en cours Handball (Hall I) 12 000
Tennis de table (Hall IV) 6 000
Parc des Princes Paris Existant
(éventuel agrandissement de la capacité)
Football 48 583
Place de la Concorde[28] Paris Tribunes provisoires Basket-ball 3x3 35 000
BMX Freestyle
Breaking
Escalade
Skateboard
Stade Jean-Bouin Paris Existant Rugby à sept 20 000
Stade Roland-Garros Paris Existant
(rénovation et extension en cours)[S 3]
Tennis 15 000/10 000

(selon terrain)

Boxe[S 4] 10 056
Palais omnisports de Paris-Bercy[S 5] Paris Existant Basket-ball 15 603
Arena Alice Milliat[39] Paris À construire[S 6],[40],[41] Badminton 7 500
Paris La Défense Arena[S 5] Nanterre Existant Gymnastique artistique 17 500
Gymnastique rythmique
Trampoline
Stade olympique Yves-du-Manoir Colombes Existant Hockey sur gazon 15 000
Zénith de Paris Paris Existant Haltérophilie 6 000
Base nautique de Vaires-sur-Marne Vaires-sur-Marne Existant
(Site inauguré le )
Aviron 14 000
Canoë-kayak (Course en ligne)
Canoë-kayak (Slalom)
Château de Versailles Versailles Existant
(tribunes provisoires)
Équitation 20 000
Pentathlon moderne 20 000
Vélodrome national Saint-Quentin-en-Yvelines Existant
(travaux d'aménagement nécessaires pour le terrain de BMX)
Cyclisme sur piste 4 800
BMX Supercross 6 000
Pentathlon moderne (épreuve d'escrime) 5 000
Colline d'Élancourt Élancourt et Trappes Existant
(travaux d'aménagement nécessaires)
VTT 20 000
Golf national Saint-Quentin-en-Yvelines Existant Golf 2 720
Marina olympique du Roucas-Blanc[S 7] Marseille Existant
(tribunes provisoires)
Voile 5 640
Teahupo'o Drapeau : Polynésie française [28] Taiarapu-Ouest (Polynésie française) Existant
(tribunes provisoires)
Surf
Stade Atlantique[S 5] Bordeaux Existant Football 42 000
Stade Pierre-Mauroy Villeneuve-d'Ascq Existant Football 50 000
Parc Olympique lyonnais[S 5] Décines-Charpieu Existant Football 59 286
Stade Vélodrome[S 5] Marseille Existant Football 67 000
Stade de la Beaujoire[S 8] Nantes Existant Football 35 322
Stade Riviera[S 5] Nice Existant Football 36 000
Stade Geoffroy-Guichard Saint-Étienne Existant Football 42 000
Stadium Toulouse Existant Football 33 000

Centre aquatique[modifier | modifier le code]

Dès l'annonce du projet de candidature de Paris aux Jeux olympiques de 2024, la maire d'Aubervilliers Mériem Derkaoui rappelle l’engagement qui a été fait par l'État en 2005 de construire le centre aquatique olympique à Aubervilliers et ce, quelle que soit l’issue de la candidature (pour les Jeux de 2012)[42],[43].

Alors que le site de Saint-Denis a été retenu dans le projet de candidature des Jeux de 2024 pour implanter la piscine olympique de Saint-Denis, la mobilisation initiée par la maire d'Aubervilliers a finalement permis d'obtenir le respect de l’engagement de réaliser une piscine à dimension olympique au fort d'Aubervilliers dans le cadre d'un contrat d'intérêt national (CIN) signé en [44]. L'équipement pourrait également servir de centre d'entraînement pour les sportifs olympiques[45].

Surf[modifier | modifier le code]

Pour les épreuves de surf, sport additionnel lors des jeux, cinq candidatures, disposant de spots adaptés sont en lice pour l'accueillir : Tahiti, BordeauxLacanau, La Torche, Biarritz et CapbretonHossegorSeignosse[46].

Le , le COJO propose le site de Teahupo'o à Tahiti, arguant que les conditions météorologiques seront optimales et que ce serait la première fois que des territoires d'outre mer seraient associés aux Jeux[47].

Organisation[modifier | modifier le code]

Organisation institutionnelle[modifier | modifier le code]

Pierre-Olivier Beckers-Vieujant a été nommé par le président du CIO Thomas Bach à la tête de la Commission de coordination des Jeux de Paris[48]. Son vice-président était Patrick Baumann, président de la commission de coordination des Jeux de Los Angeles[48], jusqu'à son décès.

Le , le Comité d'Organisation des Jeux olympiques et paralympiques (COJO) est créé ; il est présidé par Tony Estanguet ; le Directeur Général est Étienne Thobois. Une Société de livraison des ouvrages olympiques (SOLIDEO), a été également créée début 2018 ; il s’agit d’un établissement public qui est présidé par Anne Hidalgo. Nicolas Ferrand est nommé préfigurateur de l’établissement public Société de livraison des ouvrages olympiques[49] en , puis Directeur général exécutif à partir du [50].

Pour l'organisation gouvernementale, en , Jean Castex est nommé délégué interministériel aux Jeux olympiques et paralympiques de 2024 à Paris[51]. Il est remplacé en juillet 2020 par Michel Cadot.

Au dernier trimestre 2017, le Parlement débat d'un projet de loi devant concrétiser les engagements de la candidature française. Il contient notamment des dispositions pour accélérer et simplifier les procédures d’urbanisme ou d’expropriation pour finaliser le village des athlètes et des médias, l'autorisation de pavoiser les monuments historiques ou sites classés d’emblèmes olympiques du vote de la loi jusqu'en 2024, l'autorisation d'affichage publicitaire des sponsors sur les monuments historiques ou sites classés accueillant des compétitions et dans un périmètre de 500 mètres autour des lieux. La Cour des comptes est chargée d'un contrôle annuel du COJO[52]. Pour Cécile Chaussard, maître de conférences en droit public à l’université de Bourgogne et membre du laboratoire du droit du sport, malgré les avantages concédés aux entreprises partenaires du CIO, le « projet de loi est très conforme aux lois olympiques habituelles » avec même des dispositions renforcées contre la corruption et la triche. Altérer le « déroulement normal et équitable » d’une compétition sportive serait passible de cinq ans de prison et d’une amende de 500 000 [53].

[modifier | modifier le code]

Le logo de la candidature de Paris aux Jeux olympiques et paralympiques de 2024 figure un chiffre 2 qui croise le chiffre 4 pour former une tour Eiffel stylisée, le tout en couleurs vives — bleu, noir, rouge, jaune et vert — correspondant au code couleurs du CIO. Ce chiffre 24 est un clin d’œil à 2024 mais aussi à 1924, année des derniers JO organisés à Paris[54].

Comme pour les dernières olympiades, ce logo imaginé par l'agence Dragon Rouge est soupçonné de s'être inspiré de celui de 4 Global, une agence londonienne de conseil[55].

Un appel d'offres est lancé en octobre 2018 pour réaliser la nouvelle identité visuelle de Paris 2024, comprenant en outre le logo, les marques dérivées, le relais de la flamme olympique, la charte graphique pour les diffuseurs officiels et l’habillage du programme culturel d’accompagnement des Jeux. Les postulants ont eu jusqu'au pour déposer leur dossier[56],[57].

Le dévoilement du logo officiel des Jeux s'est déroulé le au Grand Rex[58]. Ce nouvel emblème et cette nouvelle typographie ont été conçus par les agences françaises Ecobranding et Royalties [59]. Rond, il rassemble trois symboles : une médaille d'or, la flamme olympique et Marianne, symbolisée par un visage de femme. La typographie dessinée fait référence à l'Art déco, mouvement artistique des années 1920, décennie pendant laquelle ont eu lieu pour la dernière fois les Jeux olympiques à Paris, en 1924. Pour la première fois, ce logo sera unique pour les Jeux olympiques et les Jeux paralympiques[60].

Selon une enquête réalisée par l’institut Opinion Way, 83% des Français déclarent aimer le nouvel emblème des Jeux de Paris 2024. [61] Un autre sondage Odoxa indique que logo est jugé moderne 71%, original 69% et beau 66%, mais peu représentatif de la ville de Paris 70%.[62] Une étude des médias sociaux par Visibrain précise que près de 550 articles de presse ont été publiés sur le nouveau logo Paris 2024 lors de son lancement, cette même étude analyse un logo globalement bien accueilli même s’il a fait l’objet d’un certain nombre de détournements.[63],[64]

Mascottes[modifier | modifier le code]

Annonce prévue en 2022[réf. nécessaire].

Budget[modifier | modifier le code]

Le budget prévisionnel de 6,8 milliards d’euros se décompose en deux parties : la première de 3,6 milliards d’euros, correspondant au montant de l'organisation des jeux, est financée par le privé (1,2 milliard de dotations du CIO[65], billetterie des jeux, droits de télévision, programme de sponsoring national). La seconde partie de trois milliards d’euros correspond à la construction des équipements et aux investissements (village olympique, piscine olympique et centre des médias) et doit être financée pour moitié par le privé et pour l'autre moitié par le public[66].

Certains économistes évoquent un phénomène de winner’s curse ou malédiction du vainqueur de l'enchère : chaque ville candidate est contrainte de surenchérir avec un projet plus mirobolant que les autres et le vainqueur est victime de la tendance aux surcoûts systématiques (le montant des dépassements représentant en moyenne 156 % du budget, et même 176 % pour les seuls jeux d’été). Les dépassements portent essentiellement sur le coût d'organisation des jeux hors infrastructures, notamment sur le coût de la sécurité non pris en compte dans un contexte marqué par les attentats[67],[68].

Un rapport de l'Inspection générale des finances remis au gouvernement en [69] pointe un risque de dépassement de 500 millions d’euros sur la facture olympique. Ce dépassement ne semble pas du à la faiblesse du dossier de candidature de Paris ou à une mauvaise appréciation des travaux, mais à une résistance ou des demandes extravagantes des élus locaux[70].

Les jeux pourraient générer jusqu'à 10,7 milliards d'euros de retombées (dont 3,5 milliards d'euros pour le tourisme) et près de 250 000 emplois pérennes, selon une étude d'impact réalisée par le CDES[71]. Mais ces estimations ne prennent pas en compte plusieurs effets, notamment l'effet de substitution (un touriste qui vient aux JO ne viendra pas le mois suivant)[67].

Transports[modifier | modifier le code]

Le projet du Grand Paris Express est apparu comme un atout de la candidature parisienne qui assurait que « 85 % des athlètes [seraient] à moins de 30 minutes de leur site de compétition »[72]. Dès le , alors que Paris n'était pas encore officiellement candidate, le gouvernement Valls décide d'accélérer son calendrier de construction pour le prolongement de la ligne 14 et les nouvelles lignes 16 et 17 (Le Mesnil-Amelot à Saint-Denis Pleyel)[72], en correspondance à la gare de Saint-Denis Pleyel construite à cette occasion et reliée au Stade de France par un ouvrage important conçu par Marc Mimram, le franchissement Pleyel sur le faisceau ferroviaire de la Gare du Nord.

Malgré les moyens déployés, les lignes 16 et 17 pourraient ne pas être opérationnelles en 2024, ce qui conduit le COJO à étudier des solutions alternatives si les délais ne pouvaient être tenus[73]. Selon le directeur du COJO Tony Estanguet, l'absence de la ligne 17 nécessitera d'anticiper une réorganisation[72].

La modernisation du réseau existant se heurte à des défis pour mener à bien de très nombreux chantiers d'ici 2024, en particulier sur l'axe du RER B. Un groupe de pilotage est constitué en octobre 2018 sous l'égide du préfet de région[74] qui après arbitrage gouvernemental aboutit à un report du CDG Express à fin 2025, bien après les JO, les impacts travaux sur le réseau existant pour une livraison avant 2024 étant trop forts[75],[76].

Village des médias[modifier | modifier le code]

Le village des médias doit trouver place sur le Parc des expositions du Bourget, qui est limitrophe de l'aéroport du Bourget. L'hébergement de 2 800 journalistes sera possible dans les 1 300 logements qui doivent être construits à Dugny, sur le lieu dit l'Aire des vents. Après les Jeux, les logements seront convertis en un nouveau quartier de 4 000 habitants comprenant 20 % de locataires en logement social[77],[78]

Cérémonies[modifier | modifier le code]

Environnement[modifier | modifier le code]

Un accord de « jumelage olympique » est signé le entre Paris et Los Angeles (ville organisatrice des Jeux olympiques de 2028), portant notamment sur leurs engagements en matière de « lutte contre le dérèglement climatique et protection de l’environnement »[79]. Par ailleurs, les organisateurs ont un objectif précis en terme d’héritage pour 2024. Ils veulent faire entrer l’esprit olympique au patrimoine immatériel mondial de l’Unesco[80].

Sécurité[modifier | modifier le code]

Musique[modifier | modifier le code]

Sponsoring[modifier | modifier le code]

Panasonic Corporation est le premier sponsor global du CIO à avoir signé pour les JO de 2020 et 2024 dans le cadre du programme TOP X[81].

Le , le groupe BPCE, qui rassemble les enseignes bancaires Banque Populaire, Caisse d’Epargne, Natixis et Banque Palatine, devient le premier partenaire national de Paris 2024 au titre de Partenaire Premium[82]. Le coût, confidentiel, devrait se situer entre 60 et 100 M€ au total[83].

Le , Total se déclare prêt à sponsoriser les JO 2024 de Paris à condition de trouver un accord avec Anne Hidalgo, la Maire de Paris, et de ne pas être "cloué au pilori"[84]. Anne Hidalgo privilégie des jeux exemplaires sur le plan environnemental et ne souhaite pas voir un sponsor actif dans les énergies fossiles[85]. Le suivant, Total décide de renoncer face aux doutes de la maire de Paris qui souhaite des JO « neutres en carbone »[86].

L’électricien français EDF signe en un partenariat avec l’événement en devenant son fournisseur en électricité et en gaz. L'entreprise est Partenaire Premium[87].

FDJ devient Partenaire Officiel de Paris 2024 le . C'est le troisième sponsor à signer avec Paris 2024[88]

Droits de diffusion[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Le pavillon I est temporaire. Le village des médias sera dans le parc des expositions.
  2. Accueillera le départ des compétitions concernés.
  3. Très souvent bloquée, du fait du jardin des serres d'Auteuil adjacent, la rénovation consiste à ajouter un toit rétractable au court Philippe-Chatrier et à démolir le court n°1 pour le remplacer par le court Simonne-Mathieu.
  4. Les compétitions auront lieu au court Suzanne-Lenglen qui sera temporairement couvert.
  5. a b c d e et f Les sites appliquant un naming doivent être renommés durant la procédure de candidature et la quinzaine olympique, aucun nom de marque n'étant autorisé pour éviter la concurrence avec les partenaires olympiques.
  6. L'Arena II seule construction prévue dans le dossier, peu importe l'état de la candidature, fut déménagée. Son espace originel était adjacent à Paris-Bercy. Les riverains ne souhaitent pas détruire un espace vert et la faisabilité est douteuse. Après avoir envisagés comme remplacement la Halle Georges-Carpentier rénovée, l'héliport de Balard ou le Colisée de Tremblay-en-France, on décida le remplacement à la porte de la Chapelle.
  7. La « Marina olympique » sera un réaménagement étendu du Stade Nautique du Roucas-Blanc, « La Marina olympique » sur marseille.fr
  8. Le projet de nouveau stade YelloPark a été officiellement abandonné le 25 février 2019.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c Rédaction, « Paris officiellement désignée ville hôte pour 2024 », sur Eurosport, (consulté le 13 septembre 2017)
  2. « Cinq villes de renommée mondiale en lice pour l'organisation des Jeux Olympiques de 2024 - Le CIO versera 1,7 milliard de dollars américains au comité d'organisation des Jeux », Comité international olympique
  3. « JO 2024 : Budapest retire sa candidature », sur challenges.fr (consulté le 22 février 2017)
  4. a et b CIO, « Los Angeles se déclare candidate à l’organisation des Jeux Olympiques de 2028 – le CIO contribuera à l’effort du comité d’organisation à hauteur d’1,8 milliard de dollars », sur International Olympic Committee, (consulté le 31 juillet 2017)
  5. a et b France Inter, « Paris 2024, 7 ans de préparation », sur France Inter, (consulté le 14 septembre 2017)
  6. Sandrine Lefèvre, « Paris 2024 : la nouvelle Arena sera porte de la Chapelle », sur Le Parisien, (consulté le 9 décembre 2017)
  7. Martine Bréson,, « Paris 2024 : Tony Estanguet sera le président du futur Comité d'organisation des Jeux », sur France Bleu, (consulté le 14 septembre 2017)
  8. « Communiqué de presse - 7/02/2018 », sur paris2024.org, (consulté le 7 février 2018).
  9. « A Lima, le CIO pourrait finalement voter deux fois », sur Francs Jeux,
  10. « Le CIO se penche sur la double attribution des JO 2024 et 2028 », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 19 mars 2017)
  11. « Un double vote ? Pas si inédit », sur Eurosport avec l'AFP,
  12. « Le maire de Los Angeles pense aussi à 2028 », Le Figaro,‎ (lire en ligne, consulté le 16 mai 2017)
  13. La double attribution des JO 2024 et 2028 votée par les membres du CIO, L’Équipe.fr, 11 juillet 2017
  14. a et b B.F., « Un accord entre Los Angeles et le CIO laisse les JO 2024 à Paris », sur lequipe.fr, (consulté le 31 juillet 2017)
  15. « Paris entre dans la course aux Jeux olympiques », sur paris.fr
  16. « Les États-Unis misent sur Boston », sur Sport24.com et Le Figaro, .
  17. « JO 2024 : Boston renonce à sa candidature, faute de soutien populaire », Le Monde, .
  18. (de) « Olympia-Bewerbung: Hamburg soll Sommerspiele 2024 nach Deutschland holen », Der Spiegel, .
  19. « JO 2024 / Référendum à Hambourg : Le DIRECT : Le "Non" l'emporte et entraîne le retrait de la candidature allemande »
  20. « La population de Hambourg vote non aux JO 2024 », sur Le Monde.fr, Le Monde, (ISSN 1950-6244).
  21. Kevin Bernardi, « JO 2024 : Le Comité Olympique Italien ratifie à l'unanimité la candidature de Rome », .
  22. (it) Lorenzo d'Albergo, « Olimpiadi 2024, il Coni porta dossier al Cio: "C'è anche Roma" », sur La Repubblica, .
  23. Rome renonce définitivement à sa candidature aux Jeux olympiques 2024, L’Équipe.fr, 11 octobre 2016
  24. « JO-2024 - Budapest retire sa candidature (média officiel) », sur Romandie.com, (consulté le 22 février 2017).
  25. a et b avec AFP, « JO 2024 : les nouveaux sports seront connus en 2019 », sur lequipe.fr, (consulté le 16 septembre 2017)
  26. Ioris Queyroi, « Cinq nouveaux sports aux JO 2020 de Tokyo - Les jeux olympiques », sur francetvsports, (consulté le 15 septembre 2017)
  27. « Paris 2024 veut connecter les Jeux avec la jeunesse », sur FrancsJeux,
  28. a b et c Nicolas Lepeltier, « Jeux olympiques 2024 : les épreuves de surf auront lieu à Tahiti, « sur la plus belle vague du monde » », sur lemonde.fr, (consulté le 15 décembre 2019)
  29. « Pour Paris 2024, le CIO ferme la porte au recalés », sur FrancsJeux,
  30. [http://www.eurosport.fr/jeux-olympiques/les-sites-des-jeux-olympiques-de-2024-devoiles_sto5181601/story.shtml Les sites olympiques de 2024 dévoilés, Eurosport.
  31. [https://www.20minutes.fr/sport/1788879-20160217-paris-2024-velo-champs-tir-arc-invalides-voici-carte-definitive-sites-olympiques Carte définitive des sites olympiques sur 20 minutes.
  32. Site officiel.
  33. « JO 2024: découvrez les sites de la candidature de Paris », sur L'Express,
  34. « Évenement Paris 2024 - Présentation des sites olympiques et paralympiques » [vidéo], .
  35. « Dossier de candidature – Phase 2 » [PDF]
  36. « CIRTV / CPP », sur http://paris2024.org (consulté le 13 septembre 2017)
  37. « Le Grand Palais à Paris en rénovation de 2020 à 2024 », sur Le Parisien / AFP,
  38. « Paris 2024 : les derniers détails de la carte des sites de compétition », sur Le Parisien,
  39. « JO 2024 : l'Arena 2 de Paris portera le nom d'Alice Milliat », sur lequipe.fr, (consulté le 27 juillet 2020)
  40. « JO 2024 : Une nouvelle arena à Paris-Bercy, avec ou sans les Jeux », sur Sports et sociétés,
  41. « Pour Paris 2024, l'Arena 2 devra revoir ses plans », sur FrancsJeux,
  42. Kevin Bernardi, « JO 2024 : « Rien ne mentionne l’exigence d’avoir le Centre Aquatique à côté du Stade Olympique » (Maire d’Aubervilliers) », sur Sport & Société | Kévin Bernardi, (consulté le 19 juillet 2019)
  43. Le 19 février 2016 à 07h00, « La future piscine olympique provoque des remous », sur leparisien.fr, (consulté le 19 juillet 2019)
  44. « Un Contrat d'intérêt national pour l'aménagement du secteur du Fort d'Aubervilliers », Le Moniteur,‎ (lire en ligne, consulté le 19 juillet 2019)
  45. Kevin Bernardi, « Site prévu pour le Vélodrome de Paris 2008, le Fort d’Aubervilliers aura finalement un Centre aquatique », sur Sport & Société | Kévin Bernardi, (consulté le 19 juillet 2019)
  46. « Cinq candidatures pour le surf », sur FrancsJeux,
  47. « Jeux olympiques : Paris 2024 choisit Tahiti pour les épreuves de surf », sur France Info,
  48. a et b Pierre-Olivier Beckers-Vieujant et Patrick Baumann à la tête des Commissions de coordination de Paris 2024 et Los Angeles 2028 - 30 octobre 2017 - Communiqué de Presse du Comité international olympique
  49. Décret du 26 octobre 2017 portant nomination du préfigurateur de la Société de livraison des ouvrages olympiques - M. FERRAND (Nicolas)
  50. Décret du 30 décembre 2017 portant nomination du directeur général de la Société de livraison des ouvrages olympiques - M. FERRAND (Nicolas)
  51. Décret du 14 septembre 2017 portant nomination du délégué interministériel aux jeux Olympiques et Paralympiques 2024 - M. CASTEX (Jean)
  52. « L’Assemblée approuve le projet de loi olympique », lemonde.fr, (consulté le 21 décembre 2017)
  53. Loup Espargillière, « La «loi d’exception» olympique arrive à l’Assemblée », mediapart.fr, (consulté le 24 décembre 2017)
  54. « Paris 2024: une tour Eiffel moderne et tout en style comme logo », sur rmcsport.bfmtv.com, .
  55. « JO 2024 : Paris a-t-il plagié son logo de candidature ? », sur lefigaro.fr, .
  56. Un appel d’offres pour la charte graphique sur francsjeux.com, le 30/10/2018
  57. Paris 2024 va changer de logo sur sportbusiness.club, le 29/10/2018.
  58. Paris 2024 Annonce en vue sur francsjeux.com, le 09/10/2019.
  59. Trends of 2019: Branding and logos sur Creative Review
  60. « Voici le nouveau logo de Paris 2024 », sur SportBusiness.Club, (consulté le 21 octobre 2019).
  61. « LE LOGO DES JEUX DE 2024 A SÉDUIT LES FRANÇAIS (SONDAGE) », sur lefigaro.fr,
  62. « Paris 2024 : un logo moderne et beau mais qui ne représente pas bien la ville de Paris », sur odoxa.fr,
  63. « Nouveau logo pour Paris 2024 : qu'en pensent les réseaux sociaux ? », sur visibrain.com
  64. « Le logo Paris 2024 ne laisse pas indifférent », sur francetvinfo.fr,
  65. « 1,5 milliard d'euros du CIO pour Los Angeles, 1,2 pour Paris : le budget des JO », sur leparisien.fr, .
  66. « JO 2024 : voici comment Paris veut financer son budget de 6,6 milliards d'euros », sur lci.fr, .
  67. a et b « Fabien Magnenou », sur francetvinfo.fr, .
  68. « “Les JO sont ruineux pour les villes. Paris 2024 n'y échappera pas” », sur capital.fr, .
  69. « Risques de délais et de coûts concernant certaines opérations majeures prévues pour les Jeux Olympiques et Paralympiques 2024 », rapport établi par Bertrand Brassens, Inspecteur général des finances, et Bertrand Jarrige, Inspecteur général de la jeunesse et des sport.
  70. Pierre Rondeau, « Jeux olympiques de Paris 2024: pourquoi ça risque de coûter cher », sur slate.fr, .
  71. « Paris 2024. Étude d'impact », sur cdes.fr, .
  72. a b et c Yann Bouchez et Béatrice Jérôme, « Jeux olympiques : les transports, première fissure dans le projet de Paris 2024 », lemonde.fr, (consulté le 19 janvier 2018)
  73. Jean-Gabriel Bontinck, « Transports : ces six idées venues du Japon qui vont inspirer Paris pour les JO 2024 », sur leparisien.fr, (consulté le 25 août 2019).
  74. Lionel Steinmann, « Avec les JO, le nord de Paris est menacé d'un trop-plein de chantiers ferroviaires », sur lesechos.fr, (consulté le 31 octobre 2018)
  75. Grégoire Allix, « La future ligne de train CDG Express ne sera finalement pas en service pour les JO de 2024 », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 30 mai 2019)
  76. AFP, « Le CDG Express reporté à «fin 2025», annonce la ministre des Transports », Le Figaro,‎ (lire en ligne, consulté le 26 décembre 2019).
  77. Nicolas Lepeltier, « Pour les JO de Paris 2024 de nombreux chantiers doivent encore être lancés », lemonde.fr, (consulté le 23 novembre 2019).
  78. « JO 2024 : le village des médias sur le site Dugny-Le Bourget ! », ville-dugny.fr, (consulté le 8 juillet 2016).
  79. « JO 2024-2028 : Paris et Los Angeles annoncent un accord de «jumelage olympique» », Sport24,‎ (lire en ligne, consulté le 24 octobre 2017)
  80. Par S et rine LefèvreLe 7 octobre 2019 à 07h29, « Paris 2024 veut faire entrer l’esprit olympique au patrimoine de l’Unesco », sur leparisien.fr, (consulté le 8 octobre 2019)
  81. Panasonic étend son partenariat des Jeux Olympiques jusqu'en 2024 - Le Huffington Post - 06/02/2014
  82. « BPCE premier de cordée avec Paris 2024 », sur SportBusiness.Club, (consulté le 22 octobre 2019)
  83. « Le groupe BPCE casse sa tirelire pour Paris 2024 - Tous sports - JO 2024 », sur L'Équipe (consulté le 22 octobre 2019)
  84. « Total prêt à être sponsor des Jeux Olympiques 2024 de Paris », sur FIGARO, (consulté le 30 mai 2019)
  85. « Total, prêt à s'engager pour Paris 2024 mais... », sur lequipe.fr (consulté le 30 mai 2019)
  86. Stéphane Mandard, « Total renonce à être partenaire des JO 2024 après une rencontre avec Anne Hidalgo, la maire de Paris », sur https://www.lemonde.fr, (consulté le 4 juin 2019)
  87. « EDF décroche les Jeux Olympiques de 2024 grâce à l’atout bas carbone du nucléaire », Usinenouvelle,‎ (lire en ligne)
  88. « Paris 2024 : FDJ tire le numéro 3 », sur SportBusiness.Club, (consulté le 15 décembre 2019)
  89. Accord ARD/ZDF/Discovery autour des Jeux olympiques
  90. Reginald Ajuonuma, « RTBF agrees 2020-24 Olympics sublicensing deal in Belgium », SportBusiness,‎ (lire en ligne, consulté le 12 septembre 2019)
  91. Reginald Ajuonuma, « VRT picks up 2022-24 Olympics sublicense rights in Belgium », SportBusiness,‎ (lire en ligne, consulté le 14 octobre 2019)
  92. Le CIO cède à SBS les droits de diffusion des Jeux Olympiques de 2018, 2020, 2022 et 2024 Comité International Olympique - 04/07/2011
  93. « Le CIO attribue les droits de diffusion (TV et autres plateformes) des Jeux Olympiques de 2018 à 2024 en Europe à Discovery et Eurosport », (consulté le 10 août 2016)
  94. (en-GB) « Olympics: BBC to broadcast every Games up to and including 2024 », BBC Sport,‎ (lire en ligne, consulté le 19 octobre 2018)
  95. Par Asif Hossain, « Radio-Canada nommé diffuseur officiel des Jeux olympiques jusqu’en 2024 », sur Site officiel du Comité olympique canadien | Équipe Canada | Jeux olympiques 2016, (consulté le 16 août 2016)
  96. franceinfo, « JO 2024 : France Télévisions obtient les droits pour diffuser l'ensemble de la compétition », France Info,‎ (lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]