Alibaba Group

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Alibaba.
Alibaba Group
Image illustrative de l'article Alibaba Group

Création 1999
Fondateurs Jack Ma, Peng Lei
Forme juridique Société par actionsVoir et modifier les données sur Wikidata
Action New York Stock Exchange (BABA)[1]Voir et modifier les données sur Wikidata
Siège social Drapeau de la République populaire de Chine 699 Wang Shang Road, Binjiang District et One Capital Place, P.O. Box 847 Hangzhou République populaire de Chine[2] et îles Caïmans[3]Voir et modifier les données sur Wikidata (Chine)
Direction Daniel Zhang (d) (à partir de )Voir et modifier les données sur Wikidata
Président Jack MaVoir et modifier les données sur Wikidata
Actionnaires Jack Ma (7 %)[4], SoftBank (29,2 %)[5], Altaba (en) (15 %)[6] et Joseph Tsai (en) (2,5 %)[7]Voir et modifier les données sur Wikidata
Activité Commerce électronique
Filiales Youku Tudou (en), Lazada Group (en), AutoNavi (en), UCWeb (en), AGTech Holdings Limited (d) et South China Morning Post
Effectif 50 097 ()[8]Voir et modifier les données sur Wikidata
NYSE BABA
Site web http://alibaba.com/
Capitalisation 266 000 000 000 $[9]Voir et modifier les données sur Wikidata
Chiffre d’affaires 158 273 000 000 ()Voir et modifier les données sur Wikidata
Résultat net 41 226 000 000 ()Voir et modifier les données sur Wikidata

Alibaba Group (chinois simplifié : 阿里巴巴集团 ; chinois traditionnel : 阿里巴巴集團; pinyin : Ālǐbābā Jítuán) est une société chinoise à capital privé et détenue par une famille qui tire principalement ses revenus de ses activités sur Internet, dont un marché public destiné à faciliter les échanges entre entreprises (qu'ils soient internationaux ou chinois), des plateformes de paiements et de ventes au détail, un moteur de recherche pour le magasinage et des services de cloud computing.

Histoire[modifier | modifier le code]

En décembre 2013, Alibaba prend 2 % du capital de Haier au travers d’une augmentation de capital, et investit 364 millions de dollars dans Haier Electronics Group.

En février 2014, Alibaba acquiert AutoNavi, une entreprise chinoise de cartographie en ligne, dont il détient déjà 28 %, pour l'équivalent de 1,58 milliard de dollars[10].

Le , Alibaba Group acquiert 60 % (580 millions d'euros) d'une société de production de films pour le cinéma et de séries télévisées : le groupe ChinaVision[11]. Le , Alibaba injecte 215 millions de dollars dans Tango, une startup américaine fondée par Eric Setton[12].

En avril 2014, Alibaba acquiert AutoNavi, une entreprise de cartographie et de géolocalisation chinoise, qu'il détenait précédemment à 28 %, pour l'équivalent de 1,5 milliard de dollars[13]. Toujours en avril 2014, Alibaba acquiert 880 millions d'euros de parts (16,5 %) dans Youku Tudou (première plateforme de vidéos en Chine)[14]. En juin 2014, Alibaba achète les 34 % qu'il ne détient pas dans UCWeb, entreprise chinoise de services pour l'internet mobile, opération valorisant UCWeb (en) à 1,9 milliard d'euros[15],[16].

Alibaba est cotée à la bourse de New York depuis le 19 septembre 2014. Le cours d'introduction fût de 68 dollars. L'introduction en bourse est la plus importante introduction au monde pour un montant de 25 milliards de dollars[17].

En janvier 2015, Yahoo! annonce son intention de vendre les 15 % de participations qu'il détient dans Alibaba Group, pour un montant estimé de 40 milliards de dollars[18]. En février 2015, Alibaba investit 590 millions $US dans Meizu et en devient son actionnaire majoritaire. Alibaba aura la possibilité de diffuser son OS mobile Yun OS, qui sera intégré dans les produits Meizu. En octobre et novembre 2015, Alibaba annonce l'acquisition des participations dans Youku qu'il ne détient pas, pour l'équivalent de 3,7 milliards de dollars valorisant cette entreprise pour l'équivalent de 4,8 milliards de dollars. Au moment de l'annonce, Alibaba détenait 18,3 % de Youku[19].

En décembre 2015, Alibaba acquiert le South China Morning Post, l’un des plus importants journaux de Hong Kong, ainsi que d'autres activités dans les médias de SCMP Group[20], pour 266 millions de dollars[21]. Le , Disney signe un contrat avec Alibaba pour fournir de la vidéo à la demande en Chine, un service nommé DisneyLife avec une box en forme de tête de Mickey[22],[23],[24],[25].

En avril 2016, Alibaba annonce l'acquisition pour 1 milliard de dollars d'une participation majoritaire dans Lazada, un site marchand basé à Singapour et présent en Asie du Sud-Est[26].

En juillet 2016, Alibaba noue un partenariat avec la société d'assurance AXA pour développer la distribution des produits d'assurance par le biais du site de commerce en ligne[27].

En novembre 2016, Alibaba annonce l'acquisition pour environ 2,1 milliards de yuans soit l'équivalent 300 millions de dollars, d'une participation de 25 %, dans Sanjiang Shopping Club, une entreprise chinoise de grande distribution. En parallèle, il annonce l'acquisition pour 436 millions de yuans d'une participation de 7 % supplémentaire dans la même entreprise[28].

En janvier 2017, Alibaba annonce l'augmentation de sa participation dans Intime Retail, une entreprise de gestion de centre commercial, de 35 % à 74 % pour 2,6 milliards de dollars[29]. Le même mois, Alibaba via sa filiale Ant Financial, annonce l'acquisition de MoneyGram pour 880 millions de dollars, hors reprise de dettes[30].

En mars 2017, Alibaba investit 18 millions d'euros dans la startup suisse WayRay, spécialisée dans la réalité augmentée à bord des véhicules, notamment dans les systèmes d'affichage tête-haute[31]. Une annonce qui vient confirmer l'intérêt du groupe pour le secteur automobile, après la présentation en juillet 2016 de la RX5, sa première voiture ultra-connectée[32]. Le , le gouvernement chinois suspend le service de vidéo à la demande DisneyLife, lancé 5 mois plus tôt[33],[34].

Activité et localisation[modifier | modifier le code]

Son siège social se trouve à Hangzhou en Chine. En 2011, Alibaba Group et ses filiales emploient plus de 22 000 personnes dans plus de 70 villes et régions en Chine, à Hong Kong, en Inde, au Japon, en Corée, à Taïwan, au Royaume-Uni et aux États-Unis.

Les principaux sites du groupe sont :

  • Alibaba.com, vente de gros, b2b international.
  • Aliexpress.com, vente en gros et au détail aux particuliers et entreprises à l'international
  • taobao.com, vente en gros et au détail aux particuliers et entreprises en Chine

Système d'exploitation Aliyun[modifier | modifier le code]

Le groupe Alibaba a également créé le système d'exploitation mobile Aliyun (chinois simplifié : 阿里云 ; pinyin : Ālǐ yún ; littéralement : « Nuage Ali »), basé sur le noyau Linux, il est orienté, comme Firefox OS et Tizen vers les Webapps, tout en apportant une couche de compatibilité avec Android de Google[35].

Sport électronique[modifier | modifier le code]

En la Fédération internationale de sport électronique (IESF) annonce un partenariat avec Alisport, la filiale sport d'Alibaba, qui s’engage à un investissement de 135 millions d’euros dans le sport électronique. Les deux entités ont décidé d’une feuille de route commune autour de trois axes de développement. Alisport et l’IESF se sont entendus sur la nécessité de promouvoir un tournoi auquel participeraient professionnels et amateurs. L’IESF et Alibaba travaillent aussi à la reconnaissance du sport électronique comme discipline sportive [36].

Réalité virtuelle[modifier | modifier le code]

Lors de l'édition 2016 de la Alibaba’s Taobao Maker’s Fair internationale de Shanghai, Alibaba a donné la possibilité aux visiteurs de tester une expériences d'achat en réalité virtuelle. Ainsi, pas moins de 70 environnements 3D simulant des boutiques étaient accessibles. Certains analystes y ont vu un avant goût du futur service d'achat en réalité virtuelle Alibaba Buy+. Ce nouveau service va être lancé en octobre 2016 en Chine et le directeur marketing, Chris Tung, a souligné son importance dans la stratégie de développement du Groupe lors d'une interview sur CNBC.[37]

Fraudes et contrefaçons[modifier | modifier le code]

La plateforme de vente d'Alibaba fait souvent l'objet de critiques liées à la vente de contrefaçons[38],[39]. En décembre 2016, l'administration américaine (U.S. Office of the Trade Representative) met le site Taobao (site d'Alibaba similaire à eBay ou Amazon) sur sa liste noire des sites notoires pour la contrefaçon[40].

La filiale AliExpress d'Alibaba est également controversée[41]: en dépit d'une prétendue[42] protection des acheteurs, elle refuse de rembourser les clients qui voient leurs achats saisis par les douanes[43]. Plusieurs centaines d'action en justice ont été entamées aux USA contre Alibaba et AliExpress, dont des "class action" [44].

Alibaba entame une riposte contre les contrefacteurs début 2017 en engageant deux procès[45]. Une réaction jugée trop faible par les marques victimes de contrefaçon sur le site de commerce en ligne[46].

Notes et références[modifier | modifier le code]

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Alibaba Group » (voir la liste des auteurs).

  1. Alibaba Group Holding Limited 2017 Form 20-F,
  2. Alibaba Group Holding Limited 2017 Form 20-F,
  3. Alibaba Group Holding Limited 2017 Form 20-F,
  4. Alibaba Group Holding Limited 2017 Form 20-F,
  5. Alibaba Group Holding Limited 2017 Form 20-F,
  6. Alibaba Group Holding Limited 2017 Form 20-F,
  7. Alibaba Group Holding Limited 2017 Form 20-F,
  8. Alibaba Group Holding Limited 2017 Form 20-F,
  9. http://lenta.ru/news/2014/11/21/taobao/
  10. Alibaba offer for AutoNavi values digital map firm at $1.58 billion, Reuters, 11 février 2014
  11. Alibaba se lance à l'assaut de la télévision et du cinéma, Le Monde, 12 mars 2014
  12. Alibaba injecte 215 millions de dollars dans Tango, la start-up du français Eric Setton, Journal du Net, 20 mars 2014
  13. Alibaba to buy AutoNavi, Reuters, 11 avril 2014
  14. Le cybermarchand Alibaba entre au capital du « Youtube chinois », Le Monde, 28 avril 2014
  15. Alibaba rachète UCWeb, Le Monde, 11 juin 2014
  16. Alibaba to buy out UCWeb in China's biggest internet merger, Paul Carsten, Reuters, 11 juin 2014
  17. Alibaba issues additional shares to raise IPO total to $25 billion: report, Reuters, 22 septembre 2014
  18. Yahoo sets Alibaba stake spinoff plan, shares jump, Alexei Oreskovic, Reuters, 27 janvier 2015
  19. Alibaba to pay about $3.7 billion for 'China's YouTube', Anya George Tharakan et Devika Krishna Kumar, Reuters, 6 novembre 2015
  20. Alibaba agrees to buy South China Morning Post in Hong Kong, Matthew Miller, Reuters 11 décembre 2015
  21. Alibaba agrees on $266 million acquisition deal with South China Morning Post, Reuters, 14 décembre 2014
  22. (en) Arjun Kharpal, « Disney launches Chinese streaming service with Alibaba », sur CNBC, (consulté le 25 avril 2016)
  23. (en) James Vincent, « This Mickey Mouse-shaped streaming device will bring Disney to China », sur The Verge, (consulté le 25 avril 2016)
  24. (en) The Wall Street Journal, « Disney strikes deal with Alibaba to boost China sales », sur MarketWatch, (consulté le 25 avril 2016)
  25. (en) Yue Wang, « Alibaba Partners With Disney To Distribute Films », sur Forbes, (consulté le 25 avril 2016)
  26. Alibaba buys control of Lazada in $1 billion bet on SE Asia ecommerce, Paul Carsten et Rama Venkat Ramana, Reuters, 12 avril 2016
  27. Axa s'allie avec le géant chinois du commerce en ligne Alibaba, Challenges, 29 juillet 2016
  28. China's Alibaba buys into supermarket chain Sanjiang Shopping, Reuters, 18 novembre 2016
  29. Alibaba rachète une chaîne de magasins en Chine pour 2,6 milliards de dollars, Kevin Hottot, Next Inpact, 11 janvier 2017
  30. Alibaba affiliate Ant Financial to buy MoneyGram, Reuters, 26 janvier 2017
  31. Pour Alibaba, le futur de l’automobile passe par la réalité augmentée, Numerama, 14 mars 2017
  32. Alibaba entre sur le marché de l’auto avec une « voiture-internet », Numerama, 11 juillet 2016
  33. (en) David Pierson, « Disney streaming service is reportedly halted by Chinese regulators », sur Los Angeles Times, (consulté le 3 avril 2017)
  34. (en) Eva Dou, Alyssa Abkowitz, « Alibaba-Disney Partnership Is Frozen in China », sur The Wall Street Journal, (consulté le 3 avril 2017)
  35. (fr) Aliyun : l'Android chinois rêve de concurrencer l'OS de Google sur clubic.com
  36. Alibaba investit 135 millions d’euros dans la Fédération internationale de sport électronique, Le Monde, 28 juillet 2016
  37. « Alibaba BUY+ : prêt(e)s pour le shopping en réalité virtuelle? », sur http://guide-realite-virtuelle.fr,
  38. (en) « $1.7 trillion in fake goods: That's Alibaba's uphill battle », USA Today,‎ (lire en ligne)
  39. (en) « Why Alibaba Can’t Complain About Its Return to the ‘Notorious’ Counterfeit Market List », Fortune,‎ (lire en ligne)
  40. (en) « Why Alibaba Can’t Complain About Its Return to the ‘Notorious’ Counterfeit Market List »,
  41. (en) « Is AliExpress.com a scam »,
  42. (en) « Buying counterfeit goods on Alibaba's platforms is easy, proving it is harder », CNBC,‎ (lire en ligne)
  43. (en) « We Expose Major Fraud And Scams On Alibaba And AliExpress »,
  44. (en) « Fraud And Scams On Alibaba And AliExpress »,
  45. (en) « Alibaba sues sellers of counterfeit good for the first time after it was blacklisted by the US », CNBC,‎ (lire en ligne)
  46. (en) « Brands accuse Alibaba of not doing enough to stop sale of counterfeit goods », Wall Street Journal,‎ (lire en ligne)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Duncan Clark, Alibaba. L'incroyable histoire de Jack Ma, le milliardaire chinois, éditions François Bourin, 2017.

Liens externes[modifier | modifier le code]