The Coca-Cola Company

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

The Coca-Cola Company
logo de The Coca-Cola Company
Logo officiel de la société.
illustration de The Coca-Cola Company

Création 1892 (par Asa Griggs Candler)
Dates clés 1886 (Invention du Coca-Cola)
Fondateurs Asa Griggs Candler et John PembertonVoir et modifier les données sur Wikidata
Forme juridique Société anonyme
Action NYSE : KO
Slogan Enjoy Coca-Cola !
Siège social Atlanta, Géorgie
Drapeau des États-Unis États-Unis
Direction James Quincey (PDG)
Actionnaires Berkshire Hathaway (9,32 %)[1], The Vanguard Group (7,39 %)[1] et BlackRock (6,39 %)[1]Voir et modifier les données sur Wikidata
Activité Boissons non alcoolisées, sodas, colas, eaux
Produits Coca-Cola, Fanta, Sprite, Minute Maid, Fuze Tea, Dasani(entre autres)
Filiales Costa Coffee, Coca-Cola European Partners, Coca-Cola Amatil, Coca-Cola Beverages Philippines, Fuze Tea, Chi Limited, Vitaminwater, Odwalla, Minute Maid, Coca-Cola Içecek, Coca-Cola Beverages Africa, Coca-Cola Bottling Co. Consolidated, Equatorial Coca-Cola Bottling Company, Coca-Cola Hellenic Bottling Company, Coca-Cola Bottlers Japan Holdings et Coca-Cola Andina
Effectif 123 200 (déc. 2015)[2]
Site web coca-colacompany.com

Capitalisation 203 Mds de dollars (17/02/2018)[3]
Chiffre d'affaires en diminution 37 Mds USD (2019)[4]
- 1.83% vs 2013
Résultat net en diminution 8,9 Mds USD (2019)[4]

La société Coca-Cola, officiellement nommée The Coca-Cola Company of Atlanta, est une entreprise américaine spécialisée dans les boissons non alcoolisées. Il s'agit de l'une des plus importantes sociétés américaines dont la notoriété et la popularité sont mondiales[5]. Elle est, en 2012, la 3e entreprise agroalimentaire du monde, en termes de chiffre d'affaires, derrière PepsiCo et Nestlé[6]. Son siège est localisé à Atlanta, en Géorgie, dans le sud-est des États-Unis, et son PDG est James Quincey. Elle est surtout connue pour son produit phare, le Coca-Cola. Depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, cette boisson originale est, dans l'imaginaire collectif, un symbole de l'américanisme[7].

Le Coca-Cola est une marque déposée en 1887 d'un soda (boisson gazeuse sucrée), créé aux États-Unis. La forme de la bouteille elle-même est déposée le 16 novembre 1916[8]. Elle tire son nom de sa première composition : la feuille de coca et l'utilisation de noix de kola, la boisson était alors vendue par son inventeur le pharmacien Pemberton, comme remède miraculeux — elle avait à l'époque une couleur de type caramel, et était fournie dans une bouteille verte avant la conception de celle conçue par Raymond Loewy. Son concurrent historique sur les marchés américains et mondiaux est la société PepsiCo (avec son Pepsi-Cola concurrent direct du Coca-Cola[réf. nécessaire]), et dans une moindre mesure de nouveaux arrivants dont Virgin Cola (Virgin Group). D'autres colas sont fabriqués sur la base de la recette OpenCola, sous licence GPL. On retrouve aussi les colas alternatifs ou altercolas.

La société diversifie son offre, en commençant par reprendre après 1945 une création de sa filiale allemande devenue Fanta et qui avait produit à partir de 1941 des sodas aux agrumes, faute du précieux ingrédient américain placé sous embargo pendant les hostilités. Suivirent Sprite, Minute Maid, Bonaqua, et Nalu. Elle a en plus produit toute une panoplie de variantes de ces mêmes produits.

En 2014, le classement Interbrand positionne Coca-Cola comme la troisième entreprise mondiale en valeur boursière avec une valorisation de 81,5 milliards de dollars[9].

Histoire[modifier | modifier le code]

1886-1889 : Création du produit et de la société[modifier | modifier le code]

Le , le préparateur-pharmacien originaire d'Atlanta John Stith Pemberton invente un sirop à base d'alcool, de cocaïne, et de noix de kola, qu'il baptise French Wine Coca[10]. Une version « sans alcool », mais toujours avec la coca, fait son apparition quelques mois plus tard dès l'interdiction de l'alcool à Atlanta. Peu après, Frank Robinson, le comptable de Pemberton lui propose le nom Coca-Cola et le design du logo[11]. Haddon Sundblom illustra le Père Noël avec Coca-Cola[12]. Le , Pemberton fait inscrire au registre du commerce la marque Coca-Cola ; quelques mois plus tard, l'homme d'affaires Asa Griggs Candler achète Coca-Cola à Pemberton, malade, pour 2 300 dollars[11]. Pemberton décède le après avoir vendu ses pharmacies entre 1887 et mars 1888 et la totalité des droits sur la marque Coca-Cola à ses anciens associés contre une redevance de 5 cents le gallon[11]. Fin des années 1890, Coca-Cola devient l'un des breuvages les plus populaires d'Amérique[11]. Avec Candler à la tête, les ventes de sirop par la société Coca-Cola s'accroissent à 4000 % entre 1890 et 1900[11].

1899-1980 : De nombreux franchisés[modifier | modifier le code]

Durant l'été 1899, Candler accepte de vendre une licence pour 1$ à Benjamin F. Thomas et Joseph B. Whitehead qui ouvrent une usine d'embouteillage à Chattanooga, devenant le premier embouteilleur de la marque[13]. De nombreuses sociétés sont créées dans les années qui suivent.

En 1926, la Chattanooga Coca-Cola Bottling Company est achetée par la Coca-Cola Bottling Company United basée à Birmingham en Alabama[13]. En parallèle, la société Topo Chico Company obtient la première franchise pour le Mexique[14].

Certificate of Purchase de la Coca-Cola Company en date du 20 février 1929[15].

En 1929, l'entreprise est cotée en bourse à New York. En 1929, les chiffres de l'année 1928 indiquent que les ventes de bouteilles dépassent ceux des fontaines[16]. Robert Woodruff organise un comité de standardisation baptisé Standardization Committee of the Coca-Cola Company of Atlanta, qui sera actif jusqu'en 1932[16]. Ce comité permet de définir des règles pour l'ensemble des éléments de production de la marque, dont le graphisme et l'architecture[16]. En 1931, près de 1350 usines d'embouteillages sont dénombrées aux États-Unis et les nouvelles constructions se doivent d'adopter les règles d'architecture établies par le comité[16].

Après la Seconde guerre mondiale, Coca-Cola exerce d’énormes pressions pour s’implanter en France, s’appuyant notamment sur une campagne de presse, et obtient même l'intervention du Département d’État[17].

En 1950, la première publicité pour la marque est diffusée le jour de l'Action de grâce[18].

En septembre 1960, Coca Cola acquiert l'entreprise Minute Maid[19],[20]. Depuis 1968, la société s'associe avec de nombreux événements sportifs, comme la Coupe du monde de football de 2010 et les Jeux olympiques de 2012[21].

En 1974, les brasseries rwandaises Bralirwa ouvre une usine à Kigali en 1974 en partenariat avec Coca-Cola pour la production sous franchise de soda [22].

1980-2010 : Acquisitions d'embouteilleurs[modifier | modifier le code]

En 1980, la Coca-Cola Company achète la Coca-Cola Bottling Company of New York pour 215 millions d'USD[23]. En 1982, Coca-Cola Company achète l’Associated Coca-Cola Bottling Company pour 417,5 millions d'USD[24]. En 1982, la société Coca-Cola achète le studio Columbia Pictures, mais le revend en 1989 à la société japonaise Sony[25]. En 1986, la Coca-Cola Company achète la division embouteillage de Beatrice Foods et celle de la famille de John T. Lupton II[26],[27]. Les entreprises achetées sont alors regroupées dans une entité dédiée nommée Coca-Cola Enterprises en 1986[28].

Le , Coca-Cola achète 41 % de l'entreprise australienne et embouteilleur Amatil pour 328 millions d'USD[29],[30].

Le , Coca-Cola Enterprise achète pour 439 millions d'USD le Johnston Coca-Cola Bottling Group, basé à Chattanooga et premier embouteilleur indépendant de Coca-Cola aux États-Unis[31].

En 1993, la société Coca-Cola India acquiert les marques Thums Up et Maaza à la société Parle-Bisleri[32].

Le , Coca-Cola Bottling et Coca-Cola Company forment un partenariat nommé Piedmont Coca-Cola Bottling dans lequel Coca-Cola Bottling achète et prend en charge des zones de distributions significatives en Caroline du Nord et Caroline du Sud[33].

Consommation annuelle de Coca-Cola, nombre d'unités consommées par habitant.

Le , la Coca-Cola Company achète la société et la marque de bière américaine Barq's[34].

En 1997, Cobega et la Coca-Cola Company forment l’Equatorial Coca-Cola Bottling Company détenue respectivement à 70 % par Cobega et 30 % par Coca-Cola[35]. Le , Coca-Cola Amatil détenu à 40 % par Coca-Cola achète Coca-Cola Bottlers Philippines[36], détenue par San Miguel Corporation et à 30 % par Coca-Cola. Suite à cette acquisition, San Miguel détient 25 % d'Amatil et Coca-Cola descend à 33 %[36].

En 1998, Coca-Cola Enterprises achète la Cameron Coca-Cola Bottling[37]. Cet achat coïncide avec ceux de cinq autres embouteilleurs par Coca-Cola Enterprises pour 770 millions d'USD visant à consolider la chaîne de distribution au milieu de la guerre du cola contre Pepsi. En décembre 1998, Embotelladora Andina achète pour 25,5 millions d'USD les 49 % détenus par la Coca-Cola Company dans l'entreprise d'eau minérale argentine Vital mais Coca-Cola achète pour 10,7 millions d'USD la source et l'usine de production Vital installée à Chanqueahue[38].

En octobre 2001, la société acquiert la marque Odwalla pour 186 millions d'USD[39].

Le , Cobega achète pour 85 millions d'USD les deux sociétés marocaines SBGN et SBGS (pour Sociétés des Boissons Gazeuses du Nord et du Sud) achetées par The Coca-Cola Export Company en 1999[35]. Fin décembre 2002, la société achète l'embouteilleur Panamerican Beverages (Panamco), basé au Mexique et desservant l'Amérique centrale, la Colombie, le Venezuela et le Brésil pour 3,6 milliards d'USD[40]. Coca-Cola Company détenait 25% de Panamco[40].

En février 2007, Coca-Cola Company achète Fuze Beverage pour un montant estimé à 250 millions d'USD[41]. Coca-Cola a également obtenu les droits sur NOS Energy Drinks et WaterPlus dans le cadre de l'achat[42]. Cette décision a été considérée comme un effort stratégique pour élargir le portefeuille de boissons non gazeuses de la société, et plus particulièrement pour concurrencer la gamme SoBe de PepsiCo proposant des mélanges de jus de fruits et eaux améliorées[43]. C'est aussi un la confirmation d'un changement de stratégie pour Coca-Cola qui désormais achète des entreprises de boissons innovantes au lieu de développer de nouveaux produits en interne[44]. En mai 2007, Coca-Cola achète la société Energy Brands / Glacéau produisant les eaux minérales Vitaminwater pour 4,1 milliards d'USD[45],[46],[47].

En 2007, Coca-Cola Company et Coca-Cola FEMSA achètent le producteur de jus de fruit mexico-brésilien Jugos del Valle pour 370 millions d'USD[48]. Coca-Cola Company achète 34 % du japonais Tokyo Coca-Cola Bottling Company ainsi qu'une participation supplémentaire de 11 % dans Nordeste Refrigerantes durant le troisième trimestre 2007 totalisant 60 % de cette société brésilienne[49]. En parallèle Coca-Cola vend 238 millions d'USD sa participation dans le brésilien Vonpar Refrescos[49].

En 2009, Coca Cola tente d'acquérir Huiyuan Juice pour 2,4 milliards de dollars, mais l'autorité de la concurrence chinoise s'oppose à cette acquisition[50].

Depuis 2010 : Réorganisation du réseau[modifier | modifier le code]

Bouteille de Coca-Cola.

En 2010, la Coca-Cola Company fait évoluer son réseau et en partie son propre embouteilleur. Le , la Coca-Cola Company achète la branche nord-américaine de l'embouteilleur Coca-Cola Enterprises[51]. D'un côté les activités d'embouteillage européennes sont en partie réorganisées, de l'autre les activités d'embouteillage et de fontaines nord-américaines ont été regroupées dans une division nommée Coca-Cola Refreshments[51]. Le reste des participations est resté similaire. en parallèle à cette transaction la Coca-Cola Company a vendu ses participations dans Coca-Cola Drikker AS (Norvège) et Coca-Cola Drycker Sverige AB (Suède) à Coca-Cola Enterprises[51].

En 2011, la société fête ses 125 années d'existence[21]. La société achète pour un total de 971 millions d'USD plusieurs embouteilleurs comme Great Plains Coca-Cola Bottling Company, la société Honest Tea et augmente sa participation dans le japonais Coca-Cola Central Japan Company[52]. L'achat de Great Plains Coca-Cola Bottling Company s'élève à 360 millions d'USD et concerne le 5e embouteilleur des États-Unis avec des territoires en Oklahoma et en Arkansas[53]. Great Plains avait été fondé en 1922 par Virgil Browne et les 9 usines de la société ont été intégrée à Coca-Cola Refreshments[53]. Le , la Coca-Cola Company revend sa part de 45,5 % dans Coca-Cola Embonor un embouteilleur au Chili à la société Rentas Libras Holding Limitada qui en détient déjà 26,7 %[54].La transaction représente 394 millions d'USD[52].

En 2012, Coca-Cola achète pour 820 millions 50 % dans Aujan Industries Company, une entreprise de boissons au Moyen-Orient et 49 % de la société d'embouteillage associée[52],[55]. Coca-Cola investit aussi dans Mikuni Coca-Cola Bottling Co., un embouteilleur japonais partenaire qui a ensuite fusionné avec les trois sociétés japonaises dans Coca-Cola East Japan Bottling Company, achète l'embouteilleur américain Sacramento Coca-Cola Bottling Co. et des embouteilleurs au Viet Nam, Cambodge et au Guatemala[52].

En 2013, Coca-Cola finalise son acquisition de la société Fresh Trading commercialisant les produits Innocent[52]. Coca-Cola mentionne aussi un investissement dans un embouteilleur de Myanmar[52]. À la suite de l'achat de plusieurs embouteilleurs allemands en 2007, Coca-Cola paye 498 millions d'USD pour racheter les parts restants de Coca-Cola Erfrischungsgetränke[52]. En parallèle l'entreprise vend des participations aux Philippines et au Brésil[52]. En 2013, quatre embouteilleurs japonais ont fusionné pour former la Coca-Cola East Japan Bottling Company[56].

En , Coca-Cola achète 10% de Green Mountain Coffee pour 1,25 milliards d'USD[57],[58]. En , Coca Cola acquiert 16,7 % de Monster Beverage Corporation, qui distribue notamment la boisson Monster Energy, pour 2,15 milliards de dollars[59]. Le , SABMiller, la Coca-Cola Company et la Gutsche Family Investments annoncent un accord pour la fusion des activités soda de SABMiller et Coca-Cola South African Bottling Company (Sabco) sous une société commune nommée Coca-Cola Beverages Africa[60],[61],[62]. La fusion s'est effectuée sans échange d'argent[63]. En plus de cet accord de fusion, la Coca-Cola Company accepte d'acquérir en décembre 2014 les marques de boissons gazeuses pétillantes Appletiser dans le monde entier et d'acheter ou d'obtenir une licence pour 19 autres noms de produits non alcoolisés en Afrique et en Amérique latine auprès de SABMiller pour environ 260 millions d'USD[63],[64].

En juin 2015, la Coca-Cola Company accorde deux franchises pour de nouveaux embouteilleurs, la Great Lakes Coca-Cola Distribution filiale de Reyes Holdings dans la zone de Chicago et le nord-ouest de l'Indiana et Coca-Cola Beverages Florida en Floride centrale[65].

En septembre 2015, la Coca-Cola Company vend 9 usines d'embouteillages pour 380 millions d'USD à Coca-Cola Bottling Consolidated, Coca-Cola Bottling Company United et Swire Coca-Cola USA, dans le but de réorganiser son activité d'embouteillage entre ces différents groupes affiliés[66]. Le même mois, Coca-Cola annonce l'acquisition pour 3,15 milliards de dollars de Coca-Cola Beverages Africa, présent dans l'embouteillage, dont Anheuser-Busch InBev était co-actionnaire à hauteur de 54,5 %, suite au rachat de SABMiller[67].

Le , la Coca-Cola Company annonce une prise de participation minoritaire de 40% dans Chi Limited et son intention d'augmenter la participation à 100% sous trois ans et des approbations réglementaires[68].

Le , la Coca-Cola Company vends pour 215 millions d'USD la Great Plains Coca-Cola Bottling Company à la société mexicaine Arca Continental[69]. Le , la Coca-Cola Company achète pour 220 millions d'USD la marque d'eau minérale Topo Chico à la société mexicaine Arca Continental[70]. Le , la société Liberty Coca-Cola Beverages annonce acquérir auprès de la Coca-Cola Company les activités d'embouteillage de la région du Grand New York[71],[72]. L'entreprise a été fondée par Paul Mulligan et Fran McGorry, anciens responsables de Coca-Cola Refreshments[72].

En août 2018, Coca Cola annonce l'acquisition de la chaîne de café Costa Coffee pour 5,1 milliards de dollars à Whitbread[73]. Le , Coca-Cola FEMSA revend sa participation de 51% dans Coca-Cola Philippines à la Coca-Cola Company au travers de son Bottling Investissments Group[74]. En septembre 2018, Coca Cola acquiert la marque de soda française Tropico, pour un montant non dévoilé[75].

Le , la Coca-Cola Company annonce qu'elle détient désormais 100 % de CHI Limited, après l'acquisition des 40 % qu'elle ne détenait pas auprès de Tropical General Investment[76],[77].

En juillet 2020, la Coca-Cola Company annonce vouloir arrêter la marque Odwalla pour se concentrer sur les marques Minute Maid et Topo Chico[78],[79].

Le , Coca-Cola European Partners (détenue à 19% par Coca-Cola Company) annonce lancer une offre d'acquisition sur Coca-Cola Amatil (détenue par Coca-Cola Company à 31%) pour l'équivalent de 6,6 milliards d"USD[80].

Produits et marques[modifier | modifier le code]

Siège social de la société, localisé à Atlanta.

La société est souvent associée à son produit phare, le Coca-Cola. Toutefois, elle produit une grande gamme de boissons sous différentes marques et parfois dans certains pays pour des concurrents[81]. Ces marques incluent parmi tant d'autres : NALU Energizer, une boisson de 25 cl récente énergisante pétillante et fruitée revigorante à base d'ingrédients naturels (sans taurine), Crystal, une eau minérale brésilienne[82], et Formula 50, la boisson du rappeur américain 50 Cent[83].

La société obtient néanmoins quelques ratés dont le Dasani, le New Coke, (nouvelle formule pour le Coca-Cola) et OK Soda. La société Coca-Cola souhaitait également lancer un nouveau produit sur la base d'un soda au goût de Coca-Cola mais transparent. Ce projet a été abandonné, l'entreprise ayant été devancée par PepsiCo lors du lancement d'un produit similaire : le Crystal Pepsi. Cette boisson a l'aspect d'une limonade et le goût d'un cola.

Le , Disney Parks et Coca-Cola annoncent des canettes exclusives aux zones Star Wars: Galaxy's Edge pour le Coca-Cola, le Diet Coke, le Sprite et le Dasani avec des écritures en Aurebesh et de forme sphérique; mini droïde BB-8 ou détonateur thermique[84],[85].

Organisation[modifier | modifier le code]

Camion Coca-Cola à Atlanta à l'approche de Noël, avec le siège de la compagnie en arrière-plan à gauche.

La société The Coca-Cola Company se définit dans ses rapports annuels comme une société détenant des marques de boissons non alcoolisées et produisant ces boissons au travers de sociétés détenues, contrôlées ou des partenaires indépendants assurant l'embouteillage, la distribution et la vente. L'organisation de la société a changé en octobre 2010 avec l'achat de la branche nord-américaine du principal embouteilleur, Coca-Cola Enterprises. En général, la Coca-Cola Company (TCCC) et ses filiales produisent juste le concentré de sirop qui est ensuite vendu à différents embouteilleurs à travers le monde et qui détiennent une franchise Coca-Cola. Ces sociétés d'embouteillage bénéficient alors d'une exclusivité sur un territoire donné, produisent le produit fini en canette et en bouteille à partir du mélange du concentré et d'eau filtrée. Les embouteilleurs commercialisent, vendent et distribuent les produits Coca-Cola aux magasins, distributeurs automatiques et restaurants.

Une exception à ce principe, aux États-Unis où TCCC est responsable en direct de la fabrication, de la vente et de la distribution des fontaines à soda directement auprès des grossistes et de certains détaillants. Ce système un peu unique dans le monde de l'agro-alimentaire avait été appliqué par Coca-Cola, et son principal concurrent Pepsi, dès leur début. Ainsi dès les années 1920, Coca-Cola compte plus de 1 000 embouteilleurs différents[86]. À partir des années 1970, Coca-Cola commence à internationaliser cette activité en rachetant certains de ses embouteilleurs indépendants.

Réseau des années 1990-2000 : Concentration avec Coca-Cola Refreshments[modifier | modifier le code]

Société Coca-Cola à Madrid (Espagne).

En 1986, la Coca-Cola Company crée Coca-Cola Enterprises et commence à y regrouper ses activités d'embouteillage en Amérique du Nord. Mais elle reste minoritaire en ne prenant que 49 % du capital. Au cours des années 1990, par une série d'absorptions et de fusions, cette société va acquérir d'autres activités d'embouteillage en Amérique du Nord et en Europe jusqu'à sa position actuelle[86].

Les rapports annuels 2003[87] et 2009[88] détaillent l'organisation suivante :

Réseau des années 2010 : Externalisation aux États-Unis[modifier | modifier le code]

À partir de 2013, le modèle économique aux États-Unis change d'un quasi monopole de la Coca-Cola Company au travers de sa filiale Coca-Cola Refreshements au profit d'une multitude de partenaires plus ou moins indépendants, près de 70 en 2017[89]. La transformation se fait principalement par la vente de divisions régionales à des entreprises tierces[89]. En 2017, la société a revendu la Tri-State Metro Operating Unit (New York, New Jersey, Philidelphie) à la Liberty Coca-Cola Beverages, les activités californienne à Reyes Holdings sous le nom Reyes Coca-Cola Bottling et les activités dans l'Ouest à Swire Coca-Cola[89].

Le rapport annuel 2019[90] détaille l'organisation suivante pour les principaux embouteilleurs :

  • Coca-Cola FEMSA, pour l'Amérique du Sud et l'Amérique latine
  • Coca-Cola European Partners, pour l'Europe de l'Ouest
  • Coca-Cola Hellenic Bottling Company pour l'Europe centrale et de l'Est comprenant aussi bien l'Italie, l’Irlande du Nord, la Pologne mais aussi le Nigéria
  • Arca Continental, pour l'Ouest et la nord du Mexique, les états américains de la frontière mexicaine, le nord de l’Argentine, l’Équateur et le Pérou
  • Swire Beverages, pour la Chine et Taïwan mais aussi 13 états de l'Ouest américain (principalement la façade pacifique)

Certaines sont détenues partiellement par la Coca-Cola et d'autres sont des embouteilleurs indépendants. Le rapport mentionne les sociétés dans lesquelles la Coca-Cola Company détient des parts[91] mais n'est pas exhaustif.

Tableau actualisé[modifier | modifier le code]

Participations et embouteilleurs indépendants de la Coca-Cola Company
Société Type Pourcentage
Actionnaire
Zone géographique
Abarta Coca-Cola Beverages Indépendant Abarta États-Unis : Pennsylvanie, Virginie-Occidentale et Ohio
Aujan Industries Company J.S.C. Participation 50 % Afrique orientale et Moyen-Orient
Arca Continental Indépendant Arca Continental
Drapeau du Mexique Mexique
Mexique, Équateur et Argentine
BA Sports Nutrition (BodyArmor) Participation part minoritaire International : boissons sportives
Bralima Indépendant Heineken
Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas
Congo
Bralirwa Indépendant Heineken
Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas
Rwanda
Chi Limited Participation 60 % Nigeria : produits laitiers, les boissons et les collations au
Coca-Cola Amatil Participation 30,8 % Australie, Nouvelle-Zélande, l'Indonésie, la Nouvelle-Guinée
Coca-Cola Andina Participation 7,3 % Chili, Argentine, Paraguay et Brésil
Coca-Cola Beverages Africa Participation 68 % Sud du continent africain
Coca-Cola Beverages Florida Indépendant - États-Unis : Floride
Coca-Cola Beverages Northeast Indépendant Kirin Drapeau du Japon Japon États-Unis : Nouvelle-Angleterre
Coca-Cola Beverages Philippines Participation 51 % Philippines
Coca-Cola Bottlers Japan Holdings Participation 15,6 % Japon
Coca-Cola Bottling Co. Consolidated Participation 35 % États-Unis: Sud-est, le Midwest et la partie médio-atlantique
Coca-Cola Bottling Company United Indépendant - États-Unis : Alabama
Coca-Cola Embonor Indépendant - Chili, Bolivie
Coca-Cola European Partners Participation 19 % Europe de l'Ouest
Coca-Cola FEMSA Participation 28 % Brésil, en Colombie et au Venezuela
Coca-Cola Hellenic Bottling Company Participation 23 % Europe centrale et de l'Est
Coca-Cola İçecek Participation 19,1 % Turquie
Corporación Lindley Indépendant Arca Continental
Drapeau du Mexique Mexique
Pérou
Costa Coffee Participation 100 % International : Café
Great Lakes Coca-Cola Bottling Indépendant Reyes Holdings
Drapeau des États-Unis États-Unis
États-Unis : Chicago et Nord-Ouest de l'Indiana.
Great Plains Coca-Cola Bottling Company Indépendant Arca Continental
Drapeau du Mexique Mexique
États-Unis : Oklahoma
Heartland Coca-Cola Bottling Company Indépendant Ulysses Bridgeman
Drapeau des États-Unis États-Unis
États-Unis : Kansas, Illinois
Jefferson City Coca-Cola Bottling Company Indépendant - États-Unis : Missouri
Liberty Coca-Cola Beverages Indépendant Reyes Holdings
Drapeau des États-Unis États-Unis
États-Unis : New York, New Jersey et Philadelphie
Monster Beverage Corporation Participation 19,4 % Boisson énergisante à l'international
Reyes Coca-Cola Bottling Indépendant Reyes Holdings
Drapeau des États-Unis États-Unis
États-Unis : Californie et Nevada
Swire Coca-Cola Beverages Indépendant Swire
Drapeau de la République populaire de Chine Chine
Chine, Hong Kong, Taïwan
Swire Coca-Cola USA Indépendant Swire
Drapeau de la République populaire de Chine Chine
États-Unis : Arizona, Californie, Colorado, Idaho, Kansas, Nebraska, Nevada, Nouveau-Mexique, Oregon, Dakota du Sud, Utah, Washington et Wyoming
Timber Country Coca-Cola Beverages (Coca-Cola Bottling Company of Roseburg)[Link 1] Indépendant - États-Unis : Oregon et Californie du Nord

Données économiques[modifier | modifier le code]

Résultats financiers[modifier | modifier le code]

Résultats financiers annuels de The Coca-Cola Company
(En millions de USD)
Année Chiffre d'affaires Résultats net
1995[92] 18 127 2 986
1996[92] 18 673 3 492
1997[92] 18 868 4 129
1998[92] 18 813 3 553
1999[93] 19 284 2 431
2000[93] 19 889 2 177
2001[93] 20 092 3 969
2002[94] 19 564 3 050
2003[94] 21 044 4 347
2004[95] 21 962 4 847
2005[96] 23 104 4 872
2006[97] 24 088 5 080
2007[98] 28 857 5 981
2008[99] 31 944 5 807
2009[100] 30 990 6 824
2010[101] 35 119 11 809
2011[102] 46 542 8 572
2012[103] 48 017 9 019
2013[104] 46 854 8 584
2014[105] 45 998 7 098
2015[106] 44 294 7 351
2016[107] 41 863 6 527
2017[108] 35 410 1 248
2018[109] 31 856 6 434
2019[4] 37 266 8 920

Le premier trimestre 2015 marque un léger tournant pour l'entreprise. Pour la première fois depuis 9 trimestres, le géant américain voit son chiffre d'affaires augmenter de 1,3 %(10,71 milliards de dollars)[110].

Actionnaires[modifier | modifier le code]

Actionnaires de The Coca-Cola Company
Au 25/09/2019[111]
Nom Actions %
Berkshire Hathaway 400 000 000 9,38%
The Vanguard Group 298 322 802 6,99%
Capital Research & Management 232 215 000 5,44%
James B. Williams 191 648 069 4,48%
SSgA Funds Management 175 606 899 4,12%
BlackRock Fund Advisors 92 076 953 2,16%
Wellington Management 81 490 595 1,91%
Capital Research & Management(Global) 66 661 733 1,56%
Capital Research & Management (International) 64 284 366 1,51%
Northern Trust Investments 51 506 366 1,21%

Profits et imposition[modifier | modifier le code]

Le groupe utilise plusieurs paradis fiscaux, notamment les îles Caïmans pour dissimuler ses profits aux diverses administrations fiscales. Selon BFM Business, en 2015, les bénéfices cachés de l'entreprise représentaient 32 milliards de dollars et de ce fait 11 milliards de dollars échappaient à l'administration fiscale américaine. Le groupe a fait l'objet d'un redressement fiscal de 3,3 milliards de dollars pour les années 2007 à 2009[112].

Controverses[modifier | modifier le code]

Affaire Dasani[modifier | modifier le code]

La société Coca-Cola est également le troisième producteur mondial d'eau en bouteilles. Cette volonté de diversification dans le secteur très porteur[réf. nécessaire] de l'eau en bouteille, aux États-Unis, autant qu'en Europe, est due au fait que les sodas sont accusés de favoriser l'obésité et souffrent d'une mauvaise image, mais il ne suffit pas de viser un marché prospère, comme le marché européen des eaux en bouteille, pour réussir. Coca-Cola vend donc, en particulier, une eau minéralisée sous la marque Dasani, qui a la particularité d'être en fait de l'eau du robinet purifiée à laquelle des minéraux sont ajoutés. Lancée au Royaume-Uni au début 2004, la presse britannique a beaucoup ironisé sur le sujet, car il s'agissait d'une eau filtrée et enrichie après avoir été puisée au robinet. Coca-Cola se défendit en disant que l'eau était purifiée et enrichie de minéraux, mais la société de distribution d'eau potable protesta contre cette communication en affirmant que l'eau qu'elle fournissait était potable, qu'elle n'avait pas besoin d'être purifiée et que les analyses montraient que sa minéralisation était déjà parfaite quels que soient les besoins des consommateurs et pouvait même être donnée aux bébés[113].

Malheureusement pour Coca-Cola, un incident - un taux de bromates anormalement élevé dans certains lots - contraignit, le 24 mars 2004, la société, après avoir retiré du marché britannique 500 000 bouteilles, à prendre la décision de retirer définitivement sa marque de la vente dans les marchés britanniques et de repousser le lancement attendu en France et en Allemagne, la campagne de communication ayant été un échec complet, de nombreux articles critiques paraissaient dans la presse[113],[114]. Une variante de cette eau était prête à être lancée dans les marchés français. Il s'agissait, soi-disant, d'un produit différent, car provenant d'une véritable source d'eau minérale, donc initialement « naturelle », juste enrichie en calcium et en magnésium[115]. Son lancement était prévu à compter du , et Coca-Cola, fort de son savoir-faire marketing, avait engagé un budget de lancement important et lancé sur le terrain plusieurs centaines de ses commerciaux[116]. La société comptait aussi sur l'important battage publicitaire (notamment en tant que sponsoring lors des Jeux olympiques d'été de 2004 et de la Coupe d'Europe de football de 2004) pour s'implanter durablement sur le marché européen[réf. souhaitée].

Mais, la grande distribution ne voulait pas accorder à l'eau Dasani toute la place voulue car les rayons « eaux » étaient déjà encombrés d'une multitude de références, et lorsque l'affaire britannique éclata, la firme préféra renoncer à son lancement, car il existait alors un risque réel de polémique et de confusion dans l'esprit des consommateurs. Cependant l'eau Dasani est toujours commercialisée dans 18 pays et elle est la deuxième marque la plus vendue aux États-Unis[réf. nécessaire]. Le groupe prévoit de relancer la marque en Europe à une date ultérieure[Quand ?],[117].

Interdiction d'importation en Inde[modifier | modifier le code]

Coca-Cola est interdit d'importation en Inde en 1970 pour avoir refusé de livrer la liste de ses composants[118]. En 1993, l'interdiction est levée après l'arrivée de Pepsi sur le marché[119]. Une enquête menée par le Centre pour la Science et l'Environnement (CSE), laboratoire indépendant de New Delhi, montre que ces boissons, comme plusieurs marques d'eau en bouteilles fabriquées pour certaines par Coca-Cola ou Pepsi, contenaient des résidus de pesticides dangereux, avec une dose 36 fois supérieure à la norme européenne pour Pepsi, et 30 fois supérieure pour Coca-Cola. La présence de ces produits pourrait provoquer des cancers, atteindre les systèmes nerveux et immunitaire et causer des malformations chez les nouveau-nés. Aucune loi n'interdisait la présence de pesticides dans les boissons en Inde.

Pour la CSE, ces résidus proviennent de l'eau extraite des nappes phréatiques par les usines. La pollution des nappes étant quant à elle causée par l'épandage de pesticides dans les champs environnants. Dans l'État de Kerala, une agence a affirmé avoir trouvé 201,8 milligrammes de cadmium par kilogramme dans les boues sortant de l'usine et offertes comme fertilisants aux agriculteurs. Cette dose, quatre fois supérieure aux doses normales, peut provoquer des cancers chez les personnes qui y sont exposées. L'ONG activiste Greenpeace aurait également trouvé un taux supérieur aux normes et, par précaution, a demandé la fermeture du site de production. À la suite de ces nouvelles, et fort de la contre-publicité faite aux embouteilleurs par ces ONG, de nombreux Indiens ont brûlé des bouteilles de soda de ces deux marques dans les rues. Le gouvernement a demandé une étude comparée avec les bouteilles de ce soda à destination du marché des États-Unis. Le , l'Inde demande à nouveau le retrait de la circulation des produits Coca-Cola, Pepsi, Virgin-cola et Corsica-cola.

Fausses expertises scientifiques[modifier | modifier le code]

En 2019, Le Monde révèle que la firme a investi 8 millions d’euros depuis 2010 rien qu’en France pour faire dire à des professionnels de santé et des chercheurs que la dégradation de la santé publique avait plus de lien avec l’activité physique que les apports énergétiques, notamment via les boissons qu’elle produit[120].

Activité de lobbying[modifier | modifier le code]

En France[modifier | modifier le code]

La compagnie Coca-Cola est inscrite comme représentant d'intérêts auprès de l'Assemblée nationale[121]. Elle déclare à ce titre en 2014 un chiffre d'affaires de 2 200 000 000 euros, et indique que les coûts annuels liés aux activités directes de représentation d'intérêts auprès du Parlement s'élèvent à 65 000 euros[122].

Pour l'année 2017, Coca-Cola services France et Coca-Cola European Partners déclarent à la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique exercer des activités de lobbying en France pour un montant qui n'excède pas, respectivement, 50 000[123] et 100 000 euros[124].

Auprès des institutions de l'Union européenne[modifier | modifier le code]

The Coca-Cola Company est inscrite depuis 2009 au registre de transparence des représentants d'intérêts auprès de la Commission européenne. Elle déclare en 2016 pour cette activité 3 collaborateurs à temps plein et des dépenses d'un montant de 620 000 euros[125]. L'entreprise est en outre représentée par un cabinet spécialisé pour un budget compris entre 200 000 et 300 000 euros[126].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c Proxy Statement, (SEC filing)Voir et modifier les données sur Wikidata
  2. (en) [1]
  3. Boursorama, COCA-COLA CO > Société> Données boursières, consulté le 17/02/2018
  4. a b et c (en) « The Coca-Cola Company - 2019 Annual Report on Form 10-K » [PDF], p. 76
  5. (en) Nick Mathiason, « Coke 'drinks India dry' », sur The Guardian, (consulté le 11 mai 2014).
  6. (en) « Global 500 (Classement « Global 500 ») », sur money.cnn.com (consulté le 13 juin 2013).
  7. [PDF] « Un certain anti-américanisme : un racisme certain » (consulté le 22 juillet 2009).
  8. (en) « Pirates of Business » (consulté le 13 juin 2013).
  9. Le classement 2014 des marques qui valent le plus cher dans le monde, Challenges, 9 octobre 2014
  10. (en) « Why We Took Cocaine Out of Soda », sur The Atlantic, (consulté le 11 mai 2014).
  11. a b c d et e (en) Mary Bellis, « The History of Coca Cola. John Pemberton was the inventor of Coca Cola », sur About.com (consulté le 11 mai 2014).
  12. (en) « The history of the Haddon Sundblom Santa. We celebrate the iconic Coca-Cola Santa Claus, created by artist Haddon Sundblom », sur Coca Cola UK (consulté le 11 mai 2014).
  13. a et b (en) Dave Flessner, « Coca-Cola bottling marks 120 years in Chattanooga », sur timesfreepress.com, (consulté le 16 septembre 2020)
  14. (en) « Topo Chico Mineral Water - Monterrey, Mexico », sur tinviennaartplates.com (consulté le 22 septembre 2020)
  15. Aktiensammler 02/03, p. 9, (ISSN 1611-8006)
  16. a b c et d (en) Blaine Martin, « The Architecture of Refreshment », sur 2018 (consulté le 27 octobre 2020)
  17. « Complots et complotismes en cartes, citations, faits et chiffres », Le Monde diplomatique,‎ (lire en ligne, consulté le 12 mai 2018)
  18. (en) « Highlights in the History of Coca-Cola Television Advertising », sur About.com (consulté le 11 mai 2014).
  19. The Minute Maid Company, Fundinguniverse.com
  20. (en) « Merger Discussions Being Held By Coca-Cola and Minute Maid; Soft Drink Company Would Issue 1 Share for 2.2 of Citras Juice Concern COCA-COLA HOLDS TALKS ON MERGER », sur The New York Times, (consulté le 28 septembre 2020)
  21. a et b (en) « History of Coca‑Cola: 2000-Now », sur Coca-Cola UK (consulté le 11 mai 2014).
  22. Ernest Ironsa Magayane, « Chapitre 3 : présentation de la Bralirwa et de sa direction logistique », sur Mémoire online
  23. Coca-cola Buys Own Bottling Firm
  24. A $417.5 MILLION OFFER BY COCA-COLA FOR BOTTLER
  25. (en) Geraldine Fabrikant, « DEAL IS EXPECTED FOR SONY TO BUY COLUMBIA PICTURES », sur New York Times, (consulté le 11 mai 2014).
  26. Coca-Cola to Pay 1 Billion for Bottling Plants in US and Canada
  27. NANCY YOSHIHARA, « Coke to Buy JTL Bottling Operations for $1.4 Billion », Los Angeles Times,‎ (ISSN 0458-3035, lire en ligne, consulté le 26 septembre 2015)
  28. Financial Times "Coca-Cola has tended to keep its bottlers at arm’s length"
  29. (en) Marc Rice, « Coca-Cola Buying Into Australian Food Company », sur Associated Press, (consulté le 21 septembre 2020)
  30. (en) « Coke Agrees to Buy Stake in Australian... », sur Los Angeles Times, (consulté le 21 septembre 2020)
  31. (en) Associated Press, « COMPANY NEWS; Coke's Largest Bottler Plans Key Acquisition », sur The New York Times, (consulté le 16 septembre 2020)
  32. (en) Prachi Gupta, « World to get a taste of India’s Thums Up, Maaza, as Coca-Cola to take iconic brands overseas », sur Financial Express, (consulté le 28 septembre 2020)
  33. (en) « Coca-Cola Bottling Co. Consolidated - Annual Report to Security Holders 2020 », sur sec.gov, (consulté le 14 septembre 2020)
  34. (en) Bloomberg News, « Coca-Cola to acquire Barq's, a root Beer Maker », sur The New York Times, (consulté le 28 septembre 2020)
  35. a et b (en) Aissa Amourag et Adama Sylla, « Coca-Cola céde deux de ses filiales au groupe espagnol Cobega », sur La Gazette du Maroc, (consulté le 21 septembre 2020)
  36. a et b (en) « Coca-Cola Amatil gives fourth seat to San Miguel », sur glassonline.com, (consulté le 21 septembre 2020)
  37. (en) Ken Zapinski, « Family-run Cameron acquired by Coke », (consulté le 31 juillet 2010)
  38. (en) « Embotelladora Andina S.A. FORM 20-F », sur sec.gov, (consulté le 2 novembre 2020)
  39. (en) Erin McClam, « To juice up its offerings, Coke buys Odwalla », sur The Seattle Times, (consulté le 5 octobre 2020)
  40. a et b (en) N. H., « Coca-Cola Femsa achète Panamco pour 3,6 milliards de dollars », sur Les Échos, (consulté le 16 septembre 2020)
  41. « Coca-Cola buys Fuze Beverage », dailycamera.com (consulté le 19 mai 2015)
  42. (en) « Coca-Cola to buy juice and tea maker Fuze », sur Reuters, (consulté le 5 octobre 2020).
  43. (en) Bloomberg News, « Coca-Cola to Buy Fuze Beverage », sur The New York Times, (consulté le 5 octobre 2020)
  44. (en) Nina Lentini, « Coke Buys Fuze, Vows Unit Will Remain Separate », sur MediaPost Publications, (consulté le 5 octobre 2020)
  45. (en) Communiqué officiel, « The Coca-Cola Company to Acquire Glacéau, Maker of Vitaminwater, for $4.1 Billion », sur Business Wire, (consulté le 15 octobre 2020)
  46. (en) Martinne Geller, « Coca-Cola to buy Glaceau for $4.1 billion », sur Reuters, (consulté le 15 octobre 2020)
  47. (en) Andrew Ross Sorkin et Andrew Martin, « Coca-Cola Agrees to Buy Vitaminwater », sur The New York Times, (consulté le 15 octobre 2020)
  48. (en) « The Coca-Cola Company - 2007 Annual Report on Form 10-K » [PDF], p. 84
  49. a et b (en) « The Coca-Cola Company - 2007 Annual Report on Form 10-K » [PDF], p. 85
  50. Pékin rejette l'offre de Coca-Cola sur Huiyuan Juice, Reuters, 18 mai 2009
  51. a b et c (en) « The Coca-Cola Company - 2013 Annual Report on Form 10-K » [PDF], p. 4
  52. a b c d e f g et h (en) « The Coca-Cola Company - 2013 Annual Report on Form 10-K » [PDF], p. 89
  53. a et b (en) « Coca-Cola purchases Great Plains bottler » (consulté le 16 septembre 2020)
  54. (en) « Coke Chile To Sell Embonor Stake », sur institutionalinvestor.com/, (consulté le 27 octobre 2020)
  55. « Coca-Cola met la main sur la moitié du saoudien Aujan », sur L'Express, (consulté le 2 novembre 2020)
  56. (en) « The Coca-Cola Company - 2013 Annual Report on Form 10-K » [PDF], p. 129
  57. (en) Samantha Sharf, « Do It Yourself Coke: Coca-Cola Buys Stake In Keurig Maker Green Mountain Coffee », sur Forbes, (consulté le 22 septembre 2020)
  58. (en) Lisa Baertlein et Phil Wahba, « Coca-Cola takes $1.3 billion stake in Green Mountain », sur Reuters, (consulté le 22 septembre 2020)
  59. Coca-Cola to buy 16.7 percent stake in Monster Beverage, Anjali Athavaley, Reuters, 14 août 2014
  60. Nathalie Thomas, « SABMiller agrees $3bn Coca-Cola bottling deal », sur The Telegraph, The Daily Telegraph, (consulté le 9 décembre 2014)
  61. « The Coca-Cola Company, SABMiller And Coca-Cola SABCO To Form Coca-Cola Beverages Africa », The Coca-Cola Company, (consulté le 19 décembre 2014)
  62. « Press Releases - The Coca-Cola Company, SABMiller plc and Coca-Cola Sabco to form Coca-Cola Beverages Africa » [archive du ], SABMiller, (consulté le 4 décembre 2014)
  63. a et b « UPDATE 2-SABMiller, Coke team up to bottle Africa's fizzy drinks », Reuters, (consulté le 9 décembre 2014)
  64. Nick Hedley, « SABMiller forges closer Coca-Cola ties », sur BDLive, (consulté le 9 décembre 2014)
  65. (en) Communiqué officiel, « The Coca-Cola Company Announces Closing of Transaction with Two New Bottling Partners », sur Business Wire, (consulté le 24 septembre 2020)
  66. (en) Anjali Athavaley, « Coca-Cola to sell nine U.S. bottling plants, set up new supply system », sur Reuters, (consulté le 28 septembre 2020)
  67. Coca-Cola rachète la part d'Ab InBev dans sa filiale africaine, Le Figaro, 21 décembre 2016
  68. « The CocaCola Company announces Strategic Investment in Nigeria's CHI Limited- Official Coca-Cola Website », coca-colacompany.com
  69. (es) Reuters, « Mexicana Arca adquiere embotelladora de Coca-Cola que opera en Oklahoma por 215 mln dlrs », sur Reuters, (consulté le 21 septembre 2020)
  70. (en) Communiqué officiel, « Arca Continental Reports Revenue Growth of 46.7% with Net Income up 56.4% in 3Q17 », sur Business Wire, (consulté le 21 septembre 2020)
  71. (en) « Liberty Coca-Cola Beverages acquires territory from Coca-Cola across New York Tri-State Metro Area », sur Reuters, (consulté le 5 octobre 2020)
  72. a et b (en) « Liberty Coca-Cola buys bottling units from Coca-Cola Company », sur foodbev.com, (consulté le 5 octobre 2020)
  73. Kate Holton et Martinne Geller, « Coca-Cola takes plunge into coffee with $5.1 billion Costa deal », sur Reuters,
  74. (en) Gary Scattergood, « FEMSA quits Coca-Cola Philippines venture five years after taking 51% stake », sur foodnavigator-asia.com, (consulté le 16 septembre 2020)
  75. Sophie Amsili, « Coca-Cola met la main sur le français Tropico », sur Les Echos,
  76. (en) « The Coca-Cola Company Completes Acquisition of Chi Ltd. in Nigeria », sur Business Wire, (consulté le 30 octobre 2020)
  77. (en) Racher Arthur, « Coca-Cola completes acquisition of Chi Ltd in Nigeria », sur beveragedaily.com, (consulté le 30 octobre 2020)
  78. (en) Oliver Morrison, « Coca-Cola to streamline its innovation pipeline after “toughest and most complex” period ever », sur FOODnavigator.com, (consulté le 5 août 2020).
  79. (en) Danielle Wiener-Bronner, « Coca-Cola is shutting down Odwalla juice », sur CNN, (consulté le 5 août 2020).
  80. (en) Byron Kaye et Nikhil Nainan, « Coca-Cola's European partner makes $6.6 billion play for Australia bottler », sur Reuters,
  81. (en) « Liste officielle des produits et marques Coca-Cola », sur thecoca-colacompany.com (consulté le 13 juin 2013).
  82. (pt) « Crystal » (consulté le 11 mai 2014).
  83. (en) « Coca Cola Buys 50 Cent's Glaceau for $4.1 Billion », (consulté le 13 juin 2013).
  84. (en) Frank Pallotta, « Coca-Cola and Disney partner for new 'Star Wars: Galaxy's Edge' land », sur CNN Business, (consulté le 21 octobre 2019)
  85. (en) Alexandra Deabler, « Coca-Cola, Disney to offer specialty droid-like drink bottles at Star Wars: Galaxy Edge theme park », sur Fox News, (consulté le 21 octobre 2019)
  86. a et b [PDF] Virginie Lethiais, « Économie Industrielle et de l’innovation - Le cas Coca-Cola », sur ENST Rennes 2003/2004 (consulté le 13 juin 2013).
  87. (en) « The Coca-Cola Company - 2003 Annual Report on Form 10-K » [PDF], p. 11-12
  88. (en) « The Coca-Cola Company - 2009 Annual Report on Form 10-K » [PDF], p. 10-12
  89. a b et c (en) « The Coca-Cola Company Completes Refranchising of Company-Owned Bottling Operations in the United States », sur Business Wire, (consulté le 24 septembre 2020)
  90. (en) « The Coca-Cola Company - 2019 Annual Report on Form 10-K » [PDF], p. 7
  91. (en) « The Coca-Cola Company - 2019 Annual Report on Form 10-K » [PDF], p. 80-82
  92. a b c et d (en) « The Coca-Cola Company - 2001 Annual Report on Form 10-K » [PDF], p. 37-38
  93. a b et c (en) « The Coca-Cola Company - 2001 Annual Report on Form 10-K » [PDF], p. 57
  94. a et b (en) « The Coca-Cola Company - 2003 Annual Report on Form 10-K » [PDF], p. 51
  95. (en) « The Coca-Cola Company - 2004 Annual Report on Form 10-K » [PDF], p. 63
  96. (en) « The Coca-Cola Company - 2005 Annual Report on Form 10-K » [PDF], p. 3
  97. (en) « The Coca-Cola Company - 2006 Annual Report on Form 10-K » [PDF], p. 33
  98. (en) « The Coca-Cola Company - 2007 Annual Report on Form 10-K » [PDF], p. 33
  99. (en) « The Coca-Cola Company - 2008 Annual Report on Form 10-K » [PDF], p. 34
  100. (en) « The Coca-Cola Company - 2009 Annual Report on Form 10-K » [PDF], p. 30
  101. (en) « The Coca-Cola Company - 2010 Annual Report on Form 10-K » [PDF], p. 35
  102. (en) « The Coca-Cola Company - 2011 Annual Report on Form 10-K » [PDF], p. 30
  103. (en) « The Coca-Cola Company - 2012 Annual Report on Form 10-K » [PDF], p. 81
  104. (en) « The Coca-Cola Company - 2013 Annual Report on Form 10-K » [PDF], p. 76
  105. (en) « The Coca-Cola Company - 2014 Annual Report on Form 10-K » [PDF], p. 42
  106. (en) « The Coca-Cola Company - 2015 Annual Report on Form 10-K » [PDF], p. 33
  107. (en) « The Coca-Cola Company - 2016 Annual Report on Form 10-K » [PDF], p. 29
  108. (en) « The Coca-Cola Company - 2017 Annual Report on Form 10-K » [PDF], p. 28
  109. (en) « The Coca-Cola Company - 2018 Annual Report on Form 10-K » [PDF], p. 29
  110. « Article de presse »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?).
  111. Zone Bourse, « Actionnaires Dirigeants et Profil Société », sur www.zonebourse.com (consulté le 25 septembre 2019)
  112. Coca-Cola dissimule ses profits aux îles Caïman, lefigaro.fr, 6 octobre 2016
  113. a et b (en) « Things get worse with Coke. Bottled tap water withdrawn after cancer scare », sur The Guardian, (consulté le 11 mai 2014).
  114. (en) « Coca-Cola recalls UK bottled water », sur CNN.com, (consulté le 11 mai 2014).
  115. (fr) « Dasani, pour revigorer Coca-Co », sur Les Échos, (consulté le 11 mai 2014).
  116. (fr) « Coca-Cola écoulera son eau minérale le 19 avril en France », sur L'Express, (consulté le 11 mai 2014).
  117. (en) Gordon MacMillan, « Coke's chances of successful Dasani relaunch are 'slim' », sur Brand Republic, (consulté le 11 mai 2014).
  118. (en) Kavaljit Singh, « Coca-Cola Bends Rules in India », (consulté le 11 mai 2014).
  119. (en) « Coca-Cola and Pepsi in Indian Market », (consulté le 11 mai 2014).
  120. Enquête sur la science sous influence des millions de Coca-Cola, Le Monde, Stéphane Horel, 8 mai 2019
  121. « Tableau des représentants d'intérêts », sur www.assemblee-nationale.fr, Assemblée nationale française (consulté le 17 octobre 2016)
  122. « Coca-Cola Entreprise », sur www.assemblee-nationale.fr, Assemblée nationale française (consulté le 17 octobre 2016).
  123. « Fiche Organisation « Haute Autorité pour la transparence de la vie publique », sur www.hatvp.fr (consulté le 10 juin 2018)
  124. « Fiche Organisation « Haute Autorité pour la transparence de la vie publique », sur www.hatvp.fr (consulté le 10 juin 2018)
  125. Registre de transparence des représentants d'intérêts - Commission Européenne
  126. « Registre de transparence », sur europa.eu (consulté le 27 octobre 2016)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :