Airbnb

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Airbnb
logo de Airbnb
illustration de Airbnb
Siège de l'entreprise, au 888 rue Brannan (San Francisco, Californie).

Création 2008
Fondateurs Brian Chesky
Joe Gebbia
Nathan Blecharczyk
Forme juridique Société à capitaux privés
Action NASDAQ (ABNB)Voir et modifier les données sur Wikidata
Slogan Welcome home (« Bienvenue à la maison »)
Siège social San Francisco, Californie
Drapeau États-Unis
Direction Brian Chesky, directeur général
Joe Gebbia, chef de produit
Nathan Blecharczyk, directeur de la technologie
Activité Voyage, technologie
Produits Location de logements
Effectif 5600 après suppression de 1900 salariés en 2020 liée au SARS-CoV-2 (2021)
Site web www.airbnb.fr
Capitalisation 90 234 000 000 de dollars américains ()[1] et 92 431 000 000 de dollars américains ()[1]Voir et modifier les données sur Wikidata
Chiffre d'affaires 3 378 199 000 dollars américains ()[2]Voir et modifier les données sur Wikidata
Résultat net -4 584 716 000 dollar américain ()[2]Voir et modifier les données sur Wikidata

Airbnb (initialement Airbed and breakfast, « matelas gonflable et petit déjeuner » en français) est un service de plateforme communautaire payant de location de logements de particuliers, d'entreprises hôtelières (gîtes, chambres d'hote et d'hôtel), et d'investisseurs en immobiliers locatifs para-hôteliers (loueurs de meublé professionnels ou loueurs de meublé non professionnel) fondée en 2008 par les Américains Brian Chesky, Joe Gebbia et Nathan Blecharczyk. Le site Internet contient en 2015 plus de 1,5 million d'annonces[3] dans 34 000 villes[4] et 192 pays[5]. Établie à San Francisco, la société est détenue et exploitée par Airbnb Inc[6].

En Europe l'activité est exercée par Airbnb Ireland Private Unlimited Company Dublin, société de droit Irlandais[7].

Concept[modifier | modifier le code]

Airbnb permet de mettre en relation des voyageurs avec des entreprises hôtelières, (hôtels, gîtes, chambres d'hôtes), des investisseurs LMNP ou LMP dont l'activité est la parahôtellerie et des particuliers qui louent tout ou une partie de leur propre habitation[8] comme logement d'appoint. Le site offre une plateforme de recherche et de réservations entre la personne qui met à disposition son logement (le bailleur) et un locataire (ou un client). Il couvre plus de 1,5 million d'annonces dans plus de 34 000 villes et 191 pays. De la création, en , jusqu'en , plus de 10 millions de nuits ont été réservées sur Airbnb[9],[10].

Depuis jeudi , Brian Chesky a présenté les nouveaux services offerts par Airbnb dénommés des expériences et des lieux. Les services "expériences" sont le partage par des habitants de leur vie sociale, leurs intérêts et travail à un prix[pas clair]. Les services "lieux" sont des adresses de lieux conseillés selon des critères spécifiques proposés par des guides experts connaissant les lieux[11].

Histoire[modifier | modifier le code]

Brian Chesky, cofondateur et dirigeant de l'entreprise, aux Docks, à Paris, en 2011.
Joe Gebbia (à droite), cofondateur d'Airbnb.

Peu après avoir déménagé à San Francisco en , deux jeunes designers californiens Brian Chesky et Joe Gebbia créent la société AirBed & Breakfast (« matelas gonflable et petit déjeuner » en français). Le site d'origine proposait la location à court terme de parties d'appartement, petit déjeuner compris, à destination de personnes ne pouvant pas réserver un hôtel pour cause de saturation du marché[12],[13].

Ils ont l'idée alors qu'ils habitaient à San Francisco. Ils savaient qu'un congrès de design de premier plan s'organisait dans leur ville, mais que toutes les chambres d'hôtel avaient été réservées. Ils ont alors décidé de louer une chambre de leur appartement avec trois matelas gonflables (air bed), un petit déjeuner (breakfast) et un accueil local, à quelques étrangers assistant à l'événement[14]. De là est resté le nom « Air bed and breakfast ».

En , Nathan Blecharczyk, diplômé de l'Université Harvard et architecte technique les rejoint et devient le troisième cofondateur de l'entreprise[15]. Durant les premières étapes de création de la société, ils se concentrent sur des évènements très médiatisés lors desquels il est difficile de trouver un lieu où passer la nuit[16]. Le site Airbedandbreakfast est officiellement lancé le [17][source insuffisante].

Afin de financer le site Internet, les trois fondateurs créent une édition spéciale de boîtes de céréales pour le petit déjeuner, en s'inspirant pour le design des candidats à la présidentielle américaine de l'époque, Barack Obama et John McCain. Ils créent ainsi les « Obama O's » et « Cap'n McCain »[18]. En deux mois, 800 boîtes de céréales sont vendues à 40 dollars pièce et ils gagnent ainsi plus de 30 000 dollars pour le développement de leur entreprise. Ils se font alors remarquer par le cofondateur de l'entreprise de financement de startups Y Combinator[19], Paul Graham[20]. Ils transforment leur site en [21] et proposent des propriétés se situant entre le marché des hôtels et celui du CouchSurfing[22]. En , Y Combinator invite Brian Chesky, Joe Gebbia et Nathan Blecharczyk à rejoindre son incubateur d'entreprises pendant une période d'essai de trois mois[23]. Alors que le site Internet est déjà créé, ils utilisent les 20 000 dollars de financement alloués par Y Combinator pour aller à New York rencontrer les utilisateurs et faire la publicité du site[24].

En , le nom « Airbedandbreakfast.com » est raccourci en « Airbnb.com ». Le contenu du site s'élargit et passe des espaces partagés avec des matelas pneumatiques à des maisons entières, des appartements, des chambres privées, etc.[25]. Un an plus tard, quinze personnes travaillent dans le loft de Brian Chesky et Joe Gebbia à San Francisco. Brian Chesky y abandonne sa chambre afin d'en faire un bureau pour les employés et ne se loge plus que par le biais des logements Airbnb jusqu'à ce que l'entreprise déménage dans son premier espace de travail partagé[26].

La société connaît une croissance rapide durant l'année et, en , lève 7,2 millions de dollars grâce aux fonds de Greylock Partners et Sequoia Capital[27],[28]. Les trois fondateurs annoncent alors que sur 700 000 nuits réservées sur leur site Internet, 80 % ont eu lieu au cours des six derniers mois[29]. Le , l'acteur Ashton Kutcher, par le biais de son fonds d'investissements A-Grade Investment, annonce vouloir investir significativement dans l'entreprise[30]. En juillet 2011, l'entreprise lève 119,8 millions de dollars[31].

En , le design du site Internet, ainsi que l'application mobile, sont revus et un nouveau logo est créé[32]. En , Airbnb lève une nouvelle ronde de financement qui valorise l'entreprise à 20 milliards de dollars[33].

Airbnb se lance dans la construction de logements entre particuliers et va bientôt ouvrir son premier immeuble estampillé « 100 % Airbnb », où les voyageurs côtoieront les habitants locaux. Le premier immeuble est construit au Japon dans la ville de Yoshino et est baptisé Yoshino Cedar House, du nom de l'essence de bois ayant servi à sa construction. Le bâtiment sera acheminé en camion à Yoshino en afin d'être installé sur un terrain cédé gratuitement à Airbnb par la mairie. Il sera en mesure d'accueillir des voyageurs dans la foulée[34].

En , à la suite de nouvelles levées de fonds, sa valorisation est portée à 31 milliards de dollars[35]. En , Airbnb lance une plateforme d'accueil des réfugiés climatiques et politiques, nommée Open Homes[36].

En , surfant sur la vague du tourisme premium, Airbnb lance une division luxe proposant des logements répondant à des critères particuliers[37].

En , Airbnb diversifie son offre en se positionnant sur le tourisme animalier[38].

En avril 2020, après avoir vu son activité stoppée depuis les mesures de confinement prises dans la majorité des pays pour ralentir la progression de l'épidémie de COVID-19, Airbnb procède à une nouvelle levée de 920M€ sous forme de dette convertible en action à une valorisation de 18 milliards de dollars auprès de Lake Capital Partner et Sixth Street Partners[réf. nécessaire].

Lorsque la crise économique de 2020 liée à la pandémie de Covid-19 provoque un coup d'arrêt des voyages dans le monde entier, Airbnb voit son chiffre d'affaires lourdement chuter et estime ses revenus réduits de moitié par rapport à 2019[39]. Brian Chesky déclare, dans un courriel envoyé aux salariés : « Nous vivons collectivement la crise la plus atroce de notre existence ». En conséquence, Airbnb lève près de 2 milliards de dollars[40]. Néanmoins, l'entreprise licencie le quart de ses employés dans le monde, soit près de 1900 personnes sur environ 7500[41]. En mai 2020, sa valorisation chute à 18 milliards de dollars, le groupe repousse son entrée en bourse à la suite de la crise sanitaire du Covid-19[42]. Cependant, une reprise du tourisme de proximité en séjours courts redonne espoir à Airbnb qui dépose finalement un dossier d'entrée auprès de la SEC — le "gendarme" de la bourse américaine — le 19 août 2020[43].

Cette entrée en bourse intervient finalement en décembre 2020. L'entreprise qui avait valorisé son titre à 68$, voit celui-ci terminer la journée d'introduction à près de 146$ à Wall Street, soit 115% de sa valorisation initiale, et récupère au passage 3,4 milliards de dollars d'argent frais. Airbnb est désormais valorisée à 100 milliards de dollars selon Bloomberg[44],[45].

Expansion internationale[modifier | modifier le code]

Un bureau Airbnb à Toronto, Canada

En , Airbnb acquiert un de ses concurrents allemands, Accoleo. L'acquisition entraîne la création du premier bureau international d'Airbnb à Hambourg[46]. En , l'entreprise installe un second bureau international à Londres[47]. Début 2012, Airbnb ouvre 6 nouveaux bureaux dans le monde, à Paris, Milan, Barcelone, Copenhague, Moscou et São Paulo[48]. L'entreprise annonce, en , que son siège européen serait situé à Dublin.

Début , Brian Chesky annonce que l'entreprise va se focaliser sur l'Australie, le deuxième plus grand marché derrière les États-Unis. Pour soutenir cet effort, l'entreprise ouvre un onzième bureau à Sydney[49]. Le consommateur australien représente un dixième de la base d'utilisateurs Airbnb[50]. Quelques semaines après avoir annoncé cette installation en Australie, Airbnb se tourne vers le marché asiatique et ouvre un nouveau siège à Singapour. L'objectif de la compagnie est d'acquérir un supplément de 2 millions de propriétés au sein du continent et d'attirer davantage de voyageurs chinois. Ce sont les voyageurs les plus dépensiers du monde, mais Airbnb se focalise sur les Chinois qui voyagent hors de Chine, car le pays utilise ses propres réseaux sociaux et systèmes de paiement en ligne[51],[52]. L'entreprise s'élargit encore en et ouvre un bureau à Cuba[53].

Réglementation[modifier | modifier le code]

En Allemagne[modifier | modifier le code]

En , la cour fédérale allemande statue que la location de sa résidence à des touristes n'est pas couverte par un accord de sous-location et que le locataire n'a pas l'autorisation de sous-louer son logement sur des plateformes du type Airbnb, Wimdu ou 9flats sans l'accord de son propriétaire, qui prend alors tous les risques. Cette décision intervient dans le cadre d'une affaire opposant un propriétaire et son locataire qui a sous-loué sans autorisation son logement pendant plus d'un an à un total de 52 touristes. En l'apprenant, le propriétaire résilie le bail sans préavis pour abus et dépose ensuite plainte[54].

La ville de Berlin impose aux bailleurs d'obtenir une autorisation pour donner leur logement entier en location depuis le . La règle ne concerne pas le fait de mettre à disposition une chambre dans le logement habité par le bailleur. Les contrevenants s'exposent à une amende pouvant aller jusqu'à 100 000 euros[55].

En Espagne[modifier | modifier le code]

En 2015, le Parlement de Catalogne a imposé le paiement d'une taxe de 65 centimes d’euro par nuit et par personne à Barcelone, 45 centimes hors de la ville. Il y est interdit de donner en location un logement entier : au maximum deux chambres peuvent être louées, en présence du propriétaire, moins de quatre mois par an[56].

Aux États-Unis[modifier | modifier le code]

Jusqu'en 2014, la location pour de courtes durées de son logement par le biais d'une plateforme Internet comme Airbnb est interdite dans la ville natale de l'entreprise, San Francisco. Plusieurs loueurs sont condamnés à des amendes et certains locataires qui sous-louent leur logement sans prévenir leur propriétaire sont renvoyés sans préavis[57]. La situation change en quand que le maire de la ville fait voter une loi légalisant la location à court terme sous certaines conditions : les loueurs doivent s'enregistrer en tant que tel dans les registres de la ville et payer 14 % de la taxe de séjour que paient également les hôteliers[58]. Selon une étude commandée par Airbnb, entre 2011 et 2012, le manque à gagner des locations Airbnb pour la ville s'élève à 1,9 million de dollars[59].

À New York, alors qu'une loi datant de 2011 interdit la location d'unités résidentielles pour une durée de moins de 30 jours[60],[61],[62], une juge de la ville condamne en un utilisateur d'Airbnb, Nick Warren, à 2 400 dollars d'amende pour avoir loué son appartement sur la plateforme Internet pendant moins de 30 jours[63]. En , l'entreprise Airbnb fait une demande auprès de la ville pour sortir les locations de courte durée de l'illégalité en échange d'un paiement d'une sorte de taxe de séjour qu'elle ne paie pas jusqu'ici[64],[65].

Depuis le , les habitants de Charlottesville en Virginie qui souhaitent louer leur logement sur Airbnb doivent au préalable se procurer une licence d'exploitation professionnelle[66].

En France[modifier | modifier le code]

La loi interdit en France de louer ou de sous-louer une pièce d'habitation dont la surface ne dépasse pas 9 mètres carrés, ou 20 mètres cubes[67].

En août 2015, la plateforme a annoncé qu'à partir d'octobre 2015, elle collecterait elle-même la taxe de séjour pour le compte de ses hôtes à Paris[68]. La même année, Airbnb commence à collecter une taxe de 75 centimes d'euro par personne et par nuit à Chamonix-Mont-Blanc pour le compte de la mairie[69].

En janvier 2016, plus de 50 000 logements sont en ligne sur la plateforme[70].

Le même mois, l'Assemblée nationale modifie le projet de loi pour une République numérique avec l'amendement no 376, ajoutant un article 23 bis et ter rendant passible de prison, de fortes amendes et même d'expulsion de son logement toute personne louant son bien sur une plateforme telle qu'Airbnb sans avoir l'autorisation écrite de son propriétaire[71]. L'amendement est notamment défendu par la députée PS Sandrine Mazetier[72].

Une instruction fiscale du est venue clarifier la position de l'administration concernant les revenus dégagés de l'activité de loueur[73],[74]

Taux de logements Airbnb à Paris pour 1 000 habitants, 2017.

En 2017, Paris reste la première ville Airbnb au monde. En 2016, la France est la deuxième destination des utilisateurs dans le monde, avec huit millions d'utilisateurs venus à Paris[75],[76]. On remarque une forte proportion de locations au centre de la ville. Il y a d'une part une plus faible densité de population et moins de logements, et d'autre part de nombreux logements dédiés uniquement à Airbnb pour les touristes. La carte ci-contre nous montre le gradient de cette proportion de logements qui diminue en s'écartant du centre. Le deuxième, le huitième et le neuvième arrondissement présentent de nombreux monuments, ce sont donc des lieux favorisés par le tourisme. Ces arrondissements ont également une forte proportion de logements vacants ce qui accroit la proportion de logements disponibles à la location[77].

Depuis le , les annonces de meublé touristique doivent posséder un numéro d'enregistrement qui doit être publié sur l'annonce. Ce dernier sert à vérifier que les loueurs ne dépassent pas une durée de 120 jours par an[78]. Le , la Ville de Paris annonce qu’elle assigne en référé Airbnb et son concurrent Wimdu pour ne pas avoir retiré de leur site Internet les annonces de location sans numéro d’enregistrement, comme le prévoit la loi[79].

En , un accord est signé avec Century 21, afin de simplifier et faciliter la sous-location de logements à des voyageurs jusqu’à 120 jours par an sur Airbnb[80].

En la ville de Strasbourg impose l'enregistrement des locations meublées[81].

D'autres villes ont mis en place cet enregistrement : Nice, Tours, Bordeaux, Lyon, Toulouse, Annecy, Aix-en-Provence, Cannes, Biarritz et vingt-trois autres communes du pays basque.

Problèmes liés à la sous-location[modifier | modifier le code]

En France, l’essor des plateformes de location de logements entre particuliers sur Internet telles qu’Airbnb intensifie le phénomène de sous-location[82],[83]. Certaines pratiques sont cependant illégales[67],[76]. Il est en effet illégal pour tout locataire ayant signé un bail pour un logement non meublé avant le , selon la loi du tendant à améliorer les rapports locatifs, de sous-louer son logement sans l'accord préalable de son propriétaire, qui doit également valider le prix de la sous-location[84]. Si le bail a été signé après le , le tarif de la sous-location au mètre carré ne peut pas excéder celui de la location[67].

Plus généralement, lorsqu'un locataire sous-loue son logement, meublé ou non, en cas de litiges, c'est le propriétaire qui est tenu pour responsable aux yeux de la loi[67]. De plus, les assurances des locataires ne couvrent pas les dommages survenus lors d'une sous-location[67]. Pour les HLM, il n'est possible de sous-louer une partie de son logement qu'avec une dérogation spéciale, ceci grâce à la loi Boutin du [85].

Le , le tribunal de grande instance de Paris a condamné pour la première fois un locataire qui avait mis une de ses chambres en sous-location via le site internet. Le locataire a été condamné à payer 2 000 euros de dommages et intérêts à son propriétaire[86].

En un tribunal impose le remboursement total des sous-loyers versés grâce à Airbnb[87].

Problèmes liés à la location saisonnière[modifier | modifier le code]

Un propriétaire est en principe libre de louer son logement sur Airbnb pour une courte durée. Cependant, lorsque cette location dure moins de 90 jours et correspond à une période touristique qui varie selon les villes, celle-ci peut être considérée comme une location saisonnière régie par plusieurs critères :

  • Si le logement loué est une résidence secondaire citadine, la location est alors considérée comme un usage commercial de logement et le propriétaire doit enregistrer un changement d'usage à sa mairie (lorsque la ville dépasse les 200 000 habitants)[67].
  • Est considérée comme chambre d'hôtes, toute partie d'un logement principal louée par son propriétaire. Celui-ci ne peut alors pas louer à plus de 15 personnes et doit se limiter à la location de 5 chambres[67].

La durée de location saisonnière d'une résidence principale est limitée à 120 jours par an par la loi ELAN, et les collectivités situées en zones tendues ont la possibilité de mettre en place un changement d'usage pour pouvoir louer en location saisonnière. [88]

La mairie de Paris critique principalement la spéculation financière que provoquent les plateformes de location en diminuant les surfaces d’habitation dans la capitale et en augmentant les loyers[76]. Afin de lutter contre ces dérives, un système de compensations a été mis en place, qui impose aux propriétaires de mettre en location classique à l'année des surfaces de plancher similaires à celles louées en location saisonnière, ce qui rend l'opération très peu rentable dans les faits. Par ailleurs, un numéro d'enregistrement à 13 chiffres est délivré pour chaque bien ayant reçu l'autorisation de louer en courte durée, ce numéro devant obligatoirement figurer sur toutes les annonces mises en ligne [89]

À Paris, les services de protection des locaux d'habitation luttent contre les résidences secondaires transformées illégalement en locations meublées touristiques. En 2013, 420 logements ont été contrôlés, chiffre qui a très fortement augmenté depuis, pour un montant total d'amendes de plusieurs millions d'euros[82].

Destination et usage de l'habitation[modifier | modifier le code]

Certains règlements de copropriété contiennent une clause d'habitation bourgeoise exclusive et, dans ce cas, l'immeuble est seulement destiné à l'habitation et exclut toute activité professionnelle ou commerciale (la location meublée saisonnière est considérée comme une activité commerciale)[90].

Les voisins et/ou copropriétaires gênés par une telle utilisation des logements peuvent se référer au règlement de copropriété pour justifier leur opposition à un usage non conforme à la destination de l'immeuble[90]. En l'absence de cette clause d'habitation bourgeoise, l'évolution du règlement de copropriété pour interdire la location saisonnière doit se faire via un vote à l'unanimité en assemblée générale.

Le recours de la part de proxénètes à la location d'appartements proposés sur la plateforme, y compris dans le cas de prostitution de mineurs, connaît en 2021 une forte hausse. En mars 2021, les propriétaires de dix logements proposés à la location ont été condamnés pour proxénétisme immobilier[91].

Activité de lobbying[modifier | modifier le code]

Pour l'année 2017, Airbnb France déclare à la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique exercer des activités de lobbying en France pour un montant qui n'excède pas 200 000 euros[92].

Au Québec[modifier | modifier le code]

Le , le ministre du Tourisme québécois, Dominique Vien, déclare que la réglementation va se durcir concernant la location par le biais de courtiers de logement comme Airbnb. Il prévoit d'équilibrer le marché de l'hébergement touristique en soumettant les loueurs Airbnb à la même législation que les hôteliers[93].

Modèle financier[modifier | modifier le code]

Localisation et revenu[modifier | modifier le code]

L'équipe fondatrice d'Airbnb constitue la direction de l'entreprise : Brian Chesky en tant que cofondateur et chef de la direction, Joe Gebbia en tant que cofondateur et chef de produit et Nathan Blecharczyk en tant que cofondateur et directeur technique[94]. L'entreprise possède des bureaux dans 12 villes : Barcelone (Espagne), Berlin (Allemagne), Copenhague (Danemark), Dublin (Irlande), Londres (Royaume-Uni), Paris (France), Moscou (Russie), San Francisco (États-Unis), São Paulo (Brésil), Singapour et Sydney (Australie)[95].

La première source de revenu d'Airbnb provient des frais de réservations[96]. Les tarifs varient entre 6 % et 12 % selon le prix de la réservation. Airbnb facture également l'hôte de 3 % pour le traitement par carte de crédit[97].

Croissance[modifier | modifier le code]

En , Airbnb annonce sa millionième réservation depuis sa création en [98]. Un an plus tard, en , l'entreprise a enregistré 5 millions de réservations. Ce nombre double en 5 mois avec 10 millions de réservations en [99]. Les trois quarts de ces réservations sont faites en dehors des États-Unis. En , la société représente 15 millions d'utilisateurs et environ 250 000 propriétés[100].

Fusions et acquisitions[modifier | modifier le code]

Depuis 2011, Airbnb a acquis plusieurs de ses concurrents, le premier étant Accoleo, basé à Hambourg[101]. À l'approche des Jeux olympiques d'été de 2012 à Londres, l'entreprise rachète un de ses concurrents établi dans la capitale anglaise, CrashPadder, et ajoute ainsi 6 000 inscriptions internationales supplémentaires à son inventaire existant[102]. Cette acquisition fait d’Airbnb le plus grand site d'hébergement touristique en peer-to-peer du Royaume-Uni[103].

Airbnb rachète NabeWise en [104], un guide touristique, et étend son offre à la recommandation locale des voyageurs[105]. En , l'entreprise annonce l'acquisition de Localmind[106], une plateforme de questions/réponses qui autorise les utilisateurs à poster des questions sur des endroits spécifiques, des experts des zones visées répondant en temps réel[107].

Controverses[modifier | modifier le code]

Utilisation du spam[modifier | modifier le code]

En , le blogueur Dave Gooden révèle que l'entreprise aurait pratiqué des envois en masse d'e-mails automatiques aux propriétaires utilisant le site web de petites annonces Craigslist, ce qui aurait permis à l'entreprise de connaître une croissance aussi rapide[108].

Incidents et sécurité des locataires et propriétaires[modifier | modifier le code]

En , un hôte, sous le pseudo EJ, envoie un rapport à Airbnb, car son appartement a été cambriolé et vandalisé par le locataire qu'il a trouvé grâce au site Internet[109],[110]. Après 14 heures sans réponse, la société lui indique qu'elle ne remboursera pas les dommages[109],[111],[112],[96]. Face à la réaction plutôt négative du grand-public, Airbnb annonce faire marche arrière[109]. EJ assure de son côté que l'entreprise l'a encouragé à retirer sa plainte, lui faisant remarquer le "potentiel impact négatif" qu'elle pourrait avoir sur l'image de la société, avant de couper tout contact[109],[112],[96].

Après cet incident, plusieurs hôtes ont partagé des expériences similaires. Parmi eux, un homme dont la maison avait été louée par Airbnb à un toxicomane qui a volé l'extrait de naissance de son hôte et causé des milliers de dollars de dégâts[96],[113]. L'hôte a exprimé le même mécontentement qu'EJ concernant la réaction d'Airbnb face à cet incident[113],[114].

En , un nouvel incident fait la une des médias. Alors qu'Ari Teman loue son appartement par le biais d'Airbnb, son locataire organise dans son appartement une orgie sexuelle. Ari Teman déclare alors plus de 87 000 dollars de dommages (le montant sera plus tard baissé à 23 817 dollars) et se retrouve à la rue, ses voisins ayant demandé son renvoi de la résidence[115],[116],[117],[118]. Depuis cet incident, à New York, un certain nombre de coopératives scannent le site Airbnb à la recherche d'appartements dans leurs bâtiments répertoriés comme étant à louer afin de les dénoncer aux autorités[119].

En , en Californie, un client a refusé de quitter l'appartement qu'il louait à un hôte Airbnb depuis un mois. Or, la loi californienne prévoit qu'une fois que quelqu'un a loué un appartement pour au minimum un mois, cette personne est considérée comme étant le locataire d'un bail de mois en mois. Par conséquent, l'hôte a dû engager un avocat et lancer un processus d'expulsion légale[120].

En , une copropriétaire a découvert que ses colocataires louaient son domicile sur Airbnb alors qu'elle était en voyage. Airbnb a déclaré qu'il ne saurait vérifier la plainte et a refusé de supprimer le compte[121]. Après que les médias se sont emparés de l'affaire, l'entreprise a affirmé à tort avoir enlevé le compte en question alors même que celui-ci était encore actif[122]. Le même mois, un couple de Calgary a loué sa maison sur Airbnb pour un weekend à un jeune homme qui y a organisé une fête de 48 heures, causant des dommages excessifs avec plus de 100 personnes dans la maison. Les dommages ont été estimés à plus de 50 000 dollars[123].

Le , Airbnb a recruté l'ex-ministre de la justice Eric Holder qui va l'aider à lutter contre les discriminations entre les utilisateurs de sa plateforme[124].

Utilisation par des professionnels du logement[modifier | modifier le code]

La plateforme est définie comme étant un lien entre deux particuliers permettant à un logeur et à un locataire de conclure la location d'un logement. Cependant, le succès d'Airbnb a attiré d'autres types de loueurs qui semblent ne pas être de simples particuliers souhaitant obtenir un revenu complémentaire. Selon le site internet "Inside Airbnb", qui a recensé les hébergements disponibles sur Airbnb dans plusieurs grandes villes du monde, 20 % des logements parisiens proposés sur Airbnb sont détenus par des hôtes gérant plusieurs annonces. Le site a notamment constaté que parmi ces hôtes, certains sont propriétaires de plusieurs dizaines de logements sur Airbnb[125]. Pour ces multi-loueurs, la part des logements qui sont disponibles à la location la plus grande partie de l’année monte à 72 %[126].

Incertitude autour du statut des travailleurs non-salariés[modifier | modifier le code]

La plateforme d’Airbnb pourvoit de nombreuses activités pour des millions de personnes. Ce travail, dit « non salarié » ou « indépendant » s’apparenterait à une personne exerçant une activité pour son propre compte. Ainsi, ce dernier tire - ou non - des revenus liés à l’action qu’il exerce.

Ce type de pratiques interroge le droit du travail en France en faisant apparaître une zone grise entre le travailleur salarié et le travailleur indépendant[127]. Le loueur d’Airbnb possède des caractéristiques qui le rapprochent du travailleur indépendant : il peut choisir librement ses horaires, son contrat ne lui interdit pas de travailler avec d’autres plateformes concurrentes et il est propriétaire de son outil de travail. Cependant, il n’est pas exactement indépendant, car il est soumis financièrement à la plateforme Airbnb[128].

Ainsi, la controverse est totalement liée à la frontière grise - et encore floue - concernant le statut des utilisateurs d’Airbnb.

L’inspection générale des affaires sociales (IGAS) a notamment préconisé un système de médiation entre les travailleurs et la plateforme afin de favoriser les échanges entre ces diverses parties.

Crise du logement[modifier | modifier le code]

Dans plusieurs métropoles du monde, Airbnb est accusé d’être responsable d’une pénurie de logement. Les locations saisonnières sur Airbnb étant plus rentables[129] que les locations longue durée, de plus en plus d'appartements seraient retirés du parc locatif au profit du parc touristique.

En 2016, la ville de Berlin compte 16 000 logements Airbnb sur 24 000 réservés aux touristes. La capitale allemande décrète alors la plateforme hors-la-loi au nom de la « lutte contre la spéculation et la hausse des loyers » dont la plateforme serait à l’origine[130].

En 2017, la mairie de Paris dénonce la perte de 20 000 logements dans la capitale[131]. La mairie bordelaise affirme, quant à elle, dénombrer plus de 5 000 logements réservés à la location sur Airbnb[132].

En , près de 60 000 annonces sont à Paris (par comparaison, il y en aurait 49 000 à New York), ce qui pousse la Mairie de Paris à s'organiser avec d'autres municipalités européennes pour harmoniser leurs règles afin d'éviter la hausse des prix et des loyers, et pour être plus fort vis-à-vis des activités de lobbying d'Airbnb auprès de la Commission européenne[133].

En , à l'occasion des 30 ans de la pyramide du Louvre, le musée s'associe à Airbnb pour un jeu concours[134]. Cette initiative est critiquée, dans une tribune du journal Le Monde, qui estime qu'Airbnb "aggrave et tire profit de la crise du logement dans les grandes villes et dans les capitales, en particulier à Paris"[135].

En septembre 2019, certains membres des associations Droit au logement et Paris vs BNB manifestent pour dénoncer le dépeuplement du centre touristique de Paris, à cause du retrait de logement à la location et des nuisances sonores entrainées par les évènements festifs réguliers [1]

Déclarant qu'en « soustrayant à Paris un nombre important de logements, Airbnb est un facteur d'augmentation du prix des loyers et d'aggravation de la pénurie de logements »[136], Anne Hidlago, Maire de Paris, s'engage à organiser un référendum local pour réduire la durée maximale annuelle de location Airbnb de 120 jours à 30 jours[137].

La réglementation parisienne de la location d'ultra-courte durée est jugée légale par la cour de justice de l'union européenne[138].

« La lutte contre la pénurie de logements destinés à la location de longue durée constitue une raison impérieuse d'intérêt général justifiant une telle réglementation »

— cour de justice de l'union européenne

Développement rural[modifier | modifier le code]

Mis en cause dans les métropoles en raison de ses effets sur la disponibilité et le prix des logements, Airbnb commence en 2019 à se développer dans les campagnes françaises. En février 2019, Airbnb monte un partenariat avec l'Association des maires ruraux de France (AMRF) pour y développer le tourisme notamment par des campagnes de promotion des destinations rurales[139]. Airbnb devient aussi en 2019 le partenaire du concours "mon beau village" organisé par le groupe de presse La Dépêche[140].

Campagne internationale relative à Israël[modifier | modifier le code]

Airbnb est sur la liste de compagnies visées par la campagne internationale « Boycott, désinvestissement et sanctions (BDS) » relative à Israël[141]. BDS demande à Airbnb de cesser de proposer sur son site des locations de logements situés dans les colonies israéliennes de Cisjordanie, illégales au regard du droit international[142].

Airbnb est épinglée à ce propos par le haut commissariat des droits de l'homme de l'ONU (lien: https://www.ohchr.org/EN/HRBodies/HRC/RegularSessions/Session43/Documents/A_HRC_43_71.docx)

Fiscalité[modifier | modifier le code]

En France, où son chiffre d'affaires est estimé à 60 millions d'euros, Airbnb n'aurait payé que 69 168 euros d'impôts en 2015 grâce à sa pratique de l'optimisation fiscale[143],[144],[145]. Pour cela, Airbnb facturerait ses clients en Irlande et au Royaume-Uni, tandis que la branche française ne serait responsable que du marketing, affichant donc un chiffre d'affaires en décalage avec les bénéfices engendrés par les locations de logements en France. Selon une note du cabinet d'avocats Gide Loyrette Nouel, les commissions sur les locations françaises auraient rapporté à Airbnb entre 60 et 160 millions d'euros en 2015. Il s'agit pour l'entreprise de son deuxième marché après les États-Unis[146],[147]

Opposition à la politique de Donald Trump[modifier | modifier le code]

Airbnb et son directeur Brian Chesky s'opposent ouvertement à la politique anti-immigration et au « Muslim ban » mis en place par Donald Trump. À l'occasion du Super Bowl en , Airbnb diffuse une publicité prônant la tolérance entre les peuples et les religions en lançant le mot-clé « #weaccept ».

L'entreprise s'engage également à reverser une somme de quatre millions de dollars sur quatre ans à International Rescue Committee, une ONG qui vient en aide aux réfugiés[148].

Concurrence[modifier | modifier le code]

De nombreux sites de location de logements entre particuliers ont vu le jour depuis la création d'Airbnb, en 2008. Au niveau européen, les principaux concurrents sont Wimdu, entreprise basée à Berlin et créée en 2011 et HouseTrip. En France, cinq sites se partagent le reste du marché : Cybevasion, Sejourning, MorningCroissant, Bedycasa et KooKooning[149], Cozycozy et Likibu permet de comparer les offres avec les autres acteurs de la location de courte durée.

Liste partielle de concurrents

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Airbnb Stock Info »
  2. a et b « Airbnb Annual Report 2020 10-K »
  3. Sarah Perez, « Airbnb CFO Andrew Swain Has Left The Company » (consulté le )
  4. « À propos de nous - Airbnb », sur www.airbnb.fr (consulté le )
  5. Ken Yeung, « Airbnb Reveals Hospitality Lab To Help Better Train Property Hosts » (consulté le )
  6. Vanessa Grout, « How To Use Airbnb To Profit From Your Second Home » (consulté le )
  7. « Coordonnées de l'entreprise - Airbnb », sur www.airbnb.fr (consulté le )
  8. Dans sa totalité quand celui-ci est vide ou bien juste une chambre.
  9. airbnb.fr: Airbnb : 10 Millions de Nuits Réservées
  10. lechotouristique.com: Airbnb.com franchit le cap des 10 millions de nuitées
  11. (en-GB) Dave Lee, « With Trips, AirBnB sets out its grandest plan yet », BBC News,‎ (lire en ligne, consulté le )
  12. « AirBed & Breakfast for Connecting '07 », sur Core77 (consulté le ).
  13. Laure Belot, « Rencontre avec Brian Chesky, cofondateur d'Airbnb », Le Monde, (consulté le ).
  14. Le succès d'Airbnb rebat les cartes de l'hôtellerie - Jérôme Marin et Julien Dupont-Calbo, Le Monde, 5 août 2013.
  15. (en) « Best Young Tech Entrepreneurs 2009: AirBnB », Businessweek.com (consulté le ).
  16. (en) « From Crash Pad To Pizza Profitable, Start-Up Eyes Budget Travel Market », (consulté le ).
  17. (en) Erick Schonfeld, « AirBed And Breakfast Takes Pad Crashing To A Whole New Level » (consulté le ).
  18. (en) Kelly K. Spors, « The Business of Politics », The Wall Street Journal, (consulté le ).
  19. (en) Tina Peng, « Where to get startup cash now : AirBnB », CNNMoney, (consulté le ).
  20. (en) Om Malik, « What Every Startup Can Learn From AirBnB », Gigaom.com, (consulté le ).
  21. Airbnb, l'hôtelier 2.0 en quête de respectabilité - Audrey Fournier, Le Monde, 8 avril 2014.
  22. « Brian Chesky, Joe Gebbia, and Nathan Blecharczyk, Founders of AirBnB » (consulté le ).
  23. (en) Leena Rao, « Y Combinator's Airbed And Breakfast Casts A Wider Net For Housing Rentals As AirBnB », TechCrunch, (consulté le ).
  24. (en) « Subject: Airbnb », Paulgraham.com (consulté le ).
  25. « The 26 Most Luxurious—and Unique—Vacation Spots on Airbnb Right Now » (consulté le ).
  26. (en) Robin Wauters, « Airbnb Founder Eats His Own Dogfood, Goes 'Homeless' For Months » (consulté le ).
  27. (en) No, We’re Not Punking You – Ashton Joins the Airbnb Team! - Blog.airbnb.com
  28. (en) Airbnb - Crunchbase.com.
  29. (en) Jenna Wortham, « Airbnb Raises Cash to Expand Budget-Travel Service », The New York Times, (consulté le ).
  30. (en) Jenna Wortham, « Ashton Kutcher Knows His Start-Ups », The New York Times, (consulté le ).
  31. Om Malik, « AirBnB gets $112M in new investment », (consulté le )
  32. (en) Roberto Baldwin, « Airbnb Updates Design Introduces New Logo », TheNextWeb.com, (consulté le ).
  33. Jason Clampet et Skift-Feb 28, « Airbnb's New $1 Billion Funding Would Value It At $20 Billion », sur Skift (consulté le )
  34. Hugo Baudino, « Airbnb se lance dans la construction de logements », La Tribune, (consulté le ).
  35. Jeanne Dussueil, « Après avoir levé 1 milliard, Airbnb atteint 31 milliards de dollars de valorisation », FrenchWeb.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  36. Hugo Baudino, « Airbnb lance Open Homes, sa plateforme d’hébergement pour les réfugiés », La Tribune, .
  37. « Airbnb lance Airbnb Luxe | Journal du Luxe.fr Actualité du luxe » (consulté le )
  38. « Voyage: Airbnb se lance dans le tourisme animalier », sur 5minutes.rtl.lu (consulté le )
  39. Pierre Kupfermann (rédacteur en chef), « Airbnb licencie un quart de ses salariés », sur BFM TV, (consulté le )
  40. « Coronavirus : Airbnb licencie un quart de ses employés dans le monde », sur Le Figaro, (consulté le )
  41. « Airbnb devrait licencier près d’un quart de ses salariés », sur Ouest-France, (consulté le )
  42. « « Nous devons revenir à nos racines » : Airbnb licencie un quart de ses salariés et cherche à se réinventer », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  43. 6medias, « Airbnb : une entrée en Bourse pour très bientôt? », sur Capital.fr, (consulté le ).
  44. « Airbnb fait une entrée en fanfare à Wall Street », sur Les Echos, (consulté le )
  45. « Airbnb explose de 115% à son entrée en Bourse, à 146 dollars le titre », sur LEFIGARO (consulté le )
  46. Tim Bradshaw et Digital Media Correspondent, « Airbnb moves ‘aggressively’ into Europe », Financial Times,‎ (ISSN 0307-1766, lire en ligne, consulté le )
  47. « Airbnb logo redesign: More people see hearts than naughty parts | Survata Blog », sur www.survata.com (consulté le )
  48. Robin Wauters, « Airbnb: 5 Million Nights Booked, Opening 6 New International Offices In Q1 2012 » (consulté le )
  49. Josh Ong, « Airbnb Launches in Australia, Coming Soon to Thailand and Indonesia » (consulté le )
  50. Nina Karnikowski, « Spare space can be profitable », sur Traveller (consulté le )
  51. Jon Russell, « Airbnb Targets 2 Million Properties in Asia » (consulté le )
  52. « Nathan Blecharczyk (Airbnb) : « Pas d’entrée en bourse pour le moment. Nous n’avons pas besoin de fonds supplémentaires. » », sur lesechos.fr, (consulté le )
  53. « Welcoming Cuba to the Airbnb Community » (consulté le )
  54. (en) « Software, Startups and other Stuff: Airbnb troubles: Termination without notice legal in Germany? », sur www.interrpt.com (consulté le )
  55. (de) Yannic Rehm, « Bußgelder ab Mai: Berlin schränkt Airbnb-Vermietungen radikal ein », spiegel.de, 8 avril 2016.
  56. « Taxe, conditions strictes... la Catalogne sévit face au succès d'Airbnb », francetvinfo.fr, 15 juillet 2015.
  57. « S.F. cracks down on Airbnb rentals » (consulté le )
  58. « Mayor Lee Signs 'Airbnb Law' For Short-Term Rentals In San Francisco » (consulté le )
  59. « Will Airbnb pay its accumulated tax debt to SF? | SF Politics », sur www.sfbg.com (consulté le )
  60. « NY official: Airbnb stay illegal; host fined $2,400 - CNET », sur CNET (consulté le )
  61. (en) « Airbnb: hugely popular, still illegal », sur crainsnewyork.com, (consulté le )
  62. « NYC Says Renting Out Your Place Via Airbnb Is Running An Illegal Hotel | Techdirt » (consulté le )
  63. Ron Lieber, « A $2,400 Fine for an Airbnb Host » (consulté le )
  64. « Airbnb: Let us pay hotel taxes in New York - CNET », sur CNET (consulté le )
  65. « Airbnb Illegal In NYC », sur The Huffington Post (consulté le )
  66. « New ordinance: Charlottesville residents leasing Airbnb rooms must have business license », sur www.cavalierdaily.com (consulté le )
  67. a b c d e f et g « Comment faire pour utiliser Airbnb sans violer la loi ? », sur Rue89 (consulté le ).
  68. Airbnb va collecter la taxe de séjour à Paris - Stratégies, 26 août 2015 (voir archive).
  69. Dans quelles régions s'applique la collecte de l'ensemble des taxes et leur versement par Airbnb ? - Airbnb.fr, consulté le 3 mai 2016.
  70. L'invasion Airbnb, une préoccupation majeure pour Paris - Mathias Thépot, La Tribune, 16 janvier 2016.
  71. Projet de loi pour une République numérique adopté par l'Assemblée en première lecture ; Amendement no 376
  72. Séance du 21 janvier 2016.
  73. Thierry Vallat, « Économie collaborative (AirBnB, covoiturage, co-cooking…) : ce qui est imposable ou non avec l'instruction fiscale du 30 août 2016 - Le blog de Thierry Vallat, avocat au Barreau de Paris (et sur Twitter: @MeThierryVallat) » (consulté le ).
  74. « IR - RSA - BNC - BIC - Economie collaborative - Non-imposition de certaines activités », Bulletin officiel des finances publiques-Impôts (consulté le ).
  75. « Airbnb : 2016, l'année de tous les records en France », RFI, .
  76. a b et c Ian Brossat, Airbnb la ville ubérisée, Éditions la ville brûle, , 160 p. (ISBN 9782360120994)
  77. « Logements vacants : 1 logement sur 4 est inoccupé dans le centre de Paris », Seloger.com, (consulté le ).
  78. « La ville de Paris met en demeure AirBnB et quatre autres plates-formes de location ».
  79. « Paris assigne en référé Airbnb, « qui ne respecte pas la loi » », Le Monde, .
  80. Communiqué de Presse, « Accord historique entre Century 21 et Airbnb pour simplifier la sous-location », Pagtour.info (consulté le ).
  81. « Strasbourg : Pour louer son meublé touristique, il va falloir s'enregistrer », 20 minutes (consulté le ).
  82. a et b Première condamnation d'une sous-location sur Airbnb - Edouard de Mareschal, Le Figaro, 22 mai 2014.
  83. « Le business génialement immoral d'Airbnb », Slate (consulté le ).
  84. « Loi no 89-462 du 6 juillet 1989 tendant à améliorer les rapports locatifs et portant modification de la loi no 86-1290 du 23 décembre 1986 », Légifrance (consulté le ).
  85. « LOI n° 2009-323 du 25 mars 2009 de mobilisation pour le logement et la lutte contre l'exclusion (1) », Légifrance, (consulté le ).
  86. Première condamnation d'une sous-location sur Airbnb - Le Figaro, 23 mai 2014.
  87. Rafaële Rivais, « Airbnb : la locataire doit rembourser 46 000 euros à sa propriétaire », Blog SOS conso/Le Monde, 31 novembre 2018.
  88. Pierre, « Comment louer légalement sur Airbnb ? Ce que vous devez savoir (illustré) », sur Eldorado immobilier, (consulté le )
  89. « Ce que vous devez savoir pour louer un Airbnb à Paris (guide facile 2020) », sur Eldorado immobilier, (consulté le )
  90. a et b « Location meublée et copropriété : réglementation », sur Droit-Finances (consulté le ).
  91. Marie Piquemal et Gurvan Kristanadjaja, « Ubérisation : les nouveaux réseaux de prostitution », sur Libération, (consulté le )
  92. « Fiche Organisation « Haute Autorité pour la transparence de la vie publique », HATPV (consulté le ).
  93. « Quebec to crack down on Airbnb-style home-rental services » (consulté le )
  94. Courtney Boyd Myers, « Airbnb is growing fast, adding 1,000 listings every day » (consulté le )
  95. « Locations | Careers at Airbnb », sur www.airbnb.ie (consulté le )
  96. a b c et d « Travel News, Tips, and Guides - USATODAY.com », sur USA TODAY (consulté le )
  97. « Terms & Conditions: Airbnb makes everything your problem » (consulté le )
  98. « Airbnb passes bookings milestone: 1 million nights » (consulté le )
  99. « 19_Airbnb » (consulté le )
  100. « Airbnb Adds 250,000 Properties, Over 6 Million Guests In 2013 », (consulté le )
  101. Dan Taylor, « Airbnb takes on Europe - TNW Industry » (consulté le )
  102. « Airbnb Scores Off London Olympics With Jump in Bookings - Bloomberg », sur go.bloomberg.com (consulté le )
  103. « Airbnb buys Crashpadder, its largest U.K. competitor - CNET », sur CNET (consulté le )
  104. « With Neighborhoods, Airbnb expands its horizons » (consulté le )
  105. Tomio Geron, « Airbnb Launches Neighborhoods For Hyper-Local Travel Guides » (consulté le )
  106. « Why did Airbnb just buy Localmind? Local expertise », sur VentureBeat (consulté le )
  107. Anthony Ha, « Airbnb Aims To Get More Social With Acquisition Of Q&A Startup Localmind » (consulté le )
  108. « Airbnb Farmed Craigslist To Grow Its Listings, Says Competitor » (consulté le )
  109. a b c et d Michael Arrington, « Airbnb Victim Speaks Again: Homeless, Scared And Angry » (consulté le )
  110. Ryan Tate, « Woman Utterly Pillaged via Airbnb » (consulté le )
  111. Frances Romero, « Airbnb Renter Wrecks Woman’s San Francisco Home », Time,‎ (ISSN 0040-781X, lire en ligne, consulté le )
  112. a et b Ben Parr2011-07-29 19:24:55 UTC, « Startup Crisis Control: 6 Painful Lessons from Airbnb », sur Mashable (consulté le )
  113. a et b Michael Arrington, « Another Airbnb Victim Tells His Story: “There Were Meth Pipes Everywhere” » (consulté le )
  114. Jenna Wortham, « After Horror Stories, Airbnb Unveils New Policies » (consulté le )
  115. Jordan Sargent, « Man Unwittingly Rents Out Apartment on Airbnb For "XXX Freak Fest" » (consulté le )
  116. Jason Abbruzzese2014-03-17 15:18:32 UTC, « A New York Airbnb Trip Turns Into 'XXX Freak Fest' », sur Mashable (consulté le )
  117. « Ari Teman, Airbnb Operator and 'Freak Fest' Orgy Victim, Now Homeless » (consulté le )
  118. « Ari Teman Takes On Airbnb: Man Had Nightmare Renter Ruin His NYC Apartment » (consulté le )
  119. « Real Estate Attorney AirBnB Legal in New York Peter Moulinos » (consulté le )
  120. « Airbnb Host: A Guest Is Squatting In My Condo And I Can't Get Him To Leave - Business Insider » (consulté le )
  121. « The stranger in my bed », sur Medium (consulté le )
  122. « Condo owner finds stranger in her home after roommates rented out her bedroom on Airbnb » (consulté le )
  123. « Airbnb nightmare renters leave Calgary home trashed » (consulté le )
  124. lefigaro.fr, « Airbnb recrute l'ex-ministre américain de la Justice Eric Holder » (consulté le )
  125. BFM BUSINESS, « Airbnb: à Paris, 20 % des logements sont proposés par des hôtes gérant plusieurs annonces », sur BFM BUSINESS (consulté le )
  126. « Les vrais chiffres d'Airbnb à Paris : des centaines de milliers d'euros engrangés par quelques multi-propriétaires aux dépens des Parisiens », Observatoire des multinationales,‎ (lire en ligne, consulté le )
  127. « Location par Airbnb : « Une zone grise », dit Roy Patterson », La Tribune, (consulté le ).
  128. Tiphaine Thuillier, « Uber, Deliveroo... Faut-il créer un statut pour les travailleurs de plateformes? », L'Express, (consulté le )
  129. « A Paris, la location Airbnb rapporte 2,6 fois plus que la location classique », sur journaldunet.com,
  130. « Pour enrayer la pénurie de logements, Berlin interdit Airbnb », sur letemps.ch,
  131. « Airbnb : la mairie de Paris dénonce «20 000 logements perdus« », leparisien.fr,‎ 2017-01-18cet07:00:00+01:00 (lire en ligne, consulté le )
  132. « Bordeaux : Airbnb va-t-elle vider les villes de leurs habitants ? », sur SudOuest.fr (consulté le )
  133. Isabelle Rey-Lefebvre, « Airbnb mise sur l’Europe pour défaire les législations nationales », sur lemonde.fr, (consulté le ).
  134. « Le Louvre fait le coup de la nuit au musée », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le )
  135. « Jeu concours avec Airbnb : « Ce partenariat pollue l’atmosphère spirituelle du Louvre » », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le )
  136. « Anne Hidalgo promet un référendum sur AirBnB après les municipales », sur Ouest France,
  137. « Un référendum sur les locations Airbnb », Le Figaro,
  138. https://fr.euronews.com/2020/09/22/airbnb-la-cour-de-justice-de-l-ue-donne-raison-a-la-ville-de-paris
  139. La Rédaction, « Airbnb s'allie à l'Association des Maires Ruraux de France », sur TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone (consulté le )
  140. « [VIDEO] Le bonheur en Occitanie est dans «Mon Beau Village» », sur ladepeche.fr (consulté le )
  141. (en-US) « Full List », (consulté le )
  142. « Israël : une campagne pour déloger Airbnb des colonies », sur Le Point, (consulté le )
  143. « En plein boom, Airbnb n'a payé que 69 168 euros d'impôts en France en 2015 » (consulté le )
  144. Le Point, magazine, « En plein boom en France, Airbnb n'y paie qu'un impôt minime », (consulté le )
  145. Prisma Media, « Airbnb, encore un Américain qui ne veut pas payer ses impôts en France ! », sur Capital.fr (consulté le )
  146. « Airbnb paierait moins de 70.000 euros d'impôts en France » (consulté le )
  147. Par Clément Lesaffre, « Comment Airbnb esquive l’impôt en France », La Croix,‎ (ISSN 0242-6056, lire en ligne, consulté le )
  148. « Airbnb a volé la vedette aux autres pubs du Super Bowl avec son message surprise à Trump », Huffington Post, (consulté le )
  149. « La crise favorise le partage qui devient un vrai business émergent », La Tribune, (consulté le ).

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]