Brut (média)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Brut
Logo de Brut (média)
Logo de Brut

Adresse https://www.brut.media/fr
Type de site média en ligne
Langue français
Siège social Saint-Denis
Drapeau de la France France
Rédacteur en chef Laurent Lucas
Directeur de la publication Guillaume Lacroix
Lancement novembre 2016

Brut est un média en ligne français fondé en par Renaud Le Van Kim, Guillaume Lacroix[1] et Laurent Lucas[2]. Brut est exclusivement diffusé sur les réseaux sociaux[3],[4] ,[5],[6],[7] et uniquement sous format vidéo[4],[8],[9].

Fondateurs[modifier | modifier le code]

Guillaume Lacroix est le fondateur de Studio Bagel et Renaud Le Van Kim l'ancien producteur du Grand Journal de Canal+ d'où vient également le directeur des rédactions de Brut Laurent Lucas[5].

Principe et croissance[modifier | modifier le code]

Une quarantaine de personnes travaillent pour Brut et produisent deux heures de direct diffusées sur Facebook Live et des courtes vidéos d'analyse et d'entretiens[5]. Il est rapidement question d'une internationalisation[10], et Brut se lance aux États-Unis, en Inde et en Chine[11].

Les choix sont de s'intégrer à Facebook pour bénéficier de la dynamique de ce réseau et de varier les formats avec du direct, des entretiens et des reportages très courts, l'ensemble utilisant la vidéo. Selon Lacroix, les fondateurs voulaient « créer un média qui soit un point d’entrée sur l’actualité pour toute une génération qui s’éloigne des acteurs traditionnels[5] ». Selon lui, 80 % de ceux qui les suivent sur Facebook ont moins de 35 ans[5].

Entre le lancement en et , les vidéos de Brut ont été visionnées plus de 100 millions de fois[5] dont 29 millions pour le seul mois de février[5]. À cette date, Brut ne gagne pas encore d'argent. Depuis février 2017[12], la régie publicitaire de France Télévisions s'occupe de monétiser l'audience[5] et certaines vidéos sont visibles sur le site et la chaîne France Info[5].

Financement, modèle économique et indépendance[modifier | modifier le code]

Brut a fonctionné un temps grâce à l'investissement de ses cofondateurs Guillaume Lacroix et de Renaud Le Van Kim, ainsi que du producteur Luc Besson (avec 39% du capital en février 2017)[13] à travers la société Together Studio de Renaud Le Van Kim. Brut a également réalisé une levée de fonds de 10 millions d'euros en 2018[14], auprès notamment de Xavier Niel, de Bpifrance (Banque publique d'investissement), du fonds NextWorld de Sébastien Lépinard et du fonds Cassius d'Emmanuel Seugé[15].

Le média diffuse ses contenus gratuitement, et est financé de trois manières différentes[16]. La première est la production de contenus publicitaires pour des marques (Netflix, Société générale, Leboncoin, etc) ou pour le gouvernement français, qui reprennent les codes des vidéos réalisées par Brut. La deuxième est une activité de publicité classique assurée en totalité par France Télévision. La troisième est le conseil aux entreprises en matière de publicité.

Un article du quotidien Le Monde pointe, en mai 2018, la dépendance de Brut au réseau social Facebook, sur lequel il diffuse la quasi-totalité de ses contenus. Brut s'est depuis diversifié, et passe par exemple en Chine des partenariats avec Toutiao (ByteDance-Tik Tok), Weibo, Youku, Pear Video et Tencent Video.

Arrêt sur Images pointe, en janvier 2019, le « silence » de Brut (aux côtés du Monde et de Télérama), sur les « accusations de violences sexuelles portées par plusieurs femmes à l’encontre du cinéaste Luc Besson »[17], actionnaire de Brut. Une contradiction avec la ligne éditoriale de Brut telle que la décrit son directeur des publications Laurent Lucas, celle-ci se « focalisant sur le féminisme, les luttes contre les discriminations, l’environnement et le traitement de la culture sous un prisme sociétal »[18].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Ivan Capecchi, « Brut, le média digital native qui explose », L’ADN,‎ (lire en ligne, consulté le 4 novembre 2017)
  2. « Dans les coulisses de l'étonnante ascension de Brut, le nouveau média des millennials », Challenges,‎ (lire en ligne)
  3. Jérémie Maire, « Brut, le média en ligne qui part à la recherche des jeunes », Télérama,‎ (lire en ligne)
  4. a et b Philippe Robuchon, « Qu'est-ce que "Brut", le média des millennials ? », RTL,‎ (lire en ligne)
  5. a b c d e f g h et i Florian Cazeres, « Brut, le média des « millennials », explose sur les réseaux sociaux », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  6. Robin Andraca, « Qui est derrière "Brut," le média qui n'existe que sur les réseaux sociaux ? », @rrêt sur images,‎ (lire en ligne, consulté le 4 novembre 2017)
  7. « Brut se taille une place de choix sur les réseaux sociaux - L'actu Médias / Net - Télérama.fr », sur www.telerama.fr (consulté le 4 novembre 2017)
  8. « Brut : le nouveau petit média qui monte », sur www.europe1.fr, (consulté le 4 novembre 2017)
  9. Clément Arbrun, « Brut, la plate-forme audiovisuelle qui espère conquérir les millennials », Les Inrocks,‎ (lire en ligne, consulté le 4 novembre 2017)
  10. Nicolas Jaimes, « Guillaume Lacroix (Brut) : "Nous lancerons la version américaine de Brut dans deux ou trois semaines" », journaldunet.com,‎ (lire en ligne, consulté le 4 novembre 2017)
  11. « Après l'Inde et les USA, le média Brut à la conquête de la Chine », sur start.lesechos.fr (consulté le 19 janvier 2019)
  12. « Brut s'allie à France Télévisions pour monétiser ses vidéos - Les Echos », sur www.lesechos.fr (consulté le 14 novembre 2018)
  13. « «Brut» prépare son lancement aux Etats-Unis », sur Libération.fr, (consulté le 19 janvier 2019)
  14. « Brut : « Nous nous apprêtons à lever 10 millions d’euros » », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 19 janvier 2019)
  15. « Le média social Brut lève 10 millions d'euros », sur LE FIGARO, (consulté le 19 janvier 2019)
  16. « Brut, entre le succès à l’étranger et la dépendance à Facebook », LE MONDE,‎ (lire en ligne, consulté le 19 janvier 2019)
  17. « Pourquoi Le Monde, Télérama et Brut ont fait l’impasse sur l’affaire Besson », sur www.arretsurimages.net, (consulté le 19 janvier 2019)
  18. « Brut : « Nous nous apprêtons à lever 10 millions d’euros » », LE MONDE,‎ (lire en ligne, consulté le 19 janvier 2019)

Liens externes[modifier | modifier le code]