Salesforce

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Salesforce
logo de Salesforce
illustration de Salesforce

Création 3 février 1999
Fondateurs Marc Benioff
Parker Harris
Dave Moellenhoff
Frank Dominguez
Personnages clés Marc Benioff (CEO)

Parker Harris (Co-Founder) Amy Weaver (CFO)

Forme juridique Privée
Action New York Stock Exchange (CRM)Voir et modifier les données sur Wikidata
Siège social San Francisco (Californie) ; en France : Paris (siège) et Grenoble (centre de R&D)
Direction Marc Benioff
Actionnaires Marc BenioffVoir et modifier les données sur Wikidata
Activité Industrie du logiciel et cloud computingVoir et modifier les données sur Wikidata
Filiales ExactTarget

Krux digital ClickSoftware Technologies MuleSoft Quip Demandware Heroku MuleSoft Tableau Software Acumen Solutions

Effectif 60 000 (2021)
Site web salesforce.com/

Chiffre d'affaires 17,09 milliards de dollars (2020)

21,25 milliards de dollars (2021)

Résultat net 126 millions de dollars (2020)

Salesforce est un éditeur de logiciels, basé à San Francisco aux États-Unis. Il distribue des logiciels de gestion basés sur Internet et héberge des applications d'entreprises. L'entreprise est surtout connue au niveau international pour ses solutions en gestion de la relation client.

Précurseur du cloud computing[1], et en 2014 leader mondial des outils de relation client[2], Salesforce compte plus de cent mille entreprises clientes[3] dont Pernod Ricard, Renault, Engie Cofely et Suez.

Historique[modifier | modifier le code]

Origine[modifier | modifier le code]

Salesforce a été créé en 1999 par Marc Benioff, Parker Harris, Dave Moellenhoff et Frank Dominguez et a fait ses débuts en tant que société spécialisée dans les logiciels SaaS (software as a service). En , la société a été introduite au NASDAQ sous le symbole boursier CRM, apportant ainsi 110 millions de dollars.

Localisation[modifier | modifier le code]

Outre son siège social à San Francisco en Californie sur la côte Ouest des États-Unis (tour Salesforce), l'entreprise a plusieurs sièges régionaux : Dublin (pour l'Europe, le Moyen-Orient et l’Afrique), Singapour (pour l'Asie-Pacifique) et Tokyo (pour le Japon). Elle a également des implantations dans de nombreux pays européens comme la France, le Royaume-Uni ou l’Allemagne

En France, Salesforce dispose de deux implantations, à Paris et à Grenoble où l’entreprise a ouvert un centre de recherche et développement en [4].

Par ailleurs, l'entreprise centralise ses données dans plusieurs centres d'hébergement : aux États-Unis, au Japon (à Tokyo) et dans 3 centres en Europe au Royaume Uni (ouvert en 2014) [5], en Allemagne et en France (ouvert en ) [6].

Acquisitions[modifier | modifier le code]

Depuis sa création, Salesforce mène une politique active d’acquisitions, procédant au rachat d’une vingtaine de sociétés de toutes tailles, afin de renforcer sa présence sur certains marchés spécifiques comme les outils pour les directions marketing et conserver son leadership. Elle dispose notamment d’outils de pilotage marketing en mode cloud, d’analyse et de gestion de la présence des marques sur les réseaux sociaux. « Nous savons très bien que nous ne pouvons pas tout inventer. Nous cherchons à adopter une attitude très ouverte vis-à-vis de l'innovation (…), à percevoir quel modèle pourrait émerger après le nôtre, et pourrait nous challenger », expliquait en 2013 Parker Harris, l’un des fondateurs de la société[7].

Loïc Le Meur à Cloudforce 2011 au CNIT.

Liste des principales acquisitions de Salesforce :

  • Sendia en [8], qui est devenu aujourd’hui[Quand ?] Force.com Mobile[réf. nécessaire] ;
  • Kieden en  : devenu Salesforce pour Google AdWords ;
  • Kenlet en  ;
  • Koral en , maintenant Salesforce Content ;
  • Instranet en , rebaptisé Salesforce Knowledge ;
  • GroupSwim en décembre 2009 puis intégré dans l’offre Salesforce Chatter ;
  • Informavores en , rebaptisé Visual Process Manager ;
  • Jigsaw Data Corp en  ; l'accord devrait être finalisé au deuxième trimestre de son exercice financier 2011[9],[10] ;
  • Sitemasher en  ;
  • Activa Live Chat en , rebaptisé Salesforce Live Agent[11] ;
  • Heroku en [12] ;
  • Etacts en  ;
  • Dimdim en  ;
  • Manymoon en  ;
  • Radian 6 en  ;
  • Navajo Security (Aout2011)[13]
  • Model Metrics (November 2011)[14]
  • Rypple en [15] ;
  • Stypi (May 2012)[16]
  • Buddy Media en [17] ;
  • Thinkfuse ()[18]
  • BlueTail () — maintenant inclus dans Data.com[19]
  • GoInstant () for US$70 million[20]
  • Prior Knowledge (Decembre 2012)[21]
  • EntropySoft en [22], maintenant Salesforce Files Connect ;
  • clipboard.com () for US$12 million[23]
  • ExactTarget (2013) rennomé Marketing cloud[24] ;
  • EdgeSpring en [25] ;
  • RelateIQ en [26];
  • Toopher ()[27]
  • Tempo () — now part of SalesforceIQ[28]
  • ÄKTA () — for an undisclosed sum[29].
  • MinHash (Decembre 2015)[30]
  • Kerensen Consulting en Aout 2015[31].
  • SteelBrick en pour 360 millions de dollars[32].
  • PredictionIO (Fevrier 2016)[33]
  • Implisit ()[34]
  • Demandware' (rennomé Commerce cloud) en pour 2.8 milliards de dollars.
  • Coolan ()[35]
  • Quip (Aout 2016) for US$750 million[36]
  • BeyondCore (Aout 2016)[37]
  • Gravitytank ()[38]
  • Krux ()[39]
  • Twin Prime (Decembre 2016)[40]
  • Sequence (Fevrier 2017)[41]
  • Attic Labs ()[42]
  • CloudCraze ()[43]
  • MuleSoft (), pour 5,9 milliards de dollars hors reprise de dettes[44]
  • Datorama ()[45]
  • Rebel Mail ()
  • Griddable.io ()[46]
  • MapAnything ()[47]
  • Tableau (), pour 15,3 milliards de dollars[48]
  • Vlocity (Juin 2020), pour 1,33 milliards de dollars[49]
  • Slack (), pour 27,7 milliards de dollars[50]


En juin 2019, Salesforce réalise l'acquisition de Tableau Software, éditeur de logiciels basé en Californie. L'opération, réalisée en actions, valorise la société achetée à 15,7 milliards de dollars[51]. L'objectif affiché par Salesforce est de se renforcer dans l'analyse et la visualisation de données, en concurrençant notamment Excel, édité par Microsoft[52]. En , Salesforce annonce l'acquisition de ClickSoftware, une entreprise israélienne pour 1,35 milliard de dollars[53].

Le spécialiste des technologies de relation client a annoncé mardi l'acquisition de la messagerie d'entreprises Slack. Cette opération devrait lui permettre d'entrer en compétition plus frontale avec Microsoft, qui domine avec Amazon le cloud mondial (informatique à distance). La transaction, en actions et numéraire, valorise Slack à 27,7 milliards de dollars[54],[55]. Il s'agit de la plus importante acquisition de l'histoire de Salesforce.

Produits et services[modifier | modifier le code]

Présentation du travail en équipe avec Salesforce.com.

Les solutions de Salesforce.com sont regroupées en plusieurs grandes catégories : Sales Cloud, Services Cloud, Force.com et Appexchange, Chatter et Community Cloud, Marketing Cloud et Analytics Cloud.

Sales Cloud[modifier | modifier le code]

Sales Cloud est une application dédiée à la productivité d'une force de vente en ligne accessible à travers une connexion Internet par mobile ou ordinateur. Elle permet de consulter à tout moment le profil de clients ou de prospects, de gérer des campagnes marketing et de rassembler toutes les informations essentielles pour optimiser la force de vente d'une entreprise.

Services Cloud[modifier | modifier le code]

Services Cloud est une plate-forme permettant d'optimiser la gestion de la relation client d’une entreprise. Elle offre divers services comme la centralisation d'informations clients pertinentes et l’historique provenant de centre d’appels ou encore la possibilité pour chaque utilisateur de participer aux conversations sur leur entreprise au sein des réseaux sociaux. Services Cloud fournit aussi des outils d’analyse, des services d'e-mail et de tchat pour permettre aux sociétés de communiquer en temps réel avec leurs clients et ainsi optimiser leur service client.

Force.com et Appexchange[modifier | modifier le code]

Force.com est une plate-forme permettant de créer des applications d’entreprise hébergées sur le web et ne nécessitant aucun logiciels ni matériels. Ainsi toute entreprise peut créer ses propres applications pour diverses fonctions comme les ressources humaines, la gestion de projet, la logistique…
En 2014, Appexchange est une place de marché (App Store pour entreprise) qui offre d'acheter l'une des 2 800 solutions d'éditeurs de logiciels partenaires ou de vendre des logiciels à plus de 100 000 clients salesforce.com.

Heroku[modifier | modifier le code]

Heroku est un service de cloud computing de type plate-forme en tant que service (PaaS). Il permet le déploiement très rapide d'applications dans le cloud, avec une gestion souple du scaling horizontal au travers d'un modèle de gestion des processus emprunté à Unix et adapté au Web. Il supporte différents langages comme Python, Ruby, PHP, Java. Facebook le propose par défaut aux développeurs qui veulent concevoir des applications sur le réseau social. Heroku est également intégré à Force.com et permet ainsi le transfert de données entre ces deux plates-formes.

Chatter et Community Cloud[modifier | modifier le code]

Créé en , Chatter est une plate-forme collaborative en temps-réel. Elle permet à tous les collaborateurs d’une même entreprise de mettre à jour leur profil et ainsi échanger et partager tout type d’informations sur leurs activités professionnelles du quotidien. Ce service de réseau social d'entreprise fait partie de la plateforme Force.com. Son point fort, selon Salesforce, est qu’il intègre des process métiers avec lesquels les employés peuvent collaborer, comme la validation d’une note de frais, d’une commande… Depuis 2014, Community Cloud[56] permet de créer des plateformes communautaires personnalisées en ligne et d’optimiser la collaboration au sein des entreprises. Accessibles en mobilité, reliés aux réseaux sociaux et directement connectés aux processus métiers, elles permettent de connecter directement les clients, partenaires et collaborateurs.

Marketing cloud[modifier | modifier le code]

Lancée en 2012, Marketing Cloud[57] est une plateforme marketing permettant d’établir des relations personnalisées avec les clients, à travers tous les canaux, et en mobilité : e-mails, web, réseaux sociaux, objets connectés…

Agrégeant les fonctionnalités de Radian6 (écoute et captation d'informations), buddy media (publication de contenus), ExactTarget (marketing multicanaux et parcours client)[58] et social.com (publicité), la plateforme permet d’organiser et de suivre les campagnes sur tous les canaux. Elle permet également d’extraire et d’exploiter l’ensemble des données recueillies lors des interactions avec les clients, pour leur proposer du contenu d’autant plus ciblé, personnalisé et en adéquation avec leurs besoins.

Analytics Cloud[modifier | modifier le code]

Analytics Cloud est la 1re plateforme cloud analytique, reposant sur la technologie Wave[59]. Elle est accessible depuis ordinateurs, smartphones et tablettes. La plateforme permet aux entreprises d’analyser leurs données, de partager les analyses entre collaborateurs et d’en tirer les informations nécessaires, afin d’identifier des opportunités commerciales.

Innovation[modifier | modifier le code]

Précurseur dans le monde du cloud computing[1] et du SaaS[60], Salesforce a veillé à maintenir son avance technologique :

  • à travers sa politique d’acquisition d’entreprises innovantes et startups ;
  • en consacrant un important budget à son effort de R&D, et en multipliant les centres de R&D à travers le monde, dont l’un ouvert à Grenoble[61] ;
  • en organisant des hackathons[62], ou encore des concours comme le Challenge Innovation[63], lancé en en Europe : ce concours doté de cinq millions d'euros de prix et ayant pour but d'inciter les startups à développer de nouvelles applications pour la plateforme Salesforce, a été mené en partenariat avec un consortium de cinq fonds d’investissement européens : Charlotte Street Capital, MMC Ventures, Octopus Investments, Notion Capital et PointNine.

L’écosystème Salesforce[modifier | modifier le code]

Salesforce encourage le développement d’une communauté de développeurs et de clients autour de ses solutions.

L’entreprise organise en particulier chaque année à San Francisco une manifestation baptisée Dreamforce[64], regroupant les développeurs de tous les pays, les clients et prospects ainsi que les partenaires, pour des présentations, démonstrations, conférences, ateliers, ainsi qu’une exposition. En 2014, selon Salesforce, plus de 150 000 personnes inscrites et 400 entreprises partenaires ont fait de cette manifestation la plus importante du secteur des nouvelles technologies.

Salesforce a par ailleurs constitué un réseau important d'intégrateurs spécialisés sur son logiciel, notamment en les mettant en avant sur l'AppExchange avec 5 niveaux de partenariats (Registered Silver, Gold, Platinum, Global Strategic Partner), et de nombreuses formations & accréditation sur chaque sujet. Début 2021, presque 2000 intégrateurs étaient listés sur l'AppExchange de Salesforce[65].

Impact social de Salesforce[modifier | modifier le code]

Fondation Salesforce[modifier | modifier le code]

Salesforce a créé une fondation d’entreprise pour accompagner et financer des projets portés par des organisations caritatives. 1 % du temps de travail des collaborateurs, 1 % des produits et 1 % des capitaux propres[66] sont dédiés à ces projets, essentiellement destinés à la jeunesse et à l'amélioration des technologies.

La fondation Salesforce soutient ainsi les organisations à but non lucratif dans leur gestion, en leur fournissant des solutions et applications. Plus de 22 000 organismes ont bénéficié de ce partenariat[67] pour optimiser leurs campagnes de communication ou leurs collectes de fonds.

Procès Backpage.com de 2019[modifier | modifier le code]

En mars 2019, 50 femmes ont anonymement intenté un procès à Salesforce pour sa collaboration avec le site de petites annonces Backpage.com[68]. Les plaignantes indiquaient avoir été victimes de viols, d'abus sexuels et de trafic d'être humain par l'intermédiaire du site Backpage.com[68]. Salesforce aurait vendu des outils à Backpage alors même que Salesforce faisait publiquement campagne contre le trafic d'être humain[69].

Relations avec la communauté informatique[modifier | modifier le code]

Licenciement des développeurs de 'Meatpistol' au DEFCON 2017[modifier | modifier le code]

Lors de la présentation à la conférence DEFCON 2017 de l'outil Meatpistol développé par des employés de Salesforce, le directeur de la sécurité offensive ainsi qu'un ingénieur ont été licenciés par l'un des directeurs généraux de l'entreprise[70]. La présentation avait été approuvée avant la conférence mais 1h avant la présentation, l'équipe de direction de Salesforce a changé d'avis. Aucune explication publique n'a été fournie. Le directeur de la sécurité offensive avait éteint son téléphone pour la conférence et n'avait pu être prévenu avant la présentation.

Les 2 employés ont reçu très rapidement le soutien de l'IETF ainsi que de la communauté de sécurité informatique[70],[71].

Contribution au logiciel libre[modifier | modifier le code]

Salesforce contribue a la communauté du logiciel libre en mettant à disposition des produits en licence libre[72], en contribuant à des projets libres existant (tels que Kubernetes) et en autorisant ses employés à dédier de leur temps de travail à des projets personnels[73].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Article sur eMarketing.fr, le 1/11/2010 : « Le pionnier du cloud sur un petit nuage ».
  2. Article sur CoMarketing News, le 9/05/2014 : « [CRM] Salesforce reste leader loin devant SAP ».
  3. Article sur le site Les Échos Business, le 10/04/2013.
  4. Le Mag IT Salesforce ouvre un centre de R&D à Grenoble.
  5. Opération séduction de Salesforce auprès des entreprises françaises, Silicon, 26 juin 2014.
  6. Article dans Le Monde Informatique, le 18/02/2014 : « Un datacenter Salesforce pour la France en 2015 ».
  7. Article Le Journal du Net, 22/05/2013.
  8. « Salesforce.com rachète Sendia pour rendre Appexchange mobile », sur ZDNet France (consulté le )
  9. http://www.zdnet.com/blog/btl/salesforcecom-acquires-jigsaw-for-142-million/33362 .
  10. http://www.jigsaw.com/id159110/salesforce.com_companywiki.xhtml.
  11. (en) Salesforce achète Activa.
  12. (en) Robin Wauters, « Salesforce.com Buys Heroku For $212 Million In Cash », sur techcrunch.com, (consulté le ).
  13. « Salesforce.com Brings Navajo Into Camp to Boost Cloud Security », Forbes,‎ (lire en ligne)
  14. (en) « Salesforce Acquires Social And Mobile Cloud Computing Consultancy Model Metrics », TechCrunch, (consulté le )
  15. (en) « Salesforce Buys Social Performance Platform Rypple; Will Launch ‘Human Capital Management’ Unit Successforce », Techcrunch (consulté le ).
  16. (en) « Salesforce Acquires Stypi »
  17. (en) « Salesforce Acquires Buddy Media for $689 Million », Mashable (consulté le ).
  18. (en) « Salesforce Acquires TechStars And TechCrunch Disrupt Alum Thinkfuse », TechCrunch,
  19. (en) « Salesforce.com acquired BlueTail in July, AllThingsD reports », Yahoo! Finance, (consulté le )
  20. (en) « Salesforce.com Reported To Buy GoInstant For $70 Million », TechCrunch, (consulté le )
  21. (en) Rebecca Grant, « Salesforce to predict the future with the power of Prior Knowledge », VentureBeat, (consulté le )
  22. Article Clubicpro.com, 06/02/2013.
  23. (en) « Web Clipping Service Clipboard Acquired By Salesforce For $12M, Will Be Shuttered On June 30th », TechCrunch, (consulté le )
  24. Article Le Monde Informatique, 04/06/2013.
  25. Article Decideo.fr, 09/06/2013 : « Salesforce se décide enfin à investir dans l'analytique ».
  26. Article Le Journal du Net, 11/07/2014 : « Big Data : Salesforce croque RelateIQ pour 390 millions de dollars ».
  27. (en) « Mobile Authentication Startup Toopher Acquired By Salesforce », TechCrunch,
  28. (en) « Salesforce Acquires Smart Calendar Startup Tempo, App Will Shut Down On June 30 », TechCrunch,
  29. (en) « Salesforce acquires application development consulting firm AKTA », VentureBeat,
  30. (en) « Salesforce Has Acquired MinHash, Creators Of The AILA Virtual Marketing Assistant », TechCrunch,
  31. « Salesforce - Salesforce Customer and Partner Momentum Accelerates in France, Creates Positive Impact on French Economy », sur investor.salesforce.com (consulté le )
  32. Salesforce rachète SteelBrick pour 360 millions de dollars, sa plus grosse acquisition depuis juillet 2014, Lélia de Matharel, 24 décembre 2015
  33. (en) « Salesforce Acquires PredictionIO To Build Up Its Machine Learning Muscle », TechCrunch,
  34. (en) « Salesforce just bought a startup for 'tens of millions' of dollars, adding to its buying spree », Business Insider (consulté le )
  35. (en) « Salesforce acquires data center analytics startup Coolan », sur VentureBeat (consulté le )
  36. (en) « Salesforce buys word processing app Quip for $750M », TechCrunch,
  37. (en) « Another Salesforce acquisition with BeyondCore enterprise analytics grab », TechCrunch,
  38. (en) « Salesforce adds to its $4 billion spending spree by quietly buying another company », Yahoo! Finance,
  39. (en) « Susan Bidel's Blog », sur blogs.forrester.com (consulté le )
  40. (en) « Salesforce just bought a startup called Twin Prime, adding to its $5 billion buying binge », BusinessInsider
  41. (en) « Salesforce acquires Sequence to build out its UX design services », TechCrunch (consulté le )
  42. (en) « Salesforce acquires Attic Labs, the startup behind decentralized database Noms », TechCrunch (consulté le )
  43. (en) « e-commerce gets B2B boost with CloudCraze purchase Noms », TechTarget,
  44. « Salesforce to buy MuleSoft for $5.9 billion », sur Reuters,
  45. (en) « Datorama acquisition to bolster Marketing Cloud Noms », TechTarget (consulté le )
  46. (en) Rajeev Bharadhwaj, « Salesforce Signs Definitive Agreement to Acquire Griddable — Griddable » [archive du ], sur Griddable.io, (consulté le )
  47. (en) Ron Miller, « Salesforce is buying MapAnything, a startup that raised over $84 million » [archive du ], sur TechCrunch, (consulté le )
  48. (en) « Salesforce is acquiring data-visualization company Tableau in a mega $15.7 billion deal », sur Business Insider,
  49. « Salesforce annonce l'acquisition de Vlocity, le départ de son co-CEO Keith Block et des résultats en hausse », sur FrenchWeb.fr, (consulté le )
  50. (en-US) Erin Griffith et Lauren Hirsch, « Salesforce to Acquire Slack for $27.7 Billion », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le )
  51. « Logiciels : Salesforce réalise la plus grosse acquisition de son histoire », sur Les Echos, (consulté le )
  52. BFM BUSINESS, « Salesforce veut enterrer Excel », sur BFM BUSINESS (consulté le )
  53. « Salesforce to buy Israel's ClickSoftware for $1.35 billion », sur Reuters,
  54. « L'irrésistible ascension de Salesforce »
  55. « Les résultats comparés de Microsoft et d’Amazon dans le cloud en 2019 »
  56. Article sur TechCrunch, le 27/08/2014.
  57. Article sur Marketing Automation, le 09/10/2012 : « Salesforce dévoile sa suite « marketing cloud » ».
  58. Article sur Docaufutur, le 5/06/2014 : « ExactTarget Marketing Cloud de Salesforce réinvente la création de contenu marketing ».
  59. Article sur Journal du Net, le 13/10/2014 : « Dreamforce : Salesforce révèle Wave, son Cloud Analytics ».
  60. Article sur Silicon.fr, le 30/06/2014 : « Saas : Oracle veut détrôner le leader, Salesforce ».
  61. Article sur le site Frecnhweb.fr, le 27/05/2103.
  62. Article Le Journal du Net, le 28/10/2103.
  63. Article sur le site CapDigital, le 25/08/2103.
  64. Article sur Le Monde Informatique, le 15/10/2014 : « Dreamforce 14 : Salesforce déplace près de 400 Français à San Francisco ».
  65. (en) « AppExchange is the Salesforce marketplace », sur appexchange.salesforce.com (consulté le )
  66. Article sur Nicomak.eu, juin 2012.
  67. Article Guide Informatique, le 03/06/2014 : « La fondation Salesforce.org aide les organismes à but non lucratif à gérer leur dossier depuis leurs appareils mobiles ».
  68. a et b (en) « 50 Women Accuse Salesforce of 'Facilitating' Their Sex Trafficking », sur Fortune (consulté le )
  69. (en-US) Jon Swartz, « Salesforce Stock Falls After Lawsuit Is Filed », sur www.barrons.com (consulté le )
  70. a et b (en-US) Sean Gallagher, « Salesforce “red team” members present tool at Defcon, get fired », sur Ars Technica, (consulté le )
  71. (en-US) « Musings on MEATPISTOL firings », sur SecurityCurve, (consulté le )
  72. « Salesforce Open Source », sur opensource.salesforce.com (consulté le )
  73. (en) « Citizen Philanthropy and Strategic Programs », sur Salesforce.com (consulté le )

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :