Cette page est en semi-protection longue.

Aya Nakamura

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Aya Nakamura
Surnom La Nakamurance
Nom de naissance Aya Danioko
Naissance (24 ans)[1]
Bamako, Drapeau du Mali Mali
Genre musical Pop urbaine, R&B, afrobeat
Années actives Depuis 2014
Labels Warner Music France, Parlophone, Rec. 118

Aya Nakamura, de son vrai nom Aya Danioko, née le à Bamako au Mali, est une chanteuse, autrice-interprète française de pop urbaine et de R&B.

Après des débuts remarqués sur les réseaux sociaux et de nombreuses collaborations, sa percée se fait dès la sortie de son premier album intitulé Journal intime, publié le 25 août 2017, et certifié disque d'or. En novembre 2018, elle publie son deuxième album Nakamura, où elle se fait connaître du grand public, propulsée par le single Djadja. Ce nouvel opus est certifié disque de platine. Ses chansons se classent dans les pays francophones et à l'étranger.

Biographie

Enfance et jeunesse

Née à Bamako au Mali le [2], issue d'une famille de griots[1], elle est l'aînée d’une fratrie de cinq enfants. Sa famille arrive en France et emménage à Aulnay-sous-Bois en région parisienne alors qu'elle est encore enfant. Elle hésite sur son avenir professionnel et entame des études de mode à La Courneuve : « Je voulais être modéliste », indique-t-elle, « Mais cela a cessé de me plaire, alors j’ai chanté »[3].

Débuts et premiers succès avec Journal intime (2014-2017)

En 2014, à l'âge de 19 ans, elle publie son premier titre, Karma, sur Facebook. Passionnée par la série télévisée Heroes, elle choisit comme nom de scène Nakamura, qui vient d'un des personnages, Hiro Nakamura. Elle compose ensuite une chanson de rupture amoureuse, J’ai mal, sur une mélodie de zouk love. La vidéo du titre dépasse le million de vues sur YouTube. Un ami de longue date, Dembo Camara, devient son producteur et manager.

En 2015, avec le compositeur Christopher Ghenda[4], ils réalisent le titre Brisé, qui atteint 13 millions de vues sur YouTube. Puis un autre titre en duo avec le rappeur Fababy, Love d'un voyou, qui est mieux accueilli encore sur YouTube. En référence à ses racines, elle réalise également un concert au stade omnisports Modibo-Keïta à Bamako, en première partie de l'Américain d'origine nigériane Davido (en)[5],[6], et consacre un titre à une des chanteuses maliennes les plus connues, Oumou Sangaré, née comme elle à Bamako. Celle-ci accepte de participer au clip musical correspondant et s'y montre complice[3].

En janvier 2016, la chanteuse décroche un contrat en maison de disque chez Warner Music (Parlophone)[7]. La même année, elle continue les collaborations et publie son deuxième single, Super Héros, en featuring avec le rappeur Gradur.

Suite au succès et de l'accueil sur les réseaux sociaux, elle se lance dans la préparation d'un premier album, réalisé tardivement du fait de difficultés à démarrer avec un premier label, mais aussi de la naissance d'une petite fille[3],[8],[9]. C'est le 25 août 2017, qu'elle publie son premier album intitulé Journal intime. L'album est certifié disque d'or en France. Le samedi 23 septembre 2017, elle participe à la Nuit du Mali à Bercy organisée par le Wati-Boss, Dawala, pour célébrer l'anniversaire du Mali à Paris en musique. Elle partage la scène avec Oumou Sangaré et d'autres artistes maliens tels que Cheick Tidiane Seck, Lassana Hawa, Mokobé, etc.

Nakamura (2018)

En avril 2018, Aya Nakamura sort un titre, premier extrait d'un futur album, intitulé Djadja qui se positionnera deux semaines consécutives à la première place du top singles français et certifié disque de diamant[10]. Le titre devient très rapidement un « tube de l'été » et traverse également les frontières de la France, ou l'Afrique francophone, la Belgique et la Suisse. En effet, il rencontre un franc succès aux Pays-Bas où pour la première fois une chanson féminine francophone prend la tête des ventes depuis 1961, époque où Édith Piaf avait déjà réussi cet exploit avec Je ne regrette rien[4],[11], le titre y est certifié triple disque de platine. Djadja est le premier titre en français a atteindre la première place des ventes aux Pays-Bas[12], le dernier titre francophone fut Alors on danse du chanteur belge Stromae. Djadja est diffusé sur les radios allemandes, suédoises, roumaines et autrichiennes[13]. Le clip cumule 300 millions de vues sur YouTube après sa prestation remarquée aux 34e Victoires de la musique, où elle est nominée deux fois[14]. Son successeur, Copines, sorti en août 2018, entre 4e du classement des singles en France (streaming inclus)[15] et est certifié lui aussi disque de diamant

Le 2 novembre 2018, Aya Nakamura sort son deuxième album, intitulé Nakamura[16],[17]. Cet album fait connaître la chanteuse du grand public, une notoriété grandissante propulsée par des singles au fort succès commercial.

Le 10 novembre 2018, elle participe à la 20e édition des NRJ Music Awards au Palais des festivals de Cannes, où elle est nommée dans deux catégories : « révélation francophone de l'année » et « chanson francophone de l'année » avec le titre Djadja. Le troisième single de l'album est le titre La dot dont le clip est sorti le 19 décembre 2018. La dot est certifié single de platine. Le quatrième single de l'album est le titre Pookie dont le clip est sorti le 10 avril 2019.

Discographie

Article détaillé : Discographie d'Aya Nakamura.

Distinctions

  • Victoires de la musique 2019 : Nommée dans les catégories « album de musiques urbaines » avec Nakamura et « chanson originale » avec Djadja.
  • NRJ Music Awards 2018 : Nomination dans les catégories « révélation francophone de l'année » et « chanson francophone de l'année » avec le titre Djadja.
  • W9 d’Or : Lauréat dans la catégorie « Artiste féminine la plus écoutée en streaming de l’année »[18].
  • BET Awards 2019 : Nomination dans la catégorie « Best International Act »[19]

Notes et références

  1. a et b « Aya Nakamura », sur Info Concert
  2. « NRJ Music Awards 2018 : 5 choses à savoir sur Aya Nakamura, l’interprète de l’incontournable "Djadja" », sur LCI (consulté le 22 décembre 2018)
  3. a b et c Marie Zinck, « Aya Nakamura s’invite dans l’arène des musiques urbaines », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  4. a et b (nl) « Eerste vrouwelijke Franse artiest met nummer 1-hit sinds 1961 », sur nu.nl (consulté le 23 août 2018)
  5. « La chanteuse malienne Aya Nakamura portée en triomphe sur ses terres », KamerArtDesign,‎ (lire en ligne)
  6. « Concert remarquable d’Aya Nakamura à Bamako au Mali », Africa Moove,‎ (lire en ligne)
  7. « Aya Nakamura signe en Maison de disques ! », sur Buzzdefou crée ton buzz, (consulté le 22 décembre 2018)
  8. « Aya Nakamura : Je suis maman depuis 6 mois », Africa Moove,‎ (lire en ligne)
  9. « Aya Nakamura prépare son album: Le R’n’B français tient enfin sa relève féminine! », IFM Radio,‎ (lire en ligne)
  10. « Les Certifications », sur SNEP, (consulté le 22 décembre 2018)
  11. (nl) « Sinds 1961 weer een Franse nummer 1 hit in Top 100 », sur Metronieuws.nl (consulté le 23 août 2018)
  12. (nl) « Voor het eerst in 8 jaar Franstalige hit op 1 | Entertainment | Telegraaf.nl », sur www.telegraaf.nl (consulté le 23 août 2018)
  13. « Aya Nakamura : "Djadja" numéro un aux Pays-Bas, une première depuis Edith Piaf », sur chartsinfrance.net (consulté le 26 août 2018)
  14. « Aya Nakamura : Sa prestation très remarquée aux Victoires de la Musique 2019 », sur https://www.melty.fr, Melty, (consulté le 11 février 2019)
  15. « Top Singles (téléchargement + streaming) - SNEP », SNEP,‎ (lire en ligne, consulté le 8 septembre 2018)
  16. Paola Genone, « Aya Nakamura, héroïne de l'afro-trap », Le Figaro,‎ (lire en ligne)
  17. Charline Lecarpentier, « Aya Nakamura, héroïne des tempos modernes », Libération,‎ (lire en ligne)
  18. [1]
  19. (en) Stephanie Smith-Strickland, « 2019 BET Awards: Cardi B Leads Nominations With Seven », Billboard,‎ (lire en ligne)

Liens externes