Spie Batignolles

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant une entreprise
Cet article est une ébauche concernant une entreprise.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?).
Les entreprises étant sujet à controverse, n’oubliez pas d’indiquer dans l’article les critères qui le rendent admissible.

Consultez la liste des tâches à accomplir en page de discussion.

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (février 2016).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ou une de ses sections doit être recyclé (février 2016).

Une réorganisation et une clarification du contenu paraissent nécessaires. Discutez des points à améliorer en page de discussion ou précisez les sections à recycler en utilisant {{section à recycler}}.

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Batignolles.
Spie batignolles
logo de Spie batignolles
Création 1846 (Ernest Goüin et Cie)
Dates clés 1968 : fusion de la SCB et de la SPIE ;
2003 : Spie Batignolles devient un groupe indépendant
Forme juridique Industrielle
Slogan « Le meilleur est à construire »
Siège social Drapeau de France 8, rue Victor-Noir, 92521 Neuilly-sur-Seine Cedex (France)
Direction François-Xavier Clédat (président du conseil de surveillance)
Jean-Charles Robin (président du directoire)
Actionnaires Cadres dirigeants (70,76 %), Ardian France (12,27 %), LPI- Management & Ardian France (9 %), Salvepar (7,97 %)
Activité Bâtiment et travaux publics
Effectif 6 400
Site web http://www.spiebatignolles.fr
Chiffre d’affaires 1 800 M€ (2014)

Spie batignolles est un groupe français de construction et de BTP issu de la fusion entre la Société de construction des Batignolles et la Société parisienne pour l'industrie électrique (SPIE) en 1968. En 2003, les cadres de Spie batignolles, devenue la filiale Construction du groupe SPIE, rachètent leur entreprise, Spie batignolles devient ainsi une entreprise indépendante.

Quatrième groupe français du secteur de la construction[1], il est spécialisé dans les travaux publics, le génie civil et les fondations, l'énergie et l'aménagement, ainsi que l'immobilier et les concessions.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le 22 juin, Financière Spie batignolles rachète les parts encore détenues par AMEC SPIE.

  • En 2005, acquisition d'Eurelec, devenue Spie Batignolles énergie en 2010 (électricité, maintenance multitechnique, génie climatique)
  • En 2006, acquisition de Valérian (terrassement)
  • En 2006, lancement de la Fondation Spie batignolles
  • En 2006, première notation extra-financière A+
  • En juin 2007, une nouvelle souscription dans le Plan d'épargne Groupe permet aux salariés d'être actionnaires du groupe à hauteur de 7,5 %.
  • En octobre 2007, les 200 dirigeants et cadres actionnaires de Spie batignolles détiennent 80 % de Financière Spie batignolles.
  • En 2007, acquisition du groupe SPR (peinture, aménagement, façade, verre et métal)
  • En 2008, lancement de Performance, la marque qui établit un nouveau standard sur le plan de la qualité de réalisation
  • En 2009, acquisition de l'Entreprise Malet (travaux routiers)
  • En 2009, 2e notation extra-financière AAA+, une note record dans le secteur de la construction

Actionnariat[modifier | modifier le code]

  • Cadres dirigeants (70,76 %)
  • Ardian France (12.27 %)
  • LPI- Management & Ardian France (9%)
  • Salvepar (7,97 %)

Filiales[modifier | modifier le code]

Quelques réalisations[modifier | modifier le code]

Organisation[modifier | modifier le code]

Le 18 septembre 2012, le groupe change son organisation de gouvernance[2]. Le conseil d'administration est remplacé par un conseil de surveillance, qui délègue la direction du groupe au directoire.

Le Conseil de surveillance, présidé par François-Xavier Clédat, a nommé mercredi 16 mars 2016, Jean-Charles Robin président du Directoire du groupe[3].

Direction[modifier | modifier le code]

Le conseil de surveillance est présidé par François-Xavier Clédat.

Le directoire est composé de :

  • Jean-Charles Robin, président du directoire
  • Patrick Zulian, membre du Directoire, directeur général construction Ile-de-France et Energie
  • Stéphane Monceaux, membre du directoire, directeur général génie civil

Le Comité exécutif de Spie batignolles est remplacé par un comité de direction générale composé, en outre des membres du directoire :

  • Olivier Ribereau-Gayon, directeur général construction régions France
  • Thierry Le Friant, directeur général Malet
  • Christophe Paris, directeur général Valérian
  • Nicolas Flamant, directeur Ressources humaines et du développement durable
  • François Maillard, directeur du développement
  • André Leyder, directeur administratif et financier

Le comité de management du groupe, se compose, en plus des membres du CDG de :

  • Franck Ailloud, président Spie batignolles immobilier
  • Jean-Charles Andréoli, directeur général Spie fondations
  • Benoît Moncade, directeur général Spie batignolles TPCI
  • Émile Chébib, directeur général SPR
  • Philippe Donguy, directeur général Spie batignolles Sud-Est
  • Pascal Chapouil, directeur général Spie batignolles énergie
  • Philippe Bamas, directeur général Spie batignolles nord
  • Benoît Thiéblin, directeur général Spie batignolles concessions
  • Eric Blanc, directeur général Outarex
  • Jacques Messicat, directeur général adjoint Spie SCGPM

Liste des présidents[modifier | modifier le code]

Mécénat[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean Monville, Xavier Bezançon, Naître et renaître : Une histoire de SPIE, Presses de l'école des Ponts et Chaussées (ISBN 2859783903).
  • Tristan de la Broise, Félix Torres, Schneider l'histoire en force, Jean-Pierre de Monza (ISBN 2-908071-31-2).