Loi pour une sécurité globale préservant les libertés

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Loi pour une sécurité globale préservant les libertés

Présentation
Titre Loi pour une sécurité globale préservant les libertés
Pays Drapeau de la France France
Langue(s) officielle(s) Français
Adoption et entrée en vigueur
Législature XVe législature de la Cinquième République
Gouvernement Jean Castex
Adoption
Promulgation

Lire en ligne

[1]

La loi pour une sécurité globale préservant les libertés est un texte législatif français promulgué le 25 mai 2021.

Elle est initiée par les députés LREM Alice Thourot (Drôme) et Jean-Michel Fauvergue (Seine-et-Marne, ancien patron du RAID) et déposée à l'Assemblée nationale le . Elle porte sur le renforcement des pouvoirs de la police municipale, l'accès aux images des caméras-piétons, la captation d'images par les drones et la diffusion de l'image des policiers.

Le texte, soutenu par le gouvernement et les principaux syndicats policiers, fait l'objet d'une très forte opposition de la part des sociétés de journalistes, des organismes publics nationaux et internationaux et des associations de défense des libertés publiques[1].

À la demande du gouvernement, la proposition de loi suit la procédure accélérée ; elle est examinée à l'Assemblée nationale du 17 au et adoptée le . Son examen au Sénat a lieu en  ; à son terme, la commission mixte paritaire regroupant députés et sénateurs parvient à un accord sur le texte le .

La proposition de loi, y compris son très controversé article 24, est définitivement adoptée le par le parlement, par 75 voix contre 33. Le Premier ministre Jean Castex (afin de « lever tout doute ») et la gauche parlementaire opposée au texte déposent des recours devant le Conseil constitutionnel, qui censure les articles les plus controversés en mai 2021.

Calendrier législatif[modifier | modifier le code]

Jean-Michel Fauvergue, député de Seine-et-Marne (LREM).
Alice Thourot, députée de la Drôme (LREM).

Le texte porte à l’origine sur la police municipale et le secteur de la sécurité privée, et est déposé le par les députés LREM Alice Thourot (Drôme) et Jean-Michel Fauvergue (Seine-et-Marne, ancien patron du RAID)[2]. En octobre de la même année, la proposition de loi est complétée à l'initiative du ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin qui souhaite lui adjoindre un volet sur la protection des fonctionnaires de police et militaires : « Il s’agit de protéger ceux qui nous protègent »[3],[4] — un slogan régulièrement utilisé par les soutiens du texte[5].

Déposé le , le texte fait l'objet d'une procédure accélérée sur décision du gouvernement (le ), réduisant la navette parlementaire à une seule lecture par chambre[6]. Le recours à cette procédure fait l'objet d'une critique de la Commission nationale consultative des droits de l'homme qui y voit une « dégradation du débat démocratique ». Elle s'alarme notamment du recours à une proposition de loi (issue de parlementaires) pour un texte en réalité porté par le gouvernement : « le gouvernement prive le parlement et la société d’un débat sur leur impact ainsi que d’une expertise juridique du Conseil d’Etat, préalables requis à l’examen parlementaire de tout projet de loi, mais pas pour une proposition de loi[7]. »

Assemblée nationale[modifier | modifier le code]

Le texte est examiné en commission des Lois le [8]. Il est débattu en séance dans l'hémicycle du 17 au  ; les députés doivent notamment examiner 1 319 amendements[5].

Lors du vote solennel, le , la proposition est adoptée à 388 voix pour, 104 contre et 66 abstentions[9]. À cette occasion, le Premier ministre Jean Castex fait part de son intention de saisir le Conseil constitutionnel, à l'issue du processus législatif, concernant l'article 24[10].

Parmi les groupes ayant voté en faveur du texte se trouvent le Groupe LREM — en dépit de quelques dissensions (220 pour, 10 contre, 30 abstentions)[11] —, son allié le groupe Mouvement démocrate et démocrates apparentés (33 pour, 5 contre, 18 abstentions), le groupe UDI et indépendants (10 pour, 8 abstentions), le groupe LR (99 pour, 4 abstentions) — bien qu'il estime que l'article 24 risque d'être censuré par le Conseil constitutionnel[9] — et le groupe Agir ensemble qui vote unanimement pour. Les groupes socialistes et apparentés, LFI et Gauche démocrate et républicaine votent quant eux contre à l'unanimité ; ils sont rejoints par le groupe Libertés et territoires qui s'oppose majoritairement au texte (14 contre, 3 abstentions). Enfin, parmi les non-inscrits, 8 votent pour, 13 contre et 3 s'abstiennent[12].

Recul de la majorité[modifier | modifier le code]

La Commission nationale consultative des droits de l'homme (CNCDH) publie le un avis (non contraignant) très critique vis-à-vis de la proposition de loi, dans laquelle la CNCDH voit « une nouvelle étape de la dérive sécuritaire en France »[13],[14]. Le même jour, Jean Castex annonce qu'une commission indépendante présidée par Jean-Marie Burguburu (le président de la CNCDH) sera chargée de « réécrire » l’article 24[15], mais rectifie le lendemain sous la pression du parlement, expliquant que la commission ne fera que « formuler des propositions [sur les] conditions de travail et d’intervention de la presse et des forces de l’ordre »[16]. Le , les présidents des groupes de la majorité à l’Assemblée nationale annoncent que l’article 24 sera entièrement réécrit[17]. Selon le New York Times, l'affaire Michel Zecler a déclenché « un tollé national qui a forcé le gouvernement d’Emmanuel Macron et sa majorité à retirer et réécrire [l'article 24] »[18].

Sénat[modifier | modifier le code]

Fin novembre 2020, les sénateurs rapporteurs du texte Marc-Philippe Daubresse (LR) et Loïc Hervé (UDI) prévoient eux aussi de réécrire intégralement l'article 24 à cette occasion[19].

L'examen de la proposition de loi en commissions, au Sénat, a lieu en  ; le texte est amendé et voté par les sénateurs le [20]. Celui-ci contient un article 24 remanié, dans lequel il n'est plus fait référence à la Loi du 29 juillet 1881 sur la liberté de la presse, et qui crée un délit de « provocation à l’identification », passible d'une peine durcie[21].

Commission mixte paritaire et adoption définitive[modifier | modifier le code]

Après avoir trouvé un accord sur le texte avec le Sénat (majorité de droite et du centre) en commission mixte paritaire le , préservant notamment la version de l'article 24 rédigée par les sénateurs[22], l'Assemblée nationale (majorité présidentielle) vote la proposition de loi à 75 voix pour et 33 contre le , les oppositions de gauche s'y opposant[23].

Conseil constitutionnel[modifier | modifier le code]

Opposés au texte, trois groupes de gauche au Sénat (écologistes, socialistes et communistes) représentant 90 sénateurs, ainsi que 87 députés des groupes de gauche et écologistes de l'Assemblée, déposent des recours devant Conseil constitutionnel[24]. Le Premier ministre Jean Castex saisit également les « Sages » afin de « lever tout doute »[25]. Celui-ci rend sa décision le [26]: il censure notamment l'article 24 (devenu 52) sur la diffusion malveillante de l'image des policiers, l'article 22 (devenu 47) sur l’utilisation des drones lors de manifestations, et considère comme « cavaliers législatifs », les articles 26, 57, 63, 68 et 69 du texte[27].

Promulgation[modifier | modifier le code]

Principales dispositions[modifier | modifier le code]

Articles 1 à 6[modifier | modifier le code]

La proposition de loi prévoit, pour une durée de trois ans et à titre expérimental, l'accroissement des pouvoirs des polices municipales (quand elles comptent plus de vingt agents), avec notamment l'attribution de pouvoirs de police judiciaire ; le tout associé à un contrôle accentué de celles-ci[28],[29],[30]. La création d'une police municipale à Paris, souhaitée par la maire Anne Hidalgo (qui y a longtemps été opposée), est également prévue[31].

Ces mesures sont motivées par la rapidité avec laquelle la police municipale intervient parfois sur le terrain[29] ; le but est également de soulager la police nationale de certaines missions, en particulier les plus courantes et moins nobles, relèvent La Croix et Mediacités[32],[33].

La majorité des syndicats de policiers municipaux voit d'un bon œil le texte, tout en regrettant un manque de concertation et l'absence de revalorisation des salaires des agents[33].

La CNCDH s'inquiète « du transfert de compétences de police judiciaire aux agents de police municipale », soulignant notamment que ces derniers sont placés sous les ordres du maire, à l'inverse de la police nationale qui « agit sous la direction, le contrôle et la surveillance de l’autorité judiciaire »[34],[13]. Elle redoute également une rupture d’égalité des citoyens devant la loi[34]. En effet, toutes les communes ne disposent pas des mêmes moyens financiers, relèvent divers observateurs (policiers, élus, etc.) ainsi que des députés de l'opposition de gauche[32],[33],[35],[36]. L'ajout de nouveaux pouvoirs aux polices municipales s'inscrit en outre dans un contexte qui voit l'État inciter les élus locaux à renforcer leur police municipale[33],[35].

Articles 20 et 21[modifier | modifier le code]

Les articles 20 et 21 sont relatifs à l'accès aux images, respectivement, des caméras de vidéosurveillance et des caméras-piétons portées par les policiers.

L'article 20 prévoit l'élargissement de l'accès aux images des caméras de vidéosurveillance à plusieurs personnels : les agents de la police municipale, ceux de la ville de Paris chargés d'un service de police, les contrôleurs de la préfecture de police, etc.[37] ; cet accès était jusque-là réservé aux policiers et gendarmes (nommément chargés de cette tâche)[38]. Le Défenseur des droits ainsi que certains députés estiment que l'accès élargi à ces images serait incompatible avec le respect du droit à la vie privée[39],[37].

L'article 21, relatif aux caméras-piétons, prévoit que « les images pourront être transmises en direct au poste de commandement, les personnels accéder directement à leurs enregistrements et les images utilisées pour « l’information du public sur les circonstances de l’intervention » », ainsi que le résume le journaliste Pierre Januel sur Dalloz Actualités, qui y voit « un moyen de s’imposer dans la guerre des images »[40]. Yves Lefebvre, secrétaire général du syndicat Unité SGP Police-Force Ouvrière, écrit dans La Croix que la possibilité de « diffuser sur les réseaux sociaux les vidéos issues des caméras des policiers » permettrait de « recontextualiser les interventions »[41].

La Défenseur des droits estime que « ces dispositions sont susceptibles de porter atteinte au droit au respect de la vie privée »[42],[43], position rejointe par l'association Amnesty International France[44]. Permettant aux agents d'accéder aux images de leur propre caméra-piéton, l'article fait également craindre que des agents puissent modifier leur témoignage en conséquence, écrit Pierre Januel[28]. Cet accès, relève la Commission nationale consultative des droits de l'homme, « [prive] d’une « garantie essentielle » le cadre légal actuel prévu pour l’accès à ces image » : la CNIL avait en effet estimé en 2016 que la mention par l'article L241-1 du Code de la sécurité intérieure constituait « une garantie essentielle »[45],[46],[47].

Article 22[modifier | modifier le code]

L'article 22 vise à donner un cadre juridique à l'usage des drones, qui en est jusque-là dépourvu — une décision du Conseil d'État parue le somme à ce titre l'État de « cesser, sans délai, de procéder aux mesures de surveillance par drone »[48],[49],[50]. Il entend ainsi autoriser la captation d'images par drones dans neuf cas[51],[52] :

« Art. L. 242‑5. – Dans l’exercice de leurs missions de prévention des atteintes à la sûreté de l’État, la défense ou la sécurité publique et de prévention, de recherche, de constatation ou de poursuite des infractions pénales, les services de l’État concourant à la sécurité intérieure et à la défense nationale peuvent procéder, au moyen de caméras installées sur des aéronefs, à la captation, l’enregistrement et la transmission d’images aux fins d’assurer :
1° La sécurité des rassemblements de personnes sur la voie publique ou dans les lieux ouverts au public, lorsque les circonstances font craindre des troubles graves à l’ordre public, ainsi que l’appui des personnels au sol en vue de maintenir ou de rétablir l’ordre public
2° La prévention d’actes de terrorisme
3° Le constat des infractions et la poursuite de leurs auteurs par la collecte de preuves
4° La protection des bâtiments et installations publics et de leurs abords
5° La sauvegarde des installations utiles à la défense nationale
6° La régulation des flux de transport
7° La surveillance des littoraux et des zones frontalières
8° Le secours aux personnes
9° La formation et la pédagogie des agents »

La Quadrature du Net (LQDN) et Amnesty International voient dans cet article des risques d'atteinte à la vie privée, notamment par l'usage potentiel de systèmes de reconnaissance faciale (dont LQDN craint qu'il soit la source de dérives, notamment des arrestations « préventives » de militants politiques)[48],[44],[47],[53].

Le Conseil des droits de l'homme des Nations unies s'inquiète de l'usage de drones pour la surveillance et le maintien de l'ordre lors de manifestations. Il indique qu'« une telle ingérence [au droit à la vie privée] doit être mise en œuvre en vertu d'une base juridique nationale qui est suffisamment prévisible, accessible, fournit des garanties contre les abus », et que « les restrictions à ce droit doivent viser la protection d’un intérêt légitime et doivent avoir regard aux principes de nécessité, proportionnalité et non-discrimination », avant de rajouter que ces conditions « ne semblent pas remplies » par l'article 22[54]. En ce qui concerne l'usage des drones pour la prévention d’actes de terrorisme, le Conseil dénonce un article ne respectant pas les « principes de nécessité et de proportionnalité », le but n'étant pas « défini avec suffisamment de clarté et de prévision, conformément aux exigences du droit international »[54].

L'article 22 est adopté le , en dépit de l'avis de plusieurs parlementaires qui estiment le texte trop imprécis. Ainsi que le résume Le Monde, « dans le cadre de manifestations, les vidéos tournées par drone ou hélicoptère pourront être diffusées en direct dans la salle de commandement du dispositif de maintien de l’ordre puis conservées – pour une durée de trente jours, prolongée si elles sont utilisées dans le cadre d’une enquête » ; l'intérieur des domiciles ne devra pas être filmé[49].

La CNCDH se dit notamment « opposée à l’utilisation généralisée des caméras aéroportées (drones) qui ouvre des perspectives de surveillance sans précédent, particulièrement menaçantes pour l’exercice des droits et libertés fondamentaux »[13],[45].

Article 24[modifier | modifier le code]

L'article 24 est initialement formulé comme suit (paragraphes 1 et 2) :

« Le paragraphe 3 du chapitre IV de la loi du 29 juillet 1881 sur la liberté de la presse est complété par un article 35 quinquies ainsi rédigé :
Art. 35 quinquies. – Est puni d’un an d’emprisonnement et de 45 000 euros d’amende le fait de diffuser, par quelque moyen que ce soit et quel qu’en soit le support, dans le but qu’il soit porté atteinte à son intégrité physique ou psychique, l’image du visage ou tout autre élément d’identification d’un agent de la police nationale ou de la gendarmerie nationale autre que son numéro d’identification individuel lorsqu’il agit dans le cadre d’une opération de police. »

Gérald Darmanin, ministre de l'Intérieur, défend que cette proposition vise à empêcher que les policiers soient « jetés en pâture […] sur les réseaux sociaux »[55].

Avec cet article, Gérald Darmanin entend répondre à une demande ancienne des syndicats de policiers[56],[57],[58]. Le syndicat Alliance Police nationale, qui évoque les propos haineux et les appels à la violence visant des policiers sur les réseaux sociaux, demande quant à lui depuis 2018 le floutage systématique des policiers[56],[59]. Pour le secrétaire général d'Unité SGP Police-Force Ouvrière, si la législation préexistante permet déjà de poursuivre l'auteur de menaces à l'encontre d'un membre des forces de l'ordre dont la photo a été publiée sur les réseaux sociaux, « rien ne permet juridiquement de punir aujourd'hui celui qui a initialement posté cette image. […] Il a une responsabilité et c'est ce que vient reconnaître l'article 24 »[41].

La validité juridique de l’article 24 est incertaine, un député estimant : « Constitutionnellement, on aura vraisemblablement des problèmes avec le caractère intentionnel de l’infraction[60]. »

L'article suscite également une vive opposition[61],[62], en particulier du Conseil des droits de l'homme des Nations unies[63], du Haut-Commissariat des Nations Unies aux Droits de l’Homme[64], de la commission européenne[65], du Conseil de l'Europe[66], du Défenseur des droits[60],[67],[42],[68], des journalistes[69],[70] (qui protestent dans une tribune signée par de très nombreuses rédactions[71]), des cinéastes[72],[73], le Conseil national des barreaux et des associations de défense des libertés publiques[74],[75],[5]. La presse étrangère s'indigne également[76].

Trois rapporteurs du conseil des droits de l'homme de l'ONU estiment que cette loi porte « des atteintes importantes aux droits de l’homme et aux libertés fondamentales, notamment le droit à la vie privée, le droit à la liberté d’expression et d’opinion, et le droit à la liberté d’association et de réunion pacifique » et place la France en contradiction avec la Déclaration universelle des droits de l’homme, le Pacte international relatif aux droits civils et politiques et la Convention européenne des droits de l’homme[63].

Plusieurs journalistes soulignent que cette proposition intervient peu après qu'Emmanuel Macron a promis de défendre la liberté d’expression lors de son hommage au professeur assassiné Samuel Paty[77],[78].

Manifestation parisienne du .

Thibault Prévost, d'Arrêt sur images, rappelle que sans des vidéos telles que celles qui sont visées par le texte, de nombreuses enquêtes récentes n'auraient pas pu avoir lieu[55], citant les affaires Benalla (place de la Contrescarpe)[79], Cédric Chouviat[80], Geneviève Legay[81], Olivier Beziade[82], ou les violences policières dans le Burger King bordelais en 2018[83]. Dans un autre article, Thibault Prévost estime que « les pro-loi sont par ailleurs avares en données fiables sur le supposé harcèlement et repérage de policiers via les réseaux sociaux »[5].

Selon Alice Thourot et Jean-Michel Fauvergue, députés LREM à l'initiative de la proposition de loi, le but n'est pas d'interdire la diffusion d'images de policiers ni d'imposer le floutage de leurs visages, mais seulement de sanctionner a posteriori la diffusion de ces images dans le contexte d'« appels à la violence contre des membres des forces de l’ordre » ; cependant, le ministre de l'Intérieur a une interprétation contradictoire de la proposition de loi, affirmant qu'elle « prévoit l’interdiction de la diffusion de ces images » ou bien le floutage des visages[60],[84]. Lors du débat au Parlement, il plaide pour un durcissement de cette disposition : « Si vous voulez diffuser sur Internet de façon sauvage, pardon de le dire comme ça, vous devrez faire flouter les visages des policiers et des gendarmes »[85],[86]. Ces prises de parole contradictoires induisent une certaine confusion quant à la portée réelle du texte[5].

L'article est voté et adopté par l’Assemblée nationale le par 146 votes pour et 24 contre, avec un amendement gouvernemental de dernière minute faisant évoluer la rédaction de son paragraphe 2 de la sorte[87],[88] :

« Art. 35 quinquies. – Sans préjudice du droit d’informer, est puni d’un an d’emprisonnement et de 45 000 euros d’amende le fait de diffuser, par quelque moyen que ce soit et quel qu’en soit le support, dans le but manifeste qu’il soit porté atteinte à son intégrité physique ou psychique, l’image du visage ou tout autre élément d’identification, autre que son numéro d’identification individuel, d’un agent de la police nationale, d’un militaire de la gendarmerie nationale ou d’un agent de police municipale, lorsque ces personnels agissent dans le cadre d’une opération de police. »

In fine, Marc Rees de Next INpact souligne que, bien qu'il reviendra à un juge d'apprécier a posteriori si la diffusion de l'image d'un policier avait un but malveillant, ainsi que le soulignent les partisans du texte[56],[89], les forces de l'ordre sur le terrain seront amenées à apprécier l'intentionnalité a priori : « la crainte des journalistes […] est que des mesures de restrictions, allant de la saisie du matériel à la garde à vue, s’abattent aléatoirement sur les personnes filmant ce qu’ils pensent être des violences policières »[9]. La CNCDH produit une analyse identique et estime que, combinée au nouveau schéma national du maintien de l'ordre, « cette nouvelle infraction pourrait, par la menace d’intervention et de poursuites qu’elle fait peser, dissuader les journalistes, chercheurs et citoyens d’informer le public sur l’action policière »[90],[13].

Après l'adoption de la proposition de loi par l'Assemblée nationale, deux épisodes de violences policières alimentent les débats au sujet de l'article 24 : l'évacuation de migrants installés sur la place de la République, à Paris, le , qui débouche sur des violences à l'égard de certains migrants et d'un journaliste, et la diffusion par le média Loopsider, le , des images du passage à tabac d'un producteur de musique par plusieurs policiers parisiens, survenu le [91],[92],[93]. Émilie Aubry explique sur France Culture que la semaine du 20 novembre a ainsi démontré « l’utilité de filmer et de diffuser les images de policiers »[94]. Ces deux événements associés à la proposition de loi conduisent la presse internationale à évoquer une dérive autoritaire ou l'émergence d'une crise politique dans l'Hexagone, rapporte Courrier international[95].

Face à la polémique, les parlementaires ont souhaité adapter le texte. Après une modification du texte au Sénat, les parlementaires se réunissent en commission mixte paritaire (CMP). Le 31 mars 2021, la CMP publie un nouveau texte. L'article 24 est modifié, de nouvelles dispositions sont intégrées au Code pénal. Il est notamment question du délit de "provocation à l'identification" proposé à l'article 226-4-1-1[96].

En mai 2021, l'article est censuré par le Conseil constitutionnel, qui estime que cet article ne concilie pas l’équilibre « entre les objectifs de valeur constitutionnelle de prévention des atteintes à l’ordre public et de recherche des auteurs d’infractions et le droit au respect de la vie privée », et que « le législateur [n'avait] pas suffisamment défini les éléments constitutifs de l’infraction contestée [et méconnaissait] le principe de la légalité des délits et des peines »[27].

La censure de cet article est dénoncée par le Rassemblement national (RN), qui propose, pour éviter ce type de censure, de « changer » la Constitution et de « sortir » de la Cour européenne des droits de l'homme[97].

Dans la loi contre le séparatisme[modifier | modifier le code]

Gérald Darmanin affirme le que l’article 24 ne sera pas recyclé dans la Loi contre le séparatisme [98],[99], mais plusieurs observateurs notent que l’article 18 de celle-ci, qui évoque les « atteintes à l'intégrité psychique » des personnes dépositaires de l'autorité et crée un délit de mise en danger de la vie d’autrui par diffusion d’informations relatives à la vie privée, rappelle l'article 24[100],[101].

Autres dispositions[modifier | modifier le code]

Parmi les autres dispositions du texte, l'article 23 introduit la suppression automatique des réductions de peine pour les personnes condamnées pour violence ou menaces à l’encontre de policiers (y compris municipaux), gendarmes, pompiers, etc., une mesure jusque-là réservée aux personnes condamnées pour terrorisme[28]. Ces réductions de peine sont pourtant un levier de régulation disciplinaire, puisqu'elles peuvent être supprimées par le juge de l'application des peines en cas de mauvais comportement du détenu[102]. La Défenseur des droits estime que l'article 23 pose « un risque d’atteinte aux principes constitutionnels d’égalité devant la loi, de nécessité des peines, de proportionnalité et d’individualisation des peines »[102],[39].

L'article 25 autorise les membres de la police et de la gendarmerie à porter leurs armes en dehors de leur service dans les établissements recevant du public, sans possibilité de s'y opposer[103]. Cette autorisation est comparée par Slate au droit américain, décrié pour l'utilisation généralisé du port d'arme, mais qui n'autorise pas de manière aussi large le port d'arme des policiers[104].

Enfin, le texte souhaite encadrer davantage les sociétés de sécurité privée (notamment en limitant le recours à la sous-traitance et en listant des infractions interdisant l'exercice de la profession), tout en leur accordant des prérogatives élargies (missions de surveillance contre les actes terroristes sur la voie publique, opérations de palpation de sécurité)[28],[105],[106], dans la perspective des Jeux olympiques de Paris en 2024[30].

Manifestations[modifier | modifier le code]

Manifestation parisienne du .

Des manifestations (parfois appelées « marches des libertés » ou « marches les libertés et de la justice ») rassemblent quelques milliers de personnes (dont des Gilets jaunes) dans plusieurs villes de France le soir du , à l'initiative des syndicats de journalistes et des associations de défense des droits de l'homme[107]. À Paris, des violences éclatent. Plusieurs journalistes en exercice sont malmenés par des policiers, une photographe de Taranis News et un journaliste de France 3 Paris Île-de-France sont placés en garde à vue (ils écopent d'un rappel à la loi), suscitant de vives critiques du groupe audiovisuel et des syndicats de journalistes — qui y voient également les effets du schéma national du maintien de l'ordre publié deux mois auparavant[5],[108],[109],[110],[111].

D'autres manifestations ont lieu le dans une vingtaine de villes[112],[113]. Il en est de même le [114], cette fois dans plus de soixante-dix villes[115]. Entre 46 000 (ministère de l’intérieur) et 200 000 personnes (organisateurs) manifestent ce jour-là à Paris, entre 133 000 et 500 000 en France[116],[117]. Un photojournaliste syrien, Ameer Al Halbi, est blessé au visage par un coup de matraque[118],[119],[120]. Des images diffusées par Le Monde montrent la violence de cette charge de police[121]. Reporter sans frontières porte plainte pour violences volontaires par une personne dépositaire de l’autorité publique[122]. Plusieurs dizaines de policiers et gendarmes sont blessés, selon le ministère de l'Intérieur, et l'un d'entre eux, à Paris, est poussé au sol puis roué de coups[123].

Le , environ 90 cortèges défilent dans toute la France et réunissent, selon le ministère de l'Intérieur, environ 50 000 personnes ; des affrontements avec les forces de l'ordre ont lieu à Paris, Dijon, Nantes et Lyon conduisant, selon Gerald Darmanin à une 95 interpellations et faisant 67 blessés chez les forces de l'ordre, dont 48 à Paris. En outre un manifestant est grièvement blessé à la main, vraisemblablement par une grenade GM2L[124],[125],[126],[127].

La manifestation parisienne du rassemble 5 000 manifestants selon la police[128] et se déroule « sans incident majeur » selon Le Monde[129], mais des députés, associations et syndicats dénoncent des « arrestations arbitraires » lors de la manifestation[128]. Gérald Darmanin évoque 142 interpellations et se félicite de l’attitude des forces de l’ordre qui aurait permis d’éviter les violences[128]. La police jallit à plusieurs reprises dans le cortège (32 fois selon Mediapart[130]) pour interpeller des personnes potentiellement violentes[131]; mais selon les enregistrements diffusés par Mediapart ces agressions surviennent « sans raison apparente »[130],[132]. Sur les 142 personnes interpellées, 5 sont condamnées, dont seulement deux pour des faits de violences[130].

Le , le Conseil d'État, saisi par la La Quadrature du Net, juge illicite la surveillance de ces manifestations par la Préfecture de police de Paris par l’utilisation de drones[133].

Une nouvelle journée de mobilisation contre la proposition de loi se déroule le dans plusieurs dizaines de villes (Paris, où le rassemblement est dédié à Steve Maia Caniço[134], Lyon, Lille, Nantes, Rennes, Strasbourg, Montpellier, Toulon, Nice, Dijon, La Rochelle, Quimper, Abbeville, Tarbes, au Havre, etc.)[135]. Des heurts se déroulent après la dispersion du rassemblement organisé place de la République à Paris. Une vidéo du journaliste Rémy Buisine diffusée par Brut, montrant le matraquage d'un manifestant par un policier, entraine l'ouverture d’une enquête de la Préfecture de police[136].

Intérêts privés et lobbying[modifier | modifier le code]

Sécurité privée[modifier | modifier le code]

Le président du groupement des entreprises de sécurité privée (GES), Frédéric Gauthey, a proposé des modifications[137] concernant le texte de loi au Ministère de l'Intérieur. Selon lui, « le compte n’y est pas »[138], notamment sur le sujet de la sous-traitance[139],[140].

Références[modifier | modifier le code]

  1. « La Haut-commissaire aux droits de l'homme de l'ONU interpelle la France sur la discrimination de minorités et les violences policières », sur Le Figaro,
  2. Pierre Januel, « Une proposition de loi sur la sécurité privée et les polices municipales », Dalloz, .
  3. Pierre Maurer, « "Sécurité globale" : la proposition de loi LaREM franchit l'étape de la commission des lois », sur LCP, .
  4. Marc Rees, « Images des policiers, surveillance par drone : la proposition de loi sur la Sécurité globale », Next INpact, .
  5. a b c d e et f Thibault Prévost, « "Dernière sommation pour les journalistes!" », Arrêt sur images, .
  6. Assemblée nationale, « Sécurité globale », sur Assemblée nationale (consulté le 11 novembre 2020).
  7. « Proposition de loi sur la sécurité globale : la CNCDH s’alarme du contournement des processus démocratiques », sur cncdh.fr, Commission nationale consultative des droits de l'homme, .
  8. Marc Rees, « Ce que prévoit la proposition de loi sur la Sécurité globale après la commission des lois », sur Next INpact, .
  9. a b et c Marc Rees, « Sécurité globale : l’Assemblée nationale adopte la proposition de loi. Et maintenant ? », sur Next INpact, .
  10. Dinah Cohen, « Loi «sécurité globale» : Jean Castex saisira le Conseil constitutionnel sur l'article 24 », Le Figaro,‎ (lire en ligne).
  11. « Le texte de loi controversé sur la « sécurité globale » adopté par l’Assemblée nationale en première lecture », Le Monde, .
  12. « Analyse du scrutin n° 3254. Deuxième séance du 24/11/2020. Scrutin public sur l'ensemble de la proposition de loi relative à la sécurité globale (première lecture) », sur Assemblée nationale, .
  13. a b c et d Le Monde avec AFP, « La Commission nationale des droits de l’homme dénonce la dérive sécuritaire de la loi « sécurité globale » », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  14. « Proposition de loi relative à la sécurité globale - Une nouvelle étape de la dérive sécuritaire en France », Commission nationale consultative des droits de l'homme, .
  15. Alexandre Lemarié, Julie Carriat, Olivier Faye et Mariama Darame, « Loi sur la « sécurité globale » : pour les députés LRM, la réécriture de l’article 24 est « une humiliation » », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 27 novembre 2020).
  16. « Jean Castex fait machine arrière sous la pression du Parlement, « l’article 24 » ne sera pas réécrit par une commission indépendante », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 27 novembre 2020).
  17. « La majorité va proposer « une nouvelle écriture complète de l’article 24 » de la loi « sécurité globale » », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 1er décembre 2020).
  18. Norimitsu Onishi, « Un homme Noir, et la police française, sous les projecteurs après son agression filmée », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le 5 décembre 2020)
  19. François Vignal, « Sécurité globale : le Sénat va « réécrire complètement l’article 24 » et « faire redescendre la pression » », Public Sénat, .
  20. « Sécurité globale préservant les libertés », sur senat.fr (consulté le 20 mai 2021).
  21. François Vignal, « Sécurité globale : le Sénat vote une nouvelle version de l’article 24 qui fait encore débat », Public Sénat, .
  22. François Vignal, « Sécurité globale : accord entre l’Assemblée et le Sénat, qui impose sa version de l’article 24 », Public Sénat, .
  23. Simon Auffret, « Les principaux articles de la loi « sécurité globale » définitivement adoptée par l’Assemblée nationale », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 15 avril 2021).
  24. Guillaume Jacquot, « Sécurité globale : une triple saisine du Conseil constitutionnel », Public Sénat, .
  25. « Loi « sécurité globale » : Jean Castex saisit le Conseil constitutionnel », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  26. Conseil constitutionnel 2021.
  27. a et b « Le Conseil constitutionnel censure l’ex-article 24 de la proposition de loi « sécurité globale » », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 20 mai 2021)
  28. a b c et d Pierre Januel, « Sécurité globale : derrière le flou, les loups », Dalloz, .
  29. a et b Joël Cossardeaux, « Sécurité : la majorité veut conforter les polices municipales », Les Échos,‎ (lire en ligne).
  30. a et b Romain Brunet, « Loi "sécurité globale" : des ONG alertent sur "les conséquences dangereuses pour les libertés individuelles" », France 24, .
  31. Angélique Négroni, « «Sécurité globale»: l’avenir de la police municipale en débat à l’Assemblée nationale », Le Figaro,‎ (lire en ligne).
  32. a et b Mikael Corre et Gauthier Vaillant, « La loi « sécurité globale » consacre l’essor de la police municipale », La Croix,‎ (lire en ligne).
  33. a b c et d Mathieu Périsse, « Derrière la loi sécurité globale, la lente glissade de la police municipale », Mediacités,‎ (lire en ligne)
  34. a et b Commission nationale consultative des droits de l'homme 2020, p. 4-5.
  35. a et b Ismaël Halissat, « Sécurité globale : «Avec cette proposition de loi, les polices municipales sont confortées dans ce rôle de police à part entière» », Libération,‎ (lire en ligne)
  36. Lola Ruscio, « Parlement. Loi « sécurité globale », la police municipale change de missions », L'Humanité,‎ (lire en ligne).
  37. a et b Marc Rees, « Sécurité Globale : notre panorama des articles et amendements à suivre », sur Next INpact, .
  38. Julien Lausson, « Caméras piéton, drones : que prévoit la loi Sécurité Globale sur la vidéosurveillance ? », sur Numerama, .
  39. a et b Défenseur des droits, Avis 20-06 du 17 novembre 2020 relatif au texte adopté par la commission des lois, sur la proposition de loi relative à la sécurité globale.
  40. Pierre Januel, « Sécurité globale : l’Intérieur impose ses fonds de tiroirs », Dalloz, .
  41. a et b Gauthier Vaillant et Mikael Corre, « Loi « sécurité globale » : les restrictions de libertés sont-elles nécessaires ? », La Croix,‎ (lire en ligne).
  42. a et b Défenseur des droits, Avis 20-05 relatif à la proposition de loi relative à la sécurité globale.
  43. Pierre Maurer, « "Sécurité globale" : la proposition de loi LaREM franchit l'étape de la commission des lois », LCP, .
  44. a et b « Pourquoi la proposition de loi « Sécurité globale » est dangereuse pour nos libertés », sur amnesty.fr, Amnesty International France, .
  45. a et b Commission nationale consultative des droits de l'homme 2020, p. 2, 8-9.
  46. Commission nationale de l'informatique et des libertés, « Délibération n° 2016-385 du 8 décembre 2016 portant avis sur un projet de décret en Conseil d'Etat portant application de l'article L. 241-1 du code de la sécurité intérieure et relatif à la mise en œuvre de traitements de données à caractère personnel provenant des caméras individuelles des agents de la police nationale et des militaires de la gendarmerie nationale (saisine n° AV 16025250) », Journal officiel de la République française,‎ (lire en ligne, consulté le 26 novembre 2020).
  47. a et b « Loi sécurité globale : surveillance généralisée des manifestations », La Quadrature du Net,
  48. a et b Clément Le Foll et Clément Pouré, « Profitant du flou juridique, les drones policiers bourdonnent toujours », Mediapart,‎ (lire en ligne).
  49. a et b Simon Auffret, « L’Assemblée nationale donne un cadre légal à l’utilisation des drones par les forces de l’ordre », Le Monde,‎ .
  50. Louis Adam, « Vidéo : Loi sur la sécurité globale, Darmanin veut « tenir sa promesse » », ZDNet, .
  51. « Proposition de loi relative à la sécurité globale », sur assemblee-nationale.fr,
  52. Marc Rees, « Censure de photos, drones, reconnaissance faciale... déluge sécuritaire à l'Assemblée », Next INpact, .
  53. Alexandre Boero, « Police, réseaux sociaux et drones : ce que prévoit la loi Sécurité globale portée par Darmanin », Clubic, .
  54. a et b « Mandats de la Rapporteuse spéciale sur la promotion et la protection des droits de l’homme et des libertés fondamentales dans la lutte antiterroriste ; de la Rapporteuse spéciale sur la promotion et la protection du droit à la liberté d'opinion et d'expression ; et du Rapporteur spécial sur le droit de réunion pacifique et la liberté d'association », sur Conseil des droits de l'homme des Nations unies, .
  55. a et b Thibault Prévost, « Loi "Sécurité globale" : journalistes et police, la guerre des images », Arrêt sur images, (consulté le 13 novembre 2020).
  56. a b et c Laura Dulieu, « Proposition de loi "sécurité globale" contestée : la diffusion d’images de policiers en débat à l’Assemblée », France Culture, .
  57. Joël Cossardeaux, « Les policiers satisfaits des garanties apportées par Macron sur leur sécurité », Les Échos,‎ (lire en ligne).
  58. Grégoire Poussielgue, « La loi sur la sécurité globale ne fait pas l'unanimité dans la majorité », Les Échos,‎ (lire en ligne).
  59. « Proposition de loi "sécurité globale" : "Il n'y a aucune atteinte liberticide au novembre droit et à la loi de la presse", assure le syndicat Alliance police », France Info,
  60. a b et c Nicolas Chapuis et Julie Carriat, « Loi de « sécurité globale » : une proposition pour limiter la diffusion d’images des forces de l’ordre », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 11 novembre 2020).
  61. « Loi « sécurité globale » : « un outil pour permettre aux forces de l’ordre de cacher leurs dérapages » », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 11 novembre 2020).
  62. Ilan Malka, « Liberté de la presse : ces dispositions et propos qui inquiètent », France Culture, .
  63. a et b « Le conseil des droits de l’homme de l’ONU s’inquiète du contenu de la proposition de loi « pour une sécurité globale » », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 16 novembre 2020).
  64. « La France rappelée à l'ordre par l'ONU pour la proposition de loi "Sécurité globale" », sur Le HuffPost, (consulté le 17 novembre 2020)
  65. « Texte de loi « sécurité globale » : syndicats de journalistes et ONG quittent une rencontre jugée stérile avec Gérald Darmanin », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 25 novembre 2020) :

    « La Commission européenne a rappelé, lundi, que les journalistes devaient pouvoir « faire leur travail librement et en toute sécurité », après le vote par les députés français du texte controversé pénalisant la diffusion malveillante d’images des forces de l’ordre. »

  66. « Loi « sécurité globale » : le Conseil de l’Europe exhorte le Sénat à amender le texte », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 19 décembre 2020)
  67. « Proposition de loi « Sécurité globale » : l'alerte de la Défenseure des droits », sur www.lemondedudroit.fr, (consulté le 11 novembre 2020).
  68. (en-US) Sylvie Corbet , « France mulls ban on police images, alarming rights defenders », Washington Post,‎ (ISSN 0190-8286, lire en ligne, consulté le 22 novembre 2020)
  69. « Filmer des policiers, un droit démocratique », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 11 novembre 2020).
  70. « « L’article 24 de la future loi “sécurité globale” menace la liberté d’informer », alertent des sociétés de journalistes », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 11 novembre 2020).
  71. AFP, BFM TV, Le Canard Enchaîné, Charlie hebdo, C News, Courrier International, Europe 1, les rédactions de France Télévisions, le HuffPost, La Croix, La Croix hebdo, La Vie, LCI, Le JDD, Les Echos, L’Express, Le Figaro, Le Figaro Magazine, Le Pèlerin, Le Point, Le Monde, Le Parisien/Aujourd’hui en France, Libération, L’Obs, M6, Marianne, Mediapart, Paris Match, Politis, Télérama, les rédactions des antennes de Radio France, RMC, RTL, Slate, TF1, 20 Minutes, « Tribune. Loi sur la sécurité globale : “Courrier international” mobilisé pour défendre la liberté d’informer », sur Courrier international, (consulté le 21 novembre 2020)
  72. la Société des réalisateurs de films (SRF), des cinéastes, organisations et collectifs, «Police partout, images nulle part», sur Libération.fr, (consulté le 12 novembre 2020).
  73. David Dufresne, « Policiers floutés, citoyens floués », sur Mediapart, .
  74. « Proposition de loi « Sécurité globale » : Amnesty International France alerte les parlementaires sur une proposition de loi dangereuse pour les libertés fondamentales », sur Amnesty France (consulté le 11 novembre 2020).
  75. Aude Dassonville, « Loi « sécurité globale » : « un outil pour permettre aux forces de l’ordre de cacher leurs dérapages » », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 11 novembre 2020).
  76. François Bougon et Yann Philippin, « La presse étrangère s’inquiète du virage autoritaire d’Emmanuel Macron », sur Mediapart (consulté le 22 novembre 2020)
  77. (en-US) James McAuley, « French journalists accuse government of curtailing press freedoms in France », The Washington Post,‎ (ISSN 0190-8286, lire en ligne, consulté le 22 novembre 2020).
  78. (en) Thomas Rozec, « Liberté, j'exprime ton nom », sur Binge Audio, Programme B, (consulté le 22 novembre 2020).
  79. « « Le Monde » identifie, sur une vidéo, un collaborateur de Macron frappant un manifestant, le 1er mai, à Paris », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 14 novembre 2020).
  80. « Vidéo : des images de l’interpellation polémique du livreur à scooter Cédric Chouviat », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 13 novembre 2020).
  81. « Chute de Geneviève Legay : ce que dit le procureur, ce que montrent les images », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 13 novembre 2020).
  82. « Vidéo. Enquête vidéo : comment un tir de LBD a gravement blessé un « gilet jaune » à Bordeaux », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 13 novembre 2020).
  83. « Brutalités commises par la police dans un Burger King : quatre CRS mis en examen », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 13 novembre 2020)
  84. Le Figaro avec l'AFP, « Loi «sécurité globale» : Darmanin plaide pour le floutage des policiers », Le Figaro,‎ (lire en ligne).
  85. « Quelles sont les principales mesures de la loi de « sécurité globale » examinée à l’Assemblée ? », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 17 novembre 2020)
  86. Sébastien Tronche et Etienne Baldit, « Loi «sécurité globale» : Darmanin veut durcir le texte et introduire le floutage des visages des policiers », Libération,‎ (lire en ligne).
  87. AFP et Reuters, « Diffusion des images des forces de l’ordre : l’article 24 de la loi « sécurité globale » adopté par l’Assemblée nationale », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 20 novembre 2020).
  88. « Amendement n°1363 », sur assemblee-nationale.fr (consulté le 20 novembre 2020).
  89. L.C. et T.L.G., « Loi « sécurité globale » : Malgré les nombreuses critiques, le texte obtient le feu vert de l'Assemblée », 20 Minutes,‎ (lire en ligne).
  90. Commission nationale consultative des droits de l'homme 2020, p. 6-7.
  91. (en) Aurelien Breeden, « Video of Police Beating Black Man in Paris Fuels Debate on Filming Officers », The New York Times,‎ (lire en ligne).
  92. (en) Kim Willsher, « Anger grows over use of 'brutal force' by French police dismantling refugee camp », The Guardian,‎ (lire en ligne).
  93. Michaël Bloch, « Producteur tabassé, évacuation à République, article 24 : les questions auxquelles devra répondre Darmanin », Le Journal du dimanche,‎ (lire en ligne).
  94. Emilie Aubry, « Déconfinement, violences policières : une question de confiance ? », sur France Culture, L'esprit public, (consulté le 29 novembre 2020)
  95. « Réactions. Violences policières en France : la presse étrangère sous le choc », Courrier international,‎ (lire en ligne)
  96. « proposition de loi relative à la sécurité globale », sur www.senat.fr (consulté le 31 mars 2021)
  97. « Loi sur la "sécurité globale" : le RN déplore la censure de l'ex-article 24 et veut sortir de la Cour européenne des droits de l'homme », sur Franceinfo,
  98. « Loi « sécurité globale » : l’article 24 ne sera pas recyclé dans la loi contre les « séparatismes », assure Gérald Darmanin », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 13 février 2021)
  99. Le JDD, « Gérald Darmanin au JDD: "Nous avons des échanges avec le Président. Et, à la fin, il tranche" », sur lejdd.fr (consulté le 13 février 2021)
  100. Tribune, « Loi séparatisme : une grave atteinte aux libertés associatives », sur Libération,
  101. « Ce que contient le projet de loi contre le « séparatisme » examiné par l’Assemblée », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 13 février 2021)
  102. a et b Jean-Baptiste Jacquin, « Loi « sécurité globale » : la majorité détricote l’arsenal disciplinaire en prison pour satisfaire les policiers », Le Monde,‎ .
  103. « Marche des libertés à Lyon : une première manifestation contre la loi « sécurité globale » », sur Rue89Lyon, .
  104. Sébastien Natroll, « «Sécurité globale»: l'article 24 vous effraie, attendez de lire le 25 », sur Slate, .
  105. David Rich, « Loi sur la "sécurité globale" : l'essor de la sécurité privée, un atout pour l'État ? », France 24, .
  106. Joël Cossardeaux, « Loi sur la sécurité globale : les quatre points durs d'une réforme controversée », Les Échos,‎ (lire en ligne)
  107. « Des milliers de personnes manifestent contre la proposition de loi de « sécurité globale » », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 19 novembre 2020)
  108. Thibault Izoret Masseron, « Loi «sécurité globale»: plusieurs milliers de manifestants en France, des violences dans le cortège parisien », Le Figaro,‎ (lire en ligne).
  109. Le Monde avec AFP, « Pour Gérald Darmanin, les journalistes « peuvent, sans en avoir l’obligation », se rapprocher des autorités avant de couvrir des manifestations », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  110. Agence France-Presse, « « Sécurité globale »: un journaliste de France 3 gardé à vue 12 heures, un rappel à la loi contre lui », Mediapart, .
  111. Collectif, « Manifestations contre la proposition de loi « sécurité globale » : ONG, syndicats et sociétés de journalistes dénoncent des « agressions honteuses contre la liberté d’informer » », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 20 novembre 2020)
  112. La Croix avec AFP, « Les opposants à la loi « sécurité globale » restent mobilisés », La Croix,‎ (lire en ligne).
  113. AFP, Reuters, Pierre Bouvier, Solène Cordier et Laurie Moniez, « Plusieurs milliers de personnes rassemblées en France contre la proposition de loi « sécurité globale » », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  114. « Nouvelle journée de mobilisation dans toute la France contre la loi « sécurité globale » », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 28 novembre 2020).
  115. « Loi « sécurité globale » : suivez en direct les manifestations en France », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 28 novembre 2020).
  116. François Bonnet, Lucie Delaporte, Romaric Godin et Antton Rouget, « Loi Sécurité: les colères enfin déconfinées », sur Mediapart (consulté le 28 novembre 2020).
  117. « Loi « sécurité globale » : 133 000 manifestants selon le ministère de l’intérieur, 500 000 selon les organisateurs », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  118. « Loi "sécurité globale" : Gérald Darmanin "condamne des violences inacceptables contre les forces de l'ordre" », sur France Info, (consulté le 28 novembre 2020).
  119. « Marches des libertés: un photographe syrien blessé, RSF dénonce des violences policières », Le Figaro,‎ (lire en ligne, consulté le 28 novembre 2020).
  120. Adrien Franque, « «Marche des libertés» à Paris : un photographe syrien blessé par la police », Libération,‎ (lire en ligne, consulté le 30 novembre 2020).
  121. « Journalistes matraqués : une nouvelle vidéo confirme la responsabilité du commissaire P. », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 7 avril 2021)
  122. « RSF porte plainte pour l’agression du photographe Ameer Al Halbi lors de la “Marche des libertés” | Reporters sans frontières », sur RSF, (consulté le 8 décembre 2020)
  123. « Loi "sécurité globale" : 98 policiers et gendarmes blessés, 81 interpellations », sur dna.fr
  124. « Loi "sécurité globale" : 95 interpellations et 67 membres des forces de l'ordre blessés », sur lci.fr.
  125. Richard Schittly, Lucie Soullier, Laurie Moniez, Claire Mayer et Marylène Carre, « Loi « sécurité globale » : le sentiment d’un dialogue impossible après les violences dans la manifestation à Paris », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  126. « 95 interpellations après les manifs contre la loi « sécurité globale » », sur www.20minutes.fr (consulté le 6 décembre 2020)
  127. « Un manifestant a eu les doigts arrachés par une grenade samedi », sur 20 Minutes (consulté le 9 décembre 2020)
  128. a b et c « Des associations et des syndicats dénoncent des « arrestations arbitraires » lors de la manifestation parisienne contre la loi sécurité globale », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 4 janvier 2021)
  129. « Manifestations sous tension à Paris et dans le reste de la France contre la loi « sécurité globale » », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 4 janvier 2021)
  130. a b et c Sebastien Bourdon, Camille Polloni, Antton Rouget, Antoine Schirer, « Comment les forces de l’ordre ont saboté la manifestation du 12 décembre 2020 », sur Mediapart (consulté le 4 janvier 2021)
  131. « Stratégie des forces de l'ordre à Paris : "Efficace d'un point de vue technique, mais inquiétant d'un point de vue politique", selon un sociologue », sur Franceinfo, (consulté le 4 janvier 2021)
  132. « Manifestation contre la loi "sécurité globale" : le témoignage d'une mineure placée 24 heures en garde à vue contredit la parole des policiers », sur Franceinfo, (consulté le 4 janvier 2021)
  133. « Le Conseil d'Etat suspend l'usage de drones sur les manifestations », sur www.20minutes.fr (consulté le 22 décembre 2020)
  134. Tomas Statius, « Loi «sécurité globale» : la revanche des teufeurs », sur Libération.fr, (consulté le 1er février 2021)
  135. « Nouvelle journée de mobilisation contre la proposition de loi « sécurité globale » », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 30 janvier 2021)
  136. « Ouverture d’une enquête de la Préfecture de police de Paris à la suite du matraquage d’un manifestant », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 1er février 2021)
  137. « "Sécurité globale" : "La proposition de loi n’est pas assez ambitieuse pour le secteur privé" (Frédéric Gauthey, GES) », sur AEF Info,
  138. « Loi sur la sécurité globale. Pour le GES, « le compte n’y est pas » », sur Protection Sécurité Magazine,
  139. « La Place Beauvau botte en touche sur la sous-traitance dans la sécurité privée », sur La Lettre A,
  140. « La sécurité privée intensifie son lobbying auprès de Gérald Darmanin », sur La Lettre A,

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Documents[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :