Alicher Ousmanov

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Alicher Ousmanov
Fonction
Président du conseil d'administration
Fédération internationale d'escrime
Biographie
Naissance
Nom dans la langue maternelle
Alisher Burxonovich UsmonovVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Domicile
Formation
Activités
Fratrie
Saodat Narzieva (d)
Gulbahor Ismailova (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Conjoint
Irina Viner (depuis )Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
A travaillé pour
Union des industriels et des entrepreneurs de Russie (en) (depuis ), Gazprominvestholding (d) ( - ), Soviet Peace Committee (en), Académie des sciences de l'URSS (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Propriétaire de
USM Holdings (d), Sutton Place (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Religion
Partis politiques
Membre de
Navalny 35 (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Discipline sportive
Distinctions

Alicher Bourkhanovitch Ousmanov (en russe : Алишер Бурханович Усманов / Ališer Burxanovič Usmanov ; en ouzbek : Alisher Burhonovich Usmonov) est un homme d'affaires russe d'origine ouzbèke né le à Tchoust dans l'oblast (aujourd'hui viloyat) de Namangan de la république socialiste soviétique d'Ouzbékistan. La fortune d'Ousmanov est estimée à 14,1 milliards de dollars américains en 2022[1]. Il est président de la Fédération internationale d'escrime (FIE) de 2008 à 2022.

Famille et formation[modifier | modifier le code]

Alicher Ousmanov grandit dans une famille musulmane à Tchoust, dans l'est de l'Ouzbékistan[2]. Il est le fils de Burhon Ousmanov, ancien procureur de la ville de Tachkent, l'aîné de quatre enfants[2]. Passionné par Les Trois Mousquetaires d'Alexandre Dumas, il veut faire de l'escrime son métier. Malgré d'honnêtes résultats en junior, son père, l'imaginant diplomate, l'oblige à intégrer l'Institut d'État des relations internationales de Moscou en 1976[2].

Carrière professionnelle[modifier | modifier le code]

Une fois diplômé, il retourne à Tachkent, où il travaille au Comité soviétique pour la paix[2].

Dans les années 1980, il est condamné pour corruption et passe 6 ans en prison. Cette condamnation est ensuite annulée en 2000[2].

Ousmanov fait fortune dans l'industrie métallurgique au travers de son conglomérat Metalloinvest[3]. En 2000, il devient aussi directeur général de Gazprominvestholding, la holding chargée des investissements de Gazprom, jusqu'en 2014[3].

Il est aussi propriétaire de l'influent quotidien économique russe Kommersant depuis le [4]. Gazprom a tenu a préciser que cet investissement était fait à titre personnel par Ousmanov[5]. Dans la foulée, il acquiert 7 chaînes de télévision nationales et 33 stations régionales.

En , il devient le premier investisseur privé de Facebook à travers Digital Sky Technologies (DST)[6]. Le fonds d'investissement vend en juin pour 1,2 milliard d'euros d'actions, 3 semaines après l'introduction en bourse du réseau social. Mais le magnat conserve 5,4 % du capital et contrôle aussi 70 % du web russe, ainsi que Megafon le deuxième opérateur de téléphonie mobile du pays[7]. Il possède aussi des parts dans Groupon[2], Zynga et Airbnb[8].

Son portefeuille d’actifs inclut aussi la Compagnie minière du Baïkal (BGK), qui exploite le gisement de cuivre d’Oudokan[9].

Mécénat sportif et artistique[modifier | modifier le code]

Il a par ailleurs été président de la confédération européenne d'escrime, ainsi que président de la fédération d'escrime de Russie. Il a fondé la Fondation internationale de bienfaisance « Pour l'avenir de l'escrime.»[10]. Le , il est élu président de la Fédération internationale d'escrime en remplacement du Français René Roch[11]. Quatre ans plus tard, il est réélu sans opposition[12], puis de nouveau en 2016 et 2020. À la suite de l'invasion de l'Ukraine par la Russie, il quitte la présidence de la FIE le [13].

En , Ousmanov devient, via sa holding Red & White, le deuxième plus gros actionnaire du club de football londonien d'Arsenal avec 21 % des actions[14]. La holding d'Ousmanov est dirigée par David Dein, l'ancien vice-président des Gunners. Certaines rumeurs font part de la volonté d'Ousmanov de devenir actionnaire majoritaire dans le club[15]. Le 22 février, il porte sa part à 24 % des parts (deuxième derrière Daniel Fiszman avec 24,11 %)[16].

Le , Ousmanov paie plus de 24 millions d'euros la collection d'art russe du violoncelliste Mstislav Rostropovich et l'offre à l'État russe. Cette collection se trouve aujourd'hui au palais Constantin de Strelna[17].

Le , il annonce vouloir investir une somme d'environ 100 millions de dollars dans l'équipe de sport électronique russe Virtus Pro via sa société USM Holdings[18].

Manuscrit du projet de Jeux olympiques modernes de Pierre de Coubertin (discours du 25 novembre 1892).

Il accorde la somme de 100 millions de dollars (86 millions d’euros) pour la restauration et la construction de différents sites en Ouzbékistan, dans les régions de Tachkent, de Samarcande et de Boukhara (construction et équipement du Centre de la civilisation islamique, chantiers de restauration à Boukhara)[19].

Il prend sous sa tutelle le club de football des Pakhtakor de Tachkent et investit pour la construction du nouveau stade[19].

Il est mentionné en novembre 2017 dans les Paradise Papers, où il est révélé qu'il contrôlerait une partie du club de football d'Everton[20],[21].

En 2018, il vend ses 30 % de parts d'Arsenal à Stan Kroenke pour 550 millions de livres[8].

Le , il achète aux enchères chez Sotheby's à New York le manuscrit original du manifeste ayant servi au discours fondateur de Pierre de Coubertin du , pour un montant record de 8,8 millions de dollars[22]. Le , le Comité international olympique annonce que l'acquéreur lui a offert le manuscrit, tout en souhaitant que celui-ci soit exposé au musée olympique de Lausanne[23].

Vie privée[modifier | modifier le code]

En 1992, il épouse Irina Viner, entraîneuse de l'équipe russe de gymnastique, qu'il a connue à l'école des sports de Tachkent[2].

Propriétés[modifier | modifier le code]

Yacht Dilbar[modifier | modifier le code]

Alicher Ousmanov est le propriétaire de plusieurs yachts, notamment le Dilbar[24], long de 156 m, qui a coûté 600 millions de dollars[25]. Ce yacht est saisi dans le port de Hambourg en en application des sanctions qui visent les oligarques russes à la suite de l'invasion de l'Ukraine par la Russie[26].

Avoirs[modifier | modifier le code]

Alicher Ousmanov est un important client de Credit Suisse et Julius Baer. Au total, de 2012 à 2017, 700 millions de dollars auraient circulé entre ses comptes dans les deux établissements[27].

Autres[modifier | modifier le code]

Alicher Ousmanov possède un Airbus A340 estimé à plus de 310 millions de francs suisses.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Classement du magazine Forbes.
  2. a b c d e f et g Le Point magazine, « L'" ami " russe de Facebook », sur Le Point, (consulté le )
  3. a et b (en) « Alisher Usmanov », sur Forbes (consulté le )
  4. RIDECO - Semaine du 5 septembre 2006.
  5. « cet achat constituait un investissement personnel qui n’avait rien à voir avec son travail dans les structures de Gazprom », Kommersant retrouve son vieux maître,
  6. (en) Parmy Olson, « Meet The Russians Who Hooked Up Facebook And Goldman Sachs », sur Forbes (consulté le )
  7. (en-GB) Simon Goodley, Luke Harding et Miriam Elder, « Man behind MegaFon pictured with alleged Russian gangsters », The Guardian,‎ (ISSN 0261-3077, lire en ligne, consulté le )
  8. a et b (en) The Sunday Times, « Rich List 2019: Alisher Usmanov increases wealth with sale of Arsenal stake », The Times,‎ (ISSN 0140-0460, lire en ligne, consulté le )
  9. « La désoccidentalisation du capitalisme russe : Alicher Ousmanov, le pionnier », sur Le Courrier de Russie, (consulté le )
  10. La structure. Pour l'avenir de l'escrime
  11. Escrime : Alisher Usmanov élu président de la FIE, RTBF.be, 6 décembre 2008.
  12. « twitter », FIE,
  13. « Alisher Ousmanov, visé par les sanctions, se met en retrait de la FEI », L'Équipe,
  14. « Alisher Ousmanov, actionnaire d'Arsenal, contrôlerait une partie d'Everton selon les Paradise papers », sur Eurosport, (consulté le )
  15. (en) Usmanov increases Arsenal holding, The Guardian, 18 septembre 2007.
  16. (en) Usmanov increases Arsenal FC holding to 24%, Financial Times, 16 février 2008.
  17. La Croix, 14 mai 2008.
  18. « Un investissement à plus de 100M$ chez Virtus.pro, pour quoi faire ? | IEWT - inesportwetrust.com », sur IEWT - In esport we trust : le sport électronique vu différemment (consulté le )
  19. a et b « Comment Alicher Ousmanov investit des millions de dollars en Ouzbékistan », sur Novastan, (consulté le )
  20. « "Paradise Papers" : qui sont les personnalités et entreprises impliquées dans les révélations ? », sur Franceinfo, (consulté le )
  21. (en-GB) « Paradise Papers: Alisher Usmanov's due diligence role queried », BBC News,‎ (lire en ligne, consulté le )
  22. Ouest-France via AFP, « Jeux olympiques. Le manifeste de Coubertin vendu pour la somme record de 8,8 millions de dollars », sur ouest-france.fr, (consulté le )
  23. CIO, « Le texte fondateur rédigé par Pierre de Coubertin trouve sa place au Musée Olympique de Lausanne », sur olympic.org, (consulté le ).
  24. (en) « Russian billionaire’s 156m superyacht Dilbar spotted in Sochi », sur Yacht Harbour (consulté le )
  25. Le plus gros yacht du monde prend ses quartiers à Antibes, article sur meretmarine.com, 23 juin 2016
  26. Guerre en Ukraine : la traque des oligarques russes commence par la saisie de yachts de luxe, article sur lemonde.fr, 4 mars 2022
  27. L’oligarque Alicher Ousmanov, visiteur régulier de Lausanne, dans la tourmente, RTS, 8 mars 2022

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]