Fonderie Cornille-Havard

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cornille-Havard
Image illustrative de l'article Fonderie Cornille-Havard

Création 1865
Personnages clés Adolphe Havard (fondateur)
Siège social Drapeau de la France Villedieu-les-Poêles (France)
Activité fonderie de cloches
Site web cornille-havard.com

La fonderie Cornille-Havard est une fonderie de cloches située à Villedieu-les-Poêles (Manche).

Histoire[modifier | modifier le code]

À partir d'un atelier construit en 1865, au moment de la mise en service de la ligne de chemin de fer Paris - Granville, et entièrement conçu par Adolphe Havard, ingénieur polytechnicien, l'entreprise est l'héritière d'une tradition datant de la fin du Moyen Âge.

En 1900, son gendre, Léon Cornille, reprend la fonderie, puis sa petite-fille, Marguerite Cornille-Havard. En 1981, l'ingénieur italien Luigi Bergamo et sa femme Françoise rachètent l'entreprise[1].

La fonderie[modifier | modifier le code]

La fonderie n'a que peu évolué depuis sa construction. Le grand four réverbère à double voûte, de 1865, chauffé au bois et au charbon, sert aujourd'hui pour la coulée des pièces de grande taille. Un autre four plus récent, datant des années 1950, sert pour les cloches plus petites. L'activité historique et majoritaire de la fonderie est la fonte de cloches mais d'autres pièces en bronze telles que des plaques commémoratives peuvent y être coulées.

Visite[modifier | modifier le code]

Atelier de fabrication.

Elle propose une visite guidée à travers son atelier historique et initie à l'art de fondre des cloches. En 2005 la fonderie a accueilli 56 750 visiteurs[N 1], ce qui la classait en huitième position parmi les sites les plus visités du département.

Le , une explosion lors de la coulée d’une cloche de 6,3 tonnes destinée à l’Église Saint-Étienne de Mulhouse fait plusieurs blessés parmi les visiteurs[2].

L’ensemble campanaire de Notre-Dame de Paris[modifier | modifier le code]

Cathédrale Notre-Dame de Paris, les nouvelles cloches.

Le , huit nouvelles cloches, produites à la fonderie[3], arrivent à la cathédrale Notre-Dame de Paris. Elles ont pris place dans la tour nord. La plus grosse baptisée Gabriel pèse 4 tonnes et donnera un la# 2. Les sept autres sont baptisées Anne-Geneviève (3,4 tonnes, si 2), Denis (2,5 t, do# 3), Marcel (1,9 t, ré# 3), Étienne (1,5 t, fa 3), Benoît-Joseph (1,3 t, fa# 3), Maurice (1 t, sol# 3) et Jean-Marie (782 kg, la# 3).

Un second bourdon baptisé Marie, est installé dans la tour sud. Il a été fondu le 14 septembre 2012 par la fonderie Royal Eijsbouts, aux Pays-Bas. Selon les informations données à la télévision française[évasif], la dimension (diamètre 206,5 cm) et la masse (6,023 t) de ce bourdon dépassaient les capacités de la fonderie Cornille-Havard.

Les étapes de la fonte d’une cloche
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Entrées payantes, selon le Comité départemental du tourisme de la Manche - 2005

Références[modifier | modifier le code]

  1. Sophie Human, « Dans l'atelier des maîtres fondeurs », Le Figaro Histoire n°1, avril-mai 2012, pages 126-129.
  2. Thomas Brégaris, « Fonderie de Villedieu-les-Poêles (50). 26 blessés, dont un grave. », sur ouest-france.fr, (consulté le 6 février 2015)
  3. « Les cloches de Notre-Dame de Paris prennent forme à Villedieu-les-Poêles. » [[vidéo]], sur ouest-france.fr (consulté le 1er février 2013)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]