Établissement public territorial Plaine Commune

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Établissement public territorial
Plaine Commune
Établissement public territorial Plaine Commune
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Seine-Saint-Denis
Forme Établissement public territorial
Siège Saint-Denis
Communes 9
Président Patrick Braouezec (Ensemble !)
Date de création
Code SIREN 200057867
Démographie
Population 421 566 hab. (2014)
Densité 8 894 hab./km2
Géographie
Superficie 47,4 km2
Localisation
Le territoire au sein de la métropole du Grand Paris.
Le territoire au sein de la métropole du Grand Paris.
Liens
Site web http://www.plainecommune.fr
Fiche Banatic Données en ligne

L'établissement public territorial (EPT) Plaine Commune est une structure intercommunale française, créée le dans le cadre de la mise en place de la métropole du Grand Paris et située dans le département de la Seine-Saint-Denis en région Île-de-France. L'EPT succède à une communauté d'agglomération éponyme créée en 2001 et qui avait le même territoire.

Il est contigu des arrondissements du nord de Paris (17e, 18e et 19e) qui jouxtent les communes de Saint-Ouen, de Saint-Denis et d'Aubervilliers.

Histoire[modifier | modifier le code]

Processus constitutif[modifier | modifier le code]

Au milieu des années 1980, les maires de Saint-Denis et d'Aubervilliers, Marcelin Berthelot et Jack Ralite, constatent que la Plaine Saint-Denis est sinistrée. Or, trente ans plus tôt, c'était la plus importante zone industrielle d'Europe. Le , ils créent le Syndicat intercommunal « Plaine Renaissance » avec Saint-Ouen et le conseil général. Leur projet urbain comporte notamment l'aménagement de gares RER.

En 1998, dix villes lancent une charte intercommunale autour d'objectifs communs de développement : Aubervilliers, Épinay-sur-Seine, La Courneuve, L'Île-Saint-Denis, Pierrefitte-sur-Seine, Saint-Denis, Saint-Ouen, Stains, Villetaneuse et Pantin.

En 1999, la loi dite Chevènement instaure les communautés de communes et d’agglomération. Cinq des dix villes signataires de la charte créent, le , la communauté de communes Plaine Commune qui, un an plus tard, devient une communauté d'agglomération.

Le , la communauté d’agglomération est rejointe par Stains et L'Île-Saint-Denis, suivant l'avis de référendums populaires tenus le .

Le , La Courneuve devient la huitième commune de la communauté, à la suite également d'un référendum.

Enfin, le , Saint-Ouen devient la neuvième commune de la communauté, à la suite d'une autre consultation référendaire.

Ces référendums ont associé les habitants de nationalité extra-européenne aux citoyens du territoire.

C'est alors la plus peuplée des intercommunalités à fiscalité propre d'Île-de-France, avec 411 367 habitants en 2012[1], devant la communauté d'agglomération Est Ensemble (399 300 habitants en 2012), elle aussi située en Seine-Saint-Denis, et la communauté d'agglomération Grand Paris Seine Ouest (GPSO), avec ses 331 602 habitants, dans les Hauts-de-Seine. Elle comptait par ailleurs 136 000 salariés et 12 000 entreprises, ainsi que 45 000 étudiants, deux universités (université Paris-VIII et université Paris-XIII) et 70 laboratoires de recherche[2].

Dans le cadre de la mise en place de la métropole du Grand Paris, la loi portant nouvelle organisation territoriale de la République du (Loi NOTRe) prévoit la création d'établissements publics territoriaux (EPT), qui regroupent l'ensemble des communes de la métropole à l'exception de Paris, et assurent des fonctions de proximité en matière de politique de la ville, d'équipements culturels, socioculturels, socio-éducatifs et sportifs, d'eau et assainissement, de gestion des déchets ménagers et d'action sociale. Les EPT exercent également les compétences que les communes avaient transférées aux intercommunalités supprimées.

L'EPT Plaine Commune créé par un décret du 11 décembre 2015[3] succède à la communauté d'agglomération Plaine Commune, et regroupe les 9 communes de l'arrondissement de Saint-Denis, situé à l'extrémité ouest du département de la Seine-Saint-Denis et jouxtant le nord de Paris.

Identité visuelle (logo)[modifier | modifier le code]

Géographie[modifier | modifier le code]

La Plaine Saint-Denis : au premier plan, l'autoroute A86, à droite, le Stade de France

Le territoire de l'établissement[modifier | modifier le code]

Le territoire de l'établissement est limitrophe de trois arrondissements du nord de Paris. Il se trouve donc en première couronne de l'agglomération parisienne, essentiellement dans une plaine alluviale, sur un terrain essentiellement urbanisé.

L'établissement forme la pointe sud de la Plaine de France avec, notamment, La Plaine Saint-Denis.

Plaine-Commune est irrigué par plusieurs axes majeurs de communication dont l'autoroute A1, entre Paris et l'aéroport de Roissy-Charles de Gaulle, l'autoroute A86, trois des cinq lignes du RER, des trains de banlieue Transilien, la Seine et le canal Saint-Denis. Il est aisément accessible depuis les aéroports de Roissy-Charles-de-Gaulle et du Bourget.

Il compte deux monuments emblématiques de son lien au passé et au présent : la basilique de Saint-Denis, nécropole des rois de France, et le stade de France, achevé en 1998 et qui est le plus grand stade de France en configuration football/rugby.

Le territoire compte 155 000 salariés dans 13 000 entreprises. Le secteur de La Plaine Saint-Denis, ancienne première zone industrielle d'Europe mais lourdement désagrégée par sa désindustrialisation, constitue désormais le troisième pôle tertiaire d'Île-de-France.

L'EPT Plaine Commune est aussi le second pôle universitaire d'Île-de-France avec ses 45 000 étudiants répartis dans les deux universités de Paris VIII-Saint-Denis et Paris XIII-Villetaneuse auxquelles il faut ajouter un IUFM, un IUT, la Maison des sciences de l'Homme, le conservatoire national des arts et métiers (CNAM), des BTS, des classes préparatoires, l'Académie des arts du cirque Annie Fratellini, auxquels devrait s'ajouter le campus Condorcet à Aubervilliers en 2019.

Deux hôpitaux appartenant au centre hospitalier de Saint-Denis se situent aussi sur son territoire (2400 agents y travaillent dans neuf pôles d'activités). Le secteur privé est également représenté avec plusieurs cliniques.

Il existe un mélange d'habitat social et d'habitat privé dégradé, notamment à Saint-Denis et Aubervilliers, avec une population sensiblement plus pauvre que la moyenne de l'Île-de-France et marquée par la précarité. Toutes les villes de l'EPT bénéficient à des degrés divers de dispositifs de la politique de la ville.

Le territoire compte plusieurs parcs majeurs, dont le Parc départemental de La Courneuve et celui de l'Île-Saint-Denis (tous deux classés Natura 2000), le Parc de la Légion d'Honneur à Saint-Denis et les contreforts de la Butte-Pinson.

Communes membres[modifier | modifier le code]

Le parc départemental de Villetaneuse
Un grand ensemble à Aubervilliers

Plaine Commune rassemble les neuf communes de l'arrondissement de Saint-Denis.

Liste des communes de l’intercommunalité
Nom Code
Insee
Gentilé Superficie
(km2)
Population
(dernière pop. légale)
Densité
(hab./km2)
Saint-Denis
(siège)
93066 Dionysiens 12,36 110 733 (2014) 8 959
Aubervilliers 93001 Albertivillariens 5,76 80 273 (2014) 13 936
La Courneuve 93027 Courneuviens 7,52 40 874 (2014) 5 435
Épinay-sur-Seine 93031 Spinassiens 4,57 55 157 (2014) 12 069
L'Île-Saint-Denis 93039 Dionisiliens 1,77 7 293 (2014) 4 120
Pierrefitte-sur-Seine 93059 Pierrefittois 3,41 29 324 (2014) 8 599
Saint-Ouen 93070 Audoniens 4,31 47 432 (2014) 11 005
Stains 93072 Stanois 5,39 38 022 (2014) 7 054
Villetaneuse 93079 Villetaneusiens 2,31 12 458 (2014) 5 393

Collectivités voisines[modifier | modifier le code]

Le territoire de Plaine Commune est bordé par :

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique
2013 2014
414 121 421 566

Fonctionnement[modifier | modifier le code]

Siège de Plaine Commune à Saint-Denis.
Premier conseil de l'établissement public territorial Plaine Commune, le 19 janvier 2016.

Siège[modifier | modifier le code]

Si le siège est à La Plaine Saint-Denis, 21 rue Jules-Rimet, en face du Stade de France, l'établissement public dispose de locaux dans les communes membres, afin que les unités territoriales (urbanisme, habitat, voirie...) puissent abriter des locaux techniques ou accueillir le public.

En 2013, Plaine commune est devenu propriétaire de l'immeuble Le Mondial, loué jusque-là[4].

Élus[modifier | modifier le code]

La Communauté d'agglomération était administrée par son Conseil communautaire constitué, pour le mandat 2014-2015, de 72 conseillers communautaires. Ceux-ci étaient également des conseillers municipaux représentant chacune des communes membres, répartis à raison de deux conseillers par ville, plus un conseiller supplémentaire par tranche entamée de huit mille habitants, soit :

Le conseil communautaire élisait en son sein son président, ses vice-présidents et conseillers communautaires délégués, dont la réunion formait le bureau communautaire. Compte tenu des accords politiques que se sont donnés l'agglomération et les villes, chacun des maires des communes qui composaient la communauté d'agglomération était automatiquement élu vice-président de la Communauté et disposait d'une délégation sectorielle du président, quelle que soit son étiquette politique.

L'établissement public territorial créé le est doté d'un conseil territorial de 80 membres, nommés en leur sein par les conseils municipaux, et où les petites communes sont moins représentées qu'à l'époque de la communauté d'agglomération.

Lors de la réunion du 19 janvier 2016, le conseil de territoire a élu son président, Patrick Braouezec, qui avait présidé la communauté d'agglomération éponyme depuis 2005, ainsi que les 16 vice-présidents (dont les 9 maires des villes membres) et les 13 autres membres du bureau pour la mandature 2016-2020[6],[7].

Liste des présidents[modifier | modifier le code]

Patrick Braouezec.

Le premier président de Plaine-Commune a été Jacques Poulet, maire de Villetaneuse (1992-2008). Patrick Braouezec, député (1997-2012) et ancien maire de Saint-Denis a repris la fonction le . Il a été réélu en 2008 et 2014, ce denier scrutin étant marqué par les enjeux relatifs à la mise en place de la métropole du Grand Paris et la suppression des intercommunalités de la Petite couronne le 1er janvier 2016[8], [9].

Liste des présidents successifs de la communauté d'agglomération
Période Identité Étiquette Qualité
janvier 2000 2005 Jacques Poulet PCF Salarié de GDF
Maire de Villetaneuse (1992 → 2008)
Président du SIPPEREC (1995 → 2008)
11 janvier 2005 31 décembre 2015 Patrick Braouezec[10],[11] PCF
puis FASE
(devenu Ensemble !)
Instituteur
Député de la Seine-Saint-Denis (2de circ.) (1997 → 2012)
Président de Paris Métropole[12] (2011 → 2012)
Conseiller municipal de Saint-Denis
Liste des présidents successifs de l'établissement public territorial
Période Identité Étiquette Qualité
19 janvier 2016[6] en cours Patrick Braouezec Ensemble ! Instituteur
Conseiller métropolitain (2016 → )
Vice-président de la métropole du Grand Paris (2016 → )
Conseiller municipal de Saint-Denis

Le conseil de développement[modifier | modifier le code]

La Communauté d'agglomération s'est dotée d'un Conseil de développement, comité consultatif représentant "la société civile" de l'agglomération.

C'est un espace de concertation et de débat qui se veut un reflet de la diversité du territoire. Il est composé de 80 femmes et hommes, acteurs associatifs et institutionnels, chefs d'entreprises, syndicalistes, chargés d'émettre des propositions pour les projets de la communauté d'agglomération en direction des élus.

Les compétences de Plaine-Commune[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Les compétences des EPT.

L'établissement public territorial exerce les compétences qui lui sont assignées par la loi, et qui relèvent essentiellement de la politique de la ville, de la construction et de la gestion d'équipements culturels, socioculturels, socio-éducatifs et sportifs d'intérêt territorial, de l'assainissement et de l'eau, de la gestion des déchets ménagers et assimilé et de l'action sociale d'intérêt territorial. Il a également la charge d'élaborer un plan local d'urbanisme intercommunal (PLUI).

Il exerce également les compétences qui avaient été délégués par les Villes à l'ancienne communauté d'agglomération, et qui étaient :

L'EPT pourra, dans ses deux premières années d’existence, décider de restituer certaines de ces compétences aux communes afin d'unifier ses responsabilités pour l'ensemble des communes membres.

Régime fiscal et budget[modifier | modifier le code]

La communauté d'agglomération percevait la fiscalité professionnelle unique (ex-taxe professionnelle unique), qui permettait une péréquation des ressources fiscales à l'échelle du territoire communautaire.

L'EPT est un EPCI sans fiscalité propre, c'est-à-dire que ses ressources proviennent essentiellement d'autres collectivités.

Les ressources de l'EPT varient selon la période.

  • Au cours de la première phase, qui s’étend du au , les EPT perçoivent néanmoins la cotisation foncière des entreprises (CFE), l'une des composantes de la fiscalité économique des entreprises.
  • À compter du , la totalité de la contribution économique territoriale est perçue par la Métropole du Grand Paris, modifiant ainsi le financement des EPT, qui seront alors financés entièrement par une contribution des communes membres.

Projets et réalisations[modifier | modifier le code]


Le territoire fut très impliqué dans la candidature française pour l'organisation des Jeux olympiques d'été de 2012, qui aurait pu accélérer de nombreux projets d'aménagement.

Malgré cet échec, la communauté d’agglomération mène ou accompagne de nombreux projets de grande ampleur.

Aménagement du territoire[modifier | modifier le code]

L'aménagement du territoire se concrétise par :

  • la Cité du cinéma, le projet de Luc Besson, cinéaste, qui transforme un ancien site de production d'EDF dans le quartier de Pleyel pour y créer les plus grands studios de production cinématographique d'Europe (l'ajout d'un parc public à thème a été abandonné) ;
  • la rénovation du centre-ville de Saint-Denis et d'Épinay-sur-Seine et le réaménagement de la Porte de Paris de Saint-Denis ;
  • l'aménagement du quartier du Landy France à la Plaine Saint-Denis, pour accroître le nombre d'entreprises sur le territoire ;
  • l'installation dans de nouveaux locaux de l'Académie du cirque Annie Fratellini dans le quartier du Landy, situé à proximité du Stade de France ;
  • la poursuite de l'aménagement de la zone tertiaire et résidentielle du quartier de la Plaine Saint-Denis, autour du Stade de France ;
  • l'aménagement du projet universitaire et urbain de Villetaneuse ;
  • l'aménagement de la zone des Tartres à Pierrefitte et Stains, et notamment la construction d'un nouveau centre des Archives nationales à Pierrefitte ;
  • le développement de zones d'activité secondaires pour artisans, petites et moyennes entreprises, notamment à Stains, Pierrefitte et Villetaneuse ;
  • l'aménagement du quartier de la gare à La Courneuve, autour du centre d'archives du ministère des Affaires étrangères, de logements étudiants...

Plus généralement, la Communauté se dote de nombreux documents contribuant à définir et organiser son territoire, tels que le Schéma de cohérence territoriale (SCOT), approuvé le 23 octobre 2007, mais aussi un plan local de déplacements et un plan communautaire de l'environnement.

Logement social[modifier | modifier le code]

Plaine Commune a approuvé son Programme local de l'habitat qui détermine l'effort de construction à réaliser pour satisfaire aux besoins de logements du territoire.

Dans ce cadre, la communauté a créé un OPAC communautaire, "Plaine Commune Habitat". Cet organisme HLM créé en février 2005 a fusionné la plupart des organismes HLM créés autrefois par les villes, hors les offices municipaux d'Aubervilliers et de Saint-Ouen[14].

Plaine Commune a obtenu la signature, le 25 janvier 2006, d'un Contrat territorial de rénovation urbaine avec l'ANRU afin de garantir la réhabilitation et la restructuration de 24 quartiers dans les années qui viennent. Il s'agit des quartiers suivants :

  • Émile Dubois-Lopez et Jules-Martin (Aubervilliers) ;
  • Villette – 4 chemins (Aubervilliers) ;
  • Quartiers Nord (Aubervilliers) ;
  • Centre-Ville (Épinay-sur-Seine) ;
  • 77, avenue d’Enghien (Épinay-sur-Seine) ;
  • La Source – Les Presles (Épinay-sur-Seine) ;
  • Orgemont (Épinay-sur-Seine) ;
  • Centre-ville (La Courneuve) ;
  • Les Clos - La Tour - Balzac (La Courneuve) ;
  • Vieux-Barbusse - Grand ensemble Nord (La Courneuve) ;
  • Centre-Ville (L’Île-Saint-Denis) ;
  • Quartier des Poètes (Pierrefitte-sur-Seine) ;
  • Langevin – Lavoisier (Pierrefitte-sur-Seine) ;
  • Cité – Jardins (Stains) ;
  • Clos Saint-Lazare (Stains) ;
  • Moulin Neuf (Stains) ;
  • Franc-Moisin – Bel Air (Saint-Denis) ;
  • Floréal – Saussaie – Courtille (Saint-Denis) ;
  • Double Couronne – Guynemer (Saint-Denis) ;
  • Pierre-Sémard (Saint-Denis) ;
  • Joliot-Curie – Saint-Rémy (Saint-Denis) ;
  • Cristino-Garcia – Landy (Saint-Denis / Aubervilliers) ;
  • Projet universitaire et urbain (Villetaneuse) ;
  • Centre-ville Nord (Villetaneuse).

Ce programme de 1,4 milliard d'euros (dont 120 millions d'euros à la charge de la Communauté) concerne 30 000 logements sociaux et 8 000 logements privés et bénéficiera au tiers de la population de la Communauté. Certains de ces projets sont d'ores et déjà engagés ou réalisés. D'autres en sont dans la phase de conception, de concertation ou de négociation[15].

Le territoire compte un peu plus de 30.000 demandes de logement social en attente[16].

Transports[modifier | modifier le code]

Transports collectifs[modifier | modifier le code]

Lors du Conseil communautaire du 26 septembre 2006[17], les élus ont demandé à l'unanimité le financement et la réalisation rapide des projets inscrits au contrat de plan 2000-2006 :

Ces projets sont soit réalisés (prolongement de la ligne de tramway T1 mis en service le 15 novembre 2012, ouverture de la station Front Populaire le 18 décembre 2012, ligne de tramway T5 mise en service le 29 juillet 2013), soit en travaux.

Plaine Commune a demandé également, lors de ce conseil communautaire, l'inscription au contrat de projet 2007-2013 des projets suivants :

Ces projets ne sont pas encore lancés.

Vélos en libre service[modifier | modifier le code]

Velcom devant le centre administratif de Saint-Denis
Article détaillé : Velcom.

Plaine Commune a signé en 2008 avec JCDecaux un marché d'affichage public de quinze années, qui prévoit notamment que l'entreprise installe sur les huit villes du territoire communautaire 450 vélos en libre-service ainsi que des abribus. En contrepartie, l'afficheur pourra installer de la publicité sur les 400 abribus qu'il renouvellera dans les villes[18].

Pour des raisons de respect des règles de concurrence prévues par la réglementation des achats publics, ce matériel, dit Velcom, comparable à celui installé à Paris (Vélib'), n'est pas identique. Les cyclistes qui voulaient passer le boulevard périphérique devaient changer de monture dans des stations mixtes où l'on trouvait les deux types de vélos. Ces stations parisiennes peuvent en effet être implantées en banlieue, mais à moins de 1,5 km de la limite de la capitale[19],[20].

La première phase de Velcom, avec 450 vélos, a commencé le 24 juin 2009 sur les villes d'Aubervilliers, de La Courneuve, de L'Île-Saint-Denis et Saint-Denis.

À la suite de vols répétés[21], le service a été interrompu de fait depuis l'été 2011, puis formellement supprimé à l'été 2012[22]. Seules subsistent les stations Vélib' de banlieue situées sur le territoire de Plaine Commune.

Énergie[modifier | modifier le code]

Le Syndicat mixte des réseaux d'énergie calorifique dit Plaine Commune Énergie dispose d'un réseau de chaleur avec cinq chaufferies, les principales étant celles de Saint-Denis et de Stains. Il alimente l'équivalent de 41 000 logements[23],[24].

Politique de la Ville[modifier | modifier le code]

Le territoire de Plaine commune est fortement concerné par les dispositifs de la politique de la ville. Après le Contrat territorial de renouvellement urbain signé en janvier 2007, la communauté souhaite signer un CUCS d'agglomération en complément de celui des villes membres, afin de tenir compte des compétences de Plaine Commune relatives notamment à l'habitat-cadre de vie et à l'emploi-insertion.

Par ailleurs, Plaine Commune bénéficie de quatre zones franches(ZFU) situées à :

Équipements sportifs et culturels[modifier | modifier le code]

L'Académie des arts du cirque

Centre aquatique olympique[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Piscine olympique de Saint-Denis.

Prévu lors du projet d'aménagement lié au projet de Jeux olympiques Paris 2012, un centre aquatique devait être construit à Aubervilliers, dans le quartier du Landy, à proximité du canal Saint-Denis. Composé de cinq bassins, dont un extérieur, il devait recevoir 15 000 spectateurs sur des gradins démontables. La candidature de Paris aux Jeux olympiques d'été de 2024 relance le projet[25] mais un autre site est choisi, à Saint-Denis, en face du stade de France[26].

Réseau des médiathèques[modifier | modifier le code]

La communauté gère depuis le 1er janvier 2005 les médiathèques et bibliobus qu'avaient créés les villes, et construit de nouveaux équipements.

Le réseau des médiathèques de Plaine Commune compte aujourd'hui 24 médiathèques et 3 bibliobus[27]. Tous les services et offres des médiathèques sont entièrement gratuits pour les usagers, avec ou sans carte, habitants du territoire ou non. Les médiathèques prêtent des livres, des CD, des DVD, des méthodes de langues, des livres lus. Chaque personne inscrite a accès à l'ensemble des documents du réseau. Un système de réservation sur le site Internet du réseau est accessible aux usagers possédant une carte[28].

Elles proposent également l'inscription à la plateforme numérique la médi@TIC depuis octobre 2011, sur laquelle sont en libre accès : des longs et courts métrages, des méthodes de langues, des didacticiels (code de la route, informatique), des webradios, des jeux, etc.

Le réseau des médiathèques organise également toute l'année de très nombreuses manifestations culturelles, participatives et festives: expositions, ateliers multimédias, tournois de jeux vidéo et de société, débats citoyens, spectacles. Cette programmation événementielle est complémentaire aux actions et rendez-vous réguliers programmés toute l'année: lectures d'albums, ateliers de conversation pour les apprenants du français, ateliers philosophie pour les enfants, formation à l'informatique de base, accompagnement aux démarches administratives, permanences d'écrivains publics... L'accès à l'ensemble des activités est entièrement gratuit et ne nécessite pas de carte de prêt.

En 2012, le réseau des médiathèques de Plaine Commune a remporté le prix Livres Hebdo des bibliothèques catégorie animation, pour le projet permanent « Pour l'égalité femmes-hommes, les médiathèques s'engagent ». En 2015, le réseau remporte le Grand Prix Livres Hebdo des bibliothèques francophones, récompensant l'ensemble de ses actions en matière de création de nouveaux équipements, de développement de services innovants, de programmation culturelle et de médiation.

Depuis sa création, Plaine Commune a construit cinq médiathèques : Ulysse et Don-Quichotte à Saint-Denis, Colette à Épinay-sur-Seine, Elsa Triolet à L'Île-Saint-Denis, Aimé Césaire à La Courneuve, Flora Tristan à Pierrefitte-sur-Seine, ainsi qu'un service commun mutualisé, "Le Lieu Commun", à proximité de l'Académie Fratellini. Elle a également lancé les travaux d'une nouvelle grande médiathèque à Stains (ouverture en 2017).

Notes, sources et référence[modifier | modifier le code]

  1. Populations légales en Seine-Saint-Denis au recensement de 2012, consulté le 3 janvier 2015
  2. « Le guide des collectivités locales », Bienvenue ! La Seine-Saint-Denis, édité par le Comité d'expansion (COMEX) de la Seine-Saint-Denis,‎
  3. Décret n° 2015-1659 du 11 décembre 2015 relatif à la métropole du Grand Paris et fixant le périmètre de l'établissement public territorial dont le siège est à Saint-Denis sur Légifrance.
  4. « Plaine Commune achète "Le Mondial", à Saint Denis », immoweek.fr, (consulté le 5 janvier 2016)
  5. « Le Conseil communautaire », Les élus et les décisions, sur http://www.plainecommune.fr, (consulté le 13 juillet 2014)
  6. a et b Jean-Gabriel Bontinck, « Plaine Commune devient un nouveau territoire du Grand Paris », Le Parisien, édition de la Seine-Saint-Denis,‎ (lire en ligne).
  7. « Bureau », Les élus et les décisions, sur http://www.plainecommune.fr, (consulté le 21 janvier 2016).
  8. Béatrice Jérôme, « Patrick Braouezec : « La Métropole du Grand Paris est une bombe à retardement politique » », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  9. Dominique Albertini, « En Seine-Saint-Denis, un scrutin peut en cacher un autre : PS et PCF se disputent durement plusieurs communes du 93. Le résultat aura des conséquences sur la plus grande intercommunalité d’Ile-de-France, mais aussi sur la future métropole parisienne », Libération,‎ (lire en ligne).
  10. Nathalie Perrier, « Plaine commune : Petit jeu de piques au premier conseil communautaire », Le Parisien, édition de Seine-Saint-Denis,‎
  11. « Patrick Braouezec : « Je n'irai pas au bout de mon mandat » », Le Parisien, édition de Seine-Saint-Denis,‎ (lire en ligne).
  12. AFP, « Patrick Braouezec élu nouveau président de Paris Métropole : Le député (ex-PCF) Patrick Braouezec a été élu lundi à l'unanimité … », 20 minutes,‎ (lire en ligne).
  13. article 7 des statuts communautaires, résumés à cette page
  14. « Nos missions et valeurs », oph-plainecommunehabitat.fr (consulté le 31 décembre 2014)
  15. [PDF] « Plaine Commune – La rénovation urbaine, Conférence de presse », sur web.archive.org, initialement sur « plainecommune.fr », (consulté le 11 juin 2014).
  16. « Statistiques sur site officiel du ministère Tableau téléchargeable »
  17. (fr) [PDF] compte rendu officiel du Conseil communautaire de Plaine commune du 26 septembre 2006
  18. Élodie Soulié, « Bientôt à Plaine Commune, 450 vélos en libre-service », Le Parisien, édition Seine-Saint-Denis,‎ .
  19. « Velcom et Vélib’ : mode d’emploi », (consulté le 24 juin 2012).
  20. Marie-Christine Tabet, « La banlieue parisienne applaudit la venue des Vélib' », Le Figaro,‎ (ISSN 0182-5852, lire en ligne).
  21. Gérald Rossi, « Les Velcom ne tournent pas rond », Le JSD.com,‎ (lire en ligne).
  22. « Les Velcom, c'est fini! », Le Parisien, édition de la Seine-Saint-Denis,‎ (lire en ligne).
  23. « La chaudière écolo est arrivée », leparisien.fr, (consulté le 28 avril 2016)
  24. « Le réseau de chaleur du SMIREC », saint-denis.reseau-chaleur.fr (consulté le 28 avril 2016)
  25. Aubervilliers : mobilisation pour la piscine olympique, article du 12 février 2016, sur leparisien.fr, consulté le 18 février 2016.
  26. « Paris-2024: le centre aquatique sera construit en face du Stade de France », sur lexpress.fr, article du 8 juin 2016 (consulté le 9 juin 2016).
  27. Les médiathèques de Plaine Commune - Présentation, sur mediatheques-plainecommune.fr. Consulté le 7 juin 2013.
  28. Les médiathèques de Plaine Commune - Emprunter mode d'emploi, sur mediatheques-plainecommune.fr. Consulté le 7 juin 2013.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]