Jean-François Bohnert

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Jean-François Bohnert
Image dans Infobox.
Fonctions
Procureur de la République financier
depuis le
Procureur général
Cour d'appel de Reims
-
Biographie
Formation
Activité
Autres informations
A travaillé pour
Distinctions

Jean-François Bohnert est un magistrat français, procureur de la République financier depuis le .

Carrière judiciaire[modifier | modifier le code]

Le , il est nommé juge au TGI de Nanterre[1] ; néanmoins il ne rendra aucun jugement dans ce tribunal puisque, dès le il est nommé magistrat de liaison auprès du ministère de la justice de la République fédérale d'Allemagne[2].

Par décret du , il est nommé avocat général près la cour d'appel de Bourges[3].

Par décret du , il est nommé procureur de la République près le TGI de Rouen[4].

Par décret du , il est nommé procureur général près la cour d'appel de Reims[5].

Début 2019, son profil est sur la liste des candidats au poste de procureur général du nouveau Parquet européen. Il était le candidat préféré du Conseil de l'union européenne, mais ce sera finalement la roumaine Laura Codruta Kövesi qui sera retenue pour le poste[6],[7].

Il est nommé procureur de la République financier le [8].

En février 2020, Le Parisien révèle une affaire de harcèlement perpétré par un vice-procureur du parquet national financer[9]. Jean-François Bohnert est mis au courant des faits le par une fonctionnaire du parquet, prend connaissance des faits auprès de la principale victime et alerte Catherine Champrenault, procureure générale de la Cour d'appel de Paris. Cela mène à une enquête disciplinaire et la saisie du Conseil supérieur de la magistrature par le ministère de la Justice. Cependant, en août 2020, Mediapart révèle que Jean-François Bohnert avait initialement simplement « remonté les bretelles » du magistrat concerné, sans faire remonter l'affaire[10]. Ce n'est qu'après que la victime lui exprime sa surprise par rapport à cette décision le et que Mediapart manifeste son intérêt pour l'affaire le lendemain qu'il ne décide de mettre au courant la procureure générale de Paris le .

Jean-François Bonhert décide en août 2020 d'écarter la fonctionnaire du parquet national financier qui lui avait signalé l'affaire de harcèlement[10] en novembre 2019, dans le but de la remplacer par un magistrat professionnel. Il affirme que cette décision est « étrangère » à l'affaire. Le ministère de la Justice affirme en août 2020 qu'il ne procédera à « aucune nomination de magistrat » tant que la fonctionnaire, « qui est toujours en poste, n’aura pas bénéficié elle-même d’une nouvelle affectation ».

Distinction[modifier | modifier le code]

Il est nommé chevalier de la Légion d'honneur par décret du [11].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Sur Légifrance »
  2. « Sur Légifrance »
  3. « Sur Légifrance »
  4. « Sur Légifrance »
  5. « Sur Légifrance. »
  6. Le Point magazine, « Jean François Bohnert, un magistrat au profil européen », sur Le Point, (consulté le )
  7. « Qu'est-ce que le Parquet européen ? », sur Touteleurope.eu, (consulté le )
  8. « Sur Légifrance »
  9. Timothée Boutry, Jean-Michel Décugis et Eric Pelletier, « Un magistrat visé par une enquête disciplinaire pour un comportement inapproprié », Le Parisien, (consulté le ).
  10. a et b Antton Rouget, « Harcèlement: la justice en difficulté pour gérer ses propres affaires », Mediapart, (consulté le ).
  11. « Sur Légifrance »

Compléments[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]