Médaille olympique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Une médaille olympique est une médaille attribuée au cours des Jeux olympiques aux trois meilleurs athlètes ou équipes de chaque compétition qui reçoivent une médaille d’or (1re place), d’argent (2e place) et de bronze (3e place). Outre ces médailles qui symbolisent la consécration sportive, certaines personnes ou organisations, notamment les comités nationaux olympiques, offrent à leurs champions des primes, cadeaux ou avantages en nature.

Le design des médailles, qui est laissé à la créativité du Comité d’organisation des Jeux olympiques (COJO) avec une approbation finale du Comité international olympique (CIO), a considérablement varié depuis les premiers Jeux olympiques d'été de 1896, notamment en ce qui concerne le dessin, la taille et le poids. L'avers des médailles des Jeux olympiques d'été est néanmoins soumis à une certaine standardisation. Le Comité international olympique laisse une plus grande liberté au pays organisateur quant au choix du dessin des médailles des Jeux olympiques d'hiver et des Jeux paralympiques, ainsi que du revers des médailles des Jeux olympiques d'été, le pays hôte des Jeux pouvant ainsi exprimer sa spécificité culturelle par le style ou les matériaux employés.

Historique[modifier | modifier le code]

Médaille en argent décernée aux vainqueurs des Jeux olympiques d'été de 1896 : l'avers représente Zeus tenant un globe sur lequel repose Niké, la victoire ailée ; la légende « Olympie » en grec figure à gauche de la médaille ; le revers représente l'Acropole surmontée de l'inscription en grec « Jeux olympiques internationaux à Athènes en 1896 ».

À partir de la septième olympiade, les hérauts annoncent les noms des vainqueurs (appelés olympioniques) des Jeux olympiques antiques qui, sous l'acclamation des spectateurs qui leur jettent des fleurs, se voient placer par l’hellanodice juste après leur compétition une branche de palmier dans leurs mains tandis des rubans rouges, les tæniae, sont noués autour de leur tête et de leurs mains en signe de victoire[1]. La cérémonie officielle de remise des prix a lieu le dernier jour des Jeux dans le vestibule surélevé du temple de Zeus. Après que le héraut ait annoncé le nom du vainqueur olympique, de son père et de sa cité, l'hellanodice ceint la tête du vainqueur d'une couronne d’olivier[2], le kotinos. Selon Pausanias le Périégète, Héraclès introduit cette couronne olympique comme récompense du vainqueur de la course du stadion, l'épreuve reine des jeux antiques, dans le but d'honorer Zeus[3].

Lors des Jeux Olympiques modernes en 1896, le vainqueur est couronné d'un rameau d'olivier, reçoit une médaille d'argent et un diplôme (le premier récompensé ainsi est l'athlète James Connolly), tandis que le deuxième reçoit une médaille de bronze ou de cuivre et une branche de laurier. Aux Jeux olympiques d'été de 1900, la plupart des vainqueurs reçoivent des coupes ou des trophées au lieu des médailles[4].

Aux Jeux olympiques de 1904, apparaissent pour la première fois les médailles d'or, d'argent et de bronze qui sont accrochées à un ruban coloré avec une épingle afin de pouvoir être portées sur le torse. Le Comité international olympique a rétrospectivement attribué ces médailles aux trois meilleurs athlètes des épreuves des Jeux olympiques de 1896 et 1900. Après les Jeux olympiques de 1912, les médailles d'or ne sont plus en or massif mais en vermeil[5].

C'est aux Jeux olympiques de 1960 à Rome que pour la première fois des médailles, fixées à une chaîne de feuilles de laurier, sont passées autour du cou du vainqueur, alors qu'elles sont actuellement fixées à un ruban de couleur (généralement les couleurs olympiques) passant par une bélière d'or, d'argent et de bronze[6].

Le 29 mars 2012, fait unique dans l'histoire des Jeux, le champion de boxe ukrainien Wladimir Klitschko vend sa médaille d'or olympique aux enchères pour un million de dollars[7].

Les médailles pour les Jeux olympiques d'été de 2012, à cause de leur poids et de l'envolée des cours de l'or et de l'argent, sont les plus chères de tous les JO d'été[8].

Les médailles ne sont pas les seuls prix donnés aux concurrents. Chaque athlète classé dans les huit premières places de son épreuve reçoit un diplôme olympique. En outre, les noms de tous les médaillés sont inscrits sur le mur du stade principal du pays hôte[9].

Enfin, chaque concurrent reçoit une médaille, un diplôme et un insigne commémoratifs, tandis que le personnel d'équipes, les membres du CIO, présidents et secrétaires généraux des fédérations internationales, juges, arbitres, chronométreurs, inspecteurs, juges de touches et autres officiels se voient remettre cette médaille et ce diplôme commémoratifs[10].

Réalisation des médailles et design[modifier | modifier le code]

Le pays hôte et son Comité national olympique ont le choix quant à la conception et la composition exacte des médailles dont les spécifications sont développées conjointement avec le CIO qui impose cependant leurs propriétés physiques et prend la décision finale au sujet du design.

Le CIO a introduit certaines règles[9]:

  • Lauréats : les trois premiers (plusieurs disciplines olympiques font exception à cette règle [11]) de chaque épreuve reçoivent des médailles
  • Forme : habituellement circulaire, avec un accessoire pour la fixer à une chaîne ou un ruban
  • Diamètre : minimum de 60 mm
  • Épaisseur : minimum de 3 mm
  • Matériau :
    • Première place : composée d'argent (teneur minimale : 92,5 % d’argent) recouverte d'au moins 6 grammes d'or pur
    • Deuxième place : même composition que la médaille d'or mais sans la dorure
    • Troisième place : principalement en cuivre avec un peu d'étain et de zinc (d'une valeur d'environ 3 $)
  • Détails sur l'événement : le sport pour lequel la médaille est décernée doit être inscrit sur la médaille

Les premières médailles olympiques en 1896 ont été conçues par le sculpteur français Jules-Clément Chaplain. Leur avers portait le portrait de Zeus tenant dans sa main un globe surmonté de Niké, allégorie de la victoire ailée avec la légende en grec "Olympie". Sur le revers une légende en grec « ΔΙΕΘΝΕΙΣ ΟΛΥΜΓΙΑΚΟΙ ΑΓΩΝΕΣ ΕΝ ΑΘΗΝΑΙΣ 1896 » (Jeux Olympiques Internationaux à Athènes en 1896) entourait le site de l'Acropole[5]. Réalisées par la Monnaie de Paris, cette coutume de donner la responsabilité de la frappe des médailles au pays hôte s'est depuis perpétuée.

Trionfo[modifier | modifier le code]

En 1921, le Comité international olympique lance un concours international ayant pour objectif la création des médailles destinées aux Jeux olympiques d'été de 1924. Le projet prend du retard mais désigne finalement comme lauréat l'artiste toscan Giuseppe Cassioli et son projet intitulé « Trionfo (en) ». Le dessin de la médaille qu’il a créée sera reproduit, avec quelques adaptations, à tous les Jeux d’été entre 1928 (standardisation de l’avers représentant Niké, la déesse de la Victoire, tenant dans sa main gauche une palme et dans sa main droite une couronne de vainqueur, et du revers, vainqueur porté en triomphe par la foule avec un stade olympique en arrière-plan) et 1968 : l'avers représente Niké en position assise tenant dans sa main gauche une palme et dans sa main droite une couronne de vainqueur, le revers un vainqueur olympique porté en triomphe par un cortège avec le Colisée en toile de fond[12]. Dans la partie supérieure droite de la médaille est laissé un espace pour graver le nom du pays hôte des Jeux Olympiques et le chiffre de l'olympiade.

Le dessin du revers est modifié aux Jeux olympiques d'été de 1972 : le sculpteur Gerhard Marcks y dessine deux jeunes nus, Castor et Pollux, fils jumeaux de Zeus et Léda, patrons des compétitions sportives et de l'amitié, le CIO donnant depuis au pays hôte la liberté du choix du motif. L'avers reste fidèle au dessin de Cassioli jusqu'aux Jeux olympiques d'été de 1992 (le sculpteur Xavier Corberó y grave l'emblème officiel des Jeux de Barcelone), le CIO autorisant également depuis des modifications mais exige la représentation de Niké.

Aux Jeux olympiques d'été de 2000, Wojciech Pietranik (en) conçoit un revers de médaille représentant l'opéra de Sydney, la torche et les anneaux olympiques mais le CIO refuse ce design, voulant qu'il soit remplacé par le Colisée romain et un cavalier sur un char, ce qui suscite les critiques de la presse grecque qui réclame la représentation du Parthénon. Le comité d'organisation des Jeux Olympiques australien conserve finalement le dessin de Pietranik, les délais étant trop courts pour tout modifier. L'erreur de 1928 (représentation du Colisée) est éliminée aux Jeux olympiques d'été de 2004 : l'avers représente le stade panathénaïque en arrière-plan de Niké, dessin repris aux Jeux olympiques d'été suivants[5].

Comparaison entre les Jeux olympiques d'été et d'hiver[modifier | modifier le code]

Le CIO prend la décision finale sur les spécifications de chaque modèle pour toutes les médailles olympiques, celles des Jeux d'été, d'hiver et des Jeux paralympiques. Néanmoins, le CIO n'a jamais exigé une conception particulière pour celles des Jeux d'hiver qui prennent donc des formes diverses et sont généralement plus grandes, plus épaisses et plus lourdes que celles d'été. La médaille inaugurale des Jeux olympiques d'hiver de 1924 à Chamonix ne représente même pas les anneaux olympiques. Niké a été représentée sur les médailles des Jeux d'hiver de 1932 et 1936, mais n'est pas réapparue depuis. Le motif qui revient régulièrement est le flocon de neige, tandis que les feuilles de laurier et les couronnes apparaissent sur plusieurs modèles. La devise olympique Citius, Altius, Fortius apparaît sur quatre médailles des Jeux d'hiver, mais jamais sur celles des Jeux d'été.

Trois olympiades de suite les pays hôtes des Jeux d'hiver utilisant des médailles en matériaux : verre (1992), sparagmite (1994), laque (1998). La Chine a choisi lors des Jeux olympiques d'été de 2008 de réaliser des médailles en jade.

Description des médailles olympiques[modifier | modifier le code]

Designs des médailles des Jeux olympiques d’été[modifier | modifier le code]

Détails concernant les médailles des Jeux olympiques d’été[13] :

Jeux Hôte Détails Designer(s) Hôtel de monnaie Diamètre
(mm)
Épaisseur
(mm)
Poids
(g)
Image
1896 Athènes, Grèce Avers : Zeus et Niké
Revers: Acropole
Chaplain, Jules-ClémentJules-Clément Chaplain Monnaie de Paris 48 3.8 047 1896 Olympic medal.jpg
1900 Paris, France Avers : Niké tenant des branches de laurier. À l'arrière-plan, Paris et monuments de l'Exposition universelle
Revers : athlète victorieux brandissant une branche de laurier. À l'arrière-plan, Acropole d'Athènes
Remarque : unique médaille non circulaire des JO d'été
Vernon, FrédériqueFrédérique Vernon (en) Monnaie de Paris 59 x 41 3.2 053
1904 Saint-Louis (Missouri), États-Unis Avers : Niké tenant une couronne de laurier et une palme
Revers : athlète sur des marches d'escalier tenant une couronne de laurier
Dieges & Clust Dieges & Clust 37.8 3.5 021 Silver medal of 1904 Summer Olympics.jpg
1908 Londres, Grande-Bretagne Avers : deux figures féminines coiffant d'une couronne de laurier un athlète
Revers : Saint Georges en cavalier
Tranche : "Vaughton", épreuve et vainqueur
Mackennal, BertramBertram Mackennal (en) Vaughton & Sons 33 4.4 021 London 1908 Event Medals.jpg
1912 Stockholm, Suède Avers : deux figures féminines coiffant d'une couronne de laurier un athlète
Revers : Héraut proclamant l'ouverture des Jeux avec à sa gauche la statue de Pehr Henrik Ling
Mackennal, BertramBertram Mackennal (en) (avers)
Erik Lindberg (revers)
C.C. Sporrong & Co 33.4 1.5 024
1920 Anvers, Belgique Avers : athlète nu tenant une palme et une couronne de laurier
Revers : Statue de Silvius Brabo
Tranche : nom, épreuve, équipe, "Anvers" et date
Dupon, JosuéJosué Dupon (en) Coosmans 59 4.4 079
1924 Paris, France Avers : athlète nu aidant son concurrent à se relever
Revers : harpe, symbole du programme culturel des Jeux et différents équipements sportifs
Rivaud, AndréAndré Rivaud (en) Monnaie de Paris 55 4.8 079
1928 Amsterdam, Pays-Bas Design : Trionfo
Cassioli, GiuseppeGiuseppe Cassioli Monnaie de l'État allemand 55 3 066
1932 Los Angeles, États-Unis Design : Trionfo Cassioli, GiuseppeGiuseppe Cassioli Whitehead & Hoag 55.3 5.7 096
1936 Berlin, Allemagne Design: Trionfo
"B.H MAYER PFORZHEIM 990"
Cassioli, GiuseppeGiuseppe Cassioli B.H. Mayer 55 5 071
1948 Londres, Grande-Bretagne Design : Trionfo Cassioli, GiuseppeGiuseppe Cassioli John Pinches 51.4 5.1 060
1952 Helsinki, Finlande Design : Trionfo
Tranche : 916 M / Y6 (Factory Stamp)
Cassioli, GiuseppeGiuseppe Cassioli Kultakeskus Oy 51 4.8 046.5
1956 Melbourne, Australie Design : Trionfo Cassioli, GiuseppeGiuseppe Cassioli K.G. Luke 51 4.8 068
1960 Rome, Italie Design : Trionfo (avers et revers intervertis)
Pourtour : couronne de laurier et chaîne de feuilles de laurier en bronze
Cassioli, GiuseppeGiuseppe Cassioli Artistice Fiorentini 68 6.5 211
1964 Tokyo, Japon Design : Trionfo Cassioli, GiuseppeGiuseppe Cassioli et Koshiba, ToshikakaToshikaka Koshiba (en) Monnaie du Japon 60 7.5 062
1968 Mexico, Mexique Design : Trionfo Cassioli, GiuseppeGiuseppe Cassioli 60 6 130
1972 Munich, Allemagne Avers : Trionfo
Revers : Castor et Pollux
Tranche : vainqueur et épreuve
Cassioli, GiuseppeGiuseppe Cassioli (avers)
Marcks, GerhardGerhard Marcks (revers)
Monnaie bavaroise 66 6.5 102
1976 Montréal, Canada Avers : Trionfo
Revers : couronne de laurier stylisé et logo des Jeux de Montréal
Tranche : épreuve
Cassioli, GiuseppeGiuseppe Cassioli (avers) Monnaie royale canadienne 60 5.8 154
1980 Moscou, Russie Avers : Trionfo
Revers : vasque olympique stylisée et logo des Jeux de Moscou
Tranche : nom du sport
Cassioli, GiuseppeGiuseppe Cassioli (avers)
Postol, IlyaIlya Postol (en) (revers)
Monnaie de Moscou 60 6.8 125 1980 Summer Olympics bronze medal.JPG
1984 Los Angeles, États-Unis Avers : Trionfo
Revers : vainqueur porté en triomphe par la foule
Remarque : le revers reprend le dessin de Cassioli
Cassioli, GiuseppeGiuseppe Cassioli Jostens, Inc 60 7.9 141
1988 Séoul, Corée du Sud Avers : Trionfo
Revers : colombes s'envolant avec un rameau d'olivier dans leur bec et logo des Jeux de Séoul
Cassioli, GiuseppeGiuseppe Cassioli (avers) Korea Minting and Security Printing Corporation 60 7 152
1992 Barcelone, Espagne Avers : Trionfo dans un style moderniste
Revers : logo des Jeux de Barcelone
Corbero, XavierXavier Corbero (en) Real Casa de la Moneda 70 9.8 231
1996 Atlanta, États-Unis Avers : Trionfo dans un style moderniste
Revers : Quilt de feuilles stylisé, logo des Jeux d'Atlanta et "Centennial Olympic Games"
Tranche : "Atlanta Committee for the Olympic Games"
Malcolm Grear Designers Reed & Barton 70 5 181
2000 Sydney, Australie Avers : Trionfo dans un style moderniste
Revers : Opéra de Sydney, flamme et anneaux olympiques
Tranche : nom de l'événement
Pietranik, WojciechWojciech Pietranik (en) Royal Australian Mint 68 5 180
2004 Athènes, Grèce Avers : Niké et stade panathénaïque en arrière-plan
Revers : flamme olympique, premiers vers de la 8e Ode olympique de Pindare et logo des Jeux d'Athènes
Votsi, ElenaElena Votsi (en) 60 5 135
2008 Pékin, Chine Avers : Niké et Stade panathénaïque en arrière-plan
Revers : logo des Jeux de Pékin incrusté d’un disque de jade, épreuve sur le pourtour
Yong, XiaoXiao Yong (en) China Banknote Printing and Minting Corporation 70 6 200
Beijing 2008.png
2012 Londres, Grande-Bretagne Averse: Niké et stade panathénaïque en arrière-plan
Revers : Tamise et logo des Jeux de Londres dans un quadrillage irradiant
Watkins, DavidDavid Watkins Royal Mint 85 7 375–400

Designs des médailles des Jeux olympiques d’hiver[modifier | modifier le code]

Détails concernant les médailles des Jeux olympiques d’hiver[14] :

Jeux Hôte Détails Designer(s) Hôtel de monnaie Diamètre
(mm)
Épaisseur
(mm)
Poids
(g)
Image
1924 Chamonix, France Avers : athlète tenant une paire de patins et de skis, en arrière-plan les Alpes avec le mont Blanc et nom du designer
Revers : Inscription[15]
Bernard, RaoulRaoul Bernard Monnaie de Paris 055 04 075
1928 St. Moritz, Suisse Avers : patineuse entourée de cristaux de neige
Revers : anneaux olympiques et rameaux d'olivier
Hunerwadel, ArnoldArnold Hunerwadel (en) Huguenin Frères 050.4 03 051
1932 Lake Placid, États-Unis Avers : Niké, les monts Adirondack en arrière-plan
Revers : anneaux olympiques et couronne de laurier
Forme : ondulée symbolisant les cannelures d'une colonne antique
Robbins Company 055 03 051
1936 Garmisch-Partenkirchen, Allemagne Avers : Niké sur un char antique roulant sur un arc de triomphe surmontant des équipements sportifs
Revers : anneaux olympiques
Klein, RichardRichard Klein (en) Deschler & Sohn 100 04 324
1948 St. Moritz, Suisse Avers : inscription entre deux cristaux de neige
Revers : torche allumée, anneaux olympiques, 6 cristaux de neige, devise Citius, Altius, Fortius
Droz, Paul AndrePaul Andre Droz (en) Huguenin Frères 060.2 03.8 103 Citius altius fortius.png
1952 Oslo, Norvège Avers : anneaux olympiques surmontés d'une torche, devise Citius, Altius, Fortius
Revers : pictogramme de l'hôtel de ville d'Oslo, 3 cristaux de neige et détails sur le pays hôte
Falireus, VasosVasos Falireus (en) et Yvan, KnutKnut Yvan (en) Th. Marthinsen 070 03 137.5
1956 Cortina d'Ampezzo, Italie Avers : tête de femme idéalisée, couronnée des cinq anneaux
Revers : Mont Pomagagnon surmonté d'un cristal de neige, devise « Citius, Altius, Fortius »
Affer, CostanttinoCostanttino Affer (en) Lorioli Bros 060.2 03 120.5
1960 Squaw Valley, États-Unis Avers : Profils d'un jeune homme et d'une jeune femme
Revers : anneaux olympiques, devise « Citius, Altius, Fortius », nom du sport au centre
Jones, HerffHerff Jones (en) Herff Jones Company 055.3 04.3 095
1964 Innsbruck, Autriche Avers : massif alpin de Torlauf, entouré de l'inscription « Innsbruck 1964 »
Revers : Logo avec armoiries de la ville d'Innsbruck, anneaux olympiques
Remarque : pour la première fois, le nom de la discipline figure sur la médaille
Coufal, MarthaMartha Coufal (en) (avers)
Zegler, ArthurArthur Zegler (en) (revers)
Münze Österreich 072 04 110
1968 Grenoble, France Avers : Cristal de neige entouré des trois roses rouges, emblèmes de Grenoble
Revers : pictogramme différent pour chaque discipline pour la première fois dans l'histoire des Jeux olympiques
Excoffon, RogerRoger Excoffon Monnaie de Paris 061 03.3 124
1972 Sapporo, Japon Avers : pictogramme de lignes symbolisant la neige duveteuse
Revers : Flocon de neige, soleil et anneaux olympiques
Forme : carrée aux lignes arrondies
Kazumi, YagiYagi Kazumi (en) (avers)
Tanaka, IkkoIkko Tanaka (revers)
Bureau de la Monnaie du ministère des Finances 057.3 x 61.3 05 130
1976 Innsbruck, Autriche Avers : même emblème que le revers des Jeux olympiques d’hiver de 1964
Revers : domaine skiable du Bergisel avec les Alpes en arrière-plan, flamme olympique
Coufal, MarthaMartha Coufal (en) (avers)
Zegler, ArthurArthur Zegler (en) (revers)
Münze Österreich 070 05.4 164
1980 Lake Placid, États-Unis Avers : torche olympique sur fond des montagnes Adirondacks
Revers : branche de sapin avec pives, logo de Lake Placid
Tiffany & Co. Medallic Art Company 081 06.1 205
1984 Sarajevo, Yougoslavie Avers : emblème officiel, flocon de neige stylisé, anneaux olympiques
Revers : tête stylisée d'un athlète couronné d'une couronne de laurier
Forme : cercle placé dans un rectangle
Mitrić, NebojšaNebojša Mitrić (en) Zlatara Majdanpek et Zavod za izradu novčanica 71.1 x 65.1 03.1 164
1988 Calgary, Canada Peter, FridrichFridrich Peter (en) Peter, FridrichFridrich Peter (en) Jostens 069 05 193
1992 Albertville, France Avers : cinq anneaux olympiques, en arrière-plan une vallée, branche de laurier stylisée
Revers : motif symbolisant la montagne par des lignes de forces
Remarque : pour la première fois réalisées en cristal de verre, serties d'or, d'argent ou de bronze, les médailles ont entièrement été fabriquées à la main
Lalique, RenéRené Lalique René Lalique 092 09.1 169
1994 Lillehammer, Norvège Avers : sparagmite recouvert partiellement d'or, anneaux olympiques
Revers : motif symbolisant l'épreuve, logo des Jeux de Lillehammer
Hanevold, IngjerdIngjerd Hanevold (en) Th. Marthinsen 080 08.5 131
1998 Nagano, Japon Avers : soleil levant en maki-e, branches d'olivier et emblème en cloisonné.
Revers : emblème des Jeux de 1998 en maki-e, soleil levant sur les montagnes du Shinshu
Remarque : Médailles réalisées en laque (laque de Kiso)[16]
Ito, TakeshiTakeshi Ito (en) Kiso Kurashi Craft Center 080 08 261 1998 Winter Olympics medals.JPG
2002 Salt Lake City, États-Unis Avers : athlète surgissant des flammes une torche à la main, soutenu par les anneaux olympiques
Revers : Niké tenant une feuille symbolisant la couronne de rameaux d'olivier, logo des Jeux de 2002 et nom de la discipline
Forme : cercle irrégulier, comme les galets de rivières dans les cours d'eau de l'Utah
Remarque : première fois qu'un comité d'organisation fait apparaître sa devise ("Light the Fire Within", Attisez votre feu sacré) sur une médaille qui, finie à la main, est unique pour chaque athlète
Given, ScottScott Given (en), Axiom Design O.C. Tanner 085 10 567
2006 Turin, Italie Avers : éléments graphiques des Jeux
Revers : pictogramme de la discipline sportive du vainqueur
Forme : vide en son centre, laissant entrevoir la piazza symbilisant la place où bat le cœur
Quatrini, DarioDario Quatrini (en) Ottaviani 107 10 469 Belarus stamp no. 658 - Men's freestyle skiing aerials 2006 Winter Olympic medal.jpg
2010 Vancouver, Canada Avers : anneaux olympiques, motifs autochtone (orque ou corbeau) réalisés au laser
Revers : emblème des Jeux de Vancouver, nom du sport et de l'épreuve inscrits en anglais et en français, les deux langues officielles du Canada et du Mouvement olympique
Forme : circulaire mais avec ondulations
Remarque : les motifs de l'avers choisis à la main rendent la médaille unique pour chaque athlète
Hunt, CorrineCorrine Hunt (en) et Arbel, OmerOmer Arbel (en) Monnaie royale canadienne 100 06 500–576

Remise des médailles[modifier | modifier le code]

Jim Thorpe recevant sa médaille aux Jeux olympiques d'été de 1912.
Article détaillé : Cérémonies olympiques.

La cérémonie protocolaire de remise des médailles a beaucoup varié jusqu'aux Jeux olympiques d'été de 1932 à Los Angeles qui établissent la norme actuelle consistant pour les vainqueurs à recevoir leur médaille juste après leur épreuve. Avant ces jeux, toutes les médailles étaient décernées lors de la cérémonie de clôture au cours de laquelle les athlètes portaient une tenue de soirée[9].

Les athlètes en tenue officielle ou sportive, après désignation de leurs noms, montent sur un podium face à la tribune d'honneur. Leurs médailles sont décernées par le président du CIO ou par un membre désigné par lui, accompagné par le président de la fédération internationale de l'épreuve sportive. Le drapeau de la délégation du vainqueur est hissé au mât central, ceux du deuxième et du troisième lauréats, à deux mâts voisins. Les médaillés se tournent face aux drapeaux au son de l'hymne national (abrégé) de la délégation du vainqueur[10].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jeux olympiques de l'Antiquité sur olympic.org
  2. Ayant une symbolique religieuse, elle est portée non pas lors des cérémonies sportives mais durant le déroulement de cultes religieux.
  3. (en)Pausanias le Périégète, 5.7.7 Description of Greece
  4. (en) Jim Greensfelder, Oleg Vorontsov et Jim Lally, Olympic Medals: a reference guide, 1998,‎ GVL Enterprises, p. 6
  5. a, b et c [PDF]Les médailles des Jeux olympiques d’été d’Athènes 1896 à Pékin 2008 Document de référence du CIO, 2010
  6. [PDF]Pour commencer les médailles des Jeux d’été Document de référence du CIO, 2011
  7. (en)Ruslan Chikov, « W. Klitschko's Gold Medal Grabs $1 Million at Charity Event - Boxing News », sur Boxingscene.com,‎ 29 mars 2012
  8. « Très chères médailles olympiques », sur Ouest-France,‎ 23 juillet 2012
  9. a, b et c (en)Comité international olympique, « Rapport 268. International Olympic Committee »,‎ 31 janvier 2002
  10. a et b Histoires olympiques
  11. Au judo, il existe un système de repêchage des participants éliminés jusqu'aux demi-finales. Les perdants des demi-finales ne s'affrontent pas mutuellement mais affrontent les deux finalistes du repêchage. Une médaille de bronze est attribuée au vainqueur de chacun de ces deux combats. En boxe, depuis les Jeux olympiques de 1952, il n'y a plus de finale pour la troisième place, les deux perdants des demi-finales reçoivent une médaille de bronze.
  12. Médaille de vainqueur des Jeux olympiques de Londres 1948 sur olympic.org
  13. Les médailles des Jeux Olympiques d’Eté d’Athènes 1896 à Londres 2012 Document de référence du CIO, 2011
  14. Les médailles des Jeux olympiques d’hiver de Chamonix 1924 à Vancouver 2010 Document de référence du CIO, 2011
  15. « CHAMONIX MONT-BLANC SPORTS D'HIVER 25 JANVIER - 5 FEVRIER 1924 ORGANISES PAR LE COMITÉ OLYMPIQUE FRANÇAIS SOUS LE HAUT PATRONAGE DU COMITE INTERNATIONAL OLYMPIQUE A L'OCCASION DE LA CÉLÉBRATION DE LA VIIIe OLYMPIADE »
  16. La décoration utilise les procédés de dorure en relief ou maki-e) et des techniques de cloisonné dite shippoyaki (ou de façonnage de précision des métaux).

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Sources[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]