Jeux olympiques d'été de 2020

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Jeux olympiques de Tokyo.
Cet article ou cette section contient des informations sur une olympiade à venir.

Il se peut que ces informations soient de nature spéculative et que leur teneur change considérablement alors que les événements approchent.

Jeux olympiques d'été de 2020
Logo
Localisation
Pays hôte Drapeau du Japon Japon
Ville hôte Tokyo
Coordonnées 35° 40′ 15″ N, 139° 46′ 19″ E
Date Du 24 juillet au
Compétition
Nombre de sports 33
Géolocalisation

Géolocalisation sur la carte : Tokyo

(Voir situation sur carte : Tokyo)
City locator 4.svg
Tokyo

Géolocalisation sur la carte : Japon

(Voir situation sur carte : Japon)
City locator 4.svg
Tokyo
Chronologie
Précédent 2016 Les cinq anneaux olympiques de cinq couleurs différentes 2024 Suivant

Les Jeux olympiques d'été de 2020, officiellement appelés les Jeux de la XXXIIe olympiade de l'ère moderne, seront célébrés du au à Tokyo, au Japon, qui a déjà organisé ceux de 1964. L'élection de la ville hôte a eu lieu le à Buenos Aires lors de la 125e session du Comité international olympique avec trois villes en lice pour accueillir les Jeux : Istanbul, Tokyo et Madrid. Il s'agit du plus faible nombre de villes candidates retenues depuis les Jeux olympiques d'été de 1988.

John Coates est nommé par le président du CIO Thomas Bach à la tête de la Commission de coordination des Jeux de Tokyo[1].

Sélection de la ville hôte[modifier | modifier le code]

Villes candidates[modifier | modifier le code]

La liste des six villes requérantes a été annoncée par le CIO le [2]. Bien que retenue, la ville de Rome a retiré sa candidature in extremis, le gouvernement italien décidant de refuser son soutien à la veille du dépôt définitif des dossiers le 14 février 2012[3]. Les villes requérantes étaient donc finalement cinq.

Finalement, le 23 mai 2012, la commission exécutive du CIO ne conserve que trois villes candidates qui sont, dans l'ordre officiel défini par le CIO[4] :

  • Drapeau de la Turquie Istanbul (Turquie), depuis le (cinquième candidature de la ville après 2000, 2004, 2008 et 2012)[5] ;
  • Drapeau du Japon Tokyo (Japon), depuis le 15 juillet 2011 (après l'échec de 2016, déjà ville hôte des Jeux olympiques en 1964)[5] ;
  • Drapeau de l'Espagne Madrid (Espagne), proposée le et confirmée en juillet (quatrième candidature de la ville après 1972, 2012 et 2016)[5].

Villes requérantes[modifier | modifier le code]

Candidature abandonnée[modifier | modifier le code]

  • Drapeau de l'Italie Rome (Italie), est proposée par le CONI et son président Gianni Petrucci, le (Venise, autre ville candidate est alors écartée). Rome a déjà organisé les Jeux en 1960. Alors qu'elle était donnée largement favorite par les bookmakers, en raison du faible nombre de candidatures, le gouvernement de Mario Monti en lui refusant sa garantie financière, obligatoire pour le CIO, pousse la ville à renoncer le 14 février 2012 par peur d'un engagement budgétaire trop important en période de crise[8].

Vote[modifier | modifier le code]

Le vote a eu lieu le 7 septembre 2013 à Buenos Aires (Argentine).

La ville organisatrice des Jeux de la XXXIIe Olympiade a été élue et annoncée à 22 h 20, heure de Paris, le  : il s'agit de Tokyo, qui a battu Istanbul au 2e tour. La ville de Madrid avait été éliminée lors du 1er tour, avec les votes suivants :

Résultats du choix de la ville organisatrice
Ville candidate Pays 1er tour 1er tour bis 2e tour
Tokyo Drapeau du Japon Japon 42 60
Istanbul Drapeau de la Turquie Turquie 26 49 36
Madrid Drapeau de l'Espagne Espagne 26 45 -

Organisation[modifier | modifier le code]

[modifier | modifier le code]

Le logo de la candidature japonaise représente des fleurs de cerisier (en japonais, sakura), fleur symbole de Tokyo, disposées en cercle (allusion au drapeau du Japon, aux couleurs du mouvement olympique (sauf le noir) et avec du violet, couleur de la métropole tokyoïte.

Le logo officiel des Jeux présenté en juillet 2015 a été retiré en septembre de la même année en raison des controverses qu'il a générées, accusé de plagiat envers le logo du théâtre de Liège[9].

Le nouveau logo officiel des Jeux a été dévoilé au public japonais fin [10]. Il représente un cercle en damier de couleur indigo suivant le motif ichimatsu moyō[11]. Ce logo a été choisi à l'issue d'un concours national remporté par l'artiste japonais Asao Tokoro. Selon ce dernier, chaque rectangle du logo figure un pays participant aux Jeux[12].

Sites[modifier | modifier le code]

Les sites seront principalement répartis en deux zones : la zone héritage, qui doit son nom au fait que plusieurs sites ont déjà servit pour les Olympiades de 1964 et la zone de la baie de Tokyo.

Programme des Jeux olympiques d'été de 2020[modifier | modifier le code]

L'agenda olympique 2020, approuvé fin 2014, permet de mettre fin au quota imposant une limite de 28 sports divisés en 301 épreuves. En fait, les sports ne sont plus limités mais les épreuves sont toujours limités à 310 et les athlètes à 10 500[13]. Mais le CIO veut l'ajout de sports additionnels.

Un jury[14] choisit les sports après avoir reçu la proposition de 26 fédérations sportives[15].

Le CIO a présélectionné une liste de huit sports qui pourraient être admis au programme des Jeux olympiques de 2020. Ces sports sont les suivants[16] :

Le Comité international olympique avait par contre décidé de retirer un sport du programme des Jeux olympiques de 2020, la lutte, présente depuis les jeux antiques. Mais après des protestations il fut réintégré au programme olympique par le CIO au détriment du squash[17].

Le , le Comité d'organisation des Jeux Olympiques de Tokyo 2020 propose au CIO dix-huit épreuves supplémentaires dans cinq sports différents[18] :

La commission exécutive du Comité international olympique s'est déclarée favorable à cette proposition le 1er juin 2016[19],[15]. La décision finale est prise le 3 août 2016 lors de la 129e session du CIO à Rio, comme stipulé par la Charte olympique : les cinq sports sont intégrés au programme à Tokyo. Les 474 athlètes en plus et les 18 épreuves supplémentaires ne comptent pas pour les quotas établit mais ils ne sont pas définitivement inscrits au programme olympique[20]

Droits télévisés[modifier | modifier le code]

Le CIO lancera la chaîne olympique pour les jeux.

Le , le CIO a annoncé qu'il envisageait de constituer les droits télévisés aux États-Unis en un lot unique de quatre éditions des Jeux olympiques au lieu de deux : les Jeux d'été de 2016 et de 2020 et les Jeux d'hiver de 2014 et de 2018. Le chef négociateur du CIO Richard Carrion a déclaré à l'Associated Press que les enchères pour les droits se tiendraient entre NBC, ESPN, Fox et peut-être une association CBS/Turner. « Nous comprenons qu'il s'agit d'une décision importante pour chacune de ces chaînes, a dit le membre du CIO pour Porto Rico. Ils auront mon soutien s'ils sont prêts à s'engager pour quatre Jeux, et s'associer avec nous jusqu'en 2020 »[21].

Le président du CIO Jacques Rogge dirige la Commission des droits télévisés exclusifs et des nouveaux médias, mais l'organisation des enchères incombe à Carrion, qui rencontre régulièrement les chaînes pour maintenir leur intérêt pour la diffusion de Sotchi 2014 et Rio 2016. En groupant quatre éditions des Jeux, Carrion a deux autres éditions des Jeux, mais les Jeux de 2018 ont lieu en Corée et la ville hôte des Jeux de 2020 sera élue en 2013. Le CIO a essayé de retarder le processus le plus possible après la récession pour obtenir une meilleure enchère. Les droits télévisés américains sont la plus grande source de revenus du CIO[21].

Finalement, le , le CIO a accordé les droits télévisés pour quatre éditions des Jeux à NBC dans un marché de plus de quatre milliards de dollars[22].

Ci-dessous la liste des diffuseurs sélectionnés :

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le CIO annonce la composition des commissions de coordination de Tokyo 2020 et Buenos Aires 2018 - 16 octobre 2013 - Communiqué de Presse du Comité international olympique
  2. Six villes requérantes pour les Jeux Olympiques de 2020 - Comité International Olympique -
  3. Roma 2020, il governo dice no Monti: «Non possiamo correre rischi»
  4. Les organisateurs des prochains Jeux présentent leurs rapports d'activité à la commission exécutive du CIO - Comité international olympique 8 décembre 2011
  5. a, b et c http://www.lesechos.fr/entreprises-secteurs/service-distribution/dossier/0202987469562-jo-2020-l-heure-du-verdict-601879.php
  6. Oltre a Tokyo si candida anche Baku, La Repubblica
  7. Article sur la candidature sur le Site du Comité olympique asiatique
  8. Richard Heuzé, « Rigueur oblige, il n'y aura pas de JO à Rome en 2020 », sur www.lefigaro.fr,‎ (consulté le 16 février 2012)
  9. « Accusé de plagiat, le logo des JO 2020 de Tokyo ne sera plus utilisé », sur Le Monde.fr,‎ (consulté le 22 octobre 2015)
  10. CIO, « Le nouvel emblème de Tokyo 2020 symbolise l'unité dans la diversité », sur www.olympic.org,‎ (consulté le 25 avril 2016).
  11. ichimatsu moyō (市松模様?, Lit. « motif d'Ichimatsu ») désigne un motif traditionnel de la culture japonaise créé par l'acteur de Kabuki Sanogawa Ichimatsu (1722-1762) pensionnaire du Nakamura-za de Kyōto. Sanogawa portait souvent sur scène des kimono bleus et blancs recouverts de ce motif.
  12. Rédaction du HuffPost avec AFP, « Accusé de plagiat, le Japon dévoile son nouveau logo pour les Jeux olympiques de Tokyo en 2020 », sur Huffingtonpost.fr,‎ (consulté le 25 avril 2016).
  13. « Le programme des jeux de l'olympiade » [PDF], sur Olympic.org,‎
  14. Présidé par Fujio Mitarai (président honoraire de la principale fédération japonaise d'organisations économiques, la Keidanren) et vice-présidé par Toshiro Muto (directeur général de Tokyo 2020) et composé de Tsuyoshi Akiyama (vice-gouverneur de Tokyo), Tsuyoshi Aoki (vice-président et secrétaire général du Comité Olympique japonais), Tomiaki Fukuda (président de la Fédération japonaise de lutte), Joichi Ozakai (directeur général de Association japonaise des sports) et Atsuko Toyama (ancien ministre de l'Éducation, de la Culture, des Sports, des Sciences et de la Technologie, MEXT).
  15. a et b « Proposition du COJO de Tokyo 2020 pour l'ajout de nouveaux sports – Rapport de la commission du programme olympique » [PDF], sur Olympic.org,‎
  16. Le CIO annonce l'admission de nouvelles épreuves pour Sotchi 2014 ainsi que la liste des sports retenus pour 2020 Comité International Olympique - 4 juillet 2011
  17. Olympics: Wrestling fends off squash and baseball to earn 2020 return less than a year after being dropped The Independent - 8 septembre 2013
  18. « Le Comité d’organisation des Jeux Olympiques de Tokyo 2020 propose au CIO dix-huit épreuves supplémentaires dans cinq sports différents », sur tokyo2020.jp,‎ (consulté le 10 octobre 2015)
  19. Déclaration en faveur des nouveaux sports proposés par Tokyo 2020
  20. « A Tokyo 2020, les Jeux s'offriront un coup de jeune », sur FrancsJeux,‎
  21. a et b Bidders Want U.S. TV Rights Through 2020; Sochi Progress
  22. (en) MIchael McCarthy, « NBC wins U.S. TV rights to four Olympic Games through 2020 », USA Today
  23. a et b (en) « IOC awards TV rights in Germany, Korea, France », Forbes.com,‎ (lire en ligne)
  24. Le programme télé des JO de Rio : à quelle heure et sur quelle chaîne suivre les différentes épreuves ?
  25. « Eurosport achète les JO » (consulté le 17 août 2016)
  26. (en) « IOC awards US broadcast rights for 2014, 2016, 2018 and 2020 Olympic Games to NBCUniversal », Olympic.org,‎ (lire en ligne)
  27. Par Asif Hossain, « Radio-Canada nommé diffuseur officiel des Jeux olympiques jusqu’en 2024 », sur Site officiel du Comité olympique canadien | Équipe Canada | Jeux olympiques 2016,‎ (consulté le 16 août 2016)