Ottawa

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur les redirections Cet article concerne la capitale du Canada. Pour les autres significations, voir Ottawa (homonymie).
Ottawa
Armoiries
Armoiries
Drapeau d'Ottawa
Drapeau d'Ottawa
À partir d'en haut : le Parlement du Canada, le Monument commémoratif de guerre, le Musée des beaux-arts du Canada et le Canal Rideau.
À partir d'en haut : le Parlement du Canada, le Monument commémoratif de guerre, le Musée des beaux-arts du Canada et le Canal Rideau.
Administration
Pays Drapeau du Canada Canada
Province Drapeau de l'Ontario Ontario
Statut municipal Ville
Maire Jim Watson
Démographie
Gentilé Ottavien(ne)
Population 883 391 hab. (2011[1])
Densité 316 hab./km2
Population de l'aire urbaine 1 236 324 hab.
Géographie
Coordonnées 45° 25′ 20″ N 75° 41′ 43″ O / 45.42231, -75.6952945° 25′ 20″ Nord 75° 41′ 43″ Ouest / 45.42231, -75.69529
Superficie 279 700 ha = 2 797 km2
Divers
Fuseau horaire HNE (UTC−05:00)
Code géographique 35 06008
Devise Advance-Ottawa-En Avant
Localisation
Image illustrative de l'article Ottawa

Géolocalisation sur la carte : Canada

Voir sur la carte administrative du Canada
City locator 14.svg
Ottawa

Géolocalisation sur la carte : Ontario

Voir la carte administrative d'Ontario
City locator 14.svg
Ottawa

Géolocalisation sur la carte : Ontario

Voir la carte topographique d'Ontario
City locator 14.svg
Ottawa
Liens
Site web www.ottawa.ca

Ottawa est la capitale du Canada. La ville est située dans l'est de l'Ontario, sur la rive sud de la rivière des Outaouais, face à la ville québécoise de Gatineau.

La ville est fondée en 1826 lors de la construction du canal Rideau et porte d'abord le nom de Bytown. Le , l'emplacement est choisi pour accueillir la nouvelle capitale de la province du Canada. Devenue capitale de la Confédération canadienne, Ottawa accueille aujourd'hui les institutions fédérales du pays, tels que le Parlement et les résidences du gouverneur général et du Premier ministre.

Ottawa compte 883 391 habitants, ce qui en fait la quatrième ville la plus peuplée du Canada. Elle appartient à la région de la capitale nationale qui abrite 1,2 million d'habitants.

Ottawa est officiellement bilingue. 50 % de ses habitants déclare avoir l'anglais comme langue maternelle et 32 % le français.

Histoire[modifier | modifier le code]

Premier camp, dessin de By-Town (Ottawa) par John By, 1826.

La région d'Ottawa fut pendant longtemps un établissement de la nation des Outaouais (Ottawa en anglais ; Odawa en algonquin), d'où son nom actuel. La rivière des Outaouais bordant la ville était appelée Kichi Sibi ou Kichissippi par les Algonquins, signifiant « Grande rivière ».

Le premier établissement européen de la région fut celui du fermier Philemon Wright, natif du Massachusetts aux États-Unis, qui s'établit en 1800, du côté québécois de la rivière, sur l'actuel site de Hull. Wright découvrit qu'il était possible de transporter des billots de bois depuis la vallée d'Ottawa jusqu'à Montréal grâce au flux de la rivière, ce qui fit accroître considérablement le nombre de colons s'établissant dans la région.

Durant la guerre de 1812, les États-Unis ayant tenté d'envahir l'Amérique du Nord britannique, il est décidé qu'un canal serait construit afin de contourner la portion du fleuve Saint-Laurent se rétrécissant près de l'État de New York et d'éviter les éventuelles attaques américaines. Le lieutenant-colonel John By entreprit d'installer sur la colline surplombant la rivière un campement afin de superviser la construction de ce qui deviendrait le Canal Rideau. Sous la direction du gouverneur, il y fit construire un hôpital ainsi que plusieurs casernes militaires (en anglais : barracks) afin de loger ses hommes sur la colline alors complètement boisée, qui devint connue sous le nom de Barracks Hill. Il désigna également deux sites devant contenir les futurs colons, l'un à l'ouest de la colline, la haute-ville et l'autre à l'est de l'entrée du futur canal, la basse-ville. En 1828, le village de près de 1 000 habitants prit le nom de son fondateur, Bytown. La ville devint rapidement le centre de l'industrie du bois au Canada. En 1855, dans le but d'assurer à la ville une candidature plus éloquente lors du choix de la capitale canadienne, elle fut renommée sous son nom actuel, Ottawa.

Édifices du parlement original, avant l'incendie de 1916.

Le [2], Ottawa fut choisie comme capitale de la province du Canada-Uni par la reine Victoria, dans le but de résoudre un conflit opposant Montréal, Toronto, Québec et Kingston, toutes souhaitant devenir capitale de la colonie. Ottawa fut finalement désignée capitale en raison de sa situation géographique, sur la frontière entre le Haut-Canada et le Bas-Canada (afin de ne favoriser ni les anglophones ni les francophones) et de la distance qui la séparait de la frontière avec les États-Unis, la protégeant d'une éventuelle attaque américaine. La ville possédait également le terrain choisi pour la construction du siège du gouvernement, d'où la vue sur la rivière était impressionnante. Ce choix, étonnant pour plusieurs fut considérablement critiqué, étant donné le caractère très rural et éloigné de la ville à l'époque.

Le débutèrent les travaux de construction des édifices du Parlement du Canada sur Barracks Hill qui devint alors la colline du Parlement.

Le , la ville devint la capitale du Canada, à la suite de la Confédération des colonies pour former un pays.

Après l'incendie de 1916, qui ne laissa intact que la bibliothèque du parlement, la reconstruction des édifices est entreprise pour se terminer quatre ans plus tard, le , date de la première session du corps législatif du gouvernement dans les nouveaux bâtiments.

Administration[modifier | modifier le code]

Le Conseil municipal d'Ottawa est l’organe décisionnel principal de la ville. Il est composé de 24 membres : le maire, et 23 conseillers municipaux.

Géographie[modifier | modifier le code]

Climat[modifier | modifier le code]

Vue actuelle de la Colline du Parlement.
Ottawa vu par le satellite Spot.

La ville d'Ottawa est soumise au climat continental. En effet, sa position éloignée du littoral lui procure une forte amplitude thermique. La température maximale jamais enregistrée a été de 37,8 °C et la température minimale de −38,9 °C. La température moyenne à Ottawa est de 6,3 °C.

La ville est bien arrosée puisqu'il pleut entre 800 mm et 900 mm par an[3]. Ces précipitations se répartissent tout au long de l'année. On compte en moyenne 86 jours de pluie par an et même si généralement il neige en décembre, janvier, février et mars, ce sont également les mois ayant le plus de jours de pluie, en moyenne 8. Le mois d'août est le mois le plus sec avec en moyenne 6 jours de pluie. Cependant, les quantités mensuelles de pluie sont beaucoup plus grandes de mai à novembre alors que de la fin novembre à la mi-avril, il tombe un peu plus de 200 cm de neige[3].

Un des événements météorologiques les plus marquants de la région s'est produit en janvier 1998 alors qu'une tempête de pluie verglaçante a laissé plusieurs dizaines de centimètres de glace en 5 jours. Cette « crise du verglas » a paralysé tout l'est de l'Ontario et le sud-ouest du Québec.


Relevé météorologique de Ottawa -CDA
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) −14,8 −13,2 −7 1,1 8 13 15,5 14,3 9,7 3,7 −1,9 −10,3 1,5
Température moyenne (°C) −10,5 −8,6 −2,4 6 13,6 18,4 21 19,7 14,7 8,2 1,5 −6,6 6,3
Température maximale moyenne (°C) −6,9 −3,9 2,1 10,9 19,1 23,8 26,4 25 19,7 12,6 4,9 −2,9 11
Record de froid (°C) −37,8 −38,3 −36,7 −20,6 −7,2 0 3,3 1,7 −4,4 −12,8 −23,4 −38,9 −38,9
Record de chaleur (°C) 11,7 12,2 25,6 31,2 35 36,7 37,8 37,8 36,7 29,4 23,3 16,1 37,8
Précipitations (mm) 64,2 51,6 64,9 67,7 81 91,2 88,9 87,6 86,8 79,1 77 74,1 914,2
Source : Environnement Canada[3]


Économie et société[modifier | modifier le code]

Le canal Rideau en hiver.

L'économie de la ville est basée sur les activités des ministères et organismes du gouvernement fédéral ainsi que du parlement canadien, mais il y a une importante frange d'emploi dans les secteurs des hautes technologies et du tourisme. Les pôles touristiques de la région incluent la colline du Parlement, le marché By, 24, promenade Sussex (résidence officielle du Premier ministre), Rideau Hall (résidence officielle du gouverneur général).

Ottawa regroupe aussi plusieurs musées, dont le Musée des beaux-arts du Canada et le Musée canadien de la guerre (le Musée canadien de l'histoire est situé à Gatineau). Trois universités sont implantées à Ottawa : l'université d'Ottawa, l'université Carleton et l'université Saint-Paul.

La ville d'Ottawa est desservie par l'aéroport international MacDonald-Cartier d'Ottawa. Elle est le terminus du canal Rideau.

Démographie[modifier | modifier le code]

D'après le recensement de 2006[4], il y a 812 129 habitants, 340 732 ménages et 222 150 familles qui vivent dans la ville. La densité de population est de 292,3 habitants/km2.

Langues[modifier | modifier le code]

Distribution francophone à Ottawa.

Les deux langues officielles sont l'anglais et le français. La connaissance des langues est ainsi répartie[5] :

  • anglais seulement 479 740
  • français seulement 12 985
  • anglais et français 298 245
  • ni anglais ni français 10 305

Du point de vue des langues maternelles, la ville est à 14,2 % francophone, à 62,4 % anglophone et à 20,4 % allophone[5].

Ethnicité[modifier | modifier le code]

Famille[modifier | modifier le code]

Il y a 210 875 familles dont 72,8 % sont des couples mariés vivant ensemble, 11,1 % sont des couples en union libre, et 13,2 % des familles monoparentales où le parent est de sexe féminin.

Âge[modifier | modifier le code]

Composition selon l’âge de la population : 25,3 % des habitants ont moins de 19 ans, 6,9 % ont de 20 à 24 ans, 32,5 % de 25 à 44 ans, 23,8 % de 45 à 64 ans, et 11,5 % ont 65 ans et plus. L'âge moyen est de 36,7 ans. La répartition hommes/femmes pour l'ensemble des groupes d'âge est de 95,1 femmes pour chaque centaine d'hommes. Par contre, pour chaque centaine de femmes de 18 ans et plus, on compte 92,1 hommes.

Le revenu individuel moyen est de 39 713 $ et le revenu familial moyen est de 73 507 $. Les hommes ont un revenu moyen de 47 203 $ et les femmes de 31 641 $. Les revenus par habitant sont de 23 061 $.

Ancienne ville d'Ottawa Nouvelle ville d'Ottawa
Population (2001) 337 031 774 072
Population (1996) 323 340 721 136
% variation (1996-2001) 4,2 7,3
Logements privés 155 536 310 132
Densité (hab/km2) 3059,7 278,6
Superficie (km2) 110,15 2 778,64

Culture et communications[modifier | modifier le code]

Attraits touristiques[modifier | modifier le code]

Carte d'Ottawa

En tant que capitale du Canada, Ottawa possède plusieurs sites d'intérêt, musées et institutions qui attirent un grand nombre de visiteurs. Voici une liste des plus importants:

Transports[modifier | modifier le code]

Vue sur Ottawa et Gatineau avec l'Autoroute 50 (à gauche) et l'Autoroute 5 (à droite) en avant-plan

Transport en commun[modifier | modifier le code]

Ligne du O-Train en rouge. Les autres lignes représentent des circuits d'autobus rapides de OC Transpo

Les transports en commun sont assurés par OC Transpo dont le réseau comporte des circuits locaux d'autobus à arrêts fréquents, des circuits rapides sur voie réservée appelés Transitway et un train-tram appelé O-Train. La Société de transport de l'Outaouais (STO), qui dessert Gatineau du côté québécois de la rivière des Outaouais, compte certains circuits vers la ville d'Ottawa et OC Transpo fait de même vers Gatineau. Le tout donne un réseau fort dense de transport en commun. Les titres de transport des deux réseaux sont valides sans supplément sur les lignes régulières. VIA Rail offre des trains vers Montréal et Toronto. Greyhound et Voyageur relient Ottawa avec plusieurs destinations ontariennes et québécoises directement, et avec le reste du Canada et des États-Unis par correspondance à partir de la station Centrale d'Autobus Ottawa.

Maritimes[modifier | modifier le code]

Le canal Rideau à l'aube près de l'Université Carleton

Ottawa est au confluent des rivières des Outaouais et Rideau. Après la guerre de 1812, la construction du canal Rideau a été entreprise afin de relier les colonies britanniques du Haut et Bas-Canada en évitant la proximité de la frontière américaine le long du fleuve Saint-Laurent entre Cornwall et Kingston. Ces deux liens maritimes ont grandement aidé au développement de la région, surtout en permettant le transport du bois des forêts plus au nord.

Depuis le développement des routes après la Seconde Guerre mondiale et l'interdiction du flottage du bois dans les années 1970, le transport maritime a graduellement disparu, mais celui de plaisance a pris la relève. Le canal Rideau est particulièrement prisé en été par les navigateurs et en hiver il se transforme en patinoire linéaire[6].

Le O-Train, train léger d'Ottawa.

Réseau routier et accès[modifier | modifier le code]

La ville d'Ottawa possède un réseau routier connectant tous les secteurs de la ville en plus de la connecter au reste de l'Ontario et à sa ville voisine, Gatineau.

Autoroute 417 – La Queensway[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Autoroute 417 (Ontario).

Ontario 417.svg L'autoroute 417, surnommée la Queensway, est l'épine dorsale du réseau routier de la ville. Les kilomètres 108 à 145 traversent la grande région d'Ottawa, incluant ses banlieues. Elle arrive de l'est dans le secteur de Gloucester, au sud-ouest d'Orléans. Elle possède 4 échangeurs reliant ce secteur, soit les sorties 108 (Hunt Club Road), 110 (Walkey Road, vers l'aéroport), 112 (Innes Road) et 113 (route 174 est, Orléans, Rockland, Aviation Pkwy.). À la hauteur de cet échangeur surnommé le "Split", elle bifurque vers l'ouest en devenant une autoroute plus large, à 8 voies (4-4).
Elle se dirige par la suite pendant 9 kilomètres vers l'ouest-sud-ouest, en possédant 7 échangeurs vers le secteur Vanier et le centre-ville, soit les sorties 115 (Boul. Saint-Laurent), 117 (Vanier Pkwy.), 118 (Nicholas Ave., est du centre-ville, Gatineau), 119 (Metcalfe Avenue, Bank Street, centre financier), 120 (Bronson Ave., ouest du centre-ville, aéroport), 121 (Booth Street) et 122 (Parkdale Ave.). Elle tourne ensuite vers le sud-ouest pour traverser le secteur de Nepean avec les sorties 123 (Island Park Dŕ.), 124 (Carling Ave.), 126 (Maitland Ave.), 127 (Woodroffe Ave.), 130 (Ottawa River Pkwy.) et 131 (Autoroute 416 sud, Kingston). Elle continue vers l'ouest-sud-ouest à travers Kanata entre les sorties 132 et 145, où elle bifurque vers le nord pour s'éloigner progressivement du grand Ottawa.
La 417 est la principale autoroute connectrice du grand Ottawa et demeure très congestionnée aux heures de pointe.

Autres artères importantes[modifier | modifier le code]

L'autoroute 416 passe dans l'ouest de Nepean et relie globalement la 417 à la 401 vers Kingston et Toronto. La Ottawa River Parkway est un long boulevard à accès limité suivant la rive sud de la rivière des Outaouais entre le pont du Portage et la 417. Les rues Rideau et Wellington sont les principales artères connectrices du centre-ville d'Ottawa (en direction Ouest-Est), passant près du parlement Canadien et du château Laurier.


Voici la liste des principaux axes Ouest-Est de la ville (colonne de gauche) et Nord-Sud (colonne de droite).

  • Sussex Drive
  • Richmond Road
  • Scott Street
  • Queen Avenue
  • King Street
  • St. Patrick Street
  • Murray Street
  • Somerset Street
  • Wellington Street/Rideau Street/Montreal Road
  • Beechwood Avenue
  • Murray Avenue
  • Baseline Road
  • Walkey Road
  • Carling Avenue
  • Héron Road
  • McArthur Avenue
  • Donald Street
  • Ottawa River Parkway
  • Smyth Road
  • Bronson Avenue
  • Nicholas Avenue
  • King Edward Avenue
  • Parkdale Avenue
  • Bank Street
  • O'Connor Street
  • Metcalfe Street
  • Elgin Avenue
  • Sussex Drive
  • Vanier Parkway
  • Saint-Laurent Boulevard
  • Dalhousie Street
  • Island Park Drive
  • Booth Street
  • Maitland Avenue
  • Aviation Parkway
  • Queen Elizabeth Drive
  • Colonel By Drive
  • Riverside Drive

Ponts au-dessus de la rivière des Outaouais[modifier | modifier le code]

Il existe actuellement 5 ponts reliant Ottawa à Gatineau, au Québec. Un nouveau pont autoroutier enjambant la rivière est présentement à l'étude.

Le pont Macdonald-Cartier est le seul pont autoroutier à relier les deux villes. Il est le terminus sud de l'autoroute 5 du Québec et le terminus nord de la rue King Edward, vers l'est du centre-ville. Sur le pont, la limite de vitesse est de 70 km/h, demeure au Québec, mais descend à 40 km/h sur le territoire Ontarien tout juste après le pont.
Le Pont Alexandra est le plus vieux pont entre les deux rives, autrefois un pont ferroviaire. Il possède 1 voie par direction et la limite de vitesse est de 50km/h. Il est la continuité du boulevard des Allumetières de Gatineau et des rues St. Patrick et Murray d'Ottawa.

Le pont du Portage possède 6 voies et relie la rue Wellington au boulevard Maisonneuve dans le centre-ville de Gatineau. La limite de vitesse est de 50 km/h.

Le pont des Chaudières est le plus petit pont reliant les deux villes, étant situé à l'emplacement d'un barrage hydroélectrique. Il constitue l'extrémité de Booth Street d'Ottawa, et relie la ville au boulevard Alexandre Taché de Gatineau.
Le pont Champlain est le pont le plus ouest, possédant 3 voies, interchangeables dans les heures de pointes. Il est la continuité de la Island Park Drive et rejoint le chemin d'Aylmer. La limite de vitesse est de 60 km/h sur ce pont.

Aéroport[modifier | modifier le code]

L'aéroport international MacDonald-Cartier accueille, selon les statistiques de janvier 1998, une centaine de vols chaque jour:

L'aéroport de Gatineau dessert la région également pour des vols d'affaires et quelques vols régionaux.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armoiries d'Ottawa.png
Blasonnement[7] Signification[7]
Écu D'argent à une croix ondée d'azur chargée d'un filet en croix ondé d'argent et cantonnée au un de la couronne royale au naturel et au quatre d'une feuille d'érable de gueules, au chef du même chargé d'un astrolabe accosté à dextre de deux flèches passées en sautoir, le tout d'argent, et brochant sur elles, l'aviron d'un canot indien d'or la pale en haut et, à senestre, d'une pelle et d'une pioche d'argent passées en sautoir et, brochante sur elles, une grenade d'or enflammée au naturel. La croix ondulée représente la rivière des Outaouais et ses affluents, la rivière Rideau et la rivière Gatineau. La couronne et la feuille d'érable rappelle la désignation d'Ottawa comme capitale par la reine Victoria. L'aviron et les flèches symbolise la Première Nation des Outaouais, premiers habitants de la région, l'astrolabe représente Samuel de Champlain, premier explorateur européen, les autres outils rappellent les Royal Engineers qui on construit le canal Rideau sous la direction du lieutenant-colonel By.
Cimier Un pin blanc fruité au naturel chargé d'un besant d'or surchargé d'un chêne arraché englanté au naturel. Le pin blanc rappelle la première économie de la région d'Ottawa, le cercle avec le chêne est inspiré de l'ancien sceau de Bytown.
Supports À dextre, un équarrisseur de bois de 1850 tenant de sa main dextre une hache à équarrir la lame en bas, à senestre, un officier du Civil Service Rifle Regiment, les tenants debout sur un monticule herbeux semé de pommes de pin, le tout au naturel; L'équarrisseur symbolise l'industrie historique du bois à Ottawa, l'officier le service public de la capitale.
Devise « Advance Ottawa En avant » La devise actuelle est tirée de la devise de la ville d'Ottawa avant la fusion : « City of Ottawa · Advance ».

Éducation[modifier | modifier le code]

Ottawa compte plusieurs établissements d'enseignement supérieur :

  • l'université d'Ottawa, université bilingue fondée en 1848. En 2008, l'université comptait 36244 étudiants, répartis dans dix facultés.
  • l'Université Saint Paul, institut catholique bilingue, gérée depuis un siècle et demi par la Congrégation des Oblats de Marie Immaculée.
  • l'université Carleton, université internationale fondée en 1942.
  • le Collège algonquin, institution d'enseignement post-secondaire anglophone spécialisée dans les arts appliqués et la technologie.
  • la Cité collégiale.

Police[modifier | modifier le code]

Ville-capitale, la sécurité à Ottawa est assurée par plusieurs services :

Archevêché[modifier | modifier le code]

Équipes sportives[modifier | modifier le code]

Équipe Ligue Stade Création Titres
Lynx d'Ottawa International League (baseball) Lynx Stadium 1993 1
Voyageurs d'Ottawa Ligue Can-Am (baseball) Stade d'Ottawa 2008 0
Ottawa Fury FC NASL (football/soccer) Keith Harris Stadium 2005 0
Sénateurs d'Ottawa LNH (hockey sur glace) Centre Canadian Tire 1992 0
67 d'Ottawa OHL (hockey sur glace) Ottawa Civic Centre 1967 3
Ottawa Harlequins RCSL (rugby à XV) Twin Elm Rugby Park 1999 4
Rouge et Noir d'Ottawa Ligue canadienne de football (football canadien) Frank Clair Stadium 2010 0

La ville d'Ottawa a aussi accueilli deux équipes jouant dans la Ligue canadienne de football : les Rough Riders (de 1958 à 1996) et les Renegades (de 2002 à 2005). Une nouvelle franchise a été accordée en 2010 (Rouge et Noir d'Ottawa, ou RedBlacks), mais ne commence ses activités qu'en 2014.

Personnalités[modifier | modifier le code]

Jumelages[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. [1]
  2. Jacques Lacoursière, Histoire populaire du Québec. 1841-1896, Les éditions du Septentrion,‎ 1996, p. 86
  3. a, b et c Environnement Canada, « Normale climatique au Canada 1971 - 2000 »,‎ (consulté en )
  4. « Profils des communautés de 2006, Statistique Canada » (consulté le 8 juin 2010)
  5. a et b « Profils des communautés de 2006, Statistique Canada » (consulté en 2013-28-11)
  6. (fr) « Le canal Rideau, la plus longue patinoire au monde », Commission de la Capitale nationale (consulté le 29 juin 2007)
  7. a et b « Ville d'Ottawa », sur Registre public des armoiries

Liens externes[modifier | modifier le code]