Ilham Aliyev

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ilham Aliyev
İlham Əliyev
Ilham Aliyev en mai 2016.
Ilham Aliyev en mai 2016.
Fonctions
Président de la République d'Azerbaïdjan
En fonction depuis le
(14 ans, 1 mois et 10 jours)
Élection
Réélection
Vice-président Mehriban Alieva
Premier ministre Artur Rasizade
Prédécesseur Heydar Aliyev
Premier ministre d'Azerbaïdjan

(3 mois)
Président Heydar Aliyev
Lui-même
Prédécesseur Artur Rasizade
Successeur Artur Rasizade
Biographie
Nom de naissance İlham Heydər oğlu Əliyev
Date de naissance (55 ans)
Lieu de naissance Bakou (RSS d'Azerbaïdjan, Union des républiques socialistes soviétiques)
Parti politique Parti du nouvel Azerbaïdjan
Conjoint Mehriban Alieva
Enfants Leyla Əliyeva
Arzu Əliyeva
Heydər Əliyev
Diplômé de Institut d'État des relations internationales de Moscou
Profession Enseignant
Religion Islam

Signature de Ilham Aliyevİlham Əliyev

Ilham Aliyev
Présidents de la République d'Azerbaïdjan
Premiers ministres d'Azerbaïdjan

Ilham Aliyevİlham Əliyev en azéri[1] ou Ilham Aliev (en russe : Ильхам Гейдарович Алиев ou Ильхам Гейдар оглу Алиев), translittéré en Ilkham Aliev – né à Bakou le , est un homme d'État azéri, président de la République d'Azerbaïdjan depuis le . Ilham Aliyev a « hérité » de ce poste après le désistement de son père et ancien président Heydar Aliyev à l'élection présidentielle de 2003. Aliyev est réélu le président le 9 octobre 2013[2].

Biographie[modifier | modifier le code]

Origines familiales[modifier | modifier le code]

Ilham Aliyev est né le 24 décembre 1961 à Bakou dans une famille d'érudits[2].

Son père Heydar Aliyev est un éminent homme politique, homme d'État et le troisième président[3] de la République d'Azerbaïdjan. Il est mort le 12 décembre 2003 aux États-Unis[4].

Sa mère, Zarifa Aliyeva était ophtalmologue, académicienne de l'Académie nationale des sciences de la République d'Azerbaïdjan et professeure. Elle a de nombreux travaux scientifiques : 14 monographies, des centaines de documents de recherche et 12 propositions de rationalisation. Elle est morte le 15 avril 1985[5].

Études et débuts professionnels[modifier | modifier le code]

Après avoir terminé ses études secondaires à Bakou (1967-1977), il étudie à l'Institut d'État des relations internationales de Moscou (MGIMO)[2], recevant un doctorat en histoire et relations internationales (1977-1985)[2], avant de devenir lui-même enseignant au MGIMO dans des années 1985-1990[2].

Carrière professionnelle[modifier | modifier le code]

Après l'effondrement de l'URSS en 1991, Ilham Aliyev devient alors un homme d'affaires dirigeant un groupe d'entreprises privées industrielles et commerciales jusqu'en 1994.

De 1994 à 2003, il est vice-président et plus tard premier vice-président de la Compagnie nationale du pétrole d'Azerbaïdjan (SOCAR). Il a participé activement à la mise en œuvre de la stratégie pétrolière d’Heydar Aliyev. Depuis 1997, Ilham Aliyev est président du Comité national olympique d'Azerbaïdjan. Pour sa contribution au développement du sport et du mouvement olympique Aliyev a reçu l'ordre le plus élevé du Comité international olympique et l'ordre du mérite “Grand Cordon” du Conseil international du sport militaire[2].

Vie privée[modifier | modifier le code]

Ilham Aliyev a épousé Mehriban Alieva le 22 décembre 1983. Ensemble, ils ont deux filles : Leyla et Arzu, et un fils Heydar[2].

Avant l'entrée en politique[modifier | modifier le code]

En 1995 Ilham Aliyev est élu député au Parlement et devient président du Comité national olympique azéri (poste qu'il occupe toujours) et chef de la délégation azerbaïdjanaise au Conseil de l'Europe. Le , deux mois avant l'élection présidentielle, le premier ministre Artur Rasizada démissionne, officiellement pour « raisons de santé » et Heydar Aliyev, en traitement médical aux États-Unis, nomme son fils Premier ministre. Aux termes de la Constitution azerbaïdjanaise, c'est le Premier ministre qui deviendrait automatiquement président de la République par intérim en cas de décès du président. Deux jours plus tard, Ilham Aliyev prend un congé de son poste de premier ministre pour préparer l'élection présidentielle et laisse au premier ministre sortant et nouveau vice premier ministre, Artur Rasizada, la tâche de gouverner le pays à sa place[6],[7].

L'élection présidentielle de 2003[modifier | modifier le code]

En octobre 2003, Heydar Aliyev, toujours candidat à sa propre succession mais dont les problèmes de santé s'aggravent sans cesse, renonce finalement à se représenter et reconnaît son fils comme seul candidat de son parti, le Parti du nouvel Azerbaïdjan (Yeni Azərbaycan Partiyası, YAP).

Le résultat officiel de l'élection du donne la victoire à Ilham Aliyev, qui est crédité de 76,84 % des votes, contre 13,97 % pour son principal adversaire, Issa Gambar. Cependant, l'opposition, emmenée par İssa Gambar, Ali Karimli (en) et Rasul Guliyev (en) refuse de reconnaître ce résultat et organise des protestations de masse. Ilham Aliyev prend ses fonctions le 31 octobre malgré les plaintes de l'opposition. Cette élection a été grandement critiquée par la communauté internationale, beaucoup d'observateurs ayant noté qu'elle ne répondait pas aux conditions minimales d'impartialité, étant marquée par l'intimidation des électeurs, par l'inégalité de l'accès de candidats aux médias et par des violations fréquentes des lois et processus électoraux[8]. La mission internationale d'observation des élections de l'OSCE a noté un certain nombre d'irrégularités dans le comptage et la publication des votes[9]. Human Rights Watch s'est plaint que la campagne d'Ilham Aliyev a été financée par des fonds gouvernementaux et que la Commission électorale centrale, ainsi que les commissions électorales locales, ont été noyautés par ses partisans, tandis que les organisations non gouvernementales se sont vues empêchées de surveiller le vote[10].

Présidence de la République[modifier | modifier le code]

La première décision d'Ilham Aliyev est de renommer Artur Rasizada au poste de Premier ministre qu'il n'avait jamais vraiment cessé d'occuper[6],[11].

Le 20 mars 2005, sous pression du Conseil de l'Europe et de l'OSCE, Ilham Aliyev amnistie 115 prisonniers qui avaient été arrêtés pendant les manifestations dénonçant les fraudes lors de l'élection présidentielle de 2003. 53 de ces prisonniers étaient considérés comme des prisonniers politiques par le Conseil de l'Europe[12].

Le , Ilham Aliyev a été officiellement élu président du Parti du Nouvel Azerbaïdjan. L'opposition dénonce cette élection comme une violation de la loi sur les partis politiques de 1992 qui interdit au président de la République d'être membre d'un parti politique[12].

Aliyev est réélu président de la République le avec 88,73 % des voix[13] face à une opposition divisée[14]. Les observateurs de l'OSCE présents sur place ont noté des « progrès considérables » tout en considérant que l'élection n'était pas « véritablement pluraliste et démocratique[15],[16].» Parmi les principales critiques formulées sur le déroulement de la campagne figurent la partialité des principaux médias en faveur d'Aliyev, l'obligation pour certains de participer aux meetings politique de YAP ou la consigne reçue par des fonctionnaires de participer au vote (pour lutter contre le boycott promu par une partie de l'opposition)[17].

Le , Ilham Aliyev est réélu au poste de président de la République. Ses principaux rivaux sont Jamil Hasanli et Igbal Agazade. Le déroulement de l'élection est toutefois critiqué par les observateurs de l'OSCE relevant « des freins à la liberté d'expression », ainsi que l'intimidation de certains candidats et électeurs, une couverture restreinte des candidats par la presse et du bourrage d'urnes dans certains bureaux[18].

À l'international, il met en œuvre une « diplomatie du caviar » consistant à acheter des soutiens à l'étranger, notamment au Conseil de l'Europe, dans le conflit qui l'oppose à l'Arménie et pour faire taire les critiques sur la répression politique qu'il conduit contre ses opposants[19]. Entre 2012 et 2014, au moins 2,5 milliards d'euros ont été versés par l’intermédiaire de quatre entreprises basées au Royaume-Uni[19].

Début 2017, il nomme son épouse Mehriban Alieva au poste de vice-président du pays[20]

Vie publique[modifier | modifier le code]

Il a été élevé à la dignité de grand-croix de la Légion d'honneur par le président de la République française Jacques Chirac en 2007[21].

Distinctions et récompenses[modifier | modifier le code]

Dinstinctions nationales[modifier | modifier le code]

Distinctions étrangères[modifier | modifier le code]

Autres[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. En azéri, la lettre ə se prononce entre a et è.
  2. a, b, c, d, e, f, g, h et i « Official web-site of President of Azerbaijan Republic - PRESIDENT » Biography », sur en.president.az (consulté le 29 mars 2017)
  3. (en) « Heydar Aliyev Foundation - Biography », sur heydar-aliyev-foundation.org (consulté le 29 mars 2017)
  4. « Azerbaijan's Geidar Aliev dies at 80 », sur www.chinadaily.com.cn (consulté le 29 mars 2017)
  5. (en) « Zarifa Aliyeva », sur www.zarifa-aliyeva.az (consulté le 29 mars 2017)
  6. a et b (en) « Azerbaijan: Ilham Aliyev Steps Down As Premier To Run For President », Radio Free Europe,
  7. (en) « Azerbaijani parliament confirms Artur Rasizade as Prime Minister », Xinhua,
  8. Azerbaijan's Ilham Aliyev claims election victory, BBC News, 9 octobre 2003
  9. (en) Article de l'OSCE en format .pdf.
  10. (en) Article de Human Rights Watch.
  11. (en) « FORMER AZERBAIJANI PREMIER NAMED TO HEAD NEW GOVERNMENT », Radio Free Europe,
  12. a et b (en) « Azerbaijan — Country report », Freedom House,
  13. « Présidentielle en Azerbaïdjan-bilan : Ilham Aliev élu avec 88,73 % des voix (CEC) », RIA Novosti, 19 octobre 2008.
  14. (en) Rovshan Ismayilov, « Azerbaijan: Officials Plan for "Problem-Free" Presidential Election », EurasiaNet,
  15. Azerbaïdjan : l'OSCE et l'opposition critiquent la présidentielle, AFP repris par Le Parisien, 17 octobre 2008.
  16. (en) « Azerbaijan's presidential poll marked considerable progress, but did not meet all election commitments », OSCE,
  17. (en) Mina Muradova, « Azerbaijan: Presidential Election Offers Seven Candidates, but Only One Choice », EurasiaNet,
  18. (en) « Election in Azerbaijan undermined by limitations on fundamental freedoms, lack of level playing field and significant problems on election day, international observers say », OSCE, .
  19. a et b « L'Azerbaïdjan s'est acheté des soutiens à l'étranger, révèle une enquête de journaux européens », Franceinfo,‎ (lire en ligne)
  20. En Azerbaïdjan, le président pour vice-président... sa femme, La Libre Belgique, 22 février 2017
  21. (en) azertag.az, « CEREMONY OF PRESENTING ORDERS “GRAND CROSS OF LEGION OF HONOR” AND “HEYDAR ALIYEV” », Agance de press,‎ (lire en ligne)
  22. « Про нагородження І. Алієва орденом князя Ярослава Мудрого | від 19.05.2008 № 458/2008 », sur zakon2.rada.gov.ua (consulté le 29 mars 2017)
  23. (sr) « Nikolić ordenja deli u tri smene », Blic.rs,‎ (lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]