Raymond Patenôtre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Raymond Patenôtre
Illustration.
Raymond Patenôtre photographié par Henri Manuel, vers 1932.
Fonctions
Député 1928-1940
Gouvernement IIIe République
Groupe politique IDG (1928-1936)
USR (1936-1940)
Biographie
Date de naissance
Date de décès (à 50 ans)
Résidence Seine-et-Oise

Raymond Patenôtre est un homme politique et patron de presse français, né le à Atlantic City (États-Unis) et mort le à Paris.

Il était le fils de Jules Patenôtre (1845-1925), ambassadeur de France à Washington puis à Madrid. Sa sœur, Yvonne, épouse le comte Boniface de Castellane, fils de Boni de Castellane.

Presse[modifier | modifier le code]

Raymond Patenôtre contrôle un groupe de presse important, l'Omnium républicain de la presse, qui regroupe de nombreux journaux de province, en investissant la fortune qu'il administre avec sa mère, Eléonore Elverson. Parmi ces titres, Le Petit Niçois, Le Petit Var, La Sarthe, Le Petit Havrais, La Gazette de Seine-et-Marne, L'Express de l'Est à Épinal, Lyon républicain, ainsi que Le Petit Journal , repris à l'héritier du propriétaire Louis Loucheur. Ce dernier détenait Paris-Midi mais aussi de titres régionaux, La Dépêche de Rouen, Le Journal de Thonon, Le Progrès du Nord et La France de l'Est de Mulhouse[1].

Dès son mariage avec Jacqueline Thome, en 1925, il contrôle le Progrès de Rambouillet, propriété de sa belle-mère[1], qui le soutient pour devenir conseiller général de Rambouillet en 1926, puis député en 1928[1]. Il achète aussi La Gazette de Seine-et-Oise[1] puis noue en 1931 une « amitié durable » avec le président du Conseil, Pierre Laval[1]. A 33 ans, il acquiert le groupe de la Sarthe (La Sarthe et son supplément hebdomadaire, L'Écho Républicain de l'Ouest, ainsi qu'un quotidien diffusé dans la Mayenne, Le Régional de l'Ouest)[1]. Il s'empare en 1932, du Petit Var et du Petit Niçois[1] et leur adjoint la même année un grand titre de la presse parisienne Petit Journal[1].

Ce dernier avait été acquis dès 1919 par le ministre Louis Loucheur. Léon-Prosper Rénier, directeur de l'Agence Havas, avait accepté d'intégrer au club des « Cinq grands » journaux favorisés dans la distribution de la publicité, avec Le Petit Parisien,Le Journal et L'Écho de Paris et Le Matin. Ces deux derniers vont comme le Petit Journal décliner ensuite[1]. Louis Loucheur n'embauche pas de grands reporters au Petit Journal, où il se concentre sur la réduction des coûts[1], pour afficher des bénéfices[1], qui fondent de 85% entre 1928 et 1931[1], année de la mort de Loucheur. Convoité, le Petit Journal est alors racheté trois fois entre 1932 et 1937[1]. Le gendre et héritier de Louis Loucheur, Francis Sarrade dit d'abord non à l'éditeur Fayard et au Parti démocrate populaire[1], pour finalement céder en la majorité du capital du Petit Journal à Raymond Patenôtre « associé aux propriétaires de Paris-Midi' et Paris-Soir, les industriels Ferdinand Beghin et Jean Prouvost », représentés par un prête-nom, Henri de Zogheb[1]. Leur augmentation de capital de 17 millions de francs le porte alors de 27,5 à 43,5 millions[1]. Thome-Patenôtre ne reste actionnaire que de 1934 à 1937 et il revend ensuite au Parti social français, ainsi que l'hebdomadaire Marianne, racheté en 1937, et L'Auto, racheté en 1939[2]

Carrière politique et positions[modifier | modifier le code]

Raymond Patenôtre mène également une carrière politique :

Raymond Patenôtre militait notamment pour une réforme monétaire fondée sur le bimétallisme, dénonçant les limites de l'étalon-or. Il s'opposait en cela à Jacques Rueff[3].

Raymond Patenôtre ne prend pas part au vote du 10 juillet 1940 sur les pleins pouvoirs attribués au maréchal Pétain[4]. Sous l'Occupation, il se réfugie à Lyon (où il participe à la relance du journal L'Auto[5]) puis part pour les États-Unis en 1941[5], déléguant son groupe de presse à Albert Lejeune (qui sera condamné et fusillé à la Libération pour collaboration).

Grand bourgeois fortuné, dépensier et influent, Raymond Patenôtre est un de ces représentants du personnel politico-médiatique de la IIIe République qu'haïssait tant une gauche ou une extrême gauche qui triomphent temporairement avec le Front populaire, qu'une extrême droite anti-parlementaire et autoritaire qui prendra tout aussi provisoirement leur revanche sous Vichy. Il ne pouvait que se tenir à l'écart de l'un comme de l'autre[6]. « En résumé, à droite, on le prenait pour un renégat : à gauche, souvent pour un homme dont la richesse lui permettait d’assouvir ses ambitions. »[7]

Vie privée[modifier | modifier le code]

En 1925, Il épouse Jacqueline Thome-Patenôtre, de 6 ans sa cadette, qui sera sous-secrétaire d'État sous la Quatrième République. Le couple a deux enfants, Éric, né en 1941, et Nelly ou Éléonore, née en 1929. Il divorcera durant la guerre.

Raymond Patenôtre a entre-temps rencontré la comédienne Mireille Balin, avec laquelle il noue une liaison tumultueuse, en . Sa fortune lui permet de couvrir l'actrice de bijoux, de lui offrir un yacht sur lequel ils effectueront d'ailleurs une croisière de plusieurs mois en 1934[8]. Leur relation se détériore pourtant la même année avec le tournage de On a trouvé une femme nue, de Léo Joannon, dans lequel elle apparaît effectivement nue : Raymond Patenôtre lui aurait lancé « Le cinéma ou moi ! », et l'actrice choisit le cinéma. La rupture sera définitivement consommée en 1936[9].

Il se remarie en 1945 avec Dolorès Delépine (née le , dans le 16e arrondissement de Paris)[10] — dite « Lolette » —, avec qui il a deux enfants : Louis-Raymond, dit Muncho[11] () et Yvonne (). Après sa mort, Dolorès Delépine épousera en secondes noces Félix Gaillard, futur président du Conseil.

Il meurt en son domicile, 2 rue Leroux dans le 16e arrondissement de Paris le 19 juin 1951[12].

La succession considérable de Raymond Patenôtre donne lieu en 1954 à un contentieux civil et pénal entre Éléonore Soipion du Roure de Beaujeu, née Patenôtre, et Dolorès Gaillard. Temporairement aplani par un pacte satisfaisant Dolorès Gaillard, il rebondit en 1961, par l'action de Éléonore du Roure et son mari se jugeant floués du fait de comptes suisses plus ou moins dissimulés, puis par une accusation de tentative d'escroquerie de Dolorès Gaillard en 1962, qui sera déboutée, puis par une contre-accusation de dénonciation calomnieuse en 1965, pour laquelle elle sera condamnée[13].

Publications[modifier | modifier le code]

  • La crise et le drame monétaire, préface de Joseph Caillaux, Documents bleus Gallimard, 1932, 192 p.
  • Voulons-nous sortir de la crise ?, Plon, 1934, 192 p.
  • Vers le bien-être par la réforme de la monnaie et du crédit - La misère dans l'abondance, 189 p., Le Petit Journal, 1936 (critique dans Esprit [6]).

Hommage[modifier | modifier le code]

Une rue de Rambouillet est nommée en l'honneur de Raymond Patenôtre[14] ainsi que la salle des fêtes de la ville[15].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Jean-Claude Broustra, Le Combat de Raymond Patenôtre, Fayard, préface de Paul Van Zeeland, introduction de Jacqueline Thome-Patenôtre, 1969, 205 p.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

  • « Raymond Patenôtre », dans le Dictionnaire des parlementaires français (1889-1940), sous la direction de Jean Jolly, PUF, 1960 [détail de l’édition]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e f g h i j k l m n o et p [1] "Presse et politique dans les années Trente : le cas du Petit Journal", par Fred Kupferman et Philippe Machefer, dans la Revue d’Histoire Moderne & Contemporaine en 1975
  2. Claude Bellanger, Histoire générale de la presse française, Tome III 1871-1940, PUF, 1972.
  3. Jean-Claude Broustra, Le Combat de Raymond Patenôtre, Fayard, 1969, 205 p.
  4. « Raymond Patenôtre - Base de données des députés français depuis 1789 - Assemblée nationale », sur www2.assemblee-nationale.fr (consulté le )
  5. a et b Émilien Amaury par Guy Vadepied, éd. Le cherche midi, 2012.
  6. a et b « LA CITÉ : Raymond PATENOTRE. Voulons-nous sortir de la crise? | Revue Esprit », sur Esprit Presse (consulté le )
  7. Jean-Claude Broustra, Le combat de Raymond Patenôtre, Fayard, (lire en ligne), Jacqueline Thome-Patenôtre (introduction)
  8. Loïc Gautelier, Mireille Bazin, Les passagers du rêve, Paris, 2019
  9. « Mireille BALIN », sur encinematheque.fr (consulté le )
  10. Samuel Cazenave, Félix Gaillard : le Président, Ginkgo Éditeur, fév. 2011, Chapitre 15, p. 270 (ISBN 978-2-84679-090-1).
  11. Louis-Raymond de son nom complet.
  12. Son acte de décès (n°1246) dans les registres de décès du 16e arrondissement de Paris pour l'année 1951.
  13. « Mme FÉLIX GAILLARD CONDAMNÉE POUR DÉNONCIATION CALOMNIEUSE », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  14. « Rambouillet rue Raymond Patenôtre - Recherche Google », sur www.google.com (consulté le )
  15. « Bibliothèque historique - Salle des fêtes Raymond Patenôtre [extrait] : par Puteaux architectes - Archives départementales des Yvelines », sur archives.yvelines.fr (consulté le )