Philippe Renaudin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Philippe Renaudin
Defaut.svg
Fonctions
Président
Autorité de régulation professionnelle de la publicité
-
Président
Section des finances du Conseil d'État français
-
Secrétaire général à la Famille (d)
-
Commissaire général à la Famille (d)
-
Vice-président
Cour de discipline budgétaire et financière
Président
Conseil supérieur de la marine marchande (d)
Biographie
Naissance
Décès
(à 83 ans)
Paris
Nationalité
Formation
Activités
Père
Maxime Renaudin (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Fratrie
Enfant
Autres informations
Membre de
Distinctions

Philippe Renaudin né à Paris le , décédé à Paris le , est un haut fonctionnaire et homme politique français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Philippe Renaudin est le fils de Maxime Renaudin, inspecteur des finances, président de la Compagnie de l'Est et vice-président du CIC, petit-fils de Paul Leroy-Beaulieu, neveu de Paul Renaudin et frère de Jean Renaudin, qui prit part à la création et dirigea l'UNIOPSS.

Licencié en droit et diplômé de l'École libre des sciences politiques, il rentre comme auditeur au Conseil d'État en 1924, puis passe maître des requêtes.

Il est Commissaire général à la Famille du au dans le Gouvernement Darlan, puis Secrétaire général à la Famille du au dans le Gouvernement Pierre Laval (6).

À la Libération, mis à disposition, il réintègre très vite le Conseil d'État, comme conseiller d'État en 1946, car la commission d'épuration reconnaît le caractère désintéressé de son action qui s'est strictement cantonnée dans le domaine social et humain, et y deviendra président de la Section des finances de 1963 à 1969. Durant la même période, il assure la vice-présidence de la Cour de discipline budgétaire.

Il est également président du groupe national interprofessionnel de la betterave, de la canne à sucre et des industries productrices de sucre d'alcool de 1955 à 1971, président du Conseil supérieur de la marine marchande et président du bureau de vérification de la publicité de 1969 à 1978, ainsi qu'administrateur de la Croix-Rouge française.

Il a reçu la Francisque[1].

Gendre d'Edmond Hannotin, il est le père de Catherine Rich.

Fonctions ministérielles[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Henry Coston, L'Ordre de la Francisque et la révolution nationale, Paris, Déterna, coll. « Documents pour l'histoire », (ISBN 2-913044-47-6), p. 161.