Jean Bergeret (militaire)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Jean Bergeret
Image dans Infobox.
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Activités
Autres informations
Arme
Grade militaire
Conflit
Grade
Distinction

Jean Bergeret, né à Gray (Haute-Saône) le , mort le à Neuilly-sur-Seine, est un général d'aviation français.

Biographie[1][modifier | modifier le code]

Signature de l'armistice du 22 juin 1940. À gauche le maréchal Keitel, à droite, la délégation française avec le général Huntziger entouré du général d'aviation Jean Bergeret et du vice-amiral Le Luc (de profil).

Après la Première Guerre mondiale, il fait l'École supérieure de guerre puis entre à l'état-major de l'aéronautique, en 1928. De décembre à août 1939, il est chef du troisième bureau de l'état-major de l'armée de l'air, puis, juste avant le début du conflit, il est nommé général de brigade.

Après l'armistice du 22 juin 1940 (pour lequel il fait partie de la délégation française), il est nommé par le maréchal Pétain, le , secrétaire d'Etat à l'Aviation à la place du général Maurice Pujo. Il restera dans cette fonction jusqu'au retour de Pierre Laval, le , remplacé par le général Jean-François Jannekeyn. Il est alors nommé inspecteur de la défense aérienne du territoire.

Le , le Commissariat général aux questions juives soumet au gouvernement de Vichy son projet de loi modifiant le statut des Juifs d’octobre 1940. Un seul ministère insiste pour que la loi soit plus restrictive : le secrétariat d’État à l’Aviation (SEA). Le , il signale au vice-président du Conseil, qu’à la différence d’autres administrations, le SEA a refusé de donner d’autres emplois aux Juifs privés de leurs postes. Le ministère de l’Air du Reich, dirigé par les généraux Ernst Udet puis Erhard Milch, travaille avec le secrétaire d’État à l’Aviation et le Militärbefelhshaber in Frankreich (MBF), qui supervise l’industrie aéronautique française de zone occupée dont l’action antijuive prend de l’ampleur au début du conflit germano-soviétique, en juin 1941. Bergeret poursuit avec acharnement deux industriels d’origine juive : Marcel Bloch et Paul-Louis Weiller[2].

Quelques jours après l'Opération Torch, qui vit les alliés débarquer en Afrique du Nord, le , il se rallie au général Giraud et remplit les fonctions de haut-commissaire adjoint au commandement civil et militaire en Afrique du nord. Le régime de Vichy le déchoit alors de sa nationalité française.

Il a reçu l'ordre de la Francisque[3].

À la fin de l'année 1943, des poursuites judiciaires sont intentées par le Comité français de Libération nationale d'Alger. Il est arrêté le . Déféré devant la Haute Cour de justice, il est mis en liberté provisoire en , et le non-lieu définitif est rendu le .

Jean Bergeret a eu trois enfants avec Hélène Disle : Anne-Marie, Jean-Pierre et Françoise.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Claude d'Abzac-Epezy,« Le général Bergeret et l'Armée de l'air de Vichy », Revue historique des armées, 192, 3/1993, pp. 32-43;
  • Claude d'Abzac-Epezy, « Le secrétariat d’État à l’aviation et la politique d’exclusion des Juifs (1940-1944) », Archives Juives, n°41/1, 1er semestre 2008, pp. 75-90   

Filmographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Informations tirées d'un article de Françoise de Ruffray, dans La seconde guerre mondiale, les acteurs, sous la direction de Philippe Masson, Larousse, 1992, page 67.
  2. Le secrétariat d'État à l'Aviation et la politique d'exclusion des Juifs, CAIRN
  3. Henry Coston (préf. Philippe Randa), L'Ordre de la Francisque et la révolution nationale, Paris, Déterna, coll. « Documents pour l'histoire », , 172 p. (ISBN 2-913044-47-6), p. 23 — première édition en 1987.

Liens externes[modifier | modifier le code]