Jean Fabry

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Jean Fabry
Illustration.
Jean Fabry en uniforme du 23e bataillon de chasseurs alpins.
Fonctions
Sénateur français

(4 ans, 10 mois et 29 jours)
Élection
Réélection
Circonscription Doubs
Groupe politique UR
Prédécesseur Gaston Japy
Ministre de la Guerre

(7 mois et 17 jours)
Président Albert Lebrun
Président du Conseil Pierre Laval
Gouvernement Laval IV
Prédécesseur Louis Maurin
Successeur Louis Maurin
Ministre de la Défense nationale et de la Guerre

(5 jours)
Président Albert Lebrun
Président du Conseil Édouard Daladier
Gouvernement Daladier II
Prédécesseur Édouard Daladier
Successeur Joseph Paul-Boncour
Ministre des Colonies

(2 mois et 16 jours)
Président Alexandre Millerand
Président du Conseil Raymond Poincaré
Frédéric François-Marsal
Gouvernement Poincaré III
François-Marsal
Prédécesseur Albert Sarraut
Successeur Édouard Daladier
Député français

(16 ans, 6 mois et 15 jours)
Élection 16 novembre 1919
Réélection 11 mai 1924
22 avril 1928
8 mai 1932
Circonscription Seine
Législature XIIe, XIIIe, XIVe et XVe (Troisième République)
Groupe politique ARS (1919-1924)
GRD (1924-1928)
ADS (1928-1932)
CR (1932-1936)
Successeur Lucien Bossoutrot
Biographie
Nom de naissance Jean Joseph Fabry
Date de naissance
Lieu de naissance Villefranche-de-Rouergue
(Aveyron)
Date de décès (à 91 ans)
Lieu de décès Montreuil
(Seine-Saint-Denis)
Nationalité Française
Parti politique ARS (1919-1924)
GRD (1924-1928)
ADS (1928-1932)
CR (1932-1936)
UR (1936-1940)
Diplômé de École spéciale militaire de Saint-Cyr
Profession Militaire
Journaliste

Jean Fabry, né le à Villefranche-de-Rouergue (Aveyron) et mort le à Montreuil (Seine-Saint-Denis), est un militaire de carrière, journaliste et homme politique français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Famille et études[modifier | modifier le code]

Jean Fabry[1] est le fils d'Auguste Fabry (né le 9 juillet 1851 à Montpellier dans l'Hérault), négociant et d'Isabelle Duclos (née le 17 juillet 1852 à Villefranche-de-Rouergue). Ses parents se sont mariés le 19 juillet 1875 à Villefranche-de-Rouergue[2].

Il fait ses études secondaires au collège de Villefranche-de-Rouergue puis au lycée d'Agen (Lot-et-Garonne) où il obtient son baccalauréat ès lettres et ès sciences[2].

Il passe le concours d'admission de l'École spéciale militaire de Saint-Cyr en 1895 et est reçu 2e.

Vie familiale[modifier | modifier le code]

Jean Fabry se marie le 24 août 1907 à Serres (Hautes-Alpes) avec Hélène Unal (née le 2 juin 1885 à Montpellier - décédée le 28 septembre 1963 à Saint-Mandé (Val-de-Marne), fille de Gabriel Unal (né le 3 septembre à Millau (Aveyron), magistrat, président de chambre à la Cour d'appel de Montpellier, chevalier de la Légion d'honneur), ils sont parents de trois enfants[2] :

Carrière militaire[6][modifier | modifier le code]

Un fidèle ami du Maréchal Joffre[modifier | modifier le code]

Le Maréchal Joffre et le Lieutenant Colonel Fabry à Washington collection NARA

Il est un ami très proche du Maréchal Joffre et il sera présent quand ce dernier décédera…. Il recueille les dernières paroles du Marechal expirant «  Fabry l’Amérique »

Au décès du Maréchal, il reprendra sa plume pour publier en 1931 : Joffre et son destin et, outre ses articles quotidiens, de nombreuses préfaces à des livres consacrés à la guerre, notamment à la traduction de La Guerre de Ludendorff. Il détaille les manœuvres politiques qui ont entrainé la chute de Joffre et la corruption d´esprit qui règne à l’époque….

Il sera l’instigateur de la mise en place d’une statue équestre du maréchal Joffre, inaugurée le 10 juin 1939 sur les champs de Mars en face de la tour Eiffel.

Il la financera grâce aux fameux carnets de timbres à l’effigie du Marechal (timbre Joffre souscription nationale 50 c) qui rencontre une énorme succès auprès des Français..

Carrière journalistique et politique[modifier | modifier le code]

À la fin de la guerre, avec 95 % d'invalidité, il est forcé d'accepter sa mise à la réforme. Il mène ensuite une double carrière de journaliste et d'homme politique. Il devient journaliste en 1918, collaborant à Oui (sous le pseudonyme de Bouchavesnes puis sous son nom à partir de , date où il devient le co-directeur de cet éphémère quotidien[8]) et à L'Avenir début 1919. Il est nommé par Léon Bailby rédacteur en chef du quotidien de centre-droit L'Intransigeant en [9]. Lorsque Léon Bailby perd le contrôle du quotidien fin 1932, racheté par l'homme d'affaires et député Louis Louis-Dreyfus, plus à gauche que Jean Fabry, ce-dernier obtient de conserver son poste, ce que L'Humanité dénonce en publiant des lettres de Jean Fabry[10]. Il devient le directeur du journal de décembre 1936 à octobre 1938.

Il collabore ensuite à d'autres périodiques de droite, au quotidien Le Matin de 1938 à 1940 puis à l'hebdomadaire Gringoire du 1939 à 1944.

En partie grâce à son statut d'ancien officier invalide de guerre, ancien du cabinet du maréchal Joffre, et du fait aussi de l'appui de Léon Bailby, il se porte candidat sur une liste du Bloc national aux élections législatives de 1919 dans le 10e arrondissement de Paris. Il est élu député de la Seine, sur un programme anticommuniste[11]. Il accède à la présidence du Groupement des officiers mutilés en [12].

L'Alliance républicaine démocratique (ARD) soutient sa candidature en 1919 et le compte comme un de ses élus. Il intègre ensuite le comité directeur de ce parti de centre-droit.

À la Chambre, il devient président de la Commission de l'armée et vice-président de la Commission d'études du Conseil supérieur de la défense nationale. Réélu député de la Seine en 1924 sur une liste qu'il mène, il est réélu en 1928 et 1932 (contre le radical Oscar Dufrenne, qu'il bat difficilement) au scrutin d'arrondissement.

Jean Fabry est le représentant de la France à la Commission des armements (en remplacement de René Viviani) de la Société des Nations de 1922 à 1924 et prend part aux travaux aboutissant au projet de « traité d'assistance mutuelle ». Il devient ministre des Colonies dans le troisième cabinet de Raymond Poincaré du au 1er juin 1924. Il est membre de la délégation française à la Conférence pour la réduction et la limitation des armements à Genève en 1932.

Ami, conseiller et collaborateur d'André Maginot, il a en partie inspiré la politique défensive portée par ce-dernier, c'est-à-dire la fortification des frontières de l'Est (ligne Maginot). Le , Jean Fabry devient ministre de la Défense nationale et de la Guerre dans le premier cabinet formé par Édouard Daladier, mais il donne sa démission dès le , estimant que la mesure du ministre de l'Intérieur Eugène Frot de décider le déplacement du préfet de police de Paris Jean Chiappe a été prise sans motifs sérieux. Il retrouve son portefeuille de la Guerre le dans le quatrième cabinet de Pierre Laval. Il établit alors un plan de construction de chars. C'est qu'il a été progressivement convaincu de la nécessité de se doter de cette arme, sans pour autant préconiser une stratégie offensive. Il demeure cependant pacifiste. Un pacifisme d'ancien combattant doublé dans le seconde moitié des années 1930 d'un néo-pacifisme de droite, hostile au Parti communiste qu'il abhorre[13]. Un Parti communiste qui le combat alors violemment[14].

Il est battu aux élections législatives de 1936 par M. Lucien Bossoutrot, radical-socialiste, dans le contexte de la formation du Front populaire. Mais le 22 novembre 1936, suite au décès de Gaston Japy, une élection sénatoriale partielle a lieu dans le Doubs, Jean Fabry est alors élu sénateur du Doubs.

Il vote le les pleins pouvoirs au maréchal Pétain et se met à chanter les louanges du maréchal dans les colonnes de Gringoire[15]. Il se vante d'exercer une certaine influence sur le maréchal[16], qui le convie parfois à sa table à Vichy[17]. Il est nommé en membre du Conseil national institué par le régime de Vichy. Il préside une sous-commission de sa Commission de l'information générale[18]. Encore hostile au communisme, il écrit en à Pierre Laval une note désignant l'URSS comme l'ennemi no 1 et estimant que l'Allemagne est seule capable de préserver la France du danger communiste. Il faut donc l'aider « à abattre Moscou »[16].

Il est déclaré inéligible à la Libération en raison de son vote du . Il est membre d'un Comité d'honneur pour la libération de Pétain, constitué en 1948[19] et il collabore aux Écrits de Paris en 1947[20].

Jean Fabry est décédé le 1er juin 1968[21] à Montreuil et fut inhumé à Rothéneuf.

Mandats et fonctions[modifier | modifier le code]

Fonctions gouvernementales[modifier | modifier le code]

Fonction Gouvernement Période
Ministre des Colonies Poincaré III
François-Marsal
du au
Ministre de la Défense Nationale et de la Guerre Daladier II du au
Ministre de la Guerre Laval IV du au

Mandats parlementaires[modifier | modifier le code]

  • 16 novembre 1919 - 31 mai 1924 : Député de la Seine.
  • 11 mai 1924 - 31 mai 1928 : Député de la Seine.
  • 22 avril 1928 - 31 mai 1932 : Député de la Seine.
  • 8 mai 1932 - 31 mai 1936 : Député de la Seine.
  • 22 novembre 1936 - 21 octobre 1945 : Sénateur du Doubs.

Fonctions politiques[modifier | modifier le code]

Autres fonctions[modifier | modifier le code]

  • Président du Groupement des officiers mutilés (décembre 1919).
  • 1924 : Membre du Haut Conseil colonial.
  • Membre du Comité parlementaire France et Monde.
  • Membre du Comité parlementaire l'Association France.
  • Membre du Comité France-Amérique.

Décorations[modifier | modifier le code]

Décorations françaises[modifier | modifier le code]

Décorations étrangères[modifier | modifier le code]

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Joffre et son destin, La Marne - Verdun, La Somme - L'Amérique, Paris, Limoges, Nancy, Charles-Lavauzelle & Cie, 1931
  • De la place de la Concorde au cours de l'Intendance (-), Paris, Les Éditions de France, 1942, 246 p.
  • Le Front humain, Vers une constitution française, 1945
  • J'ai connu.., 2 volumes, Paris, Descamps, 1960, 238 p.

Sources[modifier | modifier le code]

  • « Jean Fabry », dans le Dictionnaire des parlementaires français (1889-1940), sous la direction de Jean Jolly, PUF, 1960 [détail de l’édition]
  • Rosemonde Sanson, L'Alliance républicaine démocratique et les militaires. Le colonel Jean Fabry, un des leaders de l'Alliance démocratique, dans Olivier Forcade, Eric Duhamel, Philippe Vial (dir.), Militaires en République: les officiers, le pouvoir et la vie publique en France, Publications de la Sorbonne, 1999
  • Jean-Marie Mayeur et Arlette Schweitz, Les parlementaires de la Seine sous la Troisième République, Publications de la Sorbonne, (ISBN 978-2-85944-432-7, lire en ligne)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Acte de naissance de Jean Joseph Fabry, État-civil numérisé de la commune de Villefranche-de-Rouergue, Archives départementales de l'Aveyron, vue 24 (en ligne).
  2. a b et c Jean-Marie Mayeur et Arlette Schweitz, Les parlementaires de la Seine sous la Troisième République, Publications de la Sorbonne, (ISBN 978-2-85944-432-7, lire en ligne)
  3. Voir sur saint-cyr.org
  4. « Excelsior 24 juillet 1933 », sur RetroNews - Le site de presse de la BnF (consulté le 3 juin 2020)
  5. « L’Intransigeant 18 novembre 1932 », sur RetroNews - Le site de presse de la BnF (consulté le 3 juin 2020)
  6. Fiche matricule de Jean Joseph Fabry, Bureau de recrutement de Rodez (1896), Archives départementales de l'Aveyron (en ligne).
  7. Les Grands Jours de France en Amérique : Mission Viviani-Joffre (Avril-Mai 1917) (préf. René Viviani), Paris, Plon Nourrit et Cie, , 323 p. (lire en ligne), p. 234-235 :

    « Un des héros les plus fêtés aux côtés du maréchal est son chef de cabinet, le lieutenant-colonel Fabry, que partout maintenant on appelle le « Blue Devil of France » (le Diable bleu de France). (...) Aux yeux des Américains, il symbolise tous les Diables bleus ; il est le « Diable bleu » par excellence. »

    .
  8. Le Gaulois, 17 juin 1918, Le XIXe siècle, 17 juin 1918, Notice de la BNF
  9. L'Intransigeant, 11 février 1919
  10. L'Humanité, 30 décembre 1932, Ibid., 31 décembre 1932, Ibid., 1er janvier 1933,Ibid., 2 janvier 1933
  11. Le Gaulois, 9 novembre 1919
  12. L'Intransigeant, 24 décembre 1919
  13. Rosemonde Sanson, op. cit., p. 392
  14. Georges Vidal, La Grande illusion ? Le Parti communiste français et la Défense nationale à l'époque du Front populaire, 1934-1939, Presses universitaires de Lyon, 2006, p. 160-161
  15. Extraits de Gringoire : Le Nouvelliste d'Indochine, 20 octobre 1940, Le Temps, 5 décembre 1940
  16. a et b Rosemonde Sanson, op. cit., p. 393
  17. Journal des débats, 15 décembre 1941, La Croix, 1er novembre 1943
  18. Informations générales, 9 décembre 1941
  19. « Un comité pour la libération de Pétain », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 3 juin 2020)
  20. Simon Epstein, Un paradoxe français. Antiracistes dans la Collaboration, antisémites dans la Résistance, Albin Michel, 2008, p. 77.
  21. « MORT DE M. JEAN FABRY ANCIEN MINISTRE », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 3 juin 2020)

Liens externes[modifier | modifier le code]