Gouvernement Albert Sarraut (2)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Gouvernement Albert Sarraut (2)

Troisième République

Description de cette image, également commentée ci-après
Le deuxième gouvernement Sarraut sur le perron de l'Élysée.
Président de la République Albert Lebrun
Président du Conseil Albert Sarraut
Formation
Fin
Durée 4 mois et 11 jours
Composition initiale
Coalition PRRRS-AD-USR-RI-dissidents FR
Représentation
XVe législature
381  /  607

Le second gouvernement d'Albert Sarraut a duré du au .

Composition[modifier | modifier le code]

Portefeuille Titulaire Parti
Président du Conseil Albert Sarraut PRRRS
Ministre d’État
Ministre d’État, délégué permanent à la Société des Nations Joseph Paul-Boncour USR
Ministres
Ministre de la Guerre Louis Maurin SE
Ministre des Affaires étrangères Pierre-Étienne Flandin AD
Ministre de l'Éducation nationale Henri Guernut PRRRS
Ministre de l'Intérieur Albert Sarraut PRRRS
Ministre de la Justice Yvon Delbos PRRRS
Ministre de l'Agriculture Paul Thellier AD
Ministre des Finances Marcel Régnier PRRRS
Ministre des Travaux publics Camille Chautemps PRRRS
Ministre des Colonies Jacques Stern AD
Ministre du Travail Ludovic-Oscar Frossard USR
Ministre du Commerce et de l’Industrie Georges Bonnet PRRRS
Ministre des Postes, Télégraphes et Téléphones Georges Mandel DVD
Ministre de la Santé publique et de l’Éducation physique Louis Nicolle FR puis DVD
Ministre de la Marine François Piétri AD
Ministre des Pensions René Besse AD
Ministre de l'Air Marcel Déat USR
Ministre de la Marine marchande Louis de Chappedelaine RI
Sous-secrétaire d’État
Sous-secrétaire d’État à la Présidence du Conseil Jean Zay PRRRS
Sous-secrétaire d’État à l’Intérieur André Beauguitte AD
Sous-secrétaire d’État à l’Enseignement technique Alfred Jules-Julien PRRRS
Sous-secrétaire d’État aux Travaux publics Pierre Mazé PRRRS
Sous-secrétaire d’État au Travail Maxence Bibié USR

Politique menée[modifier | modifier le code]

Le gouvernement d'Albert Sarraut poursuit la politique de déflation (réduction par décret des prix de divers produits et compressions des dépenses publiques) mis en œuvre à partir de par le précédent gouvernement de Pierre Laval. Cette politique n'aboutit pas à la baisse des prix espérée, car le gouvernement en fait entretient l'inflation en comblant le déficit budgétaire par l'émission de bons du Trésor que les souscripteurs réescomptent auprès de la Banque de France. Ainsi les liquidités en circulation augmentent et stimulent la demande intérieure et l'industrie doit y faire face par une hausse de sa production, alors que dans le même temps de mauvaises récoltes et le contingentement des importations poussent à l'augmentation des prix agricoles.

La gauche appelle les électeurs à « voter contre la vie chère ».

Quand Hitler fait pénétrer la Wehrmacht en Rhénanie le 7 mars 1936, le gouvernement français donne des instructions pour une mobilisation partielle en vue d'une action militaire. Le général Maurice Gamelin le dissuade d'intervenir.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]