Guy La Chambre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Guy La Chambre
Image dans Infobox.
Guy La Chambre, sous-secrétaire d'État à la Présidence du Conseil (1933).
Fonctions
Ministre des Relations avec les États associés
-
Député d'Ille-et-Vilaine
-
Maire de Saint-Malo
-
Ministère de l'Air
-
Ministre de la Marine marchande
-
Sous-secrétaire d'État
Ministère de la Guerre (d)
-
Sous-secrétaire d'État
-
Sous-secrétaire d'État
Ministère de la Guerre (d)
-
Député d'Ille-et-Vilaine
-
Conseiller général d'Ille-et-Vilaine
Canton de Dinard
Biographie
Naissance
Décès
Sépulture
Nationalité
Formation
Activité
Père
Conjoint
Autres informations
Propriétaire de
Parti politique
Parti républicain, radical et radical-socialiste (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Distinctions

Guy La Chambre est un homme politique français, né le à Paris, décédé le à Neuilly-sur-Seine (Hauts-de-Seine)[1]. Avocat de profession, il fut ministre avant et plus brièvement après-guerre, député d'Ille-et-Vilaine (1928 à 1942 puis 1951 à 1958), maire de Saint-Servan (1932 à 1940) puis maire de Saint-Malo (1947 à 1965)

Biographie[modifier | modifier le code]

Guy La Chambre est le fils de Charles Auguste La Chambre (1861-1937), qui fut député d'Ille-et-Vilaine, et le petit-fils de Charles Émile La Chambre (1816-1907), armateur malouin puis banquier parisien et député d'Ille-et-Vilaine. Son Épouse, Marie de Chabaud-Latour, est la fille du baron de Chabaud-Latour (1839-1910), militaire puis député du Cher (dont le père, le général Chabaud-Latour, fut ministre de Mac Mahon). Elle est la cousinne germaine de l'explorateur François Balsan.

Après sa scolarité au lycée Condorcet et au lycée Louis-le-Grand, il suit ses études à la Faculté de droit de Paris. Il s'engage volontairement durant la Première Guerre mondiale, obtient la croix de guerre 1914-1918 et devient secrétaire interallié de la commission des pays rhénans après la fin de la guerre. De 1920 à 1921, il est sous-chef du cabinet d'Aristide Briand à la présidence du Conseil. Avocat au barreau de Paris, il est secrétaire de la Conférence des avocats du barreau de Paris en 1923.

Il épousa la chanteuse Cora Madou en 1938[2] qui mit fin à sa carrière après leur mariage.

Conseiller général pour le canton de Dinard de 1930 à 1940 et maire de Saint-Servan de 1932 à 1940, il avait élu député d'Ille-et-Vilaine le , obtenant sa réélection en 1932 et 1936, puis en 1951 et 1956. Il est membre de la Gauche indépendante, puis du Parti radical-socialiste et enfin du Centre national des indépendants et paysans. Il fut également maire de Saint-Malo de 1947 à 1965.

Il fait don du château de la Briantais à l'Association diocésaine de Rennes à sa mort en 1975.

Fonctions et mandats[modifier | modifier le code]

Fonctions nationales[modifier | modifier le code]

Il vote les pleins pouvoirs au maréchal Pétain en . Il comparaît au procès de Riom en 1942 comme l'un des responsables de la défaite.

Fonctions locales[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Plaque en hommage à Guy La Chambre.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Archives de l'état civil de Paris en ligne, acte de naissance no 1/437/1898, avec mention marginale du décès (consulté le 22 avril 2012)
  2. http://enenvor.fr/eeo_actu/lachambre/mariage_mondain_saint_servan.html

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Michel de Ladoucette, Guy La Chambre : un Malouin illustre, homme de cœur et de devoir, Dieppe, La Vigie, , 119 p.
  • « Guy La Chambre », dans le Dictionnaire des parlementaires français (1889-1940), sous la direction de Jean Jolly, PUF, 1960 [détail de l’édition]
  • Bernard Marck, Dictionnaire universel de l'aviation, Tallandier, , 1129 p. (ISBN 2-84734-060-2), p. 575-576.

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]