Henry du Moulin de Labarthète

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Henry du Moulin de Labarthète
Image dans Infobox.
Henry du Moulin de Labarthète en 1941.
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Formation
Activité
Autres informations
A travaillé pour
Distinction
Archives conservées par

Henry du Moulin de Labarthète est un homme politique français né à Paris le et mort le .

Biographie[modifier | modifier le code]

Licencié en Droit (1921) et diplômé de l'École Libre des Sciences Politiques (1922), Il est inspecteur des Finances (1925) collaborateur de Paul Reynaud (plusieurs fois directeur de son cabinet), puis directeur du cabinet civil du maréchal Pétain du au jour de sa démission, le [1], peu de temps avant le retour de Laval au gouvernement. À ce poste, en tant que maurassien, il devient un farouche partisan de la Révolution nationale promue par le maréchal Pétain et il exerce une influence d'éminence grise considérable, notamment dans les nominations de directeurs d'administrations centrales, où il favorise ses condisciples de l'inspection des finances[réf. nécessaire] ; par ailleurs, de concert avec Bernard Ménétrel et le général Laure, il œuvre au renvoi de Pierre Laval le [2].

Attaché à l'ambassade de France à Berne de à , il y est rejoint par Jean Jardin, ancien chef de cabinet de Pierre Laval, en . Il y obtient le statut de réfugié politique et reste en Suisse jusqu'en 1947[1]. Il obtient sa réintégration au corps de l'inspection générale des finances en 1948.

En 1946, il publie ses souvenirs sur le gouvernement de Vichy : Le Temps des illusions – Souvenirs (-).

Titulaire de la Francisque, il affirme tenir cette décoration pour un « monument de puérilité » d'après ses mémoires[3],[4].

Publication[modifier | modifier le code]

  • Henry du Moulin de Labarthète, Le Temps des illusions : souvenirs (-), Genève, Constant Bourquin, à l’enseigne du cheval ailé, , 416 p..

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jérôme Cotillon, « Un homme d'influence à Vichy : Henry du Moulin de Labarthète », Revue historique, no 622,‎ , p. 353-385 (lire en ligne).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Fonds Du Moulin de Labarthète, Archives de France, ministère de la Culture.
  2. Cotillon 2002, p. 353 ; 372.
  3. Cotillon 2002, p. 375.
  4. du Moulin de Labarthète 1946, p. 275-276.

Article connexe[modifier | modifier le code]