Jean-Louis Tixier-Vignancour

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Jean-Louis Tixier-Vignancour
Illustration.
Jean-Louis Tixier-Vignancour en 1938.
Fonctions
Député français

(2 ans, 10 mois et 19 jours)
Élection 2 janvier 1956
Circonscription Basses-Pyrénées
Législature IIIe (Quatrième République)
Groupe politique Non-inscrit
Prédécesseur Scrutin de liste
Successeur Cinquième République
[a]
(3 ans, 9 mois et 12 jours)
Élection 3 mai 1936 (annulée)
Réélection
Circonscription Basses-Pyrénées
(arrondissement d'Orthez)
Législature XVIe (Troisième République)
Groupe politique Non-inscrit
Prédécesseur Georges Moutet
Successeur Régime de Vichy
Biographie
Nom de naissance Jean-Louis Gilbert Tixier
Date de naissance
Lieu de naissance Paris (France)
Date de décès (à 81 ans)
Lieu de décès Paris (France)
Nationalité Française
Parti politique RNF
ARLP
PFN (1978-1982)
Père Léon Tixier
Entourage Louis Vignancour
(grand-père)
Diplômé de Lycée Louis-le-Grand
Faculté de droit de Paris
Profession Avocat

Jean-Louis Tixier-Vignancour, né Jean-Louis Tixier le à Paris et mort le dans la même ville, est un avocat et homme politique français.

Durant sa carrière d’avocat, il défend notamment l’écrivain Louis-Ferdinand Céline et puis le général putschiste Raoul Salan.

Sous l’étiquette des Comités Tixier-Vignancour et avec Jean-Marie Le Pen comme directeur de campagne, il se porte candidat à l'élection présidentielle de 1965. Il arrive en quatrième position du premier tour, avec près d’1,3 million de voix et 5,2 % des suffrages exprimés.

Après avoir transformé les Comités TV et Alliance républicaine pour les libertés et le progrès (ARLP), il rallie la majorité gaulliste en 1968. Il devient ensuite dirigeant du Parti des forces nouvelles, dont il conduit la liste aux élections européennes de 1979 (1,3 % au niveau national).

Situation personnelle[modifier | modifier le code]

Origines[modifier | modifier le code]

Né le dans le 7e arrondissement de Paris, Jean-Louis Gilbert Tixier est fils du médecin Léon Tixier et d'Andrée Vignancour. Il est le petit-fils de Louis Vignancour, député puis sénateur républicain des Basses-Pyrénées aux débuts de la Troisième République.

Dès son accession au barreau de Paris, il adopte le nom d'usage « Tixier-Vignancour » ; par décret en Conseil d’État du , il est autorisé à faire modifier son patronyme pour le faire coïncider avec ce nom d'usage. Ses soutiens l’appellent cependant généralement « Tixier ».

Formation[modifier | modifier le code]

Après des études au lycée Louis-le-Grand[2], il milite dans plusieurs organisations royalistes ou de droite extrême : il est camelot du roi, membre des Volontaires nationaux, liés aux Croix-de-feu, puis du Parti populaire français[3].

Vie privée[modifier | modifier le code]

Il épouse en premières noces, le dans le 6e arrondissement de Paris, Jeannine Auriol (1915-1982), puis se remarie, le à Neuilly-sur-Seine, avec Jacqueline Lecronier.

Carrière et parcours politique[modifier | modifier le code]

Débuts comme député[modifier | modifier le code]

Lors des élections législatives de 1936 dans la circonscription d'Orthez, Jean-Louis Tixier-Vignancour, âgé de 28 ans, est élu député avec 274 voix d'avance sur le candidat de gauche Georges Moutet. Son adversaire demande l'invalidation de l'élection pour fraude électorale[b]. Alors que le rapport parlementaire consacré au scrutin fait état d’irrégularités pour le candidat Tixier-Vignancour[c], le rapporteur, le député socialiste Camille Bedin, propose d'annuler l'élection. Le rejet successif d'une motion de validation de l'élection puis de la proposition d'une enquête conduisent le à l'annulation de fait du scrutin. Le , l'élection législative partielle voit la réélection de Jean-Louis Tixier-Vignancour dès le premier tour[5].

Député des Basses-Pyrénées de 1936 à 1940, il vote les pleins pouvoirs constituants à Philippe Pétain, le [6].

Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

De 1940 à 1941, il est secrétaire général adjoint à l’Information de l’État français du gouvernement de Vichy. Il obtient la francisque n° 75 en novembre 1940, avec comme parrains le docteur Ménetrel et Du Moulin de la Barthète. Responsable de la radio et du cinéma et donc de la censure, il procède à l'interdiction de plusieurs films dont L'Équipage d'Anatole Litvak et La Grande Illusion de Jean Renoir, au motif d'« une incitation à la haine de l'Allemagne ». Partisan de Pétain mais anti-allemand, il quitte Vichy en 1941 pour la Tunisie, où il est arrêté par les Allemands.

Sous la Quatrième République[modifier | modifier le code]

Indignité nationale[modifier | modifier le code]

À la Libération, il est frappé d'indignité nationale[7] pour dix ans en raison de son engagement vichyste.

Le , en tant qu’avocat, il obtient l'amnistie de l'écrivain Louis-Ferdinand Céline au titre de « grand invalide de guerre » en présentant son dossier sous le nom de « Louis-Ferdinand Destouches » sans qu'aucun magistrat ne fasse le rapprochement avec la véritable identité de l’écrivain.

En 1954, il fonde le Rassemblement national français, avec notamment l’ancien député Jean Montigny. Le programme du parti comporte la lutte contre les institutions de la Quatrième République, l'établissement d'un État fort dont seraient exclus les « hommes trop récemment entrés dans la communauté nationale pour se permettre de la diriger », la défense de l'Empire et la construction d'une Europe des patries (manifeste du )[8]. Il exerce la fonction de secrétaire général.

Retour à la députation[modifier | modifier le code]

À nouveau éligible, il se présente aux élections législatives de 1956 à la tête d’une « liste républicaine d'action sociale et paysanne »[Où ?]. Élu à l'Assemblée nationale, il n'est inscrit à aucun groupe parlementaire. En juin 1958, il vote l’investiture du gouvernement de Gaulle[9], tout en ironisant alors : « Jamais je n’aurais pu croire que deux fois dans mon existence on me demanderait de déléguer la fraction du pouvoir constituant que je détenais et – qui mieux est – jamais je n’aurais pu envisager que, pour la deuxième fois, celui qui me le demanderait serait celui-là même qui m’avait puni pour avoir accordé une première fois cette délégation »[7].

Sous la Cinquième République[modifier | modifier le code]

Défenseur de l’Algérie française[modifier | modifier le code]

Jean-Louis Tixier-Vignancour n’est pas réélu député aux élections législatives de . Il participe deux ans plus tard à la fondation du Front national pour l'Algérie française, alors que se profile l'indépendance du territoire algérien[10].

Il assure la défense de l'ex-député poujadiste Jean-Maurice Demarquet au cours du « procès des barricades », qui en novembre 1960, à la suite de la semaine des barricades[11]. Il y côtoie notamment Jacques Isorni, autre avocat de la défense. En 1962, « Tixier » défend plusieurs responsables de l'Organisation armée secrète (OAS), parmi lesquels le général Raoul Salan, auquel il évite la condamnation à la peine capitale au terme d'une plaidoirie reconnue comme un grand moment de l'éloquence judiciaire.

Élection présidentielle de 1965[modifier | modifier le code]

En 1964, il fonde les Comités Tixier-Vignancour (appelés « Comités TV ») en vue de l’élection présidentielle de 1965, avec pour directeur de campagne le député Jean-Marie Le Pen[12]. Classé à l’extrême droite, il reproche vivement au général de Gaulle, candidat à sa réélection, l'« abandon » de l'Algérie française. Dans sa profession de foi, il déclare que la Constitution du 4 octobre 1958 est « conforme aux principes républicains » hormis sur la question du « domaine réservé » du président de la République, affirmant qu'il s’en référerait aux votes du Parlement s'il était élu[13].

Au premier tour du scrutin présidentiel, le , Jean-Louis Tixier-Vignancour arrive en quatrième position avec 1 260 208 voix, soit 5,20 % des suffrages exprimés. C’est dans le Sud de la France, où vivent de nombreux « pied-noirs » ayant dû quitter massivement l’Algérie en 1962, qu’il obtient ses meilleurs scores, le Var lui accordant même 14,05 % des voix exprimées. Pour le second tour, qui oppose le général de Gaulle à François Mitterrand, il appelle explicitement à voter pour le candidat d’union de la gauche, une consigne de vote qui déconcerte nombre de ses soutiens[14].

Déclin et perte d'influence[modifier | modifier le code]

En , avec Raymond Le Bourre, Raymond Bourgine ou encore Jean-Robert Thomazo, Jean-Louis Tixier-Vignancour transforme les Comités TV en un parti politique qu'il nomme l'Alliance républicaine pour les libertés et le progrès (ARLP). Jean-Marie Le Pen et d’autres participants à sa campagne de 1965 (Roger Holeindre, François Brigneau, Dominique Venneretc.) refusent de le suivre, notamment en raison de son appel à voter pour François Mitterrand au second tour de l’élection présidentielle ; il en de même pour les composantes d’Europe-Action, qui lancent le Mouvement nationaliste du progrès (MNP)[15].

Il essuie un échec aux élections législatives de 1967 à Toulon, une ville comptant pourtant de nombreux pieds-noirs.

À la suite des événements de mai 1968, il se rallie au général de Gaulle, puis, appelle à voter pour Georges Pompidou à l'élection présidentielle de 1969. Se voulant le représentant de l’aile droite de la majorité, il encourage alors ses partisans à adhérer à l'UDR pour « droitiser la droite ».

En , il est l'instigateur du vol du cercueil de Philippe Pétain, qu'il souhaite faire inhumer à Douaumont.

En 1978, il adhère au Parti des forces nouvelles (PFN), fondé quatre ans plus tôt par des dirigeants du mouvement dissous Ordre nouveau, et en devient le porte-parole[16]. En , il conduit la liste « Union française pour l’eurodroite », soutenue par le PFN, aux premières élections européennes au suffrage universel : sa liste recueille 265 911 voix, soit 1,31 % des suffrages exprimés au niveau national, n’obtenant aucun élu[17]. En suivant, lors du congrès qui désigne Pascal Gauchon candidat du parti à l’élection présidentielle de 1981, Jean-Louis Tixier-Vignancour devient président d’honneur du PNF[18]. Il rompt avec le parti en 1982[16].

Mort et postérité[modifier | modifier le code]

Jean-Louis Tixier-Vignancour meurt le , à 81 ans, à l'hôpital des Invalides (Paris 7e), où il était hospitalisé depuis trois mois. Le Front national de Jean-Marie Le Pen rend hommage à un « ténor du barreau parisien » et « grand patriote »[19].

« Quel souvenir gardera la postérité de ce bretteur incorrigible jusqu'à la fin ? Retiendra-t-elle l'« anarchiste de droite » tant de fois décrit et auquel cette appellation convenait si bien parce qu'elle était à ses yeux la plus flatteuse, sinon la plus acceptable ? Ou seulement l'avocat politique si habile dans le sous-entendu, si venimeux dans l'insolence instinctive, comme s'il avait pu être de tous les complots, de toutes les intrigues ? Ou encore l'avocat tout court qui, lui, savait fort bien, sûr d'un talent archireconnu, s'en tenir au classicisme de bon aloi, dès lors qu'il n'éprouvait plus le besoin de céder à ses démons ? Le tribun dont la voix de plein air, « la voix de Tolède », savait si bien manier des façons de dire héritières d'une éloquence naturelle que prisait le siècle précédent ? Ou seulement le défenseur de Raoul Salan qui, fort de ce succès, se trouva mis au pinacle par les tenants de l'Algérie française au point de pouvoir se porter candidat contre de Gaulle à l'élection présidentielle de 1965 ? »[19]

— Le Monde, .

Principales plaidoiries[modifier | modifier le code]

Publications[modifier | modifier le code]

  • La France trahie, plaidoirie de Me Tixier-Vignancour dans l'Affaire des fuites, avec préface et extraits du procès. Paris : Amiot-Dumont, 1956. 199 pages. Pas d'ISBN.
  • Plaidoirie pour Salan. 2 disques 33 tours 30 cm. Coll. « Les Grands documents de l'Histoire », pas de nom d'éditeur ni de date.
  • J'ai choisi la défense. Paris, Éditions de la Table ronde, 1964, Livre préfacé par le bâtonnier Jacques Charpentier.
  • Des Républiques, des justices et des hommes : mémoires. Paris : Albin Michel, 1977. 410 pages. (ISBN 2-226-00382-7).
  • Le Contre-mal français. Paris : Albin Michel, 1977. 269 pages. (ISBN 2-226-00561-7).
  • Si j'avais défendu Dreyfus. Paris : Jean-Claude Simoën, coll. « Le Rouge et le noir », 1978. 182 pages. Pas d'ISBN.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. De facto, puisque durant la période de l'Occupation, le Parlement n'est pas dissous, mais le Sénat et la Chambre des députés sont « ajournés jusqu'à nouvel ordre », seul le chef de l'État pouvant les réunir. Le Parlement ne se réunit plus durant toute l'Occupation, entérinant dans les faits le caractère autoritaire du régime de Vichy[1].
  2. Est particulièrement en cause une circulaire envoyée par Jean-Louis Tixier-Vignancour à ses agents électoraux entre les deux tours : « […] Si vous connaissez des électeurs inscrits dans une autre commune mais habitant la vôtre, ayez l'obligeance de m'en adresser les noms, prénoms, adresse, et l'heure à laquelle nous pourrions les faire prendre pour voter dans la commune où ils sont inscrits (n'indiquer que les électeurs favorables sans hésitation). Nous ferons le nécessaire. »[4].
  3. « 49 autres pièces témoignent de simples demandes de vote, avec vérification par bulletins marqués dans la plupart des cas et primes variant entre 5fr. et 50fr. L'une relate comment M. Lasserre, employé à la minoterie d'Orthez, était venu à Arrast offrir à un électeur 50fr. à condition qu'il s'engageât à voter pour M. Tixier. L'électeur refusa les 50fr. (Applaudissements à gauche) Mais M. Lasserre les posa cependant sur la table, déclarant que, de toute façon, il était chargé de les laisser à Arrast. (Rires et applaudissements sur les mêmes bancs.) Voilà donc 56 cas reconnus de corruption par offre d'argent[4]. »

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Acte constitutionnel no 3 du 11 juillet 1940 », sur mjp.univ-perp.fr (consulté le ).
  2. Jean-Louis Tixier-Vignancour, J'ai choisi la défense. Paris, Éditions de la Table ronde, 1964, p. 279.
  3. Henry Coston, Partis, journaux et hommes politiques d'hier et d'aujourd'hui, Lectures françaises, 1960.
  4. a et b Journal officiel de la République française, 1936-07-17. Débats parlementaires. Chambre des députés : compte rendu in-extenso, p. 2004-2009. Voir gallica.bnf.fr
  5. « Deux élections législatives ont eu lieu hier - MM. Philippe Henriot et Tixier-Vignancour ont été réélus. », L'Homme Libre,‎ 27-28 septembre 1936, p. 1 (ISSN 1256-0170, lire en ligne)
  6. « Nécrologie Tixier-Vignancour », lesoir.be, 30 septembre 1989.
  7. a et b Yves Guchet, La Ve République, Economica, , 390 p. (lire en ligne).
  8. Henry Coston, ibid., p. 202.
  9. [PDF] Compte rendu intégral des débats de l'Assemblée nationale, lundi 2 juin 1958, 2e séance, p. 2 633 (p. 23 du PDF).
  10. « Le Front national pour l'Algérie française lance un appel à la "mobilisation de toutes les énergies" », Le Monde,‎ (lire en ligne Accès payant, consulté le ).
  11. J.-M. Théolleyre, « M. Demarquet veut comparaître en uniforme », Le Monde,‎ (lire en ligne Accès payant, consulté le ).
  12. « FN : l'ombre de Jean-Marie Le Pen plane derrière le nouveau nom », sur francetvinfo.fr, (consulté le ).
  13. Nicolas Lebourg, « L’extrême droite peut-elle être républicaine? », sur Mediapart, (consulté le ).
  14. Pierre Milza, L'Europe en chemise noire : Les extrêmes droites en Europe de 1945 à aujourd'hui, Éditions Flammarion, [détail de l’édition], p. 134.
  15. Laurent de Boissieu, « Alliance républicaine pour les libertés et le progrès (ARLP) », sur france-politique.fr (consulté le ).
  16. a et b Laurent de Boissieu, « Parti des forces nouvelles (PFN) », sur france-politique.fr (consulté le ).
  17. « Les élections européennes 7-10 juin 1979 », Courrier hebdomadaire du CRISP, no 861,‎ , p. 1–28 (lire en ligne, consulté le ).
  18. Alain Rollat, « Le P.F.N. pose la candidature de M. Pascal Gauchon à l'élection présidentielle de 1981 », Le Monde,‎ (lire en ligne Accès payant, consulté le ).
  19. a et b « La mort de Me Jean-Louis Tixier-Vignancour, un incorrigible bretteur », Le Monde,‎ (lire en ligne Accès payant, consulté le ).

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Alexandre Croix, Tixier-Vignancour, ombres et lumières... Saint-Ouen : Éditions du Vieux Saint-Ouen, coll. « Les Cahiers contemporains », 1965. 320 pages. Pas d'ISBN.
  • Jean Mabire, Histoire d'un Français, Tixier-Vignancour. Paris : Éditions de l'Esprit nouveau, sans date. 223 pages. Pas d'ISBN.
  • Louis-Ferdinand Céline, Lettres à Tixier : 44 lettres inédites à Me Tixier-Vignancour, texte établi et présenté par Frédéric Monnier. Paris : la Flûte de Pan, 1985. 143 pages. (ISBN 2-903267-23-5).
  • Christophe Barbier, sous la dir. de Jacques Girault et Antoine Prost, La Campagne électorale de Jean-Louis Tixier-Vignancour pour l'élection présidentielle de 1965 (mémoire de maîtrise en histoire), Paris, université Paris-I, , 323 p. (SUDOC 101777922).
  • Joseph Valynseele et Denis Grando, À la découverte de leurs racines, seconde série, chapitre « Jean-Louis Tixier-Vignancour ». Paris : L'Intermédiaire des Chercheurs et Curieux, . 236 pages. (ISBN 2-908003-03-1).

Liens externes[modifier | modifier le code]