Premier régiment de France

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ne doit pas être confondu avec 1er régiment d'infanterie (France).

Le Premier régiment de France (1er RF) est une unité militaire créée par le gouvernement de Vichy en 1943 pour lutter contre la résistance intérieure mais qui finit par la rejoindre en grande partie l'année suivante.

Histoire[modifier | modifier le code]

Création[modifier | modifier le code]

Après la dissolution de l'Armée d'armistice le et la découverte par les Allemands de dépôts d'armes camouflés dans l'ancienne zone libre[1], le général Eugène Bridoux, secrétaire d'État à la Guerre, éprouve les plus grandes difficultés à reconstituer quelques unités armées dépendant du gouvernement de Vichy[1]. Pierre Laval obtient cependant d'Hitler à Berchtesgaden le de pouvoir créer une force militaire de petite taille.

La loi est promulguée le [2] et le général Bridoux forme le le Premier régiment de France[1], composé de trois bataillons[1] et dont l'effectif maximum est fixé à 2 760 hommes, sous le commandement du général Antoine Berlon (°Toulon, 1890), considéré par certains comme pro-allemand[3] :

Le choix de ces garnisons, fait par les Allemands, montre bien la volonté de ces derniers de disperser le régiment. L'état-major est au Blanc, à 120 km des deux autres garnisons, alors que les liaisons radio du régiment n'ont qu'une portée de 15 km[5].

Le régiment, rattaché à Pierre Laval et doté d'un armement puissant, est composé d’un personnel attaché aux valeurs militaires mais qui sera qualifié de « profondément pétainiste »[6]. Il accueille dans ses rangs une centaine de miliciens volontaires.

Opérations contre la Résistance[modifier | modifier le code]

Le régiment est chargé de monter des opérations contre la Résistance[1]. De multiples accrochages ont lieu. Ainsi, à Vaussujean, sur la commune de Saint-Sébastien (Creuse), le , un détachement de 30 hommes du 1er RF commandé par le lieutenant Bonioli monte une embuscade contre des Résistants après un parachutage et en abat sept. Il arrête ensuite trois Résistants du voisinage qu'il livre à la Milice et qui seront torturés et abattus[7]. Le , le 1er RF, de concert avec les Allemands, tire sur des maquisards à Ussel. Quarante-sept FTP sont tués.

À partir de mai 1944, le régiment reçoit des missions de protection des voies ferroviaires et des réseaux de transport d'électricité. Le 1er bataillon est ainsi chargé de la protection du barrage d'Éguzon et des lignes à haute tension en sortant. Il surveille aussi la voie ferrée entre Argenton-sur-Creuse et Limoges. Trois compagnies du 2e bataillon (détachement Meyer)[8] protègent les lignes reliant le barrage de Kembs à Paris, entre Belfort et Troyes[9].

Les ralliements à la Résistance[modifier | modifier le code]

Cependant, les personnels, hors les miliciens, sont dans l’ensemble profondément anti-allemands[10]. Dès le débarquement connu, une cinquantaine de sous-officiers et hommes désertent pour rejoindre la Résistance[11], dont le 7 juin la totalité de la musique du régiment qui passe au maquis Lebon et dont le chef, le lieutenant Louis Huygue (Matraque), deviendra un des adjoints de Guy Lebon[12],[1]. C'est ainsi que le , le soldat Henri Rognon et dix de ses camarades, lors du massacre d'Argenton-sur-Creuse, assistant à l'arrivée inattendue d'une colonne de la 2e division SS Das Reich, tirent spontanément sur elle. Il s'ensuit un combat qui nécessite l'utilisation d'un canon pour réduire les Résistants. Henri Rognon est tué et cinq soldats faits prisonniers sont exécutés le lendemain à Limoges.

En Champagne, les hommes du 2e bataillon entrent rapidement en contact avec la Résistance, d'autant plus facilement qu'ils sont isolés et autonomes. En août 1944, 17 soldats cantonnés à Humes rejoignent la Résistance, apportant leur armement, et deviennent le noyau du maquis du Fresnoy. D'autres éléments de l'Aube rejoignent les maquisards du département[13].

En juillet 1944, le général Berlon souhaite avoir un contact avec la Résistance militaire. Le colonel Chomel, commandant la brigade Charles Martel, qui dépend de l'Organisation de résistance de l'armée (ORA), en est informé, fait approcher le général et entre en pourparlers avec lui. Le général est arrêté inopinément le 9 août près d'Éguzon[14] par des éléments FFI du groupe Indre-Est[15], non contrôlés par le colonel Chomel mais ce dernier peut poursuivre avec l'adjoint du général ces contacts qui aboutissent le 22 août au ralliement à la Résistance de l'ensemble du régiment. Les trois bataillons ont perdu depuis le 6 juin beaucoup d'hommes déjà passés à la Résistance, mais leur personnel, encore nombreux, est formé, équipé et encadré par des officiers de carrière. Ces effectifs sont fondus dans les maquis militaires du Berry. La brigade Charles Martel reçoit le 1er bataillon ainsi qu'un escadron cycliste, un escadron à cheval et un peloton de motards[16]. Les 2e et 3e bataillons rejoignent le maquis du Cher du colonel Bertrand.

Le ralliement du 1er bataillon double les effectifs de la brigade Charles Martel, avec des éléments de grande valeur[17]. Les nouveaux effectifs sont affectés au 17e régiment de chasseurs à pied et à la 27e demi-brigade, et permettent de créer le 24 août une quatrième unité, le 8e régiment de cuirassiers, sous les ordres du commandant Calvel qui vient lui aussi du Premier régiment de France. Le 8e cuir se bat victorieusement quelques jours plus tard contre la Wehrmacht au combat d'Écueillé. Deux cent cinquante hommes de son 1er escadron, capitaine Colomb, s'y illustrent dans un combat improvisé où ils réduisent entièrement en deux heures un convoi allemand d'artillerie antichar.

Après son arrestation[18], le général Berlon est transféré à Limoges le 21 octobre 1944. D'abord jugé à Bourges en janvier 1947[19], il l'est de nouveau à Bordeaux en décembre[20] et condamné à cinq ans d'indignité nationale, rayé des cadres de la Légion d'honneur, rétrogradé au grade de lieutenant-colonel et privé de pension. Il sera gracié par le président Vincent Auriol puis placé dans le cadre de réserve[21].

Personnalités ayant servi au Premier régiment de France[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e et f Paxton 2006.
  2. Journal Officiel
  3. Voir Philippe Naud, § 67 : Le général Delmotte, secrétaire général à la Défense terrestre, aurait reçu plusieurs rapports sur l'attitude pro-allemande de Berlon lors de sa captivité en Allemagne, Naud 2001 ; v. Archives départementales du Cher, liasse 939 W 158, dossier militaire sur l'activité du Premier régiment de France. Le lieutenant-colonel Berlon avait été le chef d'état-major du général Alphonse Juin, commandant la 15e division d'infanterie motorisée en mai 1940. Il avait été fait prisonnier en même temps que le général à l'issue des combats de la poche de Lille et emprisonné en Allemagne. Après sa libération, le régime de Vichy l'avait promu général et commandeur de la Légion d'honneur. V. aussi la synthèse des rapports mensuels des préfets de juin 1943, note n° 12, en ligne.
  4. "Paul Boisset, mort pour la France", section Histoire locale et généalogie de l'Association Arts et Loisirs, Saint-Laurent-Nouan, novembre 2010. Le colonel Aublet a été déferré devant la Cour de justice de Bourges en même temps que le général Berlon (v. Alain Guérin, ouvrage cité ci-dessous) et condamné à Bordeaux à dix ans de travaux forcés (v. Liberté, 29 janvier 1947).
  5. Naud 2001.
  6. Cf. colonel Chomel, chef de la brigade de résistance Charles Martel.
  7. Voir le rapport officiel du 1er RF et l'analyse des circonstances du massacre dans l'article de J.-L. Laubry en référence. Le lieutenant Bonioli a été abattu le 27 septembre 1944 au Blanc par Marcel Paniez, son adjudant lors du massacre.
  8. Premier Régiment de France : (1943-1944) : itinéraire du 2e bataillon (Détachement Meyer) d'avril à octobre 1944 : récit, Bernard Famin, 214 p., 1995
  9. Club Mémoire 52, Association de recherches historiques consacrées au département de la Haute-Marne, 2004 (ISBN 2-9512931-0-0)
  10. "Le 1er Régiment de France en Haute-Marne", Mémoires 52, 27 novembre 2011
  11. Témoignage du lieutenant-colonel Mirguet (Surcouf), chef de la Résistance de l'Indre, Jean-Claude Fillaud, p. 154
  12. cf. Jean-Claude Fillaud, p. 28 et 44.
  13. Robert Bruce, 1944, Le temps des Massacres
  14. Le Premier régiment de France avait la garde du barrage d'Éguzon.
  15. Dans une embuscade montée par le capitaine Gouillard et le lieutenant Leroy, officiers tués au feu le mois suivant dans les combats contre les troupes allemandes de la colonne Elster. V. Alain Guérin, Chronique de la Résistance, récit de Robert Vollet, p. 1320-1321.
  16. Général Raymond Chomel, "Avec la brigade Charles Martel dans les maquis du Berry", in Les années 40, n° 67, Taillandier-Hachette, Paris
  17. Cf. général Chomel, op. cit.
  18. Récit dans La Résistance, chronique illustrée, Alain Guérin, 6 volumes, p. 1 321, Livre du Club Diderot, Paris, 1985-1990
  19. La Nouvelle République, 23 janvier 1947, p. 1
  20. Le Populaire du Centre, 17 décembre 1947
  21. Jean-Claude Fillaud, p. 156

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Pierre Jean-François Vin, Le Premier régiment de France, 1943-1944 : pourquoi ? comment ?, Montgeron, P.J.F. Vin, , 202 p. (ISBN 2-950 5822-0-6)
L'ouvrage contient une « Présentation du Premier régiment de France » par le général Antoine Berlon.
  • Jacques Blanchard, L'Armée secrète dans la Résistance en région 5, 1992, 313 p.
  • Arnaud Rouquayrol (capitaine), Le 1er Régiment de France, création, recrutement, équipement (juillet 1943 - août 1944), mémoire de maîtrise, Université d'Orléans, 1992
  • Bernard Famin, Premier régiment de France, 1943-1944, itinéraire du 2e bataillon (Détachement Meyer) d'avril à octobre 1944, 214 p., B. Famin, 1995
  • Philippe Naud, Le Premier Régiment de France, 1943-1944, mémoire de DEA, histoire, Université de Paris 1 - Sorbonne, 155 p., 1997.
  • Philippe Naud, « La mise sur pied du 1er Régiment de France, avril-octobre 1943 », Guerres mondiales et conflits contemporains, Presses Universitaires de France, no 202-203,‎ , p. 33-53 (ISBN 978-2-130-52721-3, DOI 10.3917/gmcc.202.0033, lire en ligne)
  • Léandre Boizeau, "Le 1er Régiment de France à Saint-Amand-Montrond et Le Blanc", La Bouinotte, n° 85, p. 19-19, 2003
  • Robert Paxton (trad. Pierre de Longuemar), L'Armée de Vichy : Le corps des officiers français 1940-1944, Le Seuil, coll. « Points-Histoire », , 588 p. (ISBN 2020679884), p. 422-426
  • Jean-Louis Laubry, "Retour sur un épisode de la guerre franco-française : la tragédie de Vaussujean (28 mai 1944)", in ARSVHRC, Bulletin n° 11, février 2008
  • Patrick Grosjean, "Le Premier régiment de France au Blanc", in La Seconde Guerre mondiale en pays blancois, p. 96-103, numéro spécial d'Au fil du temps, Revue des amis du Blanc et de sa région, 321 p., 2009, Le Blanc (ISSN 1620-4549)
  • Jean-Claude Fillaud, Guy Lebon, chef du maquis FTP blancois, Association des amis de Mérigny et de ses environs, 170 p., Mérigny, 2011.
  • Jean-Paul Gires, Le Premier Régiment de France et la Résistance (Indre, Cher, Creuse, Corrèze, Haute-Marne...), préface de Patrick Grosjean, 149 p., Alice Lyner Éditions, Issoudun, 2016 (ISBN 978-2-918352-76-1).