Prix Thiers

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le Prix Thiers est un prix littéraire décerné par l'Académie française, récompensant l'auteur d'un ouvrage d'histoire.

Il tire son nom de l'académicien et homme d'État Adolphe Thiers (1797-1877).

Structure[modifier | modifier le code]

Le Prix Thiers est dédié à la catégorie « Histoire » de la section « Prix d’Histoire et de Sociologie » de la commission littéraire[1].

Pour avoir des spécificités différentes d'attribution, la section « Prix d’Histoire et de Sociologie » comprend les dix prix suivants :

Le Prix Thiers est destiné à l’auteur d’un ouvrage d’histoire[2].

Les membres, renouvelés annuellement, parlementent des ouvrages reçus durant l’année, en rédigent des notes et rapports. Ils votent, au mois de juin, les prix qui seront attribués, sous l'égide du Secrétaire perpétuel.

Historique[modifier | modifier le code]

Président du Conseil des ministres et soutenu par la presse libérale, le salon Laffitte et Béranger, Adolphe Thiers est candidat et élu à l'Académie française le 20 juin 1833 suite au décès de François Andrieux[3]. La réception suivi de son discours d'intronisation à l'Académie a eu lieu le 13 décembre 1834[4].

Il est élu le 26 décembre 1840, à l'Académie des sciences morales et politiques, dans la section Histoire générale et philosophique[5] pour son livre :

  • Histoire du Consulat et l'Empire : faisant suite à l'Histoire de la Révolution française, t. 10, Genève, Razimbaud, s. d., 564 p., in-8 (SUDOC 15267134X, présentation en ligne)

Adolphe Thiers, adversaire du régime impérial, obtient le premier prix biennal de 20000 francs (~ 8 Millions euros)[6] le 29 mai 1861. Rapporté dans les notes d'Alfred de Vigny[7], ce prix est décerné dans une suite de compromis au sein des membres de l'académie. Lesquels, n'arrivant pas à se départager pour une nomination, ont introduit la candidature d'Adolphe Thiers pour son ouvrage qui n'a été consulté par aucun des membres et établis une dérogation exceptionnelle pour la circonstance en allant à l'encontre de l'article 5 du règlement du concours.

  • Article 5 : « Un ouvrage préfacé par un membre de l’Académie ne peut être présenté aux concours ».

Voulant remercier l'Académie de l'avoir désigné, il institua, le 18 juillet 1861, un prix de 3000 à 5000 F (~ 1.2 à 1.9 Million d'euros)[6], sur la somme qui lui avait été attribué. Le prix Thiers est fondé le 5 juin 1862, les différents dépôts de démarches administratives ont enregistrés la date du 21 juillet 1862.

Seize années après la mort d'Adolphe Thiers, en 1893, la Fondation Thiers[8] est créée par Félicie Dosne (belle-sœur de Thiers)[9] et placée sous le haut patronage de l’Institut de France. Son but étant d'attribuer, bourses et hébergements, aux chercheurs pour leurs donner les moyens de poursuivre leurs travaux durant trois années.

En 1916, la séance publique annuelle du 14 décembre[10] de l'Académie française a décidé de : « réserver cette année ses récompenses aux écrivains qui ont répandu leur sang ou l'ont offert en soldats pour la patrie, à ceux que la mort a choisis et à ceux dont ce n'est pas la faute si la mort n'a pas voulu d'eux » et d'aller, exceptionnellement à l'encontre de l'article 4 du règlement du concours d'attributions des prix.

  • Article 4 : « Il ne peut être présenté de candidature à titre posthume »[11].

Le 27 octobre 1994, un arrêté est publié[12], autorisant le secrétaire perpétuel de l'Académie française à grouper en une seule attribution les revenus provenant de diverses libéralités consenties à l'Académie française, sous la dénomination générale de « Prix d'histoire Thiers ».

Le prix annuel est constitué des trois fondations :

  • Marie-Eugène Simon-Henri-Martin (Mme veuve Simon, née Martin), qui a été le prix Marie-Eugène Simon-Henri-Martin[13] de 1944 à 1989.
  • Thérouanne, qui a été le prix Thérouanne de 1869 à 1989.
  • Adolphe Thiers, qui est le prix Thiers rétribuant des lauréats depuis 1868.

Lauréats[modifier | modifier le code]

Sans être exhaustive, cette liste de travail est issue des sites de l’Académie française[14] et croisée avec les informations de l'IdRef[15] du Sudoc. Les énumérations présentes sont réalisées sur les titres des ouvrages primés et ne tiennent pas comptes des différentes éditions ou révisions qui ont eu lieu depuis.

Nominés après l'an 2000[modifier | modifier le code]

Nominés de 1950 à 2000[modifier | modifier le code]

Nominés de 1917 à 1949[modifier | modifier le code]

Nominés de l'année 1916[modifier | modifier le code]

Nominés de 1868 à 1915[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Organisation de l'Académie française. (consulté le 5 août 2016)
  2. Description de la section « Prix d’histoire et de sociologie ». (consulté le 5 août 2016)
  3. Biographie d'Adolphe Thiers par l'Académie française. (consulté le 8 août 2016)
  4. Georges Roux, Thiers : L'histoire vivante, Paris, Nouvelles Éditions latines, , 260 p. (ISBN 9782723308953, lire en ligne) (consulté le 8 août 2016)
  5. Adolphe Thiers, membre de l'Académie des Sciences morales et politiques, publié sur le site textesrares.com (consulté le 8 août 2016)
  6. a et b Convertisseur franc-euro avec la valeur du pouvoir d'achat.
  7. Mme Lise Richard, « Alfred de Vigny et l'Académie Française », Cahiers de l'Association internationale des études françaises, vol. 45, no 1,‎ , p. 295-311 (lire en ligne) (consulté le 8 août 2016)
  8. Historique de la Fondation Thiers – Centre de Recherches humanistes, sur le site officiel de la fondation (consulté le 8 août 2016)
  9. La Fondation Dosne-Thiers est située place Saint-Georges dans le 9e arrondissement de Paris.
  10. « Annuaire-bulletin de la Société de l'histoire de France de 1916 » [txt], sur archive.org (consulté le 5 août 2016)
  11. Règlement des concours de l'Académie française. (consulté le 5 août 2016)
  12. JORF n°259 du 8 novembre 1994 page 15875, sur le site de legifrance (consulté le 8 août 2016)
  13. Biographie d'Henri Martin par l'Académie française. (consulté le 8 août 2016)
  14. Liste d'attributions des Prix Thiers, publié sur le site de l'académie française. (consulté le 1er août 2016)
  15. Recherche effectuée pour chacun des auteurs et titres de livres sur le site d'IdRef. (consulté le 4 août 2016)
  16. Histoire du peuple juif, des Juifs en France, l'émancipation.
  17. Conseil d'hygiène publique et de salubrité et Conseil supérieur d'hygiène publique de France.
  18. Le Pain du diable, téléfilm français réalisé par Bertrand Arthuys. Le pain maudit, nouvelle de Guy de Maupassant, parue en 1883.
  19. Article se repportant aux Secrets d’État.
  20. La Pendule à Salomon est un film français réalisé en 1960 par Vicky Ivernel.
  21. Le département de la Vendée, son histoire, la guerre de Vendée, Le Génocide franco-français.
  22. Qui êtes-vous ? Annuaire des contemporains, volume 3, p. 330, Ehret et Ruffy, Delagrave, Paris, 1924 sur Google Livres (consulté le 2 août 2016)
  23. Revue d'histoire de l'Église de France, vol. 6, Paris (no 30), (lire en ligne), « Société d'histoire ecclésiastique de la France », p. 149-156 (consulté le 2 août 2016)
  24. Le Royaume de Hongrie et l'occupation par l'Empire ottoman.

Article connexe[modifier | modifier le code]