Maurice Petsche

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Petsche.
Maurice Petsche
Maurice Petsche, sous-secrétaire d'État à la Guerre, en 1929.
Maurice Petsche, sous-secrétaire d'État à la Guerre, en 1929.
Fonctions
Député 1925-1940
puis 1946-1951
Gouvernement IIIe République-IVe République
Groupe politique RDG (1925-1932)
CR (1932-1936)
GDRI (1936-1940)
RAPS (1946-1951)
Paysan (1951)
Ministre d'État
Président Vincent Auriol
Gouvernement Pleven (2)
Biographie
Date de naissance
Date de décès (à 52 ans)
Résidence Hautes-Alpes

Maurice Petsche, est un homme politique français, né le à Paris et mort le à Paris.

Biographie[modifier | modifier le code]

Question book-4.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (mai 2016)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Il est le fils d'Albert Petsche, ingénieur (X) des Ponts et Chaussées, premier président d'Alsthom, d'une famille lorraine, et de sa seconde femme, Fanny Bruniquel-Recoulès, fille d'un ingénieur en chef des Ponts et chaussées.

Après des études de sciences économiques et financières, il entre à la Cour des comptes. En 1925, il est élu député Républicain de gauche des Hautes-Alpes (circonscription de Briançon dont il deviendra citoyen d'honneur), mandat qu’il conserve jusqu’à la guerre. Le 10 juillet 1940, il vote les pleins pouvoirs au maréchal Pétain.

Il est réélu en 1946 et siège comme CNIP jusqu'à son décès en 1951.

Il est inhumé à Puy-Saint-Pierre, près de Briançon.

Sa première femme, Odette Marchegay (1900-1965), lui a donné deux filles. Divorcé, il se remarie en 1937 avec Simone Lazard, fille d'André Lazard, associé de la banque Lazard, qui, veuve, épousera en 1953 le ministre Louis Jacquinot[1].

Fonctions gouvernementales[modifier | modifier le code]

À deux reprises, le président Vincent Auriol l’a chargé de former un gouvernement mais il a échoué dans cette mission.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Sabine Delanglade, « Inès de la Fressange : Fressange et pas démon », sur Les Échos, .

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Edgar Faure, Mémoires I, « Avoir toujours raison, c'est un grand tort », Plon, 1982. Edgar Faure dresse un long portrait de Maurice Petsche, dont il a été le collaborateur comme secrétaire d'État aux Finances et comme ministre du Budget et dont il a prononcé l'éloge funèbre sur sa tombe.
  • « Maurice Petsche », dans le Dictionnaire des parlementaires français (1889-1940), sous la direction de Jean Jolly, PUF, 1960 [détail de l’édition]

Liens externes[modifier | modifier le code]