Service d'ordre légionnaire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Le Service d'ordre légionnaire (SOL) est une organisation politique et paramilitaire de choc du régime de Vichy, pendant la Seconde Guerre mondiale. Créé à l'été 1941, il est l'ancêtre de la Milice française, créée en .

Histoire[modifier | modifier le code]

Après le vote des pleins pouvoirs constituants au maréchal Pétain le , Joseph Darnand (ancien combattant de 1914-1918 et de 1939-1940[1], mais aussi membre de La Cagoule), se rallie à la Révolution nationale et prend la tête de la nouvelle « Légion française des combattants » (LFC), dans les Alpes-Maritimes.

Affiche de propagande.
Brochure.
Brassard.
Épaulettes.

C'est alors, à l'été 1941, qu'il y crée le Service d'ordre légionnaire[1], organisation de choc ouverte aux membres de la Légion française des combattants. Par la suite, cet organisme est étendu, le , à toute la zone sud et à l'Afrique du Nord, où il rassemble les partisans les plus déterminés de la Révolution nationale. L'initiative de cette nouvelle organisation revient à Pierre Gallet, Marcel Gombert et Jean Bassompierre, tandis que son programme est codifié par le même Bassompierre[1], Noël de Tissot[1] et le docteur Durandy[1], en particulier les « vingt et un points du SOL » (repris ensuite par la Milice)[1].

Ce SOL prône le culte du chef, le rejet de la démocratie, l'antisémitisme, mais aussi la collaboration avec l'occupant[1] bien illustrés par le serment officiel : « […] je jure de lutter contre la démocratie, la lèpre juive et la dissidence gaulliste »[2].

Le commandement national du SOL ayant été attribué, en , à Darnand, celui-ci s’installe à Vichy[1]. Il y affiche des positions ouvertement collaborationnistes et ne cesse jamais de recevoir officiellement le soutien du maréchal Pétain, sauf tout à la fin du régime, à partir du [3].

Lors du débarquement du en Afrique du Nord, Darnand donne l’ordre aux unités SOL de résister aux Alliés[1]. Le maréchal salue dans un discours du le « dévouement », le « dynamisme », la « fidélité » et l'« esprit de sacrifice » des SOL[4] qui ont, aux côtés de l’Armée d'Afrique, combattu contre les Alliés[4]. Si, à Alger les 2 300 SOL[5] sont neutralisés quelque temps lors du putsch du , le secrétaire britannique aux Affaires étrangères Anthony Eden constate que « […] le Service d'ordre légionnaire et autres organisations fascistes du même genre poursuivent leurs activités et persécutent nos anciens partisans […] »[6].

Pétain annonce, le , la transformation du SOL en une force autonome : la « Milice française »[4],[7]. C'est ainsi que Pierre Laval, en accord avec le maréchal Pétain, décide de la créer, par la loi du . Il en devient le chef, avec Joseph Darnand pour adjoint[8].

Images[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e f g h et i Brissaud 1965, p. 122-126.
  2. Pascal Ory, Les Collaborateurs, 1940-1945, Paris, éd. du Seuil, coll. « Points Histoire », , 352 p. (ISBN 978-2-02-005427-0), p. 249.
  3. Éric Conan, Henry Rousso, Vichy, un passé qui ne passe pas, Paris, éd. Fayard, 1994 ; Paris, nouvelle édition Gallimard, coll. « Folio histoire », 1996, 513 p. (ISBN 2-07-032900-3 et 978-2-07-032900-7), p. 215.
  4. a b et c Philippe Pétain, Discours aux Français, -, Paris, Albin Michel, , 420 p., p. 296.
  5. Robert Gildea (trad. de l'anglais par Marie-Anne de Beru), Comment sont-ils devenus résistants ? – Une nouvelle histoire de la résistance (1940-1945) [« Fighters in the Shadows. A New History of the French Resistance »], Paris, Les Arènes, (1re éd. 2015) (ISBN 978-2-35204-634-9, présentation en ligne).
  6. François Kersaudy, De Gaulle et Roosevelt – Le duel au sommet, Paris, Edi8, (1re éd. 2004), 488 p. (ISBN 978-2-262-06566-9, présentation en ligne).
  7. Brissaud 1965, p. 127.
  8. Brissaud 1965, p. 128.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

Article connexe[modifier | modifier le code]