Ballon monté

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Au cours de la guerre de 1870, Paris s'est retrouvée encerclée.

Des ballons à gaz, avec nacelle, ont été utilisés pour transporter notamment le courrier civil ou militaire, et des passagers, ainsi que des pigeons voyageurs. Ils étaient gonflés avec du gaz d'éclairage hautement inflammable. Les départs se faisaient de jour comme de nuit, essuyant les tirs de barrage des troupes prussiennes.

Le ballon Le Neptune, photographié par Nadar

Historique[modifier | modifier le code]

Tableau de Jules Didier et Jacques Guiaud représentant le départ, le 7 octobre 1870, de l'« Armand Barbès », emmenant Gambetta, et du « George Sand »

Nadar constitue de son propre chef la « Compagnie des Aérostiers Militaires » avec des bénévoles dont Camille Legrand (dit « Dartois ») et Claude-Jules Duruof dont le but est la construction de ballons militaires pour les mettre à la disposition du gouvernement. Leur première volonté était d'utiliser des ballons captifs (attachés au sol) pour l'observation des mouvements de l'ennemi. Germain Rampont, directeur général des Postes, se range à l'idée d'organiser des communications avec l'extérieur de Paris. Ils établissent un campement sur la place Saint-Pierre, au pied de la butte Montmartre, où naît la poste aérienne du siège.

Cette première fabrication en série d'aéronefs, marque le début de l'industrie aéronautique. Les trains ne circulant plus, deux ateliers de construction de ballons sont installés dans les gares de chemin de fer réquisitionnées : les frères Godard à la gare d'Austerlitz et Camille Dartois et Gabriel Yon, associés de Nadar, à la gare du Nord. Ils fabriquent des ballons captifs permettant de surveiller l’ennemi, d’établir des relevés des positions et des ballons libres permettant d’acheminer du courrier et des passagers hors de la ville assiégée. Nadar baptise ses ballons : « le George-Sand », « l’Armand-Barbès », « le Louis-Blanc », etc…

Le 23 septembre 1870, Le Neptune, et Duruof à son bord, décolle puis franchit les lignes ennemies.

Deux décrets du 27 septembre 1870 de l'Administration des Postes du Gouvernement de la Défense Nationale autorisent officiellement l'expédition du courrier par voie d'aérostats, applicables dès le lendemain. Ces deux décrets marquent la naissance de la Poste aérienne[1]. L'administration imposait d'écrire sur du papier très mince et de plier la lettre en la cachetant de façon à ce qu'il ne soit pas nécessaire d'utiliser d'enveloppe. Les plis ne devaient pas excéder 3 ou 4 grammes.

Canon anti-ballons

Rapidement, faute d'aéronautes disponibles dans Paris, on recruta des marins et des gymnastes volontaires. Ceux-ci n'ayant aucune expérience, on les forma d'une manière expéditive, leur apprenant au sol les rudiments de l'aérostation. Cela ne fut pas sans conséquence quant à la qualité de la navigation et des atterrissages, avec en conséquence plusieurs blessés et des disparitions. L'installation d'un anticyclone sur le Nord-Est de l'Europe à partir de la fin novembre, poussant les ballons vers l'Ouest portés par des vents forts du Nord-Est et apportant sur Paris un temps très froid avec des records de températures négatives à l'époque, est la principale cause des pertes dans l'océan Atlantique.

Germain Rampont rationalise la fabrication des ballons postaux : ils devaient cuber 2 000 mètres, être en percaline à l'huile de lin, les nacelles en osier devaient avoir 1,30 m de large et 1,50 m de haut ; les sacs postaux, les sacs de lest et les cages de pigeons voyageurs pouvaient être suspendus à l'extérieur pour faciliter les mouvements lors des manœuvres.

Sollicité pour trouver une riposte, l'industriel allemand Krupp construisit plusieurs mousquets anti-ballons. Ce furent les premiers canons antiaériens. Ils furent peu efficaces, en raison de l'altitude prise par les ballons. Seul le ballon Daguerre fut mitraillé le 12 novembre 1870 : ses deux passagers furent faits prisonniers. Les prussiens renvoyèrent les pigeons vers Paris avec de faux messages, faisant état de prétendues défaites des armées françaises, mais les dépêches étaient signées du nom d'un secrétaire du gouvernement qui était resté à Paris.

Pour éviter la détection des ballons par les observateurs prussiens, ce qui pouvait aboutir à leur capture, on décida de partir de nuit à partir du 18 novembre. Cela rendait les vols encore plus dangereux, car il était impossible de connaître la direction initiale prise par le ballon.

Les frères Albert Tissandier (1839 - 1906) et Gaston Tissandier (1843 - 1899) tentèrent de faire le voyage retour par le même moyen avec le ballon Jean Bart, et organisèrent plusieurs points de départ des villes non occupées par les troupes prussiennes avec l'aide d'aérostiers ayant fait eux aussi une sortie. Les tentatives, avant que les troupes prussiennes n'étendent leur zone d'occupation, furent des échecs.

Types de missions[modifier | modifier le code]

La plupart des vols ont eu des missions multiples.

Janssen décolle à bord du Volta

Transport de courriers[modifier | modifier le code]

Presque tous ont eu une mission de courrier, le plus souvent double, puisque le ballon transportait des grosses quantités de courrier, mais aussi des pigeons voyageurs destinés aux informations en sens inverse. Si quelques ballons n'ont pas été affrétés officiellement pour le transport de courriers, il semble que quasi tous les aéronautes (conducteurs et/ou passagers) ont transporté quelques « plis confiés » à déposer à leur arrivée dans le premier bureau de Poste en fonctionnement rencontré[2].

Plusieurs des missions ont aussi transporté des personnes chargées d'organiser des opérations de transport de courrier de la province vers Paris (microfilms, Boules de Moulins, scaphandres, chiens, etc.)

Missions militaires[modifier | modifier le code]

Beaucoup de missions ont transporté des militaires de haut rang ou des estafettes, parfois de la dynamite.

Missions politiques et diplomatiques[modifier | modifier le code]

Plusieurs hommes politiques de haut rang ont pu échapper au siège pour rejoindre la délégation en province.

L'information de la capitulation a aussi été transmise par cette voie.

Missions scientifiques[modifier | modifier le code]

Le transport de l'astronome Janssen n'a eu qu'un but scientifique.

Résultats aéronautiques[modifier | modifier le code]

On peut être étonné par la réussite des missions, compte tenu des conditions (ville assiégée, pilotes inexpérimentés, vols de nuit, transport de dynamite, etc.).

En effet, aucun des ballons lancés n'a connu de défaillance ni provoqué directement la mort des aéronautes.

Les deux disparitions en mer ont été provoquées par l'absence de moyen efficace de navigation, le pilote n'ayant pas estimé correctement la distance parcourue pour entamer sa descente.

Les accidents d'atterrissage ont été provoqués surtout par l'inexpérience des pilotes et par la présence des uhlans proches du point de chute.

Des records ont été battus (de vitesse et de distance). Certains vols ont atteint une grande altitude (peut-être 5 à 7 000 m).

Des tentatives d'améliorations techniques (direction par hélice et gouvernail) ont été faites, sans résultat.

Cette série de vols a, pour la première fois, démontré que la voie aérienne pouvait avoir une utilité stratégique, pratique et exploitable à grande échelle.

Résultats[modifier | modifier le code]

Pendant le siège, 66[3] ballons montés transportèrent 164 passagers, 381 pigeons, 5 chiens et plus de 2 millions de lettres[4], soit environ onze tonnes de courrier.

Selon les vents dominants, et la nécessité de départs ne pouvant attendre des vents favorables, certains ballons arrivèrent en Norvège, en Allemagne ou tombèrent dans l'Atlantique (deux disparitions), mais la plupart atterrirent en province. Cinq des ballons seront capturés par l'ennemi.

Notons que les ballons étaient la seule manière de communiquer avec la province, toutes les autres méthodes ayant échoué (piétons, bateaux, sous-marins, scaphandres, électricité, etc.).

Le seul autre moyen qui ait fonctionné était le retour des pigeons voyageurs, qui transportaient des quantités importantes d'informations, grâce aux microfilms qu'ils emportaient. Malheureusement, beaucoup d'entre eux n'arrivèrent jamais.

Aucun des chiens supposés ramener les dépêches grâce à leur sens de l'orientation n'arriva à destination.

Anecdotes[modifier | modifier le code]

Jules Duruof, pilote du Neptune, fut poursuivi mais acquitté par la suite par un tribunal militaire pour avoir accepté de collaborer ensuite avec la Commune[5].

Le Montgolfier se pose à Heiligenberg, en Alsace. La région est déjà occupée par les Prussiens. les 3 aérostiers bénéficieront d'un formibale élant de patriotisme des habitants qui, au péril de leur vie, les aident à rejoindre les troupes Francaises. L'équipage quitte le village déguisé en bucherons et atteind les lignes francaises en traversant les Vosges. Ils marchent pendant près de 4 jours dans la montagne et rejoignent les troupes francaises après 160 kilomètres à pied.

Liste des ballons montés[modifier | modifier le code]

Les ballons sortis pendant le Siège de Paris, selon Théodore et Gaston Mangin

Le tableau ci-dessous reporte les ascensions humaines selon les travaux de J. le Pileur et G. l'Héritier. Il y a quelques discordances entre les listes, particulièrement avec celle établie par Gaston Tissandier[6]. Une révision, suite à l'ouverture des archives de l'administration des Postes, et à celles de l'armée, a notamment modifié les dates, donc l'ordre des envois[7]. La transcription des noms des sites d'atterrissages, et des noms de familles des passagers et des pilotes, a été indiquée de manière phonétique ou approximative par certains auteurs (Gaston Tissandier notamment), les archives de la compagnies des aérostiers, et celle de l'armée, a permis de rétablir l'orthographe en usage à l'époque.

Trois compagnies affrètent des ballons : la Compagnies des Aérostiers Militaires, la Compagnies des Aéronautes et l'Administration des Postes de Paris.

Listes des expéditions
Date Nom Volume Constructeur Pilote Passagers Départ Arrivée Distance Fret Notes
1 Le Neptune 1 300 m3 Godard, enveloppe récupérée dans Paris Jules Duruof sans Place St Pierre Cracouville 104 km 125 kg de courrier, très peu de lettres de particuliers
2 La Ville de Florence 1 400 m3 Godard, affrèté par la Poste Gabriel Mangin M.Lutz Boulevard d'Italie (champ de « La Glacière ») Vernouillet 30 km 120 kg de courrier, 30 kg de tracts lâchés sur les Prussiens, 3 pigeons Premier ballon affrété par l'administration des Postes, premiers pigeons voyageurs, utilisés à l'atterrissage pour confirmer la réussite de la mission, 1 seul reviendra à Paris.
3 Les États-Unis (= Le Napoléon + l'Hirondelle) 800 m3+500 m3 Louis Godard J.G. Courtin Usine à gaz de La Villette Mantes 58 km 83 kg de courrier, 1 paquet de journaux, des tracts écrits par V. Hugo lâchés au-dessus des lignes ennemies, 6 pigeons Ballon constitué de deux enveloppes d'anciens ballons reliées par une passerelle.
4 Le Céleste 750 m3 Giffard Gaston Tissandier Parc de Vaugirard Dreux 81 km 80 kg de courrier, 3 pigeons, des tracts lâchés sur les Prussiens
5 Non dénommé no 1 125 m3 sans ballon non monté sans Boulevard d'Italie Ville-d'Avray 15 km environ 2000 cartes-poste (4 kg) Premier essai de « ballon perdu ». Abattu par les Prussiens, atterrissage dans les lignes ennemies, une partie des cartes sera acheminée après le Siège.
sans Le National  ? Tissandier Frères Albert Bertaux sans Échec au décollage Échec non connu Ancien ballon dénommé « l'Impérial », l'enveloppe, trop vieille, n'a pu se gonfler suffisamment.
6 L'Armand Barbès 1 200 m3 Cie des Aérostiers Alexandre Jacques Trichet Eugène Spuller, Léon Gambetta Place St Pierre Épineuse (Oise) 98 km "gros volume" de courrier, 16 pigeons Les deux ballons : l'Armand Barbès et le George Sand partent à la même heure (11 h 10 ), selon les listes, ils sont donc en 7e ou 6e position. Ces deux ballons sont les premiers sortis des chaînes de fabrication improvisées dans Paris. Ils sont donc neuf, contrairement aux précédents construits avant le siège.
7 Le George Sand 1 200 m3 Joseph Revillod (coéquipier de Nadar) Charles May, M.Raynold, Étienne Cuzon Place St Pierre Crémery 120 km pas de courrier, 18 pigeons MM. May et Reynolds sont américains, affréteurs du ballon précédent, mais ils laissent leur place à Gambetta, E. Cuzon est le nouveau Sous-Préfet de Redon. Finalement, les deux ballons sont prêts à l'envol au même moment et quittent Paris à quelques minutes d'intervalle.
8 Non dénommé no 2, ou Piper no 1 1 200 m3 - « Racine » Piper, et son secrétaire : Friedman Usine de La Vilette Stains 12 km Cartes-poste (70 kg environ) en 2 sacs, 2 pigeons Échec, atterrissage avant les lignes ennemies, suite à une erreur de manœuvre, les sacs de courrier sont récupérés et ramenés dans Paris. « Le vol le plus court ! ».
9 Le Washington 2 045 m3 Godard Albert Bertaux Louis Von Roosebecke, le Comte Albert Lefebvre de Béhaine Gare d'Orléans Carnières 204 km 300 kg de courrier en 5 sacs, 25 pigeons L. v. Roosebecke est vice-président de l'association colombophile de Paris, le Comte de Béhaine est consul-général de France à Vienne, chargé de mission diplomatique.
10 Le Louis Blanc 1 200 m3 Cie des Aérostiers Eugène Farcot Auguste Traclet Place St Pierre Beclers (Belgique) 290 km 128 kg de courrier en 4 sacs, 8 pigeons A. Traclet est trésorier de l'Assoc. Colombophile de Paris, deux pigeons seulement arriveront à Tours, mais ils ne revinrent jamais à Paris.
11 Le Godefroy Cavaignac 2 045 m3 Godard Edmée Godard, père (68 ans) Comte Émile de Kératry et son chef de cabinet M. Jay, et M. du Quesneau. Gare d'Orléans Brillon-en-Barrois (Meuse) 257 km 170 kg de courrier en 4 sacs, 6 pigeons La liste des passagers varie d'un auteur à l'autre.
12 le Jean-Bart no 1 2 045 m3 Godard Albert Tissandier Arthur Ranc, Victor Ferrand Gare d'Orléans Nogent-sur-Seine 114 km 400 kg de courrier, 5 pigeons
13 Le Jules Favre no 1 2 045 m3 Godard Louis Godard Maître Malapert-Ribot, Charles Bureau Gare d'Orléans Froid-Chapelle (Belgique) 298 km 195 kg de courrier, 6 pigeons
14 le Jean Bart no 2 2 000 m3 Godard Henri Labadie M. Daru, M.Barthélémy Gare d'Orléans Dinant (Belgique) 328 km 270 kg de courrier, 4 pigeons Reprend du courrier du « non-dénommé no 2 » (ballon no 8).
15 Le Victor-Hugo 1 200 m3 Cie des Aérostiers Jean-Pierre Nadal sans Jardin des Tuileries Bar-le-duc 117 km 450 kg de courrier, 6 pigeons Victor Hugo était attendu au départ du ballon portant son nom (avec son accord), mais l'invitation arrivera deux jours après.
16 La république universelle ou La Fayette 2 000 m3 Louis Jossec Henri-Antoine Dubost, Gaston Prunières Gare d'Orléans Mézières 256 km 450 kg de courrier, 6 pigeons, 75 kg d'imprimés jetés sur les Prussiens M. Dubost est secrétaire-général de la Préfecture de Police de Paris (à 26 ans), futur président du Sénat et G. Prunière son secrétaire.
17 Le Garibaldi 2 000 m3 Cie des Aérostiers Iglesia Paul de Jouvencel Tuileries Quincy près de Meaux 40 km 75 kg de tracts lâchés sur les Prussiens, 300 kg de courrier, 6 pigeons Le hasard fit atterrir P. de Jouvencel, député d'opposition en mission, à un ou deux kilomètres de sa maison près de Meaux.
18 Le Montgolfier 2 000 m3 Godard Sané Hervé colonel Delapierre et le commandant Joseph-Marie Le Bouedec[8] Gare d'Orléans Heiligenberg 503 km 220 kg de courrier, 2 pigeons Parvenant à s'échapper grâce à la population locale[9], les passagers et l'aéronaute rejoignent à pied le front puis Tours[10].
19 Le Vauban 1 200 m3 Godard Guillaume Frédéric Rethinger, Édouard Cassiers Gare d'Orléans Vignoles 370 km 290 kg de courrier en 5 sacs, 23 pigeons E. Cassiers est le Président de l'Assoc. Colombophile de Paris « L'espérance », E. Rethinger est Allemand et est chargé de mission diplomatique auprès de l'Angleterre et de l'Autriche.
20 La Bretagne (ou Le Normandie) 2 000 m3 Godard René Cuzon Wœrth, Manceau, Hudin La Villette Fresnes-en-Woëvre-Hennemont 200 km pas de courrier, billets et des valeurs financières (7 millions de Francs Or), 7 pigeons Capturé, passagers blessés. Premier transport de fonds aérien ! (pour l'achat d'armes). Le courrier et les fonds arriveront à destination, pas les passagers qui seront libérés après la guerre après un internement en Allemagne.
21 Le Colonel Charras 2 000 m3 Cie des Aérostiers Ferdinand Gilles sans Gare du Nord Montigny-le-Roi (Haute-Marne) 308 km 460 kg de courrier, 6 pigeons, 5 paquets de journaux Fret au maximum possible, la charge étant de 500 kg environ.
22 Le Fulton 2 000 m3 Godard Le Gloannec Ernest Cézanne Gare d'Orléans Angers 345 km 350 kg de courrier, 6 pigeons
23 Le Ferdinand Flocon 2 000 m3 Cie des Aérostiers Vidal Abel Lemercier de Jauvelle Gare de Nord Châteaubriant 392 km 150 kg de courrier, 6 pigeons Tentative pour rétablir le télégraphe Paris-Province, A. Lemercier étant spécialiste des lignes télégraphiques.
24 La Galilée 2 000 m3 Godard Jean Husson Étienne Antonin Gare de Nord Chartres 88 km 420 kg de courrier, 6 pigeons Capturé, mais un sac de courrier échappe aux Prussiens.
25 La Ville de Châteaudun 2 000 m3 Cie des Aérostiers Philippe Bosc sans Gare de Nord Reclainville 106 km 455 kg de courrier, 6 pigeons
26 Non-dénommé no 3 (ou Piper 2) 2 000 m3 - Piper Friedman, Juteau Usine de La Vilette Combs-la-Ville 28 km  ? Échec mais courriers et passagers échappent aux Prussiens.
27 La Gironde 2 045 m3 Godard Gallay Herbaut, Gambès, Barry Gare d'Orléans Gaudreville 117 km 60 kg de courrier 2 bouteilles de Château-Giscours bues en cours de route et jetées avec un message sur les Prussiens. Surnommé « le ballon à nacelle Première Classe ».
28 Le Daguerre 2 000 m3 Godard Jubert Louis Pierron, Ernest Nobécourt et son chien Gare d'Orléans Ferrières-en-Brie 42 km 270 kg de courrier, 30 pigeons, matériel pour la fabrication de pellicules photographiques (Ernest Nobécourt est chimiste) Capturé, 1 sac de courriers sera lâché avant la capture et acheminé.
29 Le Niepce 2 000 m3 Godard Pagano René Dagron, Fernique, Poisot, Gnochi Gare d'Orléans Coole (Marne) 196 km matériel photographique pour microfilms R. Dagron est spécialiste des microfilms.
30 Le général Uhrich 2 000 m3 Émile Lemoine (père) Thomas + 2 Gare de Nord Luzarches 36 km 80 kg de courrier, 34 pigeons Premier vol de nuit.
31 L'Archimède 2 000 m3 Godard Jules Buffet Gaston de Saint-Valéry, Albert de Jaudas Gare d'Orléans Castelré (Hollande) 400 km 290 kg de courrier, 21 pigeons 9 pigeons seulement arriveront à Tours.
32 L'Égalité 3 000 m3 Wilfried De Fonvielle de Villoutray, Brunel, Rouzé, Dulud (ou Dubreuil) Vaugirard Louvins (Belgique) 225 km 12 pigeons L'administration refuse de confier du courrier.
33 La Ville d'Orléans 2 030 m3 Cie des Aérostiers Paul Rolier Léonard Béziers Gare de Nord Lifjell (Norvège) 1 246 km 100 kg de courrier, 6 pigeons Record de distance.
34 Le Jacquart 2 000 m3 Godard Alexandre Prince sans Gare d'Orléans Disparu en Mer d'Irlande  ? 250 kg de courrier Première disparition, localisée vers les Iles Scilly. Du courrier a été récupéré près du Cap Lizard.
35 Le Jules Favre no 2 2 000 m3 Cie des Aérostiers Alfred Martin Paul du Courroy Gare d'Orléans Belle-Île-en-Mer 548 km 100 kg de courrier Passagers blessés.
36 La bataille de Paris 2 000 m3 - Poirrier Jules Antoine Lissajous, Jules Maurat Gare du Nord Grand-Champ 460 km pas de courrier, matériel pour construire un télégraphe optique les deux passagers sont professeurs de physique du Lycée Saint-Louis spécialistes d'optique.
37 Le Volta 2 045 m3 Godard Chapelain Jules Janssen Gare d'Orléans Bouvron 466 km pas de courrier Voyage scientifique, pour aller observer l'éclipse à Oran.
38 Le Franklin 2 050 m3 Godard Pierre Marcia d'Andrecourt Gare d'Orléans Saint-Aignan-Grandlieu 403 km 100 kg de courrier, 6 pigeons Le Comte d'Andrécourt est chargé de porter des documents secrets à la délégation de Bordeaux.
39 L'armée de Bretagne 2 000 m3 Cie des Aérostiers Surrel Lavoine Gare du Nord Bouillet 355 km pas de courrier Surrel gravement blessé.
40 Le Denis Papin 2 000 m3 Godard Jean Louis Domalain Pierre de Montgaillard, Delort, Robert Gare d'Orléans Le Mans 170 km 55 kg de courrier, 6 pigeons Robert et Delors sont les inventeurs des Boules de Moulins.
41 Le général Renault 2 000 m3 Cie des Aérostiers Joignerey Wolff, Lermanjat Gare du Nord Rouen 143 km 120 kg de courrier (en 2 sacs), 12 pigeons -
42 La Ville de Paris 2 000 m3 Cie des Aérostiers Delamarne Morel, Billebault Gare d'Orléans Wertzlur (Prusse) 510 km 65 kg de courrier, 12 pigeons Capturé, les plans secrets du Général Trochu destinés à Gambetta pour coordonner les actions sont pris par l'ennemi. Le courrier sera restitué en aux destinataires.
43 Le Parmentier 2 045 m3 Godard Paul Desdouet, Lepère Gare d'Orléans Gourgançon 150 km 160 kg de courrier, 4 pigeons Desdouet est photographe.
44 Le Gutenberg 2 000 m3 Godard Joseph Perruchon d'Almeida, Isaac-Georges Levy, Louisy Gare d'Orléans Montépreux 200 km pas de courrier, 6 pigeons, matériel pour correspondre avec Paris La Science illustrée. Journal hebdomadaire... Capturé par l'armée française, passagers et pilote sont jugés comme espions par un général français ... puis libérés.
45 Le Davy 1 200 m3 Godard Chaumont Pierre Deschamps Gare d'Orléans Fussey 331 km 70 kg de courrier en 2 sacs L'oriflamme du ballon, donné par les aéronautes, est toujours dans la Mairie de Fussey.
46 Le général Chanzy 2 000 m3 Cie des Aérostiers Léopold Werrecke Alfonse de l'Épinay, Juliac, F. Jouffryon Gare du Nord Rotembery (Bavière) 760 km 25 kg de courrier, 4 pigeons, 1 scaphandre sous-marin conçu par Juliac & Jouffryon Capturé, le scaphandre était prévu pour une tentative de retour dans Paris par la Seine.
47 Le Lavoisier 2 045 m3 Godard Charles Sauveur Ledret Raoul Le Mouton de Boisdeffre Gare d'Orléans Beaufort-en-Vallée 290 km 175 kg de courrier, 6 pigeons -
48 La Délivrance 2 050 m3 Cie des Aérostiers Édouard Gauchet Reboul Gare du Nord La Boissière-des-Landes (Vendée) 450 km 140 kg de courrier, 4 pigeons -
49 Le Rouget de l'Isle 2 050 m3 Godard François Jahn Garnier, Glachant Gare d'Orléans Alençon 240 km pas de courrier, 4 pigeons
50 Le Tourville 2 050 m3 Godard Abel Mouttet Miége, S. Delaleu Gare d'Orléans Eymoutiers 433 km 160 kg de courrier, 4 pigeons -
51 Le Merlin de Douai 2 000 m3 Aéronautes L.Griseaux E.Tarbé Gare du Nord Massay 211 km pas de courrier Quelques plis confiés.
52 Le Bayard 2 045 m3  ? Paul Réginence (ou Reginensi) Ducoux Gare d'Orléans La Mothe-Achard 377 km 110 kg de courrier, 4 pigeons
53 L'armée de la Loire 2 000 m3 Cie des Aérostiers E. Lemoine (fils) sans Gare d'Orléans Montbizot 231 km 230 kg de courrier
54 Le Newton Aimé Ours Amable Brousseau Gare du Nord Digny 110 km 310 kg de courrier, 4 pigeons
55 Le Duquesne 2 000 m3 Godard Charles Richard Aymand, Chemin, Lallemagne Gare d'Orléans Berzieux 167 km 150 kg de courrier, 4 pigeons Tentative de direction avec une hélice.
56 Le Gambetta 2 000 m3 Cie des Aérostiers Charles Duvivier Lefébure de Fourcy Gare du Nord Clamecy 200 km 240 kg de courrier, 3 pigeons -
57 Le Kepler 2 000 m3 Godard Achille Félix Roux Camille Dupuy Gare d'Orléans Montigné-le-Brillant 283 km 160 kg de courrier, 3 pigeons -
58 Le Monge 2 000 m3 Godard Raoul Guigné Gare d'Orléans Arpheuilles 293 km pas de courrier
59 Le général Faidherbe 2 000 m3 Cie des Aérostiers Van Seymortier Hurel, Maréchal, Nicolas, Petit-Clair Gare du Nord Saint-Avit-de-Soulège (Gironde) 577 km 60 kg de courrier, 2 pigeons, 5 chiens Transport de chiens pour les utiliser comme passeur de messages (dans leur collier) : aucun des chiens n'est revenu dans Paris.
60 Le Vaucanson 2 045 m3 Godard André Clariot Valade, Delente Gare d'Orléans Armentières (Belgique) 240 km 75 kg de courriers, 3 pigeons -
61 Le Steenackers 2 000 m3 Vibert Gustave Charles Alexis Gobron Gare du Nord Huynd (Hollande) 552 km pas de courrier, 2 caisses de dynamite Record de vitesse et d'altitude.
62 La Poste de Paris 2 000 m3 Cie des Aérostiers Turbiaux Cleray, Cavailhon Gare du Nord Venray (Pays-Bas) 400 km 70 kg de courrier, 3 pigeons -
63 Le général Bourbaki 2 000 m3 Cie des Aérostiers Théodore Mangin Boisenfrey Gare du Nord Auménancourt-le-Grand 162 km 180 kg de courrier, 3 pigeons Tombé en zone ennemie, mais non capturé.
64 Le général Daumesnil 2 045 m3 Godard Robin sans Gare de l'Est Charleroi (Belgique) 277 km 280 kg de courrier, 3 pigeons -
65 Le Torricelli 2 045 m3 Godard Bely sans Gare de l'Est Catillon-Fumechon 193 km 230 kg de courrier, 3 pigeons -
66 Le Richard Wallace 2 000 m3 Cie des Aérostiers Inconnu Émile Lacaze Gare de l'Est Disparu dans l'Atlantique, au large d'Arcachon  ? 220 kg de courrier, 3 pigeons Du courrier est retrouvé sur la plage à Saint-Gilles-Croix-de-Vie et aux Sables-d'Olonnes, puis à l'Ile de Ré.
67 Le général Cambronne 2 045 m3 Godard Auguste Tristan sans Gare de l'Est Sougé-le-Ganelon (Sarthe) 253 km 20 kg de courrier Dernier ballon, portant haut le mot de Cambronne !

Accidents[modifier | modifier le code]

Deux ballons furent perdus corps et biens pour avoir atteint la mer.

  • Le Jacquart, piloté par Alexandre Prince (seul passager), ayant décollé de la Gare d'Orléans le . Il portait des duplicata des ordres perdus par le Ville d'Orléans. Il a disparu au-delà du cap Lizard, dans la Mer d'Irlande.
  • Le Richard Wallace, piloté par Émile Lacaze (seul passager), disparu au large de La Rochelle ou d'Arcachon selon les auteurs, le [11]. Il portait la capitulation à la Délégation.

CNUM - 4KY28.2 : p.305

Devenir des ballons[modifier | modifier le code]

Les ballons — ceux qui n'ont pas été détruits ou perdus — ont été récupérés par l'armée et restaurés en 1875[12].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Première poste aérienne mondiale.
  2. Les plis confiés, très rares, sont connus pour tous les vols sauf exception. Mais leur absence, pour ces exceptions, ne signifie pas qu'il n'y en avait pas, mais peut-être qu'ils n'ont pas été trouvés ou conservés.
  3. Le nombre retenu est 67 mais, voir tableau plus bas, le non-dénommé no 1 est en fait un ballon libre. Il est retenu par les philatélistes car son courrier récupéré (donc oblitéré et daté) est renvoyé par un des ballons-montés suivants. Il s'agit donc indirectement du premier courrier accidenté de l'Aéropostale et parvenu ensuite aux destinataires.
  4. cité dans La grande histoire de la Commune édition du centenaire - Robert Laffont 1970
  5. CNUM - 4KY28.2 : p.127
  6. En effet, Gaston Tissandier avait quitté Paris le 30 septembre 1870, il a établi sa liste à partir de témoignages recueillis après le siège. Cette Liste initiale a été revue par les frères Mangin, reprise par Arthur Maury, revue par J. Le Pileur, puis dernièrement par Gérard l'Héritier. Cette dernière étude fait actuellement référence.
  7. Se référer aux catalogues établis par Gérard l'Héritier, dont la dernière édition en 2008.
  8. L‘exploit de Joseph Marie Le Bouédec
  9. Atterrissage du ballon « Le Montgolfier », le 25 octobre 1870
  10. Heiligenberg, un si joli petit village alsacien...
  11. Le site est estimé d'après les courants marins qui ont ramener des courriers sur la côte.
  12. Devenir des ballons

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Les deux aéronautes engloutis dans l'océan, la Nature, 1874
  • J. le Pileur, « La poste par ballons montés », 1e édition 1943, et édition revue et complétée 1953.
  • Collectif, Revue « Icare », no 56, 1971 : Guerre 1870-1871, Volume I, (208 pages) plusieurs articles sur le sujet, dont : Les ballons du sièges, par Charles Dollfus et Paul Maincent, p. 67–156. Très riche article, rédigé par un aérophilatéliste (P. Maincent) et un historien spécialiste de l'aéronautique (C. Dollfus, 1893-1981, Conservateur du Musée de l'Aéronautique) qui a rencontré les derniers aéronautes du siège.
  • Gérard Lhéritier, « Les ballons montés », édition Valeurs Philatéliques, Tome 1 : 1990, tome 2 : 1992, tome 3 : 1994, tome 4 : 2000.
  • Jean-Claude LETTRE, « La fabuleuse histoire des Boules et ballons monté de la délivrance, Le siège de Paris », édition Aramis, 2006.
  • Christian LAROZE, "Valéry Paul ROLIER" un curtinien au destin exceptionnel. éditions de l'Ecluse- Chatillon Coligny (Loiret),2007. Il atterrit en Norvège.
  • Gérard Lhéritier, « Livre des valeurs et cotations (1870-1871)», éditions Plume, 2008

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]