Elizabeth (film)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Élisabeth.

Elizabeth

Description de cette image, également commentée ci-après

Élisabeth Ire d'Angleterre, lors de son couronnement. Ce portrait a servi de base au tournage de la scène du couronnement dans le film.

Réalisation Shekhar Kapur
Scénario Michael Hirst
Acteurs principaux
Sociétés de production Working Title Films
Polygram Filmed Entertainment
Channel Four Films
Pays d’origine Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Genre Biographique
Historique
Sortie 1998
Durée 124 min (2h04)

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Elizabeth est un film britannique du réalisateur indien Shekhar Kapur, sorti en 1998, sur la vie de la reine d'Angleterre Élisabeth I (1533-1603).

Une suite a été réalisée en 2007, également par Shekhar Kapur : Elizabeth : L'Âge d'or, dont l'action se situe 30 ans plus tard.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Évocation de l'ascension de la reine Élisabeth (Cate Blanchett) jusqu'au trône d'Angleterre.

Fille du roi Henri VIII et d'Anne Boleyn, elle est déclarée illégitime à la mort de sa mère, décapitée pour haute trahison en 1536.

En 1558, alors qu'elle régnait sur l'Angleterre, la fille de Catherine d'Aragon, première épouse d'Henri VIII, Marie Tudor (Kathy Burke), se fait diagnostiquer un cancer de l'utérus. N'ayant pas donné d'héritier, les catholiques craignent que sa demi-sœur Élisabeth, qui est protestante, lui succède. Ils la convainquent de la faire arrêter et emprisonner dans la Tour de Londres, mais Marie refuse, et, à sa mort, Élisabeth devient reine.

Elle doit à son tour trouver un prétendant pour avoir un héritier protestant afin d'éviter que le trône ne revienne aux mains des catholiques, et doit faire face aux ambitions et aux trahisons qui ponctuent la vie à la cour. Son propre cousin, le catholique Duc de Norfolk (Christopher Eccleston), complote pour son assassinat avec la reine d'Écosse, Marie de Guise (Fanny Ardant).

L'un de ses conseillers les plus fidèles, Sir William Cecil (Richard Attenborough) la presse de trouver un époux, et insiste pour lui présenter le Duc d'Anjou (Vincent Cassel), futur roi de France du nom d'Henri III. Mais Élisabeth, se revendiquant libre et indépendante, refuse les avances de ses nombreux prétendants à cause de son amour pour Robert Dudley (Joseph Fiennes), son ami d'enfance.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Autour du film[modifier | modifier le code]

La même année, les acteurs Joseph Fiennes (Robert Dudley) et Geoffrey Rush (Sir Francis Walsingham) ont également joué dans Shakespeare in Love, respectivement les rôles de William Shakespeare et de Philip Henslowe, film dans lequel la reine Élisabeth Ire est jouée par Judi Dench. Lors de la 71e cérémonie des Oscars qui eut lieu en 1999, les deux actrices qui ont interprété le rôle de la reine Elizabeth Ire, Cate Blanchett dans Elizabeth et Judi Dench dans Shakespeare in Love ont été nommées respectivement dans la catégorie "meilleure actrice" et "meilleure actrice dans un rôle secondaire" (Oscar que Judi Dench a finalement remporté).

Le poème que récite Robert Dudley (Joseph Fiennes) à Elizabeth est un sonnet écrit par Sir Philip Sidney, gendre de Francis Walsingham, conseiller de la reine[3].

Ce fut le dernier film de John Gielgud (Jules César, Le Crime de l'Orient-Express, Elephant Man, Shine), qui interprète ici le Pape[3].

Réception[modifier | modifier le code]

Le film a été présenté pour la première fois en septembre 1998 à la Mostra de Venise, où il reçut le Max Factor Award des meilleurs maquillages, attribué à Jenny Shircore.

Il a rapporté 82 150 642 $ au niveau mondial, pour un budget initial de 30 000 000 $[1].

En regard du box-office, le film est noté à 80 % sur le site Rotten Tomatoes[4] et est évalué à 3 étoiles sur 4 sur le site d'Allociné[5].

Le critique du Chicago Sun-Times Roger Ebert a écrit :

« À travers les yeux du réalisateur indien Shekhar Kapur, Elizabeth n'est pas un chef-d'œuvre de théâtre, mais un mélange de couleurs et d'émotions riches et saturées. La texture du film est à recommander à elle seule, même séparée de l'histoire. »

— Roger Ebert[6], Chicago Sun-Times, .

Le site de la chaîne de télévision britannique BBC a publié en 2000 la critique suivante :

« Malgré les yeux brillants et les somptueuses parures de la cour, ce drame historique intelligent évite habilement les marécages des fantasmes nostalgiques. Le réalisateur Kapur tire le meilleur d'une distribution exceptionnelle et nous offre à la fois une atmosphère romantique et une exploration mature d'un thème d'importance - la sombre hypocrisie, la trahison et l'ambition malsaine qui régnaient au cours de cette période sanguinaire en Grande Bretagne. »

— Matt Ford[7], BBC, .

Par ailleurs, la Ligue catholique pour les droits civils et religieux (Catholic League for Religious and Civil Rights) a qualifié le film d'« anti-catholique », considérant que le film donne l'« impression que les conflits religieux étaient tous le fait de l'Église Catholique ». De plus la Ligue s'appuie sur la critique du The New York Times, qui affirmait également que le film était « résolument anti-catholique »[8], le tout complété par un « Pape magouilleur », et elle répéta qu'un autre journal, le Buffalo News avait écrit que « chaque catholique du film est sombre, cruel et sournois »[9].

Bande originale[modifier | modifier le code]

La bande originale a été composée par David Hirschfelder :

  1. Elizabeth : Overture - 4:44
  2. Love Theme : Arrest - 3:08
  3. Tonight I Think I Die - 4:22
  4. Walsingham - 2:05
  5. Night Of The Long Knives - 4:12 (adapté d'une composition de William Byrd)
  6. Coronation Banquet - 6:34
  7. Love Theme - 1:48
  8. Aftermath - 5:19
  9. Parliament - 4:08
  10. Rondes - 4:32
  11. Conspiracy - 3:21
  12. Ballard - 3:53
  13. One Mistress, No Master - 4:25
  14. Nimrod - 4:30 (tiré d’Enigma Variations de Edward Elgar)
  15. Requiem - 5:10 (de Mozart)

L'album a remporté le BAFTA de la meilleure musique de film, et a été nommé à l'Oscar de la meilleure musique de film.

Distinctions[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Nominations[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) Box-Office de Elizabeth sur Box Office Mojo. Consulté le 2 septembre 2009.
  2. (en) Lieux de tournages sur l'IMDB. Consulté le 2 septembre 2009.
  3. a et b (en) Anecdotes sur l'IMDB. Consulté le 3 septembre 2009.
  4. (en) Elizabeth sur Rotten Tomatoes. Consulté le 3 septembre 2009.
  5. (fr) Critiques spectateurs d’Elizabeth sur Allociné. Consulté le 3 septembre 2009.
  6. (en) Critique de Magnolia sur le site de Roger Ebert. Consulté le 2 septembre 2009.
  7. (en) Critique de Elizabeth sur le site de la BBC. Consulté le 2 septembre 2009.
  8. (en) Janet Maslin, Critique de Elizabeth dans le New-York Times. Consulté le 3 septembre 2009.
  9. (en) "Elizabeth" is "resolutely anti-catholic", Catholic League for Religious and Civil Rights. Consulté le 3 septembre 2009.

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Plusieurs films et téléfilms ont été inspirés par la vie d'Élisabeth I ou évoquent son règne :

Liens externes[modifier | modifier le code]