Linda Blair

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Blair.

Linda Blair

alt=Description de l'image Linda_Blair_2012.jpg.
Nom de naissance Linda Denise Blair
Naissance 22 janvier 1959 (55 ans)
Saint-Louis, Drapeau des États-Unis États-Unis
Nationalité Drapeau des États-Unis
Profession Actrice
Productrice

Linda Denise Blair, est une actrice et productrice américaine, née le 22 janvier 1959 à Saint-Louis, dans le Missouri aux États-Unis.

Biographie[modifier | modifier le code]

Elle débute à la télévision dès l'âge de 5 ans, avant de devenir une star mondiale en 1973 avec le film de William Friedkin, L'Exorciste avec lequel elle reçoit le Golden Globe de la Meilleure actrice dans un second rôle ainsi qu'une nomination à l’Oscar de la meilleure actrice. Considérée alors comme une enfant-star, on lui promet une brillante carrière. Elle enchaîne avec des productions prestigieuses tel 747 en péril, L'été de la peur et, en 1977, reprend le rôle qui l'a rendue célèbre dans L'Exorciste 2 : l'hérétique. Cependant, ses films suivants et ses déboires sentimentaux briseront sa carrière.

L'Exorciste[modifier | modifier le code]

En 1973, elle est choisie parmi plus de 600 candidates par le réalisateur William Friedkin pour interpréter Regan MacNeil l'enfant possédée de L'Exorciste, aux côtés de Ellen Burstyn et de Max von Sydow.

Elle fera plus tard en 1974 cette déclaration[réf. nécessaire] à propos de son rôle : « Je voulais jouer une princesse. Je voulais jouer dans les films Disney, je voulais jouer dans Lassie, je ne voulais pas jouer un monstre. »

Le film est un succès mondial malgré la censure. Cependant, outre les éloges du monde du cinéma, Linda Blair reçut des menaces de mort et le studio Warner assura sa protection en faisant emménager la police chez elle durant six mois.

Après L'Exorciste[modifier | modifier le code]

Années 1970[modifier | modifier le code]

Considérée comme une actrice d'exception, elle poursuit sa carrière dans de prestigieuses productions parfois controversées tels que Born Innocent ou Sarah T. - Portrait Of a Teenage Alcoholic dans lequel elle interprète une enfant battue et alcoolique. Puis en 1974, elle donne la réplique à Charlton Heston et Karen Black dans 747 en péril où elle joue une jeune fille malade transportée à Los Angeles pour une greffe du rein. Deux ans plus tard, une suite de L'Exorciste est envisagée: L'Exorciste 2 : l'hérétique. Dans un premier temps, Linda Blair refuse le projet[1]. Elle revient finalement sur sa décision qu'elle regrettera après avoir lu la dernière version du scénario. « Après cinq réécritures, ce n'était plus du tout la même chose. C'est l'une des plus grandes déceptions de ma carrière[2]. » La jeune comédienne a pour partenaire Louise Fletcher et Richard Burton ainsi que Max von Sydow. Réalisé par John Boorman, le film est un échec commercial avec seulement 30 749 142 $[3] et critique. William Peter Blatty le trouve « très mauvais »[4] et William Friedkin, après en avoir vu seulement 30 minutes, « calomnieux et un horrible »[5]. Seule la journaliste Pauline Kael le préfère à l'original. Linda Blair sera nommée au Saturn Award pour sa performance.

En décembre 1977, elle est arrêtée dans un appartement de Miami par la police en compagnie de dealers. Elle prétend alors être venue pour acheter un "chien", en réalité nom de code pour "cocaïne". Elle est ensuite arrêtée pour trafic de stupéfiants. L'affaire fait scandale à Hollywood et le cinéma ferme ses portes à la jeune actrice, à commencer par ses agents de l'époque. En octobre 1999, lors d'une interview télévisée pour E! True Hollywood Story, elle déclare que cet événement a définitivement ruiné sa carrière.

Années 1980[modifier | modifier le code]

Durant les années 1980, elle apparaîtra dans des films mineurs souvent horrifiques parmi lesquels Les Rues de l'enfer (Savage Streets) aux côtés de la scream queen Linnea Quigley. Elle tourne entre autres Les Anges du Mal, l'un des pires souvenirs de sa carrière, et rencontre Sylvia Kristel pour Chaleur rouge. Elle poursuit dans le même genre avec Savage Island, Les Maîtres de la Mort ou encore The Chilling. Nommée pour l'Oscar de la meilleure actrice dans un second rôle en 1974, elle reçoit deux Razzie Award sur quatre nominations en cette décennie.

Années 1990[modifier | modifier le code]

Après les succès de Y a-t-il un flic pour sauver la reine ?, Y a-t-il un flic pour sauver le président ? et Y a-t-il un flic pour sauver Hollywood ?, le comique Leslie Nielsen tourne avec Linda Blair dans une parodie de L'Exorciste intitulée L'Exorciste en folie ou Y a-t-il un exorciste pour sauver le monde ?. Le film subit un échec cuisant (à peine plus d'un million de dollars de recettes) et des critiques désastreuses. En 1996, elle fait une brève apparition dans le film culte Scream de Wes Craven qui l'avait déjà dirigée dans L'Été de la peur en 1978. Elle apparaît également dans quelques séries télévisées dont la prestigieuse Perry Mason ou encore Mariés, deux enfants. En 1999, elle se prête à la parodie The Blair Bitch Project starring Linda Blair.

Années 2000[modifier | modifier le code]

En 2006, Eric Kripke fait appel à elle pour un épisode de la série Supernatural. Intitulé La Main de la justice elle joue le rôle d'un détective enquêtant sur un meurtre.

Filmographie[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Anecdotes sur L'Exorciste 2: l'hérétique. IMDb
  2. Interview de Linda Blair, The Exorcist: Out of the Shadows de Bob McCabe (Omnibus Press, 1999), p.165
  3. (fr) BoxOfficeMojo.com, « Exorcist II: The Heretic »
  4. Interview de William Peter Blatty, The Exorcist: Out of the Shadows de Bob McCabe (Omnibus Press, 1999), p.163
  5. Interview de William Friedkin, The Exorcist: Out of the Shadows de Bob McCabe (Omnibus Press, 1999), p.165

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]