Végétarisme

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Exemples de menus végétariens (De haut en bas, de gauche à droite) :
- Thali végétarien de l'Uttar Pradesh, Inde
- Repas végétarien dans un temple à Nagano, Japon
- Falafel à Paris, France
- Salade végétarienne à Palerme, Italie

Le végétarisme est une pratique alimentaire qui exclut la consommation de chair animale pour des motivations diverses. Certains végétariens le sont pour des raisons liées à leur santé, leur religion ou leur culture, mais d'autres facteurs peuvent motiver l'adoption d'un régime végétarien, comme la critique des méthodes de traçabilité, d'élevage et d'abattage, l'accès aux denrées alimentaires, l'impact environnemental des modes de production et de prélèvement de ces dernières ou encore le refus par principe de l'exploitation animale.

La définition la plus large du végétarisme correspond à l'ovo-lacto-végétarisme. Il s'agit du végétarisme occidental classique[1] qui consiste à consommer des végétaux, des champignons et des aliments d'origine animale comme le miel, les œufs, le lait ainsi que leurs produits dérivés. Jusqu'en 1847, les végétariens occidentaux étaient appelés « Pythagoréens » en référence à la pratique alimentaire du philosophe présocratique Pythagore. Le végétarisme indien (végétarisme hindou et végétarisme sikh), qualifié de lacto-végétarisme est plus restrictif et consiste à consommer du lait ainsi que ses produits dérivés en plus des végétaux (les Lois de Manu rejettent la consommation des champignons). Enfin, le végétalisme se limite à la consommation de champignons et de végétaux excluant la totalité des produits d'origine animale[2]. Ce dernier mode d'alimentation est notamment prôné par le Jaïnisme et le mouvement végan.

Plusieurs études tendent à montrer qu'une alimentation végétarienne aurait un effet bénéfique sur la santé — diminution des risques de maladies cardiovasculaires et de diabète notamment — et sur l'espérance de vie[3],[4],[5]. Pour autant cet avantage n'est pas confirmé quand on compare des régimes omnivore bon pour la santé et des régimes sans viande[6],[7],[8]. La pratique demande néanmoins une attention particulière afin de prévenir l'apparition d'éventuelles carences en fer et en vitamine B12[9], surtout en cas de végétalisme.

D'autres pratiques alimentaires omnivores ont vu le jour, influencées par le végétarisme, comme le pescétarisme, souvent qualifié de « pesco-végétarisme » qui inclut la consommation de chair de poisson, de mollusques et de crustacés aquatiques ou encore le flexitarisme souvent qualifié de « semi-végétarisme » qui inclut une consommation de viande occasionnelle.

Étymologie[modifier | modifier le code]

La Vegetarian Society, fondée en 1847, écrit qu'elle a créé le mot végétarien à partir du Latin vegetus signifiant « sain, frais et vivant », comme, par exemple, dans l'ancienne expression homo vegetus désignant un homme sain de corps et d'esprit[10],[11]. Le suffixe latin ismus « -isme », correspond à la notion de système. L'Oxford English Dictionary écrit que le mot prit un usage général après la formation de la Vegetarian Society à Ramsgate en 1847, bien que donnant deux exemples d'utilisation en 1839 et en 1842[12].

Formes[modifier | modifier le code]

Nourriture d'origine végétale.

Il existe plusieurs formes de végétarisme :

  • L'« ovo-lacto-végétarisme », la pratique la plus répandue dans les pays occidentaux[1], inclut les œufs, produits laitiers (fromage, beurre, yaourts…) et le miel.
  • Le « lacto-végétarisme » (ou « végétarisme indien ») inclut les produits laitiers mais exclut les œufs[13]. Cela implique de faire la chasse aux œufs dans les produits transformés comme certaines pâtes alimentaires ou de nombreux gâteaux.
  • L'« ovo-végétarisme », à l'inverse du lacto-végétarisme, exclut tout produit laitier mais inclut les œufs[14].
  • Le « végétalisme » n'inclut que les végétaux (plus des minéraux ou micro-organismes comme des levures ou des bactéries) et exclut tout produit issu de l'exploitation animale (y compris les œufs, lait, fromage et miel). Le végétalisme comprend deux autres formes d'alimentation plus restrictives :
    • Le « fruitarisme » consiste à ne manger que des fruits, noix, graines et matières végétales qui peuvent être recueillis sans abîmer de plantes. Le principe derrière ce mode d'alimentation est de ne pas détruire de plantes pour se nourrir, ce qui peut être évité, dans une certaine mesure, si on se contente de récolter les fruits mûrs des arbres. Un fruitarien peut donc manger les haricots, les tomates, les cucurbitacées mais refuse de manger les tubercules (pommes de terre) et les épinards[15].
    • Le « crudivorisme » consiste à ne pas chauffer la nourriture à plus de 48 °C et à ne manger que des fruits et légumes crus, noix et pâtes de noix, germes de céréales et de légumineuses, graines, huiles végétales, légumes de la mer, herbes et jus de fruits frais. Les crudivores mangent les aliments crus pour des raisons de santé.

Tableau de synthèse des types de végétarisme[modifier | modifier le code]

Dans ce tableau, non = « ne consomme pas », oui = « consomme » ou « peut consommer ».

Type de végétarisme Chair animale et sous-produits d'animaux abattus Lait et dérivés œufs et dérivés Miel et dérivés Champignons, levures et dérivés Végétaux et dérivés
ovo-lacto-végétarisme non oui oui oui oui oui
lacto-végétarisme non oui non oui oui oui
ovo-végétarisme non non oui oui oui oui
végétalisme non non non non oui oui
crudi-végétalisme non non non non oui, mais uniquement crus oui, mais uniquement crus
fruitarisme non non non non non oui, mais uniquement les fruits et pas les plantes dont ils sont issus

Régimes particuliers non-végétariens[modifier | modifier le code]

Les régimes alimentaires suivants ne sont pas végétariens mais s'en rapprochent :

  • Le « flexitarisme », consiste à introduire occasionnellement des produits d'origine animale dans un régime essentiellement végétarien. Dans le cas des personnes qui consomment également des volailles, fruits de mer, ou du poisson[16], on parlera plutôt de « semi-végétarisme »[17].
  • Le « pescetarisme » (ou « pesco-végétarisme »), qui inclut les produits provenant de la mer (poissons et fruit de mer) est le régime pratiqué par le médecin Andrew Weil, M.D. et recommandé dans son livre Eating Well for Optimum Health (Une bonne alimentation pour une santé optimale). Ce dernier se rapproche de la pratique alimentaire des catholiques pendant le vendredi de carême et plus traditionnellement, tous les vendredis. De nombreuses personnes, bien que se considérant elles-mêmes comme végétariennes, incluent du poisson ou de la volaille dans leur menu, entretenant la confusion entre pesco-végétarisme et végétarisme.
  • L'approche « macrobiotique » fut définie par Georges Ohsawa : c'est une discipline alimentaire à caractère philosophique s'appuyant sur le principe du yin et du yang. Ce système se compose de dix façons de se nourrir portant des numéros : -3, -2, -1, 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7. Les niveaux -3 à 3 ne sont pas végétariens. Les no 4 à 7 sont végétaliens et excluent les salades, crudités et fruits. Un macrobiotique peut naviguer entre tous les niveaux et n'est pas forcément végétarien ou végétalien.

Pratiques liées[modifier | modifier le code]

Le « véganisme » s'applique à ceux qui en plus d'être végétaliens, évitent d'utiliser tout produit d'origine animale (le cuir, la laine, la fourrure, la cire d'abeille et les produits cosmétiques testés sur les animaux par exemple)[18]. Un végane n'accepte que les produits non-issus de la souffrance d'un animal : végétaux, minéraux ou micro-organismes (non-testés sur les animaux).

Les fromages fabriqués avec des enzymes animales (comme la présure) dont l'obtention nécessite la mort de l'animal, ainsi que la gélatine (E441), sont logiquement exclus de l'alimentation végétarienne (même si la présure, par exemple, ne représente qu'une part infime dans le volume du lait) Les œufs produits dans des fermes industrielles (poules généralement élevées dans des batteries de cages) peuvent également être exclus par les végétariens.

Histoire[modifier | modifier le code]

La pertinence de cette section est remise en cause, considérez son contenu avec précaution. En discuter ?
« Chose horrible ! Des entrailles engloutir des entrailles, un corps s’engraisser d’un autre corps, un être animé vivre de la mort d’un être animé comme lui [19]! » - Pythagore
« Jamais je ne consentirais à sacrifier au corps humain la vie d’un agneau. J’estime que, moins une créature peut se défendre, plus elle a droit à la protection de l’homme contre la cruauté humaine[20]. »Mahatma Gandhi.

Le mot végétarisme apparaît au XIXe siècle, cette pratique ayant été appelée « abstinence » dans un premier temps, puis « xérophagie » ou « diète végétale »[21], en Occident du moins ; les végétariens étaient appelés jusque là « pythagoréens »[22], en référence au philosophe Pythagore ou « légumistes » selon le lexicographe Claude Augé[23].

Le régime végétarien a été prôné, promu et défendu par de nombreux courants philosophiques, notamment indiens (hindous, jaïns et bouddhistes, dans le cadre de l'Ahimsâ) et grecs (essentiellement l'orphisme, le pythagorisme, et les disciples d'Empédocle) ainsi que par plusieurs personnalités et mouvements juifs[24] (esséniens par exemple), chrétiens[25],[26],[27] et musulman (au sein du soufisme)[28]. Tout au long de son histoire, la dimension éthique et non-violente du végétarisme a été soutenue et pratiquée par de très nombreuses personnalités, comme les philosophes grecs suivants. Pythagore[29], Platon[30] Théophraste[31],[32], Apollonios de Tyane[33], Plutarque[34], le philosophe sicilien Empédocle[35], le philosophe phénicienPorphyre de Tyr[36],[37],[38],[39], les poètes latins Ovide[40], Virgile[41],[42], Horace[41], et le philosophe latin Plotin[43]. En Inde, ils incluent les philosophes Mahavira (et les Tirthankaras), Adi Shankara, Madhva[44], Chaitanya Mahaprabhu[45], Swaminarayan[46], A.C. Bhaktivedanta Swami Prabhupada[47], Jiddu Krishnamurti[48], Gautama Bouddha[49],[50], l'empereur indien Ashoka[51],[52], le mathématicien Indien Srinivasa Ramanujan, le poète et philosophe indien Guru Nanak[53],[54], le philosophe hindou Jambeshwar Bhagavan[55], le poète indien Rabîndranâth Tagore[56], le poète tamoul Tiruvalluvar[57], Mahatma Gandhi[58](avec une tendance nette au végétalisme[59]), le poète saint Kabîr[60],[28],[61] et la danseuse et femme politique indienne Rukmini Devi Arundale[62]. Adolf Hitler était lui aussi végétarien[63],[64], de même que le gourou tueur en série Charles Manson[65], Pol Pot, Volkert Van der Graaf l'assassin de Pim Fortuyn et Genghis Khan[66].

En Iran, ce sont les prophètes iraniens Zarathoustra[41],[67], Mani et l'écrivain Sadeq Hedayat[68]. Aux États-Unis, le physicien Albert Einstein[69], Martin Luther King, le philosophe Amos Bronson Alcott[70], le médecin John Harvey Kellogg[71] et l'écrivain américain d'origine polonaise Isaac Bashevis Singer[72]. Au Royaume-Uni, le poète anglais Percy Shelley[73], le poète britannique Lord Byron[74], l'écrivain irlandais George Bernard Shaw[75],[76], et la féministe britannique Anna Kingsford. En France, le philosophe Voltaire [77], le poète et homme politique Alphonse de Lamartine[78], l'écrivain Jacques-Henri Bernardin de Saint-Pierre[79],[80], le géographe Elisée Reclus[81], le philosophe et médecin alsacien Albert Schweitzer[82],[83]'[84],[85], l'écrivaine d'origine belge Marguerite Yourcenar[86], l'actrice Brigitte Bardot, le journaliste Aymeric Caron[87].

Et partout dans le monde, la mystique irakienne musulmane Rabia al Adawiyya[41],[88], l'empereur chinois Wudi[89],[90], l'empereur japonais Tenmu[91], le roi indien Kumârapâla[92],[93],[94], l'artiste italien Léonard de Vinci[95], l'artiste flamand Pierre Paul Rubens[96], la femme politique birmane Aung San Suu Kyi[97], le poète arabe Abu-l-Ala al-Maari (végétalien)[98], l'écrivain russe Léon Tolstoï[99], le philosophe anglais David Hartley[100], l'écrivain tchèque Franz Kafka[101], l'écrivain israélien Shmuel Yosef Agnon[102], l'écrivain belge Maurice Maeterlinck[103],[96].

Actuellement, des personnalités telles que Paul McCartney[104] s'associent à Olivia Harrison, Yoko Ono, Sheryl Crow, Jeff Beck, Bryan Adams, Moby et fondent Meat Free Monday, « Lundi sans viande », afin de sensibiliser l'opinion sur le retentissement de la consommation de viande sur l'écosystème : « manger moins de viande pour un monde meilleur[105] ». Alors que la consommation de viande a quintuplé depuis 1950 au sein de l'humanité pratiquant la zoophagie[106], le végétarisme connaît un nouvel essor dans les pays industrialisés[107], pour des raisons d'ordre éthique[108] et écologique[109].

Répartition mondiale[modifier | modifier le code]

Label utilisé en Inde pour distinguer les produits végétariens de ceux qui ne le sont pas (qui contiennent une dose, aussi infime soit-elle, de produit issu de viande, de poisson ou d'œuf).

Le végétarisme est minoritaire en France avec une estimation d'un million de personnes qui auraient adopté cette pratique alimentaire[110], soit environ un peu moins de 2 % de la population française[111], mais a été popularisé largement au Moyen Âge dans le sud de la France grâce au catharisme[112], avant d'être combattu lors de la Croisade catholique et l'Inquisition à l'encontre des « Albigeois ». En Europe, l'Allemagne et l'Italie sont les pays qui regroupent le plus de végétariens, avec respectivement 8[110] et 6 millions d'individus[113]. Les États-Unis en comptent 25 millions[110]. Pour ce qui est du Moyen-Orient, c'est Israël qui a le pourcentage le plus élevé de végétariens, avec 8,5 % de sa population[114].

L'Inde est le pays où le végétarisme est le plus pratiqué au monde (le végétarisme indien excluant les œufs), avec un taux d'environ 40 % de la population[115], soit 450-500 millions de personnes[110] : c'est l'État du Gujarat qui possède le plus haut pourcentage de végétariens en Inde[93], avec 80 % de la population[116], soit plus de 40 millions de personnes. Il existe dans le monde des villes strictement végétariennes de par la loi (prohibant la vente/consommation de viande et la présence d'abattoirs sur leur sol et leur périphérie), la plupart se trouvant en Inde. Ce sont des villes saintes de l'hindouisme ou du jaïnisme : Pushkar, Haridwar, Rishikesh[117], Ayodhya[118], Palitana[119] par exemple. Bodh-Gaya, ville sainte du bouddhisme, à la demande des moines bouddhistes – et de l'acteur Richard Gere[120]–, pourrait devenir aussi une zone strictement végétarienne d'un point de vue juridique[121].

Le végétarisme en Inde est très répandu et a engendré des méthodes commerciales originales ; l'Inde, pays peuplé par plus d'un milliard d'habitants, est aussi celui où le pourcentage de la population végétarienne est le plus important. Beaucoup de restaurants en Inde se distinguent clairement – ainsi que les marchés –, comme étant « non-végétariens », « végétariens » ou « purs végétariens » (ce qui fait référence au régime lacto-végétarien). Selon le Hindu-CNN-IBN de 2006[115], 31 % des Indiens sont lacto-végétariens, et 9 % sont lacto-ovo-végétariens : d'après cette étude, 40 % des Indiens sont donc végétariens dans le sens occidental du terme (absence de zoophagie), soit environ 500 millions de personnes (autant que la population de l'Union européenne). Parmi toutes les communautés, le végétarisme est le régime le plus répandu chez les hindous avec 85 % de pratiquants[122] (chez les jaïns, il est obligatoirement à 100 %) et le moins fréquent, respectivement, chez les musulmans (3 % de végétariens), les chrétiens (8 % de végétariens) et les habitants des zones côtières, consommateurs de poissons. Les femmes indiennes sont plus nombreuses que les hommes à être végétariennes. De même, les habitants du sud de l'Inde le sont plus souvent que leurs compatriotes du nord. Ces mêmes enquêtes indiquent que même les Indiens qui mangent de la viande le font très rarement (moins de 30 % de consommateurs réguliers). L'Inde a créé un système de label visible sur les produits fabriqués avec des ingrédients strictement végétariens : un point vert dans un carré vert. Une marque « point rouge dans un carré rouge » montre que l'aliment en question n'est pas strictement végétarien. Les médicaments sont marqués d'un label similaire[22] : ainsi, la pilule Omega-3 fabriquée à partir d'huiles de poisson est marquée avec un « point rouge dans un carré rouge » puisqu'elle utilise des ingrédients non-végétariens.

Équilibre nutritionnel[modifier | modifier le code]

Le végétarisme est un régime alimentaire qui ne comporte pas plus de risque de carence qu'un régime alimentaire zoophage s'il est suffisamment diversifié. Cette diversification doit concerner principalement les sources de protéines (les haricots, les lentilles en contiennent beaucoup (21-24 %), et le soja, par exemple, contient 35-37 % de protéines, contre 17 % dans la viande bovine : en fait, les végétaux contenant beaucoup de protéines en apportent plus que la viande). Les végétaliens qui proscrivent non seulement la chair animale mais également les produits dérivés de l'élevage tels que le lait et les œufs, doivent être attentifs à la diversification de leur alimentation en ce qui concerne la vitamine B12, et peuvent avoir recours à des suppléments alimentaires. Comme dans d'autres régimes alimentaires, des déficiences en certains nutriments peuvent apparaître si l'alimentation n'est pas suffisamment variée[123].

L'industrie alimentaire utilise de nombreuses substances provenant d'animaux qui ne permettent pas un régime végétarien quand elles entrent dans la composition même de l'aliment (additifs), ni un régime végétalien quand ces denrées sont utilisées pour la production des aliments. Comme dans tous les régimes alimentaires, les apports d'un régime végétarien doivent être principalement constitués de protides, glucides et lipides mais également comporter certaines substances comme les vitamines et minéraux en petites quantités. Les fibres quant à elles ne sont pas assimilables lors de la digestion mais participent à son bon déroulement.

Protides, glucides, lipides et fibres[modifier | modifier le code]

Thali classique de l'Uttar Pradesh (végétarien), équilibré nutritionnellement, avec du riz, du pain Naan, du Dal (lentilles – qui apportent les protéines), de la Raita (crème), du Shahi paneer, et de la salade.

Les protéines sont des polymères constitués de molécules plus petites, les acides aminés. Il existe vingt acides aminés différents dont huit sont dits essentiels chez les humains adultes (neuf chez les nourrissons). Ces acides aminés essentiels ne peuvent être synthétisés par l'organisme à partir d'autres molécules et doivent être apportés par l'alimentation. Pratiquement toutes les protéines, qu'elles soient animales ou végétales, contiennent les vingt acides aminés, donc en particulier les huit acides aminés essentiels, mais les céréales (blé, riz, maïs…) tendent à être pauvres en lysine et isoleucine et les légumineuses (haricots, lentilles, petits pois, pois chiches…) pauvres en méthionine et tryptophane[124]. Cependant, il s'agit de généralités : le soja est une légumineuse mais il est assez riche en méthionine et l'on connaît certaines variétés de maïs à haute teneur en lysine (comme la variété opaque-2)[125].

C'est pour cela que l'on recommande souvent de combiner au cours d'un même repas des céréales et des légumineuses; de manger par exemple du pain ou des pâtes lorsque l'on mange des lentilles ou des petits pois. Divers aliments végétaux contiennent tous les acides aminés essentiels en de bonnes proportions, par exemple le soja, le quinoa, le chènevis et les amaranthes. La levure alimentaire (Saccharomyces cerevisae) est particulièrement riche en lysine[126]; on peut la consommer sous forme de flocons, mais elle entre aussi dans la composition de nombreux pâtés végétaux et de pâtes à tartiner salées (Marmite…). Certains nutritionnistes recommandent de veiller à ce que les 8 acides aminés essentiels soient suffisamment présents dans chaque repas, faute de quoi la synthèse des protéines se trouverait bloquée[127] ; d'autres estiment suffisant qu'ils le soient au cours d'une même journée[128]. L'Association américaine de diététique déclare : « À elles seules, les sources végétales de protéines peuvent fournir des quantités adéquates d'acides aminés si elles sont consommées de façon variée et que les besoins énergétiques sont satisfaits ».

Les végétaux tels que les céréales, racines, fruits et légumes sont très riches en glucides. Comme dans tout régime alimentaire, il faut minimiser les apports en sucres simples et privilégier les apports en sucres lents. En effet, les sucres simples, et notamment le saccharose, appelé couramment sucre, consommés en excès sont susceptibles d'entraîner une prise de poids et le développement de maladies comme le diabète. La plupart des fruits cependant, bien que riches en sucres simples apportent également beaucoup de vitamines et de fibres[129]. Par contre, les confiseries, confitures, peuvent ne pas contenir de substance d'origine animale mais n'en sont pas moins, de par leur richesse en sucres simples, à consommer en petites quantités.

Les apports en Lipides ne sont pas problématiques dans le cadre d'une alimentation végétarienne ou végétalienne. En effet, la seule carence possible peut provenir de l'absence de certains acides gras insaturés dits essentiels car non produits par l'organisme. C'est par exemple le cas de l'acide linoléique[130]. Or, la plupart des huiles végétales permettent un apport suffisant en ces acides gras essentiels. Les graisses d'origines végétales sont par ailleurs bien plus saines pour l'organisme que celles qui proviennent des animaux, car elles préviennent les maladies cardiovasculaires[131] et préviennent l'apparition d'athérosclérose[131].

Essentielles au bon déroulement de la digestion intestinale, les fibres alimentaires se trouvent quant à elles en grande quantité dans presque tous les fruits, légumes et céréales.

Nutriments minéraux[modifier | modifier le code]

Le calcium est présent dans tous les végétaux, particulièrement dans les parties feuillues; par exemple, dans les épinards. Les brocoli et d'autres types de chou sont également riches. Les fruits oléagineux comme les amandes (natures ou sous forme de purée) et les fruits secs comme les figues sont aussi riches en calcium. Le lait de soja du commerce et les yaourts de soja sont souvent supplémentés en calcium, au même taux que le lait de vache (environ 1 200 mg/l). Certaines eaux minérales, ainsi que l'eau du robinet dans certaines régions, sont elles aussi une source importante. Les purées d'oléagineux comme la purée d'amandes complètes ou de sésame contiennent de grandes quantités de calcium. Le lait de vache est une source riche pour les lacto-végétariens. Les légumineuses telles que lentilles, haricots ou pois sont de bonnes sources de fer. Idem pour les purées d'oléagineux (amandes, sésame…), la mélasse ou le sucre complet. Bien qu'il soit non héminique, le fer d'origine végétale est bien absorbé par l'organisme grâce à la vitamine C. Pour autant les végétariens ne sont pas à l'abri des carences de fer[132] pouvant affaiblir le système immunitaire[133], calcium[134]

Les algues marines et le sel iodé sont des sources notables d'iode dans l'alimentation. Les végétaux en sont une source aléatoire, leur richesse en iode dépendant de celle du sol où ils poussent. Le magnésium se trouve dans les légumes et fruits comme les bananes et les amandes. Parmi les sources de manganèse, l'on peut citer le riz (surtout complet), l'avocat ou encore les œufs. Le sélénium se retrouve dans les champignons, les endives ainsi que l'ail. Dans le monde végétal, le zinc se trouve principalement dans les noix et amandes. On en trouve également dans les produits laitiers. De nombreux oligoéléments, minéraux et éléments chimiques, parmi lesquels figurent le fluor, le cuivre, le chrome ou le brome, sont présents dans l'eau minérale ou de source.

Apports et carences en vitamines[modifier | modifier le code]

La vitamine C se trouve en abondance dans les fruits et légumes. La vitamine D n'est pas présente dans les végétaux, mais elle est fabriquée par la peau lors de l'exposition au soleil. Une supplémentation peut être conseillée dans le cas de personnes à la peau foncée (qui produit moins de vitamine D) et/ou s'exposant peu au soleil, surtout dans le cas des enfants. La vitamine D (d'origine végétale) se trouve aussi parfois en supplémentation dans certains aliments du commerce. Les lacto-ovo-végétariens en trouveront également dans les produits laitiers et, dans une moindre mesure, dans les œufs. Les huiles végétales et le son de blé sont d'excellentes sources de vitamine E. Les légumes verts et les laitages contiennent de la vitamine K en grande quantité.

La provitamine A, présente dans de nombreuses tubercules et racines, est convertie en vitamine A dans les parois de l'intestin. Mis à part la vitamine B12 (cf. ci-dessous), les vitamines B se trouvent toutes facilement dans le règne végétal. Les légumes, céréales, légumineuses et noix en renferment en bonnes quantités. La vitamine B12 (ou cobalamine) pose un problème particulier; on en trouve dans le lait et les œufs, mais cet apport risque d'être insuffisant, sauf pour une personne végétarienne qui en consommerait de grandes quantités. Il est recommandé aux végétaliens, mais aussi aux lacto-ovo-végétariens, de veiller à un apport sous forme de complément alimentaire.

Causes de la carence en vitamine B12[modifier | modifier le code]

Dans le corps humain, deux groupes d'organismes peuvent synthétiser des quantités importantes de vitamine B12 dans l'intestin grêle (Pseudomonas et Klebsiella sp.). Des quantités physiologiques en sont absorbées dans l'ileum. Les fèces humaines en contiennent des quantités appréciables, « mais qui ne sont pas disponibles pour les individus non-coprophages » [135],[136], c'est-à-dire qu'une très petite quantité de salissures dans la nourriture suffit à maintenir la production de vitamine B12 dans l'intestin grêle[pertinence contestée]. Ceci explique que les végétariens stricts ne développent normalement pas de carence en vitamine B12[réf. nécessaire]. Une carence peut survenir à la suite de maladie de l'estomac, des intestins, du foie, des reins ou autres [137].

Une carence en vitamine B12 peut être la conséquence d'un régime végétalien (excluant donc œufs, fromages, laits, miel etc.) sans suppléments[138] (il faut au moins quatre à six ans d'un régime végétalien strict pour être carencé en B12[réf. nécessaire]) ou d'un régime végétarien mal équilibré. Selon étude allemande de 2001, 1 végétarien sur 3 et presque 1 végétalien sur 2 sont carencés[139].

Tandis que tous les aliments issus du règne animal contiennent des quantités satisfaisantes de B12, peu de plantes en contiennent suffisamment[140]. Certains produits comportent de la vitamine adjointe, tels que des galettes de céréales, des boissons douces ou certains laits de soja, la marmite, la vegemite... Quelques produits, tels certaines algues, sont parfois présentés comme de bonnes sources de vitamine B12. Or ces algues vertes contiennent exclusivement ou majoritairement une forme non active de vitamine B12 (Corrinoïde inactif). La spiruline sous forme de tablettes semble ainsi ne pas répondre aux besoins du régime végétalien. Cependant, des études ont montré que d'autres algues comportaient une proportion non négligeable de vitamine B12 active donc bio-disponible (cobalamine)[141]. On peut citer une étude indienne[142] ainsi qu'une étude japonaise[143], qui démontre la présence de vraie vitamine B12 dans les tablettes de chlorella ainsi que dans le nori ou laver (Porphyra umbilicalis) pourpre et vert.

Une étude menée par le docteur Helga Refsum sur 204 hommes indiens de 48 ans en moyenne, dont 1/3 de lacto-végétariens parmi eux, montre qu'une carence en vitamine B12 a pu également être observée parmi les non végétariens qui mangeaient régulièrement des œufs et de la volaille[144]. L'examen révèle que seulement 10 % des sujets étudiés présentaient un taux normal de vitamine B12 et, plus grave, que 52 % des sujets présentaient un déficit réel. Les auteurs de cette étude orientent aujourd'hui leurs recherches sur une éventuelle origine génétique de ces déficits observés en vitamine B12. Il reste fortement conseillé, notamment aux végétaliens, de faire dépister d'éventuelles carences et prendre des compléments alimentaires si besoin[145].

Conséquences de la carence en vitamine B12[modifier | modifier le code]

À long terme, une carence en vitamine B12 est néfaste pour l'organisme. Les conséquences les plus fréquentes sont des troubles hématologiques (anémie de Biermer), une fatigue généralisée, des troubles digestifs ou des troubles neurologiques[146],[147]. Des cas rares de dégénérescence de la moelle épinière sont signalés[148],[149]. Le régime végétarien et végétalien est aussi un facteur aggravant en cas de tuberculose[150] et peut être en cas d'accident de décompression[151].

Lors de la grossesse et de l'allaitement, il est primordial de contrôler la quantité de vitamine B12 présente dans l'alimentation de la mère, car les stocks seuls ne sont pas suffisants pour répondre aux besoins du foetus[138],[152]. Un nouveau-né carencé développera un certain nombre de déficiences[153] au bout de quelques mois (retard de croissance, perte musculaire, détérioration de la vision, retard social...)[152]. D'autres symptômes graves ont été observé: syndrome de Kwashiorkor, anémie carentielle profonde, hypotonie avec retard mental, hypotonie avec somnolence, otite perforée bilatérale, pneumopathie. Les personnes âgées sont également une population à surveiller car la vitamine B12 peut être digérée plus difficilement avec l'âge[138].

Motivations personnelles[modifier | modifier le code]

La décision de devenir végétarien peut être due à une combinaison de raisons :

Santé humaine[modifier | modifier le code]

Magasin sur la route menant à Manali, Inde.

Selon l'ouvrage de John Robbins, The Food Revolution, les végétariens et végétaliens vivraient en moyenne 6 à 10 ans de plus que le reste de la population[154]. Christian Mortensen, doyen masculin de l'humanité de 1994 à 1998 était végétarien. De nombreuses statistiques et études indiquent que le régime végétarien diminue les risques de développer des pathologies cardio-vasculaires[131], certains cancers[155], l'ostéoporose, l'asthme, l'arthrite[131], le diabète[156] et l'obésité[157],[158],[159]. L'Association américaine de diététique déclare : « Quand bien même des facteurs extérieurs, tels que l'activité physique et le fait de s'abstenir de fumer et de boire de l'alcool, pourraient jouer un rôle, une alimentation sans viande est clairement un facteur contribuant à réduire le taux de morbidité et de mortalité de plusieurs maladies dégénératives chroniques » et considère que le régime végétarien est efficace pour la prévention et le traitement de nombreuses affections[160]. Une consommation très excessive de viande et d'abats est également associée à l'apparition de la goutte (accumulation d'acide urique). Pour autant l'avantage des régimes végétariens et végétaliens n'est pas évident quand les scientifiques les comparent à des régimes non végétariens d'individus soucieux de leur santé[161],[6],[7]. Beaucoup d'études se contentent de comparer des « individus lambda » à l'hygiène de vie variable avec des individus préoccupé par leur santé et qui font des choix nutritionnels. Une étude autrichienne[8] controversée[162] a même monté que les végétariens avaient une santé plus dégradé (plus de cancer, d'allergie et de problème mentaux). La faille de cette étude vient de sa méthodologie déclarative: les végétaliens sont souvent des individus plus soucieux et exigeant vis-à-vis de leur santé, ce qui est un biais assez évident.

Certains chercheurs comme Dean Ornish ont obtenu des résultats positifs en traitant des maladies du cœur de certains patients avec un régime végétarien strict et un programme visant à diminuer le stress[163]. Des préoccupations nutritionnelles encouragent aussi les régimes favorisant les fruits, les légumes et les céréales et minimisant la viande et l'absorption de lipides sans toutefois les interdire[164]. Le végétarisme pourrait provoquer des carences en vitamine B12[165] et D, ou en fer[166]. Mais la théorie selon laquelle la grande quantité de fer contenue dans les nourritures animales serait facilement absorbable est controversée également[167]. En ce qui concerne les protéines, elles ne se trouvent pas uniquement dans la viande mais aussi dans les produits laitiers, les œufs, le pain, la spiruline, les céréales complètes, les fruits oléagineux (amandes, noix, noisettes, graines de courge, sésame…) et les protéagineux (lentilles, riz, haricots, pois chiches, soja, quinoa).

Le débat sur la physiologie de type omnivore de l'humain est clos. L'étude de l'évolution de notre espèce invalide totalement la thèse de l'humain végétarien. Notre espèce a évolué en maîtrisant le feu et des outils pour chasser et découper la viande, réduisant les contraintes imposées aux dents et aux griffes. Or dès la mise au point des outils de pierre les espèces pré-humaines ont commencé à consommer de la viande[168], soit il y a 2 millions d'années[169]. L'humain a coévolué avec ses outils, on ne peut pas s'appuyer sur une analyse de notre anatomie sans prendre en compte ce paramètre. Dès l'apparition d'Homo erectus l'adaptation à la consommation de viande à l'aide d'outils et du feu est manifeste: réduction de la taille des intestins, affaiblissement des dents et augmentation de la taille du cerveau[170]. A l'inverse des grands singes restés dans les forêts les pré-humains des savanes ont dû s'adapter: les fruits et les graines sont rares dans la savane, mais pas les grands herbivores relativement faciles à chasser[171]. Notre capacité à digérer la viande fut acquise par sélection naturelle durant cette période[172]. La consommation de viande était très avantageuse: riche en nutriments[173], dense en énergie[174], elle permet de soutenir la croissance du cerveau et de maintenir des bonnes qualités athlétiques malgré une augmentation de taille. Depuis 1,5 million d'années la consommation de viande est régulière chez nos ancêtres[175]. Ces observations anatomiques et paléontologiques confirment la nature omnivore de l'espèce humaine et l'importance de la viande dans l'évolution de notre espèce. C'est la viande qui a fait la ligne humaine Homo[176]. Certains polémistes avancent encore l'idée que l'humain serait végétarien[177], en s'appuyant notamment sur le fait que la dentition de l'humain — mâchoires de force moyenne et petites canines non tranchantes — est comparable à celles des primates frugivores (qui, s'ils consomment à l'occasion de la viande, sont intrinsèquement frugivores), oubliant au passage que nous avons évolué avec des outils et le feu qui rendent nos dents moins décisives. Ainsi Georges Cuvier[178], Charles Giraud[179] ou Charles Darwin[180] (entre autres) considéraient le frugivorisme comme le régime le plus naturellement adapté à la physiologie de l'humain, ces opinions sont contredites par les recherches paléontologiques modernes (voir le paragraphe précédent). A la différence des herbivores et des granivores, l'humain ne dispose pas d'un jabot ni d'un rumen spécifique à la nutrition végétale (sa vésicule biliaire s'épuise à la digestion des huiles végétales), son intestin mesure dix à douze fois la longueur de son corps, taille typique des omnivores comme le porc et l'ours, contre quatre à cinq fois chez les carnivores et vingt fois chez les bovins[181].

Actuellement, certaines viandes produites de façon industrielle contiennent des traces de produits industriels ingérés par les animaux ou qui leur sont inoculés durant leur vie (hormones de croissances (pas en Europe), antibiotiques, contraceptifs et pesticides). Il faut remarquer que l'emploi d'hormones (de croissance ou autres), fréquent aux États-Unis, est interdit au Canada et en France. La viande des animaux élevés aux hormones (notamment les vaches et les porcs engraissés) contient des proportions plus importantes d'eau et apporte une valeur nutritionnelle moins importante que les viandes des animaux vivant en liberté dans leur milieu naturel. Cette réalité conduit un certain nombre de personnes à devenir végétariennes[182].

Prévention de la maladie d'Alzheimer[modifier | modifier le code]

Étant donné les similitudes des symptômes (la démence) et les causes de ces pathologies graves que sont la maladie de Creutzfeldt-Jakob (équivalent humain de l'encéphalopathie spongiforme bovine) et celle d'Alzheimer (qui sont deux maladies neurodégénératives caractérisées par l'accumulation d'agrégats de protéines – quoique de types différentes[183] – formant des dégénérescences au niveau cérébral), quelques études cliniques tendent à démontrer que la consommation de viande (poissons compris[184]) en grande quantité favoriserait le développement de la maladie d'Alzheimer[185],[157],[186],[156],[187].

On invoque notamment dans certaines études le rôle de la méthionine, transformé en homocystéine par le métabolisme intermédiaire. Une hyperhomocystéinémie est un facteur augmentant le risque cardiovasculaire, et semblerait jouer un rôle dans l'apparition de la maladie d'Alzheimer. Cependant il est nécessaire de rappeler que la méthionine est un acide aminé tout à fait indispensable à la vie, qui lorsqu'il est consommé dans les quantités habituelles ne pose aucun problème de santé publique. Selon certaines théories, la hausse du nombre de cas développant la maladie d'Alzheimer pourrait correspondre à la hausse de la consommation de viande dans le monde[157] : ainsi, une recherche de l’American Society for nutrition, concernant des populations d'Amérique latine, de Chine et d'Inde, conclut que « la consommation de viande a été plus élevée chez ceux dont on a diagnostiqué une démence »[188]. Ce faisant, les populations indiennes pratiquant le végétarisme (depuis des générations) ont un taux d'individus touchés par la maladie d'Alzheimer qui est le plus faible enregistré de par le monde[189],[155].

Bien-être animal[modifier | modifier le code]

Dégradation des conditions d'élevage et d'abattage[modifier | modifier le code]

Cochons en élevage hors-sol.
  • L'« ensauvagement » des animaux domestiques (des animaux qui deviendraient agressifs à la suite du traitement qu'ils subissent)[190] ;
  • La « folie animale », signifiant un mal-être intense et prolongé, (les poules en cages se picorent entre elles, ce qui « nécessite » l'ablation (douloureuse) de leur bec ; les porcs, s'ils ne sont pas incarcérés dans des stalles qui les privent totalement de mouvements mais dans de plus « grandes » cages, – s'automutilent, etc.)[190] ;
  • Et la consanguinité, qui engendre la débilité (ou fragilité) physique et mentale des animaux d'élevage ou dits « de race » : « la définition officielle d'un individu non consanguin : ses parents n'ont pas d'ancêtre commun sur cinq générations [:] Il y a de moins en moins d'animaux qui (…) ne sont pas consanguins aujourd'hui : (…) Tout cela au nom de l'économie. Parallèlement (…) la sélection (…) n'a pas su empêcher l'appauvrissement génétique (…)[191] ».

Droits des animaux[modifier | modifier le code]

Rabindranâth Thâkur, dit Tagore.
Pochoir végétarien, Le Mans, 2007
Buste de Pythagore.
L'empereur japonais Temmu.

Le végétarisme est une pratique qui peut être motivée par le droit – défini comme l'« ensemble des règles qui régissent la conduite de l'homme en société, les rapports sociaux [192] », dans le cadre évidemment du droit considérant comme nécessaire les droits des animaux.

Le végétarisme (ou l'interdiction de tuer/manger un animal), en tant que norme à faire respecter par des lois, existe depuis l'Antiquité, avec, en Inde, les édits de l'empereur Ashoka (v. 304 av. J.-C. - 232 av. J.-C.), au Gujarat, les lois du roi jaïn Kumârapâla (1143–1172) [92],[93],[94], et, au Japon, les lois promulguées (en 676 ap. J.-C.) par l'empereur Temmu [91] par exemple, mais aussi en Europe à l'époque présocratique, avec, en particulier, Pythagore et Empédocle [193] :

« Cicéron rapproche de manière critique les deux philosophes [Pythagore et Empédocle] quand il rapporte qu'à leurs yeux, tous les vivants jouissant du même droit, il fallait que les mêmes sanctions frappent les homicides et ceux qui tuent des animaux [194] : les hommes (...) ne forment pas seulement une communauté avec les dieux, mais avec les bêtes (...) – en vertu, dit le Sceptique Sextus Empiricus, d'un « esprit un qui pénètre, à la façon d'une âme, le cosmos tout entier [194] » »

— Elisabeth de Fontenay, Le silence des bêtes, la philosophie à l'épreuve de l'animalité, p.66 [193].

Aujourd'hui, c'est le philosophe américain Tom Regan, professeur à l'université d'État de Caroline du Nord (et président en 1993 de l' American Society for Value Inquiry), qui est célèbre pour sa défense du végétarisme et des animaux dans le cadre du droit ; en premier lieu, il prend appui, pour développer sa théorie du droit, sur la considération de la vie mentale des animaux, considérée selon leur degré de complexité, et en arrive à ce bilan :

« La conclusion de T. Regan est la suivante : certains animaux ont une vie mentale suffisamment complexe pour avoir une expérience propre de leur bien-être. En d'autres termes, ils ont une vie mentale assez complexe pour que ce qui leur arrive leur importe. »

— Jean-Yves Goffi, Droits des animaux et libération animale, Si les lions pouvaient parler, essais sur la condition animale, sous la direction de Boris Cyrulnik [195].

Ce faisant, les conséquences de ce point de vue amènent à considérer l'animal en tant que tel comme détenteur de droits :

« Les êtres qui sont les sujets d'une vie ont une valeur inhérente. Seul le langage des droits est apte à exprimer l'exigence de ne pas leur infliger des dommages sans des raisons contraignantes. (...) On est le sujet d'une vie dès lors qu'on est capable de manifester une vie mentale assez complexe pour s'intéresser à son bien-être (...). Il s'ensuit que les animaux sont des sujets d'une vie et qu'ils sont des titulaires de droits, même s'ils ne le savent pas. »

— Jean-Yves Goffi, Droits des animaux et libération animale, Si les lions pouvaient parler, essais sur la condition animale, sous la direction de Boris Cyrulnik [196].

Les obligations qu'impose une telle conception du droit vont au-delà de la pratique du végétarisme :

« Tom Regan considère comme injustifiables des pratiques ou des institutions comme la chasse, la pêche, l'alimentation carnée, les cirques, les zoos, l'élevage intensif. (...) Il englobe dans la même condamnation l'expérimentation sur l'animal dans une perspective médicale ou biologique (...). Il n'admet de transgression au principe de (non)-dommage que dans des cas soigneusement définis d'auto-défense.(...) Être le sujet d'une vie (...) suffit à conférer des droits et à justifier la protection du titulaire de ces droits, avant même que quoi que ce soit ait été énoncé à propos de ce qui rend la vie digne d'être vécue. La puissance publique doit protéger impartialement ces droits, indépendamment de toute conception du bien et du mal [197]. »

— Jean-Yves Goffi, Droits des animaux et libération animale, Si les lions pouvaient parler, essais sur la condition animale, sous la direction de Boris Cyrulnik [198].

Ce point de vue est partagé (mais élargi à tout être vivant sensible et non aux seuls animaux qui ont des capacités cognitives complexes [96]) par le professeur de droit à l'université d'État du New JerseyGary Francione [96], qui écrit [199] :

« Le mouvement pour les droits des animaux soutient que tous les êtres sensibles, humains ou non, ont un droit : le droit fondamental à ne pas être traités comme la propriété d'autrui. Notre reconnaissance de ce droit fondamental signifie que nous devons abolir – et non pas simplement réglementer – les pratiques établies d'exploitation animale, parce qu'elles supposent que les animaux sont la propriété des humains. (...) Nous considérons que le pas principal vers l'abolition que chacun de nous peut franchir consiste à adopter un mode de vie végan et à éduquer le public sur ce mode de vie [200],[201]. »

Ce rapport au droit se veut donc une conception de la justice concernant les êtres humains ou non humains pour le bénéfice de tous ; ainsi, dans l’introduction de Vegetarianism, a way of life, de Dudley Giehl, Isaac Bashevis Singer écrit :

« Tant que les êtres humains continueront à répandre le sang des animaux, il n’existera pas de paix dans le monde. La distance qui existe entre la création des chambres à gaz à la Hitler et les camps de concentration à la Staline n’est que d’un pas, car tous ces actes ont été perpétrés au nom d’une justice sociale et il n’y aura aucune justice tant que l’homme empoignera un couteau ou un pistolet pour détruire des êtres plus faibles que lui. »

Dans le même sens, Charles Patterson, résumant la pensée de Theodor W. Adorno, écrit dans Eternal Treblinka:

« Auschwitz commence partout où quelqu'un regarde un abattoir et pense: ce sont seulement des animaux. »

Les « végétariens éthiques » considèrent que la majorité de la population mondiale ne se nourrit de viande que par tradition, par commodité, par simple habitude ou pour le plaisir. Ces justifications ne leur apparaissent pas suffisantes pour la souffrance occasionnée par la production de viande, en accord avec Rabîndranâth Tagore, (premier prix Nobel de littérature de l'Asie, en 1913), qui a dit à ce sujet :

« Nous arrivons à manger de la chair animale, uniquement parce que nous ne pensons pas à la cruauté de cet acte[202]. »

Ce type de végétarisme est souvent associé avec le mouvement de Libération animale, quand bien même tous les végétariens éthiques ne souscrivent pas à cette notion de droit de l'animal. Néanmoins, cette éthique peut avoir d'autre source philosophique et ce, depuis l'Antiquité ; ainsi, le philosophe et prêtre d'Apollon à Delphes, Plutarque, et le poète latin Ovide (en référence à Pythagore), défendent le végétarisme selon un point de vue éthique :

« Pour un peu de chair, nous leur ôtons la vie, le soleil, la lumière et le cours d'une vie préfixé par la nature : et nous pensons que les cris qu'ils jettent de peur ne sont point articulés, qu'ils ne signifient rien, là où ce ne sont que prières, supplications et justifications de chacune de ces pauvres bêtes qui gémissent.(...) Regardons-nous comme indifférente la perte d'une âme ? Je veux que ce ne soit pas, comme le croit Empédocle, celle d'un père, d'une mère, d'un fils ou d'un ami ; c'est toujours celle d'un être qui sent, qui voit et qui entend, qui a de l'imagination et de l'intelligence, facultés que chaque animal a reçues de la nature pour se procurer ce qui lui convient et éviter ce qui peut lui nuire. »

— Plutarque, S'il est loisible de manger chair [203],[204].

« Comme il se fait d’horribles goûts, comme il se prépare à verser un jour le sang humain, celui qui égorge de sang-froid un agneau, et qui prête une oreille insensible à ses bêlements plaintifs ; celui qui peut sans pitié tuer le jeune chevreau et l’entendre vagir comme un enfant ; celui qui peut manger l’oiseau qu’il a nourri de sa main ! Y a-t-il loin de ce crime au dernier des crimes, l’homicide ? N’en ouvre-t-il pas le chemin ? Laissez le bœuf labourer, et ne mourir que de vieillesse ; laissez les brebis nous munir contre le souffle glacial de Borée, et les chèvres présenter leurs mamelles pleines à la main qui les presse. Plus de rêts et de lacs, plus d’inventions perfides ; n’attirez plus l’oiseau sur la glu, ne poussez plus le cerf épouvanté dans vos toiles, ne cachez plus, sous un appât trompeur, la pointe de l’hameçon. »

— Ovide, Les Métamorphoses, livre XV [205].

L'antispécisme est un mouvement philosophique et politique qui considère que tous les êtres sensibles (capables de ressentir de la souffrance, du plaisir et d'autres sensations et émotions) sont égaux en un sens moral ; et qu'en conséquence, les intérêts d'un animal non humain à ne pas souffrir ou à vivre une vie heureuse et satisfaisante ont autant d'importance que les intérêts équivalents d'un humain. Dès lors, selon ce mouvement, le spécisme est une discrimination arbitraire fondée sur l'espèce, tout comme le racisme est une discrimination arbitraire fondée sur la race et le sexisme une discrimination arbitraire fondée sur le sexe. Sur cette question, Peter Singer, célèbre philosophe utilitariste, cite le philosophe Jeremy Bentham qui écrivait, en allusion au Code noir de Louis XIV régissant l'esclavage [206] :

Le philosophe Peter Singer, auteur de La libération animale.
Claude Lévi-Strauss en 2005

« Les Français ont déjà découvert que la noirceur de la peau ne constitue pas une raison justifiant qu'un être humain soit abandonné sans recours possible aux caprices de quelqu'un qui le tourmente. Un jour viendra peut-être où on reconnaîtra que le nombre de pattes, la villosité de la peau ou la terminaison de l'os sacrum sont des raisons également insuffisantes pour abandonner un être sensible au même sort. (...) Un chien ou un cheval adulte, est, au delà de toute comparaison possible, un être plus rationnel, et aussi plus apte à la conversation, qu'un nouveau-né d'un jour, d'une semaine ou même d'un mois. Mais, à supposer même qu'il en soit autrement, que s'ensuivrait-il ? La question n’est pas : « peuvent-ils raisonner ? » ou « peuvent-ils parler ? » mais : « peuvent-ils souffrir ? » »

— Jeremy Bentham, An Introduction to the Principles of Morals and Legislation (éd. 1780) [207].

Peter Singer reprend l’affirmation à son compte en disant : « Un chimpanzé ou un cochon, par exemple, se rapproche bien plus du modèle d'être autonome et rationnel qu'un nouveau-né » et pousse le raisonnement plus loin en déclarant : « s’il n’est pas acceptable de prendre la vie d’un enfant abandonné ayant subi des dommages importants au cerveau, il n’est pas acceptable de tuer un chien ou un cochon à un niveau mental équivalent » [208]. Cette dernière affirmation, liée à un débat parallèle qu’il a suscité sur la distinction entre « considération égale des intérêts et traitement égal » a provoqué des polémiques et critiques diverses, en particulier dans les milieux chrétiens [209].

Cette critique correspond de manière plus large à celle du « posthumanisme », qui a connu un développement certain avec les sciences sociales qui puisent leur source dans la pensée rousseauiste et dont Claude Lévi-Strauss est, par exemple, le plus illustre représentant :

« C'est maintenant (...) qu'exposant les tares d'un humanisme décidément incapable de fonder chez l'homme l'exercice de la vertu, la pensée de Rousseau peut nous aider à rejeter l'illusion dont nous sommes, hélas ! en mesure d'observer en nous-mêmes et sur nous-mêmes les funestes effets. Car n'est-ce-pas le mythe de la dignité exclusive de la nature humaine qui a fait essuyer à la nature elle-même une première mutilation, dont devrait inévitablement s'ensuivre d'autres mutilations ? On a commencé par couper l'homme de la nature, et par le constituer en règne souverain ; on a cru ainsi effacer son caractère le plus irrécusable, à savoir qu'il est d'abord un être vivant. Et en restant aveugle à cette propriété commune, on a donné champ libre à tous les abus. Jamais mieux qu'au terme des quatre derniers siècles de son histoire l'homme occidental ne put-il comprendre qu'en s'arrogeant le droit de séparer radicalement l'humanité de l'animalité, en accordant à l'une tout ce qu'il refusait à l'autre, il ouvrait un cercle maudit, et que la même frontière, constamment reculée, servirait à écarter des hommes d'autres hommes, et à revendiquer au profit de minorités toujours plus restreintes le privilège d'un humanisme corrompu aussitôt né pour avoir emprunté à l'amour-propre son principe et sa notion. »

— Claude Lévi-Strauss, Anthropologie structurale (1973).

Isaac Bashevis Singer, prix Nobel de littérature.

D'autres motivations, plus précises dans la définition éthique, existent, comme le principe de non-violence, qui est la raison majoritaire du végétarisme pour l'humanité le pratiquant, majorité qui est hindoue (la « non-violence » originale, ou l'ahimsa, base politique de la vie en société hindoue selon les Lois de Manu[210], est synonyme de végétarisme/végétalisme/véganisme), ou la volonté de revaloriser la mort et la souffrance jusqu'alors banalisées :

« Tout ce verbiage sur la dignité, la compassion, la culture ou la morale semble ridicule lorsqu’il sort de la bouche même de ceux qui tuent des créatures innocentes, pourchassent des renards que leurs chiens ont épuisés, ou même encouragent l’existence des combats de taureaux et des abattoirs. Toutes ces explications, selon lesquelles la nature est cruelle et donc nous sommes en droit d’être cruels, sont hypocrites. Rien ne prouve que l’homme soit plus important qu’un papillon ou qu’une vache. Je considère le fait d’être devenu végétarien comme la plus grande réussite de ma vie. Je ne prétends pas sauver beaucoup d’animaux de l’abattoir, mais mon refus de manger de la viande est une protestation contre la cruauté… Personnellement, je ne crois pas qu'il puisse y avoir de paix dans ce monde tant que les animaux seront traités comme ils le sont aujourd’hui. »

— Isaac Bashevis Singer, The Letter Writer.

Intérêt environnemental[modifier | modifier le code]

Préservation[modifier | modifier le code]

Poules pondeuses élevées en batterie.

L'élevage en batterie, bien qu'utilisant moins de surface, ou l'engraissement des animaux de plein air (les plus rares) requièrent de grandes quantités de nourriture (de type monoculture) qui doivent être cultivées sur de grandes étendues de terre (ce qui nécessite la déforestation, vu que la consommation de viande augmente à travers le monde) : 38 % des forêts de l'Amazonie ont été détruites pour l'engraissement des bovins[211] et au moins 100 espèces disparaissent chaque jour en raison de la déforestation[211] : « la principale raison d’extinction d’espèces est la plupart du temps attribuée à la perte de zones à forte densité et endémisme comme les forêts brésiliennes ou les forêts de Madagascar qui ont été réduites de 90 % de leur taille d’origine au cours de ces quarante dernières années[211] ». L'élevage et l'alimentation pour l'engraissement du bétail utilisent 78 % des terres agricoles mondiales[212]. Avec un hectare de terrain consacré à la culture de fruits et légumes, on peut nourrir trente personnes, mais cinq personnes seulement si ce même hectare est utilisé pour produire des œufs ou de la viande blanche, et beaucoup moins si l'on ne produit que de la viande rouge[213]. Il faut d'ailleurs 7 à 10 kg de protéines végétales pour faire un kilogramme de protéine animale[214].

La surpêche et le chalutage sont également destructeurs pour les écosystèmes marins. Ce faisant, 90 % des grands poissons (thon, espadon, marlin, cabillaud, flétan, raie et limande) ont été surpêchés et sont par conséquent des espèces en voie de disparition[215].

Économie des ressources naturelles[modifier | modifier le code]

Grand Pingouin, exemple d'espèce éteinte du fait de la chasse/consommation de sa viande par l'homme.

Le World Watch Institute considère que la production de viande et de produits d'origine animale dans la quantité actuelle et probablement à l'avenir n'est pas soutenable du point de vue de l'environnement dans une optique de développement durable[216]. Jean Mayer, nutritionniste de l'université Harvard estime que si la consommation de viande aux États-Unis diminuait de 10 %, l'agriculture américaine pourrait nourrir en grains et légumes près de 60 millions de personnes dans le monde[217].

L'eau devient une ressource de plus en plus rare dans de nombreux endroits du monde. Sa consommation trop importante par les humains endommage les rivières et les écosystèmes et mène à la salinité et la désertification. Un régime végétarien consomme considérablement moins d'eau qu'un régime basé sur la viande.

Lutte contre le réchauffement climatique[modifier | modifier le code]

Les protéines animales requièrent de plus grandes dépenses d'énergie fossile, huit fois plus que pour une quantité comparable de protéine végétale. Cette consommation d'énergie fossile produit du dioxyde de carbone, un gaz à effet de serre. La production animalière produit également du fumier, qui, bien qu'il soit une base du compost, dégage du méthane. Aux États-Unis (le plus grand émetteur mondial de gaz à effet de serre), le bétail produit environ 20 % des émissions totales de méthane. Une tonne de méthane a un potentiel de réchauffement de la planète de 23 tonnes de dioxyde de carbone.

Le régime végétarien serait par ailleurs une manière de lutter contre le réchauffement climatique : le ratio (énergétique) pour la production d'un kilogramme de viande est 100 fois plus important que pour produire la même quantité de céréales[218]. Des animaux tels que la vache produisent 100g/jour de méthane, qui est un gaz à effet de serre 23 fois supérieur au CO2[réf. nécessaire]. Une agriculture différente peut être faite de moins de produits industriels, moins d'engrais, moins de déchets.

Selon le journaliste Fabrice Nicolino : « Un rapport de la FAO (agence de l’Onu pour l’agriculture) établit que l’élevage mondial émet plus de gaz à effet de serre que tous les transports (terre, air, mer) dans le monde. Si on prend en compte toute la chaîne de production de la viande, cela représente 18 % des émissions de ces gaz produits par l’homme… Une des causes majeures du réchauffement climatique [214]. »

En mai 2009, Gand devint la « première [ville] au monde à devenir végétarienne au moins une fois par semaine », lorsque les autorités locales décidèrent d’instaurer une « journée hebdomadaire sans viande ». Les officiels, les personnalités politiques et divers fonctionnaires mangeraient végétarien un jour par semaine, en reconnaissance de ce rapport des Nations unies. Des affiches publiques incitèrent la population à participer aux « journées végétariennes », et des cartes de la ville indiquant les restaurants végétariens furent imprimées. À partir de septembre 2009, les écoles de la ville auront un veggiedag (« journée végétarienne ») hebdomadaire elles aussi[219].

Solidarité des peuples[modifier | modifier le code]

Il existe, parmi les arguments avancés par certains végétariens, celui d'une solidarité morale envers les peuples du tiers monde et les hommes exploités. En effet, des céréales destinées à l'alimentation du bétail occidental sont souvent cultivées dans des pays du tiers monde alors qu'elles pourraient être affectées directement à la consommation des populations locales (comme en 1985, pendant la famine (faisant plus d'un million de morts), durant laquelle l’Éthiopie continua à exporter des céréales pour l'engraissement du bétail anglais[220]) :

Selon Fabrice Nicolino, l'alimentation carnée régulière n'est possible que pour une minorité d'êtres humains ayant suffisamment de revenus pour s'en acheter : mais la généralisation au niveau mondial d'un tel régime alimentaire est impossible, et, au spectacle grandissant des populations humaines souffrant de la faim, devient un scandale, car, dans le même temps, il s'agit bien d'engraisser au maximum un animal – lorsqu'on l'élève pour sa viande : « On n’a jamais compté autant de personnes qui sont touchées par la famine. Elles sont plus d’un milliard aujourd’hui. En même temps, la consommation de viande explose. (…) Quand on sait qu’il faut de 7 à 10 kilogrammes de protéines végétales pour faire un kilogramme de protéine animale, se pose la question de où trouve-t-on ces végétaux pour nourrir les cheptels. Personne ne peut répondre à cette question aujourd’hui. Il faudra choisir entre nourrir les humains ou les animaux…[214] »

Selon le ministère indien de l'agriculture, un hectare de terre arable permet de produire 20 tonnes de pommes de terre, contre seulement 50 kg de viande[221]. En Inde, le régime végétarien est considéré comme l'une des solutions à la sous-alimentation, mais des lobbies de l'élevage industriel et des grands propriétaires terriens font pression dans le sens contraire[222].

Desmond Morris, s'inscrivant dans la trace de Plutarque et de Montaigne[193], laisse d'ailleurs entendre que l'obligation de respecter les bêtes rendrait intolérables la plupart des conduites que des citoyens de pays démocratiques s'autorisent vis-à-vis d'autres hommes qu'ils exploitent comme des esclaves ou laissent mourir de faim[223] ; ce qui fait écho à ce passage de Milan Kundera, dans l'insoutenable légèreté de l'être (p. 420-421) :

« Il n'y a aucun mérite à bien se conduire avec ses semblables.(...) On ne pourra jamais déterminer avec certitude dans quelle mesure nos relations avec autrui sont le résultat de nos sentiments, de notre bienveillance ou haine, et dans quelle mesure elles sont d'avance conditionnées par les rapports de force entre individus. La vraie bonté de l'homme ne peut se manifester en toute pureté et en toute liberté qu'à l'égard de ceux qui ne représentent aucune force. Le véritable test moral de l'humanité (le plus radical, qui se situe à un niveau si profond qu'il échappe à notre regard), ce sont les relations avec ceux qui sont à sa merci : les animaux. Et c'est ici que s'est produite la faillite fondamentale de l'homme, si fondamentale que toutes les autres en découlent. »

Goût de la viande[modifier | modifier le code]

Certains individus n'apprécient pas le goût de la viande et en abandonnent la consommation pour cette raison[224]. Cette motivation est cependant minoritaire, et quelques aliments pour végétariens reproduisent le goût ou la texture de la viande (tempeh, tofu préparés, soja texturé)[225], tout comme certains procédés modifient ou dissimulent le goût de la viande (marinades, sauces etc.) En effet, certaines personnes sont sensibles aux différents goûts de viande, et ne supportent pas en général le goût du gibier, de la viande rouge, de la viande de mouton (très forte, elle peut aller jusqu'à engendrer une envie de vomir).

Pour les végétariens nés au sein d'une famille végétarienne (ce qui constitue une grande part des végétariens à travers le monde, du fait de la tradition hindoue), la viande n'a pas bon goût[226], n'apporte aucun plaisir (les premières ingestions de la viande sont d'ailleurs suivies de vomissements), et l'odeur cuisinée des chairs animales (celles des mammifères, oiseaux, poissons, etc.) est en fait très désagréable à l'odorat des végétariens nés : cela est dû au fait que le palais et les sens développent leurs compétences et préférences avant tout pendant l'enfance, et que ce faisant les enfants végétariens prennent en revanche plus de plaisir à consommer les légumes mal aimés par les enfants nés dans une famille pratiquant la zoophagie[226]. Le Mahatma Gandhi rapporte que pendant son adolescence, il se laissa convaincre de manger de la viande de chèvre par un camarade et par conviction nationaliste (les Anglais dominant les Indiens, selon son camarade, parce que zoophages) : cela ne lui procura aucun plaisir, et lui fit faire des cauchemars où il se voyait réincarné en chèvre tuée par un boucher[226].

Parce que « l'idée même de se trouver à côté de quelqu'un qui pourrait cuisiner de la viande est rebutante » pour les végétariens de naissance, animalistes ou antispécistes, des immeubles en Inde, à Mumbai tout particulièrement, proposent des appartements dans des zones où seuls les végétariens (toutes religions confondues) sont autorisés à habiter[227].

Quelques personnes jugent la viande peu appétissante, particulièrement crue, et préfèrent simplement s'abstenir de consommer de la chair animale pour des raisons esthétiques ou émotionnelles. D'autres trouveront esthétique le simple fait d'être végétarien. De plus, certains végétariens croient qu'un végétarien, mangeant des aliments provenant des végétaux, a une meilleure odeur corporelle[228].

Religions[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Religion et alimentation.

Religions d'origine indienne[modifier | modifier le code]

Beaucoup de religions, dont le bouddhisme, l'hindouisme, et spécialement le jaïnisme, enseignent que toute vie devrait avoir une valeur et ne devrait pas être détruite volontairement pour une gratification humaine non nécessaire.

Hindouisme[modifier | modifier le code]

Hindou en prière face à deux vaches.
Les alcools et les aliments non-végétariens (viandes, poissons, œufs) sont prohibés à Haridwar, comme dans presque toutes les villes saintes de l'hindouisme.
Ascète (sadhu) avec un veau : dans l'hindouisme, le refus de se nourrir de la viande de vache, vue comme l'animal généreux par excellence, est considéré comme le premier pas vers le végétarisme total[229].
Articles détaillés : Ahimsâ, Vache sacrée, Bishnoï et Végétarisme hindou.

L'ahimsâ est la notion philosophique des religions indiennes (de l'hindouisme, du bouddhisme et du jaïnisme) qui introduit le végétarisme comme norme dans l'alimentation. L'ahimsâ est une valeur qui recommande la non-violence et le respect pour toute vie, humaine, animale ou végétale (comme il en est chez les Bishnoïs). Ahimsâ est assez souvent traduit par non-violence ou non-nuisance à l'égard de tous les êtres vivants ou respect de la vie sous toutes ses formes. La racine sanskrite est hims (« nuire ») avec le privatif « a ». L'ahimsâ est fondé sur une injonction védique : « माहिंस्यात सर्व्-भुतानि – mâhimsyât sarva-bhoutâniqu'on ne nuise à aucun être vivant ». Dans le cadre de l'hindouisme, le terme ahimsâ apparaît écrit pour la première fois dans les Upaniṣad et dans le Raja-Yoga. C'est le premier des cinq yama ou vœux éternels, les restrictions indispensables du yoga (l'Ahimsâ n'amène à aucun état spécifiquement yogique, mais est considérée comme la première marche morale indispensable pour tout « honnête homme »[230]). À ce sujet, Bhishma dit dans le Mahâbhârata :

« Y a-t-il besoin de dire que ces créatures innocentes et en bonne santé sont faites pour l’amour de la vie, alors qu’elles sont recherchées pour être tuées par de misérables pécheurs vivant dans les boucheries ? Pour cette raison, ô monarque, ô Yudhishthir, sache que le refus de la viande est le plus grand refuge de la religion, du ciel, et du bonheur. S’abstenir de blesser est le plus grand des principes. Il est, là encore, la plus grande des pénitences. Il est également la plus grande des vérités parmi toutes les preuves d'affection. La viande ne peut pas être retirée de l’herbe ou du bois ou de la pierre. A moins qu’une créature vivante soit tuée, cela ne peut être réalisé. Donc, tu es dans la faute en mangeant de la chair. (...) Cet homme, qui s'abstient de la viande, n’est jamais mis dans la crainte, ô roi, par aucune créature. Toutes les créatures demandent sa protection. Il ne provoque jamais aucune inquiétude pour les autres, et lui-même n’a jamais à devenir anxieux. Si personne ne mange de la chair, il n'y a alors plus personne pour tuer des êtres vivants. L’homme qui tue des êtres vivants les assassine pour le bien de la personne qui mange de la chair. Si la chair est considérée comme non comestible, il n'y a alors plus d'abattage d’êtres vivants. C’est dans l’intérêt du mangeur de viande que le massacre des êtres vivants se réalise dans le monde. Depuis, ô toi de grande splendeur, la durée de vie est raccourcie pour les personnes qui abattent les créatures vivantes ou sont les causes de leur abattage ; il est clair que la personne qui désire son bien doit abandonner la consommation de viande entièrement. (...) L'acheteur de la chair réalise l'himsâ [violence] par sa richesse : celui qui mange la chair le fait en appréciant sa saveur, le tueur réalise l’himsâ en attachant et en tuant l'animal. Ainsi, il existe trois formes de mise à mort. Celui qui apporte la chair ou l’apporte pour elle-même, celui qui coupe les membres d'un animal, et celui qui l’achète, la vend, ou les cuisiniers de la viande et celui qui la mange – tous ces éléments sont à considérer comme des mangeurs de viande[231]. »

La croyance en la réincarnation est fondamentale dans les développements philosophiques du jaïnisme, du bouddhisme et de l'hindouisme, et, dans ce système de croyance, les âmes (atman, anima : « souffle », principe de vie, de conscience) peuvent s'incarner sous la forme de végétaux, d'animaux, ou d'êtres humains. CNN rapporte que 85 % de la population hindoue suit un régime végétarien[122] (pas de viandes, de poissons ni d'œufs, les œufs étant considérés comme aliments non végétariens, en Inde[232]). Ce régime alimentaire principalement fondé sur une nourriture à base de laitages et produits verts, est fortement pratiqué dans les communautés orthodoxes de l'Inde du Sud, dans certains États du nord comme le Gujarat ou du sud au Karnataka où l'influence des jaïns est significative. Quelques-uns évitent l'oignon et l'ail, considérés comme ayant des propriétés rajas, c'est-à-dire « passionnelles ». Le svadharma (le dharma personnel) des brahmanes inclut le végétarisme, le brahmane étant appelé à mener une vie absolument pure. L'hindouisme encourage donc le végétarisme[233]. La consommation de viande, de poisson (et d'œuf fécondé) n'est pas promue, – seulement tolérée, tolérée dans le cadre du rang que l'hindouisme lui a assigné dès les Védas : inférieur, non-respectueux de l'ahimsâ et impur par rapport à un régime végétarien[234]. Certains brahmanes sont également végétaliens et ne consomment aucun produit d'origine animale (lait, etc.). Dès le VIe siècle av. J.-C., les Oupanishads soulignent que bêtes et les humains sont frères, puisque tous hébergent en eux l'âtman et de ce fait sont les sanctuaires du Brahman. Dans cette conception religieuse, tous les êtres vivants étant vus comme des sanctuaire de l'âtman, aucun temple de l'âtman ne lui est dédié, au contraire d'autres divinités comme Vishnou ou Shiva. Dans la plupart de villes saintes hindoues, il existe une interdiction de tous les aliments non-végétariens et de tous les alcools, et une interdiction légale existe sur l'abattage de vaches dans presque tous les États de l'Inde. Le cuir d'une vache morte de cause naturelle est cependant accepté.

Jaïnisme[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Parasparopagraho Jivanam.
Temple jaïn, religion basée sur l'Ahimsâ (non-violence) ; les objets en cuir ou autres produits non-végétariens y sont strictement interdits d'entrée.

Toutes les règles alimentaires citées pour les hindous s'appliquent aux jaïns. En plus de l'interdiction de consommer des œufs, du poisson ou de la viande, ils doivent prendre en compte la souffrance causée aux plantes et aux suksma jiva (sanskrit : formes de vie subtiles, qui seront plus tard appelées micro-organismes) dans leurs choix alimentaires. Certains jaïns, en fonction de la doctrine de la secte ou branche du jaïnisme dont ils font partie, évitent de consommer la majorité des racines végétales, comme les pommes de terre.

Bouddhisme[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Végétarisme bouddhique.

Des écoles du bouddhisme (Mahâyâna notamment) demandent à leurs adeptes d'être au moins végétariens, d'autres écoles bouddhiques n'imposent pas le végétarisme, mais le conseillent ; c'est néanmoins au Bouddha à qui l'on doit le renforcement de cette pratique en Inde, par le biais de l'empereur Ashoka. Selon le Vinaya (le code monastique du Theravāda), les moines sont tenus de manger tout aliment qu'on leur donne, y compris de la viande (mais ne pas rechercher à en consommer non plus : car les moines bouddhistes doivent encourager le végétarismela non-violence à l'égard des animaux – autour d'eux), excepté quand l'animal a été tué à leur intention ou appartient à la liste des animaux prohibés (humain, éléphant, cheval, chien, serpent, lion, tigre, panthère, ours et hyène)[235]. Récemment, les Tibétains modifient profondément leurs habitudes alimentaires et deviennent de plus en plus végétariens. Ils suivent les conseils du 14e Dalaï-Lama et du 17e Karmapa, qui ont donné en 2007 et 2008 des instructions sur les bienfaits de ne pas manger de viande afin de ne pas faire souffrir les animaux[236],[237]. Il est noté que le Dalaï-Lama n'est pas strictement végétarien, après avoir contracté une hépatite B ayant endommagé son foie, il a dû suivre les recommandations de médecins lui recommandant de manger de la viande. Il limite néanmoins sa consommation et se considère comme semi-végétarien[238]. Dans la Région autonome du Tibet, ainsi que dans le Kham, et l'Amdo, des restaurants végétariens s'ouvrent[239].

Sikhisme[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Végétarisme sikh.

Religions d'origine chinoise[modifier | modifier le code]

Dans les sociétés chinoises, l’alimentation normale, ancienne (素食) fait référence à un régime associé aux moines taoïstes, et quelquefois pratiqué par la population durant les festivités taoïstes. Le terme utilisé pour désigner ces pratiquants se traduit par « végétariens ». Cette alimentation rejette la viande, les œufs et le lait, mais inclut les huîtres et ses dérivés. Les mouvements néo-confucianistes demandent à ses adeptes de suivre un régime végétarien, comme le Ikuan Tao.

Religions abrahamiques[modifier | modifier le code]

Vue d'ensemble[modifier | modifier le code]

Pour les religions abrahamiques (judaïsme, christianisme, islam, rastafarisme), le premier homme, Adam, était végétarien/végétalien (plafond de la chapelle Sixtine, au Vatican, par Michel-Ange).

Pour le judaïsme, le christianisme, le rastafarisme et l'islam, qui ont un fond culturel commun concernant l'histoire de l'humanité – celle en rapport avec la Bible –, le végétarisme/végétalisme était à l'origine la pratique alimentaire de l'humanité (voir la Genèse : I:29) et du reste du monde animal (Genèse  : I:30), végétarisme qui existait au Jardin d'Éden jusqu'au Déluge, ce qui signifie que, pour ces religions, les premiers êtres humains créés par Dieu, – Adam et Eve –, et leurs descendants, étaient végétariens/végétaliens, et ce, pendant dix générations[240]. Si l'on tient compte de la Bible hébraïque originelle, dénuée d'interprétations « catholiques » ou anthropocentristes (Dieu, selon les catholiques se serait fait homme pour les seuls hommes[193]), interprétations influencées par les Pères de l'Église combattant la croyance en la métempsycose[193] (lié au manichéisme, au pythagorisme, à Empédocle, au pharisaïsme[241]), par l'influence du néoplatonisme qui instille une rupture entre l'humain et les autres créatures[242], et par les rapprochements métaphoriques entre les démons et les bêtes[242] (le serpent du Péché originel fut assez tardivement identifié au diable, ce que la Genèse ne faisait pas[242]), on remarquera, alors, que, dans le judaïsme primitif, la domination sur les poissons et les oiseaux par un Adam végétarien et ses successeurs n'est que de l'ordre du concept et non de la pratique[242],[243], le titre de souverain des animaux n'étant qu'honorifique, la Genèse n'indiquant nulle part qu'ils ont besoin d'être dirigés ou qu'ils doivent l'être pour accomplir leur destinées, eux qui d'ailleurs louent à leur manière Dieu (Psaumes, CXLVIII:10)[242].

Pour les disciples du poète saint Kabir (qui sont 9 600 000), la Bible (qui est aussi un de leur livre saint, avec le Coran, les Védas, les Purana et la Bhagavad Gita), ordonne d'être végétarien[244].

Islam[modifier | modifier le code]

Dans l'islam, il n'y a aucune interdiction dans le fait d'être végétarien[245],[246] (ce dernier mangeant ainsi parfaitement halal), quoique cette pratique demeure peu commune dans le monde musulman ; le végétarisme gagne néanmoins des adhérents en terre arabe et musulmane[247], car il n'est pas halal d'élever un animal comme une machine, et que les animaux aussi méritent compassion, puisqu'ils sont, comme les hommes, des créatures de Dieu[245]. Comme le christianisme et le judaïsme, l'islam affirme que Dieu a créé les animaux[248]. Mais à la différence du christianisme, l'islam s'intéresse étroitement à l'animal[242] : Dans Animals in Islam, Al-Hafiz Basheer Ahmad Masri, qui fut l'imam de la mosquée Shah Jahan de Woking, au Royaume-Uni, de 1964 à 1968, écrit :

Le Musulman soufi Bawa Muhaiyaddeen.

En effet, selon le Coran (21, 107), Mahomet fut envoyé comme « secours de toute la création [249] ». Certaines objections au végétarisme dans l'islam pourrait venir du fait qu'une pratique comme l'Aïd el-Kébir est incompatible avec le végétarisme ; ce à quoi Masri rétorque : « Pendant les premiers temps de l'Islam, la tradition d'offrir des animaux avait un sens. La viande était alors un ingrédient essentiel de l'alimentation humaine, et aucune miette n'en était perdue. De nos jours, tuer [des animaux] est devenu un rituel vide, et le sens profond [de l'acte] a été oublié. » De plus, Soheib Bencheikh, Grand Mufti de Marseille, estime que le sacrifice d'un mouton à l'occasion de l'Aïd el-Kebir, « n'est ni un pilier de l'Islam, ni une obligation majeure comparable à la prière ou au jeûne du Ramadan » ; il ajoute que le droit musulman permet de remplacer cet acte par « un don fait dans un pays où les habitants ne mangent pas à leur faim, ce qui est plus conforme à l'esprit du partage que comporte cette pratique [249] », d'autant plus lorsque l'on sait que l'agriculture produit la majorité de sa production céréalière pour engraisser des animaux pour leur viande, alors que des êtres humains souffrent de la faim et de la sous-alimentation de par le monde[247].

D'ailleurs, il existe une tradition du végétarisme au sein de l'islam, liée en particulier au soufisme[250]. Les grands Saints soufis du passé étaient végétariens, comme Mirdad, qui déclara : « Ceux qui suivent le sentier spirituel ne doivent jamais oublier que s'ils consomment de la chair, ils devront payer ce geste de leur propre chair[251] » Les enseignements du musulman indien et poète-saint Kabir, d'Inayat Khan et du srilankais Bawa Muhaiyaddeen encouragent au végétarisme[252]. L'historien William Montgomery Watt déclare que la bonté de Mahomet envers les animaux était remarquable si l'on tient compte du contexte social de son éducation. Il cite un cas où Mahomet envoya des sentinelles pour s'assurer qu'une chienne avec ses chiots nouveau-nés n'étaient pas dérangés par son armée voyageant vers la Mecque lors de l'année 630[253].

Mahomet est aussi censé avoir dit (selon Ibn Omar et Abdallah bin Al-As) : « Nul homme qui tue, même un moineau ou quoi que ce soit de plus petit, n'agit avec mérites, et Allah le questionnera à ce sujet [le jour du Jugement] », et « Quiconque est agréable envers les créatures de Dieu est agréable avec lui. »[254],[255]. Mahomet a dit aussi : « Pour la bonne œuvre donnée à chaque créature dotée d'un cœur humide [c'est-à-dire vivante], il y a une récompense. »[254] ; Mahomet s'est opposé à la chasse de loisirs en disant : « qui tente d'abattre une créature vivante pour le sport est maudit[254]. »

Tant dans les textes sunnite que chiite, on retrouve le fait que Mahomet s'entretenait nonchalamment avec des chameaux, des oiseaux et d'autre espèce animale. Les textes chiites étendent ce don pour y inclure les Imams. Dans un hadith, on dit qu'un chameau est venu voir Mahomet pour se plaindre que malgré son service dévoué envers son propriétaire, il était sur le point d'être tué. Mahomet convoqua alors le propriétaire et ordonna à l'homme d'épargner le chameau[256]. On rapporte dans le Coran que Salomon parlait aux fourmis[257] et aux oiseaux[258],[259], et les imams chiites ismaëliens déclarent qu'ils peuvent communiquer avec tout ce qui est doté d'une âme, d'une vie, tout créature. Comme certains membres du soufisme, le poète saint Kabir considère que Mahomet était végétarien, mais que les mollah n'ont pas suivi son exemple (la loi des mollah n'étant pas pour Kabir la loi d'Allah)[260].

Christianisme[modifier | modifier le code]

Pour les adeptes de l'Église orthodoxe ou des Églises des trois conciles, comme l'Église copte orthodoxe, il y a de nombreuses et longues périodes où s'alimenter en produits issus du règne animal est strictement interdit (végétalisme), et même de se vêtir ou d'utiliser un quelconque produit issu du règne animal (véganisme). En revanche, contrairement au christianisme orthodoxe, le catholicisme par exemple (à l'opposé du catharisme) lève tout interdit alimentaire (que ce soient celui des Juifs (porc par exemple) ou celui des païens (les Égyptiens, les Sabiens et beaucoup d'autres peuples idolâtres évitaient de tuer et de manger des brebis, des boucs, des bœufs)[193]). Vers 560, le premier concile de Braga déclara dans son quatorzième canon : « Si quelqu'un, partageant la doctrine de Mani et de Priscillien regarde comme impures les viandes que Dieu a créées pour notre nourriture et qu'aussi il n'ose gouter des légumes même cuits avec de la viande, qu'il soit anathème. » Ensuite, certains ordres chrétiens, (les trappistes, les Chartreux, les Bénédictins[27], les Pères du Désert et tous les ordres monastiques du christianisme orthodoxe), le christianisme ésotérique tel que le Rosicrucian Fellowship ou l'Anarchisme chrétien (représenté par exemple par Léon Tolstoï), mais aussi les courants du christianisme tels que ceux des Cathares et des Adventistes du septième jour, encouragent le végétarisme.

Article détaillé : Refus de l'alimentation carnée.

Rappelons que la Vegetarian society, première association végétarienne (végétalienne de facto) au monde, été fondée en 1847 par des chrétiens évangéliques, en Grande-Bretagne[261] (étudiant, Gandhi y adhéra). Lorsque le végétarisme se base sur une perspective chrétienne, les références bibliques sont le plus souvent les mêmes que celles des juifs et rastafaris développés ci-dessous (puisque l'ère messianique juive (végétalienne) correspond pour les chrétiens et rastafaris au retour de Jésus sur Terre).

Rastafarisme[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Ital.

Les Rastafaris suivent en général un régime appelé Ital, et dont la norme est végétarienne[262],[263] ou végétalienne/végane[264], afin de ne pas faire du corps un « cimetière »[265]; ils évitent aussi d'absorber de la nourriture qui a été artificiellement préservée, aromatisée ou altérée chimiquement. Le refus de viande (voire de laitage) dans le rastafarisme se réfère aux écrits bibliques :

Judaïsme[modifier | modifier le code]

Selon certains spécialistes de la Torah, comme les rabbins Bonnie Koppel, Rami Shapiro, et Yitzhak HaLevi Herzog, ancien grand rabbin d'Israël[24], l'objectif initial de Dieu était que l'homme soit végétarien car le végétarisme est l'ultime sens des enseignements moraux bibliques[24]. Pour eux, Dieu donna par la suite la permission aux hommes de manger de la viande à cause de leur faiblesse (le penchant au meurtre fait partie de leur nouvelle nature[193]), mais l'idéal ou la volonté finale de Dieu pour les hommes serait qu'ils soient végétariens. La Bible avance aussi que l'homme peut manger les animaux tués, mais en respectant les règles rituelles du sacrifice (dans le judaïsme et l'islam), car sinon tuer un animal est bien un meurtre.

Pour la Bible, Dieu a donc permis à la suite du Déluge la consommation de viande (parce qu'il n'y avait plus de végétaux, selon le rabbin polonais Yitzhak Hebenstreit, dans son ouvrage Kivrot Hata'avah), permission qui induit néanmoins le respect, pour ce qui est du judaïsme (et de l'islam) toujours, des interdits et règles alimentaires qu'incarnent la casherout et qui indiquent une grande complication dans la consommation de viande (dont le nombre est limité), le Tanakh (Ancien Testament) évoquant d'ailleurs la prudence sur la certitude du destin final des créatures :

De plus, Dieu énonça après le Déluge les lois noachides (valant pour tous les hommes) qui interdisent de consommer un quartier de viande obtenu au prix d'une mutilation, d'une vivisection[193]. Moïse Maïmonide, dans son ouvrage le guide des égarés, rappelle d'ailleurs à ce propos que c'est bien le souci de la souffrance physique et « morale » de l'animal qui rend compte de ces règles sacrées[193].

À propos du Talmud (Avodah Zorah 18b) qui déclare : « une grande importance est attachée au traitement humain des animaux, autant l’est-il déclaré fondamental que l’est la vertu humaine », le rabbin Samson Raphaël Hirsch, dans Horeb (chapitre 60, section 416), ajoute : « Ici vous êtes confrontés à l’enseignement de Dieu, lequel vous contraint non seulement à vous abstenir d’infliger une souffrance à quelque animal, mais à l’aider et, quand vous le pouvez, à diminuer la souffrance lorsque vous voyez un animal souffrant, même si cela n’est pas de votre faute. » Pour certains Juifs, étant donné la réduction des animaux à l'état de « choses » ou de « machines de production » dans l'état actuel du monde, avec tout ce que tout cela entraîne, le végétarisme/véganisme est vu comme une mitzvah de facto[266],[267]. Ainsi, l’ancien grand rabbin d’Irlande, le rabbin David Shlomo Rosen – lui-même un végétarien – est d’avis que la consommation de la viande, aujourd’hui, est interdite par la halakha : « La cruauté du traitement appliqué aujourd’hui aux animaux dans le commerce de bétail rend la consommation de viande absolument inacceptable du point de vue halakhique comme étant le produit de moyens illégitimes[268],[269]. »

Quoi qu'il en soit, le règne du Messie (Isaie, 11) annonce pour certains rabbins renommés, comme Rav Kook et Isaac Arama (et pour les rastafaris et les black hebrew) un retour au végétarisme/végétalisme dans le monde entier et pratiqué avant le Déluge, végétarisme s'étendant même aux créatures considérées comme carnivores (de même[270] qu'au Paradis originel ; Genèse : I:30), pour donner lieu au spectacle d'une universelle fraternité.

Critiques[modifier | modifier le code]

Moralisation d'une pratique alimentaire[modifier | modifier le code]

Si la critique des niveaux élevés de consommation de viande dans les sociétés occidentales est fondée, l'interdiction absolue opérée par le végétarisme sur l'ingestion de viande est, comme tout absolu, considérée par certains comme une vision morale, et à ce titre, peut être soumise aux critiques classiques des impératifs moraux (tentations universalistes, intolérance potentielle, etc.)[271]. Selon le philosophe Dominique Lestel, les végétariens dans la lignée de l'antispécisme (et de l'hindouisme, du jaïnisme et du bouddhisme), se séparent de l'« animalité » en faisant de l'humain le seul animal omnivore refusant la consommation de viandes qui entraîne des souffrances liées à l'élevage ou à l'abattage, alors que l'homme zoophage assumerait une nature « animale »[272], quoique le terme « animal » ait été remis en question par le philosophe Jacques Derrida, dans son ouvrage L'Animal que donc je suis, où transparaît l'idée que l'homme n'est pas un « robot » qui doit suivre un « programme » parce qu'il le peut (c'est-à-dire être omnivore, parce que son organisme le permet : culturellement, les viandes consommées sont différentes – il y a des abattoirs pour les chiens et les chats en Chine par exemple, pratique du cannibalisme en Papouasie-Nouvelle-Guinée, refus de consommation de charcuterie chez les juifs et les musulmans, la consommation alimentaire d'insectes est quasi inexistante en Europe mais non en Asie, etc.), mais est un animal de culture (« nature différée »), qui bâtit son univers humain par rapport à sa propre compréhension du monde qui l'entoure et le constitue toujours – la nature (« culture différée ») –, parce qu'il le veut (la philosophe Élisabeth de Fontenay, dans Le silence des bêtes, considère que toute définition d'un « propre de l'homme » ou d'une « nature ou essence humaine » est dangereuse (et d'origine uniquement européenne), excluant ceux qui ne correspondent pas à cette définition à être relégué à une moindre humanité, les rapprochant du sort – souvent peu enviable – de l'« animal », terme trop général pour être valable d'un point de vue philosophique).

Littérature et cinéma[modifier | modifier le code]

  • Dans le roman de René Barjavel La Nuit des temps, l'héroïne est horrifiée d'apprendre que les humains actuels « mangent de la bête ». En effet, le peuple auquel elle appartient ne consomme pas d'animaux, à l'exception des marginaux ou asociaux vivant en dehors du système.
  • Dans le cycle de L'Héritage, le héros devient végétarien au cours de sa formation de Dragonnier chez les Elfes, qui sont eux-mêmes lacto-ovo-végétariens. Il finira par faire une entorse à son régime sans viande lorsqu'en plein milieu du désert, il n'aura pas d'autre choix que de sacrifier la vie de deux lézards pour survivre à la traversée.
  • Dans la saga des Chevaliers d'Émeraude et sa suite, Les Héritiers d'Enkidiev, les Elfes et les Fées, même ceux qui sont Chevaliers, sont végétariens. Le Chevalier Kevin, après qu'il s'est débarrassé du sorcier Asbeth qui lui avait fait subir une mutation (qui s'est résorbée à la mort du sorcier) qui le rendait exclusivement crudi-carnivore et aveugle sous une lumière vive, il devient végétarien à la demande insistante de son épouse Maïwen (une Fée) et de ses enfants et finira par s'habituer à ce nouveau régime.
  • Dans le film La Belle Verte, de et avec Coline Serreau, Mila et toute sa communauté sont végétariens.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b http://www.ivu.org/faq/definitions.html
  2. (en) « Things to look out for if you are a vegetarian/vegan », sur The Vegetarian Society (consulté le 11 décembre 2010)
  3. Consoglobe - 11/2012 - Pourquoi les végétariens vivent plus longtemps - En 2002, les autorités de santé américaines redemandent à la même université de refaire une étude, sur la même communauté. Cette fois-ci, 96 000 personnes végétariennes y participent. Les résultats tombent : identiques à ceux du siècle dernier, et encore plus précis. Les végétariens adventistes vivent effectivement plus longtemps que les autres Américains non végétariens : jusqu’à 83,3 ans pour les hommes (soit 9,5 ans de plus), et jusqu’à 85,7 ans pour les femmes (soit 6,1 ans de plus).
  4. The Wall Street Journal - AVERY JOHNSON - June 3, 2013 - Vegetarians Live Longer Than Meat-Eaters, Study Finds
  5. Yoga, méditation et régime végétarien : le tiercé gagnant de la longévité? - AFP et Le HuffPost - 17/09/2013 - Dean Ornish - Université de Californie à San Francisco - Etude portant sur la longueur des télomères
  6. a et b Chang-Claude J1, Hermann S, Eilber U, Steindorf K. Cancer Epidemiol Biomarkers Prev. 2005 Apr;14(4):963-8.Lifestyle determinants and mortality in German vegetarians and health-conscious persons: results of a 21-year follow-up. http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/15824171
  7. a et b Proc Nutr Soc. 2006 Feb;65(1):35-41. Health effects of vegetarian and vegan diets. Key TJ1, Appleby PN, Rosell MS. http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/16441942
  8. a et b Nutrition and Health – The Association between Eating Behavior and Various Health Parameters: A Matched Sample Study Nathalie T. Burkert*, Johanna Muckenhuber, Franziska Großschadl, Eva Rasky, Wolfgang Freidl Institute of Social Medicine and Epidemiology, Medical University Graz, Graz, Austria
  9. Conseil Européen de l’Information sur l’Alimentation (EUFIC) - 09/2011 - Végétarisme – aspects nutritionnels à considérer pour passer au vert - Les végétaliens peuvent, quant à eux, être exposés à des carences en calcium ce qui, combiné à un manque de protéines et vitamines D, peut avoir des conséquences négatives sur la qualité des tissus osseux. Les végétaliens doivent être particulièrement attentifs à la vitamine B12. Celle-ci ne peut en effet être trouvée que dans les aliments d’origine animale.
  10. (en) « Interprétation d’expressions » (consulté le 22 mars 2012)
  11. (en) « Celebrate Christmas », Vegetarian Society,‎ 1er novembre 2000 (consulté le 2 mai 2010)
    • 1839: "If I had had to be my own cook, I should inevitably become a vegetarian." (F. A. Kemble, Jrnl. Residence on Georgian Plantation (1863) 251)
    • 1842: "To tell a healthy vegetarian that his diet is very uncongenial with the wants of his nature." (Healthian, Apr. 34)
  12. http://www.futura-sciences.com/fr/definition/t/biologie-4/d/lacto-vegetarien_6242/
  13. Régimes divers
  14. Site anglais des fruitarians.
  15. http://respect-animal.org/definitions.html
  16. http://www.passeportsante.net/fr/Nutrition/Regimes/Fiche.aspx?doc=vegetarisme_regime
  17. What is a Vegan?, Vegan Society (Royaume-Uni), accessed May 12, 2010.
  18. Paroles de Pythagore rappelées dans le Livre XV des Métamorphoses d'Ovide
  19. Autobiographie, ou mes expériences de vérité, Mohandas Karamchand Gandhi
  20. Dictionnaire de l’ancienne langue française, Aupelf, France-Expansion, 1973 (reprod. de l’éd. de F. Vieweg, 1881 à 1902) Godefroy Frédéric.
  21. a et b [PDF] VESANTO Melina, Victoria HARRISSON et Brenda CHARBONNEAU, « Devenir végétarien », Montréal, Éd. de l'Homme,‎ 1994, p. 21
  22. « La définition du mot "légumiste" (source Petit Larousse 1906) »
  23. a, b et c (en) « THE V E G E T A R I A N MITZVAH ! » (consulté le 22 mars 2012)
  24. Clément d'Alexandrie (160-240), l’un des pères de l’Église, préconisait ce régime : « Il vaut mieux être heureux, dit-il, que de rendre nos corps pareils à des tombes pour les animaux […] L’apôtre Mathieu mangeait des grains, des noix et des légumes, et s’abstenait de toute chair. » Saint Jean Chrysostome (345-407) décrivait l’alimentation carnée comme une coutume cruelle et contre nature pour des chrétiens : « Nous imitons les mœurs des loups, des léopards, ou plutôt nous faisons pire qu’eux. La nature les a faits pour qu’ils se nourrissent ainsi, mais Dieu nous a dotés de la parole et du sentiment de l’équité, et nous voilà devenus pires que les bêtes sauvages. » Il disait aussi : « Nous, les dirigeants chrétiens, pratiquons l’abstinence de la chair animale. » Saint Benoît, qui fonda l’ordre monastique des bénédictins en 529, prescrivait les aliments végétariens comme nourriture de base pour ses moines. L’ordre de la Trappe, dès sa fondation au XVIe siècle, s’opposa rigoureusement à la consommation de la viande, des œufs et des autres aliments d’origine animale. Cette règle fut relâchée par le concile du Vatican de 1965, mais la plupart des trappistes adhèrent encore à l’enseignement originel sur le végétarisme. Aujourd’hui, l'Église adventiste du septième jour recommande fortement le végétarisme à ses membres, en s’appuyant sur la Bible. John Wesley (1703-1791), le fondateur du méthodisme, déclarait : « Je remercie Dieu, car depuis que j’ai laissé la viande et le vin, je suis libéré de toutes les maladies physiques. »
  25. (en) « Your Health », sur All Creatures (consulté le 8 mars 2013)
  26. a et b http://www.all-creatures.org/cva/HGCenfrancaise.htm
  27. a et b (en) « Vegetarian Elite of Islam », sur Gods Direct Contact (consulté le 22 mars 2012)
  28. Végétarisme : Diogène Laërce, VIII, 19-20, 34. Jamblique, Vie de Pythagore, § 106-109, 150. Johannes Haussleiter, Der Vegetarismus in der Antike, Berlin, 1935, p. 97-157.
  29. La cité "saine" est végétarienne
  30. [http://books.google.fr/books?id=4Zy5Fg2oa-cC&pg=PA384&lpg=PA384&dq=th%C3%A9ophraste+v%C3%A9g%C3%A9tarisme&source=bl&ots=vt9Ws74Yt1&sig=5gPS1aYdkdCHXvt0Vx1gWLQwNjA&hl=fr&ei=-5aGTJrsDMfc4gbwoJjSBA&sa=X&oi=book_result&ct=result&resnum=1&ved=0CBUQ6AEwAA#v=onepage&q=th%C3%A9ophraste%20v%C3%A9g%C3%A9tarisme&f=false
  31. %5B%5B#cite_ref-32|↑%5D%5D http://www.fondation-droits-animal.org/rubriques/publi_conf/publiconf_colloq.htm « L'animal dans l'antiquité »],‎ 18-22 octobre 1994 (consulté le 22 mars 2012)
  32. Philostrate, Vie d'Apollonius de Tyane, VI
  33. (en) Rynn Berry, Famous Vegetarians, Pythagorean Publishers,‎ 2003
  34. (en) « HERMANN DIELS DIE FRAGMENTE DER VORSOKRATIKER 20 EMPEDOKLES. » (consulté le 22 mars 2012)
  35. « Le respect de la justice grandit avec la pratique de l'abstinence de chair carnée » (consulté le 22 mars 2012)
  36. « Argument des cas marginaux » (consulté le 22 mars 2012)
  37. [PDF] « Une nouvelle préoccupation : le bien-être animal » (consulté le 22 mars 2012)
  38. « Les animaux ont-ils des droits ? », sur Sciences Humaines,‎ 1er mars 2006 (consulté le 22 mars 2012)
  39. Les Métamorphoses, Ovide, éd. Gallimard.
  40. a, b, c et d (en) Gabriel Cousens, Conscious eating, Berkeley, Calif, North Atantic Books,‎ 2000 (ISBN 1556432852), p. 413.
  41. Citation tirée des ouvrages poétiques de Virgile : « Chez lui de la pudeur tout respecte les lois :/ Le lait de ses troupeaux écume entre ses doigts :/ Et ses chevreaux, tout fier de leur corne naissante, / Se font en bondissant une guerre innocente / (…) Même avant Jupiter, avant que l'homme impie / Du sang des animaux osât souiller sa vie, / Ainsi vivait Saturne (…) », Virgile, Bucoliques Géorgiques, 2e Géorgique, p. 211, Folio classique, (ISBN 20700394484[à vérifier : isbn invalide]) ; 3e Géorgique, p. 241 : « Sous les flots de la neige qui tombe/ La faible brebis meurt, le fier taureau succombe/ Les daims sont engloutis, et le cerf aux abois, / Découvre à peine aux yeux la pointe de son bois./ Contre ses animaux, désormais moins agiles, / Les rets sont superflus, les chiens sont inutiles, / Tandis que, rugissant dans leurs froides prisons/ Ils soulèvent en vain le fardeau des glaçons, / Le barbare les perce, et, mugissant de joie, / Dans ses antres profonds court dévorer sa proie » ; 4e Géorgique, p. 271 : « Comme nous cependant ces faibles animaux / Éprouvent la douleur et connaissent les maux ».
  42. http://www.animalrightshistory.org/animal-rights-timeline/animal-rights-p/plotinus/enneads-happiness.htm
  43. http://cc.bingj.com/cache.aspx?q=madhvacarya+animals&d=4707069670131856&mkt=fr-FR&setlang=fr-FR&w=a08fa749,1ea401eb
  44. http://ahimsafederation.org/article/article17.htm « "Be merciful to animals and all living objects, as the lord has been merciful to us." - says Chaitanya Mahaprabhu.Chaitanya Mahaprabhu was the first saint to extol with reverence, vegetarianism in Bengal. He had experienced the impact of vegetarianism on human mind and intellect. », soit « "Soyez charitable envers les animaux et toutes les créatures vivantes, comme le Seigneur a été charitable envers nous." - disait Chaitanya Mahaprabhu. Chaitanya Mahaprabhu a été le premier saint à vanter avec révérence le végétarisme dans le Bengale. Il avait éprouvé l'impact du végétarisme sur l'esprit humain et l'intellect. »
  45. Dharma Today
  46. Vidéo sur Youtube.
  47. Mary Lutyens, The life and death of Krishnamurti, 2003, p. 30.
  48. Sermons du Bouddha - Chapitre 2 : Le principe de non-violence
  49. « Mahamati, ceux de mes disciples qui se nourrissent de viande font rire les profanes qui murmurent : quels sont ces renonçants qui s’exercent à la pureté en ne se nourrissant pas comme les dieux et les ermites mais plutôt comme les bêtes féroces en parcourant le monde pour se remplir la panse ? Ils ne font qu’effrayer les autres en spoliant la pureté de leur voie à tel point que l’on peut se demander si le bouddhisme est vraiment une méthode de contrôle de soi. » (« Soûtra de l’Entrée à Lankâ, lankâvatâra », traduction de Patrick Carré, Fayard)
  50. Damodar Dharmanand Kosambi : « C’est l’empereur qui dans son palais donne l’exemple du végétarisme », cité dans Délivrance et convivialité, le système culinaire des Jaina (Marie-Claude Mahias).
  51. « Premier décret des édits d’Ashoka » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?). Consulté le 2013-04-08
  52. Exemple d'un poème en hindi de Gourou Nânak (1469-1538, fondateur du sikhisme), traduit de G. de Tassy, Allégories, Leroux, 1876, dans Trésor de la poésie universelle, Roger Caillois/Jean-Clarence Lambert, Gallimard (6e édition) : « Mon saint inspirateur enseigne la clémence. / Le cœur s'éveille à ses paroles. / Le chapelet dont chaque grain / est un soupir / est admirable. / Le sage laisse cours à la pitié. / Homme sans pitié, tu es un boucher. / Tu tiens le couteau, et crie impitoyable : / « Qu'est-ce qu'une chèvre ? Qu'est-ce qu'une vache ? / Que me font les autres bêtes ? » / Or, le maître a dit : / « Nulle différence entre les différents meurtres. / Ô Nânak, ne détruis pas l'esprit pour conserver le corps ! / Réprime, ô frère, ce grand élan né dans ton cœur. / Et cherche refuge en Hari ». » (Hari est un des noms de Vishnou; Gourou Nânak est né hindou).
  53. Végétarisme SOS
  54. (fr) « Les chemins de la compassion : les bishnois »
  55. Dans Glimpses of Bengal Letters (1894) : « Nous n’arrivons à avaler de la viande que parce que nous ne réfléchissons pas à la cruauté et au péché que nous commettons. Mais, une fois notre pitié éveillée, si nous persistons à tordre le cou à nos sentiments juste pour ne pas nous démarquer de ceux qui font de la vie leur proie, c’est une offense à tout ce qu’il y a de bon en nous. »
  56. (en) « Weaver's Wisdom, translation of the Tirukural », Himalayan Academy (consulté le 29 October 2010)
  57. Dans son livre La Base morale du végétarisme, il écrit : « Je soutiens que l'alimentation carnée ne convient pas au genre humain. Nous avons tort d'imiter les animaux si nous leur sommes supérieurs. »
  58. dans Autobiographie ou mes expériences de la vérité, Mohandas Karamchand Gandhi écrit sur son abandon de tout laitage (faisant de lui un végétalien, puisque son végétarisme excluait les œufs) : « Les considérations religieuses avaient été les plus fortes, quand il s'était agi d'abjurer le lait. L'image des procédés barbares que les govâls deCalcutta employaient pour traire leurs vaches et leurs buffles jusqu'à la dernière goutte de lait, m'avait hanté alors. J'avais eu aussi le sentiment que, de même que la viande n'était pas nourriture humaine, le lait non plus ne pouvait l'être… (…) » et rajoute : « Je me refuse à prendre du lait, les produits dans lesquels entre du lait, et aucune viande. Si ce refus devait signer mon arrêt de mort, mon sentiment est que je n'y devrais rien changer. »
  59. http://www.san.beck.org/2-14-Summary.html
  60. http://www.sikh-history.com/sikhhist/events/kabir.html
  61. http://www.ivu.org/members/council/rukmini-devi-arundale.html
  62. « He held as far as possible as daily routines, was nearly teetotal and (from the early 1930s onwards) vegetarian […] », Ian Kershaw, Hitler, Longman, 2001, 265 p., page 20.
  63. Article relatant le témoignage d'une goûteuse de Hitler, Margot Woelk
  64. http://fromspahnranch.wordpress.com/2008/09/17/charles-manson-critique-of-meat-eating/
  65. http://www.vegetariansareevil.com/killers.html
  66. http://ahimsafederation.org/article/article17.htm
  67. Sadeq Hedayat, Favayed-e Giyahkhari (The Advantages of Vegetarianism), 1927.
  68. Lettre à Hermann Huth (27 décembre 1930) et lettre à Hans Muehsam (30 mars 1954).
  69. Rynn Berry, Famous Vegetarians, Pythagorean Publishers, 2003, p. 131-140.
  70. Rynn Berry, Famous Vegetarians, Pythagorean Publishers, 2003, p. 149-158.
  71. Dans On Enemies, a Love Story, il dit : « Dans leur comportement à l'égard des animaux, tous les hommes sont des nazis. »
  72. Dans son essai intitulé Une alimentation naturelle justifiée : « Que les partisans de l’alimentation carnée vérifient le bien-fondé d’un tel régime, qu’ils déchirent un agneau encore vivant avec leurs dents […] et plongent leur tête dans ses organes vitaux, se désaltèrent dans le sang fumant […] Alors seront-ils en accord avec leurs convictions. » Dans une lettre du 14 mars 1812, son épouse écrivait à une amie : « Nous avons renoncé à la viande pour adopter la pensée pythagoricienne ». Shelley décrit, dans son poème La Reine Mab, un monde utopique où les êtres humains ne tuent pas les animaux à des fins alimentaires. « Désormais, il ne tuera plus l’agneau qui le regarde, Ne dévorera plus sa chair. Car, comme pour venger la loi violée de la Nature, Celle-ci empoisonna, envenima le corps qui l’engloutit, éveilla des passions funestes, de vaines croyances, La haine, le désespoir et le dégoût de tout, Les germes de la misère, du crime, la maladie, la mort. »
  73. (en) International Vegetarian Union (IVU), « Lord (George Gordon) Byron (1788-1824) », http://www.ivu.org,‎ juillet 2010 (consulté le 4 octobre 2012)
  74. Dans son autobiographie, il écrit : « Shelley fut le premier à me faire réaliser la barbarie de mon régime alimentaire. » Plus loin, il rapporte que quelqu'un lui demanda un jour : « Comment se fait-il que vous paraissiez si jeune ? — Au contraire, rétorqua-t-il, je fais mon âge. Ce sont les autres qui paraissent plus vieux que leur âge. Que peut-on espérer de gens qui ne se nourrissent que de cadavres ? »
  75. On lui attribue également la célèbre phrase : « Les animaux sont mes amis et je ne mange pas mes amis. »
  76. Voltaire – Derniers écrits sur Dieu : « Je ne vois aucun moraliste parmi nous, aucun de nos loquaces prédicateurs, aucun même de nos tartufes, qui ait fait la moindre réflexion sur cette habitude affreuse [« se nourrir continuellement de cadavres » selon Voltaire], devenu chez nous nature. Il faut remonter jusqu'au pieux Porphyre, et aux compatissants pythagoriciens, pour trouver quelqu'un qui fasse honte de notre sanglante gloutonnerie. Ou bien il faut voyager chez les brames [ brâhmanes ] : car, pour nos moines que le caprice de leurs fondateurs a fait renoncer à la chair, ils sont meurtriers de soles et de turbots, s'ils ne le sont pas de perdrix et de cailles ; et ni parmi les moines, ni dans le concile de Trente, ni dans nos assemblées du clergé, ni dans nos académies, on ne s'est encore avisé de donner le nom de mal à cette boucherie universelle. »
  77. Dans ses Confidences, il rapporte : « Ma mère m'a convaincu que le fait de tuer des animaux pour se nourrir était une des infirmités les plus déplorables et les plus honteuses de l'espèce humaine. »
  78. Howard Williams, The Ethics of Diet : A Catena of Authorities Deprecatory of the Practice of Flesh-eating, University of Illinois Press, 2003, p. 173-176.
  79. Tristram Stuart, The Bloodless Revolution, W. W. Norton & Company, 2006, p. 208-214.
  80. Élisée Reclus: À propos du végétarisme
  81. Albert Schweitzer et Charles Rhind Joy (1947) Albert Schweitzer: an anthology Beacon Press
  82. http://www.ivu.org/history/europe20a/schweitzer.html
  83. http://www.all-creatures.org/cva/th-schweitzer-albert.htm
  84. http://www.cahiers-antispecistes.org/spip.php?article392
  85. « Vers l’âge de dix ans, j’appris à manger de la viande pour faire comme tout le monde […] Quarante ans plus tard, révoltée par les carnages de bêtes, je repris le chemin suivi dans l'enfance. » (Quoi ? L'Éternité, Gallimard, p. 205.)
  86. Matthieu Delcroix (La voix du nord), « Aymeric Caron, Nordiste et végétarien saignant », sur http://www.lavoixdunord.fr,‎ 18 février 2013 (consulté le 24 février 2013)
  87. Spiritual Traditions and Vegetarianism
  88. http://classiques.uqac.ca/classiques/escarra_jean/C38_droit_chinois/esc_droit.rtf
  89. http://docs.google.com/viewer?a=v&q=cache:-dpSF_-mS9wJ:assr.revues.org/1224%3Ffile%3D1+wudi+v%C3%A9g%C3%A9tarisme&hl=fr&gl=fr&pid=bl&srcid=ADGEESgAx-zo8jOI17huLiZvsi_yj23_3vqJHWLB-NlBoXmgMAFJfT_QuYopq-A0b-gt2QMqlfQJK6G1tK7p2csS9PHKw5b0TKEigdj1Sat0HgT-zDeqkRebcGikQvhyLZOE54rTNVKd&sig=AHIEtbQBXYBuB7UL4ZIEe7WDHfDBYOUqEQ
  90. a et b Végétarisme et Végétariens au Japon
  91. a et b http://books.google.fr/books?id=WzEzXDk0v6sC&pg=PA57&lpg=PA57&dq=kumarapala+gujarat++meat&source=bl&ots=1o0pDeAgnt&sig=SVotY6UDgrMG8W9eM4TwvTkQM6k&hl=fr&ei=DM2CTJ-OH5O34Ab8nLnTCw&sa=X&oi=book_result&ct=result&resnum=1&ved=0CBkQ6AEwAA#v=onepage&q=kumarapala%20gujarat%20%20meat&f=false
  92. a, b et c http://indianfood.indianetzone.com/1/gujarat.htm
  93. a et b http://www.clas.ufl.edu/users/bron/ern/J.pdf
  94. Lettres d'Andrea Corsali à Giuliano de'Medici (frère du Pape Léon X) : « Certains infidèles appelés Guzzarati [Hindous] ne sont nourris de rien qui contient du sang, ni permettent entre eux d'infliger des dommages à aucune créature vivante, comme notre Léonard de Vinci. » Dans Léonard de Vinci, artiste, penseur et homme de science (1898), Eugene Muntz écrit : « Par la lettre de Corsali il paraît que Leonardo ne mangeait pas de la viande, mais il vivait complètement de végétaux, en anticipant par conséquent aux végétariens modernes dans plusieurs siècles. » Dans L'Esprit de Léonard de Vinci (1928), Edward MacCurdy écrit : « La simple idée de permettre l'existence de souffrance inutile, et encore plus celle d'enlever la vie, était quelque chose qu'il détestait. » Dans En découvrant la vie de Léonard de Vinci, traduction de 1991, Serge Bramly écrit : « Léonard aimait tant les animaux qu'il est devenu végétarien. »
  95. a, b, c et d http://www.herenow4u.net/index.php?id=75293
  96. Emmanuel Deslouis, U Aung Ko, Entretien avec Aung Ko. La pensée plus forte que les balles, 15 mai 2000
  97. Les Impératifs. Poèmes de l'Ascèse. Édition bilingue, traduit par Hoa Hoï Vuong et Patrick Mégarbané, Actes Sud, collection Sindbad, Arles, 2009.
  98. Dans Lettres et Essais, il écrit : « La vertu est incompatible avec le bifteck, et dès que l'on veut devenir bon, on abandonne la consommation de viande. »
  99. Rod Preece, Sins of the Flesh: A History of Ethical Vegetarian Thought, University of British Columbia Press, 2009, p. 207–209.
  100. Extrait de sa biographie par Max Brod : « Je peux maintenant vous regarder en paix, car je ne vous mange plus. »
  101. Judaism and Vegetarianism, New Revised Edition By Richard H. Schwartz, Ph.D. (Publisher: Lantern Books www.lanternbooks.com)
  102. Dans Le Temple Enseveli (Paris, 1903, p. 188-189) : « Je n’ai pas l’intention d’approfondir ici la question du végétarisme ni de rencontrer les objections qu’on y peut faire, mais il convient de reconnaitre que bien peu de ces objections résistent à un examen loyal et attentif, et l’on peut affirmer que tous ceux qui se sont soumis à ce régime ont senti leurs forces s’accroitre, leur santé se rétablir ou s’affermir, leur esprit s’alléger et se purifier comme au sortir d’une prison séculaire, nauséabonde et misérable […] Si quelque jour se généralisait la certitude que l'homme peut se passer de la chair des animaux, il y aurait non seulement une grand révolution économique, - car un bœuf, pour produire une livre de viande, consomme plus de cent livres de fourrage, - il y aurait encore une amélioration morale probablement aussi importante et certainement plus sincère et plus durable que si l’Envoyé du Père revenait une seconde fois visiter notre terre pour réparer les erreurs et les oublis de son premier pèlerinage. »
  103. Je Suis Paul McCartney, Et Je Suis Végétarien
  104. (en) Meat Free Monday Avoir un jour sans viande chaque semaine est un moyen simple pour commencer à faire une réelle différence dans le monde.
  105. http://www.veganimal.info/article.php3?id_article=542
  106. http://www.vegetarisme.ch/asv.php
  107. VegAnimal.info - Végétalisme éthique : végétalien, vegan, véganisme, végétarisme, végétarien strict : bénéfique aux humains, aux animaux et à l’environnement
  108. Végétarisme et survie de la planète
  109. a, b, c et d http://www.israelvalley.com/news/2008/08/10/18940/israel-france-pas-de-foie-gras-pour-la-ministre-vegetarienne-les-producteurs-de-foie-gras-d-israel-n-aiment-pas-tzipi-livni
  110. d'après CFES, 1996
  111. René Nelli, La vie quotidienne des Cathares du Languedoc au XIIIe siècle, Paris, Hachette,‎ 1969 (ISBN 9782253031635)
  112. http://www.repubblica.it/cronaca/2010/02/19/news/vegetariani_italia-2354478/
  113. http://www.raw-food-health.net/NumberOfVegetarians.html
  114. a et b State of the Nation Survey
  115. http://www.123yatra.com/index.php/india/western-india/gujarat/
  116. http://timesofindia.indiatimes.com/india/Holy-town-Rishikesh-turns-shuddh-shakahari/articleshow/555299.cms
  117. « http://indiatouring.com/travel/govardhan-west-of-mathura-in-the-uttar-pradesh/ » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?). Consulté le 2013-04-08
  118. http://palamel.sulekha.com/blog/post/2008/07/palitana-a-holy-town-of-pilgrimage-for-jains.htm
  119. http://religion.info/english/articles/article_464.shtml
  120. http://www.thaindian.com/newsportal/uncategorized/buddhists-demand-holy-town-status-for-bodh-gaya_100297425.html
  121. a et b Indian beef protesters raid McDonald's
  122. Les carences en vitamines : Végétarisme
  123. ["Biologie", Campbell et Reece, Éditions De Boek, 2004]
  124. [1]
  125. http://www.vitacost.com/kal-nutritional-yeast-flakes-22-oz-1
  126. Article « Protéines », (p. 346) in Pierre Dukan, Dictionnaire de diététique et de nutrition, Le Cherche midi éditeur, 1998.
  127. Journal of the American Dietetic Association, « Position of the American Dietetic Association and Dietitians of Canada: Vegetarian diets »,‎ juin 2003 (consulté le 8 mai 2008), p. 749. Traduction en français (deuxième page)
  128. Produits sucrés : Ã limiter - Manger Bouger, Site gouvernemental sur la nutrition.
  129. Campbell. Biologie. Éditions de Boeck Université (1995), p. 811-812.
  130. a, b, c et d http://www.mangez-vegetarien.com/sante.html
  131. Ann Nutr Metab. 2013;62(4):291-7. doi: 10.1159/000348437. Epub 2013 May 25. Iron status and dietary iron intake of vegetarian children from Poland. Gorczyca D1, Prescha A, Szeremeta K, Jankowski A.
  132. Clin Pediatr (Phila). 2013 Mar;52(3):241-6. doi: 10.1177/0009922812472250. Epub 2013 Jan 24. Impact of vegetarian diet on serum immunoglobulin levels in children. Gorczyca D1, Prescha A, Szeremeta K.
  133. J Bone Metab. 2013 May;20(1):51-5. doi: 10.11005/jbm.2013.20.1.51. Epub 2013 May 13. A case of nutritional osteomalacia in young adult male. Noh CK, Lee MJ, Kim BK, Chung YS.
  134. "but this is unavailable to the non-coprophagic individual."
  135. (en) M. J. Albert, « Vitamin B12 synthesis by human small intestinal bacteria », Nature, no 283,‎ 1980, p. 781-782 (lien PubMed?, lire en ligne)
  136. [PDF](en) Dr. Alan M. Immerman, Health Unlimited, page 62 (sur 95), 1989
  137. a, b et c Position officielle de l'Association Américaine de Diététique et des Diététiciens du Canada sur l'alimentation végétarienne sur le site de l'Association végétarienne de France
  138. Pawlak R, Parrott SJ, Raj S, Cullum-Dugan D, Lucus D (2013) How prevalent is vitamin B12 deficiency among vegetarians ?, Nutrition Reviews; DOI 10.1111/nure.12001. http://www.cerin.org/actualite-scientifique/vegetarien-vegetalien-carence-vitamine-b12.html
  139. Encyclopaedia Britannica, 15e édition, ISBN 0-85229-591-X, sous « Blood » : « Vitamin B12 is a red, cobalt-containing vitamin that is found in animal but not in vegetal foods »
  140. Andrews University Nutrition Department La vitamine B12 dans le régime végétarien
  141. (en) Kumudha Anantharajappa, Sagaya Selva Kumar, Munna Singh Thakur, Gokare Aswathanarayana Ravishankar, Ravi Sarada, « Purification, Identification, and Characterization of Methylcobalamin from Spirulina platensis », Journal of Agricultural and Food Chemistry, vol. 58, no 18,‎ 27 août 2010, p. 9925-9930 (ISSN 0021-8561, liens PubMed? et DOI?, lire en ligne)
  142. Fumio Watanabe, Emi Miyamoto, « Vitamin B12 and Related Compound Analysis by TLC », Encyclopedia of Chromatography, Third Edition,‎ 2009, p. 937 (ISBN 978-1-4200-8459-7, lien DOI?, lire en ligne)
  143. Refsum et alii, Hyperhomocysteinemia and elevated methylmalonic acid indicate a high prevalence of cobalamin deficiency in Asian Indians, The American journal of clinical nutrition, vol. 74, no. 2, p. 233-41, 2001
  144. Eur J Clin Nutr. 2014 May;68(5):541-8. doi: 10.1038/ejcn.2014.46. Epub 2014 Mar 26. The prevalence of cobalamin deficiency among vegetarians assessed by serum vitamin B12: a review of literature. Pawlak R, Lester SE, Babatunde T.
  145. http://www.cerin.org/actualite-scientifique/vegetarien-vegetalien-carence-vitamine-b12.html
  146. Eur J Clin Nutr. 2013 Sep;67(9):996-7. doi: 10.1038/ejcn.2013.128. Epub 2013 Jul 17. Delirium as a result of vitamin B12 deficiency in a vegetarian female patient. Mavrommati K1, Sentissi O.
  147. Subacute combined degeneration of the spinal cord in an adolescent girl. Mohanty S1, Shobhavat L, Joshi R. J Trop Pediatr. 2010 Aug;56(4):272-4. doi: 10.1093/tropej/fmp111. Epub 2009 Nov 30. http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/19948785
  148. Subacute combined degeneration of the spinal cord in vegetarians: vegetarian's myelopathy. Takahashi H1, Ito S, Hirano S, Mori M, Suganuma Y, Hattori T. Intern Med. 2006;45(10):705-6. Epub 2006 Jun 15. http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/16778348
  149. Thorax. 1995 Feb;50(2):175-80. Vegetarian diet as a risk factor for tuberculosis in immigrant south London Asians. Strachan DP1, Powell KJ, Thaker A, Millard FJ, Maxwell JD.
  150. Undersea Hyperb Med. 2010 May-Jun;37(3):181-4. Decompression sickness in a vegetarian diver: are vegetarian divers at risk? A case report. van Hulst RA1, van der Kamp W.
  151. a et b Fiche sur la vitamine B12 sur le site de l'Association végétarienne de France
  152. J Matern Fetal Neonatal Med. 2014 Feb 3. [Epub ahead of print] Association of homocysteine with global DNA methylation in vegetarian Indian pregnant women and neonatal birth anthropometrics. Gadgil MS1, Joshi KS, Naik SS, Pandit AN, Otiv SR, Patwardhan BK.
  153. John Robbins, The Food Revolution, Conari Press : Boston, 2001, p. 14 (ISBN 1573247022)
  154. a et b http://www.exposeknowledge.com/kb/6745-beware-meat-consumption.aspx
  155. a et b http://www.youngindianvegetarians.co.uk/Newsletter/Issue050/Ahimsa_2007_050.pdf
  156. a, b et c http://www.massacreanimal.org/fr/mefaits_proteines_animales_alzheimer.php
  157. Etude sur une population déterminée d'adventistes végétariens ou non, le tableau 5 montre l'effet du régime sur l'obésité
  158. Comparaison des régimes de végétariens et non-végétariens, corrélation avec le BMI
  159. Une alimentation végétarienne équilibrée est bénéfique pour la prévention et le traitement d'affections telles que : obésité, maladies cardio-vasculaires, hypertension, diabète de type II, cancers, ostéoporose, maladies rénales, atteinte des fonctions cognitives, maladies diverticulaires du côlon, calculs biliaires et polyarthrite rhumatoïde. Position officielle de l’American Dietetic Association (www.eatright.org) et Dietitians of Canada (www.dietitians.ca). Journal of the American Dietetic Association, 2003, 103 (6), 748-765. (Étude appuyée sur 256 références médicales). Ces institutions font autorité dans le domaine médical.
  160. Ginter E. Bratisl Lek Listy. 2008;109(10):463-6. Vegetarian diets, chronic diseases and longevity. http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/19166134
  161. http://leplus.nouvelobs.com/contribution/1188541-le-regime-vegetarien-dangereux-pour-la-sante-non-il-est-plutot-bon-et-equilibre.html
  162. Can lifestyle changes reverse coronary heart disease ?
  163. PCRM--Health--Vegetarian Foods: Powerful for Health
  164. Même les lacto-ovo-végétariens manqueraient de B12
  165. Végétariens et fer
  166. Sources d'études américaines dans l'article
  167. Potts, R. & Shipman, P. Cutmarks made by stone tools on bones from Olduvai Gorge, Tanzania. Nature 291, 577-580 (1981). cité par: http://www.nature.com/scitable/knowledge/library/evidence-for-meat-eating-by-early-humans-103874273
  168. Ferraro et al. Earliest archaeological evidence of persistent hominin carnivory. PLoS ONE 8, e62174 (2013). cité par : http://www.nature.com/scitable/knowledge/library/evidence-for-meat-eating-by-early-humans-103874273
  169. McHenry, H. M. Body size and proportions in early hominids. American Journal of Physical Anthropoogy 87, 407-431 (1992). Aiello, L. C., & Wheeler, P. The expensive-tissue hypothe­sis: The brain and digestive system in human and primate evolu­tion. Current Anthropology 36,199-221 (1995). Antón, S.C. Natural history of Homo erectus. Yearbook of Physical Anthropology 46, 126-170 (2003). Braun, D. R. et al. Early hominin diet included diverse terrestrial and aquatic animals 1.95 Ma in East Turkana, Kenya. Proceedings of the National Academy of Sciences USA 107, 10002-10007 (2010). cité par : http://www.nature.com/scitable/knowledge/library/evidence-for-meat-eating-by-early-humans-103874273
  170. Sponheimer et al. Isotopic evidence of early hominin diets. PNAS doi:10.1073/pnas.1222579110 (2013).
  171. Brantingham, P. J. Hominid-Carnivore coevolution and invasion of the predatory guild. Journal of Anthropological Archaeology 17, 327-353 (1998). Pobiner, B. L. & Blumenschine, R. J. A taphonomic perspective on the Oldowan hominid encroachment on the carnivoran paleoguild. Journal of Taphonomy 1, 115-141 (2003). Werdelin, L. & Lewis, M. Plio-Pleistocene Carnivora of eastern Africa: species richness and turnover patterns. Zoological Journal of the Linnean Society144, 121-144 (2005). cité par: http://www.nature.com/scitable/knowledge/library/evidence-for-meat-eating-by-early-humans-103874273
  172. Milton, K. A hypothesis to explain the role of meat-eating in human evolution. Evolutionary Anthropology 8, 11-21 (1999).
  173. Blumenschine, R. J. & Madrigal, T .C. Variability in long-bone marrow yields of East African ungulates and its zooarchaeological implications. Journal of Archaeological Science 20, 555-587 (1993).
  174. Earliest Porotic Hyperostosis on a 1.5-Million-Year-Old Hominin, Olduvai Gorge, Tanzania Manuel Domínguez-Rodrigo , Travis Rayne Pickering, Fernando Diez-Martín, Audax Mabulla, Charles Musiba, Gonzalo Trancho, Enrique Baquedano, Henry T. Bunn, Doris Barboni, Manuel Santonja, David Uribelarrea, Gail M. Ashley, María del Sol Martínez-Ávila, Carmen Arriaza Published: October 03, 2012 DOI: 10.1371/journal.pone.0046414
  175. http://www.livescience.com/23671-eating-meat-made-us-human.html
  176. Traduction française de l’article du professeur Luis Vallejo Rodriguez Omnivore ou végétarien ? : www.ivu.org/french/news/evu/news962/omnivore.html.
  177. L'anatomie comparée nous enseigne qu'en toute chose, l'humain, ressemble aux animaux frugivores, et en rien aux carnivores dans Leçons d'anatomie comparée
  178. L'homme est naturellement et primitivement frugivore dans Le Journal des savants de janvier 1853, p. 335
  179. Expliqué dans La Descendance de l'homme et L'Origine de l'homme
  180. http://physiologie.envt.fr/spip/IMG/pdf/Phys_digest_11.pdf
  181. Attention : viande contaminée et toxique, à partir du livre Conscious Eating, Dr Gabriel Cousens, Éditions Visions Books International, 1992
  182. http://www.organicconsumers.org/madcow/alzheimers81004.cfm
  183. http://www.emaxhealth.com/1275/91/34818/methionine-meat-other-foods-may-increase-alzheimers-risk.html
  184. http://timesofindia.indiatimes.com/life-style/health-fitness/health/Too-much-of-red-meat-fish-may-cause-Alzheimers/articleshow/5347074.cms
  185. http://www.peta.org/living/vegetarian-living/alzheimers.aspx
  186. http://www.expressindia.com/latest-news/Too-much-of-red-meat-fish-garlic-yogurt-may-raise-Alzheimers-risk/555311/
  187. http://www.ajcn.org/cgi/content/abstract/90/2/392?maxtoshow=&HITS=10&hits=10&RESULTFORMAT=&fulltext=omega+3+dementia+india&andorexactfulltext=and&searchid=1&FIRSTINDEX=0&sortspec=relevance&resourcetype=HWCIT
  188. Indian village may hold key to beating dementia
  189. a et b Si les lions pouvaient parler, essais sur la condition animale, sous la direction de Boris Cyrulnik, éd. Gallimard, ISBN 2-07-073709-8
  190. Bernard Denis, La fabrication des animaux, Si les lions pouvaient parler, essais sur la condition animale, sous la direction de Boris Cyrulnik, éd. Gallimard, ISBN 2-07-073709-8
  191. Émile Littré, Dictionnaire de la langue française, 1863, [lire en ligne]
  192. a, b, c, d, e, f, g, h et i Élisabeth de Fontenay, Le silence des bêtes : la philosophie à l'épreuve de l'animalite, Paris, Fayard,‎ 1998 (ISBN 9782213600451)
  193. a et b Référence donnée par Elisabeth de Fontenay dans son ouvrage : Cf. Les Présocratiques, édition établie par J.-P. Dumont, D. Delattre et J.-L. Poirier, Paris, Gallimard, l'histoire philosophique grecque.
  194. Jean-Yves Goffi, professeur agrégé de philosophie et docteur d'État en lettres et sciences humaines, Droits des animaux et libération animale, Si les lions pouvaient parler, essais sur la condition animale, sous la direction de Boris Cyrulnik, éd. Gallimard, p.900, ISBN 2-07-073709-8
  195. Jean-Yves Goffi, professeur agrégé de philosophie et docteur d'État en lettres et sciences humaines, Droits des animaux et libération animale, Si les lions pouvaient parler, essais sur la condition animale, sous la direction de Boris Cyrulnik, éd. Gallimard, p.902, ISBN 2-07-073709-8
  196. Note de Jean-Yves Goffi : « L'objection classique consiste à tenir l'affirmation de droits pour une théorie déjà morale dans son principe. »
  197. Jean-Yves Goffi, professeur agrégé de philosophie et docteur d'État en lettres et sciences humaines, Droits des animaux et libération animale, Si les lions pouvaient parler, essais sur la condition animale, sous la direction de Boris Cyrulnik, éd. Gallimard, p.902-903, ISBN 2-07-073709-8
  198. Principes parus dans la revue Les cahiers antispecistes, décembre 2003. Des militants ont demandé à Gary Francione d'énoncer une série de principes résumant ce que sont pour lui les bases éthiques d'un authentique mouvement pour les droits des animaux.
  199. Texte intégral de l'interview sur le magazine de l'association Friends of Animal, 2002
  200. http://www.herenow4u.net/index.php?id=70363
  201. Glimpses of Bengal Letters, 1985 ASIN: B000JJP3D6.
  202. http://bibliodroitsanimaux.voila.net/plutarquesilestloisibledemangerchair.html Sur l'usage des viandes, traduction de Ricard, 1844.
  203. http://remacle.org/bloodwolf/historiens/Plutarque/usageviandes.htm
  204. http://fr.wikisource.org/wiki/Les_M%C3%A9tamorphoses/Livre_XV
  205. Jean-Yves Goffi, Droits des animaux et libération animale, dans l'ouvrage Si les lions pouvaient parler, essais sur la condition animale, sous la direction de Boris Cyrulnik, éd. Gallimard, p. 903-904, ISBN 2-07-073709-8
  206. Jeremy Bentham, An Introduction to the Principles of Morals and Legislation, J.H. Burns et H.L.A. Hart (éd.), University of London-The Athlone Press, Londres, 1970, p. 283.
  207. Ethics and the New Animal Liberation Movement, by Peter Singer
  208. Blue-state philosopher
  209. sutra no 63 : http://www.sacred-texts.com/hin/manu/manu10.htm
  210. a, b et c http://www.vegplanete.com/
  211. Frères humains, devenez végétariens !, Doan Bui, Le Nouvel Observateur, 8 mai 2008
  212. Bruno Parmentier, Nourrir l'humanité : Les grands problèmes de l'agriculture mondiale au XXIe siècle, Éditions La Découverte, 2007 (ISBN 978-2-7071-5068-4)
  213. a, b et c http://info.france2.fr/dossiers/environnement/l-industrie-de-la-viande-va-dans-le-mur-57625862.html
  214. http://oceans.greenpeace.org/fr/nos-oceans/surpeche
  215. Article du World Watch Institute : http://www.delaplanete.org/Rien-de-personnel.html
  216. (en) So You're an Environmentalist; Why Are You Still Eating Meat?
  217. Mangeons moins de viande pour lutter contre le réchauffement climatique
  218. (en) « Belgian city plans 'veggie' days », Chris Mason, BBC, 12 mai 2009.
  219. Vegetarianism: Recommended in Vedic Scripture intervention de Denis Bloud à Université de Genève département de Sociologie
  220. « Document PDF » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?). Consulté le 2013-04-08
  221. Le guide du routard, ISBN 2-01-240325-5
  222. Desmons Morris, Des animaux et des hommes, Paris, Calmann-Lévy, 1992, p. 60.
  223. Études sur les différents goûts des viandes
  224. Protéines végétales, Seitan, légumineuses, céréales, soja, tofu, setan
  225. a, b et c Autobiographie, ou expériences de vérité, Mohandas Karamchand Gandhi.
  226. (en) Amelia Gentleman, « In Mumbai, one man's meat is indeed another man's poison », sur http://www.nytimes.com,‎ 21 sept 2007 (consulté le 15 février 2013)
  227. Vegan Is Better Than Viagra - Why Vegetarians are Sexier
  228. Achaya, K. T. (2002), A Historical Dictionary of Indian Food, Oxford University Press (ISBN 0-19-565868-X)
  229. Yoga, immortalité et liberté, Mircea Eliade, Ed. Payot.
  230. Mahâbhârata 13,115
  231. Autobiographie ou mes expériences de la vérité, Mohandas Karamchand Gandhi
  232. Vegetarianism: Recommended in Vedic Scripture
  233. L'hindouisme, anthropologie d'une civilisation, Madeleine Biardeau, éd. Flammarion
  234. Ajahn Brahmavamso, « What the Buddha say about eating meat »
  235. Dalaï-Lama et Végétarisme - Vidéo
  236. [PDF] Instructions données par Sa Sainteté le XVIIe Karmapa sur le fait de « ne pas manger de viande »
  237. http://www.amitabha-terre-pure.net/regime_vegetarien/dalai_lama_vegetarisme_amitabha.html
  238. Récit du périple d'un Français à travers le Tibet, Nouvel Obs, Carlo Blanco, 13 décembre 2008
  239. http://www.vegetarismus.ch/heft/f2007-1/religion.htm
  240. Dictionnaire philosophique (1764), article « Âme », Voltaire.
  241. a, b, c, d, e et f Eric Baratay, l'anthropocentrisme du christianisme occidental, Si les lions pouvaient parler, essais sur la condition animale, sous la direction de Boris Cyrulnik, Gallimard, ISBN 2-07-073709-8
  242. http://www.goveg.com/pdfs/jewishvegbooklet72.pdf Rav Kook : « Aucune intelligence, aucune personne sensée pourrait supposer que quand la Torah charge l'humanité de dominer… (La Genèse 1:28) cela signifie la domination d'un dirigeant dur, qui afflige un peuple et des serviteurs simplement pour accomplir son caprice personnel et ses désirs, selon la courbure de son cœur. Il est impensable que la Torah imposerait un tel décret de servitude, scellé pour l'éternité, sur le monde de Dieu, qui est "bon envers tous et Sa pitié est Sur toutes Ses œuvres" (Psaumes 145:9) et qui a déclaré, "le monde sera construit sur la bonté" (Psaumes 89:3). »
  243. http://www.jagatgururampalji.org/bible.php
  244. a et b http://religion.info/french/articles/article_47.shtml
  245. http://www.islamicconcern.com/
  246. a et b http://www.guardian.co.uk/commentisfree/2010/jul/29/vegetarianism-arab-culture-environment
  247. Coran, II, 159-164 ; XXXI, 9-10 ; XLII, 28-29.
  248. a et b http://www.vegetarisme.fr/ressources.php?content=ressources_articles_detail&article=63
  249. http://www.ivu.org/congress/wvc57/souvenir/sufism.html
  250. http://www.sos.org/french/ressources/vegetarisme_sos.pdf
  251. http://www.superluminal.com/cookbook/essay_vegetarianism.html
  252. William Montgomery Watt, Muhammad: Prophet and Statesman, Oxford University Press, 1961, [2]
  253. a, b et c Encyclopedia of Religion and Nature, Islam, Animals, and Vegetarianism
  254. Encyclopaedia of Islam, Haywan article, p. 308, vol.3, p. 308
  255. Foltz (2006), p. 22-23
  256. Coran, XXVII, 18
  257. Coran XXVII, 20
  258. http://wikilivres.info/wiki/Le_Coran/Sourate_27_:_Les_fourmis_(An-Naml)
  259. http://www.spiritual.comuv.com/kabir-dohe-vegetarian.html
  260. http://www.vegetarismus.ch/heft/f2010-3/histoire.htm
  261. http://www.youtube.com/watch?v=0OIzAF1I7g8
  262. http://web.archive.org/web/20041016002852/http://debate.uvm.edu/dreadlibrary/sulick.html
  263. http://www.youtube.com/watch?v=weNYDGFuoW4 1:56
  264. http://books.google.com.br/books?id=BSxNwCzMZ3wC&pg=PA81&lpg=PA81&dq=%22Ital+food%22&source=web&ots=b7pkbu-ZR1&sig=bByHO5ikAljrqBpUT8yNh7SRPiI&hl=en&sa=X&oi=book_result&resnum=8&ct=result#v=onepage&q=%22Ital%20food%22&f=false
  265. http://www.jewishveg.com/francais/ja.html
  266. http://www.chai-online.org/en/compassion/judaism/heritage_judaism_fur.htm
  267. http://www.rabbidavidrosen.net/
  268. http://www.goveg.com/pdfs/jewishvegbooklet72.pdf
  269. Ainsi est-il écrit dans l'Ecclésiaste : « Ce qui existait dans le passé existe à présent ; ce qui sera dans l'avenir a été antérieurement : Dieu veut la continuité. » http://www.sefarim.fr/
  270. Dialogue entre Hugh Fearnley Whittingstall et le professeur Andrew Linzey
  271. Dominique Lestel, Apologie du carnivore, Fayard,‎ 2011, 142 p.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Études[modifier | modifier le code]

Ouvrages de défense[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]