Winona Ryder

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ryder et Horowitz.

Winona Ryder

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Winona Ryder en septembre 2010 au festival de Toronto.

Nom de naissance Winona Laura Horowitz
Surnom Noni
Naissance 29 octobre 1971 (42 ans)
Olmsted, Minnesota, États-Unis
Nationalité Drapeau des États-Unis Américaine
Profession Actrice
Films notables Beetlejuice
Edward aux mains d'argent
Dracula
Le Temps de l'innocence
Les Quatre Filles du docteur March
Alien, la résurrection
Une vie volée
Black Swan

Winona Ryder, née Winona Laura Horowitz le 29 octobre 1971 dans le Minnesota, est une actrice américaine. Elle se révèle au grand public avec le film Beetlejuice (1988), alors qu'elle est encore adolescente, et enchaîne avec d'autres films à succès comme Edward aux mains d'argent (1990) et Dracula (1992). Elle remporte le Golden Globe de la meilleure actrice dans un second rôle pour son interprétation dans Le Temps de l'innocence (1993) et est nommée à l'Oscar de la meilleure actrice pour son rôle dans Les Quatre Filles du docteur March (1994). Actrice très en vue tout au long des années 1990, elle reçoit son étoile sur le Hollywood Walk of Fame en 2000.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Winona Laura Horowitz est née dans le comté d'Olmsted et son prénom est dérivé de la légende de la princesse Winona, d'où est aussi tiré le nom du comté voisin et de sa capitale, Winona. Son second prénom est un hommage à la femme d'Aldous Huxley, Laura Huxley, dont ses parents sont de proches amis[1]. Le nom de famille de son père était à l'origine Tomchin, Horowitz étant un nom que son père a emprunté à une autre famille alors qu'ils immigraient aux États-Unis[2]. La famille de Winona Ryder du côté paternel est juive et vient de Roumanie et de Russie. De nombreux membres de sa famille paternelle ont péri durant la Shoah[3].

Sa mère, Cynthia Palmer Horowitz (née Istas), est productrice de vidéos éducatives et éditrice, alors que son père, Michael Horowitz, est écrivain et travaille aussi dans l'édition et la vente de livres. Il a d'ailleurs été l'archiviste des ouvrages du gourou psychédélique Timothy Leary, qui est aussi le parrain de Winona[4]. Winona a une demi-sœur et un demi-frère, Sunyata et Jubal, que sa mère a eus d'un premier mariage[4], ainsi qu'un frère cadet, Yuri, né en 1976[5].

Son père entretient de bonnes relations avec Leary et d'autres artistes beat comme Allen Ginsberg ou Lawrence Ferlinghetti, ainsi qu'avec l'écrivain Philip K. Dick. Le père de Winona est athée et sa mère bouddhiste. Ses parents ont encouragé leurs enfants à prendre le meilleur de différents courants spirituels et de se les approprier. Winona a déclaré à ce propos : « je pratique toujours le bouddhisme et, dans une certaine mesure, je crois au karma »[6].

La famille de Winona déménage fréquemment. En 1978, ils déménagent dans une communauté intentionnelle près d'Elk, dans le comté de Mendocino en Californie, qui cultive la simplicité volontaire et vit sans électricité. Elle y passe beaucoup de temps à lire des livres comme L'Attrape-cœurs qui est devenu son livre de chevet[4]. C'est seulement après que sa mère lui montre quelques films qu'elle développe un intérêt pour le cinéma. Alors qu'elle a 10 ans, sa famille déménage une nouvelle fois pour s'installer à Petaluma, dans le comté voisin de Sonoma. À son entrée à l'école locale, elle se fait harceler par des élèves qui la prennent pour une fille manquée[5]. Elle quitte l'école et pratique l'école à la maison pendant un an après cet épisode. Elle manque de se noyer alors qu'elle a douze ans et devient ablutophobe ; à cause de cela, la scène sous l'eau dans Alien, la résurrection a été difficile à tourner[7]. Elle entre à 12 ans à l’American Conservatory Theatre de San Francisco où elle prend ses premiers cours d'art dramatique[5].

Débuts de sa carrière cinématographique[modifier | modifier le code]

En 1985, elle envoie une cassette où elle récite un monologue du livre Franny et Zooey pour obtenir un rôle dans le film Desert Bloom. Le rôle revient à Annabeth Gish mais la cassette retient l'attention de David Seltzer qui l'engage pour un second rôle dans le film Lucas (1986)[4]. Elle trouve son nom de scène en s'inspirant de Mitch Ryder, un musicien de soul que son père est en train d'écouter lorsqu'elle reçoit un appel de son agent lui demandant sous quel nom elle veut apparaître dans le générique de fin de Lucas[2].

Elle interprète un premier rôle dans Square Dance (1987), de Daniel Petrie, où elle joue une adolescente qui se lie d'amitié avec un jeune homme atteint de handicap mental. Tim Burton la choisit ensuite pour jouer dans Beetlejuice (1988) après l'avoir vue dans Lucas[8]. Elle y interprète Lydia Deetz, une adolescente gothique qui sympathise à la cause du couple de fantômes qui hantent la maison dans laquelle sa famille vient d'emménager. Le film est un succès critique et commercial[9] et permet de lancer la carrière de Winona Ryder dont l'interprétation est très remarquée[5].

Elle reçoit ensuite un bon succès critique dans le thriller Fatal Games (1989), aux côtés de Christian Slater et de Shannen Doherty. Cette satire de la vie lycéenne est un échec au box-office mais devient par la suite un film culte[10]. La même année, elle interprète aussi la jeune cousine de Jerry Lee Lewis avec qui celui-ci se marie dans Great Balls of Fire!. Ce rôle controversé lui vaut une nouvelle fois des critiques favorables[5]

Années 1990[modifier | modifier le code]

Winona Ryder en 2008.

En 1990, Winona Ryder est tout de suite engagée par Tim Burton, qui a beaucoup apprécié leur collaboration dans Beetlejuice, quand celui-ci met en chantier Edward aux mains d'argent. Elle y joue la fiancée du personnage principal, Edward, incarné par Johnny Depp avec qui l'actrice a une relation amoureuse depuis quelques mois[11]. Le film est un important succès commercial et critique[12]. Elle joue ensuite aux côtés de Cher et Christina Ricci dans la comédie Les Deux Sirènes pour laquelle elle est nommée au Golden Globe de la meilleure actrice dans un second rôle[13]. Elle est aussi choisie par Francis Ford Coppola pour jouer dans Le Parrain 3 mais doit finalement y renoncer pour des raisons de santé et est remplacée par Sofia Coppola[4].

Désormais célèbre, l'actrice travaille alors avec les plus grands metteurs en scène et donne la réplique aux plus grands comédiens. Elle tourne avec Gena Rowlands sous la direction de Jim Jarmusch dans Night on Earth (1991), où elle joue le rôle d'une jeune conductrice de taxi. Elle lit ensuite le scénario de Dracula (1992) et le présente à Francis Ford Coppola qui est immédiatement intéressé pour réaliser le film[14]. L'actrice joue le rôle de Mina Murray dans ce film qui est l'un des grands succès du box-office en 1992[15].

Elle joue ensuite aux côtés de Glenn Close, Meryl Streep et Jeremy Irons dans la tragédie familiale La Maison aux esprits (1993) mais le film est un échec. C'est à cette époque qu'elle commence à souffrir de dépression et de crises d'anxiété et qu'elle se fait volontairement interner pendant quelques jours dans un hôpital psychiatrique[5],[4]. Son talent et l’implication qu’elle met dans ses rôles lui valent de nombreuses récompenses et nominations : elle est notamment primée aux Golden Globes en 1994 dans la catégorie du meilleur second rôle[13] pour sa composition de jeune épouse dévouée du personnage joué par Daniel Day-Lewis dans le mélo de Martin Scorsese, Le Temps de l'innocence (1993), qui se déroule dans les années 1870. Elle est également nommée pour ce film à l’Oscar du meilleur second rôle féminin cette année-là, ainsi que l’année suivante à l’Oscar de la meilleure actrice[16] pour Les Quatre Filles du docteur March (1994), nouvelle adaptation du roman de Louisa May Alcott dans lequel elle interprète le personnage principal, Jo March, aux côtés de Susan Sarandon et Gabriel Byrne.

Elle dédie ce film à la mémoire de Polly Klaas, une fillette de 12 ans enlevée en octobre 1993 lors d'une soirée pyjama à Petaluma (où Ryder a vécu), car Les Quatre Filles du docteur March était le livre préféré de Polly[17]. Après l'enlèvement de Polly, l'actrice propose 200 000 $ pour toute information permettant de la retrouver[18] mais la fillette avait déjà été assassinée. Après la découverte du corps de Polly, Winona Ryder contribue à la création de la Fondation Polly Klaas, bien avant la mise en place du système Amber Alert pour les rapts d'enfants[4].

En 1994, elle prête sa voix à une rivale de Lisa Simpson dans la série d'animation Les Simpson. Sa notoriété ne l’empêche pourtant pas de jouer dans des productions plus indépendantes comme Génération 90 (1994), première réalisation de Ben Stiller dans laquelle elle interprète une jeune vidéaste attachante face à Ethan Hawke[19], ou encore dans Le Patchwork de la vie (1995), chronique douce-amère où elle partage la vedette avec des actrices confirmées comme Ellen Burstyn, Anne Bancroft et Alfre Woodard.

Elle retrouve Daniel Day-Lewis dans La Chasse aux sorcières (1996), film basé sur le procès des sorcières de Salem qui est un échec commercial[20] mais reçoit de bonnes critiques[21]. La même année, elle échoue à obtenir le premier rôle féminin, qui revient à Renée Zellweger, dans Jerry Maguire[22]. Elle joue ensuite une androïde aux côtés de Sigourney Weaver dans le film de science-fiction Alien, la résurrection (1997), quatrième volet de la saga qui connaît comme ses prédécesseurs le succès commercial[23]. Elle se blesse au dos pendant le tournage et doit prendre des analgésiques pour continuer à tourner, devenant par la suite dépendante de ces médicaments[4].

L'actrice enchaîne ensuite avec Celebrity (1998), de Woody Allen, film choral qui est une satire de la vie des célébrités mais est un échec pour le réalisateur[24]. Une rumeur persistante veut qu'elle était pressentie pour jouer le premier rôle féminin dans Shakespeare in Love mais que Gwyneth Paltrow, qui était alors sa meilleure amie, ait aperçu le scénario chez elle et obtenue le rôle à sa place[25]. L'année suivante, elle a le premier rôle, celui d'une jeune femme atteinte de trouble de la personnalité borderline qui est internée dans un institut psychiatrique, et est productrice déléguée du film Une vie volée, d'après le best-seller de Susanna Kaysen. Ryder est très attachée à ce projet, qu'elle appelle « l'enfant de son cœur », mais c'est la performance d'Angelina Jolie à ses côtés qui retient surtout l'attention[26]. Toujours en 1999, l'actrice est fortement caricaturée dans South Park, le film. Elle se désiste pour le rôle de Katrina Van Tassel dans Sleepy Hollow[27] et échoue à obtenir le premier rôle féminin dans Fight Club[28].

Années 2000[modifier | modifier le code]

L'étoile de Winona Ryder sur le Hollywood Walk of Fame.

Winona Ryder partage ensuite avec Richard Gere la vedette de la romance Un automne à New York (2000) mais le film, bien que connaissant un certain succès commercial, est éreinté par la critique[29]. Le 6 octobre 2000, elle reçoit son étoile sur le Hollywood Walk of Fame en présence d'Anthony Hopkins[30]. La semaine suivante sort Les Âmes perdues dans lequel elle incarne une membre d'une société secrète catholique déterminée à empêcher Satan de s'incarner.Le film est un échec artistique et commercial et l'actrice refuse d'assurer sa promotion[31]. En 2001, elle apparaît dans un épisode de Friends où elle partage un baiser avec Jennifer Aniston.

Le 12 décembre 2001, elle est arrêtée à la suite d'un flagrant délit de vol à l’étalage à Beverly Hills et accusée d'avoir volé pour 5 500 $ de vêtements et accessoires dans un magasin Saks Fifth Avenue. Durant son procès, il est établi que les analgésiques dont elle est dépendante et qu'elle prend sans être médicamentée sont directement liés à l'incident. À l'issue d'un procès très médiatisé, elle est condamnée à effectuer 480 heures de travaux d’intérêt général et trois ans de probation, à 10 000 $ d'amende ainsi qu’à un suivi psychologique[32].

En 2002, l'actrice apparaît dans deux films tournés avant son arrestation. La comédie romantique Les Aventures de Mister Deeds, où elle partage la vedette avec Adam Sandler, est un important succès commercial [33] mais reçoit de mauvaises critiques[34] ; alors que Simone est une comédie satirique dans lequel elle joue un second rôle. En 2003, Woody Allen veut lui confier le premier rôle de Melinda et Melinda mais doit y renoncer car aucune compagnie de garantie ne veut assurer l'actrice après ses ennuis judiciaires[35].

Winona Ryder quitte Los Angeles pour San Francisco[5] et ne tourne quasiment pas jusqu'en 2006, date à laquelle elle fait son retour en tenant l'un des rôles principaux du film d'animation de science-fiction A Scanner Darkly, tourné à l'aide de la technique de la rotoscopie et qui est globalement bien accueilli par la critique[36]. Elle assure aussi le principal rôle féminin, celui d'une enquêtrice d'assurances cynique, dans The Darwin Awards, une comédie présentée au festival du film de Sundance. Elle tourne ensuite aux côtés de Simon Baker dans la comédie noire Sex and Death 101 (2007), qui est un échec critique[37], ainsi que dans le film à sketches The Ten (2007).

Winona Ryder au Festival du film de Giffoni en 2009.

En 2008, elle interprète une journaliste dans Informers mais ce film est un nouvel échec[38]. Elle fait ensuite une brève apparition dans Star Trek (2009), 11e film de la saga réalisé par J. J. Abrams, en incarnant la mère de Spock, et interprète un second rôle dans Les Vies privées de Pippa Lee. Ces apparitions remarquées dans des films salués par la critique sont considérés comme une véritable résurrection de l'actrice par plusieurs observateurs[39],[40].

Années 2010[modifier | modifier le code]

Darren Aronofsky lui confie ensuite le petit rôle d'une danseuse étoile en fin de parcours dans Black Swan (2010), film qui connaît à son tour un grand succès[41]. En 2011, elle interprète l'un des rôles principaux de la comédie Le Dilemme, de Ron Howard, qui est un échec commercial[42]. Mais elle rebondit à nouveau en tournant dans deux films salués par la critique : le film d'animation Frankenweenie (2012), qui marque ses retrouvailles avec Tim Burton[43], et The Iceman (2013) dans lequel elle interprète la femme du tueur à gages Richard Kuklinski[44]. Elle joue ensuite dans le film d'action Homefront aux côtés de Jason Statham.

Vie privée[modifier | modifier le code]

Adolescente, Winona Ryder entretient une relation amoureuse avec les acteurs Rob Lowe puis Christian Slater[45]. Elle a ensuite une liaison de quatre ans, entre 1989 et 1993, avec l'acteur Johnny Depp. Ils se rencontrent lors de l'avant-première du film Great Balls of Fire! et entament leur relation amoureuse peu de temps après. Fou amoureux, Depp décide de se faire tatouer « Winona Forever » (« Winona pour toujours ») sur le bras peu après leurs fiançailles, mais Depp modifie son tatouage après leur séparation ; on peut désormais y lire « Wino Forever » (« ivrogne pour toujours »)[46].

Entre 1993 et 1996, elle a une relation avec Dave Pirner, chanteur du groupe Soul Asylum[45]. Le 31 décembre 1997, elle fait la connaissance de l'acteur Matt Damon lors de la soirée de nouvel an chez l'acteur Ben Affleck. Tous les deux entament une liaison peu de temps après mais se séparent en avril 2000[47]. En 2000, elle a une brève liaison avec Beck. Elle a une liaison avec Blake Sennett, guitariste du groupe Rilo Kiley, en 2007-2008[45].

Filmographie[modifier | modifier le code]

Année Titre français Titre francophone canadien Rôle Réalisateur Divers
1986 Lucas Lucas Rina David Seltzer
1987 Square Dance Square Dance Gemma Dillard Daniel Petrie
1988 Beetlejuice Betelgeuse Lydia Deetz Tim Burton
1969 1969 Beth Karr Ernest Thompson
1989 Fatal Games Série noire au campus Veronica Sawyer Michael Lehmann
Great Balls of Fire! La Légende vivante du rock and roll Myra Gale Lewis Jim McBride
1990 Welcome Home, Roxy Carmichael Le Retour de Roxy Dinky Bossetti Jim Abrahams
Edward aux mains d'argent Edward aux mains d'argent Kim Boggs Tim Burton
Les Deux Sirènes Les Sirènes Charlotte Flax Richard Benjamin Nomination aux Golden Globes 1991 - meilleur second rôle féminin (perdu contre Whoopi Goldberg pour Ghost)
1991 Night on Earth Une nuit sur la terre Corky Jim Jarmusch
1992 Dracula Dracula d'après Bram Stoker Wilhelmina Murray, dite "Mina" / Elisabeta Francis Ford Coppola Elle donne à Francis Ford Coppola l'idée d'adapter le célèbre roman.
1993 Le Temps de l'innocence Le Temps de l'innocence May Welland Martin Scorsese Golden Globe du meilleur second rôle féminin 1994 et nomination à l'Oscar du meilleur second rôle féminin (perdu contre Anna Paquin pour La Lecon de piano)
La Maison aux esprits La Maison aux esprits Blanca Trueba Bille August
1994 Génération 90 Réalité mordante Lelaina Pierce Ben Stiller
Les Simpson Les Simpsons Allison Taylor Saison 6, épisode 2 : La Rivale de Lisa
Les Quatre Filles du docteur March Les Quatre Filles du docteur March Josephine "Jo" March Gillian Armstrong Nomination à l'Oscar de la meilleure actrice 1995 (perdu contre Jessica Lange pour Blue Sky)
1995 Le Patchwork de la vie Couvre-lit à l'américaine Finn Dodd Jocelyn Moorhouse
1996 Looking for Richard À la recherche de Richard Lady Anne Al Pacino Film documentaire
Le Dortoir des garçons Boys Patty Vare Stacy Cochran
La Chasse aux sorcières La Chasse aux sorcières Abigail Williams Nicholas Hytner
1997 Alien, la résurrection Alien : La Résurrection Annalee Call Jean-Pierre Jeunet
1998 Celebrity Célébrité Nola Woody Allen
1999 Une vie volée Jeune fille interrompue Susanna Kaysen James Mangold Elle est également la productrice du film. C'est elle qui a eu l'idée d'adapter le roman autobiographique de Susanna Kaysen.
2000 Un automne à New York New York en automne Charlotte Fielding Joan Chen
Les Âmes perdues Âmes perdues Maya Larkin Janusz Kaminski
Strangers with Candy Strangers with Candy Fran Saison 3, épisode 10
2001 Friends Friends Melissa Warburton Saison 7, épisode 20 : Celui qui fantasmait sur le baiser
Zoolander Zoolander elle-même Ben Stiller Non créditée
2002 Les Aventures de Mister Deeds M. Deeds Babe Bennett / Pam Dawson Steven Brill Nomination au Razzie de la pire actrice 2003 (remporté par Britney Spears dans Crossroads)
S1m0ne Simone Nicola Anders Andrew Niccol
2003 The Day my God died The Day my God died la narratrice Andrew Levine
2004 Le Livre de Jérémie The Heart Is Deceitful Above All Things la psychologue Asia Argento Non créditée
2006 The Darwin Awards The Darwin Awards Siri Taylor Finn Taylor
A Scanner Darkly A Scanner Darkly Donna Hawthorne Richard Linklater
2007 The Ten The Ten Kelly LaFonda David Wain
Sex and Death 101 Sex and Death 101 Gillian De Raisx Daniel Waters
Welcome Welcome Cynthia Kirsten Dunst Court métrage
2008 The Last Word The Last Word Charlotte Morris Geoffrey Haley
Informers The Informers Cheryl Moore Gregor Jordan
2009 Water Pills Water Pills Carrie Blake Soper Court métrage
Les Vies privées de Pippa Lee The Private Lives of Pippa Lee Sandra Dulles Rebecca Miller
Star Trek Star Trek Amanda Grayson J. J. Abrams
Stay Cool Reste cool Scarlet Smith Frères Polish
2010 Quand l'amour ne suffit plus : L'Histoire de Lois Wilson When Love Is Not Enough: The Lois Wilson Story Lois Wilson John Kent Harrison Téléfilm
Black Swan Le Cygne noir Beth Macintyre Darren Aronofsky
2011 Le Dilemme Le Dilemme Geneva Backman Ron Howard
2012 The Letter The Letter Martine Jay Anania Direct-to-video
Frankenweenie Frankenweenie Elsa Van Helsing Tim Burton
2013 The Iceman The Iceman Deborah Kuklinski Ariel Vromen
Drunk History Drunk History Mary Dyer Saison 1, épisode 4
Homefront Protection Sheryl Gott Gary Fleder
2014 Turks & Caicos Turks & Caicos Melanie Fall David Hare Téléfilm

Distinctions[modifier | modifier le code]

Cette section récapitule les principales récompenses et nominations obtenues par Winona Ryder. Pour une liste plus complète, se référer à l'Internet Movie Database[48].

Récompenses[modifier | modifier le code]

Nominations[modifier | modifier le code]

Voix françaises[modifier | modifier le code]

et aussi :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Siegel et Siegel 1997, p. 16
  2. a et b (en) « All About Noni », sur fortunecity.com (consulté le 29 septembre 2013)
  3. (en) Ivor Davis, « The Real Winona Ryder », sur winona-ryder.org,‎ 26 novembre 2000 (consulté le 29 septembre 2013)
  4. a, b, c, d, e, f, g et h (en) Dominic Wills, « Winona Ryder - Biography », sur talktalk.co.uk (consulté le 29 septembre 2013)
  5. a, b, c, d, e, f et g (en) « Winona Ryder Biography », sur thebiographychannel.co.uk (consulté le 29 septembre 2013)
  6. « I still practice Buddhism to a certain extent and I believe in karma. » sur imdb.com
  7. (en) « Aquaphobia: the fear of water », sur sick-celebrities.com (consulté le 29 septembre 2013)
  8. (en) Tim Burton et Mark Salisbury, Burton on Burton, Faber & Faber,‎ 2006 (ISBN 0-57122-926-3), p. 58-60
  9. (en) « Beetlejuice », sur Box Office Mojo (consulté le 8 avril 2012)
  10. (en) Timothy Shary, Teen Movies: American Youth on the Screen, Walflower Press,‎ 2005 (ISBN 1904764495), p. 78
  11. (en) Tim Burton et Mark Salisbury, Burton on Burton, Faber & Faber,‎ 2006 (ISBN 0-57122-926-3), p. 89-94
  12. (en) « Edward Scissorhands », sur Rotten Tomatoes (consulté le 7 avril 2012)
  13. a et b (en) « Awards Search - Winona Ryder », Hollywood Foreign Press Association (consulté le 29 septembre 2013)
  14. (en) Trish Rohrer, « Coppola's Bloody Valentine », Entertainment Weekly,‎ 20 novembre 1992 (consulté le 13 juin 2012)
  15. (en) « Box-office mondial 1992 », sur Box Office Mojo (consulté le 13 juin 2012)
  16. (en) « Academy Awards Database », Academy of Motion Picture Arts and Sciences (consulté le 29 septembre 2013)
  17. (en) Anne Thompson, « Women on the Verge », Entertainment Weekly,‎ 11 mars 1994 (consulté le 29 septembre 2013)
  18. (en) nytimes.com « Kidnapping Summons City to Action », The New York Times,‎ 15 octobre 1993 (consulté le 29 septembre 2013)
  19. (en) Carrie Rickey, « Generation X Turns Its Back », The Philadelphia Inquirer,‎ 3 avril 1994
  20. « La Chasse aux sorcières », JP's Box-Office (consulté le 29 septembre 2013)
  21. (en) « The Crucible », Rotten Tomatoes (consulté le 29 septembre 2013)
  22. (en) « The Movie Originals », sur thinksquad.net (consulté le 29 septembre 2013)
  23. (en) « Alien Resurrection », Box Office Mojo (consulté le 29 septembre 2013)
  24. (en) « Celebrity », Rotten Tomatoes (consulté le 29 septembre 2013)
  25. (en) James Tapper, « Gwyneth Paltrow: 'My worst 'frenemy'... Could she be talking about Winona Ryder? », Daily Mail,‎ 20 avril 2009 (consulté le 29 septembre 2013)
  26. (en) « Winona Forever », sur winona-ryder.org (consulté le 29 septembre 2013)
  27. (en) Mark Salisbury, « Grayveyard Shift », Fangoria,‎ novembre 1999
  28. (en) « Marketing Fight Club the ultimate absurd joke », sur CNN (consulté le 2 janvier 2012)
  29. (en) « Autumn in New York », Rotten Tomatoes (consulté le 29 septembre 2013)
  30. (en) « Winona Ryder Gets Star on Walk of Fame », sur abcnews.com,‎ 9 octobre 2000 (consulté le 29 septembre 2013)
  31. (en) « Facts & Tidbits », sur winona-ryder.org (consulté le 29 septembre 2013)
  32. (en) Bootie Cosgrove-Mather, « Ryder Addicted To Pain Killers? », sur cbsnews.com,‎ 11 février 2009 (consulté le 29 septembre 2013)
  33. (en) « Mr. Deeds », Box Office Mojo (consulté le 29 septembre 2013)
  34. (en) « Mr. Deeds », Rotten Tomatoes (consulté le 29 septembre 2013)
  35. (en) « When Woody Allen couldn't cast Winona, Downey Jr due to lack of insurance », Malaysia Sun,‎ 12 août 2007 (consulté le 29 septembre 2013)
  36. (en) « A Scanner Darkly », Rotten Tomatoes (consulté le 29 septembre 2013)
  37. (en) « Sex and Death 101 », Metacritic (consulté le 29 septembre 2013)
  38. (en) « The Informers », Rotten Tomatoes (consulté le 29 septembre 2013)
  39. (en) Vanessa Thorpe, « The resurrection of Winona Ryder: how Hollywood's lost girl came back », The Guardian,‎ 3 mai 2009 (consulté le 29 septembre 2013)
  40. (en) « Winona is the queen of the comeback kids », Irish Independent,‎ 16 mai 2009 (consulté le 29 septembre 2013)
  41. (en) « Black Swan », Rotten Tomatoes (consulté le 29 septembre 2013)
  42. (en) « The Dilemma », The Numbers (consulté le 29 septembre 2013)
  43. (en) « Frankenweenie », Rotten Tomatoes (consulté le 29 septembre 2013)
  44. (en) « The Iceman », Rotten Tomatoes (consulté le 29 septembre 2013)
  45. a, b et c (en) « Who is Winona Ryder dating? », sur whosdatedwho.com (consulté le 29 septembre 2013)
  46. Sophie Bernard, « Johnny Depp : Retour sur ses conquêtes », sur news-de-stars.com,‎ 21 juin 2012 (consulté le 29 septembre 2013)
  47. (en) « Matt Daùmon Biography », sur people.com (consulté le 29 septembre 2013)
  48. (en) « Awards for Winona Ryder », Internet Movie Database (consulté le 30 septembre 2013)
  49. a, b, c, d et e « Comédiennes ayant doublé Winona Ryder en France » sur RS Doublage
  50. « Fiche du doublage français du film Homefront » sur Alterego75.fr, consulté le 2 décembre 2013

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Holly George-Warren, Winona Ryder, Little Brown Book Group Limited,‎ 1997, 143 p. (ISBN 0316893595)
  • (en) Nigel Goodall, Winona Ryder, Auk Authors,‎ 2012, 234 p. (ISBN 1782342591)
  • (en) Scott Siegel et Barbara Siegel, The Winona Ryder Scrapbook, Carol Pub Group,‎ 1997, 208 p. (ISBN 0806518839)
  • (en) Dave Thompson, Winona Ryder, Taylor Publishing Company,‎ 1996, 198 p. (ISBN 0878339264)