Dominique Blanc

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Blanc (homonymie).

Dominique Blanc

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Dominique Blanc en 2009 au festival international du film de Karlovy Vary.

Naissance 25 avril 1956 (58 ans)
Lyon, France
Nationalité Flag of France.svg Française
Profession Actrice
Films notables Milou en mai
Indochine
La Reine Margot
Ceux qui m'aiment prendront le train
Stand-by
L'Autre

Dominique Blanc est une actrice française née le 25 avril 1956 à Lyon (La Croix Rousse).

Elle est, entre autres, lauréate de quatre Césars et de deux Molières.

Biographie[modifier | modifier le code]

Dominique Blanc est la quatrième de cinq enfants. Sa mère est infirmière et son père, gynécologue-accoucheur qui l'a d'ailleurs fait naître. Dominique Blanc qui a été formée au cours Florent en 1980, a d'abord été refusée par trois fois au conservatoire[1]. Le metteur en scène Patrice Chéreau la remarque dans un spectacle d'élèves consacré à Tchekhov et l'engage pour Peer Gynt d'Henrik Ibsen. Sa première expérience de tournage, considérée comme négative[1] (Passion de Jean-Luc Godard), l'écarte pour un temps des plateaux de cinéma au profit du théâtre. En 1986, Régis Wargnier la convainc de jouer une femme alcoolique dans La Femme de ma vie.

Elle est surtout connue pour avoir tenu des seconds rôles variés dans les drames ou les films à costume de réalisateurs tels que Claude Chabrol, Claude Sautet, Patrice Chéreau, Régis Wargnier et James Ivory dans la seconde moitié des années 1980 et les années 1990. Quatre Césars jalonnent sa carrière : trois du Meilleur second rôle, en 1991, 1993 et 1999 respectivement pour Milou en mai de Louis Malle, Indochine de Régis Wargnier et Ceux qui m'aiment prendront le train de Patrice Chéreau, puis un de la Meilleure actrice en 2001, remporté pour son rôle de femme délaissée devenue prostituée à l'aéroport d'Orly dans Stand-by de Roch Stéphanik. Elle est également lauréate de deux Molières de la meilleure comédienne (en 1998 et 2010) et d'un prix d'interprétation à Venise, gagné en 2008 pour son interprétation dans L'Autre de Patrick Mario Bernard et Pierre Trividic, où elle joue une femme follement jalouse.

Comédienne prolifique, elle recherche toujours dans son métier « le sens, l'intelligence et la justesse du texte. ». Elle adore faire des recherches sur les accessoires,les costumes et se documente pour s'approcher de la vérité d'un sujet.

Elle fut membre du jury au Festival de Cannes 1999 et à la Berlinale en 2001. Elle joue au théâtre un triomphe en 2003 avec Phèdre de Jean Racine, sous la direction de son complice Patrice Chéreau et donne la même année une interprétation très remarquée de junkie dans deux volets de la trilogie de Lucas Belvaux : Cavale et Après la vie.

Filmographie[modifier | modifier le code]

Dominique Blanc en 1993 lors de la 18e cérémonie des César.

Cinéma[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

Théâtre[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

César du cinéma[modifier | modifier le code]

Année Récompense Film Reçue ?
1987 Meilleur espoir féminin La Femme de ma vie
1990 Je suis le seigneur du château
1991 Meilleure actrice dans un second rôle Milou en mai x
1993 Indochine x
1995 La Reine Margot
1999 Ceux qui m'aiment prendront le train x
2001 Meilleure actrice Stand-by x
2003 Meilleure actrice dans un second rôle C'est le bouquet !
2010 Meilleure actrice L'Autre

Molière du théâtre[modifier | modifier le code]

Mostra de Venise[modifier | modifier le code]

Prix du Syndicat de la critique[modifier | modifier le code]

Autres[modifier | modifier le code]

Anecdotes[modifier | modifier le code]

  • Bien que pudique, elle présente sa seule scène de nudité cinématographique, pour le rôle de la jeune homosexuelle Claire dans le film 1988 : Milou en mai de Louis Malle. Elle justifia cet écart par le contexte dans lequel évolue son personnage : le personnage d'homosexuelle qu'elle interprète se situe en mai 1968 et par provocation enlève son corsage/

Références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  • Entrevue télévisée Ceylac-2013- Thé ou café

Liens externes[modifier | modifier le code]