Eleanor Parker

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Parker.

Eleanor Parker

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Eleanor Parker en 1953

Nom de naissance Eleanor Jean Parker
Naissance 26 juin 1922
Cedarville, Ohio
États-Unis
Nationalité Drapeau des États-Unis Américaine
Décès 9 décembre 2013 (à 91 ans)
Palm Springs, Californie
États-Unis
Profession Actrice
Films notables Femmes en cage
Histoire de détective
Scaramouche
Mélodie interrompue

Eleanor Parker est une actrice américaine née le 26 juin 1922 à Cedarville, Ohio (États-Unis) et morte le 9 décembre 2013 à Palm Springs (Californie)[1].

Carrière[modifier | modifier le code]

De Somersert Maugham à Scaramouche[modifier | modifier le code]

Après avoir refusé à deux reprises des propositions d'essais par la Fox et Warner pour ne pas interrompre ses études, Eleanor Parker obtient d'être engagée à dix-huit ans par le studio Warner, dominé par Humphrey Bogart et Errol Flynn pour les acteurs, Bette Davis et Joan Crawford pour les actrices. Les places sont dures pour les femmes : Olivia de Havilland, cantonnée aux emplois romantiques, devra attendre 1946 pour s'affirmer dans le film noir, et Ida Lupino se surnommait elle-même "la Bette Davis du pauvre". De plus de nouvelles beautés ont envahi les écrans depuis trois ou quatre ans : Hedy Lamarr, Gene Tierney, Linda Darnell, Rita Hayworth, Maureen O'Hara, Lana Turner... disséminées dans les grands studios. Parker débute aussitôt dans La Charge fantastique de Raoul Walsh mais ses scènes sont coupées. Elle s'impose progressivement avec Mission à Moscou de Michael Curtiz (1943) et dans L'Orgueil des marines de Delmer Daves (1945) au côté de John Garfield.

Parvenue au vedettariat, l'actrice impose son tempérament dramatique : elle fait sensation dans Femmes en cage de John Cromwell, qui lui vaut un prix d'interprétation à Venise en 1950 et la première de ses trois nominations à l'Oscar, les deux autres pour sa performance en 1951 dans Histoire de détective, réalisé par William Wyler, où elle joue la femme de Kirk Douglas, et en 1955 pour Mélodie interrompue, biopic de la cantatrice Marjorie Lawrence - où en brune elle compose même une Carmen crédible, doublée par Eileen Farrell, ou dans un passage de Madame Chrysanthème. Dès 1946, oscillant entre drame criminel et drame tout court, son potentiel apparaît dans Of Human Bondage d'Edmund Goulding d'après W. Somerset Maugham (avec Paul Henreid et Alexis Smith, où elle succède à Bette Davis) ; puis elle tourne The Woman in White, Aphrodisia de Robert Wise (avec Patricia Neal et Ruth Roman), Le Grand SecretRobert Taylor joue un pilote de l'Enola Gay. Elle succède à Greta Garbo dans une autre adaptation de Somerset Maugham. Elle a pour partenaire Errol Flynn à plusieurs reprises, rencontre Humphrey Bogart et Ronald Reagan.

Au sommet de sa beauté et de sa gloire, Eleanor ne dédaigne ni l'histoire légère (Scaramouche (1952), où elle rivalise avec Janet Leigh auprès du britannique Stewart Granger), le western (Fort Bravo de John Sturges, face à William Holden, L'Aventure fantastique avec Robert Taylor), l'aventure exotique (Quand la marabunta gronde, avec Charlton Heston, qui se passe au Brésil ; La Vallée des Rois avec Taylor encore et l'argentin Carlos Thompson) - cinéma populaire, d'action et d'humour souvent, dont la vogue ne s'éteint jamais, souvent à gros budget aussi.

De Preminger à Risi[modifier | modifier le code]

Très active, elle enchaîne les chefs-d'œuvre : L'homme au bras d'or d'Otto Preminger en épouse infirme et persécutrice de Frank Sinatra (1955), Le Roi et Quatre Reines western magnifique, spectaculaire et humoristique, de Raoul Walsh, avec Clark Gable (1956), Un trou dans la tête, comédie de Frank Capra (1959), fidèle comparse du principal personnage masculin, déjà menacée d'effacement (Celui par qui le scandale arrive de Vincente Minnelli où elle joue la femme de Robert Mitchum en 1960).

Les lauriers sont coupés mis en scène par José Ferrer (1961), d'après le best seller Peyton Place, n'aura pas le même succès que le film de Mark Robson (dont il constitue une suite) quatre ans plus tôt, qui avait contribué à relancer la carrière de Lana Turner. Désormais c'est la jeune Carol Lynley qui tient la vedette. Madison Avenue (1962) avec Dana Andrews et Jeanne Crain passe inaperçu comme Panic Button (1964), comédie avec Maurice Chevalier et Jayne Mansfield. On oublierait presque qu'elle joue un des rôles principaux (la baronne Elsa Schraederde) de La mélodie du bonheur (1965), réalisé par Robert Wise.

Par la suite, Eleanor Parker tourne seulement cinq films pour le cinéma : dans La Statue en or massif (The Oscar), elle interprète une actrice ratée (Stephen Boyd et Elke Sommer forment le couple vedette) ; dans Sursis pour une nuit inspiré de Norman Mailer (où elle retrouve Janet Leigh) et L'assassin est-il coupable ?, elle joue des alcooliques ; elle apparaît enfin dans la comédie L'Homme à la Ferrari (1967) de l'italien Dino Risi et, infirme de nouveau, dans le film d'horreur (où les chats sont les monstres) Les Griffes de la peur (1969) - Eleanor Parker jette ses derniers feux, éclipsés par le rayonnement nouveau de Ann-Margret et Gayle Hunnicutt.

La star reviendra discrètement dix années plus tard dans Sunburn de Richard C. Sarafian qui réunit Farrah Fawcett et Joan Collins.

Télévision[modifier | modifier le code]

Eleanor fait ses débuts à la télévision dans The Gambler, the Nun and the Radio (1960), au côté de Richard Conte. Elle joue une espionne dans deux épisodes de la série Des agents très spéciaux (1968), a pour partenaire Richard Basehart dans Hans Brinker (1969), Sally Field et Julie Harris dans le téléfilm d'horreur Réveillon en famille (1972), Andrew Stevens et Kim Cattrall dans The Bastard (1978), Ted Danson et Christopher Lee dans Once Upon a Spy (1980), joue un rôle régulier dans la série Bracken's World durant la saison 1969–1970, série où parurent également Leslie Nielsen, Tom Selleck, Ricardo Montalban, Edward G. Robinson et Debbie Reynolds, retrouve le genre horrifique pour l'épisode "Half a Death" dans la série Ghost Story (1972) sur un sujet de Richard Matheson. Toujours prestigieuse, elle tient le rôle central de The Great American Beauty Contest (1973) entre Robert Cummings et Louis Jourdan. Elle reprend un rôle autrefois tenu par Katharine Hepburn dans une nouvelle version de Guess Who's Coming to Dinner (1975) et figure dans un remake de Madame X (1981) de Robert Ellis Miller avec Tuesday Weld en premier rôle, revisitant ainsi des classiques.

En 1963, Parker est nommée pour un Emmy Award de la meilleure actrice dans un premier rôle (épisode "Why Am I Grown So Cold?" dans la série médicale The Eleventh Hour), et en 1970 pour un Golden Globe Award comme meilleure actrice dramatique dans la série Bracken's World.

Aussi active qu'elle le fut au cinéma, les téléspectateurs peuvent la voir en invitée dans les séries Hawaï police d'État, Vegas, La croisière s'amuse, L'Île fantastique (plusieurs épisodes dont le pilote), Hôtel avec en tête de distribution une autre "ancienne", Anne Baxter (remplaçant au pied levé Bette Davis), Finder of Lost Loves inédite en France avec Anthony Franciosa, Arabesque avec une autre survivante, Angela Lansbury.

Eleanor Parker, star un peu oubliée aujourd'hui, interprète son dernier rôle en 1991 dans le téléfilm Échec et meurtre.

Scène[modifier | modifier le code]

Eleanor Parker a aussi brillé sur les planches à plusieurs reprises, reprenant notamment le personnage joué par Lauren Bacall dans le musical Applause.

Vie privée[modifier | modifier le code]

Eleanor a été mariée quatre fois : avec Fred Losee de 1943 à 1944, Bert E. Friedlob de 1946 à 1953 (ils ont eu trois enfants), le portraitiste Paul Clemens de 1954 à 1965 (ils ont un fils), Raymond Hirsch qu'elle épouse en 1966 et dont elle devient la veuve en 2001.

Élevée dans le protestantisme, elle s'était convertie au judaïsme.

Elle vivait retirée depuis plus de vingt ans à Palm Springs.

Filmographie[modifier | modifier le code]

Au cinéma[modifier | modifier le code]

À la télévision[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. [1]

Liens externes[modifier | modifier le code]