Bois de Vincennes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Bois de Vincennes
Image illustrative de l'article Bois de Vincennes
Une allée du bois de Vincennes.
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Commune Paris
Quartier 12e arrondissement
Altitude Lac Daumesnil : ≈ 50 m
Butte aux Canons : 71 m
Superficie 9,95 km2 (995 ha)
Cours d'eau Lacs Daumesnil, de Saint-Mandé, de Gravelle et des Minimes, ruisseau de Gravelle
Caractéristiques
Création 1855-1866
Type Jardin à l'anglaise
Gestion
Lien Internet http://www.paris.fr/
Accès et transport
Gare (RER)(A) Vincennes, Fontenay-sous-Bois, Nogent-sur-Marne, Joinville-le-Pont
Métro (M)(1) Saint-Mandé, Bérault, Château de Vincennes
(M)(8) Porte Dorée, Porte de Charenton, Liberté, Charenton - Écoles
Localisation
Coordonnées 48° 49′ 48″ N 2° 26′ 00″ E / 48.83, 2.4333 ()48° 49′ 48″ Nord 2° 26′ 00″ Est / 48.83, 2.4333 ()  

Géolocalisation sur la carte : Île-de-France

(Voir situation sur carte : Île-de-France)
Bois de Vincennes

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
Bois de Vincennes

Le bois de Vincennes est un parc situé à l'est de Paris. Avec une superficie de 995 hectares, dont la moitié boisée, c'est le plus grand espace vert parisien. De nombreuses infrastructures occupent le site.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Le bois de Vincennes est situé immédiatement à l'est de Paris intra-muros et en forme une excroissance non urbanisée, séparée du reste du 12e arrondissement par la tranchée du boulevard périphérique.

Le bois occupe un plateau légèrement en surplomb au nord de la confluence de la Seine et de la Marne. Principalement boisé, il comporte également quelques pelouses, ainsi que quatre lacs reliés entre eux par un système de ruisseaux.

La ville de Vincennes, située sur sa limite nord, a pris le nom du bois lors de son élection en commune après la Révolution française.

Communes riveraines[modifier | modifier le code]

Hormis Paris, sept communes limitrophes sont situées sur le pourtour du bois de Vincennes. En partant de Paris, située à l'ouest du parc, et dans le sens des aiguilles d'une montre, se trouvent Saint-Mandé, Vincennes, Fontenay-sous-Bois, Nogent-sur-Marne, Joinville-le-Pont, Saint-Maurice et Charenton-le-Pont.

Dimensions[modifier | modifier le code]

Avec une superficie de 9,95 km2, le bois de Vincennes est le plus grand espace vert parisien, légèrement plus grand que son pendant de l'ouest parisien, le bois de Boulogne (8,46 km2). De fait, il compte pour près de 10 % dans la superficie totale de la commune de Paris et est presque aussi grand que la totalité des arrondissements du centre de la capitale (du 1er au 6e). Par comparaison, Central Park à New York ne mesure que 3,41 km2, Richmond Park, le plus grand parc de Londres, 9,55 km2, et Griffith Park, le plus grand parc municipal du monde à Los Angeles, 17 km2. Le bois de Vincennes reste nettement plus petit que les grandes forêts de la région parisienne, d'autant que seuls 500 hectares sont réelleement boisés.

Dans sa plus grande dimension est-ouest, le bois de Vincennes approche les 5 km. Du nord au sud, il mesure environ 3 km.

Réseau hydraulique[modifier | modifier le code]

Le lac Daumesnil en automne.

Le bois de Vincennes comporte quatre lacs, alimentés par un réseau de ruisseaux :

Établi sur un plateau sablonneux, le bois ne comportait à l’origine aucun réseau hydraulique, hormis le lac de Saint-Mandé, comblé au XVIIIe siècle et dégagé lors des travaux d’aménagement du bois. Les lacs et les ruisseaux sont artificiels, creusés sous la direction de Jean-Charles Alphand lors de la création du bois. Leur fond est cimenté afin d’en assurer l’étanchéité (initialement, il était enduit de marne).

Le lac de Gravelle est situé sur le point le plus élevé du plateau et irrigue les trois autres lacs. Il est alimenté par la Seine à travers l’eau non potable de l'usine de pompage d'Austerlitz[1],[2]. À l'origine, il pompait les eaux de la Marne, 35 m en contrebas, grâce à une station de pompage entrainée par le fleuve. Le lac de Saint-Mandé était initialement séparé du réseau et alimenté par le ru de Montreuil-sous-Bois, ruisseau descendant du plateau de Montreuil. Il ne tarda pas à dégager une odeur pestilentielle soulevant les protestations des habitants ; Alphand le relia finalement au réseau du lac de Gravelle.

Histoire[modifier | modifier le code]

Chasses royales[modifier | modifier le code]

Miniature des Très Riches Heures du duc de Berry montrant le bois et le château de Vincennes[3].

Le bois de Vincennes est un reste de la forêt qui recouvre les environs de Paris dans l’Antiquité. Au XIe siècle, c’est un bois proche de la confluence de la Marne et de la Seine, impropre à la culture. Lorsque Hugues Capet fixe sa résidence sur l’île de la Cité, il devient son terrain de chasse. Il demeure par la suite à l'usage exclusif des rois de France. Sous Philippe Auguste, il est enclos par une enceinte de douze kilomètres de long. Plusieurs manoirs royaux, comme le château de Vincennes, sont construits à proximité. Selon la légende, c'est dans ce bois que Saint Louis rend la justice sous un chêne.

Abandonné par Louis XIV au profit de Versailles, le bois est réaménagé sous Louis XV. Des allées sont tracées et le bois est ouvert au public.

Parc public[modifier | modifier le code]

Pendant la Révolution française, le bois devient une zone d'entraînement militaire. L'armée défriche 166 hectares et construit divers édifices : polygone de tir, cartoucherie, casernements, etc.

Entre 1855 et 1866, sur ordre de Napoléon III, le bois de Vincennes est aménagé par Jean-Charles Alphand, ingénieur, et Jean-Pierre Barillet-Deschamps, architecte, afin de devenir le contrepoint du bois de Boulogne, situé à l'ouest de Paris, et à fournir, selon les vœux de l'empereur, « un vaste parc aux populations laborieuses de l'Est parisien »[réf. nécessaire]. Il est dessiné dans le style des jardins anglais avec la plantation de diverses espèces d'arbres et le creusement d'un réseau de lacs et de rivières. Il complète, avec les parcs des Buttes-Chaumont et Montsouris, le maillage des parcs prévus par Alphand aux quatre points cardinaux de la capitale. À l'ouest, le parc de Charenton est détaché de la commune voisine de Charenton-le-Pont en 1865 et annexé au bois afin de le relier à la capitale.

Le Bois de Vincennes, concédé en propriété à la ville de Paris par Napoléon III en 1860, n'est pourtant officiellement rattaché au 12e arrondissement que par le décret du 18 avril 1929.

Le bois est parsemé d'édifices pittoresques : ponts, cascades artificielles, kiosques et restaurants. Alphand a l'idée de céder les concessions pour l'exploitation commerciale, les preneurs s'engageant à financer les constructions et à rétrocéder à terme les bâtiments à l'État. Cette méthode novatrice entraine l'apparition des chalets restaurants de la Porte Jaune, du lac de Saint-Mandé ou du lac de Gravelle.

La plupart des épreuves des Jeux olympiques d'été de 1900 sont disputées dans le bois de Vincennes, lequel est officiellement incorporé à Paris en 1929, le château revenant en 1934 à la commune de Vincennes. L'Exposition coloniale de 1931 est en partie édifiée dans le bois de Vincennes et permet notamment la construction du Palais de la Porte Dorée et du zoo de Vincennes.

La ville de Paris aménage les voies de circulation du bois depuis 1930. De nombreuses routes sont fermées à la circulation automobile et servent à la promenade des piétons et cyclistes.

Administration[modifier | modifier le code]

Le Jardin tropical de Paris, esplanade du Dhin.
  • Tout comme le bois de Boulogne à l’ouest, le bois de Vincennes n’est pas considéré par le public comme faisant partie de Paris intra muros, étant entièrement composé de terrains publics sans population permanente (mis-à-part quelques gardiens). Administrativement, il fait cependant bien partie du 12e arrondissement (quartiers de Picpus et de Bel-Air) et c’est la Mairie de Paris qui en assure l’entretien, les plantations et décide des concessions et établissements (la Ferme, l’École du Breuil, la Cartoucherie, le Parc Zoologique de Paris - dit "Zoo de Vincennes" géré par la Museum National d'Histoire Naturelle-, le Parc Floral, le centre UCPA, l'INSEP, des restaurants et bâtiments...).
  • Son appartenance à Paris et sa mitoyenneté avec sept communes du Val-de-Marne engendre des conflits d’intérêts portant sur l’usage, la police ou l’entretien du bois. Malgré la pression des villes riveraines, la ville de Paris se refuse à une cogestion du domaine. Sur cette surface s’installent en effet des manifestations temporaires (Foire du Trône, cirques).

Équipements[modifier | modifier le code]

Plusieurs installations utilisent l'espace du bois de Vincennes :

Le restaurant du Plateau de Gravelle au 2 route du pesage

Au printemps, le bois accueille également la foire du Trône sur la pelouse de Reuilly, située à sa limite ouest.

Accès[modifier | modifier le code]

Sept stations du métro sont situées à proximité des bords du bois de Vincennes. Au nord-ouest, la ligne 1 dessert les stations Saint-Mandé, Bérault et Château de Vincennes (son terminus) ; au sud-ouest, la ligne 8 s'arrête à Porte Dorée, Porte de Charenton, Liberté et Charenton - Écoles.

Sur le RER A, la gare de Vincennes se trouve à proximité du nord-ouest du bois. Qui plus est, la branche A2 longe le nord-est et l'est du bois de Vincennes, et s'arrête aux gares de Fontenay-sous-Bois, Nogent-sur-Marne et Joinville-le-Pont.

Plusieurs lignes de bus traversent le parc, comme les lignes 46, 112 et 325. Le pourtour du parc est également desservi par plusieurs lignes. De plus, quelques stations de Vélib' sont réparties le long des frontières.

Routes[modifier | modifier le code]

Vue estivale de la Route Saint-Louis traversant le Bois de Vincennes

Le bois de Vincennes est traversé par plusieurs axes routiers. Durant les années 1990, plusieurs voies ont été rendues interdites aux véhicules motorisés et donc réservées aux piétons, cyclistes et cavaliers. Suite à la tempête de décembre 1999, un nouvel ensemble de voies est fermé à la circulation pour des raisons de sécurité. Cette interdiction temporaire est par la suite devenue définitive.

Iconographie[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean-Michel Derex, Histoire du bois de Vincennes : La forêt du roi et le bois du peuple de Paris, L’Harmattan,‎ 1997, 279 p. (ISBN 2-7384-5591-3).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. D'où vient l'eau de Paris? paris.fr
  2. Histoire de l'eau paris.fr
  3. Source: Musée Condé, Chantilly

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]