Stade Jean-Bouin (Paris)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Stade Jean-Bouin.
Stade Jean-Bouin
Stadium.svg
Tribune présidentielle nouveau stade Jean Boin Paris.JPG
Généralités
Adresse
20-40, avenue du Général-Sarrail
75016 Paris
Coordonnées
Construction et ouverture
Construction
1925
Ouverture
1925
Rénovation
2010-2013
Extension
1975
Utilisation
Clubs résidents
Paris Jean Bouin
Stade français Paris
Propriétaire
Ville de Paris
Équipement
Surface
Pelouse naturelle
Capacité
12 000 (1975)
9 205 (2008)
20 000 (2013)
Dimensions
100 m × 70 m
Géolocalisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg
Géolocalisation sur la carte de Paris
voir sur la carte de Paris
Red pog.svg

Le stade Jean-Bouin est un stade de 20 000 places dans sa nouvelle configuration, situé dans le 16e arrondissement de Paris, juste à côté du Parc des Princes. Il a été construit en 1925, rénové une première fois en 1970 puis une seconde fois en 2013 dans sa configuration actuelle. En 1975, un gymnase lui est adjoint, et un terrain de hockey sur gazon est construit en 1982. Il dispose de quinze courts de tennis dont dix en terre battue.

Historiquement stade du CASG Paris devenu le Paris Jean Bouin, club résident comportant six sections sportives dont la section tennis forte de plusieurs centaines de membres, le stade Jean-Bouin sert d'enceinte sportive au Stade français Paris, club de rugby à XV évoluant dans le Top 14. Le stade Jean-Bouin dispose également d'installations pour pratiquer l'athlétisme et accueillait notamment le meeting d'athlétisme de Paris jusqu'au début des années 1990. C'est là que le perchiste ukrainien (soviétique à l'époque) Sergueï Bubka a porté le record du monde à la marque mythique de 6 mètres, le 13 juillet 1985.

Jean-Bouin fut également utilisé pour quelques finales du championnat de France de football américain.

Reconstruction[modifier | modifier le code]

Un projet de rénovation du stade faisait partie du dossier de candidature de Paris aux Jeux olympiques de 2012, afin de faire de l'enceinte le lieu des rencontres de hockey sur gazon. Il était entendu que ce projet de rénovation était maintenu malgré l'échec de la candidature, mais il fallut près de deux années supplémentaires pour que le conseil municipal de Paris accepte enfin le projet, le 12 février 2007, par 80 voix contre 59. Ce projet est notablement différent du projet initial de Paris 2012 et prévoit en particulier la création d'un parking souterrain de 500 places (dont 100 réservées aux riverains), de 8 000 m2 de commerce dont une brasserie et boutique du club résident, 850 m2 de bureaux et la mise en conformité des infrastructures d'un stade de 20 000 places avec les règles d'homologation de la Fédération française de rugby et la Fédération française de football. Afin d'assurer une proximité des spectateurs avec l'aire de jeu, la piste d'athlétisme sera transférée et accessible à des centaines de scolaires voisins du stade, sur les pelouses d'Auteuil. Le terrain de hockey sur gazon aujourd'hui non homologué et sans gazon, déplacé pour permettre la reconstruction de quatre terrains de tennis, sera également restitué sur les pelouses d'Auteuil, homologué à la section de hockey sur gazon (de niveau national) du Paris Jean-Bouin, association utilisatrice du stade Jean-Bouin jusqu'en janvier 2010. Finalement, 35 000 m2 (sur 57 000 m2) du stade actuel seront détruits pour laisser la place à un stade de rugby à usage professionnel et à des galeries marchandes. Aucune rénovation de la partie restante du stade Jean-Bouin (gymnase de 1975 avec deux salles d'arts martiaux et de gymnastique, tennis et club house) n'est prévue par la ville de Paris.

Panoramique du Stade Jean-Bouin (Paris)
Stade français-Castres olympique au stade Jean-Bouin (31 mai 2008)

La transformation rencontre une forte opposition locale, rassemblée dans un collectif[1] de boulonnais et de riverains du 16e arrondissement, notamment mené par les députés-maires UMP du 16e arrondissement et de la ville de Boulogne Claude Goasguen et Pierre-Christophe Baguet, par les riverains qui sont également ceux du Parc des Princes et par l'association du Paris Jean Bouin, dont la concession renouvelée par la ville de Paris le 11 août 2004 pour 20 ans a été résiliée par la ville de Paris, le 19 janvier 2009. À l'inverse, un collectif de soutien[2] s'est également formé pour porter ce projet qui offre à une équipe de rugby professionnel évoluant dans l'élite du sport national et européen, un outil digne de ses ambitions.

Le 8 novembre 2007, le projet de Rudy Ricciotti (grand prix national d'architecture 2006) est retenu par le jury désigné par la ville de Paris, chef de projet Christophe Kayser. La capacité assise du stade sera portée à 20 000 places, toutes couvertes. Le stade comprend en outre 51 loges, un parking de 500 places et une galerie commerciale. Une enquête publique a été menée par la Mairie de Paris à la fin de l'année 2009 afin de pouvoir présenter aux riverains et aux différents acteurs locaux le projet du nouveau stade Jean-Bouin, mais également le projet d'aménagement du quartier Auteuil. Malgré les oppositions et les recours judiciaires, les travaux ont débuté, à l'été 2010[3]. L’enceinte rénovée est inaugurée le 31 août 2013[4]. Le coût prévisionnel était de 110 millions d’euros[5].

Références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :