Montagne Sainte-Geneviève

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

48° 50′ 47″ N 2° 20′ 45″ E / 48.8464, 2.34583 ()

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Sainte-Geneviève.
La rue Saint-Jacques et la Sorbonne, sur le flanc nord de la montagne Sainte-Geneviève

La montagne Sainte-Geneviève est une colline de la Rive gauche de Paris (située sur les rives gauches de la Seine et de la Bièvre, non loin de leur confluent). Elle occupe une grande partie du 5e arrondissement et du Quartier latin de Paris.

Histoire[modifier | modifier le code]

C’est sur le versant nord de cette éminence, alors appelée mons Lucotitius, située sur la rive gauche de la Seine et ayant donné son nom à Lucotèce le faubourg de Lutèce, que furent édifiés les monuments romains qui ont subsisté jusqu’à nos jours : les thermes de Julien et les arènes de Lutèce[1]. C'est sur le sommet de cette colline que Clovis et son épouse Clotilde firent édifier le monastère des Saints-ApôtresGeneviève avait coutume de monter prier en empruntant un chemin devenu « rue de la Montagne-Sainte-Geneviève ». Le monastère fut ensuite appelé « Abbaye Sainte-Geneviève » qui abrita par la suite, les tombeaux respectifs de Clovis, de Clotilde et de la sainte.

Au sommet de la montagne Sainte-Geneviève, s’élève le Panthéon, mausolée des célébrités nationales. Cet édifice n’est autre que l’église Sainte-Geneviève que décida de bâtir le roi Louis XV en 1744 pour honorer le vœu qu’il avait fait de construire une église pour Geneviève s’il survivait à une grave maladie.

Le secteur urbain bâti sur la montagne Sainte-Geneviève fait partie du Quartier latin qui abrite plusieurs établissements et écoles prestigieuses : la Sorbonne, le Collège de France, l’ancienne École polytechnique, l’École normale supérieure, l’ancienne faculté de droit, l'école supérieure de physique et de chimie industrielles (ESPCI ParisTech), l'école nationale supérieure de chimie de Paris (chimie ParisTech) et l’Institut Curie. Il est également terre des lycées Louis-le-Grand, Saint-Louis et Henri IV (en partie construit sur l’emplacement de l’ancienne abbaye Sainte-Geneviève de Paris).

Géologie[modifier | modifier le code]

Hauteur de la colline[modifier | modifier le code]

Les constructions qui se sont succédé depuis environ 2 000 ans rendent difficile la recherche du point de vue géologique. Néanmoins on peut faire l’hypothèse suivante à partir des fouilles effectuées : les Romains ont construit la ville antique à partir d’un plan quadrillé dont l’origine était le sommet de la colline.
En 2005, la construction de nouveaux bâtiments sur le site de l’Institut Curie a permis de fouiller sur une stratigraphie importante au sommet de la Montagne Sainte-Geneviève et d’étudier l’évolution de deux insulae dont l'une semble se prolonger jusqu'au cardo[2],[3]

D’après le site Paris, ville antique[1] : « Pour implanter ce quadrillage, les arpenteurs et les géomètres ont probablement pratiqué un jalonnement sur la ligne droite qui deviendra l’axe principal de la fondation, le cardo maximus. On peut supposer que la première station où a été installée la groma devait correspondre au point le plus haut de cet axe, offrant ainsi une vision très dégagée vers l’île et la rive droite. Ce « point zéro » se situerait probablement à l’angle sud-est du forum, aujourd’hui devant le n°178 de la rue Saint-Jacques, à l’endroit le plus élevé de la montagne Sainte-Geneviève. »

À cet endroit l'altitude est de 61 mètres au-dessus du niveau de la mer[4].

Recherche et enseignement supérieur[modifier | modifier le code]

La montagne Sainte-Geneviève possède une grande concentration d’établissements de recherche et d’enseignement supérieur:

Un certain nombre d'entre eux sont regroupés au sein de l’association de la montagne Sainte-Geneviève.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b D’après le site Paris, ville antique de la mairie de Paris, rubrique « Itinéraire antique ».
  2. Dans une ville romaine ou gallo-romaine, le cardo est l’axe routier nord-sud et le decumanus l’axe routier est-ouest.
  3. Inrap rapport d'activité 2006 page 14
  4. « Paris Dimensions »,‎ 2010

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]